Archives par mot-clé : CIA

U.S. Intelligence on Asia, 1945-1991

[ndlr] Un nouveau fonds disponible pour la recherche sur l’Asie contemporaine.

Editor: Matthew M. Aid

A.C. Thompson : Terror in Little Saigon [Frontline]

[ndlr] Mise en ligne le 03/11/2015 de l’enquête de A.C. Thompson : « Terror in Little Saigon, An Old War Comes to a New Country » publiée sur Frontline. Extraits :

The journalists were assassinated on American soil, one after another.

Duong Trong Lam was the first. He was 27 years old and ran a Vietnamese-language publication called Cai Dinh Lang, which he mailed to immigrants around the country. A gunman found him as he walked out of his San Francisco apartment building one morning and shot him, a single bullet piercing his pulmonary artery, just above the heart.

For magazine publisher Pham Van Tap, the end came more slowly. He was sleeping in his small office in Garden Grove, California, when an arsonist set fire to the building. He was heard screaming before he succumbed to smoke inhalation.

In Houston, a killer chased Nguyen Dam Phong from his home in his pajamas and shot him seven times with a .45-caliber handgun. The murder marked the end of Dam Phong’s twice-monthly broadsheet newspaper, which he had named Tu Do: Freedom.

All together, five Vietnamese-American journalists were killed between 1981 and 1990. All worked for small publications serving the refugee population that sought shelter in the U.S. after the fall of Saigon in 1975.  At least two other people were murdered as well.

FBI agents came to believe that the journalists’ killings, along with an array of fire-bombings and beatings, were terrorist acts ordered by an organization called the National United Front for the Liberation of Vietnam, a prominent group led by former military commanders from South Vietnam. Agents theorized that the Front was intimidating or executing those who defied it, FBI documents show, and even sometimes those simply sympathetic to the victorious Communists in Vietnam. But the FBI never made a single arrest for the killings or terror crimes, and the case was formally closed two decades ago.

Lire la suite : Frontline, 03/11/2015.

Image « à la une » : Hoang Co Minh, président du Front National Unifié de Libération du Viêt-Nam, en meeting avec la communauté d’Orange County en 1983 © Viet Tan

Personal Memories of Operation White Star in Laos, 1961

WhiteStarLaosPersonal Memories of Operation White Star in Laos, 1961 by Colonel Alfred H. Paddock, Jr., US Army (Retired).

by SWJ Editors

Operation White Star was a program, started in 1959, in which deployed US Army Special Forces detachments advised Royal Laotian government forces in their operations against the Pathet Lao communist insurgency.  Later the program evolved to include training of Kha and Meo (Hmong) hill tribal groups in guerilla warfare against the Pathet Lao.  Most of the Special Forces detachments advised Royal Laotian Army units, while a few others organized hill tribes under the direction of the CIA.  In 1961 our A-detachment from the 77th Special Forces Group at Fort Bragg, NC, worked with both programs.  I will share some of my memories of this unique experience in this essay.

Our Special Forces A-detachment consisted of Captain Jim Ipsen, commander, me as a lieutenant executive officer, and 10 NCOs with medical, weapons, communications, demolitions, intelligence, and operations specialties.  The team was so configured that it could be split and still retain these basic specialties.  Because of the classified nature of White Star at that time, we deployed wearing civilian clothes and carrying DOD civil service ID cards.  I’m sure that we fooled few.

Lire la suite / Read more : Small Wars Journal, 10/04/2013

John Prados : La guerre du Viêt Nam – CR de lecture par Pierre Brocheux

John Prados, La guerre du Viêt Nam, Paris, Perrin, 2011, 833 p., index,cartes, photos.


Aux États Unis, la Vietnam War est le sujet de milliers (probablement plus) d’ouvrages : livres, articles, films, BD, jeux vidéos. En France, les publications sont, pour ainsi dire, inexistantes, les éditions Perrin ont donc pris l’heureuse initiative de faire traduire et d’éditer ce livre récent (il est sorti en 2009 aux Presses universitaires du Kansas). Le récit–analyse de Prados se situe dans un champ historiographique où, depuis plusieurs décennies, s’affrontent les “orthodoxes” selon lesquels la guerre ne pouvait pas être gagnée, et les “révisionnistes” qui affirment le contraire et parfois plus : ainsi Walt Rostow, conseiller du président L-B Johnson, pour qui la guerre avait été gagnée parce qu’elle avait préservé les autre pays asiatiques de l’emprise du communisme.

L’auteur revient à  la guerre franco-vietnamienne d’Indochine – là où les États-Unis avaient mis le doigt dans l’engrenage – mais il ne conduit pas son exposé de façon classique et linéaire, c’est ainsi que son premier chapitre démarre en avril 1971 où il fait le récit de la manifestation des vétérans américains contre la guerre portée au sud du Laos par l’offensive sud vietnamienne. Pour ne pas réécrire une énième histoire de la guerre,  il poursuit en « scannant » des thèmes qui ont été déjà étudiés : les présidents américains qui se sont succédés après F-D Roosevelt face à la question indochinoise  et notamment L-B Johnson et sa décision « d’escalade » dans l’intervention américaine, le tournant de 1968 (l’offensive du nouvel an), la politique de Richard Nixon et son conseiller H. Kissinger, les contradictions internes de la République vietnamienne et de son armée (et nouveauté : les débats sur la tactique et la stratégie au sein de l’état-major nord vietnamien). L’auteur y ajoute un volet personnel en donnant une place non négligeable au mouvement anti-guerre aux États Unis, mais dans la nébuleuse de la mouvance anti-guerre, il s’attache plus spécifiquement à l’organisation Vietnam Veterans against the War / VVAW dont il fit lui même partie. Ses critiques n’ont pas manqué de relever l’insertion dans le récit de son expérience personnelle qu’ils taxent de subjectif et de partial tandis que l’auteur lui donne le statut et la justification de témoignage engagé.

John Prados cherche à démontrer que la guerre ne pouvait pas être gagnée par les Américains pour deux raisons principales : l’exagération de l’importance stratégique du Vietnam dans la guerre froide et en regard de ce fait, l’État sud vietnamien était très faible. En dépit des moyens financiers et militaires mis en œuvre pour le nation building, les gouvernants américains aveuglés par leur anticommunisme voulurent ignorer que les adversaires étaient porteurs reconnus de l’idéologie nationale unitaire. Ce qu’ils prenaient pour la nation building n’était qu’un State building sur des fondations fragiles pour ne pas dire inexistantes.

Pour ce retour à  une histoire globale de la guerre par une démarche originale et par des chemins de traverse, John Prados possédait un acquis de connaissances et de réflexions sur la guerre du Vietnam. Il s’y intéressa dès 1960 et en 1983, il publia son premier ouvrage sur  L’opération Vautour, intervention envisagée au moment du siège de Dien Bien Phu. Il poursuivit par de nombreux autres livres (par exemple les opérations clandestines de la CIA) et articles construits non seulement par le  dépouillement d’archives mais aussi par de nombreuses enquêtes .

Cependant, l’atout qui semble déterminant est l’accès aux archives du National Security Council dont il  eut la charge du classement et de la conservation. Le temps qui passa ouvrit les vannes d’une documentation de première main : le plein effet des évènements produits après-coup, la déclassification, la loi sur les libertés de la recherche documentaire, la rédaction des mémoires-justifications, la libération des voix des participant et  des témoins ont été un grand profit pour l’auteur. Sans compter ce que le présent suggère à l’historien, en l’occurrence l’intervention armée américaine en Irak.

C’est également après coup que l’insertion dans le récit de l’expérience anti-guerre de l’auteur apparait pertinente parce qu’elle rend compte de l’importance accordée par les gouvernants américains à l’opinion de leurs concitoyens : elle dévoile une véritable guerre (on est tenté de la qualifier de guerre civile ) à travers la multiplicité des moyens (parfois sans scrupules : infiltrations, usages de faux, mises en scène provocatrices, passages à tabac) mis en œuvre par le FBI et  la police des États, la magistrature, pour contrer voire supprimer la contestation. Toutefois les efforts déployés n’ont pu empêcher le scandale du Watergate.

En tant que démonstration selon laquelle les États Unis ne pouvait gagner la guerre  et en dépit de la masse documentaire très riche et bien brassée, le livre peut ne pas emporter la conviction des lecteurs, néanmoins il est un très bon livre, bien traduit, parfaitement lisible. J’ajoute que la Notice bibliographique de 21 pages (787-808) et les notes de références souvent explicites en font un bon guide de recherche pour qui veut aller plus loin dans la connaissance du sujet.

Pierre Brocheux

CIA : Opérations Laos – Amerikas geheimer Krieg in Laos

La guerre du Viêt-Nam fut le premier conflit retransmis à la télévision. Pourtant, c’est le Laos voisin qui constitua la cible d’une guerre aérienne interminable et démesurée, devenant le pays le plus bombardé de l’histoire. Cette « guerre secrète », l’opération la plus importante menée par la CIA, reste aujourd’hui encore largement ignorée. Les spécialistes parlent de crimes de guerre et la comparent aux conflits actuels en Irak et en Afghanistan. Dans CIA – Opération Laos, les principaux protagonistes de cette opération (anciens agents de la CIA, pilotes américains, combattants laotiens, reporters de guerre) nous conduisent jusqu’à l’emplacement stratégique du conflit. (tvmag Le Figaro).

Durée : 80min.
Genre : Docu-info – Historique
Origine : Allemagne
Année de réalisation : 2008
Réalisation : Marc Eberle
Rediffusion(s) : 08/04/2012 à 18:55 sur Histoire

La CIA et L’Opération Laos (partie 1)

La CIA et L’Opération Laos (partie 2)

La CIA et L’Opération Laos (partie 3)

La CIA et L’Opération Laos (partie 4)

Les Hmong du Laos 1945-1975 – mémoire IEP de Tiphanie Grall

Le général Vang Pao (1929-2011)

Les Hmong du Laos 1945-1975. Leur engagement dans les guerres d’Indochine aux côtés des Occidentaux : enjeux et réalités

Genèse du sujet

Les Hmong sortent de l’anonymat

L’existence du peuple hmong demeurait encore largement ignorée du grand public il y a seulement une trentaine d’années. Ce n’est que dans les années 1970, alors que la guerre que menaient les Américains au Vietnam touchait à sa fin, que les Hmong firent leur apparition en toile de fond des débats géopolitiques internationaux, en raison du rôle qu’ils avaient tenu auprès des Etats-Unis en lutte contre la progression du communisme dans la péninsule indochinoise.

Au fur et à mesure que la Maison Blanche se trouvait contrainte de révéler la réalité de l’action américaine en Indochine, les circonstances de l’intervention parallèle américaine au Laos devinrent, sous la plume des journalistes et reporters de guerre présents sur place, « une guerre secrète » que la CIA menait contre les communistes avec l’aide de minorités ethniques de la région. Ces révélations alimentèrent les polémiques quant à la véracité de ces suppositions et projetèrent les Hmong sur le devant de la scène internationale. En effet, la plupart des combattants ayant servi dans les rangs de cette armée secrète utilisée par la CIA étaient des Hmong (1). Pour Mai Na M. Lee, ces débats ont eu pour conséquence de faire des Hmong une des minorités les plus connues du sud-est asiatique.

Peu à peu, à partir du milieu des années soixante-dix, la littérature concernant les guerres d’Indochine se fait de plus en plus fournie et le rôle des Hmong, parmi celui d’autres minorités ethniques montagnardes, y est largement évoqué. Il est alors également plus communément établi que les Hmong, avant de s’engager, pour certains, aux côtés des Américains, ont joué un rôle similaire auprès des Français, impliqués vingt ans plus tôt dans la première guerre d’Indochine.

Réflexions personnelles

J’ai personnellement eu connaissance de l’existence du peuple hmong il y a deux ans lors de la réalisation d’une présentation orale sur les minorités ethniques d’Asie du sud-est. A cette fin, j’ai lu l’ouvrage de Jane Hamilton-Merritt, Tragic Mountains, qui m’a plus particulièrement éclairée sur le rôle joué par les Hmong auprès des Français, puis des Américains durant les trente années de guerre quasi-incessantes qu’a connu l’Indochine en général, et plus particulièrement le Vietnam, entre 1945 et 1975.

L’idée d’approfondir cette question dans le cadre d’un mémoire m’est venue lors d’un voyage au Vietnam, en janvier de cette année, et très précisément suite à la visite du musée de la guerre d’Ho Chi Minh ville. On peut y voir de nombreux vestiges de la guerre américaine au Vietnam – photographies, matériel de guerre…- et des touristes américains s’y presser en grand nombre. M’interrogeant sur la perception actuelle et mutuelle des anciens protagonistes de cette guerre trente ans seulement après son terme, j’ai eu envie de réaliser un travail portant sur cette période de l’histoire des relations internationales, et plus particulièrement sur cette alliance improbable entre un peuple vivant reclus dans les montagnes du nord de l’Indochine et deux puissances mondiales, qui à première vue, étaient supposées vaincre sans mal les mouvements communistes de libération nationale.

Réf. : Tiphanie Grall, Les Hmong du Laos 1945-1975. Leur engagement dans les guerres d’Indochine aux côtés des Occidentaux : enjeux et réalités, Mémoire de fin d’études à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon 4ème année Section INTER, 2ème année Diplôme du Monde Extrême Oriental Contemporain. Séminaire Asie dirigé par M. Corcuff. 16 juin 2006, 94 p.

A lire sur Doc. SciencesPo Lyon

A télécharger en pdf