Archives par mot-clé : anticolonialisme

Johann Grémont : Pirates et contrebandiers le long de la frontière sino-vietnamienne: une frontière à l’épreuve (1895-1940) ? [Thèse, Paris 7]

[ndlr] Soutenance de la thèse de doctorat d’histoire de Johann Grémont. Source : VSG.

« Pirates et contrebandiers le long de la frontière sino-vietnamienne: une frontière à l’épreuve (1895-1940)? »

[Bandits and Smugglers Along the China-Vietnam Borderlands: A Frontier at its Limits?].

The result of extensive research in French archives including collections at Vincennes, Aix-en-Provence, and Paris, Grémont’s thèse presents a wealth of information about the development and daily practices of French military borderlands patrols, including their perceptions of Chinese imperial officials, Vietnamese civil authorities, and local borderlands populations. Grémont provides crucial context to issues in the borderlands that concern scholars outside historical studies, such as human trafficking, licit and illicit drug trades, and the role of smuggling as an index of the law. His vivid explanations of archival sources blends well with his thorough use of quantitative historical data culled from police reports, military records, and « notes » filed for the territoires militaires and provinces of far northern Vietnam from the late nineteenth to the mid-twentieth centuries.

Although Grémont focuses on the French authorities in Tonkin, anyone interested in the cross-border networks of Chinese and Vietnamese anti-colonial nationalism will want to carefully read this work, which seems poised to make an excellent contribution to our collective understanding of early twentieth century nationalisms and the role of « Chinese partisans » in late colonial Vietnam. Grémont connects his work to recent scholarship in French and English, including work by Micheline Lessard, James Anderson, Nguyễn Thị Hải, and Philippe Le Failler as well as the work of Nguyen The Anh and Peter Zinoman.

Johann’s soutenance (defense) took place last Friday [24-02-2017] at the Université Paris-Diderot. The committee were Emmanuel Poisson (director), Eric Guerassimoff (président), Bradley Camp Davis and Philippe Le Failler (both pré-rapporteurs), and Pierre Journoud (membre du jury).

Kỷ Niệm lần thứ 87 Tổng Khởi Nghĩa của VNQDĐ

[ndlr] Il y a 87 ans, le Parti National du Viêt-Nam (VNQDD) lançait une insurrection générale contre le pouvoir colonial. Rappel de ces événements et de la répression qui en suivit. Articles publiés sur le site de ce Parti, exilé et interdit depuis 1975 en RSVN.

L’insurrection de Yen Bai de février 1930

Ngày 10/02/1930, Việt Nam Quốc Dân Đảng đứng lên làm cuộc Tổng Khởi Nghĩa đánh đuổi thực dân Pháp dành độc lập cho Dân Tộc. Đây là cuộc Tổng Khởi Nghĩa lịch sử đã đưa một đảng chính trị đầu tiên vào cửa chính của lịch sử mở màng cho công cuộc đấu tranh vì độc lập dân tộc, vì tự do dân chủ và vì hạnh phúc toàn dân. Cuộc Tổng Khởi Nghĩa thất bại, nhưng đã lưu lại tấm gương yêu nước sáng ngời cho bao thế hệ đời sau noi gương chiến đấu để bảo vệ và xây dựng tổ quốc. Nhân kỷ niệm ngày Tổng Khởi Nghĩa lần thứ 85 của VNQDĐ, chúng tôi ghi lại diễn tiến cuộc Tổng Khởi Nghĩa làm rung chuyển chế độ thực dân Pháp và mở đầu cuộc cách mạnh dân quyền tự do cho dân tộc Việt Nam.

Lire la suite : VQ2, « Kỷ Niệm lần thứ 87 Tổng Khởi Nghĩa của VNQDĐ« , 09/02/2017.

Voir aussi sur le site Viet Quoc :

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 4

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

denhung_lehoi2016
Procession lors de la fête des Rois Hung en 2016

★ ★ ★

Les États vietnamiens (1945-1976) et aperçu sur le nationalisme Việt (ou Kinh)

Séance 4 : mardi 18 octobre 2016

Cette séance consacrée au Viêt-Nam s’intéressera à l’émergence de l’état-nation vietnamien indépendant depuis la création de l’Empire du Viêt-Nam (Đế quốc Việt Nam) à la suite du coup de force japonais du 9 mars 1945 jusqu’à la réunification de juillet 1976 sous l’appellation de République socialiste du Viêt-Nam (Cộng hòa Xã hội chủ nghĩa Việt Nam), république se définissant comme un « état multinational ». En nous appuyant sur les textes proposés, nous verrons ce que recouvre le concept de « nation vietnamienne », son ancrage dans la longue durée et sa supposée « unicité ».

Dans un second temps, nous illustrerons l’évolution du discours nationaliste vietnamien à travers ses différentes expressions (extraits de textes lus) : nationalisme culturel et monarchiste de Phạm Quỳnh, nationalisme libéral de Trần Văn Tùng et de Nguyễn Ngọc Huy, nationalisme révolutionnaire de Nguyễn Thái Học (VNQDĐ) et de Nguyễn Tường Tam (Đại Viêt Dân Chính), nationalisme « dai-vietnamien » de Lý Dông A (Đại Viêt Duy Dân) ou de Trương Tử Anh (Đại Viêt QDĐ), personnalisme des frères Ngô, national-communisme confucéen de Nguyễn Khắc Viên…

Personnalités évoquées :

Première rangée de gauche à droite : Phạm Quỳnh (1892-1945) intellectuel monarchiste assassiné en 1945, ministre de l’empereur Bảo Đại / Nguyễn Thái Học (1902-1930), nationaliste révolutionnaire, leader du VNQDĐ (Parti National), guillotiné par le régime colonial le 17 juin 1930 / Trương Tử Anh (1914-1946?), nationaliste révolutionnaire, leader du ĐVQDĐ (en abrégé Đại Viêt, Grand Viêt-Nam), disparaît à la suite de son arrestation par le Viêt-Minh en décembre 1946.

Seconde rangée de gauche à droite : Nguyễn Tường Tam (1906-1963), écrivain fondateur du Groupe littéraire autonome et un des chefs du VNQDĐ, ancien ministre des Affaires étrangères du Gouvernement Hồ Chí Minh de 1946, se suicide le 7 juillet 1963 / Trần Văn Tùng (1915-?), écrivain nationaliste fervent baodaïste, membre du Parti démocrate / Ngô Đình Diêm (1901-1963), président de la République du Viêt-Nam (Sud) de 1955 à 1963, assassiné le 2 novembre 1963.

Troisième rangée de gauche à droite : Nguyễn Ngọc Huy (1924-1990) nationaliste, fondateur du parti Néo Đại Viêt en 1964 et refondateur de la « doctrine de l’existence du peuple » / Nguyễn Khắc Viên (1913-1997), médecin et intellectuel marxiste / Trần Huỳnh Duy Thức (né en 1966), militant pro-démocrate actuellement emprisonné pour dissidence politique.

 

Sources mobilisées :

  • Nguyen Ngoc Thanh Annie, Les représentations de l’identité nationale d’après l’étude de contes vietnamiens de 1920 à 1945, Mémoire de DEA, Université Lumière Lyon 2, 2005, pp. 54-62 (§ « Imaginaire des contes et imaginaire national »).
  • Uno, Koichiro, Essai sur les mythes politiques vietnamiens, Mémoire de l’EHESS sous la direction de Georges Condominas, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1989, pp. 68-87 (Ch. 3 : « Culte national totalisant »). IAO Fonds Boudarel.

 

Pour aller plus loin :

Goscha, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane / Penguin Books, 2016. Présentation éditeur.

Guillemot, François, « Penser le nationalisme révolutionnaire au Việt Nam : Identités politiques et itinéraires singuliers à la recherche d’une hypothétique ‘Troisième voie’ », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2012. URL : http://moussons.revues.org/1043.

Taylor, Keith W., A History of the Vietnamese, Cambridge, Cambridge University Press, 2013. Présentation éditeur.

VNQDĐ 2016 : Unification et nouvelle espérance du nationalisme vietnamien

LogoVNQDD_2016Au mois de janvier 2016 s’est déroulé le XIIe Congrès national du Parti communiste vietnamien (PCV). Au début du mois d’avril, le Parti national du Viêt-Nam (VNQDĐ), son concurrent historique dans la lutte pour l’indépendance, s’est également réuni lors d’un congrès national important à Little Saigon aux États-Unis. Cet événement  que seuls les médias vietnamiens de l’étranger ont relayé (Người Việt, Viễn Đông, Việt Báo, FreeVN.net…) n’a rien d’anodin. Au prix d’un combat opiniâtre très coûteux sur le plan humain, le Parti a survécu et s’est même reconstitué à l’étranger. Il entend se repositionner comme l’une des principales forces d’opposition au régime de parti unique vietnamien.

Fondé le 25 décembre 1927 à Hanoi, le Parti national du Viêt-Nam, parti indépendantiste de type nationaliste-révolutionnaire1, a vu bon nombre de ses militants emprisonnés ou tués par la Sûreté coloniale après l’échec de l’insurrection générale de février 1930. Treize de ses partisans dont Nguyễn Thái Học, le chef du parti, furent guillotinés le 17 juin 1930 à Yên Bái, haut lieu de l’insurrection nationaliste. Des centaines de militants furent envoyés dans les bagnes indochinois et jusqu’en Guyane. Soumis à une terrible répression sanglante, le parti dut sa survie à une poignée de militants exilés en Chine du Sud notamment au Yunnan. Il refit surface au Viêt-Nam (encore colonisé) à la fin des années 30 et redevint très actif sur la scène politique vietnamienne pendant les années 1945-1946 avec sa participation au nouveau pouvoir de la jeune république2 aux côtés du Việt Minh. Selon l’historien Phạm Cao Dương, contrairement au Parti communiste indochinois (PCI), organe dirigeant du Việt Minh, le VNQDĐ n’a pas tenté de s’imposer comme parti unique de la jeune république et de prescrire une seule idéologie (en outre le marxisme-léninisme dont se réclame toujours le PCV) à l’ensemble de la nation.

BanThoNguyenThaiHoc_2015
Autel de Nguyen Thai Hoc lors d’une commémoration des guillotinés de Yen Bay en Californie © DR

En avril 1945, le VNQDĐ s’allia à deux autres partis nationalistes (le Đại Việt Quốc Dân Đảng de Trương Tử Anh et le Đại Việt Dân Chính de Nguyễn Tường Tam) dans un Front des Partis nationalistes (Mặt trận Quốc Dân Đảng3. Pendant une période décisive mais courte, il participa au gouvernement d’union et de résistance dirigé par Hồ Chí Minh (mars-novembre 1946). Tout en collaborant au premier gouvernement pluraliste de la RDVN4, le parti conserva sa forte détestation des Français de retour à Hanoi en mars 1946 après les Accords Sainteny/Hồ Chí Minh. Refusant ces accords avec l’ancien colonisateur, une partie du VNQDĐ fit dissidence pour s’opposer au retour de la France dans le nord du pays5. A partir de juillet 1946, lorsque les troupes d’occupation chinoises quittèrent le nord Viêt-Nam, les forces de Sécurité du Việt Minh lancèrent, sur ordre de Võ Nguyên Giáp, chargé des affaires militaires du gouvernement et de Trường Chinh, secrétaire général du PCI (devenu clandestin en novembre 1945), une vaste opération policière contre l’opposition nationaliste dernier frein à l’instauration de la dictature. Incriminée dans l’affaire dite « Ôn Như Hầu », une sordide affaire de cadavres déterrés dont les assassinats furent attribués au parti nationaliste, la décision du Viêt-Minh/PCI d’en finir avec l’opposition fut généralisée. Lors de son discours au Congrès d’unification d’avril 2016, le professeur Phạm Cao Duơng rappela que son père « s’était sacrifié » (đã hy sinh) en 1946, date du départ de la guerre civile entre Vietnamiens6. A la fois anticolonialiste et anticommuniste, le front QDĐ défendit ses zones de guerre dans le Tonkin et en Annam à la fois contre l’armée régulière de la RDVN (Vệ Quốc Đoàn, ébauche de la future armée populaire) et les forces militaires françaises jusqu’à la fin de l’année 1946.

Photo rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013
Photo rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013

Subissant de plein fouet la répression de la Sûreté du Viêt-Minh (emprisonnement et liquidations physiques), les militants de ce front QDĐ reprirent le chemin de l’exil jusqu’à l’avènement du régime de Bảo Đại en 1949, l’ex-empereur prenant la tête de l’État du Viêt-Nam (Quốc gia Việt Nam, in État anticommuniste concurrent de la RDVN). Une partie de la formation politique décida de rester dans l’ombre n’ayant qu’une confiance relative en l’ex-empereur et sa capacité à établir une république parlementaire à la fois démocratique et sociale. Ils ne furent pas démentis par l’histoire.

Fondamentalement indépendantiste et révolutionnaire, le parti prit peu à peu ses distances avec le gouvernement de Bảo Đại. Entre 1953 et 1956, d’abord dans les zones contrôlées par le Viêt-Minh puis pendant la réforme agraire radicale orchestrée par le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam7, de nombreux membres du VNQDĐ furent de nouveau persécutés ainsi que leurs familles. Le VNQDĐ poursuivit sa lutte au Sud de 1954 à 1975 mais comme bon nombre de formations nationalistes, il effectua une traversée du désert sous le régime autocratique de Ngô Đình Diệm. Bon nombre de ses militants furent encore pourchassés ou emprisonnés. Pendant la guerre et ce jusqu’en 1975, la lutte se poursuivit dans le Quảng Ngãi et le Quảng Nam, deux fiefs électoraux du VNQDĐ, contre le FNL Sud Viêt-Nam et les forces communistes nordistes infiltrées.

Sous l’ère républicaine, à partir de 1964, le VNQDĐ entra dans un processus d’atomisation de ses forces. Il ne comptait pas moins de dix branches différentes sous la Seconde République de Nguyễn Văn Thiệu8. Après la chute de Saigon, le VNQDĐ fut interdit comme toutes les autres formations politiques non communistes jugées « réactionnaires ». Il ne dut encore une fois sa survie que grâce à la détermination de quelques militants présents en Europe et aux États-Unis. Des cellules se reconstituèrent mais les anciennes querelles entre chefs ne permettaient pas d’envisager une fusion des différentes factions.

ID_33798_politics_1967.jpg
Affiche électorale de la liste Nguyen Hoa Hiep – Nguyen The Truyen pour les élections générales de 1967 au Sud Viêt-Nam © Corbis

Ces dix dernières années, après la disparition d’un certain nombre de chefs de faction, des membres décidèrent d’enterrer les vieilles querelles pour reprendre le chemin du combat national.  Le site web Viet Quoc fut mis sur pied. En 2006, la célèbre monographie de Hoàng Văn Dào (l’édition révisée de 1970) fut rééditée aux États-Unis et en 2008 elle fut traduite en anglais pour la première fois9. Au Viêt-Nam même, en 2014, la biographie de Nguyễn Thái Học rédigée par l’intellectuel Nhượng Tống, un des fondateurs du parti assassiné en 1949 par le Việt Minh, a été réédité à Hanoi10. Une nouvelle histoire du VNQDĐ fut publiée par le chercheur Nguyễn Văn Khánh11. Bien qu’épousant la thèse officielle d’un bon « VNQDĐ authentique » avant 1930 et d’un « VNQDĐ réactionnaire » à partir de 1945, pour la première fois, la recherche vietnamienne reconsidérait la place de ce parti dans l’histoire nationale. Récemment, la mémoire des anciens membres du VNQDĐ relégués dans les bagnes de Guyane a été révélée et exposée dans une émission grand public diffusée sur VTV4, la chaîne dédiée aux Vietnamiens de l’étranger. Tous ces signes démontrent le regain d’intérêt pour l’histoire de ce parti dans le processus complexe de la lutte pour l’indépendance du pays.

HoangVanDao_VNQDD_2008
Cliquer sur l’image pour l’aperçu Google Books.

Lors de son discours du 3 avril, le professeur Phạm Cao Dương souligna l’importance de l’unification du parti qui fut divisé pendant plusieurs décennies, sans doute pendant plus d’un demi-siècle, malgré la qualité des dirigeants de chaque branche12. Cette unification revêt, selon lui, une signification importante à la fois pour la communauté vietnamienne à l’étranger mais aussi pour les compatriotes à l’intérieur du pays. De même, le docteur Mã Xái souligna le caractère historique de cette unification et sa portée non moins importante pour les partis politiques exilés, rappelons-le, encore interdits au Viêt-Nam depuis la réunification (juillet 1976). Lapsus révélateur, le docteur Mã Xái félicita la « réunification du Đại Việt » avant de se reprendre, sans doute ceci laissait poindre une espérance secrète13. Enfin, Lê Nguyên Minh, ancien vice-président du Tân Đại Việt fit remarquer que le Việt Quốc s’était finalement réunifié avant le Đai Việt, ce dernier étant divisé depuis 1964-1965 en trois partis différents14.

CoVNQDD_2013
Drapeau du VNQDD lors d’une manifestation à Washington contre la venue de l’ancien Président de la RSVN en 2013. Le DVQDD possède également ce même drapeau conçu en 1945 lors de l’alliance entre les deux formations politiques © DR

En 2013, le drapeau du VNQDĐ apparut dans plusieurs manifestations antichinoises organisées à l’étranger. C’est sans doute le contexte géopolitique et social notamment la question chinoise qui a réveillé l’un des plus anciens partis révolutionnaires du Viêt-Nam. L’existence du Viêt-Nam est menacée, selon ce parti, par deux faits : par la dictature du Parti communiste vietnamien ainsi que par l’expansionnisme chinois. L’appel est radical : « Si le peuple vietnamien ne met pas fin au régime communiste, le régime communiste mettra fin à l’indépendance du peuple vietnamien »15. On retrouve ici la vieille problématique de la survivance de la nation face à la Chine. Les organisations sont conscientes que seule l’union des nationalistes vietnamiens est la clé de la réussite du combat contre le totalitarisme communiste, seule issue pour sortir de la domination chinoise.

“Cương quyết đấu tranh bảo vệ tổ quốc. Đây là cuộc đấu tranh chính nghĩa, và đấu tranh chính nghĩa nhất định sẽ có thắng lợi cuối cùng…Tình trạng hiện nay đã báo động rằng Nếu dân tộc Việt Nam không đứng lên chấm dứt chế độ cộng sản Việt Nam thì Cộng sản Việt Nam sẽ chấm dứt dân tộc Việt Nam để dâng hiến cho Tàu. Cánh cửa công lý không bao giờ hé mở dưới chế độ cộng sản Việt Nam. Mất nước là mất tất cả!” (Lê Thành Nhân)

Devise_VNQDDDu 1er au 3 avril 2016, un grand congrès national, nous devrions dire transnational, se déroula en Californie. Ces trois jours de congrès rassemblèrent des militants des États-Unis, du Canada, d’Europe,   d’Australie et d’autres pays. La tâche significative de ce congrès consista à (ré-)unifier le parti sous une seule appellation générale « Việt Nam Quốc Dân Đảng » et un seul slogan : Dân tộc độc lập (Indépendance nationale), dân quyền tự do (Liberté civiles), dân sinh hạnh phúc (Bien-être du peuple). Une devise que la RDVN emprunta au VNQDĐ en 1945 et, elle-même, inspirée de la théorie des trois peuples de Sun Yat-sen traduite en vietnamien par Nhượng Tống et publié dans les années 1925-1927 par les éditions Nam Đồng Thư Xã16.

Ce retour aux origines est justifié par le nouveau Conseil de direction comme nécessaire pour faire face au PCV et constituer une alternative viable au communisme vietnamien. Le parti s’organise en effet pour la période postcommuniste. Le nouveau bureau directeur fut présenté publiquement le 3 avril 2016 lors d’une réunion rassemblant, essentiellement masculine, les principales organisations politiques vietnamiennes exilées présentes aux États-Unis : le Đại Việt Quốc Dân Đảng (représenté par son dirigeant Trần Trọng Đạt), le Tân Đại Việt (Mã Xái), le Việt Tân (Nguyễn Quốc Quân), l’Alliance pour la démocratie (Liên Minh Dân Chủ)… et des responsables d’associations de la communauté vietnamo-américaine. En particulier, dans un discours énergique, le président du ĐVQDĐ a réaffirmé sa solidarité dans la lutte et sa proximité politique avec le VNQDĐ tout en rendant hommage à Nguyễn Thái Học son fondateur. Enfin, on nota le soutien de la sénatrice Janet Nguyen, fidèle alliée de la lutte pour la démocratie au Viêt-Nam.

225678-Ra-Mat-QDD-1-60
De gauche à droite : MM. Lê Thành Nhân, Trần Tử Thanh, Lê Quốc Việt, Nguyễn Khắc Ninh, Phan Thanh Châu, Lê Trung Khương, Trần Việt Đạo © DR

Le Nouveau Conseil directeur du VNQDĐ (Tân Hội Đồng Lãnh Đạo Việt Nam Quốc Dân Đảng) est désormais composé de dix membres (photo ci-dessus) dont trois présidents : Lê Thành Nhân (président du Conseil des délégués), Trần Tử Thanh (président du Conseil exécutif), Lê Quốc Việt (président du Conseil de contrôle), Nguyễn Khắc Ninh, Phan Thanh Châu, Lê Trung Khương, Trần Minh Vũ, Trần Việt Đạo, Vũ Sơn17.

Cet effort d’unification des forces soulève néanmoins quelques interrogations. De combien le parti dispose-t-il de cadres et notamment de jeunes cadres ? Quid de la formation politique des jeunes générations et du rôle assigné aux femmes ? Quels sont ses relais et ses soutiens à l’intérieur du pays ? Pourra-t-il dépasser l’entre-soi familial ou le clanisme souvent observé dans les formations politiques (ce qui n’est pas spécifique au VNQDĐ) ? Ces questions se posent au regard de la visibilité de ce parti à l’intérieur du pays. Son activisme semble au point mort (par rapport à d’autres organisations) et une division interne liée aux événements de 1945-1946, savamment entretenue par le régime (qui n’hésita pas à créer un « Nouveau VNQDĐ » soumis au Viêt-Minh à la fin de l’année 1946), n’a pas disparu.

Le parti refuse par principe la coopération mais dans le cas d’une hypothétique transition politique où le multipartisme serait rétabli cette assertion pourrait être reconsidérée. Échaudé par sa propre expérience historique, le VNQDĐ, comme la plupart des organisations politiques exilées et interdites en République Socialiste du Viêt-Nam, ne croit pas à un partage du pouvoir avec le PCV. Deux solutions se présentent alors : le renversement du régime par la révolution violente ou l’évolution pacifique, cette dernière option étant privilégiée18.

★ ★ ★

Le VNQDĐ, en tant que « parti anticolonialiste traditionnel » reste dans l’imaginaire populaire celui qui a échoué mais a fait preuve de courage sous le colonialisme. Il conserve une aura non négligeable parmi les intellectuels du pays et l’annonce de cette unification des forces, attendue depuis longtemps, redonnera sans aucun doute à ses nombreux sympathisants du baume au cœur. C’est un petit pas de plus dans la longue marche de la lutte de ce parti contre la dictature communiste vietnamienne. Le nouveau dirigeant Lê Thành Nhân sait que la tâche est immense : formation des cadres, réorganisation générale des cellules sur le plan mondial, communication interne et externe pour une organisation devenue transnationale. La résurrection véritable du VNQDĐ se fera au prix de ces multiples efforts.

Installé au pouvoir depuis des décennies, le PCV ne devrait guère s’inquiéter de l’unification des forces en Californie de son concurrent historique qui revient de loin. Mais si, à l’avenir, des cellules de militants du VNQDĐ devaient reprendre pied à l’intérieur du pays sur ce programme politique de changement de régime, accompagné d’un discours nationaliste radical ancré dans la profondeur historique du parti (de l’anticolonialisme à l’anti-expansionnisme chinois), cela pourrait changer la donne.

François Guillemot, MàJ 18/04/2016.

Vidéos de référence.

Pour en savoir plus :

Nguyen Huy, Việt Nam Quốc Dân Ðảng ra mắt tân ban chấp hành, Nguoi Viet, 05/04/2016.

Thanh Phong, Lễ ra mắt tân Hội Đồng Lãnh Đạo Việt Nam Quốc Dân Đảng, Vien Dong Daily News, 04/04/2016.

VNQDĐ Đại Hội Toàn Đảng, Ra Mắt Tân Hội Đồng Lãnh Đạo, Viet Bao, 22/03/2016.

Phát biểu của Chủ Tịch Đảng Tân Đại Việt nhơn ngày Hợp Nhứt VNQD Đảng và Lễ Ra Mắt Tân Hội Đồng BLĐ VNQD Đảng, Tan Dai Viet, 05/04/2016.

3597 Lễ Ra Mắt Tân Ban Lãnh Đạo Toàn Đảng (Thống Nhất) Việt Nam Quốc Dân Đảng Tại Little Saigon Nam California, Viet Bao, 07/04/2016. (lien vers la vidéo de FreeVN.net en ligne)

Documents politiques sur le site du Viet Quoc :

Notes

  1. Prônant le renversement du pouvoir colonial par la violence armée et l’instauration d’une république sociale et nationale []
  2. République Démocratique du Viêt-Nam instaurée le 2 septembre 1945 par Hồ Chí Minh []
  3. Le ĐVQDĐ fut fondé en 1938 et existe toujours en exil. Le ĐVDC fusionna avec le VNQDĐ en 1945 sous l’impulsion de Nguyễn Tường Tam []
  4. Réunissant des membres issus des cinq formations suivantes : Parti communiste indochinois, Parti démocrate et Parti socialiste au sein de la Ligue Việt Minh ; Ligue révolutionnaire du Việt Nam dite ĐMH ou Việt Cách et Parti national, VNQDĐ ou Việt Quốc, correspondant à l’opposition []
  5. En juillet 1945, les Accords de Potsdam avait décidé que le Viêt-Nam devait être séparé en deux zones séparées au niveau du 16e Parallèle pour désarmer les forces japonaises vaincues. Les troupes chinoises de Tchang Kai-shek furent chargées de cette tâche au nord, les troupes britanniques au Sud []
  6. Cf. FreeVN.net, vidéo 3597 citée en référence, minute 57:25 et suiv. []
  7. Nouveau nom du PCI adopté lors du seconde congrès de février 1951 []
  8. Nguyễn Khắc Ngữ, Đại cương về các đảng phái chính trị Việt Nam, Montréal, Tủ sách nghiên cứu sử địa, 1989, pp. 72-75 []
  9. Hoang Van Dao, Viet Nam Quoc Dan Dang : a contemporary history of a national struggle, 1927-1954, Pittsburgh, PA, RoseDog Books, 2008 (traduction de Huynh Khue) []
  10. Nhượng Tống, Nguyễn Thái Học (1902-1930), Hà Nội, NXB Hội Nhà văn / Nhã Nam, 2014 []
  11. Nguyễn Văn Khánh, Việt Nam quoc dân đảng trong lịch sử cách mạng Việt Nam, Hà Nội, NXB Khoa học xã hội, 2005, réédité en 2012 chez Thế Giới []
  12. Citons pour mémoire quelques grandes personnalités du VNQDĐ : Nguyễn Hòa Hiệp, Nguyễn Tường Tam, Trần Văn Tuyên, Vũ Hồng Khanh… []
  13. Notons que le dirigeant du ĐVQDĐ fit le même lapsus à la fin de son discours, vidéo 3597, 1h27:48 []
  14. Cf. vidéo 3597, op. cit., 1h43. Une réunification du Đại Việt fut tentée en 1988 sous l’égide de Nguyễn Ngọc Huy mais elle ne dura que quelques années []
  15. Voir le discours de Lê Thành Nhân, vidéo 3597, minute 35:40 et suiv. []
  16. Réunissant un groupe d’intellectuels, cette maison d’édition figure de précurseur du VNQDĐ []
  17. Annoncés dans la vidéo 3597, op. cit., minute 26:08 et suiv. []
  18. Comme le rappelait Lê Thành Nhân dans le reportage  de SBTN (seconde vidéo ci-dessus). Voir aussi Lê Minh Nguyên en 2012 dans un autre entretien : minute 3:44 et suiv. []

Lam Lê : Công Binh, la longue nuit indochinoise – CR d’Alice Voisin

Réf. étudiée : Công Binh, la longue nuit indochinoise, film de Lam Le, Paris, Blaq Out, 2013. Version originale en français et vietnamien. Sous-titres en français et en français pour malentendants. Copyright : ADR Productions, 2011, durée du film : 1 h 56 min.

LamLe_CongBinh2Công Binh, la longue nuit indochinoise est un film documentaire réalisé par Lam Lê, sorti en 2013. Il a pour point de départ, la campagne de recrutement de la Main-d’oeuvre étrangère lancée, en 1939, par Georges Mandel, ministre des Colonies, pour faire fonctionner les industries d’armement. Elle a eu pour conséquence l’arrivée des Indochinois, réquisitionnés pour travailler de force en France, durant la Seconde Guerre mondiale. Ces soldats-ouvriers remplaçaient les ouvriers français mobilisés. Ils étaient appelés công binh en France ou lính thợ au Vietnam. L’ambition du réalisateur est de faire la lumière sur cette partie méconnue de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Vietnamien exilé en France au moment de l’indépendance, il est aussi l’auteur de films de fictions comme Poussière d’Empire qui évoque l’Indochine française du point de vue du colonisé. Le choix d’un tel sujet s’inscrit ainsi en continuité avec le reste de sa filmographie.

Le travail mené s’appuie sur des entretiens avec une vingtaine de survivants, tous âgés de plus de 90 ans et dont cinq sont décédés. Le film peut être mis en corrélation avec les recherches du journaliste Pierre Daum qui ont donné lieu à la publication d’un livre intitulé Immigrés de force, Les travailleurs indochinois en France (Actes Sud, 2009). Ils s’appuient tous les deux sur les mêmes témoignages qui sont pour une part en français et pour une autre part en vietnamien. Des photos, des articles de journaux, des films viennent compléter la dimension historique de ce film. Pour autant, le documentaire a une forte dimension fictionnelle et ne se revendique pas comme un travail
d’historien. C’est avant tout un film militant qui vise à réhabiliter une mémoire. On peut alors s’interroger sur l’apport de ce documentaire au travail mémoriel par le biais des sources orales mais aussi sur sa valeur historique.

Un récit chronologique mené par la voix des témoins

La trame narrative du documentaire est menée de façon chronologique. L’histoire de ces travailleurs forcés commence avec le recrutement et le départ de l’Indochine. Ces hommes sont arrachés à leur pays et à leur famille alors qu’ils sont parfois mariés et pères de famille. Ils venaient d’horizons divers ; c’étaient des paysans mais aussi des fils de mandarins donc des intellectuels ou des médecins. Parmi eux, rares étaient les volontaires qui voyaient dans la métropole le « pays des fées ». Ce fut donc une migration contrainte qui s’est faite avec la croyance que partir signifiait mourir. De nombreux cas de mutilations pour échapper au départ ont été recensés. Puis, le voyage en mer est raconté, durant lequel les hommes sont parqués dans les soutes des bateaux. Les témoins insistent sur l’idée qu’ils étaient moins bien traités que des animaux, les vaches étant quant à elles sur le pont.

CongBinh_PhotosRecrutement

L’arrivée en France, à Marseille, marque le troisième temps du documentaire. Les Indochinois furent hébergés à la prison des Baumettes récemment construite, où ils ne disposaient ni de toilettes, ni de médecins, vivant dans une absence totale d’hygiène, d’intimité, de confort. L’un des témoignage est, en cela, explicite : « Pas de médecin. Rien du tout. Rien. Rien. Rien ». Ces hommes avaient le sentiment d’être prisonniers. Durant la période de la « drôle de guerre », ils avaient le statut d’ouvriers non spécialisés et ont été dispersés selon les besoins de l’industrie, majoritairement dans le sud-ouest et le sud-est de la France. Ils étaient alors encadrés par des
officiers et des fonctionnaires coloniaux, logés dans des camps disciplinaires et affectés aux travaux les plus pénibles, dans les poudreries, connaissant des conditions « d’esclaves ». Ce terme revient à plusieurs reprises dans la bouche des témoins.

Le film poursuit avec la vie d’errance qu’ont connu ces hommes après la défaite. 4000 d’entre eux ont été rapatriés après l’armistice mais le blocus anglais empêchant les liaisons maritimes, la grande majorité a dû rester dans la France occupée. Les témoignages offrent une vision originale de la défaite et de l’exode vus par ces travailleurs étrangers. Les occupants allemands sont comparés aux occupants japonais en Indochine. La défaite montre également, aux yeux de ces hommes, les
faiblesses d’un pays qui paraissait invincible, d’où l’expression de « tigre de papier » employé par un des témoins. Loués par la Main-d’œuvre indigène (MOI) à des sociétés publiques ou privées, ils ne touchaient aucun véritable salaire. L’un d’entre eux explique ainsi : « on nous vendait aux patrons français », soulignant le mépris de ceux qui les encadraient. Les difficultés propres à la guerre, comme le rationnement, semblent avoir été accrues pour ces travailleurs. A cela s’ajoutaient le mal du pays et les mauvais traitements. D’après Liêm-Khê Luguern, dans son article « Ni civil ni militaire : le travailleur indochinois inconnu de la Seconde Guerre mondiale », les cas de suicides n’étaient pas rares. La Libération fut suivie de périodes de chômage pour ces hommes, ce qui fut l’occasion de donner des cours aux camarades analphabètes qui formaient plus de 90% des travailleurs, témoignant d’une certaine solidarité entre ces hommes.

CongBinh_Carnet

Le retour en Indochine s’est fait progressivement jusqu’en 1952. Souvent, ils apprenaient en arrivant en Indochine que des membres de leur famille étaient morts, torturés ou assassinés. Nombreux sont ceux à avoir exprimé la volonté d’aller rejoindre la résistance anticoloniale, faisant profiter de leur expérience acquise auprès des résistants français. Malgré tout, certains ont pu être considérés comme des ennemis et emprisonnés ou torturés. Il peut être intéressant de noter que les témoignages taisent la réalité d’engagements pro-français, de militants en faveur de Bao Dai. L’utilisation de ces témoignages a nécessairement pour résultat une histoire subjective. Le film raconte l’expérience de ces hommes, telle qu’ils l’ont vécue et/ou telle qu’ils la revivent aujourd’hui. Assumant ce fait, le réalisateur tisse un réseau de plusieurs lectures autour de ces voix.

La multiplicité des niveaux de lecture

Dans son montage, le réalisateur fait donc le choix de multiplier les niveaux de lecture. La trame narrative est uniquement portée par la voix de ces travailleurs sans voix off ou des entretiens avec des spécialistes de cette période. Le message est porté par eux, accompagné par les images et les choix de montage. Les paroles des témoins et les documents d’archives qui sont le matériau de l’historien sont entrecoupés par une mise en scène des marionnettes sur l’eau de Hanoï. Ce spectacle crée une sorte de fable qui vient compléter les témoignages. Les marionnettes miment ce qui se passe au Vietnam en parallèle, insistant sur le lien avec la terre natale, apportant une réflexion supplémentaire par moments : « aider la mère patrie ? Mais quelle mère patrie ?». Que signifie la France pour les Indochinois ? Cette question fait écho aux paroles des acteurs qui insistent sur l’idée qu’ils ne comprenaient rien, que ce soit à la notion d’empire colonial, à celle de mère patrie, ou même à la guerre qui est déclenchée en 1939. Ces textes joués sont accompagnés de musique et de chansons ajoutant à la dramaturgie du film.

Fanon_DamnésDeLaTerre

A cette mise en scène vient s’ajouter la lecture par la petite fille d’un Công binh, des grands textes de la décolonisation. Aimé Césaire, Discours sur le colonialisme (1950) et Frantz Fanon, Les damnés de la terre (1961) sont ainsi des références récurrentes. Le discours est alors plus politique et marque un engagement certain de la part du réalisateur, du fait de sa dimension accusatrice envers la France et les pays colonisateurs en général. Il dénonce la hiérarchisation de l’ordre colonial qui fait du colonisé un subalterne. Les conditions de travail et de vie inhumaines de ces hommes sont dénoncées. Le parallèle, suivant ainsi Césaire, est aussi constant entre le capitalisme qui opprime le prolétariat et la « situation coloniale »1 par laquelle les indigènes sont opprimés par les colonisateurs. Ces hommes étaient donc victimes d’un double stigmate, étant à la fois ouvriers et colonisés. La construction du film insiste sur l’exploitation du pays colonisateur par le pays colonisé, un enjeu majeur de la colonisation. La carte de l’Indochine est, par exemple, montrée avec les différentes régions où sont indiquées les ressources exploitées (riz, étain, caoutchouc…). L’exploitation des hommes apparaît ainsi comme une suite logique des objectifs de la colonisation. Dans son œuvre, F. Fanon présente le colon comme un aventurier, un pirate, un chercheur d’or, un marchand.

Cette exploitation ne fut pas limitée à la colonie indochinoise durant la guerre. Une hiérarchie entre les colonisés fut mise en place de façon pragmatique par l’administration française. La répartition des travaux se faisait entre les différents immigrés des colonies selon la constitution présupposée. Ainsi, les travailleurs nord-africains étaient chargés des travaux les plus difficiles car jugés « plus costauds ». Dans la réalité, les conditions de travail restaient très difficiles pour tous comme le montre le travail du sel, décrit par les différents témoignages.

En cela, les récits des témoins se répondent voire se répètent tout au long du film. Les paroles des uns venant étayer celle des autres, en confirmer la véracité. Plusieurs informations sont ainsi récurrentes : le ventre vide, la faim, l’absence de nourriture et le manque d’hygiène. Ces hommes étaient obligés de voler de la nourriture pour survivre ou encore de manger des pissenlits. Ils soulignent que c’était là la nourriture des vaches et à nouveau un parallèle est fait avec ces animaux. Ces propos peuvent toutefois être nuancés par le fait que les métropolitains eux-mêmes étaient souvent contraints de se nourrir de pissenlits, par exemple, à cause du rationnement.

La construction du film met en relief l’antagonisme entre le traitement subi par les Indochinois et l’image d’un pays civilisé, de Lumières que symbolisait la France : les villes d’aujourd’hui sont filmées, illuminées, symbolisant aussi le premier contact de ces hommes avec la France et l’espoir de trouver une vie meilleure. Un aller retour constant est fait entre passé et présent dans le choix des images, entre les lieux conservés par les documents d’archives et ce à quoi ils ressemblent à l’heure actuelle. La caméra revient sur les lieux évoqués par ces hommes qui ne portent pratiquement plus la trace de leur passage.

Le travail de mémoire : le format cinématographique comme réceptacle et transmetteur

Une des difficultés du travail de mémoire pour ces hommes réside dans l’ambiguïté de leur statut. Dans le contexte de guerre, ils étaient considérés comme des militaires mais ils restaient à l’arrière, parfois associés aux femmes ouvrières. Par la suite, en tant que travailleurs civils pour les Français et indirectement les Allemands durant l’Occupation, ils ont été considérés comme des traîtres au Vietnam, d’où la difficulté du retour et le rapport particulier de ces « immigrés malgré eux » avec leur pays d’origine. Ils étaient des Indochinois « invisibles » dont l’existence et les souffrances ne sont reconnues que depuis quelques années.

Le film revient sur des épisodes majeurs peu connus ou oubliés. 120 Indochinois, dont des fils de paysans, furent, par exemple, les pionniers de la culture du riz en Camargue. Ils étaient les seuls à accepter ce travail d’où la nuance apportée par un des témoins : « ils se servaient de nous pour une expérience ».

VietNamCachMangThanhCong
Le sous-titre dit : « Viêt Nam la révolution a triomphé » © DR

La partie du documentaire qui aborde les luttes politiques a aussi un enjeu de réhabilitation. Les travailleurs indochinois ont souvent été considérés dans leur pays comme étant à la solde des colons français alors qu’ils ont, pour beaucoup, lutté pour l’indépendance. « On était tous pour l’oncle Hô » affirment-ils. Une prise de conscience progressive de la condition des peuples colonisés s’est faite. La domination n’apparaissait plus comme supportable, visible en Indochine et en métropole. Le lien avec l’Indochine était maintenu par la publication d’un journal autorisé pour instruire les Công Binh et fait par des compatriotes pro-français. Le film est marqué par un ambiguïté : la fascination pour Ho Chi Minh est contrebalancée par la volonté de mettre en avant l’agitation trotskiste, menée par des étudiants vietnamiens qui venaient dans les camps, mais qui était réprimée par les autorités françaises. Un des témoins effectue un glissement sémantique de brimer à briser significatif. L’objectif était d’éviter toute rébellion, toute agitation. Des grèves et des manifestations sont malgré tout menées. La libération du Vietnam était le but principal avec comme but secondaire, les intérêts des Vietnamiens en France qui voulaient obtenir les mêmes salaires, les mêmes droits et devoirs que les travailleurs français. Il semble nécessaire de rappeler toutefois que nombreux sont les travailleurs à avoir en partie soutenu le régime pétainiste. Tous n’étaient pas du côté de la Résistance.

BondierLecat_TravailleursIndochinois
Groupe de travailleurs indochinois et cadres français posant autour du portrait du Maréchal Pétain © coll. Bondier Lecat

Malgré leurs réclamations, les Công Binh ne furent pas autorisés à rentrer chez eux car les autorités françaises craignaient qu’ils ne rejoignent les rangs de la révolution au Vietnam. Des dissensions politiques existaient entre les Công binh comme a pu le montrer la « Saint Barthélémy indochinoise » au camp de Mazargues près de Marseille qui a fait plusieurs morts parmi les Indochinois. La politique d’Ho Chi Minh était également critiquée par certains d’entre eux. On lui reprochait d’avoir fait le choix de négocier et d’ignorer la lutte des travailleurs indochinois. Divers avis politiques s’expriment ainsi au cours des entretiens rappelant la subjectivité de ces témoignages.

Certains épisodes restent cependant tus dans ce documentaire, notamment les liens qui ont pu se créer entre ces travailleurs indochinois et la population civile métropolitaine qui ne sont que très peu évoqués. Quelques photos montrant travailleurs et femmes françaises ensemble y sont une allusion implicite. Un des témoins est montré avec sa femme française mais aucun commentaire n’est ajouté et les témoins n’en parlent pas directement. L’absence des femmes se fait d’ailleurs particulièrement remarquée, aucun témoignage de leur part n’étant filmé. Les unions mixtes qui ont pu découler de ces rencontres expliquent pourtant en grande partie le choix de certains de rester en France après 1952, comme le confirme Pierre Daum. Les informations sur ceux qui restent sont d’ailleurs assez pauvres.

Cette période de travail eut des conséquences sur le long terme pour ces hommes dont les vies ont été bouleversées et qui ont souvent ressenti une grande amertume devant l’absence de reconnaissance et d’indemnisation de la France. Leurs requêtes sont restées sans suite ; ils n’ont pas obtenu de retraite. Un comité a été créé pour revendiquer leurs droits, mais si ceux qui sont restés en France ont obtenu, dans une certaine mesure, gain de cause, ce ne fut pas le cas de ceux rentrés au Vietnam. Le sentiment d’abandon fut donc très fort que ce soit de la part de la France ou du gouvernement vietnamien.

Se pose alors la question de la transmission. Pour les descendants, c’est une histoire ancienne et ils n’écoutent pas, le plus souvent, ces récits. Jusqu’à présent, les pères eux-mêmes ne racontaient pas leur histoire, refusant de se plaindre, hésitant à soulever des questions, à partager cette période peu glorieuse avec leur famille. L’un des témoins affirme qu’il cite des faits et qu’il ne se plaint pas : « J’ai encaissé de mon mieux parce que je n’étais pas le seul dans mon cas ». La phrase d’ouverture de P.P. Pasolini place tout de même le film dans cette idée d’héritage, de transmission : « L’histoire est écrite par les fils qui cherchent à comprendre les pères ». Le travail de mémoire se fait petit à petit malgré le silence qui s’est imposé durant de nombreuses années. La famille est d’ailleurs présente lors de certains témoignages et des fils s’expriment dénonçant les malentendus, les injustices dont ces hommes ont été victimes.

TapChiSongHuong_linhtho

Outre le livre de Pierre Daum publié par Actes Sud dans la collection « archives du colonialisme », réponse éditoriale à la polémique sur la loi du 23 février 2005, et l’inscription dans la législation du « rôle positif du colonialisme » finalement supprimée, d’autres travaux ont été menés. La thèse de Liêm-Khê Luguern sur les « travailleurs Indochinois » est le travail le plus conséquent sur le sujet mais on peut souligner l’existence du travail de Benjamin Stora, datant de 1983. De plus, des recherches sont menées par des descendants comme le montrent les scènes de reconstitution aux archives. Le documentaire tait les noms de ces travailleurs qui ne sont pas identifiés même si on voit leur visage et qu’ils sont filmés chez eux entourés d’objets souvent symboliques comme des photos de famille. Les témoignages sont alors décontextualisés, toutes les informations sur ces hommes n’étant pas données contrairement à ce que fait Pierre Daum qui établit une biographie de chacun des témoins. Cela se traduit par une certaine difficulté à retracer le portrait et la trajectoire individuelle de chacun. Seul le générique fait défiler ces visages avec leur nom-matricule et leur âge et/ou leur date de décès.

* * *

Le documentaire nous informe sur cette migration coloniale forcée et par là même sur le rapport entre colonisateurs et colonisés, sur les rapports complexes de ces hommes avec leur pays d’origine par l’ambiguïté de leur statut. Ce film apparaît comme essentiel pour la mise en lumière d’une période de l’histoire que la France a préféré oublier et le réalisateur assume la subjectivité de son travail, faisant davantage appel à l’empathie que ne le ferait, sans doute, un historien. La richesse du matériau archivistique, de ces sources inédites que représentent les témoignages oraux, est indéniable mais on peut regretter l’absence d’analyse en profondeur. Il recueille la parole de ces hommes, ajoutant à l’édifice mémorielle, mais ne la confronte pas avec les archives administratives, par exemple. Il ne propose que le point de vue des colonisés, des victimes pourrait-on dire et non des bourreaux. Cela va certes à l’encontre de ce qu’on peut trouver habituellement dans l’historiographie de la colonisation mais la mise en parallèle aurait pu être intéressante, d’où l’intérêt de travaux comme la thèse de Liêm-Khê Luguern sur les travailleurs indochinois qui exploite différents types de sources. La parole d’un témoin est représentative de l’esprit du film – qui laisse parler ces hommes – et de ce qu’il veut montrer : « Ce que j’ai dit c’est ce que j’ai vécu à ma manière. Je n’ai pas truqué ».

Alice Voisin, ENS de Lyon.

Références bibliographiques :

  • Pierre Daum, Immigrés de force, Les travailleurs indochinois en France (1939-1952), Arles, Ed. Actes Sud, 2009.
  • Dzu Lê Liêu, Les hommes des 3 ky, documentaire de 52 minutes réalisé en 1996 et diffusé sur la chaîne satellitaires Planète.
  • Liêm-Khê Luguern, « Ni civil ni militaire : le travailleur indochinois inconnu de la Seconde Guerre mondiale », Le Mouvement social, n°219-220, juillet-septembre 2007, p. 185-189.
  • Liêm-Khê Luguern, Les « travailleurs indochinois ». Etude socio-historique d’une immigration coloniale, Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Gérard Noiriel, EHESS, 2014.
  • Le Huu Tho, Itinéraire d’un petit mandarin, Paris, Ed. L’Harmattan, 1997.

Image « à la une » : A Villeurbanne, en 1942, une centaine d’ouvriers de la 47e compagnie de travailleurs indochinois ont été cantonnés sur le site de l’usine de soie artificielle Tase, à l’angle de la rue Alfred-de-Musset et de la rue de la Poudrette. Source : Le Rize +

_______________

Actuellement étudiante en master 2 d’histoire contemporaine à l’École Normale Supérieure de Lyon, Alice Voisin mène des recherches sur la question des rapatriés d’Indochine en France entre 1956 et 1981 dans une perspective de genre.

Note

  1. Georges Balandier, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 11, 1951, p. 44-79 []

François Guillemot : De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Résumé de notre communication pour le colloque « La guerre dans les civilisations de l’Orient et de l’Extrême-Orient » organisé par la Société Asiatique, le Collège de France, CRCAO et l’unité Proche-Orient Caucase.

Guillemot_PolémologieRDVN_19mai2015

De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Essai de polémologie vietnamienne

Cette communication défend la thèse que l’on ne peut détacher la « guerre révolutionnaire » de son pendant de guerre civile, ce que Mao Zedong résuma dans l’appellation concise de « guerre civile révolutionnaire » (国内革命战争). Mais ce qui fut clairement édicté par Mao pour le cas de la Chine populaire n’a jamais été clairement mis en avant par la polémologie de la République démocratique du Viêt-Nam (RDVN) dans sa guerre de réunification entre 1945 et 1975. Les termes de « guerre civile » (nội chiến) sont restés pendant des décennies le tabou absolu d’une guerre qualifiée dans l’historiographie actuelle de « guerre de destruction » (chiến tranh phá hoại) ou de « guerre d’agression » (chiến tranh xâm lược) versus « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) puis de « résistance antiaméricaine pour le salut national » (cuộc kháng chiến chống Mĩ cứu nước) et plus généralement pour les deux guerres de « résistance contre le colonialisme français et l’impérialisme américain » (cuộc kháng chiến chống thực dân Pháp và đế quốc Mỹ).

Dans un premier temps, après avoir mesuré l’importance des sources vietnamiennes, nous poserons la question de l’appellation de cette guerre à multiples facettes et notamment de sa dimension de guerre civile. Nous nous intéresserons dans un second temps au concept de « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) développé par le général Võ Nguyên Giáp pour en comprendre les ressorts. Nous verrons comment ce concept évolue lorsque la décision de la reconquête du Sud par les armes est adoptée lors du 15e Plenum du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Đảng Lao Động Việt Nam) en janvier 1959. Nous soulignerons l’aide de la Chine populaire et l’influence du maoïsme sur la lutte révolutionnaire « exemplaire » du Viêt-Nam dans le contexte de la brouille sino-soviétique et de la prédominance des thèses de Lê Duẩn, Premier secrétaire du Parti de 1960 à 1976 puis Secrétaire général du PCV de 1976 à 1986, date de sa mort.

Après avoir interrogé le discours sur la nature de la guerre, il s’agira, dans un troisième temps, de sonder la réalité de la guerre, voir « ce que faire la guerre révolutionnaire veut dire » sur le terrain des opérations. Nous suivrons l’évolution de ce type de guerre lorsque la guerre civile atteint son paroxysme notamment dans le Sud sous la forme d’une « guerre civile révolutionnaire », centrée sur l’ennemi intérieur et ouvrant la voie à l’invasion du Sud par le Nord. Nous verrons comment est analysée la figure de l’ennemi (extérieur/intérieur) qui prend forme au Viêt-Nam dès 1945-46 pour se terminer dans les années 1990 avec la fin du conflit cambodgien, marqué par les dernières luttes contre les réseaux armés anticommunistes des exilés vietnamiens infiltrés en péninsule indochinoise.

Enfin, dans une dernière partie, nous questionnerons différents aspects de la guerre populaire et tenterons d’identifier et de mesurer les étapes de la guerre civile entre 1945 et 1975. En conclusion, notre réflexion se portera sur l’impact de long terme que la vision officielle de la guerre fait encore peser sur le destin politique du pays désormais en paix et sur les consciences d’un Viêt-Nam pluriel et transnational.

Guillemot François, IAO, CNRS, ENS de Lyon

Voir le vocabulaire de la guerre en ligne sur notre carnet de recherche sur les femmes et la guerre au Viêt-Nam.

Programme complet du colloque en ligne sur le site du Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO) et sur le Blog de l’IAO.

Journée sur l’Immigration vietnamienne : notes et réflexions

La journée rencontre sur l’immigration vietnamienne organisée au Rize à Villeurbanne le samedi 11 octobre 2014 proposait quatre conférences très intéressantes sur un sujet complexe à fleur de peau entre mémoire et histoire. Elle fut à l’initiative du Collectif Lyonnais Année France-Vietnam. Ces quatre interventions ont rappelé chronologiquement les grandes phases de rencontre des Vietnamiens avec la France tout au long du XXe siècle tout en exposant la grande diversité des vagues d’immigration. La présentation de cette Journée rencontre et les débats qui suivirent chaque intervention furent animés par Joël Pham, responsable du site dédié aux Travailleurs indochinois.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_1
Les intervenants : Mireille Le Van Ho, Le Huu Khoa, Dominique Foulon, Nguyen Quang Hung Anh © 2014 FG

La première intervention de Mireille Le Van Ho, conservateur des bibliothèques, portait sur l’histoire relativement peu connue (au moins jusqu’à la soutenance de sa thèse en 1986 [1]) des dizaines de milliers de paysans vietnamiens recrutés pour l’effort de guerre pendant la Grande Guerre de 1914-1918. Ils furent mis au service de cette première guerre industrielle en œuvrant dans les services de l’arrière. Sur les 90.000 recrutés, près de 50.000 servirent dans les usines d’armement à la fabrication d’obus, dans les poudreries de Bergerac (55% des effectifs sont des ouvriers vietnamiens) ou de Toulouse (1/5 des effectifs). Elle relata les pénibles conditions de vie et la dangerosité de leur métier (maniement d’explosifs ou de matières toxiques comme l’acide chlorhydrique ou de l’ether…). Cette exposition au danger eut des conséquences directes sur la mortalité de ces ouvriers (8% pour les ouvriers vietnamiens contre 3% chez les français). La main d’œuvre coloniale, militarisée, encasernées mais sans combattre, fit l’objet d’une relégation spatiale. Déployés dans les usines, vivants dans des baraquements spéciaux et confinés à une isolement certain, ces ouvriers vietnamiens furent soumis à une surveillance intensive. Leur courrier était censuré par l’administration qui fit appel à des mandarins spécialement recrutés par la Métropole pour s’acquitter de cette tâche policière. La censure postale illustre bien la méfiance des autorités vis-à-vis de ces Vietnamiens confrontés au monde du travail à la chaîne, sur le modèle du taylorisme, mais aussi à la modernité.

Pour les autorités françaises (sans doute conscientes d’une forme d’exploitation abusive), ceux qui allaient retourner au Viêt-Nam étaient susceptibles de poser les premiers jalons d’une révolte d’envergure. Mireille Le Van Ho démontra comment se mit en place une police politique, sous l’égide des grands commis de Sarraut (Pierre Guesde, Przyzjluski ou Bosc, voir diapositive ci-dessous), pour contrôler ces Indochinois à qui l’on attribua si peu de crédit. Ils furent en effet jugés « habiles mais aussi susceptibles, peu costauds », décrits comme une main d’œuvre « quasi-féminine » et caractérisés comme étant, pour les moins dociles, « rusés et sournois ». Le paternalisme colonial les affubla d’une étiquette d’enfants indisciplinés qui devaient être régulièrement recadrés ou corrigés. Avec la création de la Sûreté générale en 1917, le réseau de la police politique déployé en France put investir l’Indochine, étendre ses ramifications et ses agents, infiltrer les organisations vietnamiennes. Les « retours de France » (un véritable sujet en soi) posaient problème. Leur sacrifice n’était pas reconnu à sa juste valeur, engendrant frustrations et déclassement social fruit d’une déstabilisation sociologique dans les villages. En effet, les mandarins locaux ne voyaient pas d’un bon œil ces compatriotes qui avaient beaucoup appris sur leur condition de colonisé et qui allaient participer à l’insurrection paysanne des Soviets du Nghệ Tĩnh en 1930-1931.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_4
Mireille Le Van Ho : « Surveillance et encadrement : les enjeux d’une politique ». © 2014 FG

Mireille Le Van Ho ne s’est pas contentée d’exposer les difficiles conditions de vie et de travail de ces paysans devenus ouvriers dans les usines françaises, elle posa la question de l’attrait de la modernité qui fascinait et interpellait de nombreux Vietnamiens sur leur propre condition de colonisés. En effet, les nationalistes modérés incarnés par la figure majeure de Phan Châu Trinh (1872-1926) faisaient le pari que cette confrontation Orient-Occident, que ce contact avec la Métropole et le service rendu à la France permettraient d’obtenir une indépendance progressive et pacifique de leur pays. En 1919, « les revendications du peuple annamite » étaient publiées mais restèrent lettre morte. Peine perdue. Le « marché » fictif du sacrifice contre l’indépendance ne devait aucunement aboutir sur un quelconque relâchement des autorités coloniales. Du fait de l’attitude fermée de ces dernières, il provoqua de fait la radicalisation du mouvement indépendantiste vietnamien (vers le communisme le plus dur ou l’ultra-nationalisme). L’apprentissage de cette modernité française mais aussi l’évidente supériorité allemande ou américaine offraient des perspectives d’émancipation. Ceci passa également par la rencontre avec la femme française et la possibilité de mariage mixte avec cette « inversion du monopole sexuel » des blancs bien soulignée par l’auteure.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_2
© 2014 FG

Cette présentation dûment illustrée par des documents photographiques d’époque était d’une grande qualité, riche de détails et d’informations, l’auteure affichant une grande maîtrise de sa thématique de recherche. Lors de l’échange avec le public, on apprit que 2.500 Cambodgiens furent également recrutés pour les besoins de la Grande guerre mais que ce recrutement fut limité au regard de la révolte des corvées qui se déroula en 1916 au Cambodge. Enfin, Mireille Le Van Ho souligna le rôle crucial de l’administration mandarinale avec laquelle les retours de France eurent beaucoup de mal à composer. Cette question reste évidemment à creuser car elle sous-entend qu’une fracture importante intervient (ou se creuse) précisément à ce moment dans la société vietnamienne [2].

Cette entrée en matière, relativement longue car il y avait beaucoup à dire pour dresser ce tableau effarant de l’exploitation indigène, fut suivie par une seconde communication présentée par Dominique Foulon, rédacteur en chef de la revue Carnets du Viêt Nam, sur les différentes immigrations vietnamiennes. Sa communication prit la forme d’une réflexion générale sur les vagues migratoires successives et l’action politique des groupes vietnamiens exilés ou installés en Métropole. En partant grosso-modo de l’exposition coloniale à Lyon en 1894 (avec un clin d’œil à la création du quartier le Tonkin à Villeurbanne), Dominique Foulon passa en revue les groupes de Vietnamiens qui, depuis les premières associations de 1911, donnèrent du fil à retordre aux autorités coloniales. Il rappela le rôle clé de l’avocat Phan Văn Trường (1876 – 1933) et du moderniste Phan Châu Trinh à travers la création de la Fraternité puis de l’association des patriotes annamites. Les deux hommes, arrêtés lors de ce que Trường appela lui-même « l’affaire des conspirateurs à Paris », furent constamment dans la mire de la Police politique [3].

JournéeImmigrationVietnamienne2014_5
Dominique Foulon © 2014 FG

De 1912 à 1920, Foulon expliqua avec justesse la constitution de ce que l’on appellera plus tard le groupe des « Cinq Dragons » formé de Phan Châu Trinh, Phan Văn Trường, Nguyễn Thế Truyền (1898-1969), Nguyễn An Ninh (1900 – 1943) et Nguyễn Ái Quốc (1890-1969), qui allait devenir le futur Hồ Chí Minh « une quarantaine de pseudonymes plus tard » [4]. Il insista sur l’impact de la révolution russe d’octobre 1917 et de la naissance de la Troisième internationale deux ans plus tard. Nous pûmes ainsi voyager au Congrès des peuples d’Orient à Bakou en 1920 pour revenir au Congrès de Tours qui entérina la scission de la SFIO et la création du Parti communiste français en la présence de Nguyễn Ái Quốc. Ce tournant politique qui offrait des perspectives nouvelles avec la prise en compte des colonisés (nouvelles thèses léninistes), donna naissance à l’Union intercoloniale et à son organe bien connu Le Paria, tribune des populations des colonies, largement pris en main par les Vietnamiens dans les premières années de son existence (en particulier Nguyễn Ái Quốc et Nguyễn Thế Truyền). Dominique Foulon évoqua le rôle de Trần Xuân Hồ, sergent de Tirailleurs et membre actif de l’Union intercoloniale… [5]

En 1922, apparut l’Amicale des Indochinois puis une multitude d’associations. Entre les deux guerres, on n’en comptait pas moins de 57, la plupart prenant la forme d’amicales ou d’associations professionnelles. Des journaux vietnamiens apparurent à Paris et à Marseille. De toute évidence, un réseau social d’émigrés vietnamiens se consolida en France débordant jusque dans le milieu marseillais des années 20 où l’opium était particulièrement ciblé par les groupes mafieux. Ce fut également le temps des associations soutenues et favorisées par les autorités françaises comme l’Association mutuelle des Indochinois. D’autres groupes constitués s’imposèrent comme le Parti Constitutionnaliste de Bùi Quang Chiêu ou le Parti Annamite de l’Indépendance (PAI) de 1925 créé par le révolutionnaire Nguyễn Thế Truyền.

Ce processus prit un tournant décisif à la fin des années 20 avec l’affaire du Café Turquetti (une bagarre entre indépendantistes vietnamiens et des militants d’extrême-droite) en 1929 dans laquelle apparut le nom de Đỗ Đình Thạch (alias Pierre Do Dinh) puis celui de Tạ Thu Thâu (1906-1945), le chef de l’opposition de gauche, d’obédience trotskiste qui allait être assassiné en 1945 par le Viêt-Minh [6]. En 1930, l’activisme des révolutionnaires vietnamiens en Métropole redoubla de vigueur après la répression du soulèvement général du Parti national du Viêt-Nam, le VNQDD en février de la même année. Le 22 mai, une grande manifestation se déroula devant l’Elysée pour tenter de sauver les têtes des futurs condamnés à mort de Yên Bái. Rappelons qu’ils furent guillotinés avec leur chef Nguyễn Thái Học à l’aube du 17 juin [7]. Lorsque Tạ Thu Thâu retourna en Cochinchine, le mouvement communiste légal prit une ampleur jamais égalée auparavant investissant le champ des possibles avec des candidats élus aux élections municipales de Saigon de 1933 et 1937. Mais cette démonstration de force ne résista pas d’une part, à l’implosion du mouvement communiste (staliniens contre trotskistes, très bien rappelée dans le film Công Binh de Lam Lê) et au retour de la répression tous azimuts de la Sûreté coloniale. Les mouvements communistes interdits en Indochine comme en Métropole en 1939 retournèrent à la clandestinité.

Dominique Foulon poursuivit son intervention en évoquant quelques trajectoires vietnamiennes dans la lutte antinazie comme celle de l’ONS Huỳnh Khương An, fusillé avec Guy Môquet [8]. Il poursuivit en rappelant le destin des « rapatriés d’Indochine » de 1954, ceux de Noyant d’Allier ou de Sainte Livrade, laissés pour compte de la décolonisation, et du départ définitif de la France d’Indochine. A l’appui des films documentaires de mon ami Philippe Rostan, il évoqua le sort des 4.500 enfants de mère vietnamienne et de pères inconnus « présumés français » [9]. On partit quelques temps dans les années soixante avec le flots des étudiants et des associations de soutien au régime de Saigon sur lesquelles on sait très peu de choses. A ce propos, témoin de cette époque lors de laquelle il arriva en France, le docteur Vũ Văn Huân, président de l’UGVR, rappela que l’association des étudiants pro-Saigon était très puissante. Pour mémoire, soulignons également que c’est en 1964 que fut créée l’Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris (AGEVP) et que cette association, en la personne de son ancien président Trần Văn Bá (1945-1985), allait offrir après 1975 son premier martyr à l’histoire de la résistance anticommuniste [10]. Quant aux retours après 1975, M. Vũ Văn Huân garde en mémoire que seuls deux étudiants (dont un de l’INSA) furent autorisés à rentrer au Viêt-Nam.

Dans cet exposé général et parfois décousu (selon son auteur), Dominique Foulon fit la démonstration que l’activisme politique, sociale, professionnel ou culturel des Vietnamiens était très divers et qu’en fin de compte il reste beaucoup à faire pour mieux comprendre l’évolution sociale, politique et économique de cette immigration et évaluer sa contribution au redressement du pays après 1986 (avec l’avènement du Renouveau, Đổi Mới).

JournéeImmigrationVietnamienne2014_6
Nguyen Quang Hung Anh : La grande vague post-1975 © 2014 FG

Nguyễn Quang Hùng Anh, secrétaire général de l’Union Générale des Vietnamiens du Rhône (UGVR), poursuivit sur cette question des vagues successives de Vietnamiens foulant le pied en France en se focalisant sur « la grande vague post-1975 » pour reprendre ses termes. Il associa à son propos, avec beaucoup d’émotion et ce n’était guère évident à exposer en public, son propre parcours familial, celui d’un réfugié désormais installé en France et responsable d’une organisation proche de Hanoi. Il comptabilisa au moins quatre vagues de réfugiés vietnamiens depuis la chute de Saigon ̀(voir photo ci-dessous).

La première vague toucha principalement ceux qu’il nomma « les évacués » (par les Américains) et les « privilégiés » avec deux chiffres à la clé : 5270 (France Terre d’Asile) et 7652 (OFPRA) issus d’une étude d’Eglises d’Asie. La seconde vague, la plus importante de 1978-1980 fut celle qui toucha les Hoa, Sino-Vietnamiens, ou les membres des familles liées à l’ancien régime. C’est la période de la médiatisation du phénomène des boat people et de l’intervention des French doctors (Médecins Sans Frontières puis Médecins Du Monde) pour sauver des vies en Mer de Chine. Nguyễn Quang Hùng Anh rappela à juste titre le changement de monnaie du 2 mai 1978 qui engendra une inflation galopante pendant une décennie, un facteur économique important pour expliquer le départ des citoyens rejetés de l’ancienne République, déjà socialement déclassés et appauvris par la perte de leurs biens. Parmi ces départs illégaux, la France apparaissait dans le dernier choix des réfugiés après les États-Unis, le Canada ou l’Australie. Et pour cause, la politique gaullienne neutraliste restait associée dans l’esprit de nombreux Sud-vietnamiens comme un soutien déguisé à Hanoi.

Lors de la seconde vague, se mit en place la politique des départs légaux (ODP: Orderly Departure Program) qui de 1979 à 1994 permit le regroupement familial d’environ 14.500 Vietnamiens en France (14146 selon France Terre d’Asile et 14.663 selon le Ministère de l’Intérieur). La troisième vague consécutive à la précédente vit l’arrivée en France des boat people en provenance des camps de réfugiés d’Asie du Sud-Est. Hùng Anh estime que, sur la base de 3.668 réfugiés comptabilisés en 1990, c’est sans doute entre 33.000 et 34.000 réfugiés (sans compter les rapatriés) qui ont pu rejoindre la France entre 1981 et 1990. Enfin la période 1990-1994 concernait à la fois le regroupement familial, le « tri » des réfugiés à partir de 1989 entre réfugiés politiques et économiques (Genève) et le rapatriement, parfois forcé, des réfugiés vietnamiens des camps d’Asie du Sud-Est vers leur pays d’origine. Nguyễn Quang Hùng Anh estime qu’environ 3.300 réfugiés purent s’installer en France pendant cette courte période qui vit la fermeture définitive des camps d’Asie du Sud-Est. Il évoqua pour finir la « vaguelette » de 2005 avec l’arrivée, dans un tout autre contexte, des étudiants.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_7
Nguyen Quang Hung Anh : « Les diverses vagues d’immigrés vietnamiens » © 2014 FG

Dans la seconde partie de son intervention très intéressante, il exposa son parcours personnel en tant que réfugié, un parcours jalonné de mille difficultés administratives et politiques pour s’installer en France. Issu d’une nombreuse famille de dix enfants (d’un père et de deux mères), celle-ci se trouvait séparée lors des événements qui précipitèrent la chute de Saigon. Au terme d’un départ périlleux par bateau, son père put rejoindre les Philippines puis s’établir en France avant de prendre le chemin des Etats-Unis. La famille parvint à se réunir peu à peu grâce au regroupement familial et Hùng Anh se rendit en avion à Paris en juillet 1986. Il décrivit ainsi tout un processus qui du « bas de l’échelle sociale » vietnamienne d’après-guerre le propulsa dans une situation plus enviable en France. Sans entrer dans les détails de cette destinée, somme toute semblable à celle de nombreux réfugiés à cette époque, Hùng Anh ressort aujourd’hui « apaisé » et reste attaché à cette double culture franco-vietnamienne que cultive d’ailleurs l’UGVR à travers des échanges réguliers avec la RSVN.

Son intervention a suscité beaucoup de questions notamment sur le rôle de la France, sur le choix des étudiants boursiers ou sur d’autres expériences moins traumatisantes. Nguyễn Quang Hùng Anh rappela qu’environ 3.500 étudiants vietnamiens boursiers de l’État vietnamien faisaient actuellement leurs études en France (sans compter ceux qui pouvaient venir à titre individuel soutenus financièrement par leur famille) et que 600 d’entre eux se trouvaient dans la région Rhône-Alpes. Pour la grande majorité, la France se résumait à un choix économique offrant la possibilité d’y faire des études peu onéreuses par rapport aux autres pays. Peu d’entre eux, tout compte fait, faisait le choix de la France pour des raisons culturelles ou affectives (si ce n’est une jeune vietnamien dans le public qui afficha une grande déférence à la France).

Autre question qui se pose et que j’ai pu poser à l’intervenant est la question lancinante de la réconciliation nationale après des décennies de gabegies, des destructions humaines, sociales, mentales, culturelles : comment et quand la République Socialiste du Viêt-Nam va-t-elle officiellement éteindre les flammes du passé en réintégrant dans l’histoire nationale ceux de l’autre camp, nous devrions dire ceux des autres camps, des autres possibles ? A quoi bon rester dans le déni de la brutalité de la réforme agraire des années cinquante, du drame des boat people, des exécutions politiques et de l’exclusion d’une partie de la société après 1975 ?

Ces trois interventions sur l’immigration vietnamienne furent tour à tour discutées au sein de l’audience à travers un certain nombre de questions comme celle de la représentation positive ou négative de la France dans l’imaginaire vietnamien. Chaque époque ayant des spécificités lourdes (décolonisation violente, guerre à la fois anticoloniale et civile, révolution, exil…), il apparaissait clairement que des efforts importants avaient été faits par la France pour accueillir les réfugiés post-1975. Et ce, malgré le relatif échec de garder sur le territoire français les scientifiques vietnamiens les plus en vue. L’exemple récent du scientifique Ngo Bao Chau (médaille Fields en 2010) aurait pu illustrer cette discussion.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_8
Communication du professeur Le Huu Khoa © 2014 FG

Enfin, le dernier intervenant qui dut attendre avec une grande patience son tour de parole se vit contraint par politesse au regard de la suite du programme (projection du film Công Binh dans un autre lieu) d’écourter sa communication. Il put néanmoins s’exprimer pendant environ une heure sur un sujet passionnant trop rarement présenté en conférence. Le professeur Lê Hữu Khóa auteur de nombreux ouvrages et d’une anthropologie du Viêt-Nam remarquable [11] proposa en dernière intervention une communication sous la forme d’une interrogation : doit-on parler d’une communauté vietnamienne en France ou de France ? En réalité le sous titre de son intervention était plus explicite : « Confucianisme : qualités et vertus entre codes de conduite et sens collectif ».

On quitta les grandes vagues d’immigration rappelées brièvement dans une première diapositive (voir photo ci-dessous) pour investir les champs du culturel, du cultuel et du mental. Lê Hữu Khóa offrit à une audience captivée par ses talents d’orateur et de conteur un voyage fascinant dans la mentalité vietnamienne et sa réception du confucianisme. A l’appui d’une série de mots clés vietnamiens (Trung 忠 ; Lễ 禮 ; Nghĩa 義 ; Trí 智 ; Tín 信 ; Nhân 仁 ; Công 公 ; Hộ 戶Thương 商 ; Đạo 道… [12]), il put ainsi exposer toutes les facettes du confucianisme, un confucianisme largement revisité par les Vietnamiens eux-mêmes. Il proposa un tableau vivant, illustré par des dictons et expressions populaires, des comportements sociaux, de l’habitus et des caractéristiques propres aux Vietnamiens. Il interrogea longuement la pratique du culte des ancêtres, une éthique et une pratique libre malgré ses codes, qui se retrouve dans toutes les familles vietnamiennes. Certains mots clés ont retenu l’attention de l’audience. Par exemple le concept de Nhân, « sens d’humanité » qui fait appel à la dignité humaine et que Mencius exposa dans cette formule : « Nous ne souhaitons spas supporter l’insupportable » livrée par Lê Hữu Khóa ; Công, « le sens public » et l’importance de l’éthique dans le travail ; Đoàn kết, « la cohésion, la solidarité ou l’unité » ou d’autres concept exprimant la ténacité, l’endurance, la persévérance (Nhẫn), l’auto-éducation (tu thân), l’auto-protection (thư thân) ou l’auto-promotion (tập thân)…

JournéeImmigrationVietnamienne2014_9
Le Huu Khoa : « Les différentes vagues migratoires » © 2014 FG

Ce voyage à l’intérieur de l’âme vietnamienne, introspection itinérante à travers la culture populaire et savante vietnamiennes permit de saisir les enjeux fondamentaux qui se posaient aux Vietnamiens en situation d’exil. Cette autopsie de la pensée vietnamienne fut menée avec beaucoup de recul et agrémentée d’anecdotes personnelles permettant d’illustrer les pratiques sociales évoquées. L’auteur nous fit quelques confidences en nous déclamant son grand respect pour Rimbaud, Gide, Camus, Sartre, voire même Duras comme autant d’auteur/es attachés à une quête pour la liberté et une prise de conscience de soi, de son propre état social et mental. Il interrogea avec humilité les termes complexes de « culture » (attitude/aptitude) ou d’intelligence, « être à l’aise dans différents systèmes de pensée », permettant à l’acteur une circulation mentale ouverte et réfléchie à travers plusieurs systèmes de pensée. Ce décryptage soigné de la culture confucéenne dont le culte des ancêtres constitue la colonne vertébrale se termina par le terme « Học » (xué) « apprentissage, étude », terme ô combien important pour les familles vietnamiennes. Ce 24e terme de son powerpoint et malgré tout dernier de sa discussion permit à l’anthropologue de révéler la matrice mentale des Vietnamiens en quatre expressions comme autant de phases rythmant la vie idéale du lettré : réussite scolaire, succès professionnel, ascension économique, promotion sociale. Ceci me rappela les mots d’un autre conférencier vietnamien, le professeur Bùi Xuan Quang de l’Université Nanterre Paris X, qui un jour exposa les ficelles de son métier à un groupe d’étudiants français médusé : il n’y a qu’une voie possible, tendre à « l’excellence » toujours et partout. Un devoir d’excellence donc qui marqua de nombreux autres professeurs vietnamiens que j’ai eu la chance de croiser : l’historien Nguyễn Thế Anh, le linguiste Nguyễn Phú Phong, l’ethnologue Đinh Trọng Hiếu, le sociologue Trịnh Văn Thảo, le critique littéraire Đặng Tiến, l’historienne Bùi Trân Phượng, le professeur de langue Nguyễn Khắc Thiệu et bien d’autres encore (on me pardonnera de ne citer que quelques noms). Cet exposé remarquable du professeur Lê Hữu Khóa sur les représentations mentales vietnamiennes et leurs implications dans la vie réelle, de tous les jours, rencontra l’audience chaleureuse du public qui dut néanmoins s’abstenir de poser des questions faute de temps.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_10
Le professeur Le Huu Khoa © 2014 FG

On retiendra de cette journée riche d’enseignements plusieurs grandes idées. La première concerne directement la thématique du jour : l’immigration vietnamienne. Chacun put se rendre compte et apprécier la grande diversité des vagues d’immigration et la pluralité des destins. Paysans, révolutionnaires, bourgeois, mandarins, militants communistes, nationalistes modérés ou nationalistes révolutionnaires, ouvriers, étudiants, marginaux, boursiers de l’État communiste ou de la République du Sud défunte, l’immigration vietnamienne touche au cours du XXe siècle de nombreuses catégories sociales, politiques ou religieuses. Elles forment et reflètent aujourd’hui la complexité de la société vietnamienne, ce patchwork d’identités métisses brassées par des décennies de guerre, de violences et de misères post-coloniales. Le tableau chronologique et social qui fut exposé lors de cette journée rencontre démontra tout l’intérêt qu’il y aurait à poursuivre les investigations sociologiques pour investir la question des femmes vietnamiennes, la question des mandarins de l’État colonial (qui étaient-ils ?) ou encore d’étudier avec soin le versant politique opposé, souvent oublié par les chercheurs, à l’instar de la mouvance libérale et anticommuniste incarnée par exemple par Nguyễn Ngọc Huy [13].

La seconde leçon à tirer de cette journée montre également tout l’intérêt qu’il y aurait à travailler sur les mouvements sociaux vietnamiens, nationaux et transnationaux tout au long du XXe siècle. Le syndicalisme pourrait par exemple être une efficace porte d’entrée tout comme l’histoire des grèves (et donc des entreprises) ou celle des manifestations ouvrières, paysannes des déshérités d’autrefois comme d’aujourd’hui. En clair, il reste une histoire sociale à élaborer en prenant en compte tous les aspects politiques, sociaux ou religieux des groupes constitutifs de cette nouvelle histoire. Les marges pourraient également servir de porte d’entrée, quelles soient artistiques, sociales, ethniques ou religieuses.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_11
Le Huu Khoa : Décryptage du concept Doan ket © 2014 FG

Le troisième point qui nous a particulièrement intéressés a été soulevé par le professeur Lê Hữu Khóa. En s’exilant loin de son pays natal (pour reprendre le titre de l’ouvrage de l’ONS Thieu Van Muu), le recruté des années de la Grande Guerre, le requis de force de la Seconde Guerre mondiale, le rapatrié de 1954, le réfugié des lendemains tragiques d’une réunification bâclée de 1975, l’étudiant des Républiques d’hier et de la RSVN d’aujourd’hui, chacun a su conserver ce qui fait sa force pour s’accommoder à sa nouvelle vie : effort, sacrifice, études, étudier et encore étudier. Cette pratique vietnamienne, souvent évoquée lorsqu’il s’agit de souligner les spécificités des jeunes écoliers originaires d’Asie du Sud-Est, est aussi universelle : la vie est un stage interminable dans lequel la notion d’apprentissage reste ouverte. A ce titre, l’immigration vietnamienne, malgré sa spécificité cultuelle, n’est peut-être pas si fondamentalement différente des autres communautés étrangères aux déchirures multiples, confrontées à cette reconfiguration mentale et au désir d’ascension sociale.

Le pari risqué de cette journée aurait été de tomber dans l’écueil de la « reconnaissance à la France » ou de la « France reconnaissante » envers ses ouailles requises de force puis chaleureusement recueillis, voire du trop plein d’émotion (lié aux déchirures vietnamiennes) empêchant la réflexion. Ces deux écueils furent largement évités grâce à la qualité des quatre intervenants, aux réactions posées du public nombreux et la prise de recul nécessaire pour aborder cette thématique, devenue au fil des années, un champ de recherche pluridisciplinaire passionnant et qui mérite d’autres approfondissements.

François Guillemot, 13/10/2014, Màj du 14/10/2014.

 

Notes

[1] Le Van Ho, Mireille, Un milieu porteur de modernisation : travailleurs et tirailleurs Vietnamiens en France pendant la Première guerre mondiale, Thèse d’archiviste-paléographe, Histoire contemporaine, Ecole nationale des Chartes, 1986, 2 vol. (769 f.). Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/002776391. Cette étude a été publiée sur le titre : Des Vietnamiens dans la Grande Guerre. 50 000 recrues dans les usines françaises, Paris, Editions Vendémiaire, 2014.

[2] A ce titre, l’étude d’Emmanuel Poisson sur le mandarinat du Tonkin mériterait de connaître une suite dans le temps et dans l’espace (Annam notamment) pour mieux saisir ce qui se passe entre les administrés et les administrateurs vietnamiens. Emmanuel Poisson est l’auteur de Mandarins et subalternes au nord du Viêt-Nam. Une bureaucratie à l’épreuve, 1820-1918, Paris : Maisonneuve & Larose, 2004.

[3] Voir la réédition de ce texte : Phan Van Truong, Une Histoire de conspirateurs annamites à Paris ou la vérité sur l’Indochine, Paris, L’Insomniaque, 2003.

[4] Sur les « Cinq Dragons », on lira l’excellent article de Pierre Brocheux : « Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945 » sur le site Europe Solidaire Sans Frontières, mai 2009.

[5] Sur ce sujet, voir Mireille Le Van Ho, « Les débuts de la presse vietnamienne en France », dans Presse et mémoire: France des étrangers, France des libertés, Paris, Mémoire Génériques éditions / éditions ouvrières, 1990, pp. 69-73.

[6] Voir Dominique Foulon, « L’affaire du café Turquetti’, Carnets du Viêt Nam, n° 36, mars 2013, pp. 8-9.

[7] Voir le récit de cette exécution par Louis Roubaud, Viet-Nam, la tragédie indo-chinoise, Paris : Librairie Valois, Enquêtes, 1931. Voir sur Mémoires d’Indochine le Cablogramme de l’exécution.

[8] Sur ce sujet voir le texte d’Alain Ruscio : « Le 22 octobre, je lirai la lettre de Huynh Khuong An…« , Dien Dan Forum, 2007, article paru dans L’Humanité, 18 octobre 2007.

[9] Philippe Rostan est un réalisateur français né à Ban Mê Thuôt au Viêt-Nam. Il est l’auteur de nombreux films documentaires sur la vietnamité : Le Petit Vietnam (2007) sur les rapatriés d’Indochine ; Inconnu, présumé français (2009) et d’un portrait d’Ho Chi Minh (2008).

[10] Tran Van Ba, officiant dans un front de résistance armée, fut condamné à mort en décembre 1984 lors d’un procès médiatisé à Ho Chi Minh-Ville et exécuté en janvier 1985. Sur Tran Van Ba et l’AGEVP, voir  sur mémoires d’Indochine : Trần Văn Bá, portrait d’un résistant – par Olivier Todd [1987] et sa biographie en ligne : Tran Van Ba, 1945-1985 (site commémoratif de son frère).

[11] Le Huu Khoa, Anthropologie du Vietnam, Paris, Les Indes savantes, 2012. Cet ouvrage rassemble : L’espace mental du lien, l’espace spirituel de la vie et l’espace réflexif de l’homme en un seul volume. Le Huu Khoa est professeur d’anthropologie et de sociologie à l’Université Charles-de-Gaulle Lille 3. Il dirige le Master Asie Pacifique de cette université. Il est également Président-fondateur du GRISEA-Groupe de recherche sur l’immigration du sud-est asiatique et expert à l’Unesco.

[12] Trung – Loyauté ; Lễ – Rites ; Nghĩa – Fidélité ; Trí – Lucidité (esprit) ; Thân Tín – Confiance ; Nhân – Sens d’humanité ; Công – Sens public ; Đoàn kết – Cohésion ; Nhất Trí – Unanimité (concordance) ; Họ – Famille (lignage, réseau de parenté) ; Nhẫn – Ténacité (persévérance) ; Thương – Commerce ; Đạo – Voie ; Học – Etude, apprentissage…

[13] Voir notre article à paraître : Guillemot, François (2015), « An Intellectual through Revolution, War, and Exile. The Political Commitment of Nguyen Ngoc Huy (1924-1990) », in Nathalie Huynh Chau Nguyen (ed.), New Perceptions of the Vietnam War. Essays on the War, the South Vietnamese Experience, the Diaspora and the Continuing Impact, Jefferson (NC), McFarland, 2015.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2014 : Séance 1

Année universitaire 2014-2015 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre

vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

* * *

Séance 1 – Mardi 30 septembre 2014

« Premières revendications anticoloniales et mouvements révolutionnaires »

 Mémoiresd'Indochine_2014

Cette séance débutera par un rappel succinct du processus de colonisation de l’Indochine, évoquera la mise en place d’une administration coloniale avec la création de l’Union indochinoise en 1887 et d’un système d’exploitation de l’Indochine avec l’arrivée de Paul Doumer, Gouverneur Général de l’Indochine du 28 décembre 1896 à 1902. On s’intéressera aux revendications politiques formulées par les Vietnamiens pendant les années 1920-1930 : critique du fait colonial et remise en cause de la « collaboration franco-annamite » mais également élaboration d’une pensée nationaliste. Dans un second temps, nous aborderons la pluralité des nationalismes et des organisations révolutionnaires indochinoises.

 

Extraits de textes à discuter dans la 1ère partie :

  • Phan Van Truong, Une histoire de conspirateurs annamites à Paris ou la vérité sur l’Indochine, Paris, L’Insomniaque, 2003, chapitres 2 à 7 (pp. 12-49). Édition originale publiée en Cochinchine en 1928.

En complément, voir Mémento Personnalités séance 1 sur Mémoires d’Indochine

 

Extraits de textes à discuter dans la 2ème partie :

  • « Traduction du programme d’action du Việt Nam Quốc Dân Đảng (Parti national annamite [VNQDD]) 1929 », in Gouvernement général de l’Indochine, Direction des Affaires Politiques et de la Sûreté Générale, Contribution à l’histoire des mouvements politiques de l’Indochine française. Documents – Vol. N° II. Le “Việt-Nam Quốc-Dân Đảng” ou “Parti national annamite” au Tonkin (1927-1932), 1933, pp. 47-49 (Annexe n° 3). [présentés par Louis Marty, Dir. p. i. des Affaires politiques de la Sûreté générale].
  • [Đại Việt Quốc dân Đảng], Document manuscrit : « Proclamation du “Parti Nationaliste du Dai-Viêt” (Đại Việt Quốc Dân Đảng) », SHD, 10H 607, pièce : TFEO – TFIS, État-Major, 2e Bureau, N° 2143/2S – Secret. Traduction d’un document sur le DVQDD, 19 mai 1948.

 

Lectures complémentaires :

  • Duiker, William J., The Rise of Nationalism in Vietnam, 1900-1941, Ithaca, NY : Cornell University Press, 1976. Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/006348491
  • Charles Fourniau et al., Le Contact colonial franco-vietnamien. Le premier demi-siècle, 1858-1911, Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence, 1999. Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/048616990 / Cote IAO : 600AV.14/412LQ
  • Goscha, Christopher E., Going Indochinese : Contesting Concepts of Space and Place in French Indochinese, Copenhagen : NIAS Press, 2012. Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/162531125 / Cote IAO : 605AI.13/50
  • Nguyen The Anh, Monarchie et fait colonial, 1875-1925. Le crépuscule d’un ordre traditionnel, Paris : L’Harmattan, Recherches asiatiques, 1992. Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/002740249 / Cote IAO : 600AV.03/39
  • Peycam, Philippe M. F. , The Birth of Vietnamese Political Journalism : Saigon 1916-1930, New York : Columbia University Press, 2012. Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/167746952 / Cote IAO : 605AV.12/60
  • Poisson, Emmanuel, Mandarins et subalternes au nord du Viêt-Nam. Une bureaucratie à l’épreuve, 1820-1918, Paris : Maisonneuve & Larose, 2004. Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/079926304 / Cote IAO : 600AV.14/413LQ
  • Woodside, Alexander B., Community and Revolution in Modern Vietnam, Boston : Houghton Mifflin C°, 1976. Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/006935354 / Cote IAO : 605AV.11/9BOU

Articles en ligne :

Rappelons un ouvrage indispensable (déjà cité dans le synopsis du séminaire) :

  • Brocheux, Pierre & Hémery Daniel, Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris : Editions La Découverte / Syros, 2001, nouvelle édition augmentée et mise à jour. Publié aux Etats-Unis sous le titre : Indochina, an ambiguous colonization, 1858-1954, Berkeley : University of California Press, 2009. Notices SUDOC : http://www.sudoc.fr/059618159 (version française, cote IAO : 605AI.03/1016) ; http://www.sudoc.fr/14265812X (version anglaise, cote IAO : 605AI.10/12). Il existe une version électronique depuis 2012, TAP/HIST Contemporaine (L’accès complet à la ressource est réservé aux usagers des établissements qui en ont fait l’acquisition).

Trần Văn Thạch (1905-1945) – une plume contre l’oppression coloniale

[ndlr] Signalement d’un ouvrage en langue vietnamienne paru en 2013 sur une personnalité majeure du groupe La Lutte dans le Saigon des années 1930.

TranVanThach1TranVanThach2Cliquez sur l’image pour lire le texte

 

L’ouvrage comprend deux parties principales. La première est consacrée à la mémoire et à biographie du militant trotskiste et anticolonialiste Trần Văn Thạch, la seconde rassemble une sélection de ses articles parus en langue française et ici traduits en vietnamien. Deux témoignages de ses enfants sont publiés dans la première partie. « A la recherche du père » (pp. 1-37) de Tran My Chau expose le processus de l’auteure dans sa quête d’informations historiques sur son père. Ce premier chapitre est suivi d’un carnet iconographique assez conséquent (pp. 38-58) comprenant des photos familiales et des reproductions d’imprimés. Le chapitre 2 (pp. 59-126) est entièrement consacré à la biographie de Tran Van Thach présentée sous forme chronologique. Il est suivi du témoignage du fils aîné de la famille Tran Van Tu retraçant le « souvenir de son père » face aux événements révolutionnaires.

La seconde partie, soit près des deux tiers de l’ouvrage, est une compilation exhaustive des articles publiés par Tran Van Thach en France puis au Viêt-Nam, en particulier dans le journal La Lutte, édité à Saigon (voir pp. 149-396). Huit articles traduits en vietnamien sont tirés du Journal des Etudiants Annamites (JEA), édité à Toulouse en 1927. Plus de 80 articles extraits du journal La Lutte (rubrique « Petits clous ») entre 1934 et 1939 sont reproduits en vietnamien et classés de façon thématique. Phan Thi Trong Tuyen, écrivaine et traductrice, nous livre ses impressions dans le chapitre 4. L’ouvrage est agrémenté de deux annexes, d’un mémento biographique des acteurs et mouvements de l’époque très utile ainsi que d’une bibliographie bien organisé rassemblant les sources primaires (archives des ANOM et archives nationales, périodiques) et 99 références. L’ouvrage est une contribution importante sur la période révolutionnaire en Cochinchine dans les années 1930, la pluralité des options politiques et la confrontation des communismes la décennie suivante.

FG

Réf. Trần Mỹ Châu, Phan Thị Trọng Tuyến et al., Trần Văn Thạch (1905-1945) một cây bút chống bạo quyền áp bức, [France], [autoédition], 2014, 441 p.

Pour en savoir plus :

Ressource en ligne : Lịch Sử Đấu Tranh Cận Đại – Việt Nam Quốc Dân Đảng

HoangVanDao_VNQDDLe 17 avril dernier, le site officiel du VNQDD aux États-Unis a posté en ligne le dernier volet de la célèbre monographie de Hoang Van Dao sur l’histoire du Parti National du Viêt-Nam (VNQDD) de 1927 à 1954.

Publiée une première fois à Saigon en 1965 (Giang Đông Nguyễn Hòa Hiệp xb), elle fut rééditée en 1970 dans une seconde édition augmentée et révisée. C’est cette dernière, rééditée une nouvelle fois en 2006 aux États-Unis (Nxb Tân Việt), qui a fait l’objet de la présente mise en ligne entre le 3 octobre 2013 et le 17 avril 2014. Alors que cet ouvrage important pour la connaissance du phénomène révolutionnaire vietnamien a été traduit en anglais en 2008 (RoseDog Books), on attend toujours une traduction française.

La publication en ligne de cet ouvrage en 5 parties se présente sous la forme de 53 pages html dont les liens sont indiqués ci-dessous.

THIÊN THỨ NHẤT (1927-1932)

THIÊN THỨ HAI (1930-1940)

THIÊN THỨ BA (1940-1946)

Thiên Thứ Tư (1947-1950)

Thiên Thứ  Năm (1950-1954)

L'insurrection de Yen Bai de février 1930
L’insurrection de Yen Bai de février 1930