Archives par mot-clé : camps de réfugiés

Maëva Pegliasco : « Parcours types » des Boat People 1975-1990

Ce compte-rendu de lecture s’appuie sur les quatre sources étudiées suivantes :

  • Voices-of-vietnamese-boat-peopleCargill, Mary Terell & Huynh, Jade Ngoc Quang (ed.), Voices of Vietnamese Boat People: Nineteen Narratives of Escape and Survival, Jefferson (NC): McFarland & Company, 2001.

Cet ouvrage rapporte des témoignages bruts d’anciens Boat People et de leurs différentes expériences. Il s’agit ici seulement de récits de réfugiés vietnamiens ayant émigré aux États-Unis.

  • NathalieNguyen_VoyageOfHopeNguyen, Nathalie Huynh Chau, Voyage of Hope. Vietnamese Australian Women’s Narratives, Altona : Common Ground, 2005.

Cet ouvrage est également une collecte de témoignages de Boat People, mais cette fois analysés par l’auteur, et non simplement présentés de manière brute comme pour le livre précédent. De plus, la dimension de genre est clairement présente ici puisqu’il s’agit uniquement de récits de femmes vietnamiennes ayant trouvé refuge en Australie.

  • NamLe_LeBateauNam Le, Le Bateau, nouvelles, Paris, Albin Michel, 2008.

Il s’agit d’un ensemble de nouvelles dont le sujet n’est pas forcément en lien avec le thème des Boat People, sauf pour la dernière nouvelle, qui s’intitule également « The Boat ». L’auteur s’est inspiré de ses souvenirs personnels pour cette fiction (Nam Le est né au Vietnam en 1978, d’où il s’est enfui très jeune avec sa famille parmi d’autres Boat People pour l’Australie ; l’auteur a ensuite étudié aux Etats-Unis avant de devenir un romancier reconnu). La nouvelle raconte l’histoire d’une jeune vietnamienne de seize-ans, Maï, poussée par ses parents à fuir le Vietnam en bateau. Le récit rapporte essentiellement la traversée en bateau.

  • The Boat (2015), adapté par Matt Huynh

La nouvelle de Nam Le a été adoptée en roman graphique interactif (disponible en accès libre sur internet) par un jeune artiste australien d’origine vietnamienne. Le tout a été produit par SBS, un des principaux groupes télévisés australiens.

A travers tous ces récits et sources différentes, nous pouvons retracer le « parcours type » des Boat People vietnamiens, des raisons de leur départ, l’organisation du voyage, la traversée en bateau, le séjour temporaire en camps de réfugiés, jusqu’à l’adaptation au sein du pays d’accueil.

Les raisons du départ

La principale raison du départ en masse des Boat People à partir de 1975 fut la répression politique écrasante, notamment contre la population de l’ex Sud-Vietnam, une répression menée par le régime Nord-vietnamien parvenu au pouvoir, à la fin de la guerre. Ainsi, différentes mesures furent prises par le régime telles que l’internement au sein de camps de rééducation, le déplacement contraint vers les Nouvelles Zones Économiques, la confiscation de la propriété privée, la nationalisation des commerces et collectivisation terres agricoles, et enfin des discriminations en termes d’accès à l’éducation supérieure et au marché de l’emploi (spécialement pour la population du Sud liée à l’ancien régime). L’invasion du Cambodge par le Vietnam en 1978 ainsi que la guerre sino-vietnamienne de 1979 ne firent qu’empirer la situation, menant en plus à une persécution de la communauté sino-vietnamienne (ethnie Hoa). Ainsi, la raison majeure évoquée par les Boat People pour expliquer leur départ, comme le montrent bien les témoignages étudiés, est qu’il n’y a pas de futur envisageable et viable au Vietnam. La volonté que leurs enfants accèdent à un meilleur avenir a ainsi déclenché cette décision.

BoatPeople_Map1975-1996
Itinéraires en mer des Boat People 1975-1996, par Dong Tran © Archive of Vietnamese Boat People Inc.

La préparation et l’organisation du voyage

Les différents témoignages font état d’une préparation d’environ un ou deux ans avant le départ. Souvent, plusieurs tentatives de fuite ont été effectuées précédemment, leur échec s’expliquant par la délation (extrêmement répandue) ou simplement l’arrestation par les autorités policières. En ce qui concerne les sanctions appliquées par le régime vis-à-vis des fuyards, elles étaient extrêmement dures, une première tentative de fuite étant sanctionnée d’environ neuf mois de prison, une deuxième occasionnant un séjour en prison mais également des sévices physiques et la destruction de la quasi-totalité des biens des condamnés, de manière à ce que ces derniers soient privés de toute ressource financière à leur sortie de prison pour éviter un nouveau projet de fuite. En effet, s’enfuir du Vietnam en bateau demandait de mobiliser une forte somme d’argent ce qui explique le temps important de préparation.

Deux options s’offraient aux individus qui souhaitent fuir du Vietnam en bateau :

  • Soit l’achat par ses propres moyens financier d’un bateau de pêcheur (et donc ainsi se convertir au métier), de manière à pouvoir préparer son voyage sans éveiller les soupçons.
  • Soit avoir recours à un passeur, et rejoindre ainsi illégalement un bateau de taille plus importante contenant déjà des centaines d’autres personnes pour faire la traversée. Le prix à payer étant d’environ deux milles ou trois mille dollars par personne, la moitié pour les enfants, le tout souvent demandé en taels d’or. Il est à noter que le gouvernement vietnamien lui-même, en proie à une corruption endémique, prit part à ce trafic de réfugiés au cours des années 1978-1979 sous couvert d’un programme officiel, avant d’être rappeler à l’ordre par la communauté internationale.

Pour les individus qui décidaient de fuir par leur propre bateau de pêche, la stratégie consistait généralement à enfouir auparavant sous le sable de la plage les réserves en nourriture et différents équipements nécessaires au départ, ces objets étant déterrés la nuit du départ.

Pour les individus qui décidaient d’avoir recours aux services d’un passeur, un long voyage au sein du pays était souvent à faire pour rejoindre le point de départ choisi sur la côte. De nombreux moyens de transport étaient utilisés, comme le montre les récits étudiés : bus (surchargés), scooter (de même), ou même parfois à pied. Une fois arrivés au sein du port désigné, les individus devaient généralement se cacher chez des locaux mis au secret, ou au sein de bateaux surchargés, en attendant qu’on vienne les chercher pour le départ. La liaison avec le gros bateau destiné à la traversée en haute mer se faisait de nuit, les individus en fuite rejoignant le bateau principal à bord de navires plus petits ou de simples canoës. Différents systèmes de signaux étaient utilisés pour se reconnaitre, comme l’usage des phares des bateaux ou de bâtonnets d’encens allumés dans la nuit, comme l’illustre la nouvelle de Nam Le.

L’étape suivante était la sortie de nuit du port, afin de rejoindre les eaux internationales. Les Boat People étaient alors cachés au sein des cales du navire dans des conditions extrêmement dures et étouffantes, avec pour obligation de faire silence tandis que le bateau croisait souvent des patrouilles armées du régime. Des cas de course poursuite entre Boat People et gardes côtes ont été relatés au sein des ouvrages consultés, le but pour les fuyards étant d’atteindre les eaux internationales les premiers. En cas d’arrestation, certains récits témoignent d’une certaine corruption des autorités officielles, puisque les soldats acceptaient parfois de relâcher les fuyards en échange d’argent ou de biens précieux.

Le déroulement du voyage en mer

Les bateaux utilisés pour la traversée étaient surchargés par rapport à leurs dimensions. Ainsi, un bateau de deux mètres et demi de large et dix mètre de long pouvait transporter jusqu’à une centaine de personnes.

BoatPeople_barque
Vue du navire hôpital : barque surchargée secourue par Médecins du Monde en 1979 © DR

Les réserves de nourriture emportées consistaient généralement en eau, riz, sucre, patates douces séchées, nouilles instantanées et du lait pour les jeunes enfants. Du citron était également emporté car il représentait une importante source de vitamines. D’autres équipements essentiels étaient prévus : des bidons de fuel pour le moteur, des lampes torches ou feux de position destinés à envoyer des SOS aux bateaux croisés, et parfois des armes à feux. Les seuls instruments de navigation utilisés étaient généralement une boussole, des cartes et parfois un radio (capter des ondes permettait ainsi de se rendre compte si l’on se rapprochait des cotes d’un pays ou non). Les individus emportaient également avec eux quelques biens précieux comme des montres ou des anneaux en or, de manière à pouvoir les échanger contre de la nourriture ou des informations de direction en cas de rencontre avec des bateaux étrangers.

La plupart des passagers souffraient au cours de la traversée du mal de mer, occasionnant de nombreux vomissements. La chaleur et le soleil provoquaient également des difficultés majeures, les individus ayant le choix entre la chaleur étouffante de la cale ou l’exposition brulante au soleil sur le pont. Les conditions sanitaires à bord étaient particulièrement déplorables, surtout au sein des cales, les individus ne disposant d’aucunes commodités ou de moyen de se laver, ce qui multipliait le risque de maladies. L’ennui à bord était souvent de mise, beaucoup restant allongés immobiles ou dormant au cours de la traversée.

Les principaux risques étaient les suivants :

Tout d’abord le risque de tempête, qui pouvait couler le bateau, emporter des passagers, abimer les réserves de nourriture ou abimer le moteur. Il est à noter que la plupart des Boat People ne savaient pas nager.

Le risque d’être confronté à des pirates était également très important, notamment les pirates thaïlandais ou malais, qui détroussaient les individus, violaient les femmes, n’hésitaient pas à tuer et même à couler entièrement les bateaux.

Les problèmes liés au moteur (panne notamment) étaient extrêmement graves, car ils pouvaient ralentir considérablement la traversée, les réserves de nourriture s’épuisant alors progressivement. De nombreux récits font état de l’usage de méthodes approximatives pour réparer les moteurs, comme avoir recours à de la graisse alimentaire pour démarrer le moteur.

Enfin, le risque majeur était avant tout de se perdre en pleine mer, une conséquence qui pouvait advenir des tempêtes, de la rencontre avec des pirates ou de panne de moteur. Les réserves en eau et en nourriture s’épuisaient alors, menant à des mesures de rationnement ou parfois à des mutineries au sein d’une embarcation. Les enfants et les jeunes hommes étaient les premiers à mourir. Des cas de folie et de suicides sont mentionnés dans les récits étudiés. Les chants et les prières étaient tout ce qui aidait les individus à tenir.

Boat People 2
Réfugiés de la mer secourus par le Cap Anamur © DR

Les Boat People ayant survécu à la traversée en mer sont ceux qui ont été recueillis par des navires étrangers. Cependant, beaucoup de bateaux étrangers refusaient d’accomplir un tel geste en raison du retard que leur aurait fait prendre sur leur traversée le fait d’amener les réfugiés au sein de pays d’accueil. De plus, beaucoup prenaient les navires des Boat People pour des navires pirates. Parfois, certains navires acceptaient de s’arrêter et de ravitailler ou de guider les Boat People, mais pas de les recueillir à bord. Il pouvait arriver que de l’argent soit demandé en retour. En revanche, certains bateaux étrangers ont été affrétés spécialement pour recueillir les Boat People perdus en haute mer, comme le cargo allemand Cap Anamur ou le navire hôpital français l’Ile de Lumière.

Le séjour temporaire au sein des camps de réfugiés

Les principaux camps de réfugiés se situaient en Indonésie (camps de Galang), en Malaisie (camps de Pulau Bidong et de Sungei Besi), et aux Philippines (camps de Bataan). Des camps existaient également en Chine, à Hong-Kong, à Taiwan, ainsi qu’au Japon et en Corée mais ces derniers étaient plutôt secondaires en termes d’arrivée de réfugiés.

Les conditions de vie au sein des camps étaient très dures (rationnement de la nourriture, viols, mauvais traitements, conditions sanitaires extrêmement mauvaises), mais malgré tout la plupart des réfugiés ne regrettaient pas d’avoir quitté le Vietnam. Ainsi, même si les conditions de vie étaient difficiles comme nous venons de le mentionner, les camps de réfugiés offraient tout de même des cliniques, des lieux de culte et surtout des écoles, destinées tant aux enfants qu’aux adultes. Les changements de camps étaient fréquents. Il est important de préciser qu’au sein de ces camps existaient généralement des sections spéciales dédiées aux mineurs, nombreux à avoir tenté le voyage sans leur famille.

Réfugiés57_1988
En couverture du magazine « Réfugiés » : Phanat Nikhom (Thailande). Réfugiés indochinois se préparant à partir pour un pays de réinstallation, avril 1988 © HCR/B. Genier

Les conditions pour quitter le camp de réfugiés et être accueilli au sein des États occidentaux étaient les suivantes :

  • être un ancien membre de l’armée ou du gouvernement Sud-Vietnamien. Ces derniers étaient ainsi accueillis d’office par les États-Unis ;
  • avoir des proches (famille) déjà sur place, ces derniers s’occupant ainsi des différentes formalités administratives ;
  • bénéficier d’un programme de parrainage, les réseaux religieux bénévoles ayant joué un rôle majeur dans l’accueil de réfugiés vietnamiens, notamment aux États-Unis ;
  • bénéficier de programmes nationaux spéciaux, comme l’Orderly Departure Program (ODP), un programme américano-vietnamien mis en place en 1979 qui consistait à soumettre une liste de demandeurs d’asile vietnamiens aux autorités américaines, ces dernières acceptant ou non les individus proposés par le gouvernement vietnamien ;
  • être mineur ou avoir été victime d’atrocités particulières, ce qui donnait immédiatement aux individus concernés le droit au statut officiel de réfugié (statut de plus en plus difficile à obtenir après le passage du Comprehensive Plan of Action (CPA) en 1989, une loi mise en place par le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies destinée à réduire le nombre d’arrivants vietnamiens en faisant la différence entre les réfugiés et les migrants économiques –refusés à la frontière-).

Ainsi, les individus correspondant aux catégories évoquées précédemment séjournaient entre quatre et dix mois au sein des camps de réfugiés, tandis que les individus ne correspondant pas à ces critères passaient cinq ans voire plus au sein des camps.

On distinguait en conséquence deux types de camps de réfugiés : les camps de réfugiés généraux (comme celui de Pulau Bidong en Malaisie), et les camps de préparation spécialement dédiés aux individus ayant été officiellement acceptés par des Etats étrangers (cas du camp de Bataan aux Philippines). Ces camps spéciaux préparaient ainsi les réfugiés à leur future vie au sein du pays d’accueil, et dispensaient une formation culturelle ainsi que des cours de langue. Le camp de Bataan était destiné aux Vietnamiens émigrant aux États-Unis.

Au final, la durée moyenne de transition entre la fin de la traversée en mer et l’arrivée au sein du pays d’accueil était de un à trois ans.

Vie et adaptation au sein du pays d’accueil

Les témoignages recueillis au sein des ouvrages consultés montrent que ce qui était avant tout recherché par les réfugiés vietnamiens dans le pays d’accueil était : la liberté ainsi que de meilleures conditions de vie (un meilleur accès à la nourriture notamment).

Une fois arrivés sur place, les réfugiés qui avaient été parrainés par une association (souvent religieuse) pour leur départ bénéficiaient à nouveau de l’aide de cette association pour remplir les diverses formalités administratives, trouver un logement ainsi qu’un emploi.

Malgré tout, les conditions de vie étaient souvent très difficiles pour les réfugiés vietnamiens, ces derniers ayant des difficultés à s’adapter à la langue (ce qui les empêchait ainsi de trouver un emploi correct), au climat, à la culture, à la nourriture. Des cas de racisme ambiant ou de rejet ont également été mentionnés.

EscapefromVietnam
Brandissant le drapeau de la République du Viêt-Nam (1955-1975), un groupe de jeunes réfugiés vietnamiens remercient leurs compatriotes au Canada pour l’aide au secours © DR

Les réfugiés vietnamiens devaient ainsi faire face au double défi de travailler (il s’agissait la plupart du temps d’emplois peu qualifiés) tout en suivant des cours de langue, le tout en devant parfois nourrir une famille ou envoyer de l’argent à la famille restée au Vietnam. Certains jeunes réfugiés qui avaient déjà suivi des études supérieures au Vietnam réussissaient à reprendre des études sur place, mais dans la plupart des cas ce sont les enfants de la deuxième génération qui menèrent des études supérieures.

Dans ces ouvrages, le désir de retourner au pays natal est extrêmement présent, une partie de la famille étant souvent restée sur place. Le sentiment d’être apatride caractérise la première génération de réfugiés vietnamiens. Le deuxième génération a fait face à une évolution identitaire complexe, les individus se sentant appartenir au pays d’accueil (dont ils possèdent la nationalité), mais tout en restant extrêmement connectés au pays d’origine de leurs parents, dont les traditions et la langue ont généralement perduré au sein du cadre familial.

* * *

Ces ouvrages ont été extrêmement intéressants afin de mieux comprendre le parcours des Boat People vietnamiens, d’autant plus que le sujet trouve un écho particulier au sein de l’actualité. Néanmoins, les témoignages rapportés relatent avant tout l’expérience de réfugiés ayant trouvé asile au sein de pays anglo-saxons (États-Unis, Australie). Il aurait été intéressant d’étudier également des récits d’individus ayant trouvé refuge en Europe (France, Allemagne, Grande-Bretagne), dont l’expérience aurait peut-être été différente, notamment en termes d’adaptation au sein du pays d’accueil.

Maëva Pegliasco, promotion ASIOC 2015-2016.

_______________

Étudiante du Master 2 Asie Orientale Contemporaine de l’École Normale Supérieure de Lyon, Maëva Pegliasco est actuellement en échange universitaire à Shanghai, où elle poursuit ses recherches sur la rivalité sino-américaine au sein de l’océan Indien et ses implications pour les États riverains, en particulier le cas de la Birmanie.

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2015 : séance 7

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 7 : mardi 17 novembre 2015

Récits graphiques de réfugiés vietnamiens

L’avènement de nouveaux régimes communistes totalitaires dans la péninsule indochinoise provoqua une vague sans précédent de réfugiés par mer et par terre (Boat and Land People). En novembre 1978, la détresse des Vietnamiens réfugiés de la mer mobilisa les intellectuels français autour du projet « Un Bateau pour le Viêt-Nam« . Jean-Paul Sartre, Raymond Aron, André Gluksmann, Michel Foucault, Bernard Bouchner mais aussi les acteurs Simone Signoret et Yves Montand se firent les défenseurs des droits humains élémentaires au-delà de leurs différences politiques.

GlucksmannSartreAron_1979
André Glucksmann, Jean-Paul Sartre et Raymond Aron sortent de l’Elysée le 16 juin 1979 après avoir défendu la cause des réfugiés vietnamiens et cambodgiens © Photographie de Richard Melloul.

Des décennies plus tard, les anciens boat-people commencent à décrire leur expérience traumatisante de survie. Cette séance discutera de ces témoignages et en particulier de la mise en récit graphique de « The Boat » de Nam Le. Nous visionnerons le récit illustré d’un père interrogé par son fils de 10 ans et le témoignage de la famille Tran ouvrant une porte sur l’actualité des migrants d’aujourd’hui.

Sources orales à discuter :

BoatPeople_France3

Exposés oraux

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux suivis d’une discussion générale conclusive sur l’ensemble du séminaire.


  • TheBoat_TheStorm_MattHuynh_NamLeAutour de la nouvelle de Nam Le, The Boat (Le Bateau) et du travail de Matt Huynh : « 1975-1990 Récits et mémoire des Boat People »

Exposé de Maëva Pegliasco

Voir en ligne le récit visuel The Boat


  • TrinhDinhKhai_DécolonisationDuVietNamTrinh Dinh Khai, Décolonisation du Viêt Nam. Un avocat témoigne Me Trinh Dinh Thao, Paris: L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1994.

CR de lecture de Louise Gatinot

Présentation de l’éditeur : L’Harmattan


  • LucienTrong_EnferRougeMonAmourTrong, Lucien, Enfer rouge, mon amour, Paris : Seuil, 1980.

CR de lecture de Colette Bottazzi

Ouvrage en ligne : http://enferrougemonamour.free.fr/


* * *

Pour en savoir plus :

  • Cargill, Mary Terell & Huynh, Jade Ngoc Quang (ed.), Voices of Vietnamese Boat People: Nineteen Narratives of Escape and Survival, Jefferson (NC): McFarland & Company, 2001.
  • Chanda, Nayan, Les frères ennemis. La péninsule indochinoise après Saigon, Paris, Presses du CNRS, Ligne Pacifique, 1987. (trad. de l’américain par Michèle Vacherand et Jean-Michel Aubriet…).
  • Law, Sophia Suk-Mun, The Invisible Citizens of Hong Kong. Art and Stories of Vietnamese Boatpeople, Hong Kong: The Chinese University Press, 2014.
  • Nghia M. Vo, The Vietnamese Boat People, 1954 and 1975-1992, Jefferson, NC – London, McFarland, 2006.
  • Nguyen, Nathalie Huynh Chau, Voyage of Hope. Vietnamese Australian Women’s Narratives, Altona : Common Ground, 2005.
  • Nguyen Van Canh, Vietnam Under Communism, 1975-1982, Stanford, CA: Hoover Institution Press, 1983.
  • Scott, Joanna Catherine, Indochina’s Refugees. Oral histories from Laos, Cambodia and Vietnam, Jefferson (NC) : McFarland,  1989.
  • Vaillant, Barbara, Boat people vietnamiens. Entre mémoire et diaspora, Paris : L’Harmattan, Recherches asiatiques, 2013.

[« Ne m’oubliez pas », avis de recherche concernant les disparus]

[L’exposition de 2010 à Rennes]

Liens :

Vietnamese Boat People Museum

Sophia Law: The Invisible Citizens of Hong Kong – Art and Stories of Vietnamese Boatpeople

SophiaLaw_VietnameseBoatpeopleInHongKong[ndlr] Parution d’un ouvrage intéressant la thématique du séminaire Mémoires d’Indochine. Présentation de l’éditeur.

On May 3, 1975, Hong Kong received its first cohort of 3,743 Vietnamese boatpeople. The incident opened a 25-year history that belongs to a larger context of forced migration in modern social history. By researching all possible textual material available, the book provides a comprehensive review of the collective history of the Vietnamese boatpeople. Moreover, it intertwines historical archives with personal drawings created by the Vietnamese living in Hong Kong detention camps, recapping a collective memory with its human face.

By interpreting and analyzing these drawings, the author demonstrates the expressive and communicative power of imagery as a form of language, and illustrates how art can tell a personal tragic story when language fails. She unfolds the stories and artworks throughout the whole book with the hope that new insights and meanings can be attained through the conscious review and re-interpretation of the past.

What Dr. Law had discovered within hundreds of pages of articles, poems, songs, and short essays written in Vietnamese were shocking evidences of human tragedies. They were not the cry for help of an individual but of a generation of Vietnamese people. Most of them were children, young men, and young women who were disrobed of basic human rights and had to waste the most beautiful years of their lives in various detention camps in Hong Kong.

—Dr. Tung Buu, Former Vietnamese refugee in Hong Kong

Sophia Suk-mun Law is Associate Professor at the Department of Visual Studies of Lingnan University in Hong Kong.

Source : The Chinese University Press

Pour en savoir plus :

Christel Thibault : L’archipel des camps, l’exemple cambodgien – CR de lecture par Arnaud Richard

Thibault_L'ArchipelDesCampsChristel Thibault présente dans cet ouvrage une version remaniée de sa thèse de doctorat de géographie intitulée « Conflits, refuges et enjeux frontaliers : les déplacements forcés de la population du Cambodge, 1970-2000 » et soutenue en 2005 à Paris IV-Sorbonne sous la direction de Christian Huetz de Lemps. Cet ouvrage a obtenu le Prix « Le Monde » de la recherche universitaire en 2008.

En s’intéressant au sort des centaines de milliers de déplacés et réfugiés cambodgiens ayant fui leur pays depuis l’avènement du régime Khmer rouge en 1975, et plus encore à sa chute lors de l’invasion vietnamienne en janvier 1979, Christel Thibault tente de démêler ici l’écheveau politique, humanitaire et militaire qui détermine le sort de ces populations. Le développement proposé est à la fois thématique et chronologique, couvrant les périodes de fuite des populations civiles et des militaires khmers rouges vers l’ouest, leur précaire stabilisation forcée dans des camps de part et d’autre de la frontière avec la Thaïlande du fait de l’impasse politique des années 1980, et leur rapatriement progressif à partir de 1991 suite aux accords de Paris.

Fuir le Cambodge en 1979

Lorsque les troupes de Hanoï « libèrent » Phnom Penh des quatre années de Kampuchéa démocratique le 7 janvier 1979, le Cambodge est un pays exsangue, totalement désorganisé par l’Angkar révolutionnaire qui a contraint le déplacement de millions de Cambodgiens des villes vers les campagnes, pour y mener ses expériences collectivistes. Le pays entier a été transformé en immense prison à ciel ouvert, de laquelle il est quasiment impossible de s’échapper, tant du fait de la surveillance étroite exercée par le régime que par l’absence de ressources mobilisables par des populations sous-alimentées, isolées de leurs proches, et souvent loin de leur région d’origine. L’invasion vietnamienne, en faisant tomber le pouvoir khmer rouge, permet de desserrer l’étau sur le pays, en même temps qu’elle se double d’une grave crise alimentaire puisqu’à peine le tiers des rizières est alors cultivé. Face à cette crise de subsistance, la réaction naturelle des populations est de fuir vers la Thaïlande pour celles qui le peuvent. À ces populations civiles, migrantes de la faim, se superposent des déplacements motivés par des raisons politiques ; les militaires khmers rouges et ce qu’il reste des monarchistes pro-Sihanouk ou des républicains se déplacent vers l’ouest du pays devant reculer face aux troupes de Hanoï. La situation de pénurie alimentaire est aggravée par le fait que le nouveau pouvoir de la « République populaire du Kampuchéa » (RPK) ne soit pas reconnu à l’ONU comme autorité légitime sur le Cambodge, hypothéquant une éventuelle aide alimentaire, que l’on craint d’être vue détournée vers le Viêtnam…

Une crise humanitaire, un problème de politique internationale

La Thaïlande, seul pays relativement stable de la région, est devenue, malgré elle, au fil du temps le réceptacle des déplacements de populations dues aux différents conflits et crises qui affectent ses voisins depuis 1946. Face au flot massif de réfugiés en provenance du Cambodge, le pays durcit sa politique d’accueil après 1975, ne donnant que chichement le statut de réfugié défini par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) aux personnes qui fuient la faim, considérant la majorité d’entre eux comme des déplacés, et les forçant à se stabiliser dans des camps de rétention du côté thaïlandais de la frontière, sous l’autorité du ministère de l’Intérieur. En tant que signataire de la convention de Genève, la Thaïlande est en théorie censée souscrire au principe de non-refoulement des populations. Or, entre mars et juin 1979, au plus fort des mouvements de population, on estime que 60 000 Cambodgiens sont refoulés par la Thaïlande, parmi lesquels 45 000 d’entre eux entrés au niveau d’Aranyaprathet sont transportés et relâchés 300 kilomètres plus au nord, dans la région du temple de Preah Vihar, une zone de conflit latent entre la Thaïlande et le Cambodge. Ces nouvelles préoccupations sécuritaires se doublent d’une volonté de ne pas créer « un appel d’air » pour d’autres candidats à la fuite, en même que d’une stratégie visant pour la Thaïlande à attirer l’attention de la communauté internationale pour ne pas assumer seule la gestion de ces déplacés. Ainsi, en juillet 1979, l’ONU réagit enfin en condamnant le nouveau régime mis en place à Phnom Penh et décide de mettre en place la Mission conjointe, une opération humanitaire d’urgence vers les populations réfugiés d’Asie du Sud-Est. Des garanties données à Bangkok quant à une répartition future des réfugiés vers des pays-tiers (France, États-Unis,…), lui font accepter plus facilement l’afflux de nouvelles populations sur son territoire entre octobre 1979 et février 1980. On compte à la fin de cette année 150 000 réfugiés statutaires cambodgiens en Thaïlande.

Cambodia anti-PRK border camps © 2010 Wikimedia Commons
Cambodia anti-PRK border camps © 2010 Wikimedia Commons

L’auteur montre par ailleurs bien l’imbroglio diplomatique qui existe dans les années 1980 face à la situation politique du Cambodge, puisque la majorité des États membres de l’ONU continuent de reconnaître les Khmers rouges comme seules autorités légitimes, considérant le nouveau pouvoir à Phnom Penh en place depuis 1979 comme un régime d’occupation. En conséquence, la décision d’apporter une aide humanitaire d’urgence au pays fait l’objet de vifs débats, d’autant que Phnom Penh ne veut aucune ingérence étrangère sur son territoire. C’est ainsi que l’on en arrive piteusement à ce que fin 1980 300 tonnes de vivres soient débarquées dans le port de Sihanoukville dans le Golfe du Siam, sans possibilité aucune de contrôler l’acheminement effectif des denrées vers les populations civiles, par le nouveau régime militaire. Le constat de l’auteur est ainsi sans équivoque :

« La distribution étant désormais laissée à l’appréciation des autorités locales, l’aide est répartie selon une hiérarchie de groupes bénéficiaires – privilégiant notamment Phnom Penh par rapport au reste du pays, les villes par rapport aux campagnes, les militaires par rapport aux civils, l’armée d’occupation par rapport à l’armée régulière, les fonctionnaires par rapport aux autres corps, les Vietnamiens par rapport aux Cambodgiens, les cadres du Parti par rapport aux simples citoyens, etc. […]. L’aide censée résorber rapidement le déficit alimentaire global contribue ainsi directement à la remise en route de la nouvelle administration sous tutelle vietnamienne et à l’entretien des troupes d’occupation – dont les Nations unies condamnent pourtant le déploiement[1]. »

Face à cette situation d’impuissance, l’aide est désormais acheminée via la frontière avec la Thaïlande, ce land bridge provoquant l’afflux d’un million de nouveaux réfugiés cambodgiens, décidant Bangkok à fermer sa frontière et à pratiquer officiellement une politique de humane deterrence. Au final, la Mission conjointe, avec ses 650 millions de dollars dépensés en trois ans, s’avère être « l’intervention humanitaire internationale d’urgence la plus lourde des années 1980 »[2]. Ce que l’auteur qualifie de « surinvestissement »[3] au regard d’autres crises humanitaires s’explique par le contexte de la Guerre froide où les États-Unis, principal contributeur au budget de l’opération, craignent que Hanoï ne fasse basculer toute la péninsule dans son orbite.

Il ressort de la lecture que la question du règlement du sort des réfugiés dans les années 1980 est belle et bien politique. Le gouvernement de Heng Samrin à Phnom Penh soutenu par Hanoï, se maintenant en grande partie grâce au détournement de l’aide internationale, poursuit sa politique d’offensive contre les combattants de la résistance et les civils réfugiés du côté cambodgien de la frontière, poussant à deux nouveaux pics de déplacements vers la zone de sécurité du côté thaïlandais en 1984 et en 1988. Par ailleurs, ce que l’auteur qualifie de « prédations vivrières organisées[4] » par des Bo Doï qui se comportent comme en terrain conquis dans les provinces de l’ouest du Cambodge, alimente le flux de réfugiés civils vers la Thaïlande. Ainsi, en dépit de la politique de Humane deterrence thaïlandaise et d’un contrôle plus strict des déplacements au Cambodge à partir de 1985, « les effectifs de la population réfugiée doublent entre fin 1981 et fin 1992, atteignant 380 000 personnes environ[5]. »

Vers une politisation des camps

Alors que la fin de la Mission conjointe traduit la sortie de la période d’urgence humanitaire à partir de 1982 et le début d’une longue période d’attente d’un potentiel retour pour les populations des camps, l’heure est à la reconstruction politique. Sous l’égide de l’ASEAN et de l’ONU, les trois oppositions au régime de collaboration de Phnom Penh –Khmers rouges, Sihanoukistes et Républicains– sont réunies dans un gouvernement de coalition du Kampuchéa démocratique (GCKD) en exil. Sur le terrain, il apparaît que les camps frontaliers soient les derniers éléments de souveraineté territoriale pour ces oppositions politiques, relayées sur le terrain par des combattants et des militaires en fuite. En entérinant la création du GCKD, l’ONU laisse donc les populations déplacées des camps frontaliers –sans statut en droit international contrairement aux réfugiés–  devenir des instruments des factions combattantes dont le contrôle est crucial pour l’affirmation d’une représentativité politique. L’auteur décrit le mouvement complexe des relations d’influence et de contrôle politique allant des camps de réfugiés statutaires en Thaïlande, vers les bases de repli combattantes à l’ouest et au nord du Cambodge, en passant par les camps satellites de déplacés. Dans les camps où ce sont les déplacés militaires qui ont pris le contrôle, les cas de conscription forcées sont nombreux, tandis que la Thaïlande ferme les yeux sur les abus commis par sa Task Force 80, un corps spécial de son armée, à qui elle a délégué une gestion mercantile et arbitraire des camps de son côté de la frontière.

Le rapatriement ou l’impossible retour

À partir de la fin de l’année 1988, on assiste à un retrait progressif des Bo Doï qui ouvre la voie à une reconquête spatiale et politique du pays par les trois tendances de l’opposition. À la suite de la conférence de Paris du 23 octobre 1991 qui aboutit à un règlement politique global, l’agence onusienne Apronuc[6] est chargée du processus de rapatriement des réfugiés. Sa mission doit être achevée en avril 1993, date fixée à Paris pour les élections générales censées redonnées la parole au peuple. D’où un empressement des forces politiques à faire appliquer l’accord et à prendre soin de cette clientèle électorale en puissance… Rentrer effraie légitimement des populations éloignées de leur région d’origine depuis dix voire quinze ans. Il leur est en outre souvent impossible de retourner s’établir dans certaines régions défigurées par la guerre et durablement inexploitables pour l’agriculture en raison des trois millions de mines antipersonnel « tombées » sur le pays. Phnom Penh est ainsi complétement dépassée au milieu des années 1990 par une population errante d’anciens déplacés, déracinés, ne sachant plus où aller ni vers qui se tourner, et tentant de trouver un ultime refuge dans la capitale. Les secousses de la scène politique à cette période menacent la fragile normalisation d’un pays qui doit désormais affronter l’histoire enfouie des crimes du régime Khmer rouge.

Une remarquable géographie des camps est dressée, appuyée par une enquête de terrain dans les provinces de Battambang et Siem Reap pour y rencontrer les populations anciennement déplacées. La mise en lumière des différents intérêts des acteurs en présence permet de saisir les dimensions multiples que revêt la problématique des déplacés cambodgiens. On en ressort avec l’impression que dans ce « chaos organisé » qu’est l’archipel des camps, les populations civiles ont été prises au piège dans des enjeux qui les dépassent, comme pour faire écho au sort d’un Cambodge à peine indépendant pris dans « la lessiveuse de l’histoire ».

 

Éléments de bibliographie :

  • Cambrézy Luc, Réfugiés et exilés. Crise des sociétés, crise des territoires, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2001.
  • Chan Kwok Bun, Kenneth Ch, « Past, present and future: the Indochinese refugee experience twenty years later », Journal of Refugee Studies, 1995, vol. 8, n° 1, p. 75-94.
  • Martin, Marie-Alexandrine, « Migrations et répartitions de la population dans l’Ouest cambodgien communisé », Hérodote, 2ème trimestre 1989, p. 114-138.
  • Peschoux, Christophe, Les « Nouveaux » Khmers rouges. Enquête (1979-1990). Reconstruction du mouvement et reconquête des villages, Paris, L’Harmattan, 1992.
  • Richer, Philippe, Le Cambodge. Une tragédie de notre temps, Paris, Presses de Sciences-Po, 2001.

Voir aussi :

  • Thibault Christel, « L’état des déplacements sous contrainte au Cambodge en 1998 », L’Information géographique 1/ 2007 (Vol. 71), p. 87-90.

 


Notes

[1] Christel Thibault, L’archipel des camps, l’exemple cambodgien, Paris, Le Monde/Presses universitaires de France, coll. Partage du savoir, 2008, pp. 27-28.

[2] Op. cit., p. 32.

[3] Op. cit., p. 32.

[4] Op. cit., p. 51.

[5] Op. cit., p. 38.

[6] Autorité provisoire des Nations unies au Cambodge.

 

Arnaud Richard est étudiant à l’ENS de Lyon et à Sciences Po Lyon. Il a étudié la langue chinoise durant une année à l’Université de Nankin. Ses recherches actuelles, pour lesquelles il effectue un séjour académique à l’Universitas Gadjah Mada de Yogyakarta, portent sur les communautés chinoises dans l’Indonésie post-Suharto.