Archives par mot-clé : Asie

L’École Française d’Extrême-Orient recrute

[ndlr] Relais d’information sur deux postes à pourvoir de l’EFEO. Date limite : 20 février 2017.

Mesdames et Messieurs,

Je vous informe que deux postes d’enseignant-chercheur de l’EFEO sont ouvert au concours en ce début d’année.

Il s’agit de :

1/ Poste de Directeur d’études de l’EFEO « Asie orientale (Chine, Japon) »

2/  Poste de Maître de conférences de l’EFEO « Etudes bouddhiques : anthropologie, histoire, histoire de l’art, philologie »

Vous trouverez le détail de ces postes dans les documents joints [PDF ci-dessus].

Les dossiers des candidats doivent être déposés (sous format numérique) le 20 février 2017 à midi au plus tard. La commission de recrutement devrait se dérouler dans le courant du mois d’avril.

La date de prise de fonction est fixée au 1er septembre 2017.

Cette annonce figure également sur le site Internet de l’EFEO (rubrique « l’EFEO recrute », en bas à gauche sur la page d’accueil).

Enfin, ces avis de concours seront également affichés sur le site Galaxie du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Je vous remercie de faire connaître largement autour de vous ces offres de concours.

Bien cordialement,

Valérie Liger-Belair

Directeur général des services

Ecole française d’Extrême-Orient (EFEO)

22 avenue du président Wilson, 75116 Paris

Tél. 01.53.70.18.55

Source : EFEO

Maurice Percheron (1891-1963)

[ndlr] Rappel biographique succinct sur Maurice Percheron.

mauricepercheronA la fois biologiste et ingénieur, président du groupe d’Études C. G. Jung de Paris, le Dr Maurice Percheron a su joindre une érudition jamais à défaut à l’observation passionnée de la vie. Grand voyageur, il totalise près de vingt ans de séjour en Extrême-Orient. En Chine comme en Indonésie, en Thaïlande comme en Indochine, en Mongolie, aux Philippines, c’est à l’existence quotidienne dans les champs, la rue, les monastères que, depuis trente-sept ans, il s’est mêlé pour mieux la confronter avec les études des spécialistes universitaires.

Son œuvre est considérable et elle est la vie même. Les trois tomes de son Invisible Asie constituent la fresque la plus nette qui ait jamais été tracée de l’Inde, du Nippon et de l’Indonésie. Ses études sur le Bouddha et le bouddhisme font autorité. Historien des grands conquérants de l’Asie, il a également donné de saisissants portraits de Gengis Khan et d’Attila et il prépare un Tamerlan.

Nul aussi bien que Maurice Percheron poursuivi l’âme asienne dans ses plus secrets méandres, dans ses plus profondes métamorphoses. Dans Magie, rites et mystères d’Asie, le grand humaniste évoque une fois de plus, avec un rare bonheur, ce monde oriental où la raison n’est pas forcément le meilleur moyen de saisir la réalité et où la réalité n’est pas toujours ce qu’appréhendent nos sens.

Extrait de : Magie, rites et mystères d’Asie (Paris, Del Duca, 1962), un ouvrage dédicacé à Paul Mus.

On complétera cet aperçu promotionnel par la longue notice en ligne « Maurice Percheron » rédigée par Henri Thyssens sur le site dédié à l’éditeur collaborationniste Robert Denoël (une notice à charge dans la seconde partie consacrée à l’assassinat de l’éditeur le 2 décembre 1945).

contesetlegendesdindochine

Aperçu bibliographique des ouvrages de Maurice Percheron sur l’Asie [extrait de la notice Thyssens]

  • L’Indochine moderne. Librairie de France, 1931 (en collaboration avec Eugène Teston) [réimpression en 1932]
  • La Tragédie du Pacifique. Japon… Amérique… URSS ? Bossuet, 1934
  • La Chine. Nathan, 1935 [réimpressions en 1936, 1937, 1941, 1946, 1952]
  • Contes et légendes d’Indochine. Nathan, 1935 [réimpressions en 1947, 1950, 1955]
  • L’Inde. Nathan, 1936 (en collaboration avec M.-R. Percheron-Teston) [réimpressions en 1938, 1941, 1947, 1951]
  • Tour d’Asie. Denoël et Steele, 1936
  • La Légende héroïque du Japon. Editions de l’Ecureuil, 1938 [réimpression en 1940]
  • L’Indochine. Nathan, 1939 (en collaboration avec M.-R. Percheron-Teston) [réimpressions en 1946, 1948]
  • Récits mythologiques de l’Inde. Editions de l’Ecureuil, 1942  [réimpression en 1955]
  • Sur le chemin des dieux. Portraits japonais, Denoël, 1942
  • Intermèdes chinois. Denoël, 1944
  • Les Conquérants d’Asie. Payot, 1950 [réimpression en 1951]
  • Dieux et démons, lamas et sorciers de Mongolie. Denoël, 1953 [« Le Triptyque mongol », 1]
  • Le Bouddha et le bouddhisme. Editions du Seuil, 1954
  • Sur les pas de Gengis Khan. Del Duca, 1956
  • La Vie merveilleuse du Bouddha. Del Duca, 1956
  • Le Sortilège indonésien. Imprimerie Hénon, 1959
  • Légendes épiques de l’Inde. Editions de l’Ecureuil, 1960
  • Temples, hommes et dieux de l’Inde. Del Duca, 1960 [« L’Invisible Asie », 1]
  • Temples, fleurs et héros du Nippon. Del Duca, 1960 [« L’Invisible Asie », 2]
  • Temples, volcans et esprits de l’Indonésie. Del Duca, 1960 [« L’Invisible Asie », 3]
  • La Vie légendaire de Bouddha. Ides et Calendes, 1961 [extrait de Le Bouddha et le bouddhisme, 1956]
  • Les Grandes Époques de l’Inde. Éditions de l’Ecureuil, 1962
  • Gengis Khan. Éditions du Seuil, 1962
  • Magie, rites et mystères d’Asie. Del Duca, 1962
  • Sur les pas d’Attila. Del Duca, 1962.

Appel à propositions d’ateliers : 6e congrès Asie (26, 27 et 28 juin 2017)

Le réseau Asie et le GIS Asie lancent le 6e congrès Asie. Il se tiendra à Paris les 26, 27 et 28 juin 2017. Appel à propositions d’ateliers. Date limite : 31 octobre 2016.

Appel à propositions d’ateliers

6e Congrès Asie

26 – 27 – 28 juin 2017

Sciences Po, Paris

 

http://congresasie2017.sciencesconf.org

 

Date limite d’envoi des propositions : 31 octobre 2016

Organisateurs : Le GIS Asie, ou Groupement d’intérêt scientifique Études asiatiques (http://www.gis-reseau-asie.org), qui rassemble 20 organismes d’enseignement supérieur et de  recherche (Aix-Marseille Université, CNRS, Collège de France, EFEO, EHESS, ENAPB, ENS, EPHE, ESSEC, FMSH,  INALCO, IRD, Sciences Po Paris, Sciences Po Lyon, Université Jean Moulin, Université Panthéon-Sorbonne, Université Paris-Diderot, Université Paris Ouest – Nanterre La Défense, Université Paris-Sorbonne, l’Université d’Angers), en partenariat avec Sciences Po, qui accueillera la 6e édition du congrès.

Objectifs : Faire l’état des lieux des recherches et débats en cours dans le domaine des études asiatiques, encourager les échanges transdisciplinaires et transculturels et favoriser les collaborations internationales.

 

Ateliers :

Les ateliers devront comprendre entre 3 et 6 intervenants (les sujets sont libres).

Une attention particulière sera accordée aux propositions des doctorants et post-doctorants.

Le comité scientifique privilégiera les trois types d’ateliers suivants :

  • les ateliers associant des intervenants spécialistes de différentes aires culturelles et/ou disciplines
  • les ateliers formés autour de la présentation d’un ouvrage collectif ou d’un numéro spécial de revue consacré à l’Asie, publié depuis octobre 2015 ou à paraître
  • les ateliers qui présenteront des résultats de recherches financés au niveau national ou international (ANR, H2020, JSPS, …). Un même projet de recherche pourra donner lieu à plusieurs propositions d’ateliers.

Langues : Français et/ou anglais.

Comment répondre à l’appel ? En ligne uniquement, sur le site du congrès (http://congresasie2017.sciencesconf.org). Les coordinateurs devront d’abord soumettre le titre, le résumé de l’atelier (300 mots maximum, en français et en anglais), les mots-clés et la liste des intervenants. Puis, chaque intervenant devra indiquer le titre et le résumé de sa communication (200 mots maximum, en français et en anglais). Ces deux étapes devront être terminées au plus tard le 31 octobre 2016.

CALENDRIER

  • Juillet 2016 : Lancement de l’appel à propositions
  • 31 octobre 2016 : Date limite de soumission des propositions
  • 16-20 décembre 2016 : Envoi des résultats de la sélection par le Comité scientifique
  • 01 janvier-31 mars 2017 : Inscriptions des intervenants au congrès
  • Avril 2017 : Mise en ligne du programme
  • Mai-Juin 2017 : Inscriptions des participants non intervenants
  • 26-28 juin 2017 : Tenue du Congrès

Participants : Le congrès est ouvert à tous (chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants, étudiants et autres personnes intéressées par les études asiatiques) sur inscription.

Frais d’inscription :

Coordinateurs et intervenants : 80 € TTC (30 € TTC pour les étudiants). Ce tarif inclut l’accès au congrès, les déjeuners et les pauses café. Autres participants : le tarif sera communiqué ultérieurement.

Publication :

Il n’y aura pas de publication d’actes, mais le comité scientifique souhaite encourager la publication de numéros spéciaux en invitant des rédacteurs en chef de revues au congrès.

Comité scientifique :

Il est composé du conseil scientifique du GIS Asie (Bayram Balci, Stéphanie Balme, Marta Craveri, Gregory Delaplace, Véronique Dupont, Guy Faure, Nicolas Fiévé, Valérie Gelézeau, Vincent Goossaert, Christophe Jaffrelot, Béatrice Jaluzot, Gregory Lee, Michael Lucken, Rémy Madinier, Edith Parlier-Renault, Thierry Sanjuan, Charlotte Schmid, Pierre Singaravelou, Joëlle Smadja, Benjamin Taunay, Ines Zupanov) et des directeurs du GIS, Sébastien Lechevalier et Jean-François Huchet.

Comité d’organisation :

Il est composé de membres de la direction et de l’équipe administrative du GIS (Sebastien Lechevalier, Jean-François Huchet, Claire Le Poulennec, Malgorzata Chwirot, Catherine Bastien-Ventura, Richard Aroquiame), de représentants du Centre de recherches internationales (Karoline Postel-Vinay, Bayram Balci, Stéphanie Balme, Hélène Lebail, Nathalie Tenenbaum), et de membres du conseil scientifique du GIS (Benjamin Taunay, Ines Zupanov).

Contact : communication@gis-reseau-asie.org ; 01 49 54 83 35.

Lien vers le site et les documents liés :

http://www.gis-reseau-asie.org/appels-communications/appel-propositions-ateliers-congres-asie

La chair de l’Asie. Corps contraints et rationalisation des individus au sein des sociétés orientales

[ndlr] Le groupe des jeunes chercheurs du GIS Asie organise à Aix-Marseille Université les 12 et 13 mai 2016, de 9 h à 17 h, les Deuxièmes rencontres nationales des jeunes chercheurs en études asiatiques. Programme ci-après.

La chair de l’Asie

Corps contraints et rationalisation des individus au sein des sociétés orientales

12 et 13 mai 2016

9h-17h

3 Place Victor Hugo, 13003 Marseille
Campus Saint-Charles, Aix-Marseille Université
Bâtiment Yves Mathieu, salle LSH 204

Une quinzaine de doctorants, jeunes docteurs et doctorants interviendront lors des deux jours de programme qui seront ouvertes par le directeur de l’Irasia, M. Guy Faure.

Les 4 sessions s’annoncent riches et se termineront par une conférence de clôture de M. Yves Cadot.

Session 1 – Les corps face aux instances politiques

Président de séance : Jérôme Soldani

  • Enfermer et exploiter les corps condamnés dans le Cambodge colonial. Par Luc Benaiche (Doctorant en histoire, IrASia/Aix-Marseille Université)
  • Biopolitiques de l’invulnérabilité. Les groupes d’arts martiaux régionalistes en Asie du Sud-Est. Par Gabriel Facal (Chercheur post-doctorant en anthropologie associé à l’IrAsia/Aix-Marseille Université)
  • Le corps du combattant et le corps violenté. Réflexions sur l’incorporation de l’histoire d’ex-combattants des Tigres tamouls. Par Giacomo Mantovan (Docteur en anthropologie sociale et ethnologie, CEIAS, CRH/EHESS)
  • Dressage du corps, dressage de l’esprit : les dispositifs d’apprentissage et l’enseignement politique à l’école primaire en Chine. Par Zhou Mingchao (Docteure en Science Politique, laboratoire de Théorie du Droit/Aix-Marseille Université)

Session 2 – Corps et biomédecine

Président de séance : Luc Benaiche

  • Concevoir un fils à tout prix : le détournement des technologies de reproduction dans la société vietnamienne patriarcale. Par Valentine Bequet (Docteure en démographie, CEPED/Université Paris Descartes/IRD)
  • Qu’est-ce qu’un risque pour des Sud-coréennes atteintes d’un cancer du sein ? Expériences du corps et culture biomédicale. Par Seo Miwon (Doctorante en sociologie, CADIS-CRC/EHESS)
  • Modeler son corps pour maintenir un capital érotique : la pratique biomédicale de la périnéorraphie à Phnom Penh, Cambodge. Par Clémence Schantz (Doctorante en sociodémographie, CEPED/Université Paris Descartes/IRD)

Session 3 – Érotisation du corps et rapports de genre

Président de séance : Julie Remoiville

  • Performance du corps amoureux dans les pratiques photographiques des robes nuptiales en Chine rurale. Par Hou Renyou (Doctorant en anthropologie, ASIEs/INALCO)
  • Corps offerts, cœur à prendre ? Images de femmes chinoises sur un site international de rencontres. Par Marc Lebranchu (Doctorant en sciences des religions, GSRL/EPHE)
  • Comment les enfants apprennent le sexe et le genre de leurs corps à l’école élémentaire au Japon. Par Aline Henninger (Doctorante en sociologie/anthropologie, CEJ/INALCO)
  • Usages du corps et culture du petit caïd : récits du quotidien chez les jeunes gens des bidonvilles de Bhopal. Par Arnaud Kaba (Doctorant en anthropologie sociale et historique, EHESS-LISST, Toulouse / IrAsia)

Session 4 – Corps et art

Président de séance : Hou Renyou

  • Notion de Corps en Asie orientale dans l’art actuel. L’œuvre comme passage du Souffle. Par Cho Minji (Docteure en Sciences du langage, Modyco/Université Paris Descartes et ASIEs/INALCO)
  • Se défaire de ses propres contraintes et s’astreindre à celles de l’Autre ? Ethnographie de l’apprentissage à l’Institut Interculturel de Théâtre (ITI, Singapour). Par Marilyne David (Doctorante en anthropologie, LESC/Université Paris Ouest La Défense)
  • La question du corps dans l’art de la performance en Chine. Par Li Shiyan (Docteur en Sciences de l’Art, Langarts/Aix-Marseille Université)

Conférence de clôture : Les formes contraintes au Japon (kata) : formatage, ou émancipation de l’individu ? Par Yves Cadot (Maître de conférences, Université de Toulouse 2 Jean Jaurès, CEJ/INALCO)

Ces journées sont organisées par Luc Benaiche (doctorant en histoire contemporaine, IrAsia, AMU), Hou Renyou (doctorant en anthropologie, ASIEs, INALCO) et Julie Remoiville (docteure en études de l’Extrême-Orient, chercheuse postdoctorante, GRSL (EPHE/CNRS)).

Elles sont soutenues par l’IrAsia (Aix-Marseille Université / CNRS) et le GIS Asie.

Inscriptions : jegisasiemarseille2016@gmail.com

Contact du groupe des jeunes chercheurs : jeunes.chercheurs@gis-reseau-asie.org

Site web : https://jca.hypotheses.org/ (le carnet des jeunes chercheurs en études asiatiques).

Résumés des interventions : La chair de l’Asie / Résumés (PDF)

Programme détaillé : La chair de l’Asie / Programme Marseille

Affiche : La chair de l’Asie / Affiche Marseille

Eric T. Jennings : Vichy vu d’Asie – Résistance et collaboration en Indochine [EHESS]

[ndlr] Annonce d’une séance de séminaire consacrée à Vichy en Indochine avec Eric Jennings, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Toronto (Victoria College) et spécialiste de la colonisation française en Indochine, à Magadascar et en Afrique.

Eric T. Jennings
professeur d’histoire à l’université de Toronto,
professeur invité à l’EHESS


animera, au sein du séminaire « Douze fois Vichy » organisé par Marc Olivier Baruch, Julien Blanc et Emmanuel Saint-Fuscien, une séance intitulée :


Vichy vu d’Asie :

Résistance et collaboration en Indochine

 

le jeudi 7 avril, de 13h à 15h

au 105 bd Raspail, salle n° 5

* * *

Jennings_VichySousLesTropiquesÉtudes de Eric Jennings consacrées à cette thématique :

Eric Jennings, « L’œil de Vichy à Madagascar: Le règne de terreur d’un chef de district en Imerina, » Les Cahiers d’études africaines, 54:3 (211) (October 2013): 625-648.

Eric Jennings, co-editor, with Jacques Cantier, of a collective volume entitled L’Empire colonial sous Vichy, Paris: Odile Jacob, 2004.

CantierJennings_LEmpireColonialSousVichyEric Jennings, “Conservative Confluences, ‘Nativist’ Synergy: Re-inscribing Vichy’s National Revolution in Indochina”, French Historical Studies, special issue on “the New French Colonial History” 27:3 (Summer 2004): 601-635.

Eric Jennings, “Last Exit from Vichy France: The Martinique Escape Route and the Ambiguities of Emigration, 1940-41”, The Journal of Modern History, 74 (June 2002): 289-324.

Eric Jennings, Vichy in the Tropics: Pétain’s National Revolution in Madagascar, Guadeloupe and Indochina, 1940-1944, Stanford: Stanford University Press, 2001.
– French translation by Eric Jennings: Vichy sous les Tropiques: La Révolution nationale à Madagascar, en Guadeloupe, en Indochine, 1940-1944 (Paris: Grasset, 2004).

Image « à la une » : un des deux timbres Sports et Jeunesse (Y&T Indochine n° 284/285) émis le 10 juillet 1944. Timbre témoignant du culte de la force et de l’embrigadement des jeunes indochinois dans la Jeunesse d’Empire de Maurice Ducoroy pendant la période Decoux (1940-1945).

End of Empire: 100 days in 1945 that changed Asia and the world [NIAS]

[ndlr] Présentation par Gerald Jackson du projet End Of Empire porté par le Nordic Institute of Asian Studies (NIAS) à Copenhague. Le projet retrace les 100 jours qui ont fait basculer l’Asie en 1945. Il s’adresse à un large public et s’affiche comme un support de référence pour l’enseignement. Actuellement plus de cent chercheurs participent au projet sous la direction de David Chandler, Li Narangoa et Robert Cribb. Le site a été mis en place sous la supervision de David Patrick Stuligross.

Colleagues working on the recent history of Asia may be interested to hear of the recent launch of the End of Empire website (www.endofempire.asia), which publishes day by day ‘real-time broadcasts’ of what happened in Asia at the end of World War II. The site combines daily events with commentary, photographs, maps, personal accounts and other material plus links to resources found elsewhere.

Aiming to balance the focus on European events in global public discussions and reminiscences of World War II, the project focuses on a brief, 100-day period at the end of the war across a broad sweep of eastern Asia – a time when the Indonesian and Vietnamese revolutions were born, the fragile wartime truce between Communists and Nationalists in China began to fray, and the first steps were made in Japan towards a new democratic order.

The website is part of a radical, multi-faceted project to commemorate the 70th anniversary of the war’s end and its immediate aftermath. This is done not just via the website but also in printed and electronic publications plus via social media.

Nor does the project simply present existing scholarship. It also actively reaches beyond the academic world to encourage non-academics to come forward with primary source material unknown to historians and often limited to their own private circles.

Here, perhaps, is a model for scholarly publishing and learning that both exploits new technologies and retains traditional standards.

EndOfEmpire_23-9-2015La page consacrée au 23 septembre 1945

Lien : http://www.endofempire.asia/2015/09/23/

Image « à la une » : End Of Empire 25 Août 1945.

La valise d’Adèle – Petite contribution à l’histoire d’Adèle Clément, violoncelliste (1884-1958)

Lyon, jeudi 4 juin 2015

Très chère Adèle, je ne t’ai pas connu. Je n’ai même jamais entendu le son de ton violoncelle.

Décédée en 1958, tu as laissé des traces de ta vie d’artiste dans la presse de l’époque, chez les chroniqueurs qui t’ont écouté et dans un grenier d’une maison bourgeoise de la Drôme construite par un soldat de l’Empire. C’est de ce grenier et de la valise qu’il contenait que je voudrais m’entretenir avec toi aujourd’hui.

L’idée a surgi au cours d’une banale conversation avec une étudiante chinoise de l’université Lyon 3 qui fait sa thèse sur les femmes occidentales ayant voyagé en Asie. Immédiatement, ton souvenir s’est rappelé à moi. Il y a bien sûr des figures incontournables comme Alexandra David-Néel au Tibet ou Suzanne Karpelès en Indochine, ou encore la journaliste Andrée Viollis au Japon puis en Indochine. Je me suis rappelé de cette valise qui m’intriguait, déposée au fond d’un petit débarras d’un grand grenier logeant la bibliothèque du Docteur Adrien Borel (1886-1966), médecin psychiatre reconnu de l’hôpital Saint-Anne à Paris, ton cousin germain et mon arrière grand-oncle. Fille de Jean-Baptiste Clément et d’Adrienne Borel, ta famille avait tissés des liens de parenté du côté de la Drôme, sans quoi je n’aurai pu recueillir quelques bribes de ta vie de musicienne.

AdèleClémentPortrait d’Adèle Clément, CPA © DR

J’avais tout de suite remarqué l’identité voyageuse de ta valise sur laquelle étaient collés quelques vieux autocollants en très mauvais état mais se laissaient encore décrypter. Le Métropole de Hanoi, le Grand Hôtel de Pékin, l’hôtel Sanno à Tokyo, un restaurant à Nankin, une étiquette russe… Je crois que tu as laissé ce souvenir d’une voyageuse iconoclaste au sein de la famille. En quelques clics sur la toile, j’ai pu constaté avec émotion que tu n’as jamais été oubliée. A Puy-Saint-Martin, commune de la Drôme, une salle communale et un parc portent ton nom. Cette petite commune entretient le cher souvenir de ta virtuosité. Avant de revenir sur ta valise, je dois m’arrêter quelques instants sur ton parcours étonnant.

ValisedAdèleClémentLa valise en fibre vulcanisée d’Adèle Clément © FG

Tu es né Adèle Jeanne Alphonsine le 2 février 1884 à Saint-Gengoux-le-National en Saône-en-Loire dans une famille d’entrepreneurs de père en fils dans les chemins de fer. C’est dans cette famille bourgeoise que tu fis tes premiers pas vers le violoncelle, cet instrument à corde imposant qui fut tout au long de ta vie ton compagnon le plus fidèle. Tu appris à dompter cet instrument avec Gustave Girod de la Société des Concerts du Conservatoire. Accomplissant déjà de belles choses dans la maîtrise du violoncelle, Maître Girod t’envoya chez Cros-Saint-Ange, un virtuose, premier prix de conservatoire en 1870. En 1901, à l’âge de 17 ans, tu te présentas au concours du Conservatoire de Paris et réussis à obtenir le second prix.

Mais un an plus tard, à l’issue du même concours tu remportas le fameux premier prix de violoncelle tant espéré. La chose n’était gère simple car tu devais concourir avec de sérieux candidats, douze élèves dont cinq jeunes filles, dont le « redoutable » Bedetti [1]. Le final du Concerto de Saint-Saëns que tu interprétas ce jour là avec beaucoup de talent remporta l’unanimité du jury. L’Annuaire des artistes qui relate l’exploit note que tu as « ému sans avoir recours aux afféteries sentimentales » [2]. Il faut réécouter ce morceau pour en saisir toute la difficulté. Je t’envoie cette belle interprétation de Saint-Saëns par Anne Richardson accompagnée de la pianiste Jung-a Bang surtout pour me permettre de mesurer cette tension.

Étais-tu grave, concentrée et inspirée, comme Helen Lindén jouant Bach :

De toute évidence ton travail fut récompensé et la virtuosité, à laquelle tu consacrais presque tout ton temps, très appréciée [3]. Deux ans plus tôt, déjà, tu étais membre d’un quatuor composé de Juliette Laval, Henriette Gaston et Paul Jacquet qui, de concerts privés commença à faire des représentations publiques [4]. A cette époque, le tout Paris aimait la musique classique et la chanson populaire. Cette première formation laissa place, quelques années plus tard, à un Trio évolutif très apprécié des citadins dont tu sembles être la clé de voûte. Entre 1910 et 1914, la pianiste Adeline Baillet, la violoniste Line Talluel et toi-même ou encore Juliette Laval jouez régulièrement à la salle Pleyel [5]. Mais peu de temps après la Grande guerre éclate. Ton nom apparaît peu dans la presse. Je te retrouve le 3 mars 1916 dans un concert au profit des blessés russes [6]. Puis les 16 et 18 juillet de la même année, tu participais à un festival symphonique au Jardin du Luxembourg [7]. En 1917, sur les pas de ton père qui répondit aux trois emprunts de la Défense nationale, tu souscrivis au 3ème emprunt.

AdèleClément_3eEmprunt

En Trio, tu devais te produire un peu partout en France, notamment à Paris, parfois soliste des concerts Colonne et Lamoureux, puis en Europe, en Angleterre, en Espagne ou au Portugal. Londres, Berlin, Madrid, Lisbonne et Budapest étaient inscrites sur ta liste d’engagement [8]. Cette renommée te porta jusqu’au Maroc et en Algérie. Tu t’y fis remarquer par deux fois en 1923 et 1925. Dans son numéro du 6 avril 1925, L’Echo d’Alger se faisait le meilleur témoin de ta musique : « Le concert donné mardi dernier par Melle Adèle Clément, violoncelliste virtuose, est sans nul doute, l’un des plus représentatifs que nous aura donné cette saison » [9]. L’Oued-Sahel rapporte le 2 avril 1925 : « Pendant deux heures, le public fut littéralement pris par le talent des deux artistes que sont Melles Adèle Clément et Sandra-Mario » [10]. Quelques jours avant il prédisait : « Avec Melle Adèle Clément, ce sera la griserie exquise, sentimentale, du violoncelle, cet instrument divin dont les sons enchantent et touchent les plus réfractaires » [11].

Dans les années vingt, tu consacras plus de temps à des radios-concerts retransmis sur les ondes de la Tour Eiffel ou les antennes des radios de province [12]. Tu te produisis en compagnie de nombreux artistes comme la pianiste Marthe Gineste ou la cantatrice Louise Albane dans les concerts organisés par La Renaissance Française, une organisation fondée en 1915 par Raymond Poincaré pour faire rayonner la culture française et promouvoir la francophonie [13]. La France sortait victorieuse de la Grande guerre mais terriblement affectée. La musique sur les ondes pouvaient-elles atténuer le chagrin d’une nation éprouvée ?

AdèleClément1884-1958_FGAdèle Clément par Geneviève Granger © FG

Au fil des pages numérisées, Gallica a fait ressurgir le passé enfoui de tes nombreux concerts et souligne souvent ta virtuosité au détour des chroniques musicales de la presse du premier quart du XXe siècle. Le XIXe Siècle te remarqua dès 1901 et Le Magasin pittoresque signala ce Trio épatant en 1908 (alors composé de Geneviève Dehelly, Juliette Laval, Adèle Clément) [14]. Les Annuaires des artistes et de l’enseignement dramatique et musical (1903, 1905) retranscrivent ta biographie avec une admiration non feinte : « C’est un honneur pour notre Ecole que de produire de telles élèves » rapporte ton biographe en évoquant le concours de 1902 [15]. Il remarque « ton jeu brillant et classique, uni à de grandes qualités de mécanisme », souligne ta passion (passionnément éprise d’art, exquisément douée) et te prédit un bel avenir.

Quels furent tes compositeurs préférés ? La médaille que j’ai conservée mentionne Beethoven, Mozart, Haydn ou Bach. Mais il faut citer aussi Brahms, Schubert, Schumann et Lalo que tu interprètas en trio en 1908 à la salle Erard en compagnie de Geneviève Dehelly et de Juliette Laval [16]. De nombreux autres compositeurs sont également joués pour la radio. Et parfois, on remarque ton penchant pour les auteurs modernes comme le souligne le Comoedia en 1931 : « Mme Adèle Clément, elle, ne veut que des noms contemporains sur son programme » [17]. S’agit-il des compositeurs Gabriel Fauré (1845-1924) ou Louis Abbiate (1866-1933), tes ainés, qui apparaissent dans tes interprétations ? Apprécierais-tu aujourd’hui les interprétations de Rachael Lander de « Get Lucky » ou « Le prelude de Bach » de Tina Guo (郭婷), la violoncelliste shanghaïenne ou encore l’interprétation moderne et nerveuse des Quatres saisons de Vivaldi par la japonaise Eru Matsumoto ?

Ou préférerais-tu le style grandiose de l’incomparable Rostropovitch ?

Grande voyageuse, peut-être lassée par la vieille Europe mélancolique et les « vieilles chansons françaises » des radio-concerts, tu es partie en Extrême-Orient [18]. La chose était sans doute courante pour le monde colonial mais pour une violoncelliste habituée aux salles parisiennes ou aux radios-concerts c’était assez rare pour être souligné. Tu as joué en Chine et au Japon, peut-être même à Hanoi comme ta valise le laisse supposer [19]. As-tu suscité des vocations en Chine, à Shanghai, à Pékin… ? Au Japon, à Tokyo ? Au Viêt-Nam, à Saigon ou Hanoi ? Quand es-tu partie en Asie ? A la fin des années vingt ? En 1930 ?

GrandHotelPekin_1920Le Grand Hôtel de Pékin en 1920 © DR

En mai 1931, la revue Comoedia signale dans sa chronique musicale : « en mentionnant le succès obtenu par Mme Adèle Clément, violoncelliste, qui n’a pas craint dernièrement de pousser une pointe jusqu’en Extrême-Orient pour y faire connaître la musique occidentale. Son évangélisation dut être active si nous en jugeons par son récent concert, plein de tenue et de goût. […] Son jeu est vivant, sa technique approfondie, se prête aux plus difficiles évocations comme à l’exécution de pièces où l’émotion l’emporte sur la prouesse. Excellente sonorité qu’elle emploie judicieusement et sans emphase » [20].

Tu aimais les voyages, les portes de l’aventure comme disait Jean Hougron. Tu t’arrêtas à Tokyo à l’hôtel Sanno, à Pékin au Grand Hôtel et à Hanoi au Métropole. Tu réservas la chambre 141 au Palais de l’Etoile du Nord, « Home Sweet Home » de Pékin et fis une pause à Nankin au restaurant de La Capitale. Ton violoncelle a-t-il résonné dans le hall de ces lieux prestigieux ?

La dernière étiquette indique que ta valise a été contrôlée à la douane de Negorelo en Biélorussie non loin de Minsk. Etais-tu alors en partance pour l’Asie sur le Brest-Minsk-Moscou, voie classique à l’époque pour les voyages de l’Europe vers l’Asie ? De Moscou, le transmongolien pouvait t’emmener à Pékin au terme d’un rude voyage de plus 7600 kms à travers les montagnes de l’Oural, le désert de Gobie, les steppes de Mongolie et la Grande Muraille de Chine. Que reste-t-il de ta tournée d’Extrême-Orient ?

Traces de voyages sur la valide d’Adèle © FG

Cliquez sur les images pour les agrandir

Fille de constructeurs de chemin de fer, tu voulais respirer l’air d’ailleurs et prendre d’autres voies. Il existe aujourd’hui des modèles d’instrument à cordes qui portent ta marque « Adèle Clément ». Un violon de voyage, un violoncelle muet. Furent-ils tes compagnons de voyage ? Ont-ils été créés par expérience de ces longs périples en train ? La journaliste Lucienne Darrouy nous révèle le secret de ce violoncelle d’étude pliant et démontable que tu expérimentas en public le vendredi 18 janvier 1924 à Alger lors d’un deuxième et dernier concert à la Salle des Beaux-Arts :

« On sait que Melle Clément est l’inventeur d’un violoncelle muet (ou presque) et démontable. Elle joua cet instrument pratique en manière de démonstration, bien entendu ; car son rôle est plutôt de rendre service aux artistes en voyage, qui veulent faire des gammes dans les chambres d’hôtel sans encourir l’intolérance des tympans profane, que d’enthousiasmer les foules au profit des concertistes » [21].

Même sans le son, la chroniqueuse de L’Echo d’Alger apprécie le style de la violoncelliste : « il ne fut entre les mains de cette artiste a la foi profonde, que l’occasion d’admirer le sens inventif uni, dans une nature remarquablement équilibrée, au plus exquis sentiment artistique. ‘Pratical and poetical’ » [22].

Deux ans plus tôt, en novembre 1922, la revue Popular Science Monthly éditée à New York fait la promotion de cet objet curieux, effilé et élégant avec une illustration à l’appui [23]. Sa forme aérodynamique a-t-elle inspirée le violoncelle blanc d’Eru Matsumoto ?

AdèleClément_SilenceCello© 1922 Popular Science

Violoncelle muet et violon de voyage brevetés « Adèle Clément »

Cliquez sur les images pour les agrandir

Tu as, chère Adèle, sans le savoir, poussé ma curiosité vers l’Extrême-Orient. Le grenier-bibliothèque du Docteur Borel affichait quelques objets typiques de cette lointaine Asie : un brûle-parfum, un dessin de Fujita, des chevaux en terre cuite, une théière en fonte. Dans une malle de voyage du grenier se logeaient des kimonos japonais, des waraji et des éventails. Je n’en ai pas la certitude mais je crois que tout ceci revenait dans tes bagages de l’autre bout du monde. Personne d’autre dans la famille à cette époque ne s’était rendu aussi loin.

AdèleClément_PersonnagesChineAdèleClément_ChevauxChineObjets attribués à Adèle Clément © FG

Je perds ta trace en 1940, dernière mention dans la presse [24]. Que faisais-tu pendant l’occupation, es-tu repartie en Asie après 1934 ? De retour en France as-tu été inquiétée ? Ou au contraire, as-tu continué à jouer pendant la période du régime de Vichy ? Tu t’es sans doute mise en retrait des nouvelles mondanités. Je ne désespère pas de retrouver quelques éléments de réponse dans les archives privées ou institutionnelles ou dans la presse locale. Seize ans après, je te retrouve néanmoins, en août 1956, loin de ton petit nid rue des Fossés Saint-Jacques à Paris, à Puy-Saint-Martin dans la Drôme où tu cèdes en viager ton patrimoine familial au profit de la Mairie de la commune. Deux ans plus tard, tu devais décéder à l’âge de 74 ans, toujours seule et sans enfant.

Je te quitte, très chère Adèle, en te remerciant pour ces traces si précieuses qui ont contribué à construire mon intérêt particulier pour cette Asie des années trente si tourmentée dont les récits de Louis Roubaud, Andrée Viollis ou Albert de Pouvourville témoignent avec vigueur [25]. Un matin de juin 1930, treize insurgés du Parti nationaliste du Viêt-Nam étaient guillotinés à Yen Bay et l’Asie allait connaître les soubresauts violents des révolutions sanglantes et de la guerre totale.

François Guillemot, MàJ le 04/06/2015.

Notes

[1] Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, n° 1903, p. 492.

[2] Idem.

[3] Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, 1905, pp. 494-495.

[4] L’Aurore, n° 3389, 30/01/1907.

[5] L’Aurore, n° 4589, 31/05/1910 ; Le XIXe Siècle, n° 15001, 07/04/1911 ; L’Aurore, n° 5141, 14/12/1911 ; Le Rappel, n° 15254, 16/12/1911 et n° 15259, 21/12/1911 ; L’Aurore, n° 5545, 30/01/1913 ; L’Humanité, n° 3210, 30/01/1913 ; Le XIXe Siècle, n° 15697, 04/02/1913 ; Le XIXe Siècle, n° 15702, 09/02/1913.

[6] Le Figaro, n° 64, 04/03/1916.

[7] L’Humanité, n° 4473, 16/07/1916 et n° 4445, 18/06/1916 ; Le XIXe Siècle, n° 16649, 18/06/1916.

[8] L’Écho de Bougie (Alger), n° 1441, 22/03/1925.

[9] L’Écho d’Alger, 06/04/1925.

[10] L’Oued-Sahel, n° 228, 02/04/1925 ; voir aussi L’Écho de Bougie, n° 1443, 05/04/1925.

[11] L’Oued-Sahel, n° 227, 26/03/1925.

[12] Le Petit Parisien, n° 16934, 11/07/1923 ; L’Ouest-Eclair, n° 7970, 11/07/1923 ; Le Petit Parisien, n° 117250, 22/05/1924 ; L’Ouest-Eclair, n° 8803, 25/11/1925.

[13] Le Petit Parisien, n° 17643, 19/06/1925 ; L’Ouest-Eclair, n° 8644, 19/06/1925.

[14] Le XIXe siècle, n° 11547, 22/10/1901 ; Magasin Pittoresque, Série 3, Tome 9, 1908.

[15] Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, 1903, p. 492.

[16] Le Magasin Pittoresque, Série 3, Tome 9, 1908.

[17] Comoedia, n° 6685, 10/05/1931.

[18] L’Ouest-Eclair, n° 8212, 09/03/1924 ; Le Gaulois, n° 16961, 13/03/1924.

[19] Paris-Soir, n° 61, 6e édition, 21/08/1940.

[20] Comoedia, n° 6685, 10/05/1931.

[21] L’Echo d’Alger, n° 5214, 17/01/1924 ;  L’Echo d’Alger, n° 5218, 21/01/1924, “Deuxième concert Adèle Clément”, par Lucienne Darrouy, p. 3.

[22] L’Echo d’Alger, n° 5218, 21/01/1924.

[23] Popular Science Monthly, Vol. 101, No. 5, November 1922, p. 62. Lien sur GoogleBooks

[24] Paris-Soir, n° 61, 6e édition, 21/08/1940.

[25] Albert de Pouvourville, L’heure silencieuse, Paris, Les éditions du Monde moderne, 1923 ; Griffes rouges sur l’Asie, Paris, Baudinière, 1933 / Louis Roubaud, Le dragon s’éveille, Paris, Baudinière, 1928 ; Viêt-Nam, la tragégie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931 / Andrée Viollis, Changhaï et le destin de la Chine, Paris, Correa, 1933 ; Le Japon et son Empire, Paris, Grasset, 1933 ; Japon intime, Paris, Aubier, 1934 ; Indochine S.O.S., Paris, Gallimard, 1935.

tokyosannohotelBrochure de voyage du Sanno Hotel à Tokyo, circa 1935 © Blog travelbrochuregraphics

Les Suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach et le métier de violoncelliste par Anne Gastinel

AdèleClément_ObjetsTissusJaponEventail, waraji et tissus japonais © FG

Image « à la une » : Détail d’un éventail japonais d’Adèle © FG

Nos remerciements à Anne-Maître et Michel Tissier pour la traduction du russe, à Zhang Yu pour les traductions chinoises.

François Guillemot : De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Résumé de notre communication pour le colloque « La guerre dans les civilisations de l’Orient et de l’Extrême-Orient » organisé par la Société Asiatique, le Collège de France, CRCAO et l’unité Proche-Orient Caucase.

Guillemot_PolémologieRDVN_19mai2015

De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Essai de polémologie vietnamienne

Cette communication défend la thèse que l’on ne peut détacher la « guerre révolutionnaire » de son pendant de guerre civile, ce que Mao Zedong résuma dans l’appellation concise de « guerre civile révolutionnaire » (国内革命战争). Mais ce qui fut clairement édicté par Mao pour le cas de la Chine populaire n’a jamais été clairement mis en avant par la polémologie de la République démocratique du Viêt-Nam (RDVN) dans sa guerre de réunification entre 1945 et 1975. Les termes de « guerre civile » (nội chiến) sont restés pendant des décennies le tabou absolu d’une guerre qualifiée dans l’historiographie actuelle de « guerre de destruction » (chiến tranh phá hoại) ou de « guerre d’agression » (chiến tranh xâm lược) versus « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) puis de « résistance antiaméricaine pour le salut national » (cuộc kháng chiến chống Mĩ cứu nước) et plus généralement pour les deux guerres de « résistance contre le colonialisme français et l’impérialisme américain » (cuộc kháng chiến chống thực dân Pháp và đế quốc Mỹ).

Dans un premier temps, après avoir mesuré l’importance des sources vietnamiennes, nous poserons la question de l’appellation de cette guerre à multiples facettes et notamment de sa dimension de guerre civile. Nous nous intéresserons dans un second temps au concept de « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) développé par le général Võ Nguyên Giáp pour en comprendre les ressorts. Nous verrons comment ce concept évolue lorsque la décision de la reconquête du Sud par les armes est adoptée lors du 15e Plenum du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Đảng Lao Động Việt Nam) en janvier 1959. Nous soulignerons l’aide de la Chine populaire et l’influence du maoïsme sur la lutte révolutionnaire « exemplaire » du Viêt-Nam dans le contexte de la brouille sino-soviétique et de la prédominance des thèses de Lê Duẩn, Premier secrétaire du Parti de 1960 à 1976 puis Secrétaire général du PCV de 1976 à 1986, date de sa mort.

Après avoir interrogé le discours sur la nature de la guerre, il s’agira, dans un troisième temps, de sonder la réalité de la guerre, voir « ce que faire la guerre révolutionnaire veut dire » sur le terrain des opérations. Nous suivrons l’évolution de ce type de guerre lorsque la guerre civile atteint son paroxysme notamment dans le Sud sous la forme d’une « guerre civile révolutionnaire », centrée sur l’ennemi intérieur et ouvrant la voie à l’invasion du Sud par le Nord. Nous verrons comment est analysée la figure de l’ennemi (extérieur/intérieur) qui prend forme au Viêt-Nam dès 1945-46 pour se terminer dans les années 1990 avec la fin du conflit cambodgien, marqué par les dernières luttes contre les réseaux armés anticommunistes des exilés vietnamiens infiltrés en péninsule indochinoise.

Enfin, dans une dernière partie, nous questionnerons différents aspects de la guerre populaire et tenterons d’identifier et de mesurer les étapes de la guerre civile entre 1945 et 1975. En conclusion, notre réflexion se portera sur l’impact de long terme que la vision officielle de la guerre fait encore peser sur le destin politique du pays désormais en paix et sur les consciences d’un Viêt-Nam pluriel et transnational.

Guillemot François, IAO, CNRS, ENS de Lyon

Voir le vocabulaire de la guerre en ligne sur notre carnet de recherche sur les femmes et la guerre au Viêt-Nam.

Programme complet du colloque en ligne sur le site du Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO) et sur le Blog de l’IAO.

Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche [synthèse]

[ndlr] Synthèse de la Journée d’études organisée par l’Institut d’Asie orientale (CNRS/UMR 5062) avec le soutien du GIS Asie et de l’UPS 2999 Réseau Asie & Pacifique.

Synthèse de la journée d’étude : ‘Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche ‘ (30 et 31 mars 2015)

Rédigée collectivement par Cao Liuying, Fleur Chabaille, Benoit Granier, Nicolas Leprêtre et Tan Xinxin, puis enrichie par les intervenants de la journée.

TerrainAsie2015_1

Cette journée d’étude centrée sur la problématique du terrain asiatique, organisée par un groupe de doctorants de l’Institut d’Asie Orientale avec le soutien du Réseau Asie Pacifique et de l’IAO, a permis de réunir les interventions de 15 jeunes chercheurs dont les travaux relèvent de disciplines et d’aires géographiques différentes. Cette rencontre a donc offert une occasion unique de décloisonnements disciplinaires et géographiques autour d’un aspect central et commun aux recherches menées en Asie. Elle représente de surcroît une première initiative de mise en commun de retours d’expérience entre doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs plus expérimentés sur une question rarement analysée en tant que telle. Les deux journées ont atteint l’objectif recherché, à savoir le partage des expériences et des difficultés rencontrées par chacun, et la suggestion mutuelle de solutions entre chercheurs de différents horizons disciplinaires et géographiques. En outre, la richesse des interventions et des échanges a fait ressortir quelques points fondamentaux et transversaux aux expériences de terrain. L’ensemble souligne l’importance cruciale de cette étape dans tout travail de recherche, fournit quelques clés pour aborder au mieux cette phase déterminante et met en évidence un certain nombre de pistes de réflexions.

Cette synthèse, rédigée en premier lieu par les organisateurs des journées, puis enrichie par les apports des intervenants et discutants, met en avant les principaux enjeux dont la saillance a animé les discussions. Les différents points abordés constituent également des pistes, à discuter, dans l’optique d’une valorisation ultérieure – les titres et le regroupement des questions qu’ils proposent étant purement indicatifs.

La présentation du chercheur et les catégories qu’on lui assigne

Les interventions ont mis en lumière la confrontation de chacun à des situations particulières d’enquêtes qui conditionnent l’accès au « terrain ». Si la notion de terrain peut varier selon les disciplines (archives, observation participante, accès aux enquêtés, etc.), les contributions ont souligné la nécessité d’interroger comment chacun s’insère dans son milieu d’enquête. Cela a permis de montrer l’importance de la présentation de soi et des représentations que chacun peut se faire vis-à-vis du chercheur. Chacun a ainsi montré comment le statut ou la catégorie qui lui est assigné(e) et la manière dont il s’insère dans cet environnement amène à des stratégies diverses.

L’appartenance à une institution reconnue dans le pays étudié peut être un avantage de taille en termes d’accès au terrain (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier grâce à l’Université de Tokyo, Zhou Mingchao à l’Université d’Aix-Marseille, Yumiko Yamamoto au Centre d’études africaines à l’Université Jawaharlal-Nehru et au Département d’humanités et de développement à l’Université d’agriculture de Chine, Tan Xinxin grâce à l’Académie des sciences sociales de Shanghai). Cependant, dans certains cas, au contraire, l’affiliation universitaire constitue un obstacle. Dans le cas des centres africanistes au Japon la conflictualité entre acteurs institutionnels peut être une menace qui pèse sur la recherche au point de fermer ou d’ouvrir l’accès au terrain (cf. Yumiko Yamamoto). Si les tentatives d’affiliations officielles semblent nécessaires pour mener des recherches dans les pays asiatiques, cette première étape peut s’avérer compliquée en fonction des manières dont est perçu le chercheur, encourant le risque de se voir fermer des accès.

En Chine, la difficulté d’obtenir des autorisations officielles pour mener une enquête anthropologique (cf. Pascale-Marie Milan) ou la manière de se présenter, si l’on se présente comme politiste (cf. Zhou Mingchao), peut mener à des stratégies discursives pour se défaire des positions assignées. La rencontre informelle avec des acteurs institutionnels locaux (cf. Pascale-Marie Milan) ou une présentation (de soi) comme étudiante en sociologie (cf. Zhou Mingchao), peuvent être considérée comme des stratégies de contournement pour accéder au terrain. Un lien épistémique entre la position du chercheur sur son terrain et les données qu’il recueille nécessite en effet d’être attentif à la manière dont il s’inscrit dans son environnement d’enquête. Ainsi, il faut prendre garde à ne pas être assimilé à d’autres professions, telles que le journalisme (cf. Jérôme Soldani, Judith Audin), qui ne permettent souvent d’obtenir que des réponses convenues. Il est donc nécessaire pour le chercheur d’adapter la manière dont il se présente et fait état de ses recherches aux acteurs et aux contextes étudiés. Cette stratégie peut consister à modifier son statut en s’immergeant dans un milieu comme un enseignant (cf. Zhou Mingchao, Yves Russell), ou en participant aux activités ordinaires (cf. Pascale-Marie Milan et Jérôme Soldani).

La présentation du chercheur peut être encore plus délicate sur un terrain clivé où la relation enquêteur/enquêté s’inscrit elle-même dans la configuration de domination dont le chercheur tente de rendre compte. Cette situation nécessite que le chercheur procède à une adaptation constante de sa position en fonction des interlocuteurs dans les interactions, afin d’atténuer les biais introduits par sa présence sur le terrain et de ne pas aggraver la tendance à la méfiance ou au conformisme des enquêtés. Les terrains de recherche avec des groupes minoritaires (cf Pascale-Marie Milan) ou avec des populations migrantes stigmatisées (cf Zhou Mingchao) sont particulièrement soumis à la nécessité de l’intersubjectivité. Sur ce point-là, la situation d’entretien, en soi, se révèle comme un matériau d’enquête riche pour l’analyse sociologique, comme le montre l’enquête de Zhou Mingchao autour des interactions entre les metteurs en œuvre de proximité (direction de l’école et enseignants) et les usagers/ressortissants (élèves et parents d’élèves) de la politique scolaire ségrégative à l’égard des enfants de nongmingong en Chine.

TerrainAsie2015_2

Enfin, la problématique de l’image que le chercheur renvoie de soi et des catégories qu’on lui assigne entre également en résonance avec les questions de genre. En effet, la présentation de Charlotte Thomas a montré toute l’ambivalence, en termes de contraintes et d’opportunités, du fait d’être une chercheuse en Inde. Etre une femme, qui plus est occidentale à la peau et aux yeux clairs, contraint à adapter sa tenue vestimentaire afin de la dissimuler autant que possible, et peut évidemment fermer un certain nombre de portes, comme celles des lieux de socialisation nocturnes et alcoolisés. Cependant, le caractère flou de la situation et l’étonnement suscité auprès des enquêtés peuvent en ouvrir d’autres, en créant des situations étrangères aux acteurs et par conséquent de nouvelles marges de manœuvre pour le chercheur.

La question du genre s’avère particulièrement complexe selon les lieux. Les projections et représentations autour de la femme occidentale sont un aspect à prendre en compte (cf. Charlotte Thomas), mais au-delà des clichés sur les Occidentaux, souvent assignés à la catégorie de « touristes », d’autres « étiquettes » peuvent être accolées de manière plus étonnante. L’expérience de Pascale-Marie Milan sur la multiplicité des positions auxquelles le chercheur peut être assigné souligne la complexité de la positionnalité du chercheur. Tout un lot de clichés accompagne les représentations que l’on se fait des femmes occidentales. Tantôt assignée à la catégorie ontologique masculine du fait de son statut de touriste ou encore associée aux imaginaires érotiques que l’on se fait des femmes « blanches », elle a essayé de prendre différents positionnement en s’adaptant aux catégories locales d’entendement de la féminité afin d’accéder au terrain. Tan Xinxin a partagé un autre cas intéressant : ayant vécu plus de 5 ans en France et n’étant pas d’origine shanghaienne, elle a été interrogée plusieurs fois au sujet de sa nationalité pendant son terrain à Shanghai.

Les enjeux méthodologiques lors de la conduite d’entretien et le décloisonnement des disciplines qui en ressort

Une fois cette étape franchie, la réalisation des entretiens implique plusieurs questionnements majeurs. Parmi eux, la méthode d’enregistrement a été abordée et remise en cause à de nombreuses reprises. Pour la plupart des intervenants, elle constitue une entrave trop importante dans la mesure où elle altère la qualité et l’authenticité des propos échangés. Par conséquent, la plupart des chercheurs ont fait le choix de s’en passer (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier, Charlotte Thomas, Pascale-Marie Milan, Jérôme Soldani). Pour d’autres, l’obstacle est parfois balayé en décidant de ne pas demander de permission et d’enregistrer sans autorisation lorsque la présence flagrante d’un enregistreur changera manifestement le discours de l’interviewé (cf. Yves Russell). Cette décision est cruciale et pose des enjeux d’efficacité, d’éthique dont la perception est différente selon les pays (Etats-Unis, Chine, France), voire de risque. Elle suppose parfois une véritable remise en question disciplinaire, notamment en sociologie où l’entretien enregistré est considéré comme le garant de la scientificité du travail de recherche (cf. Judith Audin).

Dans les cas où l’enregistrement n’est pas de mise, la prise de notes est alors fondamentale. Elle doit cependant s’intégrer dans le cadre d’une méthode rigoureuse. L’un des problèmes majeurs repose sur l’accumulation de matériels et la manière de les référencer : l’enchaînement des entretiens ne doit pas se faire au détriment de la retranscription. Ainsi, certains mettent en place une méthodologie particulière avec un temps de latence entre chaque série d’entretiens (cf. Audrey Soula) qui s’accompagne d’une retranscription dans la foulée (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier). Reprendre ses notes à chaud est en effet crucial quand aucun enregistrement n’a été réalisé, en particulier quand ces dernières constituent un mélange de langue asiatique, de français et d’anglais. Parfois un interprète local est aussi indispensable pour faire des retranscriptions dans les cas où les entretiens se font en dialecte local, à l’image de l’expérience de Tan Xinxin avec le cas shanghaien.

Si la prise de notes devant les enquêtés est parfois évitée dans les méthodes anthropologiques (cf. Jérôme Soldani qui profite de ses moments de répit pour remplir son carnet de recherche au début de son enquête chez les joueurs de baseball professionnels), certains outils permettent de prendre des notes discrètement, en faisant mine par exemple de répondre à un message depuis son téléphone portable (Adrien Fauve et Judith Audin). Cela permet de prendre le temps du recul et de la réflexion entre chaque entretien et de ne pas se laisser entraîner par l’effet « boule de neige ». Face à cette abondance de ressources, les jeunes chercheurs ont pu échanger plusieurs « astuces » pour éviter de se retrouver ensevelis sous la matière disponible et effectivement récoltée, à l’image des monographies réalisées en milieu, puis fin de séjour (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre), et du resserrement stratégique de la problématique opérée par Audrey Soula face à la profusion d’entretiens et de rencontres qui s’offraient à elles, en sélectionnant certains lieux d’enquêtes en particulier sur un double terrain de recherche.

Ce risque qui se retrouve dans toutes les disciplines, en dépit de leurs différences méthodologiques, a permis aux participants de partager une riche discussion sur les outils permettant de faire du terrain. Le point de vue interdisciplinaire de cette journée a en effet permis de montrer des choix de méthodes très variés, souvent complémentaires et se chevauchant parfois, le spectre allant de l’observation flottante (cf. Pascale-Marie Milan, Jérôme Soldani, Charlotte Thomas) à l’observation non participante et distanciée (cf. Judith Audin), en passant par l’observation participante (cf. Yves Russell, Zhou Mingchao) et la méthode également classique des entretiens semi-directifs (Benoit Granier, Nicolas Leprêtre et Yumiko Yamamoto). Chacune comporte ses propres avantages et inconvénients, mais le principal enseignement mis en évidence lors de ces journées est l’absence de réelle spécificité disciplinaire en ce qui concerne les dispositifs méthodologiques mobilisés sur le terrain. Les chercheurs privilégient plutôt une approche pragmatique et une adaptation aux caractéristiques de leur question de recherche et de leur terrain, rompant parfois avec la méthodologie « classique » de leur discipline. C’est notamment le cas des dispositifs d’enquête présentés par Charlotte Thomas, Judith Audin et Zhou Mingchao, qui ont mis la méthode ethnographique au service de leur recherche en science politique, comme a pu le mettre en relief Danielle Tan lors de la discussion.

TerrainAsie2015_3

Enfin, au-delà de ces enjeux que l’on pourrait penser propres à des disciplines comme l’anthropologie, la sociologie ou la science politique, d’autres difficultés nécessitent une forte capacité d’adaptation du chercheur dans un spectre disciplinaire plus large encore au sein des sciences humaines et sociales. Elles peuvent notamment être liées à l’existence d’un terrain documentaire dispersé entre le Japon, l’Inde et la Chine (cf. Yumiko Yamamoto en science politique) ou un « terrain géographique éclaté » pour reprendre l’expression de Cécile Armand (cf. Cécile Armand en histoire et Laurent Sovet en psychologie). Ces distances supposent une grande disponibilité et flexibilité face aux imprévus, par exemple un programme de numérisation qui empêche la consultation de certaines séries d’archives (cf. Cécile Armand) et impératifs du doctorat qui demandent des retours nécessaires en France pour suivre des formations et assurer des enseignements (cf. Laurent Sovet). Ces entraves peuvent être en partie contournées par une préparation numérique du terrain rigoureuse et parfois fastidieuse, avant sa découverte physique (cf. Tan Xinxin). Certaines spécificités du travail de terrain en histoire sont ainsi ressorties : dans cette discipline, les interlocuteurs ne sont souvent pas des êtres humains mais des entités matérielles (archives papiers, photos, films, etc.) de plus en plus dématérialisées (cf. Tan Xinxin et Cécile Armand).

Les débats entre chercheurs de domaines différents ont surtout permis de réaliser que, malgré le fait que le « terrain », dans sa double dimension de « méthode » et d’ « objet », connaisse des acceptions différentes selon les disciplines, le dialogue interdisciplinaire peut se révéler extrêmement fructueux. En effet, bien que les méthodes soient elles-mêmes disciplinairement définies (à l’image de l’enquête de terrain ethnographique), elles ne sont cependant pas le monopole de la discipline dont elles sont issues.

Les impondérables du travail de terrain, porteurs d’entraves et d’opportunités

Ces qualités d’accommodement face aux obstacles rencontrés, qui ressortent de toutes les interventions, révèlent également que les difficultés du terrain ne sont pas forcément là où on les attend. Les terrains volontiers qualifiés d’« autoritaires » comme la Chine peuvent être ceux qui sont les plus fermés, mais aussi paradoxalement les plus ouverts (cf. Yves Russell, Judith Audin et Adrien Fauve, et Zhou Mingchao). S’il est en théorie nécessaire d’obtenir des autorisations pour mener à bien ses recherches, le caractère non-homogène et décentralisé du pouvoir réel accorde parfois aux chercheurs une grande marge de manœuvre en cas d’arrangement avec les autorités locales, notamment si le sujet n’est pas politiquement sensible, à l’image de l’expérience de Pascale-Marie Milan en Chine. Dans le cas de la République populaire de Chine, Jean-François Huchet et Christine Cornet ont par ailleurs apporté une mise en perspective intéressante puisque le processus de formalisation et de codification de l’accès au terrain en Chine semble laisser moins de flexibilité aux chercheurs, tandis que le flou et les zones d’ombres antérieurs leurs accordaient davantage de libertés.

Le contournement peut également se faire sur le terrain linguistique. Malgré l’insuffisance de leur capacité linguistique, certains chercheurs ont montré qu’ils avaient réussi à délimiter leur recherche de manière à surmonter cet obstacle (cf. Cécile Armand, Judith Audin). Cela peut même constituer un argument qui justifie l’enregistrement de conversations auprès des enquêtés (cf. Judith Audin et Adrien Fauve) ou ne pas poser problème quand l’introduction et la présence d’un intermédiaire local sont de toute façon indispensables (cf. Charlotte Thomas). La tentation d’utiliser l’anglais peut être forte, mais le risque est d’avoir un interlocuteur qui n’ait pas un niveau suffisant, ce qui peut engendrer des problèmes de compréhension. Néanmoins, la bonne volonté de discuter avec les enquêtés dans leur langue est parfois bloquée par le désir de ces derniers à s’exprimer en anglais malgré tout (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre).

En outre, à l’image de l’obstacle linguistique qui peut parfois constituer une ressource dont ne bénéficieraient pas des chercheurs locaux, un certain nombre de difficultés ou d’échecs apparents peuvent paradoxalement être vus comme d’authentiques et précieux résultats de recherche. Charlotte Thomas dans le cas de l’Inde et Nicolas Leprêtre et Benoit Granier dans le cas du Japon ont ainsi montré que si des silences ou des réponses « langue de bois » peuvent rendre difficile la collecte d’informations précises, ils sont également révélateurs de tensions et de relations de pouvoir, que des entretiens ultérieurs sont susceptibles de mettre au jour ou qui seront exploités comme tel dans le cadre de la thèse.

Prendre en compte les spécificités du terrain en Asie, tout en questionnant la pertinence de la distinction par « pays » ou « région »

Cette diversité des « surprises », obstacles et déblocages rencontrés sur le terrain conduisent à réorienter et décloisonner la réflexion d’un point de vue géographique. Comme l’a souligné François Guillemot, compte tenu des différences locales au sein d’un même pays, il n’est sans doute pas toujours pertinent de raisonner en termes de « pays » ou de « région ». A titre d’exemple, selon l’objet d’étude, l’accessibilité peut être plus grande en Chine qu’au Japon. De plus, le critère d’accessibilité ne suffit pas : il ne garantit ni la profusion, ni la qualité des informations délivrées. En adoptant des stratégies de contournement, les chercheurs peuvent même dans certains cas récolter davantage d’informations dans des pays pourtant « autoritaires » et « fermés » comme la Chine que dans des démocraties libérales où le discours est souvent très policé (cf. Pascale-Marie Milan et Yves Russell).

Cette remarque fait écho au constat général selon lequel les relations interpersonnelles jouent un rôle crucial et apparaissent comme un élément fondamental, dans l’ensemble des expériences de terrain relatées. D’une part, l’introduction auprès des enquêtés grâce à des « contacts introducteurs » (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre) et la familiarisation avec son nouvel environnement de recherche grâce à des « tuteurs de terrain » (cf. Yumiko Yamamoto) sont décisifs dans l’obtention et le bon déroulement des entretiens. Certaines contributions ont également montré le rôle crucial du réseau, élément primordial pour rendre compte d’un système social dans le cas d’une ethnographie multi-située (cf. Audrey Soula).

La mise en place d’un réseau de contacts en lien avec son objet d’étude peut être une stratégie efficace qui nécessite à la fois d’être réactif et intrusif (cf. Vladimir Stolojan-Filipesco). L’appui sur un réseau académique (cf. Tan Xinxin) mais aussi familial peut s’avérer également un atout de poids (cf. Yves Russell, Jérôme Soldani, Pascale-Marie Milan, Audrey Soula). En particulier, si Zhou Mingchao a pu obtenir le parrainage du Bureau de l’éducation pour son travail de terrain, c’est en partie grâce à la présentation préliminaire de son proche qui avait précédemment eu des relations professionnelles avec le personnel du Bureau, ce qui rejoint aussi le constat général sur le rôle important des relations interpersonnelles (dit du guanxi en chinois). Néanmoins, la variable interpersonnelle est également la source d’un certain nombre de problèmes puisque les contacts introducteurs peuvent perturber les entretiens lorsqu’ils font le choix d’accompagner le chercheur (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre). En outre, d’autres paramètres plus personnels, notamment des sentiments d’empathie ou de compassion, peuvent aussi remettre en question le chercheur dans son objectivité (cf. Sun Jiawen, Zhou Mingchao).

Bien gérer la temporalité du travail du terrain

Toutes ces stratégies nécessitent du temps pour être mises en place, sans compter la recherche de financements qui peut être tout aussi chronophage, bien qu’une connaissance fine des institutions concernées et des procédures permet d’apporter des ressources financières et matérielles insoupçonnées (cf. Laurent Sovet). Cet impératif constitue un leitmotiv majeur de la journée d’étude, au cours de laquelle l’enjeu de la temporalité a été abordé et discuté sous de multiples dimensions. D’une part, des réflexions ont abondé sur la question selon laquelle le terrain constituerait ou non une rupture, ce qui pose des questions plus générales relatives à la temporalité de la recherche et à la distance accordée à un « terrain » lorsqu’on y vit. D’autre part, l’inscription du terrain dans la durée ouvre des portes et permet des pratiques impossibles sur une courte période.

De nombreuses contributions ont mis en avant le rôle du hasard et des impondérables dans l’obtention de contacts et d’entretiens (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre, Jérôme Soldani, Audrey Soula), ainsi que la nécessité d’être insistant et d’avoir quelque chose à échanger sur le long terme (cf. Yves Russell) ou de littéralement suivre le cheminement des interlocuteurs à l’intérieur d’un espace social plutôt que dans un espace physique (cf. Audrey Soula). Cette implication nécessite une préparation en amont et n’exclut pas non plus quelques coupures. Dans ce long processus, la patience est une qualité essentielle. De plus, l’immersion ne doit pas empêcher une prise de recul constante vis-à-vis de l’objet étudié. Jean-François Huchet a notamment insisté sur le difficile équilibre à trouver dans le rapport avec son terrain et les risques à être trop aspiré par ce dernier. Pour les prévenir, il est préférable de maintenir un va-et-vient constant entre le terrain et la théorie en s’interrogeant sur la manière dont le questionnement théorique est modifié par l’expérience pratique de l’enquête. C’est là tout l’enjeu de la construction du sujet sur place qui doit s’accompagner d’une transparence sur les obstacles rencontrés par le chercheur.

En permettant à chacun d’exprimer un franc retour d’expériences, cette journée a eu le mérite de lever en partie le voile sur ces difficultés et de dégager des stratégies qui pourront sans doute servir à d’autres jeunes chercheurs s’apprêtant à fouler leur premier terrain en Asie.

Photo à la une : FG, Terrain à Tokyo, décembre 2014 / Photos de la Journée d’études : Cao Liuying.

Entretien avec François Maspero : « Quelques malentendus » [Période, 2014]

[ndlr] A l’occasion de la mort de François Maspéro (1932-2015), éditeur et écrivain fortement « engagé » à gauche (et fils du sinologue Henri Maspéro), invitation à relire son interview dans Période, une revue en ligne de théorie marxiste dans laquelle il revient sur son parcours et ses « paysages humains« . Mise en ligne le 18 septembre 2014.

À nos yeux, François Maspero a été l’un des grands passeurs de la pensée et de l’héritage communiste et anticolonialiste de l’après-guerre. Les éditions Maspero sont une référence incontournable de l’édition critique. Elles ont été le théâtre de débats importants à l’extrême gauche dans les années 1960-1970 et ont joué un rôle pionnier sur de nombreux plans. Maspero est celui qui a publié Fanon, les écrits politiques de Baldwin, Malcolm X, le Che, des anthologies des classiques du mouvement ouvrier, la collection « Théorie » de Louis Althusser, la revue « Partisans »… Nous avons souhaité l’interroger sur son projet et les ambitions éditoriales qu’il avait à l’époque. Nous reproduisons ici ce qu’il appelle une « tentative de réponse » à nos questions.

FrancoisMaspero_1967
Portrait daté du 13 juillet 1967 à Paris de l’éditeur et écrivain François Maspéro © AFP

Lire l’entretien : Revue Période

 

Chesneaux_LeVietnam_1968
« Le Vietnam: études de politique et d’histoire » de Jean Chesneaux paru en 1968 et traduit de l’italien « Perché il Vietnam resiste ».

Titres sur l’Asie parus dans la Petite Collection Maspéro (1967-1982) :

[n°2] Mao Tsé-Toung, Écrits choisis en 3 volumes – I.

[n°3] Mao Tsé-Toung, Écrits choisis en 3 volumes – II.

[n°4] Mao Tsé-Toung, Écrits choisis en 3 volumes – III.

[n°14] Général V.N. Giap, Guerre du peuple, armée du peuple.

[n°18] Ho Chi Minh, Œuvres choisies.

[n°22] Charles Bettelheim, La construction du socialisme en Chine.

[n°24] Jean Chesneaux, Le Vietnam.

[n°79] Charles Bettelheim, L’Inde indépendante.

[n°80] Vo Nguyen Giap, Récits de la résistance vietnamienne.

[n°92] Jean Daubier, Histoire de la révolution culturelle prolétarienne en Chine, I.

[n°93] Jean Daubier, Histoire de la révolution culturelle prolétarienne en Chine, II.

[n°150] Pierre Rousset, Le parti communiste vietnamien.

[n°209] Patrick Tissier, L’éducation en Chine populaire.

* * *

Pour en savoir plus sur le parcours de cet éditeur :