Archives par mot-clé : activisme politique

Pham Minh Hoang : au Vietnam, « nous vivons dans une dictature » [Exclu RFI]

[ndlr] Expulsé du Viêt-Nam pour ses activités pro-démocratiques après avoir été déchu de sa nationalité vietnamienne, le mathématicien Pham Minh Hoang a été interviewé par Juliette Gheerbrant pour Radio France Internationale (RFI).

Le dissident franco-vietnamien Pham Minh Hoang est arrivé à Paris dimanche 25 juin après avoir été privé de sa nationalité vietnamienne et expulsé du pays par le régime à parti unique. Une mesure qualifiée de violation patente des droits de l’homme par Human Rights Watch. Le Vietnam est un pays où les opposants sont fréquemment emprisonnés, mais le blogueur et ancien professeur de mathématiques de 62 ans est le premier à se voir retirer sa nationalité. Pham Minh Hoang n’a pas eu le temps de saluer sa famille quand la police a fait irruption chez lui samedi soir pour le conduire à l’aéroport. RFI a recueilli son témoignage.

[extrait]

La vie des militants au Vietnam est infernale, si vous vous engagez vous devez savoir que votre vie sera menacée, la vôtre, celle de votre famille, de vos proches. Vous vivez sous pression permanente. Si vous trouvez un emploi, on utilisera tous les moyens que vous soyez mis à la porte. Si vous trouvez un logement, le propriétaire vous rendra très vite la caution et annulera le bail.

Et si ces moyens restent sans effet, on utilisera la force. Vous serez attaqué physiquement, brutalisé, traité comme une bête. […]

Lire l’interview : RFI

Pour en savoir plus sur cette expulsion illégale :

Image « à la une » : protestation de Pham Minh Hoang © TNT Radio

Giáo sư Nguyễn Ngọc Bích đột ngột qua đời [VOA]

[ndlr] La chaîne VOA a annoncé le décès soudain du professeur Nguyen Ngoc Bich dans l’avion lors de son voyage aux Philippines pour participer à un colloque sur la Mer de Chine méridionale. Né à Hanoi en 1937, Nguyen Ngoc Bich était connu pour son activisme en faveur de la démocratie au Viêt-Nam. Il fut le premier directeur de la chaîne vietnamienne d’information sur Radio Free Asia.

Giáo sư Nguyễn Ngọc Bích, một học giả uy tín và cũng là một nhà hoạt động vì dân chủ-nhân quyền cho Việt Nam, vừa đột ngột qua đời khi đang trên chuyến bay tới thủ đô Philippines tham dự một hội nghị cổ xúy cho chủ quyền Việt Nam ở Biển Đông.

Giáo sư Nguyễn Ngọc Linh từ bang Virginia, anh trai giáo sư Bích, cho VOA Việt ngữ biết ông nhận được hung tin lúc 12 giờ sáng ngày 3/3 (giờ miền đông Hoa Kỳ) từ vợ giáo sư Bích, Tiến sĩ Đào Thị Hợi. Giáo sư Nguyễn Ngọc Linh:

« Nhận được tin báo do bà Bích gọi từ máy bay về trong khi máy bay còn chưa tới Manila, báo tin ông Bích mới bị cơn đau tim và đi rồi. »

Lire la suite : VOA, 03/03/2016.

* * *

Aperçu sur ses travaux (d’après Nguoi Viet)

  • Traductions, direction d’ouvrages

A Thousand Years of Vietnamese Poetry (Một nghìn năm thi ca VN, Alfred A. Knopf, 1975)

War & Exile: A Vietnamese Anthology (chủ biên, Chiến tranh và Lưu đày: Tuyển tập văn thơ VN hiện đại, Trung tâm Văn Bút Miền Đông Hoa Kỳ, 1989, để đi dự Đại hội Văn-bút Thế-giới ở Montreal, Canada, tháng 9-1989)

Trường Ca Lời Mẹ Ru / A Mother’s Lullaby của Trương Anh Thụy (dịch sang tiếng Anh, Cành Nam, 1989)

Hoa Địa Ngục / Flowers of Hell và Hạt Máu Thơ / Blood Seeds Become Poetry (dịch thơ Nguyễn Chí Thiện, Tổ Hợp XBMĐ Hoa Kỳ, 1996)

From Enemy to Friend (dịch « Mây Mù Thế Kỷ » của Bùi Tín, Naval Institute Press, Annapolis, MD, 2004)

Cung Oán Ngâm Khúc / Complaints of an Odalisque (dịch và giới-thiệu thơ Ôn Như hầu Nguyễn Gia Thiều, East Coast Vietnamese Publishers Consortium, 2006)

Hỏa Lò / Hanoi Hilton Stories (dịch với người khác 3/7 truyện của Nguyễn Chí Thiện, Yale Southeast Asian Studies, 2007)

Zenith (dịch chung với Hòa và Stephen B. Young « Đỉnh Cao Chói Lọi » của Dương Thu Hương, Viking, 2012).

  • Essais

North Vietnam: Backtracking on Socialism (Vietnam Council on Foreign Relations, Saigon, 1971)

Giới-thiệu về thơ VN trong Nguyễn Đình Hòa, chủ-biên, Some Aspects of Vietnamese Culture (Southern Illinois University, Carbondale, IL, 1972)

An Annotated Atlas of the Republic of Vietnam (Embassy of Vietnam, Washington DC, 1973)

Hồ Xuân Hương: Tác-phẩm (Tổ Hợp XBMĐ Hoa Kỳ, 2000)

Omar Khayyam – Rubaiyat: Thơ và Đời (dịch và giới-thiệu thơ Ba-tư, Tổ Hợp XBMĐ Hoa Kỳ, 2002)

Tet, the Vietnamese New Year (East Coast Vietnamese Publishers Consortium, 2004)

Tự Điển Chữ Nôm Trích Dẫn (1 trong 7 soạn-giả, Viện Việt Học, 2009)

Lưu Hương Ký (thơ chữ Nôm và chữ Hán của Hồ Xuân Hương, Tổ Hợp XBMĐ Hoa Kỳ, 2011)

  • Arts et musique

Vietnamese Architecture (dịch từ tiếng Pháp của Nguyễn Năng Đắc và Nguyễn Quang Nhạc, Embassy of Vietnam, Washington DC, 1970)

15 Ca-khúc mừng Giáng Sinh (National Center for Vietnamese Resettlement, 1975)

Ngục Ca / Prison Songs (thơ Nguyễn Chí Thiện do Phạm Duy phổ nhạc, NNB làm lời tiếng Anh hát được, VICANA, 1982)

Dịch một số bài trong Trần Cao Lĩnh, Vietnam, My Country Forever (nhiếp ảnh nghệ-thuật, Aide à l’Enfance du Viet Nam, Paris, 1984)

Tác-giả hai bài về huyền-thoại VN và thơ VN trong Vietnam: Essays on History, Culture and Society (New York: The Asia Society, 1985)

Dịch danh-mục hội-họa VN trong An Ocean Apart: Contemporary Vietnamese Art from the United States and Vietnam (“Nghìn Trùng Xa Cách,” Washington, DC: Smithsonian Institution Traveling Exhibit Service, 1995)

Dịch các tiểu-luận về mỹ-thuật trong Thái Tuấn: Selected Paintings and Essays (Garden Grove, CA: VAALA, 1996).

  • Contribution à des dictionnaires

« Southeast Asian Literature, » trong Funk and Wagnalls New International Yearbook 1965

« Southeast Asia, » trong The Oxford Companion to Women’s Writings in the United States

« Nguyen Chi Thien » trong Mark Wilhardt, Who’s Who in Twentieth-century World Poetry (Routledge, London, 2002)

  • Autres contributions, traductions de poésies

Dịch thơ VN trong Dorothy B. Shimers (chủ-biên, Voices of Modern Asia, New York: New American Library, 1973)

Có gần 40 bài thơ Việt trong Katharine Washburn và John S. Major, World Poetry, An Anthology of Verse from Antiquity to Our Time (Thơ Thế-giới, một tuyển-tập từ thượng-cổ đến ngày nay, New York: Norton, 1998)

Có thơ VN dịch trong khoảng 40 sách giáo-khoa Mỹ.

Liste complète de ses publications sur sa fiche profil du Viện Việt Học (Institute of Vietnamese Studies)

 

Image « à la une » : portrait du Professeur Nguyen Ngoc Bich © VOA

Nguyễn Lân Thắng : Chúc mừng năm mới Bính Thân – 2016

[ndlr] Message de l’activiste pro-démocrate et reporter indépendant Nguyen Lan Thang à l’occasion de la nouvelle année du Singe 2016.

Kính chào bà con cô bác gần xa

Trong những giờ phút giao thừa linh thiêng này, người Việt chúng ta dù đi bất cứ nơi đâu cũng hướng về đất mẹ, hướng về quê hương, hướng về tổ tiên ông bà để nhìn lại quá khứ, soi xét hiện tại và dự liệu tương lai.

Một năm cũ đã qua đi, một năm mới lại đến. Đất nước chúng ta đang trải qua một thời kỳ đầy biến động và thử thách. Sự biến chuyển chính trị không còn là chuyện xa vời ở đâu mà nó đang tác động đến từng gia đình, từng con người, từng bữa cơm ta ăn, hay mọi sinh hoạt thường ngày ở khắp mọi nơi. Những biến động này không chỉ có nguy cơ mà còn mở ra những cơ hội mới. Theo quy luật của trời đất thì không có gì là vĩnh viễn, không có gì là mãi mãi. Những cái cũ sẽ phải mất đi nhường chỗ cho những cái mới. Đấy là quy luật tất yếu của tạo hoá.

Từ hàng chục năm qua đảng cộng sản Việt Nam đã độc tôn thống trị, lãnh đạo đất nước này và gây biết bao nhiêu tai ương cho dân tộc. Qua những diễn biến trong kỳ đại hội đảng 12, tất cả chúng ta đã thấy rõ bản chất của nó hiện nay. Chúng chỉ là một bọn cơ hội, đục khoét, chia bè kết cánh để đứng lên đầu nhân dân mà không hề lo toan đến vận mệnh dân tộc.

Đất nước thì tụt hậu đến như vậy mà chúng vẫn thờ trên đầu thứ chủ nghĩa quái thai và bắt nhân dân phải lê theo, để rồi cái đích như chính tổng bí thư của chúng phải thừa nhận: « một trăm năm nữa không biết có hay chưa ». Nông dân thì bị cướp hết ruộng đất để xây hàng đống đô thị rồi bỏ hoang. Công nhân thì bị bóc lột cùng cực mà hễ lên tiếng thì bị đàn áp thẳng tay. Trẻ em vùng sâu vùng xa thì không có cơm ăn áo mặc, không được đến trường mà chúng vẫn ham xây tượng đài. Biển đảo thì bị giặc Tàu xâm lăng, tàu cá ngư dân bị đánh chìm mà chúng lại vẫn gọi giặc là bạn… Đến chính những người đảng viên từ trong lòng chúng thức tỉnh, lên tiếng cũng bị chúng trù dập, bức hại không thương tiếc…

Không.
Không thể tiếp tục như vậy được.
Chúng đã mấy hết tính chính danh để lãnh đạo đất nước này.
Chúng đích thị là một bọn phản động.

Chúng chỉ còn nhà tù, công an, côn đồ và những nòng súng để uy hiếp chúng ta đứng lên đòi tự do. Lịch sử đã chứng minh tất cả điều đó là vô nghĩa khi lòng dân đổi thay, không một triều đại nào có thể trụ vững khi phản lại nhân dân, phản lại tổ quốc. Chúng càng bắt bớ, hành hung những người đấu tranh thì lòng dân càng phẫn uất, càng gần đến ngày tự do. Đó là cơ hội của chúng ta, cơ hội được hiến thân mình cho tổ quốc, cho nhân dân.

Trong giờ phút sắp sang năm mới này, tôi xin gửi lời tri ân đến những anh chị em đấu tranh đang bị giam cầm sau song sắt. Xin gửi lời chia sẻ đến các gia đình có con em đang bị đảng cộng sản khủng bố, bao vây, hãm hại chỉ vì mong mỏi những điều tốt đẹp cho đất nước này. Và cuối cùng, tôi xin chúc toàn thể bà con gần xa, những người bạn ở khắp nơi, những người ủng hộ nhiệt thành phong trào đòi tự do dân chủ mà tôi còn chưa có dịp gặp mặt, xin chúc tất cả một năm mới bình an và đầy hi vọng vào một đất nước Việt Nam cường thịnh trong tương lai.

Xin trân trọng cảm ơn!

Source : Page Facebook de Nguyen Lan Thang. Repris sur le blog Anh Ba Sàm, 07/02/2016.

Religious Pluralism in Asia: Engagements, Disengagements, Activisms [26-27/11/2015]

[ndlr] Colloque organisé par le CERI (Centre de Recherches Internationales de Sciences Po Paris) dans le cadre du cycle de séminaires « Les enjeux du pluralisme religieux en Asie » du programme Sociétés plurielles (Université Sorbonne-Paris-Cité).

En partenariat avec l’Université Paris Diderot-Cessma et l’Inalco-ASIE

Thursday 26th November

9:00 Introduction

David Camroux, Sciences Po-CERI ; Claire Tran Thi Lien, Université Paris Diderot-Cessma ; Ji Zhe, Inalco-ASIEs

9:30 Religious Thought, Religiosity and Engagement

Chair: Kathy Rousselet (Sciences Po-CERI)

Discussant: Remy Madinier (Centre Asie du Sud-Est, CNRS)

  • Gwenael Njoto-Feillard (Centre Asie du Sud-Est, CNRS): The Marketization of Indonesian Islam and the Inclusion-Moderation Thesis
  • Hilman Latief (Universitas Muhammadiyah, Yogyakarta): Islamic Modernism and Humanitarian Activism in Indonesia: Local Dynamics and International Engagement of the Muhammadiyah Movement
  • Iselin Frydenlund (Peace Research Institute, Oslo / Norwegian Centre for Human Rights, University of Oslo): The Political Paradoxes of Buddhist Revivalism in Sri Lanka

10:30 Discussion

13:00 Religious Dimensions of (Political) Engagement and Disengagement

Chair: Claire Tran Thi Lien (Université Paris Diderot-Cessma)

Discussant: Sébastien Billiou (Université Paris Diderot, Cessma)

  • David Camroux (Sciences Po-CERI): Islam, Insurrection or Irredentism: the Ethno-Religious Dimensions of Enduring Conflict in southern Thailand

  • Renaud Egreteau (Woodrow Wilson Centre, Washington DC & Sciences Po-CERI): The Politics of Religion in Myanmar’s New Parliament
  • Bernardo Brown (National University of Singapore, Asia Research Institute): Sinhalese and Tamil Catholics in Sri Lanka: United by Faith, Divided by War

16:00 Discussion

 

Friday 27th November

10:00 Religious Activism and Social Engagement

Chair: David Camroux (Sciences Po-CERI)

Discussant: Huiyeon Kim (Inalco-AsieS)

  • Ji Zhe (Inalco-AsieS): The Householder Grove and Lay Buddhist Movements in Modern China

  • Florence Galmiche (Université Paris Diderot-Cessma): Buddhism, Religious Affiliation and Social Visibility in Contemporary Korea

  • Jin-Heon Jung (Max-Planck-Institute, Munich): Ballooning Evangelism: Privatization of Psychological Warfare in the Divided Korea

12:00 Discussion

14.30 Religious Activism and Social Engagement (cont.)

Chair: Junliang Pan (Université Paris Diderot-Cessma)

Discussant: Pascal Bourdeaux (GSRL)

  • Jayeel Serrano Cornelio (Ateneo de Manila University): The Social Activism of the Iglesia ni Cristo
  • Claire Tran Thi Lien (Université Paris Diderot-Cessma): Religion and Social Transformations in Contemporary Vietnam: The Case of Catholics in Ho Chi Minh City
  • Ke-hsien Huang (National Taiwan University): « Cultural Wars » in Taiwan: Gay Rights Movement, Transnational Conservative Christians, and Confucian Secularism

17:00 Discussion

Responsables scientifiques: David Camroux (Sciences Po-CERI), Claire Tran Thi Lien (Université Paris Diderot, Cessma), Ji Zhe (Inalco, ASIEs)

Au vu des consignes de sécurité strictes maintenues à Sciences Po, la conférence aura finalement lieu:
Pour le jeudi 26/11, Salon d’Honneur, INALCO, 2 rue de Lille, 75007 Paris
Pour le vendredi 27/11, Salle des Plaques, INALCO, 2 rue de Lille, 75007 Paris

Verdict sévère, image désastreuse, fabrication totalitaire – foi contre foi

Les accusés au Tribunal de Vinh le 9 janvier 2013. AFP/VNA

Assurément le régime communiste vietnamien prend peur. Il entend mener sa guerre contre « l’ennemi intérieur » avec détermination. Un groupe de 14 jeunes catholiques [1] vient de passer devant le Tribunal populaire de la province de Nghệ An, localisé à Vinh, et de récolter, après deux jours de procès, un total cumulatif de près de 80 ans de prison comme l’affiche dans son titre le journal en ligne Dân Trí [2]. Le groupe a été accusé d’avoir ni plus ni moins fomenté un complot visant à « renverser le gouvernement populaire » (hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân) selon la formule consacrée [3]. Ils tombaient donc sous le coup de l’article 79 du code pénal vietnamien et étaient passibles de la peine de mort [4]. Accusés d’être des membres du parti Việt Tân, une organisation pro-démocrate exilée étiquetée « terroriste » par la Sécurité publique, ces quatorze citoyens entendaient mettre en pratique les principes de « l’évolution pacifique » (diễn biến hòa bình) par des « moyens non violents » (bất bạo động) pour déstabiliser le régime selon l’organe officiel du PCV (Parti communiste vietnamien) à Hanoi [5].

L’acte d’accusation rappelle qu’ils auraient mené des activités politiques depuis le début de l’année 2009, qu’ils auraient intégré l’organisation Viêt Tân qui leur aurait attribué des pseudonymes, fournis de l’argent et des documents pour mener à bien leur opération de subversion [6]. Selon le journal Tuổi Trẻ [Jeunesse], le chef de ce groupe serait Hồ Đức Hòa, un catholique né en 1974 qui aurait reconnu les faits et se serait montré coopératif lors de l’enquête, explication de la « clémence de sa peine » (13 ans au lieu des 20 ans précisés dans la loi, voire la prison à vie ou la peine de mort pour les cas les plus graves) [7]. Sur 17 inculpés au départ, trois sont encore en fuite selon les autorités policières : il s’agit de Nguyễn Xuân Kim, Thái Văn Tư et Lê Sỹ Sáng aujourd’hui activement recherchés [8]. L’avenir nous dira s’il s’agissait d’agents infiltrés ou de réels « comploteurs ». La précision de l’acte d’accusation donne à penser que le groupe était infiltré et pour le moins très régulièrement suivi.

Le catholique Đặng Xuân Diệu à la barre. Source : Tuổi Trẻ

Le 9 janvier le verdict implacable est tombé : Hồ Đức Hòa, Lê Văn Sơn, Đặng Xuân Diệu écopèrent de 13 années de prison. Nguyễn Đặng Minh Mẫn de huit ans ; Nguyễn Văn Oai, Nguyễn Văn Duyệt, Thái Văn Dung, Trần Minh Nhật, Nguyễn Đình Cường chacun de quatre ans d’emprisonnement ; Đặng Ngọc Minh, Nguyễn Xuân Anh, Hồ Văn Oanh, Nông Hùng Anh chacun de trois ans d’emprisonnement. Toutes ces peines de prison ferme sont accompagnées de 2 à 5 d’assignation à résidence. Seul  Nguyễn Đặng Vĩnh Phúc (le frère de Nguyễn Đặng Minh Mẫn) écopa de trois ans de prison avec sursis [9].

Comme le démontrent les images qui circulent sur la blogosphère le procès se déroula dans une atmosphère oppressante avec la présence policière de « centaines de fonctionnaires de la police de Nghệ An » pour assurer le bon fonctionnement du procès et « protéger le tribunal » comme le rappelle le chapeau d’un photographie publiée sur Tuổi Trẻ Online (Hàng trăm cán bộ, chiến sĩ Công an Nghệ An tham gia bảo vệ phiên tòa) [10]. La condamnation souleva un tollé de protestation des organisations de protection des droits de l’homme (Amnesty International, Human Rights Watch), des ambassades américaine et française (voir ci-dessous) ou de journalistes. La revue en ligne Églises d’Asie ne manque pas de souligner les effets désastreux attendus de ce procès au verdict très lourd et met en doute sa véritable efficacité [11]. De son côté, l’agence Reporters Sans Frontières a déjà officiellement démenti, photo à l’appui, la version donnée par les autorités au sujet de Paulus Lê Văn Sơn en ces termes :

“Nous avons la preuve que les autorités vietnamiennes utilisent des prétextes fallacieux pour condamner les blogueurs critiques à son encontre. Paulus Le Son n’a jamais participé à un événement du Viet Tan entre le 25 et le 30 juillet 2011 pour la simple et bonne raison qu’il participait à une formation organisée par Reporters sans frontières, à Bangkok. Cette formation, à l’intention de blogueurs en provenance de différents pays d’Asie du Sud-Est, portait sur la gestion des réseaux sociaux et l’e-reputation. Cette condamnation n’illustre rien d’autre que la paranoïa des autorités qui, non seulement surveillent les moindres déplacements de ses citoyens mais sont aussi mal informées par leurs services de renseignement” [12].

Ce démenti ne nous apprend rien de nouveau si ce n’est qu’il met à jour de façon éclairante la fabrication de l’acte d’accusation concernant un des jeunes catholiques lourdement condamnés. La pratique est ancienne et le montage de dossiers à charge pour les « ennemis intérieurs » est une affaire qui remonte au moins à l’année 1946 lorsque la Sécurité publique et les Forces d’assaut du Viêt-Minh-PCI incriminèrent le VNQDĐ.

Enfin, les dirigeants du Viêt Tân, qui s’opposent ouvertement ces pratiques totalitaires, ont dénoncé dans un communiqué de presse un simulacre de procès : « Viêt Tân rejette les propos colportés par le tribunal communiste visant à rationaliser les charges de “subversion” » [13]. Les jeunes eux-mêmes ont refutés l’accusation de manipulation ou d’appartenance au Viêt Tân en affirmant qu’ils ont agi par « patriotisme » [14]. L’affaire révèle néanmoins que les méthodes non-violentes d’opposition au pouvoir communiste divulguées par le Viêt Tân font de plus en plus d’émules. Et la publicité que fait le pouvoir sur cette organisation, passée de la lutte armée dans les années 1980 à la lutte pacifique au milieu des années 1990, risque de se révéler à double tranchant. Le caractère « révolutionnaire » (cách mạng) de l’organisation (indiqué dans son appellation en vietnamien) et son association à des méthodes pacifiques pour mener à la « réforme » (canh tân) du système fait immédiatement penser aux soulèvements populaires qui ont mis à bas les régimes communistes de l’Europe de l’Est dans les années 1990 et les régimes autoritaires lors du « Printemps arabe » de 2010-2011. Plus près du Viêt-Nam, la véritable angoisse est illustrée par le Myanmar (engagé dans un processus démocratique) comme le souligne, dans le journal Le Monde, Tran Duc un des responsables du Viêt Tân : « Les ‘printemps arabes’ ont échaudé le pouvoir, il a peur, d’autant plus que la situation politique birmane les inquiète » [15].

Bandeau hommage aux prisonniers de conscience catholiques sur le site du diocèse de Vinh à Hanoi.

L’impact de cette affaire est déjà connu à travers les micro-reportages des reporters de RFA (Radio Free Asia) [16]. La sévérité du verdict ne fait qu’encourager les jeunes catholiques dans leur foi et confère aux condamnés une aura de « martyrs ». En donnant la parole à d’autres catholiques pour recueillir leur avis, RFA a pu fournir la clé de ce verdict imposant :

« Beaucoup pensent que les autorités ont prononcé de très lourdes condamnations ; mais je pense autrement. C’est précisément à cause de la fermeté de leur foi chrétienne que les peines ont été si lourdes. D’habitude, pour alléger leur peine, les inculpés reconnaissent leur faute et demandent l’indulgence. Les jeunes catholiques sont restés fermes dans leur conviction et, avec persévérance, ont proclamé leur innocence. Ils ont été conduits par le désir de justice et de paix. Ils sont allés au-delà de leur peur au point de ne pas craindre l’internement… C’est à cause de cela que les autorités les ont condamnés si lourdement. » [17]

Il apparaît donc que c’est une affaire de foi qui a opposé les deux parties et qui mobilise aujourd’hui massivement le parti et la propagande d’État contre les catholiques. Les accusés les plus lourdement punis ont réfuté les accusations du tribunal en s’en remettant à leur foi chrétienne. Cet affront de la foi divine contre la foi totalitaire est sans doute à l’origine de la leçon infligée au-delà même de ce procès à tous ceux qui désireraient se mettre en travers du chemin dicté par le PCV pour ce pays. Avertissement donc pour les catholiques, les protestants, les bouddhistes, Hòa Hảo et autres caodaïstes qui seraient tenter de « se servir de leur foi » pour contrer la foi du prince, la foi autoritaire d’un régime qui n’entend pas se réformer mais se préserver. Et la justice dans tout cela ? C’est justement pour deux conceptions de justice que les deux parties s’opposent : une justice citoyenne contre la justice de l’État-Parti.

Qu’on ne s’y trompe pas la RSVN n’était pas menacée par un groupe de fous de Dieu désireux d’instaurer un État nationaliste religieux (le renouveau du Diemisme en quelque sorte). Non, elle avait affaire à une poignée de cyber-citoyens et bloggers inspirés par la lutte pacifiste pour transformer l’État-Parti en une réelle démocratie respectueuse des droits de ses citoyens. Brad Adams, le directeur Asie de l’organisation Human Rights Watch, considère cette affaire contreproductive pour le pouvoir :

« Au lieu de les emprisonner, le gouvernement vietnamien devrait leur rendre hommage pour leurs efforts déployés afin de traiter les multiples problèmes auxquels est confronté le pays, que le gouvernement a lui-même identifiés » [18].

En condamnant fortement ces jeunes activistes non violents, les autorités risquent fort de liguer un peu plus contre elles la partie de la population la moins bien lotie du système et de figer encore un peu plus les initiatives pour assouplir le régime. L’État-Parti s’est donc trompé de cible au risque de se perdre dans une répression sans fin face à une « autoévolution pacifique » redoutée mais devenue inévitable et même aujourd’hui souhaitable.

FG, 16/01/2013. MàJ 12/12/2016.

Notes

[1] Hồ Đức Hòa (1974-), Đặng Xuân Diệu (1979-), Lê Văn Sơn (1985-), Nguyễn Đặng Minh Mẫn (1985-), Nguyễn Đình Cương (1981-), Đặng Ngọc Minh (1957-), Nguyễn Văn Duyệt (1980), Nguyễn Văn Oai (1981-), Nông Hùng Anh (1983-), Nguyễn Xuân Anh (1982-), Hồ Văn Oanh (1985-), Thái Văn Dung (1988-), Trần Minh Nhật (1988-), Nguyễn Đặng Vĩnh Phúc (1980-). Voir : « Xét xử 14 đối tượng ‘âm mưu lật đổ chính quyền' », VOV Online, 10/01/2013. (theo TTXVN).

[2] Voir : Hoàng Lam, « Gần 80 năm tù cho nhóm đối tượng hoạt động nhằm lật đổ chính quyền », Dân Trí, 10/01/2013.

[3] Voir en détail l’acte d’accusation sur Thanh Niên Công Giáo [TNCG – Jeunesse Catholique] : « Bản cáo trạng của vụ 17 thanh niên Công Giáo và Tin Lành theo tội danh « Hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân », 02/12/2012. Repris par Dan Luan.

[4] Voir : « Bộ luật Hình sự Việt Nam sửa đổi, bổ sung 2009/Chương XI », Wikisource.

[5] « Xét xử vụ án hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân », Nhân Dân, 10/01/2013.

[6] Voir l’article cité de VOV et l’acte d’accusation sur Dân Luận ou TNCG.

[7] Vu Toan, « Đề nghị mức án các bị cáo trong vụ Hồ Đức Hòa », Tuổi Trẻ, 09/01/2013.

[8] VOV Online, art. cit.

[9] Voir par exemple: Xét xử 14 đối tượng ‘âm mưu lật đổ chính quyền’, Viet Nam Net, 10/01/2013. Le jugement a été reproduit en boucle à partir des informations de l’agence officielle TTXVN. Le site du Premier ministre Nguyen Tan Dung a également fait état du procès en cours le 09/01/2013. Deux sites locaux de la Cong An ont repris la dépêche : Cong An Da Nang et Cong An Nghe An (article de Hữu Nguyễn). Voir aussi le reportage de la télévision locale mis en ligne sur You Tube (intégré ici en fin d’article) : Việt Nam kết án tù 13 người Thiên chúa giáo với tội « lật đổ chính quyền ».

[10] Voir l’article sur TTO : Vu Toan, « Xử vụ Hồ Đức Hòa cùng đồng phạm hoạt động lật đổ chính quyền », Tuổi Trẻ Online, 10/01/2013. Voir aussi : « Phiên Tòa Xét Xử 14 Thanh Niên Công Giáo Và Tin Lành ngày 08/01/2013 », Liên Kết Người Việt, 08/01/2013 et les reportages sur le déroulement du procès sur RFA : Quỳnh Chi, « Tường thuật phiên toà xử các thanh niên Công giáo », RFA, 08/01/2013 et Gia Minh, « Nhiều người bị ngăn cản tại phiên tòa xử 14 thanh niên Công giáo », RFA, 08/01/2013.

[11] « Nghê An : les lourdes peines prononcées contre les jeunes chrétiens seront-elles aussi « dissuasives » que l’espèrent les autorités ? », EDA, 14/01/2013.

[12] « RSF détient les preuves de l’innocence de Paulus Le Son », RSF, 11/01/2013.

[13] « Quatorze défenseurs des droits de l’homme condamnés au cours d’un simulacre de procès au Vietnam », Viêt Tân, 09/01/2013.

[14] « Au Vietnam, 14 chrétiens condamnés à 80 ans de prison », Radio Vatican, 11/01/2013.

[15] François Bougon, « Vague de répression au Vietnam contre des blogueurs catholiques », Le Monde, 11/01/2013.

[16] Voir : Quỳnh Chi, « Kết quả phiên xử các thanh niên Công giáo và Tin lành », RFA, 09/01/2013 et Khánh An, « Liệu những bản án mang tính “răn đe” có hiệu quả? », RFA, 10/01/2013.

[17] EDA, art. cit. traduit de RFA.

[18] Le Monde, art. cit.

 

Pour en savoir plus :

* * *

Vietnam – Peines de prison prononcées à l’encontre de défenseurs des droits de l’homme (11 janvier 2013)

La France condamne les lourdes peines de prison prononcées le 9 janvier à l’encontre de 14 défenseurs des droits de l’homme par la Cour populaire de la province de Nghe An, au Vietnam. Plusieurs décisions similaires ont été prises ces derniers mois par les autorités vietnamiennes.

De telles décisions portent gravement atteinte aux droits de l’homme, notamment aux libertés d’opinion et d’expression et à la liberté d’association. La France rappelle que ces droits et libertés sont garantis par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel le Vietnam est partie. Elle relève également que l’ASEAN vient d’adopter une Déclaration sur les droits de l’homme, visant à renforcer leur plein respect en Asie.

Source : Ministère des Affaires étrangères

* * *

La prononciation des peines par le Tribunal populaire de la province de Nghe An (reportage de la télévision locale)

Le 25 décembre 1927 était fondé à Hanoi le Parti National du Viêt-Nam – Việt Nam Quốc Dân Đảng (VNQDĐ)

Numéro spécial de la revue Cong Hoa [République] publié en 1964 au Sud-Vietnam. Source : sachxua.net

Il y a tout juste 85 ans, le 25 décembre 1927, un petit groupe d’intellectuels vietnamiens fondaient le Parti National du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc Dân Đảng) à Hanoi. La nouvelle organisation révolutionnaire, qui prônait le renversement du pouvoir colonial par les armes et l’instauration d’une République, se dotait d’un programme politique ambitieux en trois points :

1) Indépendance nationale (Dân Tộc Độc Lập) : chasser les colonialistes français du territoire vietnamien pour recouvrer l’indépendance nationale.

2) Droits du peuple (Dân Quyền Tự Do) : après avoir accédé à l’indépendance, mettre sur pieds des institutions démocratiques respectueuses des droits du citoyen.

3) Bonheur du peuple (Dân Sinh Hạnh Phúc) : promouvoir une politique économique visant à donner le bien être au peuple. [1]


Le soir du 24 décembre 1927, les jeunes révolutionnaires anticolonialistes de la maison d’éditions Nam Đồng Thư Xã réunirent secrètement une Convention nationale chez le père de Lê Thành Vị, au hameau Thể Giao au sud de Hanoi. Etaient présents cette nuit là les intellectuels patriotes Phạm Tuấn Lâm, Phạm Tuấn Tài, Hoàng Phạm Trân (Nhượng Tống), Nguyễn Khắc Nhu, Phó Đức Chính, Hoàng Văn Tùng, Hồ Văn Mịch, Nguyễn Ngọc Sơn, Nguyễn Thế Nghiệp, Nguyễn Hữu Đạt… ainsi que celui que Louis Roubaud nomma le « Grand Professeur », Nguyễn Thái Học. La Convention secrète rassembla tout au plus 19 représentants de quelques provinces du Tonkin [2] et se termina à cinq heures du matin. Une première résolution fut émise collectivement avec la création du Parti Nationaliste et de sa charte politique. Nguyễn Thái Học fut désigné chef de la nouvelle organisation révolutionnaire.

Les années suivantes, le parti se développa dans les trois parties du Viêt-Nam colonisé (Tonkin, Annam, Cochinchine) parmi les intellectuels citadins, les petits propriétaires terriens, les agriculteurs et les tirailleurs. Il diffusa ses idées à travers le journal Hồn cách mạng [L’âme de la révolution], organe de propagande du parti, et établit son siège social à l’Hôtel Viêt-Nam à Hanoi. La nuit du 24 au 25 décembre fut choisie délibérément pour déjouer la surveillance de la Sûreté coloniale en principe bien occupée à fêter Noël. En principe seulement car la réunion fut découverte par la Sûreté dans la nuit autour de deux heures du matin et fut prudemment dissoute pour reprendre quelques temps plus tard au local des éditions Nam Đồng Thư Xã. Le lendemain, le 26 décembre, une seconde assemblée se déroula dans le hameau de Ngũ Xã (Cinq communes) pour déterminer le programme politique du parti et l’instauration d’une « Démocratie nationale socialiste » (Dân chủ quốc gia xã hội) [3]. Le destin malheureux de ce parti nationaliste révolutionnaire quasiment décimé en 1930 par la Sûreté coloniale puis de nouveau en 1946 par le Viêt-Minh/PCI ne faisait que commencer.

FG, 25/12/2012.

[1] Un objectif toujours inscrit dans le programme de lutte du VNQDĐ en exil, voir : Cương Lĩnh VNQDĐ 2006. En 1927, d’après Nhượng Tống, les deux premiers objectifs prévalaient : Révolution nationale visant à recouvrir l’indépendance et instauration d’une République démocratique parlementaire (Cf. Nhượng Tống, Hoa cành Nam [Fleurs de la branche du Sud], Westminster, CA, s.d., VNQDĐ xuất bản, p. 112). On remarquera que ces trois slogans inspirés du Triple démisme (la Théorie des trois peuples) de Sun Yat-sen forment la devise de la RSVN actuelle : « Độc Lập, Tự Do, Hạnh Phúc » (Indépendance, Liberté, Bonheur).

[2] Nhượng Tống évoque précisément le chiffre de 19 personnes à ne pas dépasser car à partir de vingt personnes la loi obligeait les responsables à déclarer la réunion à la préfecture et donc susciter l’intérêt immédiat de la Sûreté coloniale. Le chiffre de 36 représentants de 14 provinces, avancé par Hoàng Văn Ðào, semble de fait exagéré. Raison pour laquelle la Convention nationale mentionna le chiffre « 19 » à ne pas dépasser dans la composition d’une cellule du parti. Voir Nhượng Tống, Hoa cành Nam, p. 94.

[3] Traduction française faite par un membre du parti lors de la Commission criminelle de 1929, voir Nhượng Tống, Hoa cành Nam, p. 107.

Réf. : Hoàng Văn Ðào (ci-dessous) et Nhượng Tống, Hoa cành Nam, Westminster, CA, s.d., VNQDĐ xuất bản.

Aperçu Google Books