Archives par mot-clé : Bao Ninh

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 3

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

Guerres directes et indirectes

Séance 3 : mercredi 4 octobre 2017 – salle D4.070 (IAO)

« La guerre, comme l’amour, ne se raconte pas » écrit Phan Huy Duong le traducteur de Bao Ninh. Alors que la guerre fait rage au Viêt-Nam pendant plus de trente ans, elle a varié en intensité. La guerre à Cantho, dans le delta du Mékong, n’est pas la même qu’à Danang. Dien Bien Phu, le Verdun vietnamien, s’écrit aujourd’hui à hauteur d’hommes avec de la peur et des larmes. La guerre vue de Saigon reçoit les échos des brutalités commises par les hommes en armes dans les deltas et dans la jungle. Les petites « guerres » qui se déroulent sur les campus américains, japonais ou européens en forment des échos indirects et lointains. Hanoi sous les bombardements de 1972 ou la Piste Ho Chi Minh sous les nuages de défoliants et sous les orages de feu ont laissé des traces profondes dans les récits de ceux qui l’ont vécu. Pour l’écrivain Bao Ninh, un des premiers à briser le tabou de l’héroïsme officiel, la guerre n’est que dévastation et reste à toujours sans vainqueurs. A travers quelques textes, nous explorons ce qu’en disent les écrivains et comment la déchirure s’exprime.

Sources mobilisées :

  • Bao Ninh, Le chagrin de la guerre, Arles, Philippe Picquier, 1994, p. 15-27.
  • Nha Ca, Les canons tonnent la nuit, Arles, Philippe Picquier, 1997, p. 103-150.
  • Vu Bao, « Le héros qui pissait dans son froc », dans Le héros qui pissait dans son froc, La Tour d’Aigues, L’Aube, 1996, p. 51-62.

 

Quelques récits accompagnants cette séance :

Dang Thuy Trâm, Les carnets retrouvés, 1968-1970, Arles, Philippe Picquier, 2010.

Dao Thanh Huyen et al., Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de bô dôi, Paris, Nouveau Monde éditions, 2010.

Lê Cao Dai, C’était au Tây Nguyên. Journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien, 1965-1973, Hanoi, Editions The Gioi, 2006.

Ngo Van Chieu, Journal d’un combattant Viêt-Minh, Paris, Seuil, 1955.

  • Portrait de Phan Nhat Nam : Phan Nhật Nam (1943) is a writer, known as South Vietnam’s most famous war reporter.

 

Analyses du roman de Bao Ninh :

Doan Cam Thi, « Le Chagrin de la guerre » ou l’impossible autobiographie, La Revue des Ressources, mardi 1er février 2011.

Phan Huy Duong, « Une douleur sans perspective », in Bao Ninh, Le chagrin de la guerre, Arles, Philippe Picquier, 1994, p. 5-14.

 

Image « à la une » : « Guerre en Asie » par FX et illustration photographique de l’agence Sputnik, La piste Ho Chi Minh.

Ken Burns et Lynn Novick : « The Vietnam War » [Arte 19-27 septembre 2017]

[ndlr] Annonce d’une nouvelle série documentaire de dix épisodes de 55′ chacun sur le conflit vietnamien. Présentation du premier épisode sur la chaîne Arte.

Ken Burns et Lynn Novick (« The [Vietnam] War ») font revivre le traumatique Vietnam de l’intérieur. Une plongée sanglante au cœur de la tragédie qui a façonné la fin du XXe siècle.

  • Premier volet : Indochine, la fin (1858-1961). Au terme d’une guerre longue et brutale, les révolutionnaires indépendantistes du Viêt-minh, menés par Hô Chi Minh, mettent fin à près d’un siècle de domination coloniale française.

Au terme d’une guerre longue et brutale, les révolutionnaires indépendantistes du Viêt-minh, menés par Hô Chi Minh, mettent fin à près d’un siècle de domination coloniale française. Les accords de Genève, signés après la chute de Diên Biên Phu en 1954, divisent le pays en deux. Au Nord, le Viêt-minh communiste, soutenu par la Chine et l’URSS, veut réunifier le pays. Au Viêtnam du Sud, pris dans la logique d’une guerre froide qui s’intensifie, les États-Unis apportent leur soutien au régime autocratique du président Diêm. Début 1961, la ligne dure prônée par Lê Duân, premier secrétaire du Viêt-minh, encourage la guérilla menée dans les zones rurales du Sud par le « Viêt-cong » – surnom donné par leurs ennemis au bras armé du FNL, fondé par les indépendantistes du Sud.

La mère des guerres modernes

Ken Burns et Lynn Novick font revivre de manière inédite la guerre du Viêtnam au plus près de ceux qui l’ont vécue, Vietnamiens et Américains, dans une fresque documentaire digne d’ »Apocalypse Now « ou de « Voyage au bout de l’enfer ». En neuf épisodes, les réalisateurs retracent ces trente années de soulèvements et de destructions, qui firent plus de trois millions de morts, à travers les récits intimes de près d’une centaine de témoins. Simple militaire ou dirigeant politique, journaliste ou activiste, déserteur, diplomate ou sœur d’un soldat défunt, tous ont fait, observé ou subi cette tragédie aux dimensions épiques, mère de toutes les guerres modernes. Au fil d’une narration où le rythme s’accélère d’épisode en épisode, une foule d’archives inédites, fruit de dix ans de recherche, associée à de célèbres photos, des films amateurs ou des enregistrements sonores dévoilant les coulisses de la Maison-Blanche, racontent l’histoire de la fin du colonialisme, de la montée en puissance de la guerre froide et de la victoire d’un peuple de paysans contre la machine de guerre la plus dévastatrice au monde. Ou l’histoire d’un conflit qui a divisé l’Amérique et l’opinion mondiale pour toujours.

Source : Arte

Lire la critique de Thomas A. Bass sur Mekong Review (en accès libre seulement quelques jours) : https://mekongreview.com/americas-amnesia/

« Le Chagrin de la guerre » ou l’impossible autobiographie – par Doan Cam Thi

[ndlr] Article de Doan Cam Thi sur l’écriture de l’écrivain vietnamien Bao Ninh autour de son ouvrage qui fit grand bruit dans le Viêt Nam du début des années 1990. Elle interroge l’écriture de la guerre dans le Viêt Nam communiste et analyse la « confession » de Bao Ninh. Cet article a été publié initialement dans la revue en ligne La Revue des Ressources. Il est extrait de Doan Cam Thi, Écrire le Vietnam contemporain (Presses universitaires Paris Sorbonne, 2010).

 

Un témoin a besoin d’un état civil.
Marc Bloch, L’Étrange défaite

Il n’est pas vrai qu’il peut se taire et oublier. Il faut qu’il explique, qu’il raconte, qu’il domine ce monde dont il fut la victime.
Georges Perec, Robert Antelme ou la vérité de la littérature

Si l’homme a toujours occupé une place centrale dans le réalisme socialiste, il n’a été qu’un thème idéologique, en liaison avec la lutte de libération nationale et l’édification socialiste, deux objectifs de la « Révolution vietnamienne ». Il a été cet « homme nouveau » que la littérature « devait contribuer à construire » selon les instructions du Parti communiste dès 1957. Modèle importé de l’Union soviétique et de la Chine populaire, fils du marxisme léninisme, l’« homme nouveau » portait une conscience de classe qui lui permettait de faire la révolution pour changer le monde.

Concrètement, il devait avoir « un sens élevé de la collectivité, une forte aspiration pour la science et la technique, l’amour de la littérature et des arts, le patriotisme accompagné de l’esprit internationaliste prolétarien » [1]. L’écrivain avait en conséquence pour mission de « découvrir l’homme nouveau et faire l’éloge de ses vertus afin d’en faire une figure artistique, un exemple à suivre pour tout le monde » [2]. Psychologiquement, ce personnage littéraire était unifié, cohérent et analysable. Positif, il luttait contre les « mauvais éléments » et triomphait en chaque circonstance.

Dans quelles conditions la littérature vietnamienne a t elle pu soudain, au milieu des années 1980, renoncer à ce héros collectif pour produire l’être individuel ? Par quel travail a t elle pris de la distance avec les notions orthodoxes du sujet, afin de pénétrer dans les zones d’ombre du moi et d’en faire un véritable objet de création romanesque ?

Lire la suite : La Revue des Ressources

* * *

Maître de conférences à l’Institut national de langues et civilisations orientales (Inalco), Doan Cam Thi a publié Écrire le Vietnam contemporain. Guerre, corps, littérature (Presses de l’Université Paris Sorbonne, 2010), Au rez-de chaussée du paradis. Récits vietnamiens 1991-2003 (Philippe Picquier, 2005), Poétique de la mobilité. Les lieux dans Histoire de ma vie de George Sand (Rodopi, 2000). Elle a traduit en vietnamien La Douleur de Marguerite Duras (Hanoi, Les Éditions des Femmes, 1999), en français L’Embarcadère des femmes sans mari de Duong Huong (Aube, 2002) et Chinatown de Thuân (Le Seuil, 2009). Doan Cam Thi est lauréate du prix « Le mot d’or de la traduction 2005 » (Unesco – AIF – Société française des traducteurs).