Archives par mot-clé : cartographie

Philippe Le Failler : L’établissement d’une administration d’exception pour des territoires hors norme

[ndlr] Annonce du prochain séminaire de l’EFEO Paris.

Logo_EFEO

Philippe Le Failler (EFEO)

L’établissement d’une administration d’exception pour des territoires hors norme.

Le contrôle des montagnes de la frontière sino-vietnamienne à la fin du XIXe siècle

Lundi 15 février (11h-12h30)

Maison de l’Asie

(22, avenue du Président Wilson, 75116 Paris, salon du 1er étage)

Comment délimiter, cartographier et aborner une frontière sur un territoire fraîchement conquis dont on ignore la complexité du peuplement, la nature des rapports interethniques et les enjeux d’une gestion au quotidien des confins de l’empire ? Reprenant souvent à son compte les principes du gouvernement impérial vietnamien, oscillant entre délégation aux chefs locaux et administration directe, le pouvoir colonial français a établi une structuration du territoire économe en moyens et d’une certaine efficacité pendant plus d’un demi-siècle. Ce faisant, cette démarche pragmatique annonçait la fin des autonomies locales et pavait le chemin aboutissant à une intégration accélérée à l’état-nation vietnamien des espaces montagnards qui furent jadis autant de marges géographiques, humaines et politiques relevant d’un régime d’exception.

Séminaire EFEO Philippe Le Failler

Dernier ouvrage de cet auteur :

Le Failler, Philippe, La rivière Noire. L’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, Éditions du CNRS, Etudes Imasie-Pacifique, 2014.

Philippe Le Failler est membre statutaire de l’IrAsia et MCF à l’École française d’Extrême-Orient.

Danielle Tan : La « transition humanitaire » au Laos – une cartographie des acteurs, des dynamiques et des modes de gouvernance

[ndlr] Parution d’un article en ligne de Danielle Tan.

Danielle Tan, La « transition humanitaire » au Laos : une cartographie des acteurs, des dynamiques et des modes de gouvernance, Les Papiers du Fonds Croix-Rouge française, n°2, Janvier 2016.

Tan_TransitionHumanitaireLaos_2016Cliquez sur l’image pour accéder à l’étude

Durand & Mikaelian : Les représentations cartographiques de l’espace. La cartographie cambodgienne de 1897

[ndlr] Annonce d’un séminaire sur la cartographie cambodgienne le jeudi 4 juin 2015 à Paris.

Séminaire de recherche doctorale / Ecole doctorale n°265 / Langues, littératures et sociétés du monde de l’INALCO / SeDyL (UMR 8202 INALCO, CNRS, IRD 135)

Le geste, la parole, l’écrit.

Enquête sur les formes de la mémoire collective dans l’aire culturelle sud-est asiatique

Joseph Thach (INALCO/SeDyL) ; Grégory Mikaelian (CNRS/CASE), Stéphanie Khoury (Paris-X/CREM-CASE)

Programme 2015 : les pratiques et les représentations collectives de l’espace.

  • Jeudi 4 juin de 14 h à 17 h, INALCO (2 rue de Lille), Salle des plaques.

Frédéric Durand (Université Toulouse Le Mirail) et Grégory Mikaelian (CASE, UMR 8170).

Les représentations cartographiques de l’espace.

La cartographie cambodgienne de 1897 à l’épreuve des représentations vernaculaires de l’espace dans l’aire culturelle sud-est asiatique.

Image « à la une » : Détail d’une carte cambodgienne ancienne issue du corpus des cartes de 1897 © DR / Grégory Mikaelian

Cartes du Fonds Langlet-Quach à l’Institut d’Asie Orientale [IAO]

[ndlr] L’Institut d’Asie Orientale à Lyon a acquis depuis sa création en 1993 des fonds importants sur l’Asie (Porée-Maspéro, Georges Boudarel, Paul Mus, Langlet-Quach) et des fonds particuliers de chercheurs (voir liste en ligne) ou d’institutions (Bibliothèque Nationale de Taïwan, Fondation de Corée). Parmi les acquisitions sur la péninsule indochinoise, le Fonds Langlet-Quach comprend de nombreuses cartes étudiées et collectées tout au long de leurs recherches par l’historien Philippe Langlet et son épouse la chercheuse Quach Thanh Tâm. Rédigées par Philippe Langlet, les onze listes reproduites ci-dessous donnent une idée de l’importance de ce fonds. L’IAO en possède aujourd’hui la plus grande partie. Quelques cartes ont été numérisées et sont d’ores et déjà présentées sur la base Virtual Saigon (Fonds Langlet-Quach). Au fur et à mesure de leur mises en ligne un lien sera créé sur la page.

 

Densité de la population de Saigon © IAO Fonds Langlet-Quach
Densité de la population de Saigon © IAO Fonds Langlet-Quach

* * *

Cartes dites « Canonnières de Cochinchine »  au 1 / 25.000

(édition 1952, quelques-unes en 1943)

Cotes : 3.c (1943) ; 6.c (1943) ; B.5 ; B.6 ; C ; C.1 ; C.2 ; C.3 ; C.4 ; C.5 ; C.6 ; K ; K ouest ; K est ; M ; M.1 ; M.2 ; M.3 ; M.4 ; M.5

+

. Canaux de la Plaine des Joncs

. Plaine des Joncs

. Tableau d’assemblage de ces cartes pour les Bouches du Mékong

. Tableau d’assemblage de ces cartes pour Moyen Mékong

* * * * * * * * * * * * *

Carte de l’Indochine au 1 / 25.000

Editions de 1923, ou 1927, 1932,

reproduite à l’Institut Géographique National en 1945, ou 1946

(photocopies N&B)

210 / 14 E : Tây Ninh Est

210 / 14 W : Tây Ninh Ouest

221 / 13 E : Saigon – Go Vâp Est

221 / 13 W : Saigon – Go Vâp Ouest

221 / 14 W : Saigon – Thu Duc Ouest

221 / 14 E : Saigon – Thu Duc Est

227 / 13 E : Ha Tiên Est

230 / 1 E : Cho Lon Est

230 / 1 W : Cho Lon Ouest

230 / 2 W : Nha Be Ouest

230 / 16 E : Cap St-Jacques Est  (en double)

+ photocopie : plan de Saigon – Cholon en 1928, en 2 feuilles 30×35

* * * * * * * * * * * * *

Carte de l’Indochine  au  1 / 100.000

(travaux depuis le début du XXe siècle)

 rééditée en 1953 par le Service Géographique du Viêt Nam

[Je simplifie l’orthographe pour faciliter les copies]

50 E. Hai Phong Est (quadrillage) / 50 W. Hai Phong Ouest / 80 E. Thanh Hoa Est / 80 W. Thanh Hoa Ouest [en double] / 119 W. Quang Tri Ouest (quadrillée km) / 125 E. Huê Est / 125 W. Huê Ouest / 150 E. Bông Son Est (photocopie NB) / 150 W. Bông Son Ouest (photocopie NB) / 158 E. An Khê Est / 158 W. An Khê Ouest / 166 E. Qui Nhon (photocopie NB) / 166 bis W. Lovéa Ouest / 200 E. Mimot Est / 200 W. Mimot Ouest / 201 E. Lôc Ninh Est / 201 W. Lôc Ninh Ouest / 202 E. Đông Nai thượng Est / 202 W. Haut Donnaï Ouest / 203 E. Dalat Est (quadrillée) / 210 E. Tây Ninh Est / 210 W. Tây Ninh Ouest / 212 E. Blao Est / 212 W. Blao Ouest / 219 E. Svay-Rieng Est / 220 E. Trang Bang Est / 220 W. Trang Bang Ouest / 221 E. Saigon Est / 221 W. Saigon Ouest / 228 E. Long Xuyên Est / 229 E. My Tho Est / 229 W. My Tho Ouest / 230 E. Cho Lon Est / 230 W. Cho Lon Ouest / 231 W. Xuyên Môc Ouest / 234 E. Cân Tho Est / 234 W. Cân Tho Ouest / 235 E . Vinh Long Est / 235 W. Vinh Long Ouest / 236. Ba Tri / 239 W. Soc Trang Ouest

* * * * * * * * * * * * *

Plans topographiques des arrondissements de la Cochinchine Française

au 1 / 100.000 (sauf exception)

conformément aux instructions des gouverneurs de la Cochinchine et gouverneuurs généraux de l’Indochine

noms des cours d’eau, et limites des communes

grandes feuilles de photocopies (noir et blanc)

  • par Bertaux :  Cân Tho (1890), Thu Dâu Môt (1890), Soc Trang (1891), Châu Dôc (1893), Tây Ninh (1896), Phu Quôc (1897).
  • par Bertaux et Courteaud :  Châu Dôc – ancien Ha Tiên (1895)
  • par Camouilly : Sai Gon (1885), Sa Dec (1885), Tân An (1888)
  • par Rousseau :  Rach Gia (1895)

* * * * * * * * * * * * *

Divers atlas ou brochures

1. Propositions pour la sauvegarde du patrimoine architectural autour du lac Hoan Kiêm à Ha Nôi. par Robert, Blanchette, Ecochard.  Paris (Reichen et Robert) 1991, 31 p. 30x42h, avec photos ; grand plan de Ha Nôi en 1873 en couverture.

2. Indochina Atlas, vers 1970. Référence mal définie de 16 grandes photocopies en couleurs de divers thèmes de toute l’Indochine. Peut-être partie de : Indochina Atlas, Directorate of Intelligence Office of Basic  Intelligence, 1970.

3. Atlas annamite, traduit par le Dr Harmand  1884  (environ 1 / 500.000) : Thanh Hoa, Nghê An (et Ha Tinh), Quang Binh, Thua Thiên (et Quang Tri), Quang Nam, Quang Ngai, Binh Dinh, Khanh Hoa.

4. Tâp ban dô dia ly dia phuong Viêt Nam, Vu Tu Lâp chu biên, Ha Noi, NXB KHXH   1996, 219p. 30×30 (tout NB).

5. Atlat Ha Noi (trich tâp) (à l’occasion du 30e  anniversaire de la libération de la capitale (1954-1984)  1984,  30 pages  36 x 36 cm, cartes couleurs. Ban chi dao diêu tra co ban tông hop thanh phô Ha Noi.

6. Dô an quy hoach chung quân – huyên thành phô Hô Chi Minh [projet de plan général pour les arrondissements de la cité province] (da duoc Uy Ban Nhân Dân tp HCM phê duyêt thang 2 / 1995. Une brochure  42x29h réunissant 3 tâp 32+34+30 p. dont 42 p. de grands croquis en couleurs.

7. Monographie de ville : Etude morphologique de Saigon, par Bruno Lam Quang, 1990-1991 (CEAA Métropoles d’Asie – Pacifique  UP.6  Paris – La Villette) – 13 grands croquis NB photocopiés, peu lisibles  42×30.

8. Ban dô hang tinh (Nha Dia Du Quôc Gia lâp và ân hanh)  1971 – 1972 – 1 / 200.000    44  cartes  73 x 57 cm par provinces : administration, communications, cours d’eau.

* * * * * * * * * * * * *

Viêt-Nam : Administration de tout ou grandes parties du pays

(roulées ; soulignés si pliées ou petites feuilles à plat)

1. Carte politique de l’Indo-chine 1889 par François Deloncle, échelle environ 1 / 3.700.000e – photocopie peu lisible.

2. USAF Jet Navigation Chart [1955 / 1962] au 1 / 2.000.000e  avec amorces du quadrillage, US Department of the Airforce [moitié Sud de l’indochine jusqu’au delta birman, jusqu’une grande partie de Bornéo et Sumatra]

3. Viêt Nam, Cambodia, Laos and eastern Thailand [1964] compiled and drawn bin the Cartographic Division of The National Geographic Society – echelle : 1 / 4.707.648 (1 inch = 74.3 miles) = photocopie NB lisible : noms des localités.

4. Ban dô  Viet Nam : luoc dô hinh thê va nhân van chinh tri  (1971) probablement 1 / 2.500.000. Editée par NXB Sông Moi, Sai Gon, mais carte administrative de tout le pays. Cambodge et Laos monocolores, mais limites de provinces en pointillés.

5. Rand Mc Nally Official Map of Vietnam, Laos and Cambodia [+ une partie de Thailand et régions chinoises frontalières] avant 1975 (ligne de démarcation). Très détaillée. 1 inch = 20 miles  1 / 1.250.000 – limites administrativces en pointillés. Notices sur South VN, North VN, Cambodia, Laos.

6. Miên Nam Viêt Nam [avant 1975] croquis des divisions administratives.

7. Southeast Asia Briefing Map [avant 1975] au 1 / 2.000.000e . Routes, principales villes, aérodromes ; amorces de quadrillage

8. Công Hoa Xa Hôi Chu Nghia Viet Nam (1981) au 1 / 3.000.000.  Provinces selon le grande réforme de 1976, Hanoi, NXB Van Hoa 1981. Et idem en petit format.

9. Administrative division et Road network (1989) en croquis parallèles. Edition CARTACTUAL n° 139 Viet Nam.

10. Công Hoa Xa Hôi Chu Nghia Viet Nam. Ban dô hanh chinh (1990) au 1 / 2.500.000, en 1990 (réalisée en 1989). Comprend les archipels avec les noms de toutes les îles. Nghê Tinh n’est pas encore redevenu Nghê An et Ha Tinh (91).

11. Ban dô hanh chinh Viet Nam, Lao, Cam Pu Chia en 1992 – 1 / 750.000 [donc après la réforme restituant un certain nombre de provinces en 91] par : Cuc Ban Dô Tông Tham Muu Quân dôi VN. Comprend les divisions administratives du Cambodge et du Laos + Est Thailand (documents de recherche).

12. Viet Nam. Ban dô hanh chinh en 1992, au 1 / 2.500.000. Comprend les archipels avec les noms de toutes les îles.

13. Công Hoa Xa Hôi Chu Nghia Viet Nam  1996 au 1 / 2.500.000. Comprend les archipels avec les noms de toutes les îles. Mise à jour : Nghê An / Ha Tinh ; Da Nang / Quang Nam.

14. Ban dô hanh chinh Viet Nam, Lao, Cam Pu Chia  1998C’est la même, mais mise à jour en 1998. Ex : Da Nang séparée du Quang Nam.

15. Carte politique de l’Indochine par F. Deloncle, 1889 (photocopie 60×40 cm)

16. Vietnam : administrative division ; road network  Cartactual n° 139 (1989) 75×75.

* * * * * * * * * * * * *

Viêt-Nam : carte au 1 / 10.000

éditée par  Cuc Do Dac va Ban Dô Nha Nuoc

issue des travaux d’avant 1975,

 imprimée en 1993

[orthographe simplifiée pour favoriser les copies]

E-48-132-C-a-2 : Dai Nôi

E-48-132-C-a-3 : Huê

C-48-59-C-c-2 : Khu Phô Môt  (Ba Ria – Vung Tau)

C-48-59-C-c-3 : Khu Phô Ba  (Ba Ria – Vung Tau)

C-48-59-C-c-5 : Vung Tau  (Ba Ria – Vung Tau)

C-48-59-C-c-6 : Khu Phô Hai (Ba Ria – Vung Tau)

Dalat : grande feuille (1960) en 3 exemplaires

* * * * * * * * * * * * *

Viêt-Nam, Laos et Cambodge : Quelques grandes cartes thématiques

1. Indochine ethnolinguistique (1949)  1 / 2.000.000 (EFEO et Service Géo. Indochine)

2. Ban dô Viet Nam kinh tê  (1957)  1 /  2.000.000

3. Carte de l’économie vietnamienne (Nord et Sud) 1 / 2.000.000 (1962) [commode]

4. Ban dô thao môc – Vegetation map  (1969)  1 / 1.000.000 (moitié Sud)

5. Carte de l’administration du Sud avant 1975 [commode]

6. Ban dô Viet Nam (1971) publiée au Sud mais administration complète, pointillés pour provinces Laos et Cambodge

7. Công Hoa Xa Hôi Chu Nghia Viêt Nam  (1981)  1 / 3.000.000 avec archipels

8. Ban dô hanh chinh  Viêt Nam – Cam Pu Chia – Lào (avant la réforme, donc entre 1976 et 1990)  1 / 750.000 (+ Est Thailand)

9. Công Hoa Xa Hôi Chu Nghia Viêt Nam  (1989)  1 / 3.000.000  avec archipels

10. Viêt Nam : ban dô hanh chinh  (1992)  1 / 2.500.000  avec archipels

11. Ban dô hanh chinh  Viêt Nam – Cam Pu Chia – Lào  (1992)  1 / 750.000 (+ Est Thailand)

12. Công Hoa Xa Hôi Chu Nghia Viêt Nam  (1996)  1 / 2.500.000

13. Ban dô hanh chinh  Viêt Nam – Cam Pu Chia – Lào  (1998)  1 / 750.000 (+ Est Thailand)

14. Ban dô hanh chinh  Viêt Nam – Cam Pu Chia – Lào  (2000)  1 / 750.000 (+ Est Thailand) avec réformes qui -> provinces Da Nang, Diên Biên Phu, Cantho.

15. Carte ethnolinguistique de l’Indochine [en couleurs] au 1 / 2.000.000, 1949 dressée ss la di. de l’EFEO ; Service géographique de l’Indochine

16. So dô phân bô cac dân tôc Viêt Nam  (vers 1980) croquis de la répartition des ethnies photocopié, peu lisible

17. Ban dô thao môc. Vegetation map [en couleurs, de la République du Sud] 1969 au 1 / 1.000.000e

18. Ban dô Viêt Nam kinh tê (Saigon 1962) au 1 / 2.000.000e [tout le Viêt-Nam]

* * * * * * * * * * * * *

Joint Operations Graphic (Ground)

1 / 250.000, transverse Mercator, courbes de niveau / prepared under the direction of the Defense Intelligence Agency and published by Army Map Service, corps of Engineers, US Army, Washington DC, compiled in 1967

Série incomplète d’après les n° relevés, mais semblent couvrir moitié Sud du VN + une partie du Cambodge et du Laos

* NC 48-2 : Phnom Penh – Mt Cardamomes

* NC 48-3 : Tây Ninh – Prey Vêng

* NC 48-4 : An Lôc – Bao Lôc

* NC 48-5 : Kampot – Sihanoukville – Phu Quôc

* NC 48-6 (en double) : Long Xuyên – Châu Dôc – Ta Keo

* NC 48-7 (en double) : Saigon – Vinh Long

* NC 48-8 : Phan Thiet – Phuoc Hai

* NC 48-10 : Rach Gia – Bac Liêu

* NC 48-11 (en double) : Tra Vinh – Soc Trang

* NC 48-15 : pointe de Ca Mau

* NC 49-1 : Da Lat – Phan Ri

* ND 48-4 : Nông Son – Chavan (Laos)

* ND 48-8 : Muang Mai (Attopeu) Laos

* ND 48-12 (en double) : Virachey, Cambodia

* ND 48-16 : Cambodge

* ND 49-1 : Da Nang

* ND 49-5 : Kon Tum – Duc Pho

* ND 49-9 : Qui Nhon – Cheo Reo

* ND 49-13 : Nha Trang – Ban Mê Thuôt

* NE 48-11 : Quang Binh et à l’ouest

* NE 48-12 : Dông Hôi

* NE 49-13 : Da Nang

* NE 48-15 : Muang Xepon , Laos

* NE 48-16 : Huê

* * * * * * * * * * * * *

Divers cartes ou documents

(roulées ; soulignés si pliées ou petites feuilles à plat)

1 . Planisphère  1993

2 . Indochine Française 1/ 2.000.000 (1953 complétée 1966) 1 feuille avec ligne de démarcation et bases aériennes du Sud

3 . Indochine Française 1/ 2.000.000 (1948/ 1953)  entoilée mais usée aux anciens plis

4 . Indochine  1 / 500.000 en 12 feuilles 1964

5 . Map controlled mosaic [photos aériennes]  1/10.000  (1967) 12 feuilles (région Saigon)

6 . Ethnies de langues Thai [Indochine avec Thailand + Nord Malaisie]  1985  1 feuille

7 . Carte économique de l’An Nam : province de Binh Dinh  1/100.000  1931 / 3 feuilles 45×70  (sur instructions du résident supérieur Pasquier)

8 . Khu ky nghê (Zone industrielle) de Biên Hoa  SONADEZI   1/5000  (1968) avec une carte géologique locale par Trân Kim Thach (1967)

9 . Southeast Asia Briefing Map (1/ 2.000.000 ?)  1966  (Army Map Service) [toute Indochine et grande partie de Thailand]

10 . Rand Mc Nally official map of Vietnam, Laos and Cambodia (1 inch = 20 miles) manque de références, mais d’avant 1975

[11: n’existe pas]

12 . USAF Jet Navigation Chart  1/ 2.000.000  1962  1 feuille (140×100 cm) [moitié Sud Indochine dont Thailand, Nord Sumatra et Bornéo]

[13 : n’existe pas]

14 . Saigon và vùng phu can. Grand plan détaillé (1965) sur documents 1962, au 1/ 10.000 de la cité métropolitaine par La thi Câm Oanh et Lê Công Thua (90×190 cm)

15 . Ban dô nôi thành thành phô Hô Chi Minh  au 1/ 10.000  (1985) [Plan de la partie urbaine de la cité province HCM en 6 feuilles 6×73]. Document non diffusé (Mât. Ban dô luu hanh nôi bô)

16 . Dô thành Sai Gon Carte au 1 / 10.000 (1958-59) avec index alphabétiques / 2 feuilles

17 . An Giang province. Population density 1966  1 / 100.000 avec limites des communes / 1 feuille  76×68

18 . Carte de la Cochinchine Française dressée… par la commandant KOCH, au 1 / 400.000 / Paris (Challamel) 1889. Photocopie N&B en 6 feuilles. La région de Saigon est en plus dans un cadre, au 1 / 200.000

19 . Hoa dô Saigon và vùng phu cân   1 / 25.000  1968   1 feuille   47×61 (en double)

20 . Saigon ; Saigon and vicinity  (entre 1960 et 1975) 1 feuille  43×56 (en triple)

21 . Carte forestière de la Cochinchine  1931, mais photocopie N&B donc beaucoup perdu

22 . [Carte des sols  environs Nord de Tây Ninh] (semble brouillon peint à la main) date ?

23 . Outline Planning Scheme Danang  1969  1 / 50.000

24 . Crop growing season map of South Viet-Nam  USAID 1948

25 . Saigon city map  1 / 12.500 (Army Map Service)  date ? [années 60] série L 909 avec index alpha.

26 . Thanh phô Hô Chi Minh : dia ly tu nhiên  1 / 100.000  1987 (toute la province, relief)

27 . Carte du delta du Tonkin dressée par le capitaine lecomte,  1 / 300.000   1884

28 . Ethnolinguistic Groups of Mainland Southeast Asia  par LeBar, Hickey, Musgrave,  1964 / 2 feuilles comprenant la Chine du Sud, la Birmanie, Thailand  et la Malaisie

29 . Phnom Penh  1 / 25.000   1928  1 feuille 30×42

30 . Phnom Penh  1 / 12.500  1958   60×84

31 . Tinh Hâu Nghia  1 / 50.000  1965  (en double) grandes copies comme plans d’architectes

32 . Huê et environs immédiats   1 / 25.000   avant 1954 ?

33 . Carte [du christianisme en] Cochinchine (Missions Etrangères, par Launay)  1889 / photocopie

34 . Tinh Gia Dinh. Ban dô tinh ly    1 / 10.000  vers 1970

35 . Site et situation de Saigon (géophysique)  1968  [thèse de Tâm]

36 . Plan de Saigon dessiné par Trân Van Hoc en 1816  [thèse de Tâm]

37 .  The East Part of India or India beyond the R. Ganges  par Herman Moll, 1744 [Indochine et Malaisie]

38 . Densité de population de Saigon  1964  [thèse de Tâm]

39 . Annam dai quôc hoa dô (Taberd) 1838  en 4 grandes photocopies + autre exemplaire, en un petit rouleau

40 . Carte générale de la Basse Cochinchine et du Cambodge  1863 par Manen Vidalin, Héraud en annexe de l’Histoire de la Basse Cochinchine par Aubaret 1863 / 10 grandes photocopies N&B  42 x 30h

41 . Ban dô thuy vân Nam phân Viêt Nam 1 / 500.000   1965  2 feuilles [communication fluviales et limites admin. Sud]

42 . Asie du Sud-Est continentale + Malaisie + Nord de Sumatra  1 / 2.500.000 / Carte US  1964

43 . Carte au 1 / 25.000 à partir de l’ancien 25000 Indochine F / rééd. Service Géo Nation VN 1961  en couleurs / 221 10 W : Biên Hoa W / 221 10 E : Biên Hoa E

44 . Map Information AS OF   1965   1 / 50.000. Army Map Service (US Army Corps of Engineers). Feuilles : 5829  I : Krong Kêp  [de Hà Tiên à Kampot] ; 6330  I : Biên Hoa  [Thu Duc – Biên Hoa] ; 6330   I I :  Nhon Trach [Nha be – delta] ; 6330   I I I :  Cân Giuôc   [de Cho Lon à plus loin que Cân Giuôc] ; 6330   I V :  Sai Gon [jusqu’à Lai Thiêu et Phu Cuong] ; 6838  IV  :  Thanh Giêng [?]

45 . Carte géologique de l’Indochine au 1 / 2.000.000e  en 1952 en 2 feuilles Nord et Sud, d’après travaux depuis 1898 par le Service Géologique de l’Indochine établie sous direction de FROMAGET, chef de ce service, réédition en 1952 (Saurin chef du service)

46. USAF Jet Navigation Chart [1955 / 1962] au 1 / 2.000.000e  avec amorces du quadrillage, US Department of the Airforce [moitié Sud de l’indochine jusqu’au delta birman, jusqu’à une grande partie de Bornéo et Sumatra]

47. Viêt Nam, Cambodia, Laos and eastern Thailand [1964] compiled and drawn bin the Cartographic Division of The National Geographic Society / echelle : 1 / 4.707.648 (1 inch = 74.3 miles) = photocopie N&B lisible : noms des localités

48. Ban dô  Viet Nam : luoc dô hinh thê va nhân van chinh tri  (1971) probablement 1 / 2.500.000. Editée par NXB Sông Moi, Sai Gon, mais carte admini de tout le pays. Cambodge et Laos monocolores, mais limites de provinces en pointillés

49. Rand Mc Nally Official Map of Vietnam, Laos and Cambodia [+ une partie de Thailand et régions chinoises frontalières] avant 1975 (ligne de démarcation). Très détaillée. 1 inch = 20 miles  1 / 1.250.000 limites admini. en pointillés. Notices sur South VN, North VN, Cambodia, Laos

* * * * * * * * * * * * *

WORLD (ASIA) 1 / 1.000.000

prepared by the Army Map Service, Corps of Engineers, US Army, Washington DC

Compiled in 1954 : Indochina and Thailand

Road and railroad classification should be referred with caution

NF 48 : Hanoi NF 49 : NF 50
NE 48 : Huê NE 49 : Hai Nan tao NE 50
ND 48 : Battambang ND 49 : Qui Nhon ND 50
NC 48 : Saigon NC 49 : Dalat NC 50

J’ai :

NF 48  [tout le « Tonkin »]

NE 48  [Thanh Hoa – Da Nang]  et  49 [Hai Nan tao]

ND 48  [Cambodge Nord]  et 49  [de Faifo à Nha Trang]

NC 48  [Ca Mau – Blao, jusqu’à Kompong Som]  et 49 [Phan Rang et la mer]

NF 48  [tout le « Tonkin »] : est rangée à part, avec les cartes du Nord dont je me sers encore.

Philippe Langlet (1935-2013)

P.-E. Bachelet : Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Pierre-Emmanuel Bachelet a soutenu le lundi 8 juillet 2013 son mémoire de Master 2 en Histoire moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon. Mémoire dirigé par Jean-Pascal Bassino (Professeur, Université de Grenoble) et François Guillemot (IR CNRS, IAO).

Reposant sur l’étude rigoureuse d’un corpus de près de 70 cartes anciennes de multiples provenances (européennes, chinoises, vietnamiennes, japonaises ou arabes), P.-E. Bachelet propose une approche du territoire cam par le ciel et une vue de la mer. Ce Champa « vu du ciel et de la mer » offre une image inédite de la représentation spatiale (par les étrangers) de ce royaume disparu et de son importance à travers les siècles. En faisant appel aux documents cartographiques et géographiques (à travers les données des routiers), cette étude historique, entreprise sur la longue durée, est une belle contribution aux études cam et ouvre des perspectives de recherche sur les réseaux commerciaux, la représentation de l’autre et la circulation des idées en Asie du Sud-Est.

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605
Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Un aperçu de la géographie du royaume cam d’après les géographes et les navigateurs asiatiques, musulmans et européens.

Pierre-Emmanuel Bachelet, ENS de Lyon

Résumé

Cette étude s’intéresse à la place qu’occupe le Campā dans la cartographie européenne, musulmane et asiatique et dans les textes qui ont trait à sa géographie. Il tente d’apporter un éclairage différent, à travers un nouveau type de sources, sur l’importance du royaume cam dans les réseaux commerciaux d’Asie du Sud-Est et sur la connaissance qu’en ont les géographes et navigateurs. Les cartographies chinoise, japonaise et vietnamienne y sont abordées : ces cartes mettent l’accent sur la conception symbolique que les Chinois ou les Japonais ont du monde, ou encore sur les revendications politiques et territoriales des Chinois et Vietnamiens en Asie du Sud-Est. Les cartographes musulmans et européens tentent quand à eux de donner une image plus réaliste de ces contrées éloignées, en intégrant à leurs travaux des informations issues des auteurs médiévaux (Marco Polo…), de Ptolémée et bien entendu des navigateurs qui explorent les côtes cam à partir du XVIe siècle. Dans tous les cas on assiste à une standardisation autour de critères cartographiques occidentaux, du XVIIe au XIXe siècle : le Campā occupe une place de plus en plus réduite dans ces cartes, ce qui est peu étonnant vu les amputations territoriales subies au long de ces périodes. Récits de voyage, routiers, récits de missionnaires et encyclopédies permettent de compléter cet aperçu en intégrant des descriptions des côtes, des coordonnées et d’autres détails sur la géographie du royaume cam.

P.-E. Bachelet a travaillé en M1 sur l’historiographie du Campā et sur les sources européennes relatives à l’activité commerciale, la situation politique et la société cam. Il a consacré son M2 à la place du Campā dans la cartographie et projette de travailler en thèse sur les relations entre le Campā/le Sud Viêt Nam et le Japon aux XVIe et XVIIe siècles.

Nguyễn Đình Đầu : Người Việt Nam không chia rẽ – Les Vietnamiens ne sont pas divisés

nha-nghien-cuu-nguyen-dinh-dau[ndlr] Entretien rare avec le chercheur Nguyen Dinh Dau, originaire de Hanoi, aujourd’hui âgé de 93 ans. Avant de débuter l’entretien, le commentateur rappelle brièvement le parcours personnel de Nguyen Dinh Dau avant 1975 au sein de la résistance anticoloniale, de la révolution de 1945 puis aux côtés de la « Troisième force » pendant la guerre du Viêt-Nam.

Filmé dans son appartement d’Ho Chi Minh-Ville, le vieil homme se remémore la chute de Saigon en évoquant le rôle clé de Duong Van Minh le 30 avril 1975. Il rend ensuite hommage au général Tran Van Tra en insistant sur le caractère « national et uni » des Vietnamiens. Il entend ainsi mettre l’accent sur l’importance de la réconciliation nationale, raison qui le poussa à rester au Viêt-Nam après la réunification. L’entretien se concentre peu après sur la question sensible des îles Spratleys et Paracels à travers les cartes. Cela lui permet de réaffirmer la souveraineté ancienne du Viêt-Nam sur ces îlots contestés. Depuis des décennies, Nguyen Dinh Dau a rassemblé pour ses recherches un fonds cartographique exceptionnel de plus de 3000 cartes.

* * *

A parcourir : Etudes postcoloniales – Aperçus sur une notion en devenir

[ndlr] En complément de l’introduction sur le cours du Viêt-Nam au XXe siècle, retrouvons ci-après quelques clés de compréhension pour appréhender la diversité des Colonial et Postcolonial Studies. Notre sélection, loin d’être exhaustive, regroupe quelques articles en ligne et une trentaine d’ouvrages (aperçu Google Books).

Pour les études françaises dépassant ce cadre conceptuel, on pourra se reporter à la bibliographie illustrée en ligne de Michel Renard : « Les historien(ne)s du temps colonial. Essai de répertoire hypermédia » (mise à jour le 13/08/2012).

 

Articles en ligne

  • Note sur les fondements des postcolonial studies – Béatrice Collignon

Résumé / Abstract

Longtemps absent dans les sciences sociales françaises, le terme « postcolonial » apparaît de plus en plus fréquemment dans les publications et programmes de rencontres, sous l’impulsion des débats autour de l’héritage de la colonisation et des « indigènes de la République ». Dans ce contexte, cette note présente les principaux traits qui fondent des postcolonial studies telles qu’elles se sont développées dans le monde anglo-saxon depuis une vingtaine d’années. Cette mise au point, à l’usage des géographes entre autres, vise à clarifier les échanges en montrant le décalage entre le post-colonial français et les postcolonial studies.

Long ignored by French social sciences, the term « postcolonial » has recently become popular in academic literature and meetings, in relation to the political debate about colonial legacy and 2nd and 3rd immigrants generations (the so-called « indigènes de la République »). Yet, although the term is the same (« postcolonial »), the meaning it is usually given in France by those who qualify their work as such is quite different from the one it has in the anglo world. In this context, this note aims at clarifying the situation for French geographers and others by presenting briefly some of the main aspects of postcolonial theory.

Référence électronique :

Béatrice Collignon, « Note sur les fondements des postcolonial studies », EchoGéo [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 06 mars 2008, consulté le 23 janvier 2013. URL : http://echogeo.revues.org/2089 ; DOI : 10.4000/echogeo.2089

Lire la suite : http://echogeo.revues.org/2089

 

  • Post-Colonial et Colonial Studies: enjeux et débats – Emmanuelle Sibeud

De tous les développements récents des Cultural Studies, les Post-Colonial Studies sont sans doute le plus mystérieux. Que veut dire être « Post-Colonial »?

S’agit-il d’un nouvel ordre de phénomènes à étudier ou d’un projet théorique et éventuellement politique ? Ces questions sont encore très exotiques en France, mais elles occupent une place importante dans les recherches anglophones. Ainsi le dernier congrès annuel de la Society for French Historical Studies (à Paris au mois de juin 2004) proposait-il un nombre relativement élevé de travaux sur la colonisation française, qui ne se rattachaient certes pas tous aux Post-Colonial Studies, mais qui soulignaient la légitimité qu’elles ont acquise jusque dans les réseaux assez classiques des historiens.

Cet engouement peut surprendre. Les Post-Colonial Studies sont délibérément transdisciplinaires, bardées de références théoriques assez hétérogènes et quelque peu jargonnantes. Elles posent cependant des questions importantes en particulier aux historiens. Peut-on dire que nous vivons dans un monde « Post-Colonial », c’est-à-dire libéré politiquement, économiquement et culturellement des formes coloniales de domination et de leurs éventuels avatars, mais en même temps profondément marqué par cette domination ? Et si tel est le cas, comment rendre compte de la diversité des expériences historiques des ex-colonisés et des ex-colonisateurs en évitant le double écueil d’un éclatement de l’histoire en récits divergents ou, au contraire, de son enfermement dans une logique binaire qui reconduirait sempiternellement l’opposition entre « eux » et « nous »?

Réf. électronique : Emmanuelle Sibeud « Post-Colonial et Colonial Studies: enjeux et débats », Revue d’histoire moderne et contemporaine 5/2004 (no51-4bis), p. 87-95.
URL : www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2004-5-page-87.htm.

Lire la suite : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2004-5-page-87.htm

 

  • Que faire des postcolonial studies ? [CR de lecture] – Yves Gounin

A propos de l’ouvrage : La situation postcoloniale. Les postcolonial studies dans le débat français / sous la direction de Marie-Claude Smouts, Paris, Presses de Sciences Po, septembre 2007, 451 p.

Les postcolonial studies sont devenues depuis une vingtaine d’années dans le monde anglo-saxon un domaine d’études à part entière. Elles ont leurs figures tutélaires (Frantz Fanon, Edward Said), leurs grands-prêtres (Gayatri Spivak, Homi Bhabba), leurs anthologies, leurs chapelles… On les enseigne aux États-Unis, en Australie, en Angleterre, mais aussi au Danemark, en Italie, au Mexique. Mais bizarrement, les postcolonial studies sont longtemps restées ignorées en France. Aussi le colloque qui s’est tenu les 4 et 5 mai 2006 au CERI et dont le présent ouvrage est issu constitue-t-il un événement dans les sciences sociales françaises. Pour la première fois en France, des philosophes, des anthropologues, des politologues, des sociologues, des historiens, des professeurs de littérature ont débattu avec une communicative alacrité de la définition, des méthodes et des enjeux de cette approche novatrice.

Quel est l’objet des études postcoloniales ? Pour certains, elles devraient se borner à décrire le monde de l’après-colonialisme. Il s’agirait d’aller débusquer les séquelles de la colonisation aussi bien dans les ex-colonies (néocolonialisme, échange inégal, État importé, etc.) que dans les ex-métropoles. Cet aspect-là n’est pas le moins intéressant et a d’ailleurs déjà donné lieu, en France, à des recherches très stimulantes de la part de chercheurs qui ne se revendiquent pas expressément des postcolonial studies. Tel est l’objet de l’ouvrage capital La fracture coloniale où les auteurs, Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire, s’emploient, comme l’indique leur sous-titre à décrypter la société française contemporaine « au prisme de l’héritage colonial ».

Lire la suite du CR : https://www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2008-3-page-145.htm

 

  • Introduction to Postcolonial Studies – by Deepika Bahri, Fall 1996

The Postcolonial Studies website (PS) is a project in progress at the English Department at Emory University.

The field of Postcolonial Studies has been gaining prominence since the 1970s. Some would date its rise in the Western academy from the publication of Edward Said’s influential critique of Western constructions of the Orient in his 1978 book, Orientalism. The growing currency within the academy of the term « postcolonial » (sometimes hyphenated) was consolidated by the appearance in 1989 of The Empire Writes Back: Theory and Practice in Post-Colonial Literatures by Bill Ashcroft, Gareth Griffiths, and Helen Tiffin. Since then, the use of cognate terms « Commonwealth » and « Third World » that were used to describe the literature of Europe’s former colonies has become rarer. Although there is considerable debate over the precise parameters of the field and the definition of the term « postcolonial, » in a very general sense, it is the study of the interactions between European nations and the societies they colonized in the modern period. The European empire is said to have held sway over more than 85% of the rest of the globe by the time of the First World War, having consolidated its control over several centuries. The sheer extent and duration of the European empire and its disintegration after the Second World War have led to widespread interest in postcolonial literature and criticism in our own times.

Read more : http://www.english.emory.edu/Bahri/Intro.html

 

  • Les postcolonial studies – Retour d’empires – Nicolas Journet ( Revue Sciences humaines, 15/06/2011)

Le postcolonial ne désigne pas seulement ce qui vient après les colonies, mais un genre d’études issu de la critique des sources occidentales du savoir et de l’histoire. Est donc postcolonial tout objet qui résiste à ce regard colonial, ou que l’on décrit comme tel.

Lire la suite (article payant) : http://www.scienceshumaines.com/les-postcolonial-studies-retour-d-empires_fr_14840.html

 

Colloques, Recherche, Réseaux

  • Des analyses « Tiers-mondistes » aux « Postcolonial Studies » – théories critiques du pouvoir et revendications politiques (UQAM, annonce de colloque 1er et 2 septembre 2011)

En moins d’une trentaine d’années, les postcolonial studies se sont imposées comme des approches théoriques incontournables dans l’ensemble des disciplines des sciences sociales. Leur enseignement est désormais institutionnalisé dans les universités anglophones états-uniennes en particulier (Parry, 2006) et elles font, depuis peu, l’objet d’importants débats dans le champ universitaire francophone comme en témoigne les traductions récentes des travaux de K. Bhabha (2007), de G. Spivak (2009), de D. Chakrabarty (2009) ou encore la multiplication d’ouvrages en français plus ou moins polémiques sur la question (Smouts, 2007 ; Amselle, 2009 ; Bayart, 2010 ; Bernault et al., 2010 ; Lacoste, 2010).

Cette pensée critique émerge dans les départements littéraires des universités américaines à la fin des années 80 (Ashcroft) et s’inspire tout à la fois de la critique de l’Orientalisme d’Edward Saïd (Saïd, 1978), de la French theory poststructuraliste (Derrida, Foucault, Deleuze et Lyotard), des cultural studies (S. Hall ; P. Gilroy) et des historiens des subaltern Studies (Guha, 1982). Il s’agit donc d’emblée d’un courant de pensée multidisciplinaire.

Les théories postcoloniales partagent cependant un certain nombre d’objectifs et de postulats communs. Au nombre des objectifs, elles se proposent en particulier de rompre avec la conception hégémonique – occidento-centrique et/ou eurocentrique – du progrès et de la modernité, héritée simultanément de l’humanisme des Lumières, de la construction de l’Étatnation et de la colonisation. Cette rupture s’imposerait notamment pour dépasser les historiographies dominantes – colonialiste, nationaliste et/ou marxiste – qui en plus d’instrumentaliser les contestations populaires, marginaliseraient les subaltern (Dipesh Chakrabarty). Par opposition, les théories postcoloniales préconisent une approche « par le bas », centrée sur ces subaltern, leur conscience et leur capacité d’agir (agency), plutôt que sur le point de vue des institutions et des « élites », y compris nationalistes ou militantes.

Lire la suite : CEDIM/UQAM

 

  •  The Postcolonial Film Series: (starting January 8, 2013) – PCI Project

On January 8, 2013, the Postcolonial Initiative PCI Utrecht starts its third postcolonial film series with a selection of films that draw on a variety of different contexts in our postcolonial world. The series will be organized annually between January and June and invites all interested in our European postcolonial present and the representation of its political, cultural and aesthetic realities and challenges. We want to explore, through visual representations and cinematographic narratives, how these realities are analyzed and re-imagined in contemporary film. Each film will be introduced briefly by scholars connected to the PCI and we hope to chat in the bar afterwards.

Lire la suite : http://www.postcolonialstudies.nl/

 

  • Quelques centres et réseaux de recherche

Centre d’Enseignement et de Recherche en Etudes Postcoloniales (CEREP) – Faculté de Philosophie et Lettres. Université de Liège, Belgique

Centre for Colonial and Postcolonial Studies – University of Sussex, UK

Centre for Cultural, Literary and Postcolonial Studies (CCLPS) – SOAS. University of London, UK

Centre for Postcolonial and Globalisation Studies – University of South Australia

Centre for Postcolonial Studies – Goldsmiths. University of London, UK

Colonial and Post Colonial Studies – Worldwide Universities Network

Frankfurt Research Center for Postcolonial Studies (FRCPS) – Goethe-Universität Frankfurt am Main

Institute for Colonial and Postcolonial Studies (ICPS) – Faculty of Arts. University of Leeds, UK

The Postcolonial Studies Association (PSA) – Professional organisation. Doncaster, South Yorkshire, UK

Postcolonial Studies Research Network – Division of Humanities, University of Otago, New Zealand

The Institute of Postcolonial Studies (IPS) – Independent organisation. Melbourne, Australia

The Stockton Postcolonial Studies Project Home – Digital research project of The Richard Stockton College of New Jersey, USA

 

Débat et lectures

  • La situation postcoloniale : les postcolonial studies dans le débat français

L’irruption des postcolonial studies dans le débat français, sur fond de malaise dans les banlieues, s’accompagne de malentendus. Cette approche, venue des universités anglophones, est tantôt évoquée pour dénoncer la lenteur de la France à prendre en considération les réalités postcoloniales, tantôt repoussée comme une mise en accusation du passé, dangereuse pour la cohésion nationale. Mais rares sont ceux qui, en France, connaissent vraiment ces écrits, leur genèse et leur évolution.

Cet ouvrage sans équivalent présente de façon contradictoire mais dépassionnée les principaux auteurs, concepts et problématiques des postcolonial studies. Il en fait l’examen critique et discute à plusieurs voix leur pertinence pour la situation française actuelle.

Penser en termes postcoloniaux ne signifie pas se crisper avec amertume sur le passé et creuser des oppositions négatives. Cela conduit au contraire à penser la diversité de la société française dans la « Relation » et la convergence des histoires. L’exercice est nécessaire, et il y a urgence. – 4e de couverture- (date de publication : septembre 2007)

A écouter sur France Culture (La Fabrique de l’histoire)

 

  •  Lectures en ligne (sélection Google books, aperçu de la diversité des approches)

A Companion to Postcolonial Studies (2005)

A Critique of Postcolonial Reason: Toward a History of the Vanishing Present (1999)

Against the Postcolonial: Francophone Writers at the Ends of the French Empire (2005)

Coloniality at Large: Latin America and the Postcolonial Debate (2008)

Critical Theory And Performance (2007): see Postcolonial Studies, p. 67-70

Crossing Borderlands: Composition and Postcolonial Studies (2004)

Deconstruction and the Postcolonial: At the Limits of Theory (2007)

Encyclopedia Of Postcolonial Studies (2001)

Exegesis in the Making: Postcolonialism and New Testament Studies (2011)

Exploring Postcolonial Biblical Criticism: History, Method, Practice (2012)

Interdisciplinary Measures: Literature and the Future of Postcolonial Studies (2008)

La construction du discours colonial – L’empire français aux XIXe et XXe siècles (2009)

Les études postcoloniales: un carnaval académique (2010)

Lineages of Political Society: Studies in Postcolonial Democracy (2011)

Linked Histories: Postcolonial Studies In A Globalized World (2005)

Mapping Subaltern Studies and the Postcolonial (2012)

Marxism, Modernity and Postcolonial Studies (2002)

Nationalism and Cultural Practice in the Postcolonial World (1999)

Post-Colonial Cultures (2005)

Post-Colonial Studies: The Key Concepts (2000) and Post-colonial Studies: The Key Concepts, 2nd edition (2007)

Post-colonial Women Writers: New Perspectives (2008)

Postcolonial Approaches to the European Middle Ages: Translating Cultures (2005)

Postcolonial Biblical Criticism: Interdisciplinary Intersections (2005)

Postcolonial Challenges in Education (2009)

Postcolonial Contraventions: Cultural Readings of Race, Imperialism, and transnationalism (2003)

Postcolonialism, Feminism and Religious Discourse (2002)

Postcolonial Literary Studies: The First Thirty Years (2011)

Postcolonial Representations: Women, Literature, Identity (1995)

Postcolonial Studies: A Materialist Critique (2004)

Postcolonial Theory and the United States: Race, Ethnicity, and Literature (2000)

Reconstructing Hybridity: Post-Colonial Studies in Transition (2007)

Terror and the Postcolonial: A Concise Companion (2010)

The Cambridge Companion to Postcolonial Literary Studies (2004)

The Politics of the Female Body: Postcolonial Women Writers (2006)

The Post-Colonial Studies Reader (1995)

The Postcolonial Science and Technology Studies Reader (2011)

The Postcolonial Unconscious (2011)

The Pre-Occupation of Postcolonial Studies (2000)

Transnational French Studies: Postcolonialism and Littérature-monde (2010)

Travel Writing and Empire: Postcolonial Theory in Transit (1999)

Visual Difference: Postcolonial Studies and Intercultural Cinema (2011)