Archives par mot-clé : carnet de guerre

Journal d’Indochine 1949–1951

[ndlr] Signalement d’un projet en cours. Le designer graphique Sébastien Noguera (studio Chateau Fort Fort), travaille sur la transcription du carnet de guerre journalier, manuscrit et photographique, que son grand-père le gendarme Bernard Crombèke a rédigé durant sa période d’engagement en Indochine (1949–1951).

Complément photographique du «Journal d’Indochine 1949–1951» du gendarme Bernard Crombèke. Voici une sélection issue des 400 clichés datés et légendés du carnet de guerre décrivant le quotidien d’êtres humains au sein d’un des grands conflits du XXe siècle: la guerre d’Indochine (1946–1954). L’anthropologie d’un conflit…

Journal d'Indochine 1949—1951 from Château Fort Fort on Vimeo.

Un site à visiter 65 photos d’époque en ligne : http://journal-indochine.tumblr.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/journalindochine/

Carnet de guerre d’un jeune Viêt-Minh à Diên Biên Phu – CR de lecture par Timothée Garrigos-Pobel

PhamThanhTam_CarnetGuerreVietMinhCe livre à été publié à partir des carnets de guerre de Pham Thanh Tâm à Diên Biên Phu. Alors jeune reporter de guerre dans l’armée Viêt Minh rattaché à la division d’artillerie lourde, l’artiste produit un ensemble impressionnant de croquis, aquarelles et de textes, parfois ses propres observations, parfois des récits de soldats. L’intérêt principal de ce texte réside dans ces deux manières de dire la guerre, le dessin et le récit, mais aussi dans la vision de la guerre d’un militant Viêt-Minh. L’historien Stéphane Audouin-Rouzeau pointe dans sa préface l’élément clé de la compréhension de ce texte, qui nous incite à repenser notre rapport à la « propagande » que l’on a tendance à considérer comme un élément occultant la réalité des souffrances des soldats et de l’horreur de la guerre. Il nous dit « Ce que nous appelons un peu vite ‘la  propagande’ peut être constitué de tout un corpus […] qui donna sens, tout simplement, à ce qui se jouait dans le combat au quotidien ». Le tour de force des Viêt-Minh durant la bataille de Diên Biên Phu, à savoir acheminer sur des centaines de kilomètres et à l’abri des raids de l’aviation française des pièces d’artillerie lourde, qui pilonnèrent des mois durant les positions françaises, ne pouvait pas avoir eu lieu sans un sacrifice réel des soldats, et c’est ce sacrifice humain, dans les mots de ceux qui l’ont vécu que nous propose de redécouvrir l’auteur.

Biographie et contexte historique

Afin de comprendre le contexte historique qui sous tend l’écriture de ce carnet, nous reviendrons sur la biographie de l’auteur et sur le déroulement de la bataille de Diên Biên Phu.

  • L’auteur

Né en 1933 à Haiphong, Pham Thanh Tâm est très vite confronté à la dureté de la colonisation, et ce malgré qu’il bénéficie d’une l’éducation dans un lycée français. Dès 1941, un large mouvement autour de la figure d’Hô Chi Minh influence l’engagement du jeune garçon. Il manifeste dans les rues au milieu d’autres enfants avec des fusils en bois et des drapeaux rouges. L’un des éléments marquant de l’enfance de Tâm est la famine de 1944-1945. Il dit :

« La façon dont les gens mourraient était épouvantable. Ils n’avaient plus de chair sur les os. A la place des pieds ils n’avaient que des plaies grouillantes d’asticots ». (p.19)

Les événements se précipitent lorsque le 23 novembre 1945 l’accord provisoire de Fontainebleau vole en éclat. Haiphong est pilonnée par l’armée française et Tâm et sa famille doivent se réfugier dans le maquis. Il a alors 12 ans et commencent pour lui 7 années de résistance, durant lesquelles, fort d’une formation artistique à Hanoi, il prendra une part active à la production de slogan, affiches, graffitis pour la propagande Viêt-Minh. Il sera ensuite envoyé en Chine pour parfaire son apprentissage militaire puis devra rejoindre Diên Biên Phu à pieds, une marche longue de 300km par laquelle débute le récit.

  • La bataille de Diên Biên Phu

La bataille de Diên Biên Phu se déroula du 20 novembre 1953 au 7 mai 1954. Elle opposa les forces de l’Union française (Para, Légion étrangère, troupes coloniales et troupes vietnamiennes) aux forces Viêt-Minh du Général Vo Nguyen Giap. La bataille eue lieu au nord-ouest du Vietnam actuel, dans une zone proche de la frontière avec le Laos. Les stratèges français avaient choisi cette zone de combat pour sa géographie : une cuvette entourée de montagnes abruptes, dans une zone agricole, loin des zones de ravitaillement des Viêt-Minh. Fort de leur expérience à Na San en 1952, où il remportent une victoire contre le même général Giap, les militaires français tablent sur l’impossibilité pour les Viêt-Minh d’acheminer de l’artillerie lourde dans cette région reculée et montagneuse, ainsi que sur leur propre approvisionnement par un pont aérien au fond de la vallée. Le général Giap va cependant surprendre les militaires français en mobilisant une chaine logistique humaine impressionnante, permettant d’acheminer des pièces d’artillerie lourde (notamment des canons 105 mm récupérés aux Américains, qui sont décris dans le texte de Pham Thanh Tâm comme les anges gardiens de l’infanterie Viet-Minh), et des vivres en masse. Les canons Viêt-Minh, positionnés dans les montagnes tout autour de Diên Biên Phu vont pilonner en continu les positions françaises. Très vite, la piste d’atterrissage destinée au ravitaillement est complètement détruite, et 62 avions sont abattus par la DCA communiste au cours de la bataille.

Le général Giap envoie régulièrement des vagues d’infanterie avancer dans les tranchées, où, après bombardement par les canons, elles envahissent les avant postes français dans des combats au corps à corps pour sécuriser des objectifs stratégiques. Ces opérations sont très couteuses en vies humaines. Le bilan au 7 mai 1954 fait état de 4000 à 8000 tués pour les forces Viêt-Minh et 9000 à 15000 blessés, pour 80 000 hommes déployés (soldats et logistique), contre 2293 morts et 5195 blessés côté français, pour 14 014 hommes déployés (soldats et logistique). Il faudra cependant ajouter 7801 morts ou disparus sur les 11 721 prisonniers français, portant le nombre de morts à environ 10 000.

La bataille de Diên Biên Phu a eu un impact extrêmement important sur les discussions de Genève et les accords qui signent le retrait des troupes françaises du Vietnam et officialisent le cessez-le-feu. Les Viêt-Minh ont pu, grâce à cette victoire, négocier favorablement la suite de la guerre.

A partir de ces éléments biographiques et historiques, nous allons essayer de comprendre comment l’auteur appréhende le point de vue des soldats et le sien.

Le point de vue de l’artiste militant

Le récit débute donc avant la bataille de Diên Biên Phu, alors que Pham Thanh Tâm rejoins la ligne de front, traversant près de 300 km à pied depuis la frontière chinoise. Durant tout son périple il note tout ce qu’il voit mais aussi ce qu’il entends, et à ce titre recueille le témoignage de soldats Viêt-Minh.

  • Le rôle des « unités artistiques »

Pham Thanh Tâm fait partie d’une unité artistique, dont le rôle était de rapporter, via des récits et des dessins, les événements de la guerre, afin de participer à la propagande du régime communiste. L’auteur a effectué une formation en Chine, où les instructeurs du Parti Communiste (PC) dispensaient des cours de « politique », durant lesquels les participants faisaient leur autocritique et apprenaient à penser en « bons communistes ». Cette formation se ressent dans les écrits de de Tâm, que ce soit dans le vocabulaire (« camarade », recours au sacrifice,…) ou dans la manière dont ses croquis représentent le combat (le croquis rapide était une technique enseignée aux unités artistiques afin de pouvoir dessiner sur le champ de bataille). Le journal de Tâm n’était pas destiné à être publié, mais il reste écrit dans l’idée de pouvoir restituer les exploits des soldats qui l’entourent. Il donne le nom et la compagnie à laquelle appartient chaque soldat cité, ainsi que les faits qu’il a accompli. Il retranscrit les combats fidèlement et réalise des croquis sur le vif, tout en prenant soin de ne pas montrer l’horreur des combats, le sang et la mort, même des ennemis. Tâm indique qu’il perçoit son statut comme une mission : donner du courage aux soldats, leur permettre de s’exprimer, d’être sûr que leurs familles sauront ce qu’ils ont accompli au combat. A ce titre, il ne montre pas, dans ses dessins, ce qui pourrait démoraliser ses camarades. Il est intéressant de le noter car malgré son statut d’artiste militaire, Tâm était encore très jeune (21 ans) et n’avait pas à répondre aux même contraintes que pendant la guerre contre les États-Unis, où il sera un artiste officiel du régime et devra donc peindre et écrire de manière beaucoup moins personnelle. Durant la bataille de Diên Biên Phu, Tâm était donc relativement libre d’exprimer des doutes face à l’horreur de la guerre, en faisant attention à ne pas se faire confisquer ses récits. On note cependant qu’il ne critique finalement pas ou très peu la guerre, à ceci prêt qu’il relate les conditions de vie difficile des soldats épuisés. Son récit s’il est éminemment militant, n’est pas pour autant un simple outil de propagande du régime, mais bien plus le miroir de l’espoir qu’incarne à ce moment précis, le mouvement Viêt-Minh pour des jeunes vietnamiens pris dans une guerre de décolonisation.

  • Percevoir la beauté malgré la guerre

Tout au long du récit, Tâm parle de son pays avec optimisme et admiration. A plusieurs moments du récit, et ce même pendant la bataille, il décrit des paysages idylliques loin de l’horreur des combats. Quand une troupe de danseuse vient soutenir le moral des soldats au camp, il s’attache à décrire leur beauté et leur candeur, notant même une affection particulière pour l’une d’entre elle. Dans les dessins de Tâm reviennent souvent des sourires, des fleurs et des couleurs vives comme pour rappeler qu’à côté de la guerre il y a encore la vie. Lorsque, lors d’une accalmie dans les combats, l’auteur se rend sur le flanc d’une colline épargnée par le pilonnage de l’artillerie, il dit :

« J’étais étonné qu’un coin aussi paisible puisse encore exister au milieu de ce carnage. Les arbres verts effleuraient la surface de l’eau. » (p. 136)

Le rythme du récit est très rapide durant la bataille car Tâm s’attache à décrire ce que chaque compagnie d’artillerie a effectuée chaque jour. Cependant, le début du récit, le trajet jusqu’à Diên Biên Phu, et la fin de la bataille sont des événements lents durant lesquels l’auteur prend le temps de décrire les paysages qui l’entourent et la participation de la population à l’effort de guerre.

« […] La région est à l’arrière du front et cela se remarque ! La récolte a été bonne, on trouve des fruits mûrs au marché où le va-et-vient est continu ; des enfants, habillés de vêtements aux couleurs vives, l’air insouciant, chantent à travers les champs. […] C’est incroyable ce que la papaye est fraîche ici. » (p. 47)

Les portraits de soldats sont également réalisés loin des combats et en couleur, afin de pouvoir les transmettre à la famille en cas de décès, la tradition voulant qu’un portrait soit placé sur l’autel des ancêtres. Ces portraits, montrent des soldats jouant aux cartes, des soldats en tenu de combat souriants, ou encore deux soldats, l’un blessé et l’autre valide, en train de dormir ensemble.

CarnetDeGuerre_PhamThanhTam
Fac-similé du journal et photographies de l’auteur © 2011 Pham Thanh Tâm / Armand Colin

Les canons et les pièces d’artillerie lourde sont aussi décrites avec fascination. Ces même canons qui semèrent la mort parmi les troupes françaises et causèrent des destructions énormes sont décrits comme les anges gardiens de l’infanterie, et les soldats qui les hissent à la force de leur bras en haut des montagnes entourant Diên Biên Phu sont considérés comme des héros par l’auteur. La figure du canon revient sans cesse dans le récit, au point que Stéphane Audoin-Rouzeau se demande dans la préface « Est-il permis de suggérer que les servants nouent ici un rapport d’ordre « amoureux » avec leurs armes si précieuses ? »

  • Retranscrire ses émotions

L’élément qui apparaît finalement le moins dans le récit de Tâm est son propre point de vue. Le récit est très factuel, et les seuls témoignages sont ceux des soldats. Il est rare que l’auteur parle de ses propres sentiments face au conflit, et cela peut témoigner de son engagement militant. En effet, le sentiment de camaraderie est très fort dans le récit, notamment parce que Tâm a effectué une partie de son entrainement en Chine aux côtés des artilleurs des unités avec lesquelles il se trouve à Diên Biên Phu La parole des soldats se libère alors que celle de l’auteur s’efface. A certains moments cependant, apparaît la dureté de la mort, soudaine et injuste. Ainsi, alors que Tâm descend d’une colline après une mission, un de ses amis meurs dans l’explosion d’une bombe. L’auteur revient sur cet événement, parlant de la souffrance et l’immense tristesse qui s’empare de lui. Il pleure, mais est cependant déterminé à poursuivre son travail et à soutenir ses camarades.

« […] Deux de mes amis proches ont été tués […] ils sont morts écrasés sous des caisses d’explosifs. Je n’ai que 22 ans, je ne suis que journaliste rattaché à une division […] mais dans mon travail je vais d’unité en unité et beaucoup de soldats deviennent mes camarades. »

« […] A chaque fois que j’ai appris la mort d’un ami, je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer. Mais là, j’ai décidé que je ne pleurerai plus. Je n’ai plus assez de larmes, elles me prennent trop d’énergie. C’est la guerre et je sais maintenant que ma volonté et mes forces ne doivent avoir qu’un seul but, celui de vaincre l’ennemi ». (p. 96)

Il est intéressant de remarquer la candeur de ces jeunes soldats, qui ont quittés leurs familles pour le front, et pour qui l’amitié nouée avec leur semblables dans cet environnement meurtrier représente tout ce à quoi ils peuvent se raccrocher. C’est le seul sentiment fort qui transparait dans le récit, et qui est partagé par l’auteur.

La parole des soldats

Le récit de Tâm est parsemé de témoignages de soldats. Revenir sur la parole de ces combattants nous amène percevoir comment un soldat Viêt-Minh à pu vivre la bataille de Diên Biên Phu, tout en acceptant qu’une partie des récits ait été occultée. Les paroles non-retranscrites ne doivent cependant pas diminuer l’importance de celles qui ont été rapportées, car elles représentent aussi un vécu de la guerre.

  • Souffrances et fatigue

Pham Thanh Tâm va transgresser une règle du Viêt-Minh dans l’écriture de son carnet, en acceptant d’écrire sur les conditions de vie des soldats et leur fatigue extrême durant la guerre. L’auteur relate les actions des différents corps de l’armée. Il y a les artilleurs, avec qui il passe la majorité de la bataille. Ces derniers tractent sur des dizaines de kilomètres des canons de 500 kilos à 2 tonnes, à la force de leurs bras. Ils les acheminent en haut des montagnes, où il creusent des abris sous terre afin de les camoufler. Ils habitent dans les abris et doivent se tenir prêts à ouvrir le feu n’importe quand. Les récits de soldats font plusieurs fois mention de la fatigue qu’ils éprouvent à devoir sans cesse reconstruire les abris au beau milieu de la nuit, voir pour certains, dormir dehors, sans chaussures ou veste pour les protéger. Ces conditions de vie sont pour les soldats la chose la plus difficile à vivre, certains d’entre eux étant déployés trop loin des lignes d’approvisionnement doivent rationner la nourriture pendant plusieurs jours afin de survivre. La souffrance des artilleurs se ressent également lors des marches forcées de nuit, afin d’acheminer les canons sans être repéré par l’aviation française. La fatigue est omniprésente, certains soldats ne pouvant dormir que quelques heures par nuit avant de devoir se remettre en chemin avec les canons.

Les unités d’infanteries avec lesquelles Tâm dialogue au long du récit sont, quant à elles, déployées dans les tranchées, où elles dorment et creusent afin de s’approcher des positions fortifiées françaises et les faire sauter grâce à des explosifs.

Les unités logistiques enfin, chargées de l’approvisionnement, et qui sont présentes au début du récit, font l’aller et retour sur des centaines de kilomètres pour acheminer des vivres, notamment par vélo (des vélos Peugeot modifiés pour pouvoir supporter une charge de 200 kilos). Afin d’éviter les bombardements, ces hommes et femmes, pour la plupart civils, et donc non armés, doivent passer par les pistes de la jungle, et vivent dans des conditions difficiles d’épuisement extrême.

  • Les exploits du quotidien

Comme l’indique Stéphane Aundoin-Rouzeau dans sa préface, l’héroïsme a constitué un élément déterminant pour les combattants des deux camps à Diên Biên Phu, précisant qu’ils se conforment à un ethos du combat similaire, où le sacrifice et la mort doivent être acceptés pleinement. On retrouve cette dimension héroïque dans le récit des soldats Viêt-Minh, pour lesquels les actes accomplis chaque jour permettent de donner un sens aux combats meurtriers qui font rage. La précision avec laquelle les soldats relatent leurs actes permettent également de retranscrire le caractère vital de chaque mission : redescendre des mortiers d’une colline et les positionner dans l’angle de tir exact, prendre d’assaut un point fortifié pour détruire une réserve de munitions, ravitailler une division, creuser deux kilomètres de tranchée… Chaque mission pouvant être la dernière, les soldats des deux camps vivent dans un mélange de peur, d’anxiété, de fatigue, et d’euphorie à chaque fois qu’ils accomplissent un objectif. L’auteur qui vit au milieu de ces jeunes soldats souhaite rendre hommage à leur sacrifice.

Dans la première partie du récit, alors qu’il doit rejoindre le front, Tâm voyage avec une division d’artillerie qui achemine les canons jusqu’à Diên Biên Phu. Il relate :

« La compagnie 804 a parcouru 20 kilomètres de pentes escarpées en sept jours, chaque batterie tirant son canon à bout de bras, et pour cet exploit les hommes ont reçu une médaille militaire de troisième classe ». (p. 69)

Cet héroïsme du quotidien permet à l’auteur non seulement de remonter le moral des troupes, quand ces dernières partagent les nouvelles du front, mais aussi de se convaincre lui même de la victoire imminente et inévitable de son camp.

La parole effacée

Certaines paroles ne sont cependant pas retranscrites par Pham Thanh Tâm et ce pour plusieurs raisons possibles. Ces récits sont ceux des blessés qui ne veulent pas retourner au front, ou ceux de gradés qui, ayant vu leur division se faire anéantir critiquent la chaine de commandement militaire et souhaitent déposer les armes. Tâm raconte également l’histoire d’un soldat qui, après avoir assisté avec d’autres à un spectacle de danse par de jeunes filles, ne désirait plus se battre. L’auteur pense que son origine « bourgeoise » en est la cause, il ne serait pas assez endurci pour poursuivre le combat. On peut avancer plusieurs hypothèses expliquant pourquoi ces paroles ne sont pas répertoriées : Tâm, en tant que militant ne souhaitait sûrement pas reprendre les paroles de personnes susceptibles d’être jugées en tant que traîtres ou déserteurs. De plus, dans son optique de soutenir ses camarades il aurait été peu utile de retranscrire de tels récits. Ces récits existent cependant, et ils apparaissent de manière succincte dans le texte. Leur présence nous permet de comprendre que malgré la propagande et l’embrigadement des soldats Viêt-Minh, certains remettent en question la guerre et ses atrocités.

* * *

Ce texte est important car il retranscrit la vision d’un jeune combattant Viêt-Minh et de ses camarades soldats. Ces récits proviennent de militaires peu ou pas gradés, souvent de jeunes combattants présentés comme enthousiastes à l’idée de livrer bataille. Au cours du récit cependant, on comprend que la réalité de la guerre pèse sur le point de vue de l’auteur, le nombre de ses camarades tués, et les conditions de vie difficiles au quotidien. Lorsque les troupes françaises se rendent, le 7 mai 1954, l’auteur écrit :

« Jamais je n’oublierai les rayons du soleil couchant du 7 mai à Diên Biên Phu. […] Je sens que je vais bien dormir, content à l’idée que je suis encore en vie – et peut être aussi parce que je suis si fatigué. » (p. 152)

Dans ce livre, outre la dimension militante et l’écriture dont la forme se rapproche de la propagande communiste, transparaît l’émotion réelle de jeunes soldats Viêt-Minh à Diên Biên Phu. Leurs difficultés, leurs peurs et leurs souffrances ainsi que l’héroïsme notamment des artilleurs qui ont permis la victoire des forces Viêt-Minh, nous donne à voir une autre vision de cette bataille. On aurait cependant tort d’essayer d’effacer la vision militante de l’auteur : elle nous rappelle en effet qu’au delà de la propagande, l’engagement et les émotions de ces jeunes combattants sont réels, ainsi que la croyance en un avenir meilleur.

Timothée Garrigos-Pobel, promotion ASIOC 2014-2015.

  • Réf. : Pham Thanh Tâm, Carnet de guerre d’un jeune Viêt-Minh à Diên Biên Phu : 21 février-28 août 1954, Paris, Armand Colin, coll. « Le fait guerrier », 2011, 190 p.

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/151401594

Timothee Garrigos est étudiant du Master d’Asie Orientale Contemporaine à l’Ecole Nationale Superieure de Lyon. Il sejourne actuellement à Kyoto et effectue un mémoire de recherche sur les familles monoparentales et le système d’allocations familiales au Japon.

Hồi ký Trường Sơn – Mémoires de la Piste Ho Chi Minh en ligne

Hồi ký Trường Sơn – Mémoires vietnamiens de la Piste Ho Chi Minh.

Le site vietnamien VN Military History.net (également accessible sous son appellation vietnamienne : QuanSuVN.net) créé en 2006 rassemble une documentation en ligne tout à fait unique sur l’histoire militaire du Viêt Nam au XXe siècle. Le site se présente sous la forme d’un forum divisé en six grandes thématiques :

 

  • Informations générales (3 tribunes) :
  • Bibliothèque d’histoire militaire vietnamienne (5 tribunes)
  • Discussion sur l’histoire de la défense patriotique (6 tribunes)
  • Sang et Fleur [le soldat vietnamien hier et aujourd’hui] (4 tribunes)
  • Culture, sport et échange (5 tribunes)
  • Marché au-delà de la clôture du camp (2 tribunes)

La Bibliothèque d’histoire militaire vietnamienne se compose de 5 tribunes consacrées à la connaissance de la guerre au Viêt Nam et à l’étranger des temps anciens à aujourd’hui à travers la mise en ligne d’une documentation comprenant des des études militaires sur l’Armée populaire, des récits de batailles, des biographies, des autobiographies, des mémoires de guerre, des romans et des nouvelles, des textes étrangers traduits. La rubrique intitulée « Documents et Mémoires » est dédiée aux études militaires sur la révolution et la guerre du Viêt Nam produites par la RSVN ainsi qu’aux mémoires de guerre d’officiers nord-vietnamiens principalement.

Depuis la première mise en ligne en 2007, plus d’une centaine de ces documents sont désormais en accès libre sur la toile. Cette série de mémoires de guerre publiés en RSVN intéresse notre séminaire. Dans la première sélection ci-dessus sont rassemblés les mémoires ayant un rapport direct avec la Piste Ho Chi Minh.

On y retrouve les mémoires du général Dong Sy Nguyen, de Luu Trong Lan, celles du chirurgien Lê Cao Dai, ainsi que trois recueils de souvenirs.

L’étude de Dang Phong intitulée les « 5 pistes Ho Chi Minh » et une biographie sur Phan Trong Tue, le premier Commandant de la piste Ho Chi Minh sont également disponibles :

Un site à explorer sur lequel nous reviendrons.

FG

Jacob Van Staaveren: Interdiction in Southern Laos.
Washington DC: Center of Air Force History, 1993.
Wikimedia Commons

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento auteurs – séance 4

 Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

* * *

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

* * *

Mémento Auteurs

Notices biographiques des auteurs discutés lors de la Séance 4

 Partie 1 : Expériences de guerre

Nhã Ca (1939-), real name Trần Thị Thu Vân, is a popular and prolific fiction writer and poet. Born in Huế, she was married to the poet Trần Dạ Từ and was the founder of the publishing house Thương yêu. She was « the most strident voice in South Vietnam in her indictment of the communist atrocities » (Nguyễn, 165), with such works as Đêm nghe tiếng đại-bác [At night I hear the cannons], Tình-ca cho Huế đổ-nát [Love song for rubbled Hue], and Giải khăn sô cho Huế [Mourning turban for Huế]. After 1975, she was the only South Vietnamese female writer among 10 black-listed as « cultural guerrillas » by the Communist regime, and was imprisoned from 1976-1977. Her husband was jailed for 12 years. In 1989, a year after he was released from prison, the couple and their family received political asylum from the Swedish government, but later moved to the US and now live in Southern California, where they founded the popular newsaper Việt Báo. A story of hers, translated into English by James Banerian, is included in the anthology, Vietnamese Short Stories: An Introduction (Phoenix: Sphinx 1985). Hai-Dang Phan started this entry on VNLP (Vietnam Literature Project / portrait Viet Bao online).

Professor Le Cao Dai, M.D., one of Vietnam’s premier researchers on the effects of Agent Orange on human health and recently retired director of Vietnam’s Agent Orange Victims Fund, died on April 15, 2002 after a short illness. He was seventy-four. Born in Hanoi, Dr. Dai studied medicine in the northern highlands of Vietnam during the Resistance War against the French. During the U.S. War, he directed North Vietnamese Army Field Hospital 211 in the western highlands of central Vietnam south of the demilitarized zone. His journal, Tay Nguyen Ngay Ay (« The Western Highlands During Those Days »), published by Hanoi’s Labour Publishing House in 1997, is a vivid portrayal of the war between 1965 and 1973. Dr. Dai later served as director of the 108 Military Hospital, one of Hanoi’s most prestigious medical centers. Dr. Dai personally observed the first effects of defoliant spraying during the Vietnam War. He was a founding member of the 1080 Committee, which studies the long-term consequences of defoliant spraying on human health. His research, conducted in partnership with U.S. scientists, was published in Chemosphere, the American Journal of Public Health and the Journal of Occupation and Environmental Medicine. Dr. Dai also presented his findings as a panelist at the 1999 annual conference of the American Public Health Association. He is the author of Agent Orange in the Viet Nam War: History and Consequences, translated by Diane Fox and published in 2000 by the Vietnam Red Cross. Dr. Dai also served on the steering committee for the conference, « Long-Term Environmental Consequences of the Vietnam War, » which was held in Stockholm at the end of July 2002. Dr. Dai firmly believed that those who were victims of Agent Orange should receive assistance. He directed the Agent Orange Victims Fund under the auspices of the Vietnam Red Cross from the fund’s inception in 1998 until shortly before his death. The Agent Orange Victims Fund provides humanitarian assistance to victims and their families, including financial support, health care and vocational training. The Ford Foundation and the American Red Cross have been generous contributors, as have individuals and organizations from Denmark, Great Britain, Japan, the Netherlands, Sweden, the United States, and other countries. Dr. Le Cao Dai is survived by his wife of nearly fifty years, the artist Vu Giang Huong. (by Veteran Staff – notice biographique sur le site de VVAW – Vietnam Veterans Against the War / Photo : The Gioi).

* * *

Partie 2 : Exposés sur Dien Bien Phu et le génocide cambodgien

Dao Thanh Huyen est journaliste indépendante à Hanoï (Viêt Nam), où elle travaille pour la presse européenne. Née en 1969 au Nord Vietnam en plein bombardements américains, cela ne l’a pas empêché d’apprendre le français au lycée, puis à l’université. Elle est bilingue vietnamien/français. En 1993, elle réussit un concours d’entrée à la télévision nationale vietnamienne, pour présenter le journal en français. “Au Vietnam, il n’y a pas d’école de journalisme. Le journalisme est un mélange entre l’actualité, la subjectivité et la littérature. Les journalistes n’exercent pas principalement ce métier. Ils travaillent d’abord pour un organe d’état. Ce travail leur donne le “droit” d’écrire.” En 1995, elle s’installe à Lille pour deux ans et suit l’Ecole supérieure de journalisme de Lille. Diplômée de l’ESJ de Lille et lauréate de la fondation Jean-Luc-Lagardère, elle travaille également comme formatrice pour ESJ-International, pour l’Agence vietnamienne d’information et pour l’Association des journalistes du Vietnam notamment. De retour au Vietnam, elle réintègre la télé nationale, dont elle démissionnera le 31 août 1999. Lauréate Ex-Aequo de la Bourse Journaliste 1999. Après avoir mené une enquête auprès des vétérans vietnamiens (RDVN) de Dien Bien Phu, elle publie avec Dang Duc Tue et un groupe de jeunes journalistes l’ouvrage Dien Bien Phu vu d’en face, paru au Viêt Nam en 2009 puis en France l’année suivante. Elle travaille actuellement sur les témoignages de Hanoïen lors des bombardements aériens de 1972. (d’après : Est-Ouest et Babelio / photo : Est-Ouest).

Toute la vie et l’œuvre de Rithy Panh [1964-] sont profondément marquées par le génocide perpétué au Cambodge par les Khmers rouges entre 1975 et 1979. Lorsque le mouvement communiste arrive au pouvoir, le jeune Rithy n’a que treize ans. Expulsé de Phnom Penh, sa ville natale, il s’enfuit en Thaïlande en 1979 avant de rejoindre la France l’année suivante. Il s’inscrit alors à l’Institut des hautes études cinématographiques et en sort diplômé en 1985. Le jeune réalisateur se spécialise dès lors dans le documentaire. Dans ‘Les Gens de la rizière’, Panh décrit les horreurs observées dans son pays. Le film est présenté en compétition officielle à Cannes en 1994. Suivra quatre ans plus tard ‘Un soir après la guerre’, retenu pour la section Un Certain Regard. Mais c’est surtout le documentaire ‘S21, La Machine khmere rouge’ qui le révèle à l’international. Dans ce nouveau long-métrage, Rithy Panh confronte les trois rescapés de la base S21 – où 17.000 Cambodgiens ont été torturés et exécutés – à leurs anciens bourreaux. Présenté dans de nombreux festivals, ‘S21’ est notamment primé à Cannes en 2003. En 2005, le cinéaste franco-cambodgien est de retour sur la Croisette. Il y présente hors compétition ‘Les Artistes du théâtre brûlé’. Même sort pour ‘Le Maître des forges de l’enfer’ en 2011. Toujours centré sur le travail de mémoire, Panh transpose cette fois-ci sur écran son regard sur le procès de Duch, directeur de la prison de Tuol Sleng sous la dictature des Khmers rouges. Quatre ans plus tôt, il se concentrait sur le sort des femmes prostituées au Cambodge dans ‘Le Papier ne peut pas envelopper la braise’. Également acteur, on le retrouve en 2004 dans ‘Holy Lola’ de Bertrand Tavernier dans le rôle de Monsieur Khieu aux côtés d’Isabelle Carré et de Jacques Gamblin. En 2012 il écrit avec Christophe Bataille L’ Elimination qui reçoit le prix France Television et le prix Aujourd’ hui. […]. (source : Evene / photo : Jean Barak)

Lê Cao Đài : C’était au Tây Nguyên – CR de lecture par Patrice Jorland

Lê Cao Dai, C’était au Tây Nguyên. Journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien 1965-1973, Hanoi, The Gioi, 2006, 503 p.

Une des épures de la guerre : sur des à-plats vert et bleu cobalt, une femme et sa fille, on ne voit que leurs dos et leurs visages tournés vers un homme en treillis et chapeau de toile. Sur la droite, les fleurs jaunes d’un buisson semblent saluer les premières lueurs du jour qui se lèvent à l’horizon, gris et rectiligne, que surplombe la forme d’une maison. C’est l’au revoir au combattant qui a été, dans l’histoire humaine, un moment si souvent répété.

Il y a sans doute là toutes les guerres, mais cette simplicité emblématique, que certains pourraient considérer naïve, n’est atteinte que parce qu’il s’agit aussi d’une histoire personnelle. Nous sommes en 1966. La femme, c’est l’artiste, Vu Giang Huong, et la fillette qu’elle enlace avec le combattant, sa fille, qui mourra de façon accidentelle. L’homme, jeune encore, de belle taille et chaussant de larges lunettes, est son époux, Le Cao Dai. Chirurgien spécialiste des opérations du thorax, formé dans les maquis de la première résistance, aimant citer les poèmes de Madeleine Riffaud et se référer à la littérature soviétique, il part au Tây Nguyên, où il travaillera à l’hôpital de campagne 211 jusqu’aux accords de Paris de 1973.

Sans être un journal, l’ouvrage est un récit personnel mais, parce que la réponse vietnamienne à l’escalade américaine avait fait des Hauts plateaux le pivot stratégique de la résistance, que l’auteur y a passé sept années d’affilée, que ses fonctions le plaçaient au milieu des combattants, et parfois juste derrière les lignes de feu, il constitue un témoignage précieux sur la conduite de la guerre par les Vietnamiens. Sans doute la couverture forestière, la faible densité de la population, le soutien des minorités offraient-ils une protection et les savoirs locaux se révélèrent-ils très précieux, ces avantages n’annulaient cependant pas les obstacles à surmonter : conditions climatiques, pauvreté des ressources locales, insuffisance des infrastructures, à quoi s’ajoutaient les déplacements forcés de l’hôpital, les incessants bombardements et opérations héliportées de l’ennemi. Il fallait soigner les blessés, guérir les malades, et en même temps les transporter, les abriter et les nourrir.

Tout manquait, le riz et le sel, la viande, le thé et l’alcool, le verre médical, le sang des transfusions, les antibiotiques et de quoi éclairer les tables d’opération. L’autosuffisance alimentaire fut recherchée afin de faire face aux difficultés d’approvisionnement et à la malnutrition. Une partie des personnels se consacra à la chasse et à la culture, mais les essartages (le plus souvent pour le manioc) devaient se faire à distance, afin que l’hôpital et les baraquements échappent à la surveillance aérienne, et, du coup, d’autres hommes devaient être libérés pour se charger du transport. Autre difficulté, faute de réfrigération, pas de poches de sang disponibles et, lorsqu’il fallait absolument transfuser, les médecins et les infirmiers devaient prélever sur eux-mêmes.

L’ouvrage fourmille de faits et de portraits qui en rendent la lecture constamment vivante et, plus encore, éclairent la réalité de la guerre. Il était difficile de tenir, certains hommes durent être rapatriés parce qu’ils n’y parvenaient pas et d’autres, qui avaient flanché, se suicidèrent de honte. L’éloignement des familles pesait – « L’épouse a vieilli, le toit de la maison est percé, l’enfant manque d’un père pour l’élever » – et il fallait des mois pour que le courrier s’échange. La mixité n’allait pas sans poser des problèmes. Certains cadres s’illustrèrent par leur étroitesse d’esprit. Il y eut des chapardages et de la resquille. Certains moments furent terriblement difficiles, surtout durant le second semestre 1968 et l’année 1969. De cela, Le Cao Dai ne cache rien et, par là-même, fait ressortir les prodiges de courage, de conviction, de patriotisme, d’intelligence politique, de clairvoyance militaire et d’ingéniosité que le peuple vietnamien dut déployer pour lutter et pour vaincre. Pas uniquement les combattants et les personnels de santé, les porteurs et les courriers aussi, ou encore les chauffeurs de la « piste Ho Chi Minh », qui tenaient le raisonnement suivant : « celui qui ne s’arrête pas de rouler a quelques chances de ne pas se faire repérer. Celui qu’on a repéré a quelques chances qu’on ne lui tire pas dessus. Celui sur qui on tire a quelques chances qu’on le rate. Celui qu’on n’a pas raté a quelques chances de ne pas être blessé. Et celui qui s’est fait blesser a quelques chances de survivre… » (pp. 46-47). Reste à comprendre comment ces prodiges ont été accomplis. Les vies mêmes de Le Cao Dai et de ses compagnons y contribuent.

Certains des faits relatés étaient peu connus, par exemple l’aide apportée par les médecins chinois à leurs confrères du Tây Nguyên, ce qui rendra plus amères encore les informations sur la nature des entretiens entre Richard Nixon et Mao Tse-toung. D’autres furent longtemps tenus secrets, ainsi des exactions commises très tôt par les « Khmers rouges » contre leurs soutiens et alliés vietnamiens.

En 1971, une conférence inter-fronts fut organisée à Hanoi sur la médecine de guerre. Le Cao Dai y prit part, ce qui signifia des semaines à l’aller et autant au retour, mais également l’occasion de retrouver un instant son épouse et ses parents, de se recueillir sur la tombe de sa fille, de revoir son maître, le professeur Ton That Tung. Au cours du repas, celui-ci l’interrogea sur les cancers du foie dont il avait été témoin et aborda la question de la dioxine. Les Hauts plateaux avaient été une zone particulièrement affectée par les épandages, mais Dai était ignorant de la composition chimique des défoliants. Après la guerre, il dirigera le célèbre hôpital 108 de Hanoi, puis sera l’un des membres fondateurs du comité 1080, travaillera avec de nombreux chercheurs étrangers, publiera des travaux sur l’Agent orange, organisera des rencontres scientifiques, agira au sein de la Croix-Rouge en faveur des victimes vietnamiennes. En bref, le colonel Le Cao Dai sera, jusqu’à sa mort en juillet 2002, l’un des principaux animateurs du mouvement pour que la vérité soit faite et pour que justice soit rendue aux victimes de la dioxine.

Son livre, agrémenté d’index des noms cités et des noms de lieu, est disponible en français, dans une traduction fluide de Nguyen Thi Nga, avec la participation de Pierre Darriulat. Seule critique, l’échelle rend inutilisable la carte proposée, alors que le récit s’inscrit dans un espace précis, que le lecteur aimerait repérer. A cette faiblesse près, qui pourrait être corrigée, la lecture de ces mémoires est indispensable pour connaître un passé qui n’est pas totalement passé, et qui n’intéresse par uniquement les amis du Vietnam, puisqu’il aide à comprendre ce qu’est un homme véritable et de quelle étoffe sont tissés les héros.

Patrice Jorland

Source : site de l’AAFV (Association d’Amitié Franco-Vietnamienne)

* * *

Présentation en quatrième de couverture :

“Document passionnant en même temps que témoignage émouvant, le journal de Lê Cao Đài, chirurgien militaire au Tây Nguyên pendant la guerre de libération du Sud, jette sur une période à la fois glorieuse et douloureuse de l’histoire récente du Vietnam une lumière nouvelle. Nouvelle par la dimension humaine de son auteur : ses qualités hors du commun donnent à son journal une dimension qui déborde des limites spatiales et temporelles à l’intérieur desquelles il s’inscrit. Elles ont nom générosité, honnêteté intellectuelle et morale, franchise, parfois même candeur, intelligence, esprit d’initiative, détermination, énergie, dévouement, esprit de sacrifice à l’égard de son pays, bref, tout ce qui fait la grandeur d’un homme. Ce n’est pas seulement de cette guerre qu’il nous parle mais de toutes les guerres, avec leur fardeau de cruautés et d’injustices ; pas seulement de ces malades, de ces infirmières, de ces médecins, mais de toute l’humanité dolente et de la grandeur de ceux qui se dévouent à apaiser ses souffrances. Il en parle simplement, avec des mots familiers et modestes, comme de quelque chose de naturel. Son regard a la pureté de celui d’un enfant. Cette candeur donne à son témoignage une noblesse et une dignité qui inspirent à son égard un respect sans limite en même temps qu’elle le rend à la fois proche et attachant”. (Pierre Darriulat).

Journal d’un combattant Viêt Minh

[ndlr] La parution en 2011 du carnet de guerre à Dien Bien Phu de Pham Thanh Tâm et du recueil de témoignages Dien Bien Phu vu d’en face (2010) nous donne l’occasion de redécouvrir le Journal d’un combattant Viêt Minh de Ngo Van Chieu, paru en 1955, « traduit et adapté » par Jacques Despuech.

Ngo Van Chieu, officier Viêt Minh, membre de la Délégation de la République Démocratique du Viêt Nam à la Conférence de Genève de juillet 1954, remet à Despuech une « masse de documents, carnets, feuilles éparses, mal tenus, couverts de boue et de sueur, qu’il traînait avec lui et où il avait noté ses impressions de route » (p. 7) qui a servi à l’élaboration de l’ouvrage.

L’historien Alain Ruscio avait fait une présentation succincte de ce journal dans La guerre « française » d’Indochine (1945-1954). Les sources de la connaissance que nous reproduisons ci-dessous.

Ngo Van Chieu, Journal d’un combattant Viêt Minh, Paris, Editions du Seuil, 1955.

Document recueilli et traduit par Jacques Despuech.

En 1954, durant la Conférence de Genève, Jacques Despuech fait la connaissance de Ngo Van Chieu, délégué de la RDVN. Les deux hommes sympathisent. Le Vietnamien sort un jour de ces dossiers un vieux cahier et le confie au journaliste. C’est de document que Despuech publie un an plus tard. Cette présentation, faite par Despuech lui-même dans la préface, incite à la méfiance, reconnaissons-le. Cependant, à la lecture, la possibilité (la probabilité ?) d’avoir affaire à un document authentique s’impose. Les situations sont vraisemblables, la chronologie est respectée, le ton général est bien celui d’un journal personnel.

L’ouvrage commence en 1941. L’auteur, né dans une famille catholique, s’intéresse à la vie politique internationale. La défaite française lui paraît « incompréhensible » (p. 19). De même pour les divers renoncements français, en Indochine, devant les exigences japonaises. Les Japonais ne sont d’ailleurs pas populaires auprès des Vietnamiens. Survient le 9 mars 1945. La vie politique vietnamienne connaît une certaine effervescence. Dans la rue, les gens parlent beaucoup. Durant l’été apparaissent les premiers orateurs Viêt Minh. Bonne description de l’exaltation nationaliste et révolutionnaire des journées d’août 1945 (p. 22 et suiv.), puis de la journée de la proclamation de l’Indépendance (p. 40 et suiv.). Chieu adhère au Viet Minh. Muté  dans la province de Vinh, il y connaît ses premiers affrontements avec le Corps expéditionnaire. Il signale la présence de militaires japonais, peu nombreux. Par contre, de nombreux miliciens vietnamiens formés par les Japonais intègrent alors le Viêt Minh. Retour à Hanoi. Description de l’état d’esprit de la population lors des Accords du 6 mars, puis du retour des Français (pp. 67 et suiv.). Les incidents commencent, puis se multiplient. Bonne description de l’état d’esprit des militants Viêt Minh de base, fait de confiance en Hô Chi Minh et de mécontentement face aux empiètements français. L’auteur reconnaît qu’il y a eu divergence de vues entre les politiques et les miliciens Tu Ve. Dénonciation de la surenchère des nationalistes. La préparation militaire s’intensifie. Les militaires Viêt Minh reçoivent « fin octobre » l’ordre de se tenir prêts à toute éventualité (p. 102). Concernant l’affaire de Hanoi en décembre, Chieu estime que les Français sont seuls responsables.

Le récit s’interrompt à ce moment [décembre 1946] pour reprendre en octobre 1950. Récit des premiers combats de la bataille des frontières puis de la bataille elle-même (pp. 125 et suiv.). Excellentes pages sur l’imbrication du militaire et du politique, la répartition des tâches entre le commandant militaire et le commissaire politique, les séances de critiques et d’autocritiques… Chieu reconnaît qu’après la bataille des frontières, les combattants pensaient arriver très vite à Hanoi (pp. 140 et suiv.) mais le combat se durcit. L’apparition du napalm, par exemple, suscite l’effroi des combattants. Même les plus aguerris sont terrifiés (pp. 147 et suiv.). Chieu est alors blessé. Il est affecté à l’éducation politique des prisonniers du Corps expéditionnaire. Il qualifie la volonté de convaincre ceux-ci de « naïve » (p. 183). De retour au front, il y est de nouveau blessé.

Alain Ruscio

 

Réf. : Alain Ruscio (dir.), La guerre « française » d’Indochine (1945-1954). Les sources de la connaissance, Paris, Les Indes Savantes, 2002, pp. 682-683.

Carnet de guerre d’un jeune Viêt-Minh à Diên Biên Phu

CR de lecture par Matthieu Boisdron.

Ce « carnet de guerre d’un jeune Viêt-minh à Diên Biên Phu », récemment découvert par une journaliste américaine, s’avère particulièrement intéressant à plusieurs titres. Né en 1933 à Haiphong, Pham Thanh Tâm, de parents ouvriers, a bénéficié du système éducatif installé par le colon avant d’adhérer à la Ligue pour l’indépendance du Viêtnam (ou Viêt-minh) fondée par Hô Chi Minh en 1941. Durablement marqué par la grande famine de 1944/45 – due aux Japonais qui ont réquisitionné le riz pour nourrir leur armée avec le concours de l’administration coloniale française – l’auteur s’engage très jeune, dès l’âge de 15 ans, dans la lutte pour l’indépendance de son pays dès lors que sa ville est violemment bombardée par la Marine française le 23 novembre 1945, quelques mois seulement après le retour de la puissance coloniale.

Outre le cheminement d’un jeune garçon éduqué issu d’un milieu populaire vers la cause indépendantiste et, concomitamment, le communisme, ce livre révèle la très forte imprégnation idéologique et la solide éducation politique des combattants du Viêt-minh. Les pages de ce texte, fidèles à l’orthodoxie communiste, peuvent au premier abord apparaître comme un simple travail de propagande. Il n’en est pourtant rien. Pham Thanh Tâm ne cherche à aucun moment à s’affranchir de la vision anti-impérialiste et sacrificielle développée par ses chefs. Comme le note Stéphane Audoin-Rouzeau dans sa préface, « il est lui-même un instrument docile de cette propagande ». Mieux, ce carnet « nullement écrit en vue d’une publication quelconque […] dit l’adéquation parfaite de l’auteur […] avec la façon dont le Viêt-minh pensait la guerre ».

Surtout, si la célèbre bataille de Diên Biên Phu a laissé de nombreux témoignages du côté français, les témoignages écrits sur le vif au moment des combats par des témoins Viêt-minh sont extrêmement rares. Pham Thanh Tâm, journaliste à la division d’artillerie de l’armée populaire, bénéficiait là d’une position privilégiée au moment de la grande offensive contre la forteresse française. Ses descriptions des combats, de la vie des soldats ou encore des opérations militaires sont particulièrement circonstanciées et riches d’enseignements. Enfin, maniant aussi bien le crayon que la plume, l’auteur a laissé – outre ses carnets – de nombreux croquis, dessins ou aquarelles. Une grande partie d’entre eux est présentée dans ce livre bien réalisé et très agréable à feuilleter, et viennent émailler la lecture au fil des pages.

Matthieu Boisdron

Source : Histobibio.com

Lire l’avant-propos de Jessica-Harrison-Hall – Armand Colin : pdf

Autres CR de lecture dans la presse :