Archives par mot-clé : art contemporain

Le lourd silence de la mer vietnamienne : « La mer morte » de Nguyên Công Nhân

Art et autoritarisme ne font pas bon ménage en République socialiste du Viêt-Nam. Une œuvre et son auteur ont fait l’objet d’une confiscation et d’une sanction disciplinaire de la part de l’Association des Lettres et Arts de la province de Tra Vinh dans le sud du pays. L’œuvre picturale incriminée, intitulée « La mer morte » de l’artiste Nguyên Công Nhân, fait référence au scandale écologique de la pollution maritime de la société taïwanaise Formosa. C’est un tableau figuratif comme il en existe des milliers d’autres… mais celui-ci déclenche une gêne, une inquiétude, un brouillage entre rêve et réalité, un dialogue silencieux entre ciel et mer.

On observe au premier plan une femme ramassant des poissons morts, une image directement inspirée d’une photographie prise lors de la pollution maritime au Centre du Viêt-Nam1. L’image de cette femme accroupie occupe une grande partie du tableau. Au second plan, on distingue nettement en haut à gauche une forme allongée : une jeune femme vêtue de blanc, couleur de la mort, semble flotter sur les eaux. Le symbole est fort, le cadavre fantomatique de l’océan. De l’image se dégage une impression de silence puis de malaise. L’océan habité par la mort déverse son chargement de poissons morts que cette femme, les yeux baissés, récupère… dubitative. Elle est plongée dans ses pensées et ne paraît pas se rendre compte du danger qui l’a déjà enveloppée. La mort est là, dans un bleu vert envahissant, conférant une unité de ton et de couleur au tableau.

La position de la jeune fille morte est particulièrement frappante. Son cadavre flotte dans la partie gauche du tableau, derrière le chapeau conique, comme si il était intégré dans les pensées de la femme de pêcheur. Qui est cette femme ? Est-ce la fille de la femme au chapeau conique ? Positionné horizontalement, le corps ne brise pas la ligne d’horizon. Seule la tête, oreilles dégagées et cheveux noirs plongés dans l’eau, apparaissent. Le reste du corps est comme recouvert d’un linceul blanc. Un croissant de lune éclaire la scène renforçant le caractère funèbre de l’œuvre.

« Biển chết » du peintre Nguyễn Nhân © DR

Les autorités n’ont pas apprécié cette charge à la fois symbolique et politique. Le 1er juin 2017, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh émanation du Comité populaire de Tra Vinh (et donc instance de l’Etat-Parti au niveau local) publiait une Décision disciplinaire contre l’artiste. Ce dernier recevait un avertissement doublé d’une mise à l’épreuve d’un an. En outre, le troisième prix qu’il avait reçu en 2016 de la province de Tra Vinh pour cette œuvre lui fut retiré et l’artiste fut sommé de rembourser les gratifications et récompenses liées à ce prix. Officiellement la raison de cette confiscation et de cette mesure disciplinaire ne serait liée qu’à un non respect du droit d’auteur et non à un quelconque tabou lié à l’affaire Formosa. Or, pour l’artiste, il s’agit bien d’une censure a posteriori. L’autorisation d’exposer avait été donnée par l’Association des Lettres et Arts du Viêt-Nam après un contrôle effectif. De plus, l’auteur de la photographie n’avait pas porté plainte contre l’artiste pour cette œuvre dérivée. Réfutant toute violation de droits d’auteurs l’artiste défend son droit à l’adaptation à partir d’une photo de presse :

« J’insiste, j’ai seulement emprunter cette image pour composer un travail pictural personnel et je n’ai pas juste recopié l’image. Cette photo que j’ai trouvé dans la presse représente une femme de pêcheur ramassant chaque poisson mort échoué sur la plage, alors que dans ma peinture il y a aussi une jeune fille morte sous un clair de lune au milieu de l’océan. Ces deux images sont complètement différentes. Donc, on « m’oblige » à dire que j’ai violé le droits d’auteur alors que je ne l’ai pas fait. Je suis prêt à rendre le prix, mais je n’accepte pas cette accusation de violation du droit d’auteur. »2.

Le 3 juillet prochain, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh doit organiser une conférence de presse au sujet de cette affaire qui secoue le monde des artistes. Et ce d’autant plus que l’Association des Lettres et des Arts du Viêt-Nam (au niveau national) a condamné l’acte confiscatoire, jugé contraire à la loi, de sa filiale de Tra Vinh.

Nous avons, vu de France, peu l’occasion de connaître les œuvres récentes liées au drame de Formosa. L’occasion nous est donné par cette mesure disciplinaire. Rien de mieux pour un auteur qu’une publicité de cet ordre pour donner résonance à son œuvre. C’est chose faite.

FG, 01/07/2017.

En haut : la photographie publiée dans le quotidien Thanh Niên et en bas : l’interprétation artistique de Nguyên Nhân © DR

Pour en savoir plus :

L’artiste (au milieu) et son tableau © VnExpress

Notes

  1. Cette inspiration non dissimulée a servi de prétexte pour attaquer l’artiste pour non respect des droits d’auteurs []
  2. Lùm xùm “án kỷ luật” đối với tác giả bức tranh “Biển chết” ở Trà Vinh, Dân Tri, 29/06/2017 []

Brenda M. Boyle and Jeehyun Lim, eds.: Looking Back on the Vietnam War – Twenty-First Century Perspectives

[ndlr] Parution d’un ouvrage collectif dans lequel les perspectives vietnamiennes sont prépondérantes. Présentation de l’éditeur.

LookingBackOnTheVietnamWarMore than forty years have passed since the official end of the Vietnam War, yet the war’s legacies endure. Its history and iconography still provide fodder for film and fiction, communities of war refugees have spawned a wide Vietnamese diaspora, and the United States military remains embroiled in unwinnable wars with eerie echoes of Vietnam.

Looking Back on the Vietnam War brings together scholars from a broad variety of disciplines, who offer fresh insights on the war’s psychological, economic, artistic, political, and environmental impacts. Each essay examines a different facet of the war, from its representation in Marvel comic books to the experiences of Vietnamese soldiers exposed to Agent Orange. By putting these pieces together, the contributors assemble an expansive yet nuanced composite portrait of the war and its global legacies.

Though they come from diverse scholarly backgrounds, ranging from anthropology to film studies, the contributors are united in their commitment to original research. Whether exploring rare archives or engaging in extensive interviews, they voice perspectives that have been excluded from standard historical accounts. Looking Back on the Vietnam War thus embarks on an interdisciplinary and international investigation to discover what we remember about the war, how we remember it, and why.

Contributors

Brenda Boyle, Jeehyun Lim, Yen Le Espiritu, Quan Tue Tran, Viet Thanh Nguyen, Lan Duong, Vinh Nguyen, Robert Mason, Leonie Jones, Heonik Kwon, Diane Niblack Fox, Cathy Schlund-Vials

Table Of Contents

Chronology

Note on the Text

Introduction: Looking Back at the Vietnam War / Brenda M. Boyle and Jeehyun Lim

  • Chapter 1: Vietnamese Refugees and Internet Memorials: When Does War End and Who Gets to Decide? / Yên Lê Espiritu
  • Chapter 2: Broken, but Not Forsaken: Disabled South Vietnamese Veterans in Vietnam and the Vietnamese Diaspora / Quan Tue Tran
  • Chapter 3: What Is Vietnamese American Literature? / Viet Thanh Nguyen
  • Chapter 4: Viet Nam and the Diaspora: Absence, Presence, and the Archive / Lan Duong
  • Chapter 5: Liberal Humanitarianism and Post–Cold War Cultural Politics: The Case of Le Ly Hayslip / Jeehyun Lim
  • Chapter 6: Ann Hui’s Boat People: Documenting Vietnamese Refugees in Hong Kong / Vinh Nguyen
  • Chapter 7: “The Deep Black Hole”: Vietnam in the Memories of Australian Veterans and Refugees / Robert Mason and Leonie Jones
  • Chapter 8: Missing Bodies and Homecoming Spirits / Heonik Kwon
  • Chapter 9: Agent Orange: Toxic Chemical, Narrative of Suffering, Metaphor for War / Diane Niblack Fox
  • Chapter 10: Re-Seeing Cambodia and Recollecting The ’Nam: A Vertiginous Critique of the Military Sublime / Cathy J. Schlund-Vials
  • Chapter 11: Naturalizing War: The Stories We Tell about the Vietnam War / Brenda M. Boyle

Appendix A: Archives

Appendix B: Publications since 2000

Notes on Contributors

Index

Source : Rutgers University Press

Viêt-Nam : La douleur des poissons [Huế, 29/04/2016]

L’image du jour :

CaChet

Art. Une performance artistique sur La douleur des poissons, réalisée par un groupe d’artistes dont le Français Maxime Lacino a pris fin suite à l’intervention des autorités dans la ville de Hue dans la matinée du 29 avril. Le groupe artistique Viet Art Space souhaite reproduire cette performance dans le cadre du Festival Hue qui s’ouvrira dans la soirée. Le groupe n’a pas sollicité d’autorisation (source : RDP Ambassade de France au Vietnam)

Dinh Q. Lê : Memory For Tomorrow [exposition derniers jours au Mori Art Museum]

[ndlr] Exposition de l’artiste Dinh Q. Lê sur la thématique des civils dans la guerre. Une réflexion artistique sur la guerre vue des populations. L’exposition est présentée au Musée d’Art Mori à Tokyo depuis le 25 juillet jusqu’au 12 octobre 2015. Derniers jours.

DingQuangLe_MemoryForTomorrowCliquez sur l’image pour accéder au site de l’exposition

The first solo exhibition by the world’s most outstanding Vietnamese artist in Asia!

Born in Hà Tiên, a Vietnamese town near the Cambodian border, Dinh Q. Lê immigrated with his family to the U.S. at the age of ten to escape the Khmer Rouge. After studying photography and media art, Lê attracted attention with his tapestries made by weaving together strips of photographs (1989-), a process inspired by traditional Vietnamese grass mat weaving. Based on thorough research and interviews, Lê throws light on people’s memory as it is told through actual personal experiences. In The Farmers and the Helicopters (2006), the video installation that made Lê’s name known to people around the world, Lê ingeniously depicts the complex relationship between the Vietnamese people and war by focusing on a Vietnamese man who attempts to develop his own helicopter.

This year marks the 40th anniversary of the end of the Vietnam War as well as the 70th anniversary of Japan’s defeat in WWII. Examining the stories that have never been told, of individuals who have undergone events whose facts have been overshadowed by « official, » national and/or social histories, and exploring closer relations between art and society are extremely important issues. Through the unique artwork and activities of Dinh Q. Lê, this exhibition provides us with an opportunity to think about our past, present and future.

 

Voir aussi : Lê Quang Đỉnh: Ký ức gửi Ngày mai, BBC Viet, 09/10/2015. (entretien en ligne)

“Cuộc chiến tranh Việt Nam không đơn giản như mình nghĩ và tôi muốn người tới xem có được hiểu biết về cuộc chiến này mà không bị lệ thuộc vào những gì Chính phủ Việt Nam hay Chính phủ Mỹ nói ra,” ông Đỉnh nói.

Jaillissement – Installation in situ de Li Huai

ENS de Lyon

du 9 décembre 2013 au 28 février 2014, du lundi au vendredi de 9h à 17h
Site René Descartes – 15 parvis René Descartes, Forum Félix Pécaut

Bandeau_Jaillissement

La calligraphie chinoise a toujours été une forme d’art très complexe associée de manière évidente au statut social, aux normes du genre, à l’identité morale, à la discipline individuelle et au contrôle culturel.

La calligraphie a également été utilisée comme un outil de propagande politique. Mais cette installation particulière de composants fondamentaux de la calligraphie porte sur les gens ordinaires et leurs voix.

Il met en lumière des expressions populaires véhiculées par le biais de traits fondamentaux, de marques et des noms chinois communs parmi les Chinois ordinaires.

En termes d’esthétique, les rouleaux eux-mêmes sont fondés sur des formes d’art traditionnel chinois. Mais dans cette installation, le défilement se déploie d’une manière culturellement subversive qui relie les expressions des gens à l’écoulement de l’eau, de l’énergie naturelle et de la grâce.

Li Huai, artiste, est actuellement visiting scholar à l’IAO. Séjour récent à Edinburgh comme resident artist.

Jaillissement à l'ENS de Lyon © 2013
Jaillissement à l’ENS de Lyon © 2013 Paul Pickowicz

En savoir plus sur l’artiste :  Li Huai a obtenu son diplôme en beaux-arts à l’Académie du Film de Pékin et sa maîtrise en art à l’Institut des Arts de Californie. Elle est membre du corps professoral du Département des arts visuels de l’Université de Californie, San Diego. Les spécialités Li Huai comprennent la peinture, le dessin, le multimédia, les installations et la calligraphie chinoise. En termes thématiques, ses travaux portent sur diverses questions liées à l’interaction culturelle Est-Ouest dans un âge de plus en plus transnational, y compris les questions concernant la diaspora asiatique.

Ses grands salons à titre individuel comprennent Los Angeles Contemporary Exhibitions, San Diego Museum of Art, Boehm Galerie, The Arts House (Singapour), The Substation Gallery (Singapour), Carroll Gallery (Tulane University), Hong Kong City University Gallery, Edinburgh University Matthew Architecture Gallery et Galleria Ninapi (Ravenne, Italie).

Son travail a été présenté lors d’expositions de groupe dans différents lieux au plan national et international, y compris le Musée de La Jolla d’art contemporain (San Diego), Galerie Morlan (Université de Transylvanie), le Centro Cultural de Tijuana (Mexique), le Centre Internationale d’Art Contemporain (Montréal), la troisième Biennale de Chengdu (Musée d’Art Contemporain, Chengdu, Chine) et dans divers espaces d’art contemporain en Afrique du Sud, au Japon et en Italie.

Li Huai est également conservateur d’art pour le Women’s Museum of California.