Archives par mot-clé : blog

Ngọc Thu : Lời Chia Tay [L’au revoir du blog Ba Sàm]

[ndlr] Le blog d’informations politiques Ba Sàm (« organe d’information de l’Agence de presse du trottoir ») fondé en 2007 par Nguyen Huu Vinh (actuellement emprisonné) et repris en main par Dinh Ngoc Thu ferme ses portes. Dinh Ngoc Thu qui a sacrifié ses huit dernières années à la vie du blog s’en explique dans une lettre d’adieu aux lecteurs/trices.

April 13, 2017

Dear readers of Ba Sàm,

Against my wish but unavoidably, I’ve written this letter to take leave of you. Many of you will be disappointed; I ask your pardon.

In 2009, when the Ba Sàm blog was two years old, . . . [Nguyễn Hưu] Vinh could not manage all the work himself and so, as a complete novice, I agreed to assist him.

Neither as an editor nor as an online publisher had I ever done any work like my work for Ba Sàm. From June 2011 until now it has been on average a 10+ hour responsibility, seven days every week, thirty days a month, never resting or receiving any compensation. Nearly eight years have passed.

It is uniquely you, Ba Sàm’s readers, who have inspired me to keep up this work. Several million hits every month! That’s just a dream for most people who venture to blog. Those hits have shown me that Ba Sàm has so many devoted readers, and that’s the particular reason why, although I told myself dozens of times and promised my family that I’d tear myself away, I didn’t give it up.

For eight of Ba Sàm’s nearly ten years, I’ve devoted my time and effort to Ba Sàm’s survival, despite the opposition of certain people. However, there’s a limit to one’s strength. In addition to my duty to my native land, I also have obligations to many others I hold dear.

Once again, I ask readers who have given Ba Sàm their love and loyalty to pardon me. Please remember that I will never forget your many e-mails and messages, your words of encouragement and tacit confidence, the news items, photos and comments you’ve sent, the help you’ve given me in choosing and translating articles. . . .

I have made arrangements to discontinue publishing Ba Sàm on April 20, 2017. I know this will prompt a lot of e-mail — more than I can answer — so I’m opening a column for comment, as a way to keep in touch and to store reminders of labor that’s been hard but also beautiful.

Sincerely,

Đinh Ngọc Thu

Traduction partiellement du vietnamien par David Brown.

Source : Ba Sàm, 13/04/2017.

Nguyen Hoang Vi : une jeune blogueuse soutenue par l’IFEX

[ndlr] A la suite de l’ancienne policière devenue blogueuse Ta Phong Tan, une autre Vietnamienne a été sélectionnée cette année pour illustrer la journée internationale de lutte des femmes du 8 mars. Cette initiative, portée par l’organisation IFEX (International Day to End Impunity), a choisi de promouvoir le parcours de « Sept femmes championnes de la liberté d’expression ». Pour le Viêt-Nam, il s’agit de le jeune blogueuse Nguyen Hoang Vi (voir présentation traduite ci-dessous). Victime le 28 décembre 2012 d’une arrestation musclée en pleine rue et d’une humiliation physique dans un poste de Police de Ho Chi Minh-ville, la jeune blogueuse a porté plainte le 4 janvier 2013 contre le commissariat du quartier Nguyen Cu Trinh situé dans le 1er arrondissement de la ville.

NguyenHoangVi

Nguyen Hoang Vi a passé une grande partie de sa vie de jeune fille d’une vingtaine d’années sous la surveillance des agents de sécurité pour ses billets critiques sur le gouvernement postés sur son blog. Peu de temps après que nous l’ayons sélectionné, elle a été détenue à proximité du palais de justice où elle espérait assister à l’appel de trois blogueurs emprisonnés sur des accusations de propagande contre l’État. Pendant sa détention, elle a été agressée sexuellement par la police et les infirmières de l’État.

En parlant de son calvaire, Vi s’est exprimée ainsi : « Nous ne pouvons pas laisser la peur nous paralyser. Nous devons trouver au plus profond de nos cœurs de quoi pardonner tout ce qu’ils nous font à nous et notre corps. Mais pardonner ce n’est pas accepter. Nous devons leur faire savoir que ce que nous faisons n’est pas fondé sur la haine personnelle de nos persécuteurs, il s’agit de protéger nos droits universels, qui leur appartiennent aussi bien qu’à nous « .

Source : Gallery: Seven women free expression champions (traduction de Mémoires d’Indochine).

* * *

8 mars 2013 : Trois vietnamiennes d’honneur à l’honneur

La journée internationale des droits des femmes de ce 8 mars 2013 est l’occasion de mettre l’accent sur le destin de quelques-unes d’entre elles. Si notre collègue Juliette Lancel a raison de rappeler l’origine « léniniste » de cette journée mondiale[1], il ne faut pas oublier qu’au Viêt-Nam, les révolutionnaires Phan Boi Chau (1867-1940) et Nguyen An Ninh (1900-1943) contribuèrent fortement à la reconnaissance du rôle sociopolitique des femmes [2].

Le 9 décembre 2012, à l’occasion du 64ème anniversaire de la Journée mondiale des droits de l’homme, le prix vietnamien 2012 des droits de l’homme était solennellement remis à trois femmes dont une est encore incarcérée au Viêt-Nam. La cérémonie s’était tenue à la Maison de la Culture de Côte-des-Neiges de la ville de Montréal. Elle avait été organisée en coopération par le Vietnam Human Rights Network (VNHRN) et la Communauté des Vietnamiens Nationalistes de la région de Montréal, sous le parrainage de 18 organisations vietnamo-canadiennes et le soutien de la communauté vietnamienne de San Diego aux États-Unis ou encore l’Association internationale des Médecins du Viêt Nam libre [3].

TroisLauréates

La cérémonie s’était déroulée dans une atmosphère solennelle dans les deux langues française et anglaise. Le Dr Nguyen Tung Ba, chef du réseau VNHRN, précisait à cette occasion le sens de la remise du prix vietnamien des droits de l’homme à ces trois femmes.

Le Vietnam Human Rights Award de cette année revêt une signification particulière car les trois femmes honorées sont des activistes qui se dressées pour défendre les droits des gens ordinaires. Ces trois activistes, la blogueuse Ta Phong Tan, Mme Pham Thanh Nghien et Mme Huynh Thuc Vy ont surmonté la peur suscitée par l’oppression et la tyrannie. Le régime peut les persécuter physiquement mais il ne pourra pas subjuguer leur combat pour la liberté, la dignité et la justice [4].

Rappelons succinctement le parcours de ces trois femmes ordinaires au destin remarquable.

PhamThanhNghienPham Thanh Nghien, l’honneur de la patrie

Pour ses prises de position antichinoises sur internet, cette jeune militante pro-démocrate de 34 ans a été arrêtée le 18 septembre 2008 et jugée à Haiphong le 29 janvier 2010 lors d’un procès en huit-clos. Elle fut condamnée à quatre années de prison ferme suivies par trois années d’assignation à résidence (jusqu’en septembre 2015). Libérée le 19 septembre 2012, Pham Thanh Nghien poursuit actuellement son combat « à la maison » en tirant également l’expérience de son emprisonnement qui lui révéla la face cachée du régime. Elle faisait part de son état de santé affaibli à sa sortie de prison en septembre 2012. De petite taille et très déterminée, cette « courageuse fille », comme le note RFA, donne du fil à retordre à la Sécurité publique de Hai Phong qui mobilise des dizaines de policiers pour la surveiller [5]. Elle incarne l’honneur du petit Viêt-Nam face aux ambitions militaires chinoises en Mer orientale.

A propos de la remise de ce prix, elle déclarait :

« Plus que toute autre, je sais qu’il existe beaucoup de gens plus méritants que moi. Qui sont-ils ? Ce sont mes prédécesseurs, ceux qui m’ont ouvert la voie, ceux qui sont sortis temporairement des prisons communistes, ceux qui doivent vivre encore entre quatre murs. Ce sont ceux qui, publiquement ou dans l’ombre, déploient leurs efforts, leur intelligence pour accomplir un rêve simple mais grandiose : Le rêve d’un Vietnam libre » [6].

HuynhThucVyHuynh Thuc Vy, l’honneur familial

Le profil de cette jeune femme de 28 ans est étonnant. Sur les pas de son père Huynh Ngoc Tuan, ancien prisonnier politique, elle a pris la plume sur la toile pour manifester son soutien au multipartisme et à la démocratie tout en invitant les jeunes de son âge à s’intéresser aux questions politiques et sociales de son pays. Invitée de deux reportages vidéographiques de Radio Free Asia dans lesquels elle relate ses déboires avec la police et ses désirs de démocratie, elle dut subir très jeune une forme de discrimination sociale due au destin particulier de son père. Ce dernier, à travers ses articles et nouvelles littéraires, s’est souvent insurgé contre les injustices sociales, pour la défense des droits de l’homme et le multipartisme. Cet engagement précoce dans les années 1990 l’a mené tout droit en prison. Il fut arrêté en octobre 1992 pour avoir voulu transmettre à l’étranger un recueil critiquant la politique de l’Etat-Parti. Condamné à 10 ans de prison et 4 années d’assignation à résidence, il fut de nouveau libre en 2006. Cette longue épreuve carcérale ne l’empêcha pas de poursuivre ses activités en rédigeant ses mémoires de prison et d’intégrer le Bloc 8406, un regroupement publique de citoyens pro-démocrates, créé justement le 8 avril 2006 [7]. L’honneur de sa fille Thuc Vy se décline en un engagement familial et citoyen [8]. Pour avoir, semble-t-il, rédigé un article sur les événements du 30 avril 1975, Thuc Vy fut kidnappée le 5 juillet 2012 par la sécurité publique de sa province natale (Quang Nam) alors qu’elle se trouvait à Saigon pour manifester [9]. Elle fut reconduite secrètement dans sa province et relâchée. Depuis 2011, sa famille est régulièrement harcelée par les forces de sécurité locales. La jeune fille a clairement expliqué dans un long entretien à la BBC ses motivations profondes :

« Nous, les jeunes Vietnamiens, nous aspirons à une société libre et démocratique au Viêt-Nam, une société réellement libre et démocratique (« chúng tôi – những người trẻ Việt Nam – mong muốn có một xã hội tự do dân chủ ở Việt Nam, một xã hội tự do dân chủ thật sự ở Việt Nam ») » [10].

TaPhongTan2Ta Phong Tan, l’honneur des petites gens

Mais la bête noire du régime est sans doute l’ancienne policière Ta Phong Tan devenue blogueuse pour défendre une certaine idée de « la justice et de la vérité » comme le rappelle le titre de son blog. Après avoir quitté la police, elle débuta une carrière de journaliste indépendante en 2004, ce qui la mena à ouvrir un blog en 2006 intitulé « Justice et Vérité » (Công lý và Sự thật) en proposant des sujets de reportages sociaux notamment sur les violences policières et la corruption. Ce blog politique, un des premiers du genre, devint très rapidement populaire. Accompagnée de deux autres blogueurs (Nguyen Van Hai et Phan Thanh Hai), elle mis sur pied le « Club des journalistes vietnamiens libres ». Pour cet activisme dérangeant, elle fut arrêtée ainsi que les deux autres membres du Club en septembre 2011. Tous les trois furent condamnés en octobre 2012 pour propagande anti-étatique à de lourdes peines de 4 (Phan Thanh Hai), 10 (Ta Phong Tan) et 12 ans d’enfermement (Nguyen Van Hai).

Destin éminemment tragique pour Ta Phong Tan puisque quelques jours avant la tenue du procès (reporté à trois reprises), Dang Thi Kim Lieng, sa mère se suicidait par le feu le 30 juillet 2012 devant un bâtiment administratif en signe de protestation contre le sort réservé à sa fille. La pauvre mère désespérée devait décéder des suites de cette immolation. Les peines des trois blogueurs ont été confirmées en appel le 28 décembre 2012. Depuis le 15 août 2012, Ta Phong Tan bénéficie d’une entrée sur Wikipedia (english) qui retrace en détail son parcours d’activiste [11].

« Everybody knows that I don’t belong to any organization or political party. I don’t call for the overthrow of the regime and I have violated no laws. I am just a journalist, a free-thinker who writes about things I see and hear. I analyze the problems of society from my own point of view, I say what I think is wrong with our government. I denounce anything I believe is unjust, things that my friends and I have suffered directly, and I speak out for ordinary people who are victims of injustice. That is why the government wants to silence me » [12].

Femmes de courage

Ta Phong Tan, aujourd’hui emprisonnée, vient de recevoir le prix des Femmes courageuses décerné chaque année à quelques femmes qui se sont distinguées par un courage particulier [13]. Cette année, dix femmes d’exception recevront de la Première dame américaine, Michelle Obama, l’invitée d’honneur de la cérémonie, le Prix international femme de courage du Secrétaire d’État américain. Les élues pour ce prix sont :

  • Mme Fartuun Adan, directrice exécutive de Elman Peace and Human Rights Centre (Somalie)
  • Mme Malalai Bahaduri, Premier Sergent, Afghan National Interdiction Unit (Afghanistan)
  • Mme Julieta Castellanos, Recteur, Université nationale autonome du Honduras (Honduras)
  • Mme Samira Ibrahim, coordonnatrice de Know Your Rights (Egypte)
  • Mme Elena Milashina, journaliste, militante des droits de l’Homme (Russie)
  • Mme Nirbhaya “Fearless,” militante de la justice (Inde), décédée.
  • Dr Josephine Obiajulu, présidente de Campagne pour la démocratie (Nigeria)
  • Mme Ta Phong Tan, blogueuse (Vietnam)
  • Mme Tsering Woeser (Wei Se), auteure, poète et blogueuse tibétaine (Chine)
  • Mme Razan Zeitunah, avocate des droits de l’Homme et fondatrice des Comités de coordination locaux (Syrie) [14]

Selon le communiqué officiel, il est rappelé que ce prix « récompense chaque année les femmes dans le monde qui ont fait preuve d’un courage et d’un leadership exceptionnels dans la défense des droits et la responsabilisation des femmes, souvent en s’exposant elles-mêmes à de grands risques. Depuis sa création en 2007, le Prix a été décerné à 67 femmes de 45 pays différents » [15]

BaoLucChongDanOanVietNam
Violence policière contre une paysanne en 2010

* * *

En persécutant ces trois femmes de tête, les autorités de la RSVN lancent un signe à toutes les autres Vietnamiennes qui oseraient défier le pouvoir qu’elles soient paysannes, enseignantes, ouvrières, intellectuelles ou lycéennes. Et il faut le dire, dans les conflits sociaux actuels, les femmes, notamment les paysannes et les ouvrières, sont en première ligne. Ce sont elles qui affrontent la police et les milices lors des expropriations, ce sont encore elles qui montent à la ville pour tenir sitting devant les organismes du pouvoir, ce sont majoritairement elles qui nourrissent ce pays en plantant et récoltant le riz. Quoi de plus naturel que d’autres femmes dénoncent ouvertement les injustices dont ces « indignées » (dân oan) sont la cible, des violences dont elles sont victimes et se fassent le relais des nobles idéaux de justice et d’égalité qu’elles portent.

Prenant fait et cause pour leurs compatriotes méprisés, en aucun cas il ne s’agissait pour ces net-citoyennes de faire de la « propagande contre l’État » comme le stipule l’article 88 du code pénal et qui est d’emblée systématiquement utilisé par les actes d’accusation dans ce genre d’affaire. Il s’agissait pour elles d’exercer le droit le plus élémentaire d’expression, de communication et de partage d’information sur des sujets de société qui touchent directement les Vietnamiens dans leur vie quotidienne, un droit fondamental qui peut coûter dans le Viêt-Nam socialiste jusqu’à 20 ans d’emprisonnement.

En réalité, le pouvoir communiste condamne l’activisme sur la toile dans ce qu’il a de plus dangereux à ses yeux : être un espace libre de discussion et d’échange avec des Vietnamiens de l’étranger engagés politiquement contre le régime policier et farouches militants pour l’instauration de la démocratie. C’est ainsi que des échanges sur les blogs entre « ceux de l’intérieur » et « ceux de l’extérieur » sur le destin politique du Viêt-Nam peuvent être assimilés à de la propagande anti-étatique, voire à un acte de subversion visant à « renverser le gouvernement populaire » selon la rhétorique habituelle comme l’a démontré le procès des 14 jeunes catholiques de Vinh. Mais cette rhétorique ne fait aujourd’hui plus sens et internet a définitivement changer la donne. Le transnationalisme a fait explosé les frontières intellectuelles entre ceux de l’intérieur et ceux de l’extérieur. Ils marchent désormais tous pour la même cause de transformation pacifique du Viêt-Nam en État de droit dans lequel seront garantis les droits des citoyens.

La remise de ces prix par tout un ensemble d’associations vietnamiennes de l’étranger et aujourd’hui par les autorités américaines démontre que d’une part, ce qui se passe au Viêt-Nam en matière de droits de l’homme est suivi de près par la communauté internationale, et d’autre part, vise à rendre publique le destin souvent oublié des femmes vietnamiennes. Forte de son expérience de 4 années d’enfermement pour une simple expression patriotique, à sa sortie de prison, Pham Thanh Nghien rappelait avec détermination dans une interview de Radio Free Asia : « Il n’y a aucune raison de ne pas poursuivre la lutte » [16].

 François Guillemot, 08/03/2013

Notes

[1] Juliette Lancel, « Le 8 mars ? Merci Lénine !« , Olim et nunc. Histoire et serendipité, 07/03/2013.

[2] Bui Tran Phuong, « Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : Émergence de nouvelles perceptions et expérimentations », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 08 mars 2013. URL : http://genrehistoire.revues.org/255

[3] « 2012 Vietnam Human Right Award Ceremony in Montréal, Canada« , 12/09/2012.

[4] idem.

[5] Voir l’interview sur You Tube à sa sortie de prison : Phạm Thanh Nghiêm ra tù sau 4 năm

[6] Voir : « Lời phát biểu của Phạm Thanh Nghiên trong buổi trao Giải Thưởng Nhân Quyền 2012« , 05/01/2013.

[7] Voir les biographies détaillées de Huynh Thuc Vy et de Huynh Ngoc Tuan sur Human Rights Watch (en vietnamien), 20/12/2012.

[8] Voir l’article de la BBC : « Công an dọn đường để bắt chúng tôi« , 10/11/2011 et celui de RFA : « Gia đình blogger Huỳnh Thục Vy bị hàng chục công an hành hung« , 12/02/2011. Tous deux relatent la pression policière exercée sur cette famille.

[9] Voir son entretien à la BBC repris sur You Tube (Huỳnh Thục Vy kể chuyện bị bắt cóc, 05/07/2012).

[10] Lire l’interview : « Huỳnh Thục Vy nói về biểu tình và tự do« , 06/07/2012.

[11] Entrée Ta Phong Tan sur Wikipedia.

[12] Voir : FIDH/VCHR – Bloggers and Netizens Behind Bars. Restrictions on Internet Freedom in Vietnam, p. 23.

[13] Voir : Thanh Trúc, « Bộ ngoại giao Mỹ vinh danh Blogger Tạ Phong Tần« , RFA, 07/03/2013.

[14] Voir : « Trois femmes africaines recevront vendredi aux Etats-Unis des distinctions d’encouragement », Infos Plus Gabon avec  PANA, 05/03/2013 ; International Women’s Day: fearless, female and a force to be reckoned with, The Independent, 08/03/2013. Voir aussi le site officiel International Women’s Day 2013.

[15] idem.

[16] Phạm Thanh Nghiên: “Không có lý do gì không tiếp tục tranh đấu », RFA, 19/09/2012 (Khánh An, phóng viên RFA)

PhamThanhNghien_bieutinhonha
Pham Thanh Nghien manifestant chez elle : « Les Paracels et les Spratleys appartiennent au Viêt-Nam, enlevons la langue de boeuf chinoise [en forme de U sur la mer orientale], protégeons la patrie.
NB. Article revu et corrigé le 08/03/2013 à 22h00.

Blogs du Viêt-Nam : La nouvelle guerre de l’opinion publique

Un homme consulte un site d’informations sur son ordinateur dans un café à Hanoi
(Photo : Hoang Dinh Nam. AFP)

On le savait déjà depuis quelques années déjà mais la confirmation est venue des Services de la propagande de la capitale eux-mêmes : l’embauche de contradicteurs politisés sur la toile pour soutenir à coups de répliques brèves le régime communiste vietnamien. Une simple visite sur You Tube démontre que, ces dernières années, la guerre vidéographique pour ou contre le régime s’est fortement développée. Les commentaires injurieux publiés sur ce site de partage de vidéos attestent de cette haine que se livrent les deux camps : l’ancien et le nouveau régime mais plus seulement, il s’agit aussi d’une nouvelle bataille entre partisans de la démocratie et défenseurs programmés de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN).

Cela a bien sûr existé depuis des décennies et la « guerre des mots » est une des clés de fonctionnement des systèmes totalitaires [1]. Le communisme vietnamien s’en est fait une spécialité [2]. La « novlangue » du Parti communiste vietnamien (PCV), propulsée dans la presse officielle, martelée dans les communiqués ou popularisée sous formes de formules choc, est aussi une des clés de son succès. Pendant la guerre du Viêt-Nam, les nombreuses officines de la propagande tournaient à plein régime pour Hanoi dans un contexte de Guerre froide très défavorable au régime de Saigon. Le « front diplomatique » (autrement dit la propagande) avait rempli sa mission avec brio en ralliant le monde occidental aux thèse de « la guerre juste » menée par Hanoi. Il y avait pour les esprits simples les gentils à Hanoi et les méchants à Saigon. Avec la fin de la guerre et la victoire du Nord sur le Sud, le Viêt-Nam socialiste ne parlait plus que d’une seule voix, la voix de la « Vérité » (Su That) comme le rappelaient les éditions du même nom dédiées à la propagande d’Etat.

Avec l’avènement du Doi Moi [Renouveau] en décembre 1986, les voix discordantes des artistes, des écrivains et des intellectuels aux idéaux trahis se sont élevées avant d’être muselées ou réprimées quelques années plus tard face au désarroi du PCV engendré par le délitement des pays frères en Europe de l’Est et le soulèvement étudiant de Tian’anmen. Pour une question de survie, l’Etat-Parti souhaitait ouvrir les vannes de la liberté intellectuelle mais pas trop largement et le moins longtemps possible. Il ne fallait pas aller trop loin dans la critique du régime sous peine de graves poursuites judiciaires au titre de l’article 88 du code pénal (« propagande anti-gouvernementale »). Plus de trente ans après le Doi Moi, les procès à répétition contre les blogueurs et autres avocats de la plèbe démontrent que c’est toujours le cas.

Cependant, la révolution des technologies de l’information et la circulation instantanée des informations ont changé la donne pour les États autoritaires. Au Viêt-Nam, l’arrivée de nombreux blogs politiques sur la Toile marque ce tournant technologique et les « gardiens idéologiques » du PCV doivent s’adapter pour tenter de canaliser les 25 millions d’utilisateurs d’internet (2010) [3]. Le régime affine sa contre-guérilla informative dans un contexte où les rôles se sont inversés. Il fait aujourd’hui figure de vieux père autoritaire face à une jeune blogosphère révolutionnaire, insolente, mais combien utile pour saisir l’évolution interne de ce pays comme le rappelle les auteurs de Vivre avec les Vietnamiens :

Tous ces blogs sont d’un grand intérêt, autant pour les renseignements que l’on y trouve, de première main, tirés d’expériences personnelles librement décrites, que pour la teneur des propos. On y respire comme le parfum de l’ère du temps, le vrai, celui qui vient de la population. Tout n’y est pas forcément exact, ni nuancé, ni même dénué d’arrière-pensées, certes, mais ce sont tout de même des petites caisses de résonance de ce qui se dit parmi les Vietnamiens [4].

On connaissait les méthodes d’espionnage du régime notamment en ce qui concerne la surveillance des messageries électroniques de particuliers influents « mis sur écoute » dans tous les sens du terme mais cette approche répressive ne suffit plus, elle doit être complétée. Pour tenter de désamorcer les vives critiques qui pleuvent sur la toile, un bataillon de près d’un millier de contre-blogueurs formatés a été recruté avec pour mission de faire taire au plus vite les propos négatifs sur les sujets sensibles ou de « guider le public » vers la conformité officielle. Pour cela, il s’agit surtout de répondre aux attaques par des contre-attaques brèves, ciblées et d’organiser la défense du régime. Exemples :

« N’écoutez pas les propos anti-patriotiques des réactionnaires de l’étranger. Ils ont été engagés par l’ancien régime pour répandre la propagande et semer le désordre social », a écrit l’un d’entre eux.

« Si les générations précédentes avaient perdu confiance dans le gouvernement, comme vous aujourd’hui, seriez-vous assis en train de surfer sur Facebook? », s’est interrogé un autre, s’emportant contre une génération « ingrate » [5].

Et les sujets sensibles qui font jaser la blogosphère indépendante sont nombreux. La corruption endémique et les grandes affaires qui affectent l’économie (Vinashin par exemple), l’exploitation de la bauxite sur l’ancienne Piste Ho Chi Minh, les libertés publiques, les droits de l’homme, la réforme juridique, le déclin de l’éducation, la violence sociale, les réquisitions de terre agricoles, les relations sino-vietnamiennes entachées par le conflit latent en Mer orientale (Bien Dong pour les Vietnamiens) : autant de sujets que le Polit-Buro permanent du Parti entend traiter à sa façon sans interférences intérieures (même au sein du Parti) ou extérieures.

Pour ce faire, les services d’Education et de Propagande du PCV se sont donnés pour objectif de rétablir « la vérité » (la leur) en mobilisant leurs cyber-partisans. La presse étrangère et française est revenue dernièrement sur cette nouvelle bataille de l’opinion publique qui mobilise désormais cette armée de l’ombre mise en place par Hanoi pour contrer les blogs d’opposition au régime communiste. Vaste entreprise dont personne ne connaîtra l’issue pas même le régime en place. La méthode employée est la cyber-surveillance et la mise en place d’un réseau de contre-blogueurs comme le rapporta la BBC le 12 janvier dernier :

Le Directeur du Département de la propagande et de l’éducation à Hanoi, M. Ho Quang Loi, a affirmé que les autorités avaient engagé des centaines d’internautes « polémistes » dans la lutte contre « les forces hostiles sur le web ».  Alors que le nombre exact de ces activistes est inconnu, M. Loi révélait que son département gère au moins quatre cents comptes en ligne et vingt microblogs [6].

Autre information intéressante qui ne risque pas d’être bien perçue par le public est le fait que ces méthodes de cyber-surveillance proviennent de Chine [7]. L’application d’un modèle chinois en pleine période de tensions sur la question des îlots de la Mer de Chine méridionale renforce l’image d’un Hanoi soumis au dictat de Beijing dans la conduite de son propre parti communiste, actuellement très soucieux de sa survie. Il y a déjà quelques mois, le Premier ministre Nguyen Tan Dung recommandait fortement au public de ne pas consulter les blogs dont il faisait l’attaque. Il promettait de faire la guerre à trois d’entre eux qui publiaient, à ses yeux, « de fausses informations sur la Toile » :

La décision du chef du gouvernement du Vietnam, le 13 septembre [2012], fait suite à des rapports de l’administration qui affirment, selon le site Thanh Nien, que des sites « publient de fausses informations dans le but de calomnier le gouvernement et de noircir sa réputation ». Thanh Nien mentionne trois sites indépendants accusés de « ruses diaboliques pratiquées par des forces réactionnaires et hostiles » [8].

Les blogs directement visés étaient alors celui des « Citoyens-journalistes » (Dan Lam Bao), celui des « Madarins-journalistes » (Quan Lam Bao) et celui dédié à la cause de la « Mer Orientale » (Bien Dong).  Il s’avère qu’aujourd’hui ces blogs sont toujours en place et la publicité faite par les autorités de la RSVN a démultiplié leur auditoire comme le mentionnait un des trois blogs incriminés :

Sur son site, Dan Lam Bao (littéralement les Citoyens journalistes) a indiqué avoir enregistré un record de 32.000 visiteurs en une heure après la diffusion par la télévision d’Etat des commentaires du Premier ministre [9].

*

La mise en place de ces escadrons politiques au service du régime démontre que le gouvernement de la RSVN a de plus en plus de mal à supporter la contestation intérieure qui l’interpelle sur son propre bilan. Contrôler l’information est une chose mais prétendre désarmer les propos considérés comme « négatifs » sur la Toile en est une autre. Le repli sur soi idéologique paraît d’ores et déjà très compromis car des voix s’élèvent à l’intérieur du PCV qui regrettent l’ère du « parler vrai » sous le Doi Moi. Cet aveu du régime est également le signe d’un certain désarroi face à la montée en puissance d’une critique interne autrefois maîtrisée, aujourd’hui devenue transnationale et le plus souvent incontrôlable. La nouvelle bataille pour la manipulation de l’opinion publique ne fait que commencer.

FG, 20/01/2013.

 

Notes :

[1] Voir l’analyse des narrations qui ont engendré le régime hitlérien par Jean-Pierre Faye, Langages totalitaires, Hermann, 1972 ; réédition augmentée, Paris, Hermann, 200 et Le langage meurtrier, Hermann, 1996.

[2] Le site Viet Studies a mis en ligne un dictionnaire évolutif et collectif intitulé « Dictionnaire de la Langue du Parti communiste vietnamien » pour décrypter le langage actuel du PCV (écrit et oral) : un corpus intéressant pour mener à bien une étude politico-linguistique sur la RSVN.

[3] Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, 2010, p. 343.

[4] Id., p. 346.

[5] AFP, « Vietnam : les combats en ligne de la cyber-armée du régime », Le Point, 18/01/2013.

[6] Nga Pham, « Vietnam admits deploying bloggers to support government », BBC News, 12/01/2013. Information reprise par l’AFP : art. cit., Le Point, 18/01/2013 ; voir aussi Le Parisien ; Libération ; France 24

[7] AFP, « Vietnam : les combats en ligne de la cyber-armée du régime », Le Point, 18/01/2013.

[8] Jules Etienne, « Vietnam : Le Premier ministre déclare la guerre aux blogs », Asie Info, 13/09/2012.

[9] AFP, « Vietnam: le Premier ministre en guerre contre les blogs », Romandie, 13/09/2012.

Décryptage 2 : Japonais en Indochine – Le gouvernement Trần Trọng Kim de 1945 bien mal illustré

Dans notre série « décryptage » d’images historiques issues de la toile, nous signalons de nouveau une grossière erreur qui se propage sur divers blogs et sites vietnamiens. Il s’agit d’une photographie de l’agence Corbis légendée sur plusieurs sites comme représentant « Le gouvernement du Premier ministre Tran Trong Kim » (Chính phủ của Thủ tướng Trần Trọng Kim – Ảnh: Tư liệu). Elle illustre le plus souvent l’extrait des Carnets en ligne du musicien To Hai sur la « Révolution d’Août 1945 » mis en ligne au mois d’août 2010.

Officials Inspecting Guard Of Honor

Or, cette photographie n’a rien à voir avec ce gouvernement qui officia d’avril à août 1945 après le coup du 9 mars 1945 et la déclaration d’Indépendance de l’Empereur Bao Dai du 11 mars. Un rapide balayage sur le site officiel de Corbis Images nous a permis de retrouver la légende initiale de ce cliché photographique reproduite ci-après :

Original caption:11/18/40-Haiphong, Indo-China: Hajime Matsumiya (right), Japan’s special envoy to French Indo-China, shown in company of French officials and Rokuro Suzuki (left), Japanese Consul General at Hanoi, inspecting an Indo-Chinese guard of honor, upon his arrival at Haiphong. Matsumiya was appointed to the ranking after the Vichy government capitulated and permitted Japanese troops to move into Indo-China to war on Chinese bases along the border.

Source : Fiche Corbis (N° de la photo BE034043)

Tran Trong Kim (1883-1953)

La photographie a été prise le 18 novembre 1940 bien avant l’avènement du premier gouvernement nationaliste du Viêt-Nam indépendant pendant la période d’occupation japonaise. Les deux personnalités asiatiques situées au premier plan sont Japonaises et non Vietnamiennes. Les auteurs de cette bévue ont peut-être trouvé une ressemblance entre Hajime Matsumiya et Tran Trong Kim (voir dessin ci-contre).

Facheuse erreur pour un gouvernement souvent malencontreusement taxé de « pro-japonais » et de « fantoche » par l’historiographie officielle. On ne voit d’ailleurs pas très bien comment Tran Trong Kim aurait pu défiler aux côtés des Français après le coup de force militaire japonais de mars 1945 !

Pour échapper à la surveillance des Français et une probable arrestation, Tran Trong Kim, alors sous protection japonaise, quitta Hanoi le 28 octobre 1943 pour rejoindre Saigon puis Singapour en janvier 1944 et enfin Bangkok en janvier 1945. Il retourna dans son pays pour constituer le gouvernement de l’Empire du Viêt-Nam qui vit officiellement le jour le 17 avril 1945. (voir ses Mémoires)

Quelques sites sur lesquels se retrouve la photographie accompagnée de la légende erronée (sur plus de 70 pages signalées par Google):

  • sur le site Vcomtech (8 septembre 2010)
  • sur le blog Lang Bao (5 septembre 2011)
  • sur le blog Sao Mai (9 septembre 2011)
  • sur le site du VNQDD (3 octobre 2012)
  • sur le site TTXVA (18 décembre 2012)
  • etc.

Heureusement deux sites vietnamiens sauvent la mise en affichant l’image avec la légende adéquate :

  • sur le site Trai Tim Viet Nam (16 février 2009) – dans un article intitulé « Quân Nhật ở Việt Nam trong thế chiến thứ hai » [L’armée japonaise pendant la Seconde guerre mondiale], la photo est légéndée : « Pháp tiếp đón Ngoại trưởng Nhật Hajime Matsumiya tại Hải Phòng ».
  • sur la galerie photographique de Manh Hai sur Flickr (mise en ligne le 25 mars 2011) avec la mention complète de la légende de Corbis.

Toute contribution sur cette photographie est bienvenue.

[à suivre]

FG, 07/01/2013

Décryptage 1 : une image peut en cacher une autre… – Hanoi 1945 / 1954 ?

La toile regorge de documents photographiques à portée historique. Ils illustrent toute sorte d’articles et des billets d’humeur sur la blogosphère. Souvent la source n’est pas explicitement mentionnée. Mais il arrive aussi parfois que l’image ait été détournée ou manipulée pour servir des objectifs plus politiques. C’est le cas du décryptage que nous proposons ci-dessous.

Depuis quelques années déjà (au moins à partir de 2009), la photographie d’une manifestation nationaliste vietnamienne devant l’Opéra de Hanoi est véhiculée sur la toile pour illustrer divers articles à vocation « historique ». Cette photo est affublée d’une légende trompeuse que nous  pouvons traduire par : « Le drapeau national jaune devant le théâtre de la ville de Hanoi (1945) », voir ci-dessous.

Apparue avec cette légende sur le site vietnamsaigon.multiply.com, elle continue a être diffusée sur plusieurs blogs et sites anticommunistes. Parfois, l’illustration est accompagnée d’une légende complémentaire indiquant qu’il s’agit de la manifestation des fonctionnaires de l’Empire du Viêt-Nam qui se déroula le 17 août 1945 pour soutenir l’action du gouvernement nationaliste de Tran Trong Kim comme le démontre l’exemple ci-dessous :

  • sur le site vcomtech.net (8 septembre 2010) avec la légende suivante :

17/8/1945: Mít-tinh của Tổng đoàn Công chức để chào mừng chính phủ Trần Trọng Kim bỗng chốc trở thành biểu tình của Mặt trận Việt Minh

  • sur le blog de Nguyen Thanh An (11 novembre 2009 – 11 novembre 2011) : avec une légende similaire :
17.8.45: Mít-tinh của Tổng Đoàn Công Chức để chào mừng chính phủ Trần Trọng Kim bổng chốc trở thành biểu tình của Mặt Trận Việt Minh:“Quả lừa lịch sử” bắt đầu chính là từ đây! Vận nước khốn nạn nhất cũng bắt đầu từ đây! (8)

Cependant, Nguyen Thanh An a corrigé l’erreur en 2011 en rappelant l’origine de cette photo dans la note (8) de son article.

On la retrouve en illustration d’un extrait des Carnets en ligne de To Hai sur la Révolution d’août  intitulé « Cuộc cướp chính quyền từ trong tay Nhật, Pháp không hề có! » [La prise du pouvoir des mains des Japonais, des Français qui n’a jamais eu lieu !] :

Elle illustre également un article de Lưu Nguyễn Đạt consacré à la légitimité du régime communiste : « Cộng Sản Việt Nam: Có Chính Danh, Chính Nghĩa, Có Dân Chủ và Pháp Trị Hay Không ? » [Le régime communiste vietnamien : est-il légal, légitime, démocratique et conforme à un Etat de droit ou non ?]:

Son parcours sur la toile l’amène à être logée dans un amalgame de photographies sensées dévoiler le « vrai visage de Ho Chi Minh » !

Qu’en est-il réellement ?

La manifestation du 17 août 1945 qui fut habilement retournée par des cadres de l’agitprop Viêt-Minh en manifestation indépendantiste marque en quelque sorte le départ de la Révolution d’août. En effet, c’est lors de cette manifestation qu’apparaissent au grand jour les hommes de la propagande d’assaut (tuyên truyền xung phong) du Viêt-Minh. Or, la photographie affublée de sa légende que l’on retrouve sur des dizaines de sites en illustration de la « Révolution d’Août » n’a rien à voir avec cet événement clé et n’a pas été prise lors de cette année cruciale pour le Viêt-Nam.

Pour s’en convaincre deux détails importants sautent aux yeux. Le premier est la présence très nette du drapeau jaune aux trois bandes rouges officialisé par Bao Dai en juin 1948 comme pavillon national de l’Etat associé du Viêt-Nam (Quốc gia Việt Nam). Ce drapeau affichant trois bandes rouges pour symboliser les trois régions du Viêt-Nam réunifié diffère de celui de l’Empire du Viêt-Nam figuré par le diagramme Ly. Le second détail concerne les slogans des banderoles des manifestants. Sur la plus proche, on distingue les termes « Muu mo… chia… Viêt Nam » littéralement « Complot… diviser… Viêt-Nam ». Il s’agit donc d’une image qui rappelle la division du Viêt-Nam forcément prise après 1948. On l’aura compris, le cliché photographique immortalise une manifestation nationaliste contre la division du Viêt-Nam discutée à Genève en Juillet 1954.

La lecture du slogan se fait plus aisément en inversant la photo horizontalement comme ci-après :

 

Pour chercher des images similaires sur la toile et comparer les images entre elles, le moteur de recherche d’images de Google est très utile. La recherche de cette photographie sur d’autres sites nous a conduit à une quarantaine de pages ayant reproduit le cliché. En outre, elle nous a permis de retrouver l’image initiale sans légende. En effet, certains sites ont pris la peine de la diffuser sans la légende erronée (incrustée dans l’image) tout en rappelant le contexte précis du cliché photographique. C’est le cas par exemple du blog de Nguyen Thanh Nhan qui resitue le cliché dans une série photographique prise à Hanoi en juillet 1954, accompagnée d’un chapeau mentionnant précisément l’auteur de ce cliché :

d’autres séries sont disponibles sur :

  • sur le site thegioinguoiviet (rubrique Hình ảnh Việt Nam ngày xưa… [Images d’autrefois] : « Hình ảnh dân Hà Nội chuẩn bị di cư vào Nam vào thời 54 » (22 juillet 2012).
  • ou sur le blog namrom64 (13 août 2012)
  • ou encore celui de François Buis (Blog Temps des Cerises, 18 février 2009) avec une légende explicite.

Enfin, on retrouve sa trace sur le site Fickr qui héberge la galerie photographique très riche de Manh Hai :

Ci-dessous la photo originale récupérée par Manh Hai (cliquer dessus pour l’agrandir) accompagnée de la légende de Life et d’un commentaire en vietnamien.

Hanoi, July 1954 – Streets crowded with people after cease-fire announced

Phụ nữ đội nón lá mít tinh trước Nhà hát Lớn, khẩu hiệu trên băng rôn có nội dung phản đối mưu mô chia cắt Việt Nam (của hiệp định đình chiến ký giữa Pháp và Việt Minh)

 

Qui en est l’auteur ?

Cette série a bien été prise en juillet 1954 à Hanoi par un photographe nommé Howard Sochurek pour le compte du magazine Life.

Sochurek, décédé en 1994, travailla pour Life pendant deux décennies. Dans les années cinquante, il photographia les troupes américaines pendant la guerre de Corée puis il se rendit au Viêt-Nam pour couvrir le départ de la bataille de Dien Bien Phu (en nov./déc. 1953) et la fin de la guerre à Hanoi. Raison pour laquelle, il a pu photographier la population de Hanoi qui proteste en juillet 1954 et s’apprête à rejoindre le Sud du pays.

Quelques photos de Sochurek sur la guerre d’Indochine se retrouve sur le site « militaria » armchairgeneral.com avec cette mention :

« Some black & white for a change, and this time from the French Indochina War. These pictures were taken by Howard Sochurek in Dien Bien PHu during Operation CASTOR and after, November December 1953. »

Où trouver la photographie et la mention d’origine ?

Le plus simple est consulter la base de données de l’agence Life (Photo ID. 82499964).

Life a mis à disposition du public l’image sur sa base de données hébergée par Google. Sur la fiche du cliché, on peut lire la légende suivante : « Large group civilian prisoners, mostly women being released from Hanoi camp ».

La légende fait mention d’un groupe de prisonnières libérées par le Viêt-Minh (Hanoi Camp?) au premier plan d’une manifestation nationaliste contre la partition du Viêt-Nam. Ce qui suscite d’autres interrogations.

Le site de Getty Images propose deux fiches de ce cliché :

  • L’une mentionnant la date du 1er juillet 1954 : ID 50670994
  • La seconde similaire sans date mais même légende : ID 82499964

Qui a brouillé les pistes ?

Le site VietnamSaigon sur Multiply semble être à l’origine de cette confusion. Le site ne s’embarrasse pas de détails. Il a reproduit l’image à plusieurs reprises avec ou sans légende pour illustrer au choix la « Révolution d’Août 1945 » ou la manifestation hanoïenne de 1954 comme nous l’indiquons sur les billets édités sur ce site entre 2009 et 2012.

Le plus surprenant étant que la première édition de cette image sur ce site en avril 2009 comportait en incrustation la mention « Hanoi 1954 » qui aurait dû empêcher toute erreur postérieure :

Cependant, l’erreur a été réparée sur ce même site dans une galerie de photos retraçant l’exil vietnamien de 1954 : DI CƯ 1954 – Cuộc bỏ phiếu bằng chân lịch sử – 20 Tháng 7, 1954, mise en ligne le 15 juillet 2012. La photo de Howard Sochurek est donc réapparue avec le logo de Life et une nouvelle légende : « Cờ Vàng của tổ quốc trước nhà hát lớn thành phố Hà nội » [Le drapeau jaune de la patrie devant l’Opéra de la ville de Hanoi].

Conclusion :

La vigilance s’impose donc pour tout document photographique issu de la toile. En la matière, la blogosphère vietnamienne (et ce n’est bien sûr pas la seule) comporte de nombreux autres exemples plus ou moins facilement identifiables. Cependant, celui-ci a retenu notre attention car l’utilisation de ce cliché s’est fait dans la plupart des cas pour illustrer des articles qui entendent rétablir la vérité historique sur la « Révolution d’Août » et la légitimité du régime communiste. Autant dire que pour convaincre le lecteur on pourrait s’attendre à un peu plus de rigueur.

FG, 06/01/2013.

Mauvaise humeur : « Dien Bien Phu aérien, économique ou autoritaire ? »

A police officer blocks photographers at an anti-China protest in front of Hanoi’s Opera House on July 22. (Reuters/Nguyen Lan Thang)

Entre propagande commémorative et réponses concrètes à apporter aux exigences économiques, les dirigeants de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) promettent un nouveau tour de vis autoritaire pour 2013.

En 2005, le général Vo Nguyen Giap souhaitait à ses dirigeants de remporter un Dien Bien Phu économique pour sortir son pays de la misère [1]. Avec une croissance « en berne à 5% », les autorités communistes ont préféré terminer l’année 2012 par une série de commémorations à la « victoire du Dien Bien Phu aérien » de 1972 [2]. Cependant cette fièvre commémorative qui coûte cher aux citoyens en énerve plus d’un au sein d’une société frappée par la crise, même chez les vétérans comme le rapporte l’article de Libération du 23 décembre 2012 [3]. Et il n’est pas sûr que la « reconnaissance éternelle » du Viêt-Nam (exprimée par le vice-Premier ministre Nguyen Thien Nhan) envers la Chine et l’URSS pour son soutien militaire et financier pendant la guerre n’apaise l’agacement de la population en ces temps de crispation idéologique [4].

Il est vrai que le million de jeunes qui entrent chaque année sur le marché du travail n’a pas connu la guerre et trouve difficilement sa place dans une société minée par la corruption (classée 123e sur 176 pays selon Transparency International). Entre une légitimité issue de la guerre de réunification martelée par les autorités communistes – légitimité surtout assurée par le redressement économique initié par la politique du Renouveau (décembre 1986) – et la réalité économique d’une économie de marché « à orientation socialiste » en fort ralentissement, le pouvoir devra faire des choix en 2013. Le problème reste que l’économie vietnamienne ne sert aujourd’hui que les intérêts d’une nomenklatura vorace et non ceux du peuple [5].

Le sobre Mea culpa du Premier ministre Nguyen Tan Dung en septembre pour sa mauvaise gestion économique a été remplacé en ce début 2013 par des menaces directes et ciblées contre la blogosphère, contre la formation d’une éventuelle opposition (qui ne pourrait être qu’illégale) et enfin contre tous ceux (en particulier les journalistes, voir le cas de Hoang Khuong) qui désireraient dépeindre l’Etat-Parti sous un angle négatif [6]. Ce haro sur les blogueurs et net-citoyens qui passent à tour de rôle devant le Tribunal du peuple avant d’être incarcérés pour des années prend une dimension dramatique. C’est ce que démontre l’humiliation subie par la jeune blogueuse Nguyen Hoang Vi violentée dans un commissariat de Ho Chi Minh-Ville [7]. Cette courageuse jeune mère de 21 ans a décidé de porter plainte contre ce poste de la Sécurité publique [8]. Dans le même temps, le PCV vient de lancer une grande consultation populaire pour amender la constitution que le blog des Citoyens-Journalistes a parfaitement illustré (ci-dessous).

Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du PCV déclare :
« Sous le contrôle de l’armée et de la police, chers compatriotes soyez à l’aise pour contribuer à la révision de la constitution… »
Dessin PHO (Danlambao)

Sur le plan régional, les tensions répétées en Mer de Chine méridionale, la Mer de l’Est pour les Vietnamiens, continuent de faire de grosses vagues… La République Populaire de Chine, dans le déni de sa politique de fait accompli, fait désormais la leçon au Viêt-Nam sur ses médias officiels [9]. Elle l’invite, dans son propre intérêt, à arrêter ses « pitreries » de mauvais élève. S’octroyant le (nouveau) rôle de porte-parole du gouvernement et du peuple vietnamien, le général Nguyen Chi Vinh conseille à tous ceux qui seraient tentés de le faire de nouveau cette année de ne plus manifester contre la Chine [10]. Le ministère des Affaires étrangères vietnamien n’a plus son mot à dire ? Les cadres du parti et de l’armée populaire n’ont qu’à bien se tenir, « l’auto-évolution » (tự diễn biến) et « l’auto-transformation » (tự chuyển hóa) sont des syndromes formellement décrits comme présentant un risque incalculable pour la survie du PCV [11]. Les 100 intellectuels signataires de « l’Appel pour la protection des Droits de l’homme selon la Constitution au Viêt-Nam » du 28 décembre 2012 comprendront-ils le message ? [12] En 2013, plus de « pitreries vexatoires » envers la Chine, une « auto-évolution » en berne, pas d’opposition à l’Etat-Parti, pas d’attaques insensées contre la corruption de haut vol s’il vous plait. En RSVN, il n’y a décidément que des victoires à fêter.

FG, 05/01/2013

 

Notes

[1] Voir Richard Pétris, « Entretien avec le général Vo Nguyen Giap : ‘J’ai fait la guerre, mais c’était pour la paix’ », juillet 2005.

[2] Voir les dépêches de l’AVI (Agence vietnamienne d’information) sur le site Vietnam + : « Célébration de la victoire de  »Hanoi-Dien Bien Phu aérien », 29/12/2012 ; et pour ceux qui auraient oublié cette « épopée du XXe siècle » : « Ce que signifie “Diên Biên Phu aérien” », 25/12/2012.

[3] « Vietnam: le régime commémore la guerre, le pays attend la croissance », Libération, 23/12/2012. Voir également : Bruno Philip, « Le Vietnam enregistre sa plus faible croissance depuis treize ans », Le Monde économie, 25/12/2012.

[4] AVI, « Le Vietnam reconnaissant envers l’aide russe, chinoise », 28/12/2012.

[5] Voir les propos cinglants de l’économiste Nguyễn Xuân Nghĩa sur RFA : « Việt Nam đi hết chu kỳ » [Le Viêt-Nam a la fin d’un cycle], entretien avec Vũ Hoàng, RFA, 26/12/2012.

[6] Voir : « ‘Không để hình thành tổ chức chống phá’ » [Il ne faut pas laisser se former une organisation protestataire], VN Express, 18/12/2012 ; Khanh An, « Chống và chặn “đối lập” » [Contrer et bloquer ‘l’opposition’], RFA, 21/12/2012 et l’analyse de Mặc Lâm après les propos du Premier ministre au congrès de la Sécurité publique, « “Tổ chức đối lập chính trị” sao lại là tội phạm? » [‘Organiser l’opposition politique’ pourquoi serait-ce un crime ?], RFA, 18/12/2012.

[7] Voir son récit traduit sur le Blog Dân Làm Báo (Les citoyens-journalistes) : Nguyen Hoang Vi, « What happened on the day of the Appeal Hearing for the members of The Free Journalist Network », 05/01/2013, traduction de Hai Tran. Le site du parti Viet Tan en propose une traduction française : « Une blogueuse victime d’agression sexuelle au poste de police », 28/12/2012.

[8] Voir : « Blogger Nguyễn Hoàng Vi tố cáo công an vi phạm pháp luật », VNRs (Vietnamese Redemptorists’ News), 04/01/2013.

[9] Voir la dépêche de l’agence officielle Xinhua : « La Chine profondément préoccupée par une loi maritime du Vietnam », Le Quotidien du Peuple en ligne, 01/01/2013 et comme cadeau de Noël cet article en trois volets : « Que le Vietnam cesse ses pitreries vexatoires en Mer de Chine Méridionale ! », Le Quotidien du Peuple en ligne, 25/12/2012.

[10] Voir l’analyse des propos du général Nguyen Chi Vinh par Mac Lam, « Biểu tình chống Trung Quốc tại sao lại không nên? » [Manifestations anti-chinoises, pourquoi on ne devrait pas], RFA, 04/01/2013.

[11] Voir « “Tự diễn biến”, “tự chuyển hóa” là có thật và nguy hiểm khôn lường » [‘L’auto-évolution’, ‘l’auto-transformation’, sont réels et dangereusement incalculables], Tạp chí Cộng sản online, 28/12/2012.

[12] Mặc Lâm, « Trí thức Việt Nam lại lên tiếng » [Les intellectuels du Viêt-Nam redonnent de la voix], RFA, 28/12/2012.

Le blog « Dân Làm Báo » interroge la guerre civile vietnamienne

Sous la plume du journaliste-citoyen Đặng Chí Hùng, trois articles audacieux d’une série intitulée « Les vérités qu’il convient de connaître » font le point sur le déroulement de la guerre civile vietnamienne. Ils interpellent le pouvoir actuel sur l’écriture de l’histoire de la révolution et de la guerre.

Outre les objectifs politiques clairement affichés de cette série d’articles, elle nous renseigne sur ce que peut penser une partie de la jeunesse vietnamienne de l’histoire de la guerre menée par l’Etat-Parti entre 1945 et 1975.

Le premier article paru le 26/09/2012 est intitulé « La vérité sur la grande victoire du Printemps 1975 » est une déconstruction du mythe de la faiblesse intrinsèque de l’Armée de la République du Viêt-Nam (ARVN). L’auteur se concentre sur les aspects militaires de la campagne Ho Chi Minh déclenchée contre le Sud en exposant le tournant décisif de 1973 date du désengagement américain et de l’abandon du financement de l’ARVN. Il souligne le déséquilibre flagrant qui existait entre les deux armées après 1973 entre l’Armée populaire du Nord suréquipée et solidement soutenue par l’URSS et la Chine et l’ARVN au Sud à laquelle on coupe massivement les crédits. Il désacralise ainsi la « guerre juste » menée par Hanoi en précisant l’importance de ses soutiens extérieurs.

Le deuxième article, paru le 16/10/2012, intitulé « La République du Viêt-Nam : victime de la politique de calomnie systématique » (l’expression vietnamienne utilisée est intraduisible) est une tentative de réhabilitation de la défunte République du Viêt Nam. Dans un premier temps, l’auteur entend pourfendre deux idées martelées par la propagande officielle. La première est celle d’une « invasion américaine » et donc d’une occupation américaine du Sud Viêt-Nam au profit exclusif des Etats-Unis et ce dès 1960. La seconde est celle du « régime fantoche » de Saigon qui pour Dang Chi Hung n’avait rien de « fantoche » mais au contraire présentait le visage d’une République indépendante, souveraine et économiquement développée, dans laquelle un réel processus démocratique était en cours.

Le troisième, paru le 27/11/2012, intitulé « Soulèvement ou terrorisme ? », pose la question cruciale de la tactique de guerre préconisée par les cadres communistes de la résistance (FNL) et du parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Dang Lao Dong Viet Nam) au Nord pour déstabiliser le régime de Saigon. L’auteur pointe le fait que le terrorisme urbain fut préconisé bien avant le débarquement des troupes américaines sur le sol sud-vietnamien mais également après leur départ. L’utilisation du terrorisme comme stratégie de conquête du Sud émanait d’un choix politique de la RDVN. Cette stratégie coûteuse en vies humaines est dénoncée par le jeune auteur qui pose la question suivante : « En agissant ainsi, le Parti communiste vietnamien s’évertuait-il ‘à tuer des Américains’ ou à tuer son propre peuple ? ».

Nous n’entrerons pas ici, dans ce court billet, sur le contenu parfois polémique de chaque article et les arguments présentés dans le but de comparer les deux régimes (l’ancien du Sud, le nouveau après 1975). Il est assez évident que l’auteur entend moins défendre le bilan de l’ancien régime de Saigon que de présenter une charge contre l’actuel régime communiste taxé de « fantoche » puisque, selon son auteur, il fut « à la solde » de l’URSS et de la Chine et reste tributaire de cette dernière. Il nous paraît par contre intéressant de saisir les motivations de l’auteur qui, étant né après 1975, n’a jamais connu la République du Viêt Nam. Sa motivation part d’un constat simple celui de ses concitoyens qui ont vécu sous la République du Sud et qui « regretteraient » cette époque plus démocratique. Voici la question qui taraudait Dang Chi Hung depuis presque dix ans et qu’il livre en introduction du second article : « Pourquoi un régime pourri, affublé des termes d’ ‘armée fantoche’, de ‘pouvoir fantoche’, peut-il avoir autant de gens qui s’en souviennent et le regrettent ? ». En clair, pourquoi l’ancien régime saigonnais reste-t-il auréolé d’une crédibilité plus forte que le nouveau pouvoir mis en place après 1975 (RSVN) ?

A travers cette série d’articles, l’auteur, lui-même fils d’un officier de l’Armée populaire, vise trois objectifs très politiques : rappeler à ceux qui ont défendu et soutenu la République du Viêt-Nam que leur voix a été entendue et respectée ; permettre à ceux qui ont été trompés par le régime communiste (comme l’a été son propre père) de prendre conscience du véritable visage du régime de l’oncle Hô ; et avertir ceux qui continuent d’abuser le peuple pour des raisons pécuniaires que la vérité ne peut être éternellement bafouée. Il en appelle à ceux-ci « de ne plus se mentir, de ne plus tromper le peuple, de laissez parler leur âme en toute conscience ».

Publiés sur un des blogs les plus populaires du moment, ces articles démontrent l’intérêt que portent les jeunes Vietnamiens à leur propre histoire (voir les centaines de commentaires pour chacun des articles). Il pose la question cruciale des conséquences de la longue guerre civile et de la légitimité du régime en place (comment est-il parvenu à ces fins ?). L’entreprise guerrière menée par les dirigeants communistes à partir des années quarante est reconsidérée, débarrassée de ses slogans mobilisateurs et patriotiques pour faire ressurgir la réalité cruelle de la guerre et les différences politiques notables entre les deux régimes antagonistes entre 1955 et 1975 dans la conduite de la guerre comme dans la vie quotidienne. Plus encore, en proposant cette comparaison saisissante (sur laquelle il y a débat) entre une semi-démocratie en devenir au Sud et un totalitarisme déshumanisant au Nord pendant deux décennies, il pousse en quelque sorte le pouvoir actuel à reconsidérer la nature même du socialisme qu’il entend incarner.

François Guillemot, 28/11/2012

* * *

Những sự thật cần phải biết – Sự thật về « đại thắng mùa xuân 1975 »

Kính thưa bạn đọc DLB, cùng với loạt bài « Những sự thật không thể chối bỏ » đã đăng trên Danlambao thì tôi xin tiếp tục gửi đến bạn đọc loạt bài mới mang tựa đề « Những sự thật cần phải biết » bao gồm 30 bài. Những bài viết về « Những sự thật không thể chối bỏ » viết về những sự thật của nhân vật gián điệp, bán nước và giết người hàng loạt: Hồ Chí Minh. Loạt bài « Những sự thật cần phải biết » sẽ có 3 phần: Những sự thật về Việt Nam Cộng Hòa, Những sự Thật về đảng cộng sản Việt Nam và Những sự thật về những đệ tử của Hồ Chí Minh. Tại sao là « Những sự thật cần phải biết »? Vì tôi muốn tất cả những ai bị lừa dối, nhất là những thế hệ trẻ, biết những sự thật mà nó đáng lẽ ra phải được công nhận nhưng đã bị đảng cộng sản bóp méo nhằm mục đích cai trị độc tài tại Việt Nam. Đó cũng là một trong những việc để góp phần chấn hưng dân trí nhằm đem lại mùa xuân dân chủ của dân tộc.

Lire la suite : Dan Lam Bao

Những sự thật cần phải biết (2) – Việt Nam Cộng Hòa – Nạn nhân của chính sách “Ngậm máu phun người”

Thưa các bạn, là một người trẻ tuổi, chưa một lần được biết đến ngôi trường của Việt Nam Cộng Hòa (VNCH), cũng chưa từng được sống dưới chế độ tự do non trẻ đó, tuy nhiên qua nhiều sách báo, tài liệu và nhân chứng sống, cộng với những suy nghĩ của mình, tôi nhận thấy một điều đó là một chế độ, một nhà nước khác hẳn với những lời tuyên truyền của cộng sản.

Có một câu hỏi làm tôi day dứt gần 10 năm trời khiến tôi phải tự mình đi tìm câu trả lời cho nó đó là: “Tại sao một chế độ thối nát, được quy chụp là Ngụy quân, ngụy quyền lại được người dân thương nhớ, tiếc nuối?”. Và cuối cùng tôi cũng tìm ra câu trả lời cho câu hỏi đó trong bài này đó là “Việt Nam Cộng Hòa chỉ là nạn nhân của một chính sách ngậm máu phun người của đảng cộng sản Việt Nam”.

Vì sao tôi nói vậy? Vì không có một chế độ xấu xa nào mà hàng triệu công dân của nó ở Hải ngoại lẫn những người vẫn còn ở lại trong nước đã từng sống trong chế độ đó và thân nhân họ, thậm chí những người miền Bắc có tư duy đều thương tiếc. Con người ta có một tâm lý chung đó là luôn muốn quên đi cái dĩ vãng xấu xa, không tốt đẹp. Vậy khi hàng triệu người dù cho phải ly tán vẫn nhớ về nó thì đó không thể là điều xấu xa. Đó chính là câu trả lời chính xác nhất.

Lire la suite : Dan Lam Bao

Những sự thật cần phải biết – Nổi dậy hay khủng bố?

Chính sách khủng bố nằm trong chiến lược của đảng cộng sản Việt Nam và họ đã giấu nó dưới từ ngữ bóng bẩy là “Nhân dân nổi dậy và đồng khởi” để biện minh cho hành động dã man của mình. Ngay từ khi quân đội Mỹ chưa có mặt ở Việt Nam trước năm 65 và sau khi họ đã rút về nước thì hàng loạt các cuộc bắn giết, khủng bố bừa bãi, ám sát vẫn diễn ra. Vậy người đảng cộng sản đang “giết Mỹ” hay là giết chính đồng bào của mình? Trong bài viết này tôi xin nêu ra một sự thật: chính đảng cộng sản ấy là kẻ đã xâm phạm chủ quyền của nước khác một cách thô bỉ nhất. Sự kiện gây chiến và xâm lăng của VNDCCH đối với VNCH đã được biết đến như một góc độ lịch sử đau thương của dân tộc…

Lire la suite : Dan Lam Bao