Archives par mot-clé : Canada

The Indochinese Refugee Movement and the Launch of Canada’s Private Sponsorship Program

[ndlr] Signalement d’un numéro spécial sur l’Indochine dans Refuge,  la Revue canadienne sur les réfugiés (Vol. 32, n° 2). Tous les articles sont téléchargeables en PDF.

refugevol-32no-2_uneCliquer sur l’image pour accéder à la revue

Introduction

Michael J. Molloy, James C. Simeon

Articles

Priscilla Koh
Anh Ngo
Anna N. Vu, Vic Satzewich
Michael Casasola
Robert C. Batarseh
Shauna Labman
Giovanna Roma

Book Reviews

Vincent K. Her
Diana M. Dean
Judy Ledgerwood
Antje Missbach
Amar Wahab
Alexandra Kent
 Print Copy
Refuge 32.2 (Special Issue) Print Copy

Image « à la une » : A Vietnamese mother and her children wade across a river, fleeing a bombing raid on Qui Nhon by United States aircraft on Sept. 7, 1965 © Kyoichi Sawada—Bettmann/Corbis

UCRSEA Post-Doctoral Fellowship 2016.2017

[ndlr] Post-doctorat à Toronto sur la résilience climatique urbaine en Asie du Sud-Est. Date limite de candidature : 10 février 2016.

The Urban Climate Resilience in Southeast Asia Partnership (UCRSEA), located in the Asia Institute at the Munk School of Global Affairs at the University of Toronto, invites applications for a one-year UCRSEA Post-Doctoral Fellowship in Urban Climate Change Resilience. Research proposed must be pertinent to UCRSEA’s focus on building urban climate change capacity, particularly in the Mekong region. The Fellowship will commence 1 July 2016, with an annual salary of C$45,000 plus benefits.

The Partnership addresses vulnerabilities to climate change in urbanizing areas of Southeast Asia with the goal of enhancing resilience and, hence, economic and social well-being. Individual and community vulnerabilities in the region are linked to global environmental change and to the rapid pace of urbanization and economic integration of the region. Specifically, we seek to provide vulnerable peoples in transitional states with the space to learn about and share in decisions about protecting themselves from the economic, social and physical impacts of climate change.

Qualifications
The successful applicant is expected to reside in Toronto, Canada during the term of the Fellowship, and will have the opportunity to participate in the intellectual life of the Munk School of Global Affairs and larger University of Toronto community during the 2016-2017 academic year. Support for conference and research travel in Southeast Asia is available.

Eligibility is limited to applicants who have received their PhD in a relevant discipline within the three years prior to the start date of the UCRSEA fellowship (i.e. July 2013 or later). All qualified candidates are encouraged to apply; however Canadians and permanent residents of Canada will be given priority.

Responsibilities
In addition to pursuing an intensive research project, the post-doctoral fellow is expected to participate as a member of the UCRSEA team.

Core responsibilities of the post-doctoral fellow include:

  • Conducting research of relevance to the UCRSEA project;
  • Presenting two research seminars at the Munk School of Global Affairs, with the first in the Fall of 2016 and the second in the Spring of 2017;
  • Preparing an original, full-length research paper for publication as part of the UCRSEA Paperseries;
  • Participating in the UCRSEA Virtual Graduate Student Seminar.

Other responsibilities, to be identified with UCRSEA partners and directors based on the fellow’s interests and UCRSEA’s research agenda, could include:

  • Planning UCRSEA conferences, events, or workshops, in conjunction with UCRSEA partners;
  • Preparing research papers for publication as part of the UCRSEA Papers series;
  • Participation in other UCRSEA research projects and initiatives; and
  • Providing research assistance and support to the UCRSEA Co-Directors.

 Applications

The deadline for applications is 10 February 2016 at noon (EST). The committee will notify applicants of their decision by 10 March 2016.

Application instructions can be found here.

Funding
The Partnership is supported by a five-year International Partnerships for Sustainable Societies (IPaSS) grant, funded by both the Social Sciences and Humanities Research Council (SSHRC) of Canada and the International Development Research Council (IDRC).

Source : UCRSEA

Nguyen Duy Vinh : Entre la célébration et le deuil national [Le Devoir]

30-04-1975[ndlr] « La chute de Saïgon, quarante ans plus tard », témoignage de Nguyen Duy Vinh, ingénieur à la retraite à Montréal pour mieux comprendre la fuite.

Le 30 avril 1975 marqua la fin de la guerre du Vietnam. Pendant que les tanks soviétiques T-54 de l’armée populaire du Nord-Vietnam déferlaient sur la ville de Saïgon, l’exode des Vietnamiens qui avait débuté quelques semaines auparavant se poursuivit de façon plus intense. Aujourd’hui, 40 ans plus tard, alors que le gouvernement de la République socialiste du Vietnam (RSVN) continue de célébrer la journée du 30 avril en l’appelant « Journée de la grande victoire et de la libération du Sud-Vietnam », ce jour-là est, pour la plupart des Vietnamiens qui sont originaires du Sud-Vietnam, plutôt rempli de tristesse. Pour les Vietnamiens qui ont perdu leur pays (le Sud-Vietnam), cette journée est commémorée chaque année dans différentes communautés vietnamiennes de la diaspora comme une Journée de deuil national, Ngay Quoc Han.

Le sénateur Ngô Thanh Hai a réussi à faire adopter récemment un projet de loi par le Sénat du Canada, le S-219. Il a été approuvé par la Chambre des communes et signé par le gouverneur général du Canada le 23 avril. Elle instaure une Journée nationale au Canada pour :

  • commémorer les vies perdues et la souffrance subie lors de l’exode des réfugiés vietnamiens ;
  • souligner l’accueil des réfugiés vietnamiens par la population et le gouvernement, et la gratitude du peuple vietnamien à l’égard de cet accueil, et enfin ;
  • reconnaître les contributions apportées par les Canadiens d’origine vietnamienne à la société canadienne.

Lire la suite : Le Devoir, 30/04/2015.

A chacun sa mémoire : Viêt-Nam / Canada, illustration d’une petite guerre des mémoires

Un nouveau test pour une (improbable) réconciliation nationale officielle a été offert par la récente tension diplomatique entre la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) et le Canada autour de la date anniversaire du 30 avril 1975. Alors que certaines voix officielles au plus haut niveau de l’Etat communiste vietnamien (cf. Vo Van Kiet en 2005) considéraient avec sérieux les différentes perceptions de cette journée historique d’avril 1975 au sein de la population vietnamienne, le discours actuel montre des signes de raidissement. Bref rappel des faits et vérification dans quelques jours.

Un sénateur engagé

NgoThanhHai_CanadaSenatorLe 6 septembre 2012, Ngo Thanh Hai, un homme politique canadien d’origine vietnamienne affilié au Parti Conservateur du Canada était nommé sénateur [1]. Il devenait ainsi le premier sénateur d’origine vietnamienne à accéder à ce poste de responsabilités au sein de la chambre haute du Parlement canadien ladite « Chambre Rouge » (Red Chamber). Né en 1947, Ngo Thanh Hai était officier de l’ARVN et un ancien attaché diplomatique de la République du Viêt-Nam [2]. Il avait vingt-huit ans en 1975 lorsqu’il quitta son pays. Âgé aujourd’hui de 68 ans, il doit conserver ses fonctions de sénateur jusqu’à l’âge de 75 ans [3]. Avant d’accéder à ce poste, Ngo Thanh Hai exerça plusieurs fonctions au sein de l’administration gouvernementale canadienne à Ottawa notamment comme Juge de la citoyenneté en 2007 ou au ministère de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme [4].

Alliance-for-Democracy-in-Vietnam_logoPolitiquement affilié au centre-droit, il fut Président de l’association de la Communauté Vietnamienne d’Ottawa et investi dans la défense des droits démocratiques. Ngo Thanh Hai est actuellement le président de l’Alliance pour la Démocratie au Viêt-Nam (Lien Minh Dan Chu Viet Nam), une organisation pro-démocratique comme son nom l’indique, créée par le professeur Nguyen Ngoc Huy en 1980. Il fut également un des cofondateurs en 1979 avec David Kilgour du Comité International pour un Viêt Nam Libre (CIVL), une organisation anticommuniste visant à promouvoir sur le plan international le lutte pour la démocratie au Viêt-Nam. Depuis 1975, Ngo Thanh Hai se fit régulièrement l’ardent défenseur d’une transition démocratique au Viêt-Nam et d’une sortie du communisme en proposant des avancées concrètes (indépendance de la presse, élections libres, multipartisme…) comme par exemple lors de son discours du 24 août 2013 à Toronto [5].

Il prit souvent position contre la répression politique des dissidents [6]. Autant dire qu’il représente pour les autorités de Hanoi une opposition au régime communiste au sein du Viêt-Nam transnational que ces mêmes autorités entendent contrôler politiquement à distance. Ngo Thanh Hai possède ce double profil d’homme politique canadien et de militant démocratique vietnamien. Il est l’incarnation des possibilités d’ascension sociale des anciens réfugiés ou descendants de réfugiés présents dans les sociétés multiculturelles des États-Unis, du Canada ou d’Australie où le communautarisme est une expression familière du vivre ensemble.

Une loi mémorielle

Lich30-04-1975Le 10 avril 2014, le sénateur Ngo Thanh Hai fit une importante proposition de loi en faveur des réfugiés vietnamiens installés au Canada [7]. Le projet de loi S-219, initialement intitulé « Black April Day Bill » puis « Journey for Freedom Day / Journée du Parcours vers la liberté », visait à faire de la journée du 30 avril une date officielle de commémoration pour l’ensemble des réfugiés vietnamiens du Canada.

Quatre raisons poussèrent Ngo Thanh Hai à proposer la loi S-2019.

  • Commémorer l’exode des réfugiés vietnamiens qui ont quitté le Viêt-Nam après la chute de Saigon
  • Remercier le gouvernement canadien d’avoir accueilli 80.000 de ces réfugiés
  • Se remémorer du sacrifice en mer de plus 250.000 boat people
  • Rappeler les objectifs politiques de la fuite : pour la liberté, les droits de l’homme et la démocratie et non pour des raisons économiques [8].

En janvier 2015, il mena une active campagne auprès de ses compatriotes en français et en anglais pour gagner leur soutien et faire du lobbying auprès des députés [9].

Les autorités communistes vietnamiennes tentèrent sans succès de faire pression pour provoquer l’abandon du projet. Cependant, le nom du projet fut modifié en « Journey to Freedom Day » atténuant ainsi la référence négative directe au 30 avril 1975 et permettant aux citoyens canadiens de mieux saisir le sens de cette loi. Le 8 décembre 2014, la loi était adoptée au Sénat avec 45 voix en sa faveur, 4 contre et 14 abstentions [10]. Dernière étape clé de sa validation, le 22 avril 2015 à 19h15 heure d’Ottawa la loi fut entérinée par le parlement canadien [11]. Si les parlementaires canadiens se félicitèrent de cet événement [12], quelques heures plus tard, la réaction de la RSVN se fit entendre dans toute la presse officielle et l’ambassadeur canadien au Viêt-Nam fut convoqué le 24 avril pour se voir signifier les sévères réprimandes de Hanoi [13].

Le projet de loi du sénateur Ngo Thanh Hai provoqua de nombreuses réactions jusqu’à trouver des détracteurs au sein même de la communauté exilée sous la forme d’un anticommunisme virulent, paranoïaque et contre productif. Outre la pression du gouvernement de la RSVN pour faire capoter le projet, quelques activistes se firent entendre dans la communauté vietnamienne aux États-Unis pour dénoncer un projet jugé « pro-Hanoi » favorisant une déformation de sens de la journée du « ressentiment national » (Quốc Hận) et se faisant le relais d’une « réconciliation », jugée inégale et dangereuse, placée sous l’égide des communistes [14]. En outre, lors des actions militaires chinoises en Mer de Chine, il était reproché en 2012 à Ngo Thanh Hai et à son organisation pro-démocratique d’avoir fait la promotion d’une forme de transnationalisme en appelant à manifester contre la Chine communiste tout comme le faisait de son côté la RSVN. Ces dernières années, l’épouvantail chinois a en effet mobilisé les nationalismes vietnamiens à l’intérieur du pays comme à l’extérieur sous les deux bannières du Viêt-Nam divisé.

Quoiqu’il en soit, la loi S-219 est avant tout une loi mémorielle canadienne.

Une mémoire officielle bousculée

Que sont les arguments que la RSVN a opposé au parlement canadien à propos d’une loi concernant la communauté vietnamienne du Canada, votée et entérinée par le Parlement de ce pays ? Le premier reproche dénonce la remise en cause de l’histoire communiste officielle. Le porte-parole du Ministère des affaires étrangères de la RSVN, M. Lê Hai Binh conteste « un projet de loi totalement aberrant qui dénature l’histoire de la lutte du peuple vietnamien pour la libération et la réunification nationales, qui a pourtant été soutenue par la communauté internationale, dont le Canada » [15]. Il aurait dû se souvenir que plus de 12.000 vétérans canadiens de la guerre du Viêt-Nam avaient servi dans les forces armées américaines [16]. Le second point concerne les relations bilatérales. Selon Lê Hai Binh, « il s’agit d’un recul dans les relations entre les deux pays. Cette adoption porte préjudice aux bonnes relations entre le Viêt-Nam et le Canada, offense les sentiments du peuple vietnamien et d’une grande partie de la communauté vietnamienne au Canada » [17].

LeHaiBinh_April2015
Lê Hải Bình, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères de la RSVN © 2015 TTXVN

La RSVN récuse ainsi l’idée que la majorité de la communauté vietnamienne au Canada puisse approuver cette nouvelle loi. Pourtant, à notre connaissance, aucune opposition réelle ne fut formulée publiquement contre le projet par des citoyens canadiens d’origine vietnamienne. Le seul bémol sur une éventuelle arrière-pensée politique fut soulevé par l’AFP à Hanoi qui émit l’hypothèse que la promulgation de cette loi « pourrait être une tentative des conservateurs de gagner des voix au sein de la communauté vietnamienne pour les élections d’octobre », ce qui est vraisemblable [18]. Pour l’heure, la réprimande vietnamienne ressemble fort à une ingérence de la RSVN dans les affaires politiques internes du Canada. Elle souligne le désarroi des autorités communistes face à l’indépendance d’esprit d’une partie de la communauté exilée qu’elle a souvent considérée comme une force de soutien mobilisable à son profit exclusif pendant la période de la guerre et plus récemment face à l’expansionnisme chinois en Mer de Chine.

Selon le sénateur Ngo Thanh Hai, la loi n’a rien à voir avec la politique intérieure de la RSVN et les autorités vietnamiennes se doivent de respecter le choix démocratique du Canada. C’est une affaire qui concerne le Canada et sa communauté vietnamienne aujourd’hui forte d’environ 220.000 membres [19].

Quel est l’enjeu de cette joute ? Elle est révélatrice d’un fracture plus profonde.

Si pour les dirigeants actuels de la RSVN, le 30 avril 1975 est un jour de victoire (« La grande victoire du Printemps » / Đại thắng mùa Xuân 1975) correspondant à la prise de Saigon et marquant en principe la fin d’une guerre civile jamais reconnue comme telle, pour de nombreux réfugiés vietnamiens exilés aux quatre coins du monde après la victoire communiste, il s’agit d’un jour noir marqué du sceau de la « perte du pays » (mất nước), de l’exil, du deuil et annonçant le départ de l’immense vague des boat people. Pour les vainqueurs, la « grande victoire du Printemps 1975 » est devenue l’expression du nationalisme et de la puissance militaire [20].

Depuis des décennies, le jour de « ressentiment national » (Quốc Hận) est célébré dans les communautés exilées principalement aux États-Unis, au Canada, en Europe (dans une moindre mesure) et en Australie comme l’expression de leur exclusion de la communauté nationale et d’un déclassement social brutal avec l’avènement du totalitarisme au Sud. Depuis des décennies également les deux mémoires s’affrontent, les vainqueurs accusant les vaincus de déformer la « réalité historique » (mais de quelle réalité s’agit-il ?) ou de provoquer la « division » au sein du peuple vietnamien, une entité réifiée qui aurait applaudi, comme un seul homme, à la victoire des hommes du Nord. De leur côté, les vaincus soucieux de préserver leur identité politique accusent Hanoi de tous les maux, refusant souvent de voir les avancées sociales ou économiques, mais surtout celui d’avoir « communisé » leur pays par la violence et le meurtre.

NgayQuocHan_Lethy

Dans tous les cas, les enjeux apparaissent disproportionnés et différents. Disproportionnés, car le fait qu’une communauté exilée prennent son destin en main et se positionne au sein d’une société multiculturelle (où règne le communautarisme) comme le Canada n’empêche nullement ce pays de développer des échanges fructueux avec la RSVN. Différents, car les enjeux ne sont pas les mêmes. D’un côté, la RSVN, un État souverain, aujourd’hui toujours autoritaire et policier, pour qui la simple critique du fait historique du 30 avril 1975 est considérée comme une hérésie politique et une remise en cause de sa légitimité. De l’autre, une communauté exilée engagée dans un processus mémoriel lié à sa propre histoire, celle d’un exil forcé et d’un accueil particulièrement réussi au Canada. En réalité cette affaire ne devrait pas susciter autant d’intérêt du côté de la RSVN si ce n’est de démontrer la persistance d’une méfiance toujours latente vis-à-vis de ses compatriotes d’outre-mer.

Un autre Viêt-Nam existe

Poster-40-years-journey-come-to-lifePourquoi la réaction de la RSVN est-elle si vive ? Parce que la critique du 30 avril 1975 remet en cause les fondements même d’une guerre de réunification extrêmement violente et d’un après-guerre misérable illustré par l’application à grande échelle de la collectivisation, des camps de rééducation, de la relégation pour des milliers de familles sudistes provoquant le départ de centaines de milliers de compatriotes fuyant la misère, l’oppression sociale et politique. Parce que la critique des conséquences du 30 avril 1975 sous-entend la reconnaissance d’un autre Viêt-Nam construit sur d’autres valeurs. C’est d’ailleurs ce point qui inquiète le plus les autorités communistes. En effet, le déni de sa propre histoire provoque des réactions inédites au sein de la société vietnamienne et notamment chez les plus jeunes nés après la guerre. Le drapeau jaune aux trois bandes rouges de l’ancienne république déchue est réapparu ces dernières années comme le symbole de cet autre Viêt-Nam, idéalisé, décomplexé ou rêvé, dans tous les cas plus démocratique. Les anciennes couleurs sont brandies sur la place publique comme un défi au pouvoir, les comparaisons négatives du régime actuel avec l’ancien régime sont monnaie courante [21]. L’appel de 17 organisations de la société civile à l’occasion du 30 avril atteste du renversement des valeurs en cours. On y vilipende les différentes formes du totalitarisme du régime (politique, économique, culturelle et social). On fait le constat amer de « 40 années de destruction de la conscience humaine » [22].

Par leur existence, leurs actions et leurs productions (musicales, mémorielles, académiques), les communautés vietnamiennes issues du 30 avril 1975 bousculent le roman national construit et sélectif de la RSVN. Il n’est pas rare de voir les étudiants vietnamiens qui poursuivent leurs études à l’étranger prendre la véritable mesure du drame de leur pays et considérer avec sérieux la complexité du conflit qui causa tant de dégâts au sein même de leurs familles. Depuis dix ans internet a également changé profondément la donne. L’ignorance ne peut être maintenue comme outil de domination, l’information est à portée de clics. Le déni et l’oubli ne peuvent être tenus indéfiniment pour une évidence historique et une pratique politique [23]. Malgré les précédents en Malaisie, en Indonésie en 2005 (affaire des stèles commémoratives détruites) ou en France en 2008 (affaire de la stèle Tran Van Ba), la « mémoire empêchée » pratiquée par la RSVN et appliquée à une partie de sa communauté nationale ne peut être viable sur le long terme [24]. C’est précisément parce qu’il n’y a aucune reconnaissance officielle de la déchirure nationale que les anciens boat people prennent leur destin en main et érigent des lieux de mémoire qui leur correspondent. Les autorités vietnamiennes jusqu’à présent leur déniaient ce droit, même à l’extérieur du pays. Les vainqueurs qui ont manqué la réconciliation nationale en 1975 sont désormais obligées d’accepter cet « autre moi », partie intégrante de la société vietnamienne et reposant sur d’autres valeurs (démocratie, progrès social et liberté). Cet « autre moi », qui se développe au Viêt-Nam, est plus que jamais soucieux de préserver son identité, d’édifier sa mémoire collective et aujourd’hui de défendre l’idée d’une transition démocratique pacifique et graduée.

FG, 27/04/2015. Màj le 06/05/2015.

Notes

[1] Kady O’Malley, Upper House Watch: Five new senators headed for the Red Chamber, CBC News, 07/09/2012.

[2] Voir sa biographie officielle en ligne : Biographie du Sénateur Ngo. Voir aussi son profil sur Wikipedia (fr.) et Wikipedia (vi.) ; Thanh Phuong, Phỏng vấn Thượng nghị sĩ Canada Ngô Thanh Hải, RFI, 02/01/2013.

[3] Voir l’article qui lui est dédié sur le blog de Lien Minh Dan Chu Viet Nam : TNS Canada Ngô Thanh Hải (Tác giả : Vi Anh, 18/03/2013).

[4] Wikipedia (fr.) et sa biographie officielle, art. cit..

[5] Cf. TNS Ngo Thanh Hai phat bieu tai Toronto (vidéo YouTube, mise en ligne le 24/08/2013, consultée le 27/04/2015).

[6] Voir par exemple sa condamnation de l’emprisonnement de deux jeunes dissidents en 2013 : TNS Ngô Thanh Hải – Đinh Nguyên Kha và Nguyễn Phương Uyên  (vidéo YouTube, mise en ligne le 2 juillet 2013, consultée le 27/04/2015).

[7] Extrait du projet de loi en ligne : Nội dung đạo luật S-219 do QH Canada thông qua (vidéo YouTube, mise en ligne le 24/04/2015, consultée le 27/04/2015). Le texte officiel figure sur le site du Parlement canadien : BILL S-219

[8] Interview de Ngo Thanh Hai : Phỏng vấn TNS Ngô Thanh Hải về Dự Luật BILL S-219 “Black April Day Bill” (vidéo YouTube, mise en ligne le 07/09/2014, consultée le 27/04/2015). Pour en savoir plus sur le processus d’adoption de cette loi, sa signification et les débats du Sénat, voir le site de Ngo Thanh Hai : BILL S-219 “Journey to Freedom Day”

[9] Appuyez S-219 – Loi sur la Journée du Parcours vers la liberté // Support Bill S-219 – Journey to Freedom Day (Canada) sur le site de l’Alliance pour la Démocratie au Viêt-Nam.

[10] , ‘Hành trình đến tự do’ và cơ hội hòa giải, BBC (tieng Viet), 11/12/2014.

[11] , Quốc hội Canada thông qua Luật ’30/4′, BBC (tieng Viet), 24/04/2015.

[12] Đạo Luật s-219 nói gì – Hành Trình Tìm Tự Do – do QH Canada thông qua (vidéo YouTube, mise en ligne le 25/04/2015, consultée le 27/04/2015).

[13] Kim Mackrael, Vietnam rebukes Canadian ambassador over commemoration of fall of Saigon, The Globe and Mail, 24/04/2015.

[14] Sous le titre « Quelques paroles équitables pour le sénateur Ngo Thanh Hai », un auteur prit la défense de Ngo Thanh Hai : Chu Tất Tiến, Vài lời công bằng cho Thượng nghị sĩ Ngô Thanh Hải, Radio LMDCVN, 12/03/2015.

[15] Le Vietnam proteste contre l’adoption par le Canada du projet de loi S-219, Vietnam +, 25/04/2015. Voir aussi la dépêche de Reuters : Vietnam protests to Canada over ‘boat people’ commemoration, 24/04/2015. Voir aussi l’article de Hong Quan sur le Nhân Dân : « Hành trình đến tự do », một đạo luật hoàn toàn sai trái, Nhân Dân, 04/05/2015.

[16] Une neutralité canadienne remise en cause dans l’ouvrage de Victor Levant, Quiet complicity: Canadian Involvement in the Vietnam War, Toronto, Between the Lines, 1986.

[17] Le Vietnam proteste contre l’adoption par le Canada du projet de loi S-219, art. cit.

[18] « Boat people »: le Vietnam proteste contre des commémorations au Canada, La Presse, 25/04/2015.

[19] Interview de Ngo Thanh Hai, op. cit.

[20] Voir l’exposition en cours : Triển lãm “Đại thắng mùa xuân 1975 – Sức mạnh Việt Nam”, Nhân Dân, 26/04/2015 et sur le journal en ligne de la Sécurité publique de Hanoi : Đại thắng mùa Xuân 1975- sức mạnh Việt Nam, ANTD, 27/04/2015.

[21] Voir ces deux exemples sur Mémoires d’Indochine : Arrestation de jeunes manifestants à Hanoi (billet du 13/04/2015) ; Viêt-Nam: Répression attendue et image interdite (billet du 18/05/2014).

[22] Bản lên tiếng của các tổ chức xã hội dân sự độc lập tại VN – nhân kỷ niệm 40 năm biến cố 30-04-1975, Dan Lam Bao, 25/04/2015.

[23] L’avocat Vu Duc Khanh rappelait : « Personnellement, j’ai déjà suggéré à l’ambassade du Viêt-Nam au Canada d’engager le dialogue sur les questions en suspens de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam comme la ‘tragédie des boat people’ après le 30 avril 1975 mais jamais l’ambassade du Viêt-Nam ne s’est intéressée à mes demandes ne serait-ce que sous la forme d’une lettre réponse négative ». (‘Hành trình đến tự do’ và cơ hội hòa giải, op. cit.)

[24] Nous empruntons cette formule à Paul Ricoeur (La mémoire, l’histoire, l’oubli). Voir le CR de lecture de Pauline Seguin sur Mémoires d’Indochine.

Pour en savoir plus :

Hearing on the situation of human rights in Vietnam at the Canadian Parliament [Do Hoang Diem]

DoHoangDiem_CanadaApril2015[ndlr] Audition sur la situation des droits de l’homme au Viêt-Nam au Parlement canadien le 21 avril 2015. Exposé de Đỗ Hoàng Điềm, président du Viêt Tân (Parti pour la Réforme du Viêt-Nam) suivi d’une série de questions portant notamment sur le trafic humain, la corruption, la pression exercée sur les groupes religieux indépendants, le système judiciaire, le harcèlement contre les avocats investis dans des dossiers sensibles et le contrôle de l’information et d’internet en particulier.

* * *

Organisateur de l’audition : Canada’s Subcommittee on International Human Rights of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development.

 

Source : Viet Tan (texte complet en langue française) – MINUTES OF PROCEEDINGS

  • Le Viet Tan, basée aux États-Unis, est un réseau militant pour le changement démocratique non violent au Viêt-Nam. Il est considérée comme une organisation «terroriste» par Hanoï.

* * *

Pour en savoir plus :

Dr. Sinh Vinh (1944-2014) [Alberta University] – Vĩnh Sính

Dr. Sinh Vinh (1944-2014)

VinhSinh

The Department of History and Classics and the University of Alberta community deeply mourn Professor Sinh Vinh, who passed away on January 1, 2014 at the age of sixty-nine.  He is survived by his loving wife, Kyoko, son, Tan, and daughter-in-law, Grace.

In Hue, Vietnam, Professor Sinh Vinh was born into the royal family that ruled Vietnam’s last dynasty, the Nguyen (1802-1945).  He was educated in Tokyo and at the University of Toronto, where he obtained his MA and PhD degrees in Japanese history.  The University of Alberta benefited from three decades of his teaching of Japanese and Vietnamese history, and the world recognized his prolific and ground-breaking scholarship that produced over a dozen books and translations in English, French and Vietnamese.  His books, among which are Phan Chau Trinh and His Political Writings (2009) and The Future Japan (1989), won many awards, including the Canada-ASEAN Southeast Asia Policy Paper Award in 1993 and the Canada Council’s Canada-Japan Book Award in 1990.  In addition, Professor Vinh wrote about seventy articles and numerous reviews and conference papers.

In scholarship and teaching, as well as in his personal life, Professor Sinh Vinh was a true Confucian gentleman (junzi) with keen interests in poetry and music.  He was generous to all; he nourished his students and inspired them and his colleagues with his moral fortitude and steadfast resolve.  Despite a debilitating stroke, he continued to teach until his retirement several years ago.  His last class, a senior Japanese history course, attracted the full enrollment of fifty-five students.  His scholarship never stopped, and he just recently completed the manuscript for his last book, « Komatsu Kiyoshi – Japanese Activist Adventurer in French Indochina ».

Professor Sinh Vinh’s character was strong and inspiring — like the lofty pine against the frosty winter of blowing snow.  And it was on such a day, hours into the New Year, when he left quietly.

Written by Jennifer W. Jay
University of Alberta

Source : H-Asia & Alberta University, 13/01/2014.

Voir également sur :

 

« Rencontres plurielles, espaces dynamiques: L’Asie du Sud-Est à la croisée des chemins » – Appel à communications

Colloque 2013 du Conseil canadien des études sur l’Asie du Sud-Est (CCEASE)

Appel à communications

 

aseanmap
Source : http://www.tlfq.ulaval.ca


Thème: « Rencontres plurielles, espaces dynamiques: L’Asie du Sud-Est à la croisée des chemins »

 

Carrefour des Arts et des Sciences, Pavillon Lionel-Groulx, 3150, Jean-Brillant, Université de Montréal, QC

17-19 octobre 2013

Conférenciers d’honneur :

Benedict R.O’G. Anderson, Aaron L. Binenkorb Professor Emeritus of International Studies, Government & Asian Studies, Cornell University

Saturnino ‘Jun’ M. Borras Jr., Professeur adjoint en développement rural à l’Institute of Social Studies (ISS) et éditeur en chef, The Journal of Peasant Studies (JPS)

Le Centre d’études de l’Asie de l’Est de l’Université de Montréal vous invite à soumettre un résumé de communication pour l’édition 2013 du Colloque du Conseil canadien des études sur l’Asie du Sud-Est (CCEASE). Le colloque se tiendra au Carrefour des arts et des sciences de l’Université de Montréal, QC, du 17 au 19 octobre 2013.

La conférence du Conseil canadien des études sur l’Asie du Sud-Est a pour but d’encourager le dialogue interdisciplinaire sur une aire régionale commune. Le colloque 2013 poursuivra cet objectif en facilitant les échanges autour du thème général suivant: « Rencontres plurielles, espaces dynamiques : L’Asie du Sud-Est à la croisée des chemins ». L’Asie du Sud-Est a été modelée tant par les influences externes qui y convergent que par le mouvement continu des biens, des personnes et des idées parmi ses composantes. Interface privilégiée de flux divers et multidirectionnels, l’Asie du Sud-Est est aujourd’hui un point de jonction où de nouvelles dynamiques se juxtaposent à des héritages durables. La notion de « carrefour » anime depuis longtemps la manière dont la recherche conçoit cette partie du monde et évoque également un pont entre les disciplines. Elle est utile à la fois pour analyser les contacts entre populations, influences et phénomènes divers au même titre que l’impact de temporalités différentes sur ces relations. Comment peut-elle aujourd’hui servir nos schémas d’analyse par rapport à cet espace fragmenté, et nous aider à mieux comprendre tant la continuité que le changement en Asie du Sud-Est ?

Nous vous invitons à soumettre dès maintenant vos résumés et ce jusqu’au 30 juin 2013 en remplissant le formulaire suivant :

https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dExGYW82ZzZseUE1cXhRYU8tVUFrc0E6MA

Nous encourageons les soumissions de la part de professeurs, chercheurs et étudiants des cycles supérieurs dont les travaux portent sur l’Asie du Sud-Est, au même titre que de membres d’organisations de la société civile travaillant dans la région.

Les participants présenteront leur travail au sein d’un atelier (ou d’une table ronde) et les résumés de communications seront inclus dans le programme de la conférence. Les soumissions individuelles sont acceptées mais les propositions d’ateliers complets sont fortement encouragées. Nous encourageons également les présentations en français afin d’accroître la présence de cette langue au sein des activités du Conseil. Les ateliers peuvent soit inclure trois participants et un discutant ou quatre participants. Le comité scientifique étudiera les résumés, confirmera l’acceptation des propositions et organisera les ateliers par thème dans le cas de soumissions individuelles. Les participants à des ateliers comprenant un discutant devront soumettre un papier de 5000 à 8000 mots d’ici le 30 septembre 2013.

Veuillez noter que l’adhésion à l’Association canadienne des études asiatiques (ACÉA) est obligatoire pour participer au colloque du CCEASE. Si vous n’êtes pas membre ou n’avez pas renouvelé votre abonnement pour l’année 2013, vous êtes encouragés à le faire le plus tôt possible via le lien suivant: https://www.fedcan-association.ca/casa-acea

Enfin, il est possible que nous puissions attribuer un certain nombre de bourses à quelques étudiants des cycles supérieurs qui souhaiteraient bénéficier d’un soutien à leur participation au colloque. Nous encourageons ces étudiants à soumettre leur résumé le plus tôt possible avant la date limite.

 *** Merci de diffuser le présent appel auprès de vos réseaux ***

RAPPEL

  • Date limite pour la soumission des résumés : 30 juin 2013
  • Paiement des frais d’inscription et confirmation de participation : 1er septembre 2013
  • Date limite pour la soumission des papiers : 30 septembre 2013

Contact (courriel) : ccseas.conference2013@gmail.com

Source : Association Canadienne des Études Asiatiques

2013-2015 : Un musée canadien à la mémoire des Boat people

Le projet de construction d’un musée dédié à l’histoire des Boat people a été initié par la Fédération des Vietnamiens du Canada (Liên Hội Người Việt Canada) en 2004. L’idée a émergé après la tenue, au mois de décembre cette année là, d’une exposition organisée par cette Fédération pour célébrer le 25e anniversaire de la venue des « 4000 ». Il s’agissait d’un programme de la ville d’Ottawa pour accueillir 4000 réfugiés vietnamiens au Canada en 1979.

 

Le succès de l’exposition a motivé la Fédération de monter le projet du Musée des Boat People (Viện Bảo Tàng Thuyền Nhân) du Canada. Celui-ci a vu le jour un an plus tard en décembre 2005 lorsque la Fédération a commencé ses démarches pour collecter des fonds auprès des communautés vietnamiennes du Canada, des États-Unis, d’Australie et d’Europe pour ce projet. Dans un second temps, la campagne d’action consistait à mobiliser les organismes gouvernementaux au Canada.

Cette première campagne remporta un certain succès permettant aux porteurs du projet d’acheter un terrain de 8000 pieds carrés (env. 743 m2) en plein centre-ville d’Ottawa pour une somme de 600.000 dollars US. La seconde phase de collecte qui s’étendra sur deux ans entre 2013 et 2015, doit permettre de débuter la construction du musée sur cette parcelle de terre. L’idée est de pouvoir achever la construction de l’édifice à la fin de l’année 2015 pour marquer les 40 ans de la chute de Saigon et l’accueil de ces réfugiés en quête de liberté.

Le projet prévoit la construction d’un édifice de trois étages. Le premier étage sera destiné à être louer à des commerces, permettant ainsi d’obtenir des fonds consacrés au budget de fonctionnement du musée. Le deuxième étage disposera d’une salle de réunion, de plusieurs bureaux pour travailler et d’une bibliothèque. Le troisième étage, entièrement consacré à l’exposition, possédera trois galeries.

Sur le plan financier, le projet est estimé à un coût global de 4,3 millions de dollars. Sur cette somme, seul le prix du terrain soit 600 mille dollars, a déjà été payé. Les frais pour la construction de l’édifice sont estimés à 3,5 millions de dollars. Enfin, il faut ajouter environ 200.000 pour l’aménagement et la décoration intérieure. La phase actuelle doit permettre de recueillir des fonds des différends sponsors à hauteur d’un million de dollars.

La réussite du projet repose en effet sur l’importante contribution des Vietnamiens installés au Canada ou aux Etats-Unis. Nombre d’entre eux sont personnellement mobilisés par ce projet étant eux-mêmes d’anciens boat people ou réfugiés du Viêt-Nam communiste comme le souligne le Dr. Lê Duy Cấn, coresponsable du projet :

En réalité, notre espoir de financement repose principalement sur la contribution de la communauté vietnamienne à l’étranger. La communauté vietnamienne à l’étranger, comme nous le savons, regroupe 2,3 millions de personnes. Environ 1,5 million de Vietnamiens sont aux États-Unis, deux cent mille au Canada, plus de deux cent mille en Australie, la plupart étant anciens boat people. Nous espérons que ces personnes qui furent d’anciens boat people ou proches de réfugiés pourront également contribuer à l’édification de ce musée. L’objectif consiste à sauvegarder les faits historiques relatifs à la recherche de la liberté des réfugiés vietnamiens et leur réception dans les pays d’accueil. Le second objectif est de présenter aux populations locales les réalisations que la communauté vietnamienne a apportées à ces pays depuis 1975.

D’autres campagnes pour obtenir des fonds seront organisées à destination des entreprises canadiennes. Bon nombre d’entre elles ont employé des boat people ou des réfugiés vietnamiens par le passé. Ces employés de par leur sérieux et leur efficacité leur ont souvent donné satisfaction.

FG

D’après : RFA, 07/12/2012