Human Rights Groups Call on Vietnam’s Government to ‘Stop the Crackdown’ [RFA]

[ndlr] Protestation contre l’amplification de la répression contre les dissidents et activistes sociaux au Viêt-Nam.

Vietnamese and international human rights groups called this week on the government of Vietnam to end what they called an “unprecedented crackdown” on peaceful political expression that has seen at least 25 activists and bloggers jailed or exiled so far this year.

Writing in an open letter dated Oct. 16, the coalition—including Vietnam-based rights organizations and groups like Reporters Without Borders based in Western countries—said the ongoing campaign of persecution “violates international law, damages Vietnam’s reputation abroad, and limits the country’s progress.”

The government of Vietnam, a one-party communist state, “has resorted to unsubstantiated national security charges (especially Articles 79 and 88 of the Vietnamese Penal Code) to justify repression of free expression, free information and peaceful advocacy,” the statement said.

“Vietnamese authorities continually resort to tactics of prosecution, arbitrary detention, abuse, and harassment to silence dissenting voices.”

Along with drawing attention to the plight of those sentenced or detained, the group says it aims “in a sustained campaign” to provide support to jailed activists and their families, and to push for diplomatic pressure on Hanoi “to ensure the release of all political prisoners.”

Lire la suite : RFA, 17/10/2017.

★ ★ ★

Appel en français ci-dessous de dix organisations vietnamiennes et internationales

Cessez la répression au Vietnam

16 octobre 2017

Un groupe d’organisations vietnamiennes et internationales de défense des droits de l’homme s’est formé pour faire cesser la répression qui sévit au Vietnam : Ngưng Ngay Đàn Áp.

Le Vietnam est au centre d’une répression politique sans précédent envers toute forme d’expression pacifique. Rien que cette année, les autorités vietnamiennes ont arrêté ou exilé au moins 25 activistes et blogueurs pacifiques. Dans plusieurs simulacres de procès, le gouvernement a orchestré des condamnations injustifiées et a condamné des défenseurs des droits de l’homme et des blogueurs, dont Tran Thi Nga, Nguyen Van Oai et Nguyen Ngoc Nhu Quynh, à de longues peines d’emprisonnement. L’un des avocats et blogueurs les plus renommés du Vietnam en matière de droits de l’homme, Nguyen Van Dai, est détenu arbitrairement sans procès depuis bientôt deux ans.

Le gouvernement de Hanoi recourt à des accusations non fondées qui touchent à la sécurité nationale (utilisant en particulier les Articles 79 et 88 du Code pénal vietnamien) pour justifier la répression de la liberté d’expression, la liberté d’information et la défense pacifique des droits de l’homme. Les autorités ciblent les médias sociaux et utilisent de « fausses informations » pour justifier la censure. Les autorités vietnamiennes recourent continuellement à des tactiques de poursuite pénale, de détention arbitraire, d’abus et de harcèlement pour réduire les voix dissidentes au silence.

Ces mesures de répression violent le droit international, et nuisent à la réputation du Vietnam à l’étranger et au développement du pays.

#StopTheCrackdownVN est formé d’un groupe d’organisations vietnamiennes et internationales défendant la liberté d’expression, la liberté d’information et la protection des droits de l’homme. Grâce à une campagne soutenue, particulièrement concentrée sur les cas des activistes et des blogueurs arrêtés depuis le début de l’année 2017, nous visons à :

  • Attirer l’attention du public sur ce qui se passe afin de condamner la répression qui sévit actuellement au Vietnam
  • Apporter l’assistance nécessaire aux activistes détenus et à leurs familles
  • Appliquer les lois et les mécanismes existants et à faire exercer des pressions diplomatiques sur le gouvernement de Hanoi afin d’assurer la libération de tous les prisonniers politiques

Rejoignez-nous !

Signataires

Association Bau Bi Tuong Than // Brotherhood for Democracy (Fraternité pour la Démocratie) // Chan Hung Nuoc Viet // Defend the Defenders // English PEN // Lawyers for Lawyers // Lawyers’ Rights Watch Canada // Reporters Without Borders // Viet Labor Movement // Viet Tan

Source : Viet Tan

Voir l’infographie Stop the Crackdown in Vietnam

Saigon River : colloque de restitution du projet – Hô Chi Minh-Ville 16-17 octobre 2017

[ndlr] Manifestation scientifique France – Viêt-Nam.

Les lundi 16 et mardi 17 octobre 2017, François Guillemot a participé au colloque de restitution du Projet Saigon River. Celui-ci s’est déroulé à l’Université Polytechnique (Dai Hoc Bach Khoa, 268 Ly Thuong Kiet, District 10) à Hô Chi Minh-Ville.

Son intervention, préparée avec Estelle Senna et Laurent Gédéon, s’est appuyée sur deux contributions de la plateforme Virtual Saigon dans le cadre du premier axe du projet : « Évolution de l’hydrosystème de la rivière Saigon en lien avec le développement de la mégalopole d’Hô Chi Minh-Ville ».

La première communication portait sur les défis de l’eau au cours de l’histoire de Saigon prise dans un temps long à travers trois moments clés (l’apport de la marine française, l’urbanisation et la gestion de l’eau sous la colonisation, l’industrialisation du tissu urbain et ses possibles interactions avec le fleuve). La seconde présentait la mise en place du WebSIG dédié au projet, un outil collaboratif de partage des approches scientifiques et des résultats élaboré par Estelle Senna, géomaticienne à l’IAO : http://www.space-in-asia.net/saigon-river/

Abstract 1

The history of Saigon on the long term is closely linked to the river that shares its name. This communication focuses on three main aspects of the interactions between the town and its water network. The first part examines some key elements of the urban history of Saigon. The city’s shape is due to the French military presence in Cochinchina. In 1790, Gia-Dinh is redesigned as a citadel on the Saigon River, and there are still traces in the current urban morphology of the ancient canals. But the master plan is really drawn decades later. From 1862, the French Navy design and build Saigon, as the main naval base and capital for the conquered Cochinchina. The second part presents how the civilian power inherits of this grown-up city, at the turn of the century. The historical archives reveal new concerns and approaches in the management of water. A micro-historical approach allows seizing the making of the city « seen from the bottom ». The construction of the current area of Ben Thanh Market on the Boresse marsh in the early 20th century appears as a good case study. The issues of the early twentieth century echoes, to a certain extent and on different scales, that of the beginning of the twenty-first century. Finally, the last part focuses on the economic function of the Chinese arroyo during the twentieth century. From this local experience, the perspective to nowadays industrial zones of Ho Chi Minh City, is analyzed in terms of specialization and location.

Keywords: Saigon river, urban history, canal, water network, naval base, wetland, marshes, Ben Thanh market, industrial zones, Chinese Arroyo

Abstract 2

Within the framework of the Saigon River project (funded by Région Auvergne-Rhône-Alpes – France) a WebGIS has been made ; from old maps of Saigon to coring locations, it is a digital mapping interface providing access to a part of data produced. This interactive app may then be considered as a way to share the results, but it is not its first aim. This custom-made online tool was created at the early beginning of the project to strengthen the link between the teams. Actually, if disciplines and approaches are different, the space of study is the same. The WebGIS, as “collective container”, has raised cross-disciplinary discussions, everywhere it showed unexpected spatial relations between topics.

Keywords: WebGIS, digital mapping, interactive app, collaborative work, data

Le mardi 17 octobre une présentation générale des trois axes du projet ainsi que des résultats obtenus et des perspectives de recherche a été faite par Émilie Strady (IRD Vietnam).

Pour en savoir plus sur le projet Saigon River (2015-2017) : http://virtual-saigon.net/River/Overview

H-Diplo Roundtable XIX, 8 on Vietnam: A New History

[ndlr] Parution de la tribune H-Diplo consacrée à l’ouvrage de Christopher Goscha. Une excellente tribune à lire.

Roundtable Review
Volume XIX, No. 8 (2017)
23 October 2017

Roundtable Editors: Thomas Maddux and Diane Labrosse
Roundtable and Web Production Editor: George Fujii

Introduction by Thomas Maddux

Christopher Goscha.  Vietnam: A New History. New York: Basic Books, 2016. ISBN: 9780465094363 (hardcover, $35.00).

URL vers le PDF en ligne : http://www.tiny.cc/Roundtable-XIX-8

Voir aussi : https://networks.h-net.org/node/28443/discussions/643350/updated-h-diplo-roundtable-xix-8-vietnam-new-history

© 2017 The Authors.

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 5

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

Deux prisonniers de S-21. Photo de Timo Luege © DR

★ ★ ★

Terreur au Cambodge, l’expérience khmère rouge

Séance 5 : mercredi 25 octobre 2017– salle D4.070 (IAO)

Comment les Cambodgiens ont-ils raconté l’expérience révolutionnaire sous le régime des Khmers rouges ? Quels types de violence ont-ils subi au cours du génocide ? Quelle fut l’étendue du génocide et son espace géographique ? Comment fonctionnait le régime du Kampuchéa Démocratique ? La séance de ce séminaire, consacrée en grande partie à la période 1975-1979, tente de dévoiler la vie quotidienne sous Pol Pot et de voir ce que les mémoires personnelles et collectives ont retenu de cette purge politique à grande échelle. Notre séance s’intéresse également à la compréhension historique du phénomène khmer rouge à travers les vifs débats entre chercheurs.

Sources mobilisées :

Sitographie :

 

Exposés oraux


  • DeFrancis, John, Colonialism and language policy in Viet Nam, De Gruyter, 1977 ou The Hague, Mouton, 1977.

Exposé de Tseng Ihsuan

Sommaire de l’ouvrage : Pinyin.info


  • Ly, Claire, Revenue de l’enfer. Quatre ans dans les camps khmers rouges, Paris, Les éditions de l’Atelier, « Témoins d’humanité », 2014.

Exposé d’Emmanuel Delaunay

Site de l’auteure : http://www.clairely.com/


Image « à la une » : peinture à l’huile de Vann Nath (1946-2011) : Interrogation at the Kandal Pagoda, 2006.

 

L’ouvrage Vietnam: A New History du professeur Christopher Goscha remporte le John K. Fairbank Prize for East Asian history

[ndlr] Félicitations à notre collègue Christopher Goscha pour ce prix prestigieux.

Le professeur Christopher Goscha, du Département d’histoire, a remporté le John K. Fairbank Prize for East Asian history pour son ouvrage Vietnam: A New History (Basic Books, 2016). Ce prix lui sera décerné dans le cadre du congrès annuel de l’American Historical Association, qui aura lieu du 4 au 7 janvier prochains à Washington. Ce prix est offert chaque année à un ouvrage original portant sur l’histoire post-1800 de la Chine, du Vietnam, de l’Asie centrale, de la Mongolie, de la Mandchourie, de la Corée ou du Japon.

Le Vietnam d’aujourd’hui est une mosaïque fascinante de gens, de langues et de cultures – ce petit pays héberge plus de 50 groupes ethniques parlant plus d’une demi-douzaine de langues. Cette extraordinaire diversité est l’héritage de plusieurs siècles marqués par de nombreuses reconfigurations politiques. Dans Vietnam: A New History, Christopher Goscha raconte l’histoire du pays, de l’Antiquité à nos jours. «Des générations d’empereurs, de rebelles, de prêtres et de colonisateurs ont laissé un héritage complexe dans ce pays remarquable, écrit-il. La mainmise des Chinois, des Français et des Japonais a refaçonné et modernisé le pays, comme l’ont fait les visées coloniales des Vietnamiens eux-mêmes lorsqu’ils ont voulu étendre leur influence au sud du delta du Fleuve Rouge.» Des grands seigneurs Trinh et Nguyen au 17e siècle à la guerre du Vietnam, en passant par les colonisateurs français qui l’ont annexé avec le Laos et le Cambodge au sein de l’Indochine, plusieurs dynasties et États ont régné sur  – et se sont battus pour – ce qui est devenu le Vietnam. Tandis que de plus en plus de touristes y affluent et que l’Asie du Sud-Est est de nouveau le théâtre d’intenses rivalités, cet ouvrage se présente comme la référence historique incontournable à propos du Vietnam.

Lire la suite sur le site de l’UQAM.

Pour en savoir plus :

History of Vietnam Christopher Goscha talked about his book, Vietnam: A New History. He spoke about how the country has changed over the centuries, including the impact of Chinese and French influences on ancient and modern Vietnam. Professor Goscha is an expert on Indochina who teaches at the University of Quebec. (Source : C-Span)

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 4

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

Vendeuses de journaux à Hô Chi Minh-Ville. Photo FG 2010

★ ★ ★

Vivre sous le régime communiste

Séance 4 : mercredi 11 octobre 2017 – salle D4.070 (IAO)

Avec la littérature du Renouveau (Dôi Moi), une nouvelle vision de la société vietnamienne s’affiche. La vie quotidienne sous le régime communiste est décrite dans tous ses bouleversements. La vie sentimentale, la misère, le mensonge, la cupidité mais aussi les espoirs, les couleurs et les odeurs sont dévoilés à un nouveau lectorat à la recherche de vérité. Les rapports humains sont  décrits dans leur complexité et non plus selon les canons de l’idéologie officielle (héroïsme, abnégation ou sacrifice). L’individu donne une nouvelle image du collectif. On assiste à un dépassement de l’embrigadement politique, à une remise en cause du contrôle social. Les possibilités d’émancipation par la pensée ou par l’argent se multiplient et bouscule la vieille garde qu’incarne « le général à la retraite ».

Sources mobilisées :

  • Duong Thu Huong, Histoire d’amour racontée avant l’aube, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, L’Aube poche, 2001, p. 86-98.
  • Nguyen Huy Thiep, « Un général à la retraite », dans Un général à la retraite, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, « Regards croisés », 1990, p. 19-47.
  • Ta Duy Anh, « Uné épidémie diabolique », dans Terre des éphémères, Arles, Philippe Picquier, Picquier poche, 1997, p. 63-80.

Image « à la une » : Rue Lê Duân à Hanoi © Marcelino Truong

Mobiliser la mémoire. Reconstruire les sociétés de post-conflit : la Colombie en perspective

[ndlr] Pour information, des thématiques qui rejoignent celles de notre séminaire.

Colloque international

Du 4 octobre 2017 au 5 octobre 2017

  • Site Descartes – 15 parvis René Descartes ENS de Lyon, amphithéâtre Descartes
  • UDL, Grand Amphithéâtre

Les questions liées à la mémoire (aux mémoires) individuelle(s) et collective(s) revêtent une importance particulière dans les sociétés qui ont connu des événements traumatiques tels qu’une guerre (les deux guerres mondiales, la guerre d’Algérie pour la France) ou un conflit armé (en Colombie), voire une dictature (dictature militaire pour le Brésil et l’Argentine). En Colombie, depuis que le gouvernement a engagé un processus de négociation avec une des plus anciennes guérillas du monde, celle des FARC, les enjeux liés à la mémoire individuelle et collective sont cruciaux. Les accords signés pour sortir de la violence armée représentent un chapitre fondamental dans l’écriture d’un nouveau récit de la nation, que la société en général doit valider.

Le colloque « Mobiliser la mémoire » sur les enjeux du post-conflit en Colombie rassemblera des juristes, des anthropologues, des sociologues, des historiens, des psychologues et des spécialistes d’études littéraires et artistiques. A partir de 8 conférences et tables rondes, laissant large place au débat, le cas colombien sera mis en perspective avec les expériences transitionnelles argentine, brésilienne et française, analysées et modélisées depuis la création du réseau de recherche « Memoria », en 2013.

Le colloque associera comme grands répondants des écrivains, colombiens et espagnols, ainsi que des chercheurs brésiliens (USP, São Paulo) et argentins (équipe EAAF, Buenos Aires) du réseau « Memoria », dans le cadre de l’année France-Colombie 2017.

Programme en ligne : PDF
Affiche en ligne : PDF

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 3

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

Guerres directes et indirectes

Séance 3 : mercredi 4 octobre 2017 – salle D4.070 (IAO)

« La guerre, comme l’amour, ne se raconte pas » écrit Phan Huy Duong le traducteur de Bao Ninh. Alors que la guerre fait rage au Viêt-Nam pendant plus de trente ans, elle a varié en intensité. La guerre à Cantho, dans le delta du Mékong, n’est pas la même qu’à Danang. Dien Bien Phu, le Verdun vietnamien, s’écrit aujourd’hui à hauteur d’hommes avec de la peur et des larmes. La guerre vue de Saigon reçoit les échos des brutalités commises par les hommes en armes dans les deltas et dans la jungle. Les petites « guerres » qui se déroulent sur les campus américains, japonais ou européens en forment des échos indirects et lointains. Hanoi sous les bombardements de 1972 ou la Piste Ho Chi Minh sous les nuages de défoliants et sous les orages de feu ont laissé des traces profondes dans les récits de ceux qui l’ont vécu. Pour l’écrivain Bao Ninh, un des premiers à briser le tabou de l’héroïsme officiel, la guerre n’est que dévastation et reste à toujours sans vainqueurs. A travers quelques textes, nous explorons ce qu’en disent les écrivains et comment la déchirure s’exprime.

Sources mobilisées :

  • Bao Ninh, Le chagrin de la guerre, Arles, Philippe Picquier, 1994, p. 15-27.
  • Nha Ca, Les canons tonnent la nuit, Arles, Philippe Picquier, 1997, p. 103-150.
  • Vu Bao, « Le héros qui pissait dans son froc », dans Le héros qui pissait dans son froc, La Tour d’Aigues, L’Aube, 1996, p. 51-62.

 

Quelques récits accompagnants cette séance :

Dang Thuy Trâm, Les carnets retrouvés, 1968-1970, Arles, Philippe Picquier, 2010.

Dao Thanh Huyen et al., Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de bô dôi, Paris, Nouveau Monde éditions, 2010.

Lê Cao Dai, C’était au Tây Nguyên. Journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien, 1965-1973, Hanoi, Editions The Gioi, 2006.

Ngo Van Chieu, Journal d’un combattant Viêt-Minh, Paris, Seuil, 1955.

  • Portrait de Phan Nhat Nam : Phan Nhật Nam (1943) is a writer, known as South Vietnam’s most famous war reporter.

 

Analyses du roman de Bao Ninh :

Doan Cam Thi, « Le Chagrin de la guerre » ou l’impossible autobiographie, La Revue des Ressources, mardi 1er février 2011.

Phan Huy Duong, « Une douleur sans perspective », in Bao Ninh, Le chagrin de la guerre, Arles, Philippe Picquier, 1994, p. 5-14.

 

Image « à la une » : « Guerre en Asie » par FX et illustration photographique de l’agence Sputnik, La piste Ho Chi Minh.

Les trois vagues de la littérature vietnamienne contemporaine traduite en français

Le choix des traductions d’ouvrages étrangers vers le français est toujours lié à une conjoncture économique ou politique. Volonté politique de faire passer un message, véritable engouement pour des auteurs persécutés, opportunité pour un éditeur de réaliser un coup littéraire, la littérature vietnamienne traduite en français n’échappe pas à ces paramètres. Le second point porte sur la question des traductrices et traducteurs avec ce pré-requis fondamental : connaître en profondeur les deux langues, leurs subtilités  et les cultures des deux pays.

Afin de faciliter l’accès aux références littéraires vietnamiennes traduites en langue française, ce billet destiné aux étudiants du séminaire propose une liste des principaux auteurs et de leurs œuvres traduites (classement par auteurs A-Z). Nous nous limiterons dans cet aperçu aux romans et récits vietnamiens contemporains (XX et XXIe siècles) tout en gardant à l’esprit que la littérature populaire mériterait à elle seule un autre billet. Pour un panorama général de la littérature classique traduite on se reportera aux anthologies publiées dans les années 1970 à Hanoi et rééditées en France chez Philippe Picquier1.

L’analyse de ce corpus d’un peu plus d’une centaine de titres démontre que l’histoire éditoriale dépend en grande partie du choix des traducteurs et de la volonté des éditeurs de créer des collections dédiées à l’Asie et/ou en particulier au Viêt-Nam. Les traductions de ce corpus peuvent être divisées en trois grandes vagues correspondant à trois époques différentes : celle de la guerre, celle de l’après-guerre (en particulier du Renouveau) et celle de la mondialisation. Quatre grandes collections se partagent l’essentiel des auteurs mais seule une poignée d’auteurs ont bénéficié de cet éclairage sur l’ensemble de leurs œuvres.

L’individu opprimé ou contraint : les traductions au service de l’État-Parti

La première vague de traductions françaises est le fait des éditions des Langues étrangères à Hanoi. Elles sont éditées à partir de la fin des années 1950 lorsque la RDVN a repris le contrôle de Hanoi. Georges Boudarel apparaît comme étant l’un des principaux français liés au service de traduction et de propagande de l’État-Parti. A cette époque, la grande vague littéraire des années 1932-1945 ne fait pas l’objet de nombreuses traductions2. Néanmoins, grâce à Boudarel, des textes de Ngo Tat To, Nam Cao ou Nguyen Cong Hoan, auteurs réalistes, sont parvenus jusqu’en France et devenus des classiques. Dans les anthologies publiées jusqu’au milieu des années 1980, les auteurs les plus importants du Tu Luc Van Doan (Groupe littéraire autonome), notamment Nhat Linh ne sont pas présents. Ayant fait le choix de la résistance à la fois anti-française et anti-communiste ces auteurs sont exclus du panthéon officiel. Leurs œuvres sont considérées comme « bourgeoises », individualistes ou « réactionnaires ». L’individu doit s’effacer au profit de l’effort collectif de construction du socialisme et de la résistance patriotique. L’individu opprimé par la colonisation française est une figure marquante de la littérature traduite des années cinquante.

Les sentiments les plus profonds, les aspirations, les rêves, la façon de vivre et de combattre de ses compatriotes et des combattants de libération trouvent sous sa plume une vivante expression. Pour être riche en couleur locale ses oeuvres n’en sont pas moins empreintes de caractère national. Aussi sont-elles aimées des lecteurs sud-vietnamiens qu’elles ont contribué à exalter tout au long des années de lutte pleines d’abnégation, d’héroïsme et de grandeur contre les agresseurs yankees. (à propos de Nguyen Sang par les éditions Giai Phong, 1969).

Sur la production littéraire publiée au Sud, très peu de textes sont traduits vers le français. Toute une littérature éditée pendant la guerre d’Indochine reste à ce jour inconnue du public français3. La coupure culturelle avec l’ancien colonisateur apparaît plus radicale qu’au Nord. Dans le contexte du pays divisé à partir de 1954, les traductions françaises de nouvelles vietnamiennes éditées au Sud pendant la guerre sont surtout le fait des éditions Giai Phong, un organe de propagande du Front national de libération au Sud. On doit à cette maison d’édition les ouvrages Le peigne d’ivoire, Hon dat, etc. ou des témoignages politiques sur le régime de Saigon. Tout ce qui est publié sur le plan littéraire est au service de la cause patriotique et la plupart du temps, logique de la Guerre froide, la littérature de propagande est éditée à Pékin.

Renouveau et exil, un souffle de liberté

La seconde vague de traduction, la plus importante, est intimement liée à la politique de Renouveau de l’État réunifié. Décrétée en décembre 1986 lors du VIe Congrès du PCV, l’ouverture culturelle permet à de nombreux auteurs de publier des textes à contre-courant de l’idéalisme révolutionnaire mis en avant pendant la période de la guerre. C’est le retour en force de l’individu. En France, la réception de ces nouvelles œuvres est particulièrement importante. Les éditions des Femmes prennent l’initiative, dès le début des années 1990, de publier Duong Thu Huong et Pham Thi Hoai, deux grandes écrivaines de la vague de Renouveau. Une collection dédiée au Viêt-Nam est fondée aux éditions Philippe Picquier. Dirigée par le traducteur et écrivain Phan Huy Duong, les romans et nouvelles de Bao Ninh, Duong Thu Huong, Nguyen Huy Thiep ou Phan Thi Vang Anh sont largement diffusés en France et trouvent leur public. Outre le fait qu’il s’agit d’éditions soignées aux couvertures illustrées avec goût, Picquier développe rapidement une édition de poche rendant encore plus accessible les meilleurs ouvrages traduits.

Là-bas, la terre, les hommes sont encore imbibés de la violence de ce siècle. Dans cette argile douloureuse, certains, obstinément, cherchent à moduler une silhouette, un visage, celui de la mémoire assumée, dépassée, celui de l’avenir, celui de l’humain. Ils s’appellent Nguyen Huy Thiep, Duong Thu Huong, Luu Quang Vu, Pham Thi Hoai… (Phan Huy Duong, La renaissance littéraire au Viêt-Nam, juin 1990)

Les éditions de l’Aube, dans la foulée, au sien de la collection « Regards croisés » mettent sur pieds une série Vietnam dirigée par Phan The Hong. Celui-ci traduit des textes souvent en collaboration avec Janine Gillon. De nombreuses traductions des romans et nouvelles de Nguyen Huy Thiep, un des plus grands auteurs de la nouvelle littérature, sont éditées et rééditées en poche. Pendant une décennie (1990-2000), ces deux collections vont faire connaître en France les principaux auteurs du Renouveau littéraire vietnamien. En particulier, Philippe Picquier éditent en 1994 et 1996 deux recueils de nouvelles rassemblant le meilleur de la production littéraire vietnamienne d’alors. Le retour de l’individu, la critique du collectif, du mensonge et de l’absurdité du régime sont alors au cœur d’une littérature qui respire la société qu’elle décrit.

Le second volet de la littérature traduite post-1975 est incarné par les auteurs exilés comme Duyên Anh. Considéré comme un auteur dangereux, ce dernier s’est exilé en France. Il bénéficie du soutien de quelques amis qui décident de faire traduire deux titres chez Belfond puis d’autres chez Fayard. Ses récits témoignent d’une autre vision sur le Viêt-Nam communiste (guerre civile, oppression et exil).

Une nouvelle vague post-moderne

La dernière vague de traductions voit le jour dans au milieu des années 2000. Elle est initiée par la venue d’une nouvelle collection vietnamienne aux éditions Riveneuve dirigée par Doan Cam Thi, enseignante et chercheuse à l’Inalco. Le retour de l’individu très présent dans la littérature du Dôi Moi a poursuivi sa route jusqu’aux extrêmes. La nouvelle littérature nous fait basculer dans l’effondrement de l’individu, parfois signifié par le suicide, dans le virtuel et l’expressionnisme. Une nouvelle génération s’impose incarnée par les auteurs fétiches étudiés également par Doan Cam Thi. Sa collection entend donner du sens à cette nouvelle génération qui, détachée de la guerre, explore « la pluralité des voies de l’écriture ». Pour ce faire, sa collection désenclave la littérature vietnamienne, lui offre son espace, désormais, transnational. Les Éditions de la Frémillerie, la seconde maison qui consacre une grande partie de son catalogue à la littérature vietnamienne contemporaine propose un choix plus éclectique. Son catalogue balaie des œuvres classiques et des romans historiques dont la remarquable saga familiale Le temps des génies invincibles4.

La génération de Bao Ninh et Duong Thu Huong était désenchantée ; la génération suivante, elle, n’a plus aucune illusion et vit sans aucun repère, sans aucun idéal. Elle découvre brusquement que le Vietnam n’est pas unique, que ce n’est qu’un pays parmi d’autres, perdu dans le vaste monde. La question est de savoir comment figurer dans la nouvelle configuration du monde ? (Doan Cam Thi, entretien dans Les Lettres Françaises, n° 147, 13 avril 2017, p. II).

Pour des raisons sans doute liées aux droits d’auteurs et au lectorat potentiel, les éditions Picquier et de L’Aube ont depuis une bonne décennie cessée de publier de nouvelles œuvres traduites du vietnamien. Les locomotives de la littérature vietnamienne contemporaine, incarnées par le trio Bao Ninh, Duong Thu Huong, Nguyen Huy Thiep, peuvent-elles amener les lecteurs à lire d’autres auteurs ? Renaissance dans les années 1990 puis essoufflement, la littérature traduite est aujourd’hui concurrencée par les autres littératures d’Asie, chinoises, japonaises ou sud-coréennes. Dans ce contexte, l’existence de collections spécifiquement dédiées au Viêt-Nam est une véritable gageure. Exprimons ici notre reconnaissance à la dizaine de traducteurs/trices qui ont su repérer et amener jusqu’à nos yeux les auteurs les plus importants du Renouveau5.

En guise de conclusion : des absences à combler, une découverte à poursuivre

Plusieurs remarques peuvent être faite sur le corpus compilant ces différentes vagues de traductions. On observe un grand absent : la génération 1932-1945. Pourtant si importante dans la construction littéraire vietnamienne, elle est encore assez très peu présente. Malgré les efforts de quelques amoureux de la culture vietnamienne comme Dang Quoc Co, Mme Nguyen Quy Toan ou Nghiem Xuan Viet, peu de traductions sont arrivées jusqu’à nous6. L’exemple des auteurs Nhât linh et Khai Hung est criant à cet égard. Deux romans ont été traduits sur les dizaines qu’ils ont écrits ou co-écrits. De même, le grand maître du reportage social, l’écrivain Vu Trong Phung (1912-1939) n’a eu qu’un seul titre de traduit7. De nombreux auteurs sont restés dans l’ombre et restent à ce jour inconnus du public francophone comme ceux de la génération de la guerre d’Indochine déjà signalés. Alors que le pays était encore divisé, et empreint à une guerre civile décuplée par la Guerre froide, peu d’auteurs de la République du Sud ont été traduits. Le public francophone ne connaît rien de Nguyen Thi Hoang, Phan Nhat Nam, Son Nam, The Uyen, Vo Phien. Quelques textes de ces auteurs ont été publiés aux États-Unis dans un recueil sous la direction de Nguyen Ngoc Bich8. De l’autre côté du 17e Parallèle d’autres auteurs de la RDVN mériteraient d’être également mieux connus : Luu Quang Vu, Ma Van Khang, Nguyen Khai, Nguyen Minh Chau ou encore To Hai dont nous ne connaissons ici que Les aventures de grillon, un ouvrage destiné à un jeune public9.

Le paysage des traductions françaises n’est cependant pas maigre notamment sur la période post-Renouveau. Les lecteurs peuvent se faire une idée des grandes questions sociales et existentielles qui traversent le pays depuis la fin de la guerre, sur son entrée dans la mondialisation et dans l’effervescence économique de l’Asie d’aujourd’hui. Les passions internes vietnamiennes, les goûts et les affections psychologiques d’un monde très malmené au cours du XXe siècle sont à portée de lecture.

FG

Image « à la une » : couverture des traductions de Bao Ninh, Phan Honh Nhien et Duong Thu Huong © DR

★ ★ ★

Corpus « Romans / Littérature »

NB : Si l’ouvrage est disponible à l’IAO, la cote est signalée. Le lien que nous indiquons vers l’identifiant pérenne de la notice du SUDOC correspond à la première édition. Nous remercions Nguyen Giang Huong, responsable des collections vietnamiennes à la BNF, pour les compléments apportés à cette liste. Une mise à jour est prévue. Le lien vers la notice du Sudoc renvoie à la première édition.

Tableau : les principaux traducteurs/trices et leurs auteurs

Noms des Traducteurs Auteurs traduits et/ou courant
Boudarel, Georges Nam Cao, Nguyen Cong Hoan, To Hoai
Bouillé, Yves Thuan, Vu Dinh Giang
Clanet, Alain Chu Lai
Doan Cam Thi Duong Huong, Nguyet Viet Ha, Phan Hon Nhien, Thuan, nouvelle littérature des années 2000
Editions en langues étrangères & Giai Phong & Union des femmes Anh Duc, Nguyen Sang… la littérature de la résistance sudiste, Le Minh Khue et les auteurs de la RDVN pendant la guerre
Gillon, Janine Nguyen Quang Thieu, Thuan, Vu Bao, Vu Trong Phung
Kuhnen de La Coeuillerie, Simone Vu Hoang Chuong
Le Van Chat Nguyen Hong
Lefèvre, Kim Duong Thu Huong, Nguyen Huy Thiep, Phan Thi Vang Anh
Nguyen Duc Nguyen Tuan, Son Nam, Thach Lam
Nguyen Phuong Ngoc Tan Da
Phan Huy Duong Bao Ninh, Bui Minh Quoc, Duong Thu Huong, Tran Vu
Phan The Hong Vu Trong Phung
Phuong Dang Tran Duong Thu Huong, Nam Dao
Poisson, Emmanuel Duong Huong, Phong Diep
Prévot, Marina Khai Hung & Nhat Linh, Ly Lan, Ngo Tu Lap
Ripault, Ghislain Duyen Anh
Rose, Sean James Khanh Truong, Nguyen Huy Thiep
Tam Quy Nhat Linh
Tay Ha Bui Ngoc Tan, Le Lan Anh
Thuy Khue Nguyen Huy Thiep
Tran Van Nghiem Duyen Anh

Anh Đức (1935-2014) (Bùi Đức Ái)

La jeune femme de Bai Sao, roman, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1961. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/178527637

Hon dat, roman, [sans mention de traducteur], Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1968. Prix littéraire Nguyen Dinh Chieu 1960-1965. Cote IAO : 750AV.08/143BOU. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/090408284

Bảo Ninh (1952-)

Le chagrin de la guerre (Nỗi buồn chiến tranh), roman traduit du vietnamien par Phan Huy Duong, Arles, Philippe Picquier, 1994 (Picquier Poche, 1997, rééd. 2010). Cote IAO : 750AV.03/295. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/00342829X

Bình Nguyên Lộc (1914-1987)

La forêt des palétuviers (Rừng măm), traduit par Nghiêm Xuân Việt, Ðặng Quốc Cơ, Mme Nguyễn Quý Toàn), Paris, L’Harmattan, 2008. Texte vietnamien avec version française en regard. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/122965906

Bùi Minh Quốc (1940-)

En un instant, une vie, nouvelles, traduites du vietnamien par Phan Huy Đường, Arles, Philippe Picquier, coll. « Vietnam », 1997. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/035860170

Bùi Ngọc Tấn (1934-2014)

Une vie de chien [« Truyên ngan », nouvelles], traduction de Dang Tran Phuong, Nguyên Ngoc Giao, Vu Van Luan… [et al.], La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2007 (L’Aube poche, 2011). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/113781385

La Mer et le Martin-pêcheur (Biển và chim bói cá), traduction de Tây Hà, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2011. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/15732236X

Une histoire racontée en l’an 2000 (Chuyện kể năm 2000), traduction de Tây Hà, Paris, Éditions Infoprax, 2012.

Conte pour les siècles à venir, traduction de Tây Hà, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2013. Cote IAO : 750AV.15/123. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/171257324

Chu Lai (1946-)

Rue des soldats (Pho), roman traduit du vietnamien par Alain Clanet, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2003 (L’Aube poche, 2004). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/070740682

Le mendiant du passé, roman (An mày di vang), traduit du vietnamien et arrangements d’Alain Claret, Cao Thi Lan Huong et Jacqueline Pouchou, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2007. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/117437336

Dạ Ngân (1952-)

Une bien modeste famille (Gia đình Bé Mọn), traduit du vietnamien par Charlotte Dang, Paris, Éditions Intervalles, coll. « Sémaphores », 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/180713515

Duyên Anh (Vũ Mộng Long, 1935-1997)

Sur cet auteur voir le témoignage de Ghislain Ripault, l’un de ses traducteurs.

Poèmes de prison, traduit du vietnamien par Pierre Pierre Tran Van Nghiêm avec la collaboration de Ghislain Ripault, Paris, autoédition, 1984.

Un Russe à Saïgon (Một người Nga ở Sài Gòn), roman traduit du vietnamien par Jean Maïs et Ghislain Ripault, Paris, Pierre Belfond, coll. « Littératures étrangères », 1986. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/054135109

La colline de Fanta (Đồi Fanta), roman traduit du vietnamien par Pierre Tran Van Nghiêm et Ghislain Ripault, Paris, Pierre Belfond, coll. « Littératures étrangères », 1988. Réédité chez Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1995. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/02216152X

Les enfants de Thai Binh [1]. Nostalgies provinciales, roman traduit du vietnamien par Pierre Tran Van Nghiêm et Ghislain Ripault, Paris, Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1993. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/035929332

Les enfants de Thai Binh [2]. Dans la tourmente, roman traduit du vietnamien par Pierre Tran Van Nghiêm et Ghislain Ripault, Paris, Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1994.

Les enfants qui rêvaient de traverser la mer, roman traduit du vietnamien par Pierre Trân Van Nghiêm et Ghislain Ripault, Paris, Seuil, coll. Seuil jeunesse, 1999. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/049358162

Dương Hướng (1949-)

L’embarcadère des femmes sans mari (Bên không chông), préface et traduction par Cam-Thi Doan Poisson et Emmanuel Poisson, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2002 (L’Aube Poche, 2003, rééd. 2007). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/066823471

Dương Thu Hương (1947-)

Le retour, [suivi de Ut Mien et de Le facteur], Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. « Hibiscus », 1981. Cote IAO : 750AV.08/495BOU. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/090449347

Histoire d’amour racontée avant l’aube (Chuyện tình kể trước lúc rạng đông), roman traduit du vietnamien et postface par Kim Lefèvre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Littérature », 1991 et 1993 (L’Aube poche, 1995, 2001). Cote IAO : 750AV.03/1218w. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/012493627

Les paradis aveugles (Những thiên đường mù), préface de Michèle Manceaux, roman traduit du vietnamien par Phan Huy Duong, Paris Éditions des Femmes, 1991 et 2005. Réédité chez Sabine Wespieser, 2012 dans une nouvelle édition et le Livre de Poche, 2014. Publié également dans Œuvres (Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2008). Cote IAO : 750AV.08/6BOU. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/002473755

Roman sans titre (Tiểu thuyết vô đề), roman traduit du vietnamien par Phan Huy Duong, Paris, Éditions des Femmes, 1992 et 1994. Réédité chez Sabine Wespieser, 2010 et le Livre de Poche, 2013. Publié également dans Œuvres (Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2008). Cote IAO : 750AV.14/190. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/002564572

Au-delà des illusions (Bên kia bờ ảo vọng), Arles, Philippe Picquier, coll. « Vietnam », 1996 (Picquier poche, 2000). Publié également dans Œuvres (Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2008). Cote IAO : 750AV.08/7BOU. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/003927016

Myosotis, roman traduit du vietnamien par Phan Huy Duong, Mas-de-Vert, Philippe Picquier, coll. « Vietnam », 1998 (Picquier poche, 2001). Cote IAO : 750AV.03/1071. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004463315

Terre des oublis, roman traduit du vietnamien par Phan Huy Duong, Paris, Sabine Wespieser, 2005 (+ 2006, 2007, 2008). Réédité chez le Livre de Poche, 2007 (+ 2009, 2012). Publié également dans Œuvres (Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2008). Cote IAO : 750AV.14/188. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/095834834

Itinéraire d’enfance (Hành trình ngày thơ ấu), roman traduit du vietnamien par Phuong Dang Tran, Paris, Sabine Wespieser, 2007 (+ 2008, 2009), réédité par Le Mans, Editions Libra Diffusio, 2008 puis chez le Livre de Poche, 2009. Cote IAO : 750AV.14/187. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/115527257

Au Zénith, roman traduit du vietnamien par Phuong Dang Tran, Paris, Sabine Wespieser, 2009. Cote IAO : 750AV.14/189. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/130794821

Sanctuaire du cœur, roman traduit du vietnamien par Phuong Dang Tran, Paris, Sabine Wespieser, 2011. Réédité chez le Livre de Poche, 2012. Cote IAO : 750AV.14/191. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/154325163

Les collines d’eucalyptus, roman traduit du vietnamien par Phuong Dang Tran, Paris, Sabine Wespieser, 2014. Cote IAO : 750AV.14/192. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/175298157

Hồ Anh Thái (1960-)

Aventures en Inde, traduit du vietnamien par Marina Prévot ; préface de Christian Petr, Paris, Éditions Kailash, coll. « Grains de riz », 2000. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/050105337

L’île aux femmes (Người đàn bà trên đảo), roman traduit du vietnamien par Janine Gillon et Phan The Hong ; préface de Janine Gillon, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1997 (L’Aube poche, 2000). Cote IAO : 750AV.03/1219. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/034389679

Hoàng Minh Tường (1948-)

Le temps des génies invincibles (Thời của thánh thần), roman traduit du vietnamien par Hiệu Constant, Catherine Frémont, Lê Ngọc Diệp, Paris, Éditions de la Frémillerie, 2014. Cote IAO : 750AV.14/197. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/183156803

Hoàng Ngọc Phách (1896-1973)

Un cœur pur, le roman de Tố Tâm, traduit du vietnamien, présenté et annoté par Michèle Sullivan et Emmanuel Lê Ốc Mạch, Paris, Gallimard, Coll. « Connaissance de l’Orient : série vietnamienne », 2006. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/104450010

Huy Cận (1919-2005)

Marées de la mer orientale, choix de poèmes trad. du vietnamien par Paul Schneider, Paris, La Différence, 1994. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/007458304

Khái Hưng (1896-1947)

Dep, Belle : roman, traduit du vietnamien par Marie Colombe Bach Phan, Paris, S3BaeL Bach, 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/181917173

Khái Hưng (1896-1947) et Nhất Linh (1906-1963)

Tu dois vivre (Anh phai song), nouvelles traduites du vietnamien et présentées par Marina Prévot, préface de Đinh Trọng Hiếu, Paris, Éditions You Feng, édition bilingue, 1994. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/019425317

Khánh Trường (1948-)

Est-ce que tu m’aimes ?, récits traduits du vietnamien par Phan Huy Duong et Sean James Rose, Arles, Philippe Picquier, coll. Vietnam, 1997. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004147537

Lê Lan Anh (1958-)

En terre ennemie, roman, traduit du vietnamien par Tây Hà. Cote IAO : 750AV.14/67. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/170181057

Lê Minh Khuê (1949-)

(et alii), Lointaines étoiles, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1973. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/005736366

Lưu Quang Vũ (1948-1988)

L’âme de Truong Ba dans la peau du boucher (Hon Truong Ba, da hang thit), traduit du vietnamien par Nguyen Thi Truong Yen et Dang Van Chau, s.l., s.n., 1991. Tapuscrit inédit.

Lý Lan (1957-)

J’ai rêvé d’une montagne (Chiêm bao thay nui), traduit du vietnamien par Marina Prévot, TP. HCM, Giao Duc, 2006. Édition bilingue. Textes en vietnamien et en français. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/133438449

Ma Văn Kháng (1936-)

« Mère et fille », in Vivre dans un temps à deux dimensions, Hanoi, Editions en langues étrangères, coll. Hibiscus, Contes légendes récits du Vietnam, passé et présent, 1983, p. 47-67.

Mai Kim

Le Fleuve rouge, roman,  traduit du vietnamien par Nicolas Fouquet, [La Rochelle], Saïgon graphic, 2005.

Nam Cao (1917-1951)

Tchi Phéo, [et] autres nouvelles, traduction de Lê Van Lap et Georges Boudarel, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1960. Seconde édition illustrée à Hanoi, Fleuve Rouge, 1983 avec une introduction de Nguyen Dinh Thi, illustrations de Ta Luu. Réédité en France sous le titre Chi Pheo, paria casse-cou et autres nouvelles, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1997 (L’Aube poche, 2005). Cote IAO : 750AV.08/15BOU. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/156842513

Chi Pheo, nouvelle traduction dans Alice Kahn et Janine Toroni (dir.), Nouvelles du Vietnam…, Pantin, Le Temps des cerises, 1999. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/048987700

Nam Dao

L’écho du gong, roman, traduit du vietnamien par Dang Tran Phuong, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2006. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/110037332

Ngô Tự Lập (1962-)

The gioi và tôi / L’univers et moi, textes originaux et traductions en regard, illustrations originales de Dominique de Miscault, Hanoi, Văn Hoa, 2000.

Une tempête hors saison, recueil de nouvelles, traduit du vietnamien par Marina Prévot, Paris, Les Éditions de la Frémillerie, 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/182813800

Nguyễn Bình Phương (1965-)

A l’origine (Thoạt kỳ thủy), roman traduit du vietnamien par Danh Thành Do-Hurinville, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/181310317

Nguyễn Danh Lam (1972-)

A contre-courant, roman, traduit du vietnamien par Doan Cam Thi, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/182765245

Nguyễn Đình Chính (1946-)

Mais avec tant d’oublis, roman traduit du vietnamien par Nguyễn Văn Sự ; avec la collaboration de Janine Gillon ;  préface par Janine Gillon, Hanoi, The Gioi, 2001.

Nguyễn Gia Nùng (1937-)

Les petites histoires sur Yersin (Những mẩu chuyện về Yersin), récits traduits du vietnamien par Pham Duc Su, Pham Phuong Hanh Thao ; relecture par Lucie Loyon, Nha Trang, Association des admirateurs de Yersin / Hanoi, Maison d’édition du monde, 2012. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/170553566

Nguyên Hồng (1918-1982)

Jours d’enfance et autres récits, traduits du vietnamien par Le Van Chat, Hanoi, Editions en langues étrangères, 1963. Cote IAO : 750AV.08/155BOU

Nguyễn Huy Thiệp (1950-)

Un général à la retraite, nouvelles traduites du vietnamien par Kim Lefèvre, avant-propos de Bach Thai Quoc, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1990 (L’Aube poche, 1994, 2001, 2003, 2008, nouvelle édition revue et annotée par Thuy Khuê, 2015). Cote IAO : 750AV.08/9BOU. Notice Sudoc [nouvelle édition] : http://www.sudoc.fr/184616565

Le cœur du tigre (Trai tim ho), traduit du vietnamien par Kim Lefèvre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1993 (L’Aube poche, 1995, nouvelle éd., 2010). Cote IAO : 750AV.03/137. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/018744990

« Nostalgie de la campagne », nouvelle traduite du vietnamien par Kim Lefèvre, La Nouvelle Revue Française, n° 502, novembre 1994, p. 29-53.

Les démons vivent parmi nous, traduit du vietnamien par Kim Lefèvre avec l’aide de la maison Antoine Vitez, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, L’Aube poche, 1996. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/006135161

La vengeance du loup, traduit du vietnamien par Kim Lefèvre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1997 (L’Aube poche, 2002, 2008). Cote IAO : 750AV.08/10BOU. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004138201

Une petite source douce et tranquille, suivi de Les démons vivent parmi nous, théâtre traduit du vietnamien par Kim Lefèvre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2002. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/074734857

Conte d’amour un soir de pluie, nouvelles, traduites du vietnamien par Kim Lefèvre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1999 (L’Aube poche, 2000, 2005, 2010). Cote IAO : 750AV.03/1216. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/049135546

Le doux murmure d’une petite source ou Une petite source tranquille, traduit du vietnamien par Kim Lefèvre, Montpellier, Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale, [2001?]. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/070387532

L’or et le feu, nouvelles, préface et traduction du vietnamien par Kim Lefèvre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2002 (L’Aube poche, 2003). Cote IAO : 750AV.03/1220. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/06083921X

A nos vingt ans (Tuôi hai muoi yêu dâu), préfacé et traduit du vietnamien par Sean James Rose, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2005 (L’Aube poche, 2006, 2011). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/084721537

Mon oncle Hoat et autres nouvelles, traduites du vietnamien, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2008 (L’Aube poche, 2010). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/122755022

Mademoiselle Sinh, nouvelles traduites du vietnamien par Thuy Khuê en collaboration avec Marion Hennebert, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2010. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/14731075X

Crime, amour et châtiment, nouvelles traduites du vietnamien par Philippe Dumont et Tường Vi Rigal, Kim Lefèvre, Sean James Rose, Thụy Khuê ; édition entièrement revue et annotée par Thụy Khuê avec la collaboration de Marion Hennebert, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2012. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/161657664

Nguyễn Khắc Trường (1946-)

Des fantômes et des hommes, roman traduit du vietnamien par Phan Thê Hong ; avec la collaboration de Janine Gillon ; préfacé par Janine Gillon, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1996. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/026507374

Nguyễn Ngọc

Noup, le héros des montagnes, traduction de Ðào-Trong Sót et de Georges Boudarel, Hanoi, Editions en langues étrangères, 1959. Réédité en 1966 par le Bureau des écrivains afro-asiatiques. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/083588531

Nguyễn Ngọc Tư (1976-)

La rizière sans fin, nouvelles, traduites par Tây Hà, Paris, Infoprax, 2013.

Immense comme la mer, nouvelles, traduites du vietnamien par Tây Hà, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2015. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/183963148

Nguyễn Quang Lập (1956-)

Fragments de vie en noir et blanc (Những mảnh đời đen trắng), roman traduit du vietnamien par Kim Lefèvre, Arles, Philippe Picquier, coll. Vietnam, 1998. Notice sudoc : http://www.sudoc.fr/004422694

Nguyễn Quang Sáng (1932-2014), Nguyễn Sáng

Le cabaret au patron muet, nouvelles, Sud Viêt-Nam, Éditions Giai Phong, 1969. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/025012371

Nguyễn Quang Thân (1936-)

Au large de la terre promise, roman traduit du vietnamien par Anh Bayard, Arles, Philippe Picquier, coll. « Vietnam », 1997. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/029929644

Nguyễn Quang Thiều (1957-)

(et alii) La fille du fleuve et autres nouvelles, traduction du vietnamien par Janine Gillon et Phan The Hong, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1997 (L’Aube poche, 2001, 2006). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004341775

La petite marchande de vermicelles, nouvelles traduites du vietnamien, revues par Janine Gillon, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1998 (L’Aube poche, 2001, 2006). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004422619

Nguyễn Thi (1928-1968)

Au village Trung Nghia, roman, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1977. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/174667922

Nguyễn Tuân (1910-1987)

La pagode du luth (Chùa Đàn), traduit et annoté par Nguyễn Đức, Paris, Les Éditions de la Frémillerie, 2010. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/144670127

Nguyên Viện

Si tu as un secret à partager, envoie-le moi par e-mail, roman ouvert, traduit du vietnamien par Tây Hà, Paris, Éditions Infoprax, 2016.

Nguyễn Việt Hà (1962-)

Une opportunité pour Dieu (Co hoi cua chua), roman traduit du vietnamien par Doan Cam Thi, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2013. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/169888614

Nhã Ca (1939-)

Les canons tonnent la nuit (Đêm nghe tiếng đại bác), roman traduit du vietnamien par Liêu Truong, Arles, Philippe Picquier, coll. « Vietnam », 1997. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004235002

Nhất Linh (1906-1963)

Solitude, traduit du viêtnamien par Tâm Qùy, Paris, You Feng, 2006. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/117111651

Nhât Tuân (1942-)

Retour à la jungle, roman (Đi về nơi hoang dã), traduit du vietnamien par Dang Tran Phuong et Phan Huy Duong, Arles, Philippe Picquier, 2002. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/061498041

Phạm Quất

Le rêve du papillon, roman, Paris, Unesco / Sudestasie, Collection UNESCO d’oeuvres représentatives, Série vietnamienne, 1997. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/052250199

Phạm Thị Hoài (1959-)

La messagère de cristal, roman numéro I, traduit du vietnamien par Phan Huy Duong, Paris, Des Femmes, 1991. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/002291215

Menu de dimanche, nouvelles, traduction de l’allemand par Colette Kowalski, Arles, Actes Sud, 1997. Nouvelles traduites à la demande de l’auteur, à partir de la version allemande du texte vietnamien. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004164296

Phan Hồn Nhiên (1972-)

Cheval d’acier, roman, traduit du vietnamien par Doan Cam Thi, Paris, Riveneuve, 2015. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/190357762

Phan Thị Vàng Anh (1968-)

Quand on est jeune, récits traduits du vietnamien par Kim Lefèvre, Arles, Philippe Picquier, 2006. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/102500185

Phong Điệp

Delete, Phong Diep et Nguyen Viet Ha ; traduit du vietnamien par Emmanuel Poisson, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2013. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/178710482

Phùng Quán (1931-1995)

Un poète se raconte, textes choisis, traduits du viêtnamien et annotés par Frédéric Pham, Paris, L’Harmattan, 2009. Tome I, Sur le chemin du vrai ; Tome II, Ami, je veux t’inviter chez moi. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/139994459

Sơn Nam (1926-)

Les senteurs des forêts de Camau, traduit par Nguyên Đức, Paris, Les Éditions de la Frémillerie, 2011. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/167199269

Tản Đà (1889-1939)

Le petit rêve, roman, traduit du vietnamien par Nguyen Phuong Ngoc, Fuveau, Descrecenzo éditeurs, coll. « Roman », 2017. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/200564900

Thạch Lam (1910-1942)

Hanoi aux trente-six quartiers, traduit et annoté par Nguyên Đức, Paris, Les Éditions de la Frémillerie, 2009. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/137307101

Thuân (1967-)

Chinatown, traduit du vietnamien par Doan Cam Thi, Paris, Editions du Seuil, 2009. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/131863908

T. a disparu, traduit par Doan Cam Thi, Paris, Riveneuve, 2012. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/166426067

L’ascenseur de Saïgon, roman traduit du vietnamien par l’auteure et Janine Gillon, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2013. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/170527530

Paris 11 août, roman, traduit du vietnamien par Yves Bouillé, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/182661911

Tô Hoài (1920-2014)

Récits du pays Thai, traduits par Georges Boudarel, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1958. Deuxième édition révisée, 1961. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/153134186

Les aventures de grillon, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1963. Réédité en France par les Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1997 (L’Aube poche, 2002). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/019713002

Légende de l’enfant-génie Giong, récit de Tô Hoài, illustrations de Mai Long, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1979.

Trần Đăng Khoa (1958-)

37 poèmes, ouvrage bilingue vietnamien-français, Images de Dominique de Miscault ; adaptation française de Michèle Sullivan et Hoàng Thị Phượng, Hanoi, NXB Hoi Nha Van, 2011.

Trần (1962-)

Sous une pluie d’épines, nouvelles, traduites du vietnamien par Phan Huy Duong, Paris, Flammarion, 1998.

Vân Hoa

Clair de terre, clair de lune, texte vietnamien et traduction française en regard, Saint-Denis, Édilivre, 2015.

Võ Huy Tâm (1926-2006)

La braise sous la cendre, roman, traduction [du vietnamien] de Nguyên Dinh Khạ et Georges Boudarel, Hanoi, Editions en langues étrangères, 1961.

Vũ Bão (1931-2006)

Le héros qui pissait dans son froc et autres nouvelles, traduites du vietnamien par les professeurs de français de l’université de Hanoi avec la complicité de Janine Gillon, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1996. Vu Bao et autres nouvellistes. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/02625655X

Vũ Đình Giang

Parallèles, roman traduit du vietnamien par Yves Bouillé, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/17930254X

Vũ Hoàng Chương (1916-1976)

Tam tinh nguoi dep / Les vingt huit étoiles, traduits du vietnamien par Simone Kuhnen de La Coeuillerie ; préface de Lionello Fiumi, Saigon, Editions Nguyen Khang, 1961.

Nouveaux poèmes, tân thi, versions françaises de Simone Kuhnen de La Coeuillerie, Saigon, Nam-Chi Tung-Thu, 1970.

Vũ Trọng Phụng (1912-1939)

Le fabuleux destin de Xuân le rouquin (Số đỏ), roman traduit du vietnamien par Phan Thế Hồng et Janine Gillon, Hanoi, Éditions The Gioi, 1998. Ce roman a été réédité par les Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2007. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/045681007

Vũ Tú Nam (1929-)

« Vivre dans un temps à deux dimensions », in Vivre dans un temps à deux dimensions, Hanoi, Editions en langues étrangères, coll. Hibiscus, Contes légendes récits du Vietnam, passé et présent, 1983, p. 3-47. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/114008469

Xuân Quỳnh (1942-1988)

Neu ngay mai, traduit par Nguyễn Minh Phương & Ðặng Trân Thuong ; avec la collaboration de Dr Lưu Khánh Thơ ; préface de Pierre Enckell ; illustrations de Nguyễn Tho Tưong̣, Hanoi, Argentat, Editions The Gioi / Association Fleuve rouge, Mékong, Corrèze, 2010. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/14992707X

Collectif, recueils de nouvelles :

Au rez-de-chaussée du paradis, récits vietnamiens 1991-2003, réunis, traduits et présentés par Doan Cam Thi, Arles, Philippe Picquier, 2005 (Picquier poche, 2007).

En traversant le fleuve, récits traduits du vietnamien par Phan Huy Duong, Arles, Philippe Picquier, 1996. Contient :

Nguyên Quang Lâp : « Il était une fois »
Trân Thùy Mai : « Une vieille histoire »
Minh Khuê : « Tony D., le G. I. »
Phan Thi Vàng Anh : « Pluie »
Vo Thi Hao : « La Danse de l’enfer »
Mai Nguyên : « Quelle chance ! »
Dô Kh. : « Un matin entre les tombes »
Khanh Truong : « A l’orée de la plaine »
Ngoc Khôi : « Derrière la bananeraie »
Cung Tich Biên : « En traversant le fleuve »

 

Guillemin, Alain (coord.), « Vietnam, le destin du lotus », Riveneuve Continents, n° 12, automne 2010. Cote IAO : 750AV.11/124

Kahn, Alice et Toroni, Janine (dir.), Nouvelles du Vietnam. A propos de la prose vietnamienne, essai, introduction de Charles Fourniau, textes de Nam Cao, Tran Cong Tan, Thanh Que, Nguyen Manh Tuan, Ly Bien Cuong, Nguyen Huy Thiep, Le Van Thao, Vo Quang, Doan Gioi, Nguyen Sang, Pantin, Le Temps des cerises, 1999.

La couleur de la mer et autres nouvelles, Hanoi, Editions en langues étrangères, coll. Hibiscus, 1985. Cote IAO : 750AV.08/161BOU

Le peigne d’ivoire, nouvelles, Sud Viêt-Nam, Éditions Giai Phong, 1967.

Nguyễn Thi, Nguyễn Sang, Dương Thị Minh Hương… [et al.], Le bosquet des oiseaux, récits et nouvelles du Sud Vietnam (1960-1970), Sud Viêt-Nam, Éditions Giai Phong, 1970.

Le serment au clair de lune, recueil de nouvelles, traduites du vietnamien par Nguyen Binh Thanh avec la participation de Minh Yen et Clémentine Dujon, Hanoi, Editions The Gioi, 1997, édition bilingue.

Piste de montagne, nouvelles, Hanoi, Edité par l’Union des Femmes du Viêt Nam, 1970. Avec Bich Thuan, Nguyen Kien, Tô Hoang, Ma Van Khang, Nguyen Thu Nhu Trang, Huu Mai.

Terre des éphémères, récits traduits du vietnamien par Phan Huy Duong, Arles, Philippe Picquier, 1994. (Picquier poche, 1997).

Une orange dans la main et autres nouvelles, Hanoi, Editions en langues étrangères, coll. Hibiscus, 1985. Cote IAO : 750AV.08/162BOU

Voir aussi la collection Hibiscus aux éditions en langues étrangères publiée à Hanoi dans les années 1980 :

  • Après l’inondation (1982) avec Nguyen Manh Tuan, Ngo Thi Kim Cuc + un conte vietnamien
  • Des années après (1983) avec Nguyen Minh Chau, Le Hien.
  • Des myriades de lumières (1981) avec Hoang Phu Ngoc Tuong, Trinh Cong Son + une légende vietnamienne.
  • Fleurs « Hai Son » (1980) avec Dang Ai, Nhat Tuan, Nguyen Trong Tao.
  • La lumière qui ne s’éteint pas (1982) avec Le Hang, Thai Ba Loi.
  • Les deux vieillards de la plaine des Joncs (1984) avec Nguyen Khai, Pham Thi Minh Thu, Ngo Thi Kim Cuc.
  • Les sables blancs (1981) avec Vu Huu Ai, Nguyen Thanh Long, Song Ban.
  • Les volets verts (1984)
  • Loin de la ville (1984) avec Nguyen Manh Tuan, Thanh Que.
  • Orchidées des forêts brûlées (1982) avec Minh Loi, Cao Tien Le, Pham Hoa.
  • Vivre dans un temps à deux dimensions (1983) avec Vu Tu Nam, Ma Van Khang + une légende vietnamienne.

 

Récits de guerre, témoignages (quelques exemples)

[collectif], Lettres du Sud Viêt-Nam, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1963.

[collectif], Glorieuses filles du Viêt Nam, [s.l.] édité par l’Union des Femmes du Viêt-Nam, 1974.

Diem Chau, Le Tat Huu, Thai Lang… [et al.], Le crépuscule de la violence, poèmes, nouvelles, témoignages d’une guerre, traduit du vietnamien par Nguyen Ngoc Lan et Le Hao, Saigon, Éditions Trinh Bay, 1970.

Sur la piste Ho Chi Minh, Hanoi, éditions en langues étrangères, 1982. Avec les contributions de Dan Hong, Duong Thi Xuan Quy et Tu Son, Dao Vu, Thao Truong, Do Chu, Cao Tien Le, Chu Van, Trung Dinh, Thai Ba Loi, Tran Chinh Vu, Xuan Thieu, Minh Loi, Pham Hoa, Nguyen Thi Dao Tinh, Nguyen Minh Chau, Nguyen Khai.

Ðặng Thùy Trâm (1943-1970)

Les carnets retrouvés, 1968-1970, traduit du vietnamien par Jean-Claude Garcias ; introduction de Frances Fitzgerald, Arles, Philippe Picquier, 2010 (Picquier poche, 2012).

Đặng Văn Việt

Souvenirs d’un colonel Viêt Minh, portrait [1945-2005], traduit du vietnamien par Le Quang Long et Dang Van Viet ; adaptation française de Cyril Bondroit ; préface de Charles-Henry de Pirey, Paris, Indo éditions, 2006.

Hữu Mai (1926-)

Portrait du combattant vietnamien, Hanoi, Éditions en langues étrangères, coll. « Fleuve rouge », 1984.

Lê Cao Dài

C’était au Tây Nguyên, journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien 1965-1973, traduit du vietnamien par Nguyen Thi Nga, Hanoi, Editions The Gioi, coll. « Mémoires de guerre », 2006.

Lê Văn Chất

Guerre non déclarée au Sud Viêt-Nam, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1962.

Lưu Trọng Lân (1930-)

« Le Dien Bien Phu de l’air ». Une victoire de la détermination et de l’intelligence des Vietnamiens, traduit de Nguyễn Thị Nga avec la participation de Pierre Darriulat, Hanoi, The Gioi, 2006.

Ngô Van Chiêu

Journal d’un combattant Viêt-Minh, traduit et adapté par Jacques Despuech, Paris, Editions du Seuil, 1955.

Nguyễn Bắc

Au cœur de la ville captive. Souvenirs d’un agent du Viêt-Minh infiltré à Hanoi, récit traduit du vietnamien et présenté par Philippe Papin, Paris, Arléa, 2004.

Nguyễn Đình Thi

Front du ciel (Mặt trận trên cao), roman, adaptation française et présentation de Madeleine Riffaud, Paris, Julliard, 1968.

Nguyễn Khải (1930-2008)

Ceux de Conco, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1966.

Nguyen Sinh (1935-) et Vu Ky Lan

Au 17e Parallèle, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1982.

Pham Minh Hien & Nguyen Van Huy

Loques de vie, traduction succincte du vietnamien revue par Phan Minh Hiên, Paris, L’Harmattan, 2000.

Pham Thanh Tam (1935-)

Carnet de guerre d’un jeune Viêt-minh à Diên Biên Phu, 21 février-28 août 1954, édité par Sherry Buchanan, [traduit du vietnamien à l’anglais par Nguyên Van Ha, traduit de l’anglais par Sherry Buchanan et Clémence Jacquinet] ; [préface de Stéphane Audouin-Rouzeau] ; [avant-propos de Jessica Harrison-Hall], Paris, Armand Colin, coll. « Le fait guerrier », 2011.

Phan Bội Châu (1867-1940)

Mémoires, traduction de la version en quôc ngu ; présentation et annotations de Georges Boudarel, Paris, Association pour une meilleure connaissance de l’Asie, 1970.

Trần Mai Nam (1926-2007)

De Hue au 17e Parallèle, relation de voyage, traduite par Le Van Chat, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1968

Võ Nguyên Giáp (1911-2013) [extraits]

Guerre du peuple, armée du peuple, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1961.

Dien Bien Phu, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1962, 2e éd. ; 3e édition revue et augmentée en 1964.

Des journées inoubliables, Hanoi, Editions The Gioi, 1994, 2e éd.

Le haut commandement et le printemps de la victoire. Mémoires rédigés par Pham Chi Nhân, traduction de Nguyen Thi Nga avec la participation de Pierre Darriulat, Hanoi, Editions The Gioi, 2008.

Vũ Hùng

L’éléphant-combattant et son cornac, traduit [du vietnamien par] Vu Quy Vy et Le Van Chat, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1977.

Notes

  1. Voir en particulier Nguyen Khac Vien et Huu Ngoc (éd. établie par), Mille ans de littérature vietnamienne. Une anthologie, Arles, Éditions Philippe Picquier, 1996 []
  2. Sur cette littérature, voir Bui Xuan Bao, Le roman vietnamien contemporain, 1925-1945, Saigon, Tu-sach Nhân-van Xa-hôi, 1972 []
  3. Voir sur ce sujet l’ouvrage de Nguyen Van Sam, Van chuong Nam Bo và cuoc kháng Pháp, 1945-1950 [La littérature du Sud et la résistance anti-française, 1945-1950], Saigon, Lua Thien, 1972, réédité en Californie chez Xuân Thu, 1988 []
  4. Cet ouvrage paru en 2008 a été retiré de la vente quelques jours après sa sortie []
  5. Des initiatives ont parfois été prises sur le plan académique. Ainsi, un petit groupe de traduction nommé Hoa Tiên et fondé sous la direction de Phan Thanh Thuy et de Marina Prévot à la section vietnamienne de l’université Paris 7 a, pendant quelques années, traduit et publié dans le Cahier d’Études Vietnamiennes des nouvelles d’écrivains peu connus : par exemple Binh Nguyen Loc dans le n° 14, p. 17-35 ou Le Vinh Hoa, n° 12, p. 23-30. Notons que d’autres traductions de nouvelles ont été publiées dans des revues politiques ou culturelles comme les Carnets du Viêt-Nam, Cyclo, Dien Dan – Forum ou Doan Ket []
  6. On leur doit cette courte compilation de nouvelles intitulée : Vietnam, récits du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2007 []
  7. Son célèbre roman Le fabuleux destin de Xuân le rouquin édité à Hanoi en 1936 puis réédité à Saigon en 1957 []
  8. Nguyen Ngoc Bich (ed.), War and exile. A Vietnamese anthology, East Coast U.S.A., Vietnamese Pen Abroad, 1989 []
  9. Des traductions partielles des œuvres de ces auteurs sont néanmoins disponibles dans l’anthologie Mille ans de littérature vietnamienne, op. cit. et dans le tome IV de l’Anthologie de la littérature vietnamienne, de 1945 à nos jours, publié à Hanoi en 1977 []

Viêt-Nam : le pouvoir, la dissidence et le spectre de l’étranger – par Louis Raymond

[ndlr] Nous publions cette tribune libre de Louis Raymond sur les rapports entre le pouvoir communiste vietnamien et les enjeux soulevés par la dissidence intérieure.

Viêt-Nam : le pouvoir, la dissidence et le spectre de l’étranger

 

Juillet 2017

Nguyen Ngoc Nhu Quynh, blogueuse vietnamienne originaire de Nha Trang et écrivant sous le pseudonyme de Me Nam (la mère des champignons), a été condamnée le 28 juin 2017 par le tribunal populaire de la province de Khanh Hoa à une peine de 10 ans de prison ferme, en vertu de l’article 88 du code pénal, qui définit les « crimes de propagande contre l’Etat ». Elle avait été arrêtée à son domicile le 10 octobre 2016, dans ce qui avait tout l’air d’être une réaction mécanique des autorités de son pays à l’agitation qui avait cours.

Les difficiles mouvements de la société civile

En avril 2016, un très grave scandale environnemental dans le centre-nord du pays avait fait naître un mouvement social. La définition de la société civile vietnamienne a toujours été difficile, tant certaines associations et organisations non-gouvernementales politisées ont tenu le haut du pavé dans les manifestations d’opposition au Parti Communiste Vietnamien (PCV) dans les dix dernières années. Cette fois néanmoins, c’était une frange plus large de la population, urbaine et éduquée, qui était descendue dans les rues, émue par la pollution aux métaux lourds de la mer provoquée par les rejets d’une aciérie de la société taïwanaise Formosa Plastics. L’écosystème marin en avait été lourdement affecté, à raison du spectacle désolant de milliers de tonnes de poissons échoués sur plus de 300 kilomètres de côtes. Le dilemme avait été cruel pour les autorités. Un des responsables taïwanais de la communication de l’usine l’avait alors résumé dans une formule relevant de la provocation froide : « entre les poissons et l’acier, il faut choisir ». Entre les 10 milliards de dollars investis dans une province enclavée du centre du pays et la survie de l’économie littorale traditionnelle, le choix d’un pays cherchant à se développer à tout prix avait été fait, sans compter que les services provinciaux compétents avaient su profiter de l’affaire. Mais cela n’avait guère plu à une jeunesse éduquée qui percevait dans la question environnementale un type de revendications lui permettant d’être entendue tout en évitant la confrontation avec le PCV sur les sujets qui fâchent (la nature du régime, la relation avec le grand frère chinois, etc.). Les premières protestations, celles du mois de mai 2016 dans les grandes villes, avaient été jugulées avec une application toute militaire. Le mouvement était alors revenu vers le lieu où le premier acte de ce drame s’était noué : la province de Ha Tinh, à 400 kilomètres au sud de Hanoï, où est située l’usine pollueuse. L’église catholique vietnamienne avait vu certains membres de son clergé s’investir dans la défense des victimes. Le 2 octobre 2016, un rassemblement d’environ 5000 personnes avait ainsi eu lieu devant l’usine pollueuse et des prêtres catholiques, souvent des « curés de campagne », avaient pris la parole à la tribune. Me Nam pour sa part, même si elle n’y assistait pas personnellement, avait voulu, comme toute une génération de blogueurs et d’activistes vietnamiens ayant fait leurs gammes sur le web 2.0, s’en faire l’écho, si ce n’est le porte-voix.

Il pleuvait à torrents à Ho Chi Minh-Ville en juin 2017, ce qui avait quelque chose d’étonnant pour un mois de la saison sèche. Mais le spectacle était ailleurs. On se passionnait pour un procès de droit commun, opposant la « reine de beauté » Phuong Nga  à l’homme d’affaires Cao Toan My sur fond de chantage financier et de mariage mal conclu, procès dont la publicité médiatique avait quelque chose d’outrancier. A 400 kilomètres plus au nord avait pourtant lieu simultanément un procès qui devait confirmer le virage autoritaire du régime, amorcé depuis le XIIè congrès du PCV en janvier 2016. Me Nam était condamnée à dix ans de prison ferme, dans la relative indifférence de la population. Voilà une peine dont la sévérité surprend jusqu’à l’observateur habitué à recevoir, à un rythme hebdomadaire, la nouvelle d’une bastonnade d’activiste ou l’arrestation d’un vieil écrivain, comme cela avait été le cas de Nguyen Quang Lap à la fin de l’année 2014. Pour « Propagande contre l’Etat » ou « Abus des libertés démocratiques » (les « crimes » définis respectivement par les articles 88 et 258 du code pénal), les peines ont en moyenne été comprises, dans les dix dernières années, entre trois et six ans de prison. Dix ans, c’est long. C’est long pour une femme de 38 ans, mère de deux enfants en bas âge. C’est encore plus long pour une personne qui n’a fait, somme toute, qu’exprimer ses vues par écrit. Le Vietnam est assurément un pays plus complexe que le laissent penser les rapports de Human Rights Watch ou de Reporters sans frontières, qui tendent à présenter la situation des droits de l’homme en établissant des listes sans faire état des logiques politiques. Il en reste que, même en tentant de se refuser au simplisme de traitement, il y a un devoir moral à souligner l’injustice de cette condamnation.

Le retour des vieux fantômes

Si les affaires ayant trait à la question des droits de l’homme et de la liberté d’expression sont courantes, celle-ci doit bien être comparée aux plus emblématiques : la condamnation de M. Tran Huynh Duy Thuc, dissident ayant proposé une opposition intellectuellement construite au monopole du pouvoir par le PCV, à 16 ans de prison. Il avait été jugé à Ho Chi Minh-Ville  en janvier 2010 en même temps qu’un avocat, M. Le Cong Dinh, qui a lui passé plus de quatre ans en prison avant d’être placé sous résidence surveillée en 2015. L’arrestation en 2014, puis la condamnation en mars 2016, du blogueur Anh Ba Sam (Nguyen Huu Vinh, de son vrai nom) et de son assistante Nguyen Thi Minh Thuy, à respectivement cinq et trois ans de prison. Le blogueur Nguyen Van Hai (Dieu Cay) avait lui écopé de douze ans de prison, en septembre 2012, avant d’être relâché et exfiltré vers les États-Unis en 2014. L’avocat Cu Huy Ha Vu avait passé quatre ans en détention entre 2010 et 2014, avant d’être lui aussi relâché puis exfiltré aux États-Unis pour raisons de santé. Enfin, un professeur de mathématiques franco-vietnamien né en 1955, Pham Minh Hoang, avait passé 17 mois en prison entre 2010 et 2012, pour « activités visant à saper l’autorité de l’Etat ». Le 17 mai dernier, une décision signée par le Président de la République vietnamienne, M. Tran Dai Quang, l’a déchu de sa nationalité. Il a été expulsé du territoire le 25 juin dernier et se trouve actuellement à Paris. Il y a, au total en 2017, plus de cent personnes actuellement emprisonnées au Vietnam pour des raisons politiques.

Il existe un lien, supposé ou réel, entre ces diverses affaires : les relations de la dissidence vietnamienne avec les partis vietnamiens de l’étranger, et tout particulièrement celui dit de la « réforme » : le Viêt Tân. Fondé au début des années 1980 par un ancien amiral de la République du Vietnam (la République de Saïgon avant 1975), ce parti n’a officiellement abandonné la lutte armée qu’au milieu des années 2000 et est toujours considéré par Hanoï comme une organisation terroriste. Il dispose d’appuis puissants aux États-Unis, y compris au Congrès à travers la représentation du 39ème district de Californie, et de réseaux en Europe et en Asie du Sud-Est au sein des diasporas. Ainsi, le professeur Hoang n’en était pas simplement un membre revendiqué après avoir adhéré en France à cette organisation ; il en était le représentant officiel à Ho Chi Minh-Ville1. Quant à Tran Huynh Duy Thuc et Le Cong Dinh, il leur était reproché des rencontres qu’ils auraient faites en Thaïlande, à Phuket et Pattaya, au mois de mars 2009, avec des Vietnamiens de la diaspora militant activement dans des partis politiques qui ne tiennent pas exactement Hô Chi Minh pour l’oncle de la nation.

Et voilà que nous sommes témoins de l’agitation d’un vieux spectre. Celui d’une guerre entre Vietnamiens qui avait duré longtemps et dans laquelle les divers acteurs jouissaient de liens avec les puissances étrangères. L’historiographie montre, en s’appuyant sur de nouvelles sources accessibles seulement depuis une quinzaine d’années, que le Nord était bien plus soutenu par la Chine et l’URSS qu’on ne le croyait. Quant au Sud et à l’intervention américaine, c’est un procès qui, contrairement à la dimension expéditive des procès politiques vietnamiens de notre époque, n’aura jamais fini de s’instruire, au moins en apparence.

Me Nam avait-elle des liens avec le Viêt Tân ? Non, pas à première vue. Mais elle était membre d’un réseau, le « réseau des blogueurs vietnamiens » (Mang Luoi Blogger VN), qui s’affichait comme clairement proche et favorable à la politique américaine d’influence dans leur pays, souvent à coup de selfies pris « spontanément » avec tel ou tel diplomate, et qui pouvaient se retrouver publiés dans Voice of America ou la BBC dans la journée même. Une partie de la dissidence actuelle, qui va au-delà des héritiers de la défunte République du Sud, se montre en effet séduite par le discours catéchisant développé par les missionnaires du Département d’État. A tel point que l’on trouvait encore en 2014-2015, chez de vieux membres du PCV devenus critiques entre temps, des défenseurs ardents du projet de partenariat trans-pacifique (TPP) de M. Barack Obama, car ils y voyaient le moyen d’échapper à l’influence de la Chine. L’Ambassade des États-Unis prend systématiquement position sur toute violation apparente des droits de l’homme au Vietnam, mais leur pays ne souhaite officiellement plus renverser le régime de Hanoï. C’est en tout cas ce qu’aurait assuré M. Obama au Secrétaire général du PCV, M. Nguyen Phu Trong, dans le bureau ovale en juillet 2015. Pour autant, ils continuent à appuyer (certes plus politiquement que financièrement), certaines organisations que le PCV considèrent ouvertement comme ennemies. Parmi celles-ci, le Viêt Tân. Ce parti n’a assurément pas la haute main sur toute la dissidence mais il est un épouvantail pratique à agiter. Il sert surtout à discréditer toute velléité d’organisation autonome de la société civile, comme ce fut le cas en mai 2016 où un communiqué de presse du ministère de la sécurité publique faisait état que les manifestations à propos du scandale Formosa comme « organisées par les terroristes du Viêt Tân »2, après que certains des représentants de ce parti ont eu des contacts avérés avec les manifestants. Il reste à observer si M. Donald Trump, qui a rencontré l’actuel Premier ministre Nguyen Xuan Phuc à deux reprises, se place ou non dans la continuité de son prédécesseur sur ces questions.

Néanmoins, il n’est pas moins évident que l’idée de la main de l’étranger fait bondir de leur fauteuil d’osier les vieux Léninistes de la place Ba Dinh à Hanoï. L’ingérence étrangère, ou plutôt occidentale, hâte la police politique dans le déroulement de son calendrier répressif. En ce sens, les diverses visites rendues par des diplomates occidentaux, américains ou européens, au domicile de Me Nam dans les mois ou les semaines qui avaient précédé son arrestation, ne l’ont peut-être pas aidée. Depuis sa condamnation, il court à Ho Chi Minh-Ville la rumeur qu’elle pourrait être, après quelques mois de prison, exfiltrée vers les États-Unis. Cela est tout à fait plausible au regard du fait qu’elle a récemment été désignée, en mars 2017, comme récipiendaire du prix « International Women of Courage » par Mme Melania Trump, et qu’il s’agit d’une pratique à laquelle le Département d’État américain ne rechigne pas. L’un des deux derniers exfiltrés en date, le blogueur précédemment mentionné Nguyen Van Hai (Dieu Cay), avait été pris en photo à son arrivée sur le sol américain avec un drapeau jaune à bande rouges de la République du Sud avant 1975. Ce symbole, qui a pu embarrasser M. Hai car il est apparu dans le cadre des photographies de presse sans son consentement, est l’un des points de crispation du PCV.

Un pays qui a changé de visage depuis le XIIème congrès du PCV

Le XIIème congrès du PCV, qui s’est tenu en janvier 2016, a été, avec l’éviction du Premier ministre Nguyen Tan Dung, une véritable rupture. La plupart des commentateurs, y compris vietnamiens, s’attendaient pourtant à le voir briguer de nouveau l’un des quatre postes clef du régime. En l’occurrence, il se disait dans les milieux informés qu’il était en mesure de devenir Secrétaire général du Parti et d’organiser une fusion de cette fonction avec celle de Président de la République, afin de créer un régime centré autour d’un homme fort, à l’instar du pouvoir dont dispose M. Xi Jinping en Chine populaire. C’était sous-estimer la spécificité du pouvoir vietnamien, plus collégial qu’ailleurs, et la capacité d’alliance des factions opposées à un Premier ministre puissant, mais qui était loin de faire l’unanimité. Ainsi, M. Tran Dai Quang, jusqu’alors ministre de la sécurité publique, et M. Nguyen Phu Trong, Secrétaire général depuis 2011, ont conclu un pacte qui a permis l’éviction de l’encombrant M. Dung, que plusieurs procès d’hommes d’affaires de son réseau entre 2012 et 2015 n’avaient su déstabiliser. M. Tran Dai Quang est devenu Président de la République et M. Trong est enfin « entré en fonctions » avec le renouvellement de son mandat, tandis que M. Dung était condamné à tenter, du mieux qu’il pouvait, de recaser ses séides dans le nouvel organigramme gouvernemental. Mais cette soudaine convergence de vues entre les gardiens du temple de l’orthodoxie et des policiers manifestant une tendance à l’autoritarisme devait nécessairement avoir des conséquences pour les orientations du pays.

Le Vietnam est à la recherche d’un équilibre entre trois grandes puissances que sont les États-Unis, la Chine et la Russie, tout en jouant de son appartenance régionale à l’association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). Cet exercice de funambulisme diplomatique avait néanmoins souvent été résumé en une opposition entre les pro-américains, dont le chef de file putatif était M. Dung, et les pro-chinois, emmenés par M. Trong. Il s’agissait là d’un simplisme dont la séduction avait pu opérer jusque dans les rangs de la dissidence, mais qui ne prenait pas en compte la complexité de la nature du pouvoir.

Dung disposait effectivement de liens avérés avec les États-Unis, qu’il entretenait, au-delà des usages diplomatiques, via les affaires de sa famille. Sa fille, Mme Nguyen Thanh Phuong, est en effet à la tête d’une banque très influente à Ho Chi Minh-Ville, bien nommée Viet Capital3. Elle a épousé un citoyen américain d’origine vietnamienne, M. Henry Nguyen, qui dirige pour sa part un fonds d’investissement très actif dans les médias et les nouvelles technologies en Asie du Sud-Est, IDG Venture. Il était de notoriété publique que le couple avait des liens privilégiés avec les milieux d’affaires américains, qui leur avait permis, entre autres, d’obtenir la licence pour ouvrir les premiers restaurants MacDonalds au Vietnam en 2013. M. Dung, néanmoins, n’avait pas mis tous ses œufs dans le même panier : il fréquentait toutes sortes d’hommes et de femmes d’affaires ayant commencé leurs activités en Russie, en Europe de l’Est, en Chine, ou simplement à l’intérieur des frontières depuis le milieu des années 1990. Ancien gouverneur de la banque centrale vietnamienne avant d’accéder au devant de la scène politique, il avait su jouer de la baguette magique pour faire disparaître certaines dettes douteuses d’entrepreneurs afin de gagner sur eux de l’influence. Naturellement, l’art de la relation voulait qu’à terme, les faveurs soient rendues.

Trong, pour sa part, avait été le rédacteur en chef de la revue « Communisme » (Tap Chi Cong San), et à ce titre un théoricien du pouvoir, avant de faire de la politique. Son intérêt intellectuel pour la Chine n’est pas une soumission, comme voudraient le faire croire un peu trop rapidement certains dissidents anti-chinois. Mais il est sujet à une forme de fascination de la puissance qu’a su développer le grand frère : il veut rendre immuable le système du Parti unique et croit fermement, bon lecteur de Lénine, que les institutions doivent être disciplinées et tenir la société dans le creux de leur main. Nul doute qu’il a observé avec attention les campagnes anti-corruption menées par M. Xi Jinping et qu’il s’était délecté du feuilleton de l’affaire Bo Xilai4. Il en reste que, malgré le prestige, théoriquement suprême, de la fonction qu’il occupe depuis 2011, l’activité débordante de l’ancien Premier ministre l’avait conduit à devoir prendre son mal en patience.

Derrière les débats sur le TPP et les enjeux territoriaux en mer de Chine méridionale, voilà bien ce qui s’était tramé en coulisses du XIIème congrès du PCV. Alors, celui qui en est sorti vainqueur a eu beau jeu et grand intérêt à sécuriser sa victoire en essayant de neutraliser au plus vite les réseaux clientélistes de son adversaire. L’aide de la sécurité publique, qui réside désormais, en la personne de M. Tran Dai Quang, au palais présidentiel, a été bienvenue. Entre 2016 et 2017, une campagne anti-corruption très agressive a été menée. Elle visait, sans que cela fût jamais ouvertement explicité, les réseaux de M. Dung. La principale victime à ce jour est l’ancien ministre des transports devenu entre temps secrétaire municipal du Parti à Ho Chi Minh-Ville, M. Dinh La Thang. Cet ancien président-directeur général du groupe pétrolier national PetroVietnam devait en grande partie sa carrière à l’ancien Premier ministre. Après plusieurs arrestations (dont certaines, ratées, avait conduit à la fuite des suspects à l’étranger) et de très insistants bruits de couloir pendant plus de six mois, M. Dinh La Thang a été démis de ses fonctions de dirigeant de la plus grande ville du pays et exclu du bureau politique en avril 20175. La prochaine cible de cette campagne pourrait être la fille de l’ancien Premier ministre en personne, après qu’elle a été mise en cause dans une obscure transaction de rachat d’une filiale de l’opérateur téléphonique MobiFone, transaction dans laquelle sa banque avait joué le rôle de conseil. En Chine, la dernière campagne anti-corruption avait été appelée « frapper les tigres, tuer les mouches ». Au Vietnam, tigres et mouches se savent désormais en danger.

La tentation de l’oppression

Nguyen Phu Trong et Tran Dai Quang ont désormais les mains libres pour mettre en œuvre leur projet politique, qui est une réhabilitation de l’autorité de l’État et du Parti dans une société gangrenée par la corruption et où la défiance envers les institutions est généralisée. Ils veulent faire le ménage et ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Rapidement après le congrès de 2016, ils ont durci le contrôle sur les organes de presse et mis violemment au pas les blogueurs, lanceurs d’alerte et autres journalistes indépendants qui avaient eu l’indécence de vouloir se faire entendre. La condamnation de Me Nam n’est pas un cas isolé. Depuis 2016, le rythme des arrestations et des violences s’est accru et les victimes n’en sont pas seulement celles et ceux qui avaient des liens avec les États-Unis.

L’appel, lancé en avril 2006, du groupe d’activistes du « Bloc 8406 » pour les libertés démocratiques au Vietnam avait trouvé une certaine résonance, car l’accès à internet et la naissance des réseaux sociaux permettaient une circulation de l’information plus rapide et l’accès à d’autres sources que celles contrôlées par le ministère de l’information et de la communication. Depuis, en une dizaine d’années, un système de contre-information et de réponse à la censure s’était développé sur les réseaux sociaux, et tout particulièrement Facebook, qui compte plus de 40 millions d’utilisateurs dans le pays. Les blogs et la divulgation d’informations ont permis des avancées réelles, notamment la prise de conscience de la corruption des élites6. Ils ont aussi permis qu’un débat s’amorce autour de la question des libertés publiques. Pour le Parti, c’était un risque, au moment où avaient lieu les printemps arabes. Alors, il a été décidé de développer, au sein du ministère de la sécurité publique, une unité de « riposte » sur internet. Comme en Chine, des « fonctionnaires de l’opinion » sont payés à scruter les réseaux sociaux et à répondre systématiquement aux nouvelles déplaisantes avec l’argumentaire produit au préalable par les autorités. Six ans plus tard, M. Trong semble s’être lassé de cette guerre numérique et veut envoyer un signal fort à quiconque voudrait placer trop haut et trop fort ses espoirs en une transition démocratique à la birmane.

L’Etat-Parti se sent menacé à l’extérieur, avec la militarisation menée par la Chine des archipels Spratley et Paracels. Pour cela, il veut se montrer impitoyable avec toutes les menaces qu’il perçoit à l’intérieur. Les blogueurs et les activistes d’abord, mais aussi l’armée populaire, qui avait commencé à prendre un peu trop son indépendance en développant des affaires économiques propres. Du côté de la place Ba Dinh, on se montre aussi très attentif à ce qu’il se passe dans le monde. Au renforcement du pouvoir de M. Erdogan en Turquie après le coup d’État raté de juillet 2016, à l’arrestation de M. Navalny en Russie, et bien sûr, aux manœuvres institutionnelles de M. Xi en Chine. M. Trong a froidement analysé le discrédit des démocraties électorales et la perte de prestige de l’Occident après le Brexit et l’élection de M. Donald Trump. Il a préparé sa réplique, si quelqu’un venait jamais à lui faire une remarque sur le durcissement de son régime.

Une diplomatie des droits de l’homme ?

Un diplomate belge autrefois en poste à Hanoï s’étonnait que, à la pause café d’un séminaire sur la torture organisé par son Ambassade et avec le soutien de l’Union européenne, dans le but de convaincre le ministère de la sécurité publique de l’inhumanité de cette pratique, les policiers vietnamiens se montrent hilares. Assurément, il y a ce qu’on fait semblant de dire et ce qu’on dit vraiment, et les communistes vietnamiens, qui ont vaincu la France, l’Amérique et la Chine au cours du même siècle, n’aiment pas beaucoup qu’on leur donne des leçons. Une diplomatie des droits de l’homme de la protestation et de l’affichage n’est guère efficace ; c’est pourtant ce à quoi beaucoup s’obstinent. Le Vietnam est un pays en développement, et la seule façon d’obtenir de ses dirigeants une autre réaction qu’une indifférente politesse, est de parler d’affaires et de signatures de contrats. Le projet d’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Vietnam, dont le texte doit encore être ratifié par certains parlements des États membres, offre une opportunité de négociation sur ces questions. C’est risqué, bien sûr ; cela pourrait conduire les Vietnamiens à « spéculer » sur leur réserve de prisonniers politiques, à en faire une monnaie d’échange. En parallèle d’une réflexion sur l’ingérence et sur la cohérence de la diplomatie des États membres, les Européens doivent être conscients de ce risque de dévoiement s’ils souhaitent se livrer à ce jeu, après, notamment, que le dissident Dang Xuan Dieu, lui aussi membre du Viêt Tân, a été accueilli en France à la fin de l’année 2016. Sans réflexion stratégique, ils n’auront plus, à terme, qu’une importance toute relative, et devront faire des concessions de plus en plus vexatoires face à un PCV qui est déterminé à ne plus subir la loi du plus fort dans les relations internationales7.

Conclusion

La condamnation de Me Nam, et la recrudescence de la répression à l’endroit des blogueurs, s’inscrit dans un contexte plus large. Le secrétaire général du Parti, M. Nguyen Phu Trong veut reprendre la main dans son deuxième mandat, après avoir été dans l’ombre de Nguyen Tan Dung entre 2011 et 2016. Son projet politique, pour lequel il s’appuie sur le Président Tran Dai Quang, est de réhabiliter l’autorité du Parti et de l’Etat, qu’il estime avoir été mise à mal par la corruption et une gestion économique très approximative dans les quinze dernières années. Il veut aller vers un régime autoritaire, dans le respect des valeurs asiatiques, où le PCV se maintient au pouvoir. Dans une certaine mesure, l’élite dirigeante vietnamienne lorgne désormais du côté de Singapour. Par ailleurs, adopter une position morale sur la question de la répression peut être une attitude dangereuse, car ce serait oublier de prendre en compte que les « dissidents » appartiennent à des réseaux d’intérêts, dont certains sont très liés aux Etats-Unis. Une diplomatie qui ignore, naïvement ou à dessein, à la fois la nature du régime (policier, léniniste, organisé) et la nature de l’opposition, se condamne à être bernée par les deux parties, comme cela a pu être le cas des chancelleries diplomatiques européennes ces dernières années.

 

 

Louis Raymond est un ancien étudiant du Master ASIOC de l’ENS de Lyon. Après deux années au Consulat général de France à Ho Chi Minh-Ville, il travaille désormais comme journaliste indépendant.

Image « à la une » : La blogueuse et activiste sociale Nguyen Ngoc Nhu Quynh alias « Mère champignon » lors de la campagne « C’est notre droit de savoir » © 2015 Me Nam

Notes

  1. L’article du journal « Le Monde » daté du 21 juillet 2017 omet de mentionner ce fait, alors même que la photo d’illustration à cet article est un rassemblement du Viêt-Tân ayant eu lieu au Kremlin-Bicêtre le 25 juin 2017 []
  2. Lire notamment l’article de Tuoi Tre en anglais, représentatif des publications dans la presse en langue vietnamienne : http://tuoitrenews.vn/society/34802/terrorist-group-responsible-for-recent-rallies-in-ho-chi-minh-city-police []
  3. Elle aurait quitté ses fonctions de direction à la tête de Viet Capital au cours du mois de juin 2017 []
  4. En 2012, suite à plusieurs affaires troubles impliquant son épouse, le chef du Parti communiste de la ville de Chongqing et ancien ministre du commerce est démis de ses fonctions. Il est condamné l’année suivante à la prison à perpétuité []
  5. Il a été remplacé à ce poste par M. Nguyen Thien Nhan []
  6. Un cas particulièrement édifiant est le blog « Chân Dung Quyên Luc » – « Le portrait du pouvoir », apparu en ligne en 2013, mais qui n’a eu une période d’activité que de quelques mois []
  7. Le « kidnapping » d’un ex-magnat vietnamien du pétrole, M. Trinh Xuan Thanh, en plein centre de Berlin quelques jours après la rédaction de cet article peut être compris dans ce sens []

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge