Archives par mot-clé : Algérie

Les gauches et les colonies – Vingtième siècle. Revue d’histoire – 2016/3 (n° 131)

VIN_131_L204[ndlr] Avis de parution du n° 131 de Vingtième siècle. Revue d’histoire comprenant un dossier sur « Les gauches et les colonies » sous la direction de Céline Marangé.

Sommaire :

 

Dossier : Les gauches et les colonies

  • Céline Marangé, « De l’influence politique des acteurs coloniaux », pp. 3 à 16.
  • Christopher Goscha, (traduit de l’anglais par Agathe Larcher), « Aux origines du républicanisme vietnamien. Circulations mondiales et connexions coloniales », pp. 17 à 35.
  • Claire Marynower, « La fabrique algérienne d’une politique coloniale socialiste. De Beni-Saf à Paris, en passant par Alger », pp. 37 à 51.
  • Céline Marangé, « Le Komintern, le Parti communiste français et la cause de l’indépendance algérienne (1926-1930) », pp. 53 à 70.
  • Nedjib Sidi Moussa, « Les messalistes et la gauche française. Alliances, ruptures et transactions dans l’entre-deux-guerres », pp. 71 à 85.
  • « Comptes rendus d’ouvrage autour de la gauche et des colonies », pp. 87 à 91.

* * *

  • Elsa Devienne, « La question raciale sur le littoral de Los Angeles (années 1920-années 1970) », pp. 109 à 124.
  • Thierry Delessert, « L’homosexualité dans le Code pénal suisse de 1942. Droit octroyé et préventions de désordres sociaux », pp. 125 à 137.
  • Jean-Marc Dreyfus, « Le docteur Julius Hallervorden et sa collection de cerveaux en République fédérale d’Allemagne », pp. 139 à 150.
  • Antoine Coppola, « Cinéma et dictature en Corée du Nord », pp. 151 à 164.
  • Stéphanie Sauget, « Pierre Bournel, ‘mort pour la France’. Questions sur la place de l’honneur dans la République », pp. 165 à 186.
  • Archives, pp. 187 à 192
  • Avis de recherches, pp. 193 à 197
  • Images, lettres et sons, pp. 199 à 211
  • Vingtième Siècle signale, pp. 213 à 220
  • Librairie, pp. 221 à 247

Vingtième Siècle. Revue d’histoire 2016/3 (N° 131). 258 pages.
ISSN : 0294-1759
ISSN en ligne : 1950-6678
ISBN : 9782724634792
Lien : <https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2016-3.htm>

 

Amandine Dabat : Hàm Nghi (1871-1944) Empereur en exil, artiste à Alger [thèse]

[ndlr] Soutenance de thèse.

Amandine Dabat

Doctorante sous la direction du professeur Édith Parlier-Renault

Centre de Recherche sur l’Extrême Orient de Paris Sorbonne

Soutiendra sa thèse d’Histoire de l’Art intitulée :

Hàm Nghi (1871-1944) 

Empereur en exil, artiste à Alger

Le jeudi 3 décembre 2015, à 9h00

À l’Institut National d’Histoire de l’Art

Salle Perrot, 2e étage,
4-6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris
Entrée par la Galerie Colbert.

La soutenance sera suivie d’un apéritif.

Le jury sera composé de :BronzeHamNghi

Mme Édith Parlier-Renault  
Professeur, Université Paris-Sorbonne

M. Antoine Gournay    
Professeur, Université Paris-Sorbonne

M. Philippe Papin    
Directeur d’études, École Pratique des Hautes Études (EPHE)

Mme Nora Taylor    
Professeur, School of the Art Institute of Chicago (SAIC)

Mme Vũ Thị Minh Hương   
Directrice générale émérite des Archives d’État du Vietnam

Résumé de la thèse

Hàm Nghi (1871-1944), empereur patriote selon l’historiographie vetnamienne, victime ou acteur de la résistance anticoloniale selon les historiens français, fut exilé à Alger dans l’espoir de mettre fin au mouvement Cần Vương. Déporté à l’âge de dix-huit ans, pion sur l’échiquier politique de l’Indochine, il était considéré par une partie des autorités françaises comme un homme politique influent. Il fut surveillé toute sa vie et ne fut jamais autorisé à entrer en contact avec l’Indochine. Cependant, celui qui était désormais appelé « prince d’Annam », noua des amitiés avec des élèves vietnamiens au lycée d’Alger, des officiers et des missionnaires français, qui circulaient entre l’Indochine, l’Algérie et la métropole. Ces intermédiaires lui permirent de conserver un lien avec l’Indochine. Hàm Nghi consacra sa vie à l’art. Il devint peintre et sculpteur. Il fut l’élève du peintre orientaliste Marius Reynaud, du sculpteur Auguste Rodin, et fréquenta de nombreux artistes de son époque. Les archives nationales, vietnamiennes et françaises, nous apprennent les aspects administratifs de son exil : seul le point de vue du gouvernement français est alors connu. Les archives privées du fonds Hàm Nghi, récemment découvertes, apportent le regard intime de l’empereur exilé sur sa vie, par l’intermédiaire de sa correspondance. Ces documents permettent d’écrire une biographie et d’établir un catalogue raisonné de son œuvre.

HamNghi_CanVuong

Hàm Nghi (1971-1944), patriotic emperor according to Vietnamese historiography, victim or actor of the resistance against colonisation according to French historians, was sent into exile in Algiers in order to end the movement called Cần Vương. Deported when he was eighteen years old, pawn on the political chessboard of Indochina, he was considered by some French authorities to be an influential political figure. He was kept under surveillance his entire life and was never allowed contact with Indochina. Hàm Nghi, who was henceforth called “prince of Annam”, nevertheless established friendships with Vietnamese students of the Algiers highschool, and with officiers and missionnaries who travelled between Indochina, Algeria and France. These intermediaries helped him to maintain a connection with Indochina. Hàm Nghi dedicated his life to art. He became a painter and a sculptor. He was the student of the orientalist painter Marius Reynaud and of the sculptor Auguste Rodin, and he associated with many artists of his day. Previously the Vietnamese and French national archives informed us of the administrative aspects of the emperor’s exile, revealing only the point of view of the French government. Today the private archives of Hàm Nghi’s collection bring us the personal view of the emperor on his life. These documents enable us to write a biography and a catalogue raisonné.

Illustrations et image « à la une » : collection Amandine Dabat

Droit colonial et code de l’indigénat, par Olivier Le Cour Grandmaison

LeCourGrandmaison_DeL'IndigénatDes « monstres » juridiques

« Pour apprécier sainement » le « régime disciplinaire » imposé aux autochtones d’Algérie, « il ne faut pas se placer au point de vue d’un Français du XIXe siècle, habitué à toutes les garanties constitutionnelles issues des principes de 1789 : il paraîtrait monstrueux. » Publiées en 1895, ces lignes, qui s’achèvent sur cette caractérisation a priori singulière qu’il serait tentant de tenir pour excessive et insignifiante, n’ont pas été écrites par un farouche adversaire de la colonisation dont le jugement serait altéré, voire discrédité, par ses engagements politiques. Nulle sensibilité ou passion anachronique, aveugle à la différence des temps, des mœurs et des pratiques, n’est à l’origine de cette citation. Nulle critique, non plus d’ailleurs puisque la suite est un plaidoyer en faveur de mesures extraordinaires mais nécessaires pour assurer la pérennité de la domination française. « Les indigènes auxquels [les] notions [de 1789] sont absolument étrangères » trouvent ce régime « naturel puisque nous sommes les plus forts. Il fournit un moyen de répression souple, commode, rapide, qui évite de recourir à d’autres procédés plus rigoureux, précise l’auteur. C’est, en d’autres termes, l’arbitraire administratif ; mais ses inconvénients sont moins sensibles qu’en Europe et ses avantages sont beaucoup plus grands. [A. Girault (1865-1931). Principes de colonisation et de législation coloniale, Paris, Larose, 1895, p. 305.] »

Quand bien même il déroge aux lois fondamentales de la République, le « régime disciplinaire » précité – sont visés le Code de l’indigénat, l’internement, le séquestre et la responsabilité collective – doit être apprécié à l’aune exclusive de son efficacité. En ces matières, la fin poursuivie – la défense de la « présence française » comme on l’écrit alors – justifie tous les moyens fut-ce au prix de l’instauration d’un ordre juridique « monstrueux » qui se signale par des pouvoirs exorbitants et « arbitraires » conférés au gouverneur général chargé de prononcer les peines propres aux « indigènes. » Et pour bien juger de cette situation, il faut s’affranchir des principes hérités de la Révolution dont on découvre qu’ils font l’objet d’une application fort restrictive puisqu’ils ne valent ni pour tous les lieux, ni pour tous les hommes. Ruine de l’universalisme, triomphe remarquable et durable du relativisme juridique, politique et moral qui fonde et légitime des institutions coloniales inégalitaires, discriminatoires et illibérales comme le reconnait l’auteur. Plus encore, il fut aussi l’un des théoriciens majeurs du « régime du bon tyran » qui, selon lui, est « le gouvernement idéal » dans les territoires dominés par la métropole. L’une des conséquences pratiques de cette proposition générale est formulée en des termes forts clairs : « le pouvoir suprême » en outre-mer doit être confié à un « personnage » – le gouverneur – capable de « briser toutes les résistances qui viendraient à se produire. »

Lire la suite : Dormira Jamais

  • Lire en ligne l’ouvrage De l’Indigénat. Anatomie d’un « monstre » juridique : le droit colonial en Algérie et dans l’empire français, La Découverte/Zones, 2010 : Zones