Interviews with FULRO partisans (extracts) – by Virginia Morris

Virginia Morris: Security and Defence Analyst & Author

Virginia Morris is commissioned to do presentations on security and defence. Her specialist subjects are asymmetric warfare and terrorism. Virginia also examines how poverty and environmental issues affect these fields. She has worked for the United Nations in Lao, as an engineering consultant in the UK and alongside senior members of the Communist Party in Vietnam. Her work has led Virginia to be invited to give presentations to noted audiences such as American Special Forces. She has also been interviewed for Vietnamese and British TV. For part of her work she has interviewed Vietnam War Veterans. Many of which fought along the Ho Chi Minh Trail. Most had been in American Special Forces for many years and some of which were Montagnard people. They now belong to Vietnam Veteran Associations and support Save the Montagnard People.

Extracts

Ysiu Hlong – Vietnam War Veteran

Mien Pangting – Vietnam War Veteran

Source You Tube, chaîne de Virginia Morris

Virginia Morris official website

Interview en français avec le général Tran Van Don [1981]

“Interview with Tran Van Don.”, 05/07/1981, WGBH Media Library & Archives, (accessed 12 Oct 2012).

As a former general in the Army of the Republic of Vietnam, Tran Van Don was pivotal to the toppling of Ngo Dinh Diem during the 1963 coup d’etat. Here he recalls life under French colonialism, the rule of Bao Dai, and his relationship with Ngo Dinh Diem – leading to the coup d’etat and death of Diem.

 

Episode 103
Program America’s Mandarin (1954 – 1967)
Series Vietnam: A Television History
Duration 00:46:56:05
Standard NTSC
Source WGBH Open Vault

Source : Open Vault

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento personnalités – séance 3

Mémento Personnalités

Rappel biographique succinct des auteurs et personnalités historiques  évoqués lors de la Séance 3

 

Partie 1 : Les deux Viêt-Nam

Pavillon national de la RDVN
(Nord Viêt-Nam 1945-1975)
Pavillon national de l’Etat du Viêt-Nam
(1948-1955)
et de la République du Viêt-Nam
(Sud Viêt-Nam 1955-1975)

 

Bùi Tín (1927-)

Dissident vietnamien, ancien vice-rédacteur en chef du quotidien du peuple (Nhân Dân, le journal officiel du Parti communiste du Vietnam). Il rejoint le Viet Minh en 1945 et exerce en tant que journaliste pour le journal de l’Armée populaire du Vietnam. Engagé dans l’Armée populaire vietnamienne à l’âge de 18 ans, il est blessé lors de la bataille Dien Bien Phu. Il sert au sein l’état-major de l’armée nord-vietnamienne pendant la guerre du Vietnam et s’occupe de la question des prisonniers de guerre américains. Durant la prise de Saigon le 30 avril 1975, il fait partie de l’unité nord-vietnamienne qui reçoit la reddition de Duong Van Minh, dernier dirigeant de la RVN (Sud). Après la victoire, il perd peu à peu ses illusions face à la corruption d’après-guerre et l’isolement de la RSVN. En 1990, Bui Tin quitte le Vietnam pour vivre en exil à Paris et exprimer publiquement ses critiques vis-à-vis du régime. A partir de novembre 1991, il intervient dans le débat sur les MIA-POW. Il publie plusieurs ouvrages en vietnamien qui font sensation dans lequel il dénonce l’appareil totalitaire communiste. Il publie en anglais deux ouvrages importants : Following Ho Chi Minh: The Memoirs of a North Vietnamese Colonel (University of Hawaii Press, 1995) et From Enemy To Friend: A North Vietnamese Perspective on the War (US Naval Institute Press, 2002). Il continue aujourd’hui à donner son avis sur l’évolution du Vietnam à travers son propre blog sur VOA.

David Lan Pham (1940-)

David Lan Pham est né à Thu Dau Mot dans la province de Binh Duong au Sud du Vietnam. Diplômé de l’Université de Saigon, il a enseigné l’histoire et a eu de multiples activités culturelles et journalistiques au Sud-Vietnam avant 1975. Il a exercé diverses fonctions de direction en tant que Secrétaire général des enseignants vietnamiens de l’Association des Enseignants d’Histoire et de Géographie, secrétaire général de l’Association de la Bibliothèque nationale vietnamienne, Conseiller à la Confédération Vietnamienne Travail (CVT) de Binh Duong et conseiller d’une Ecole bouddhiste à Binh Duong. Il quitte le pays clandestinement avec son fils et ses deux frères en 1986. Il publie en 2000 un récit de vie dans lesquel il rend compte de la vie sociale et politique vietnamienne sur quatre décennies de guerre civile. Il publie également d’autres ouvrages dont une biographie d’Ho Chi Minh en 2007. Aux Etats-Unis, il a travaillé pour le programme des réfugiés en Alabama et a créé le Bulletin bilingue / Tin Viet et Dac San Que Huong. Pour ses activités éducatives et sociales auprès des réfugiés il est cité dans plusieurs répertoires biographiques. Il vit actuellement à Toledo, dans l’Ohio.

* * *

Ngô Đình Diệm (1901-1963)

Mandarin nationaliste et catholique, originaire de Huê. Ministre de l’empereur Bao Dai en 1932, démissionne en 1933. Il se rend aux Etats-Unis au début des années cinquante. De retour au Viêt-Nam, il prend la direction du dernier gouvernement de Bao Dai en juin 1954. Un an plus tard à la suite d’un référendum populaire douteux, il devient Chef d’Etat de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) qu’il fonde le 26 octobre 1955. Il met en place une politique anticommuniste autoritaire avec les Agrovilles en 1959 et les Hameaux stratégiques en 1961. Très contesté au sein même du camp nationaliste, il est assassiné en novembre 1963 avec son frère Nhu à la suite de la violente crise bouddhiste. Sa diparition plonge le Sud Viêt-Nam dans une période de chaos et de troubles politiques pendant trois ans. Pour une biographie plus complète voir Ngo Dinh Diem (par Kelsey Leonard – Cold War Museum).

Thích Quảng Đức (1897-1963)

Vénérable bouddhiste, né Lâm Văn Tức en 1897, originaire de la province de Khanh Hoa au centre. Pratiquant dès l’âge de 7 ans, il consacre sa vie à l’étude du bouddhisme. Moine à 20 ans, il s’isole lors d’une retraite de trois ans après son ordination. Il s’immole par le feu à Saigon le 11 juin 1963 pour s’opposer à la politique répressive du gouvernement de Ngô Đình Diệm contre les bouddhistes. L’image de cette immolation (Malcom Browne, prix Pulitzer et 1963),  fera le tour du monde et précipitera la chute du clan des Ngo et de l’appareil diemiste. Par ce geste, Thich Quang Duc est depuis devenu une icône internationale.

Trường Chinh (Đặng Xuân Khu, 1907-1988)

Dirigeant communiste, principal théoricien du parti. Secrétaire général du PCI à partir de mai 1941 puis du Lao Động entre 1951 et 1956. Auteur du célèbre texte La résistance vaincra, regroupant une série d’articles parus à l’origine dans la revue du parti Su That (La Vérité) du 4 mars au 1er août 1947. Pro-chinois, il est le maître d’œuvre de la réforme agraire radicale avant d’être écarté de la direction du parti. Président de l’Assemblée nationale de la RDVN en 1960. Chef de l’Etat de la RSVN de juillet 1981 à juin 1987. Incarne la ligne dure du PCV et la ligne maoïste dans les années soixante. Paradoxalement, il est favorable aux réformes du Doi Moi en 1986 à la fin de sa vie.

 

 

Partie 2 : Mouvements de résistance

Le FULRO

Pavillon du Front de Libération du Champa
Pavillon du Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnards
(Flag by Chrystian Kretowicz)
Pavillon du FULRO
(Front Unifié de Lutte des Races Opprimées)

 

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Les Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.

Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngo Dinh Diem et reste emprisonné jusqu’à la chute de Diem. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Les Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille.

 * * *

Le FNL Sud-Vietnam

Pavillon du Front national pour la libération du Sud-Viêt Nam (FNL-Sud VN 1960-1975)

 

Nguyen Huu Tho,  (born July 10, 1910, Cho Lon, southern Vietnam—died Dec. 24, 1996, Ho Chi Minh City, Vietnam), chairman of the National Liberation Front (NLF), the South Vietnamese political organization formed in 1960 in opposition to the U.S.-backed Saigon government.

The son of a rubber-plantation manager who was later killed during the First Indochina War (1946–54), Nguyen Huu Tho studied law in Paris in the 1930s. Returning to Saigon, he set up practice, remaining politically inactive until 1949, when he led student demonstrations against the French; he also organized protests in 1950 against the patrolling of the southern Vietnamese coast by U.S. warships. He was imprisoned and won popular acclaim for his prolonged hunger strike in protest of the war.

After the Geneva Agreements had divided Vietnam into northern and southern zones in 1954, Tho cooperated with the southern regime of Ngo Dinh Diem until he was arrested for advocating nationwide elections on reunification. Except for a short interval in 1958, Tho remained in prison from 1954 to 1961, when he escaped with the aid of some of his anti-Diem followers. These men, who had recently formed the National Liberation Front, made Tho, a noncommunist, provisional and then full-time chairman of the NLF.

Tho essentially served as a figurehead leader, while real power in the NLF was held by its military arm, the Viet Cong, and by veteran communists who reported directly to the North Vietnamese leadership. Tho helped attract a wide spectrum of South Vietnamese supporters to the NLF. In June 1969 the NLF established a Provisional Revolutionary Government (PRG) with Huynh Tan Phat as president and Nguyen Huu Tho as chairman of its advisory council. The PRG, in effect, became the government of South Vietnam in April 1975, when the Saigon government’s troops surrendered to the North Vietnamese and PRG forces. Tho was made a vice president of Vietnam in 1976, a post he held until 1980, when he became acting president. In 1981 Tho was made vice president of the Council of State, as well as chairman of the Standing Committee of the National Assembly. (source : Encyclopedia Britannica).

Marcelino Truong : Une si jolie petite guerre – Saigon 1961-1963

Avis de parution le 18 octobre 2012. Marcelino Truong, Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-1963, Paris, Denoël, Denoël Graphic, 2012, 272 p.

En janvier 1961, John F. Kennedy devient le 35e président des États-Unis. Déterminé à endiguer le communisme en Asie, il lance le Projet Beef-Up, destiné à renforcer l’aide militaire et économique américaine à la République du Vietnam. C’est dans ce contexte que le petit Marcelino Truong et sa famille débarquent à Saigon, en juillet 1961. Sa mère est malouine et maniaco-dépressive, son père est un diplomate vietnamien. Nommé directeur de l’agence Vietnam-Press, Truong Buu Khanh fréquente assidûment le Palais de l’Indépendance où il fait office d’interprète quand le président Ngô Dinh Diêm reçoit des visiteurs anglophones. Il va ainsi observer de très près les manœuvres d’un gouvernement qui se débat entre nationalisme, rejet de la France coloniale, défiance et fascination pour l’Amérique.

Marcelino Truong interroge ses souvenirs d’enfance pour brosser un portrait à la fois impressionniste et objectif de la capitale sud-vietnamienne livrée aux prémices d’une guerre qui s’intensifie. Tandis que les gros porteurs US débarquent un armement de plus en plus lourd, les attentats viêt-cong se multiplient. L’état d’urgence et la mobilisation générale sont décrétés au Sud. Des coups d’Etat sont ourdis par des généraux félons, qui aboutiront, le 1er novembre 1963, à l’assassinat du président Diem. Vingt et un jours plus tard, c’est Kennedy qui tombe sous les balles de Lee Harvey Oswald. Mêlant l’histoire familiale à la grande Histoire, Truong redonne vie à une époque, un lieu et des événements qui ont fait basculer le cours du monde et réussit un roman graphique palpitant, où les causes de la plus grande défaite de l’Amérique sont examinées avec pertinence depuis le camp des vaincus.

Marcelino Truong est peintre, illustrateur, dessinateur de presse et auteur de bande dessinées. On lui doit de nombreux albums jeunesse. Son dernier ouvrage adulte, une adaptation du roman de James Lee Burke, Prisonniers du ciel, est paru dans la collection Rivages/Casterman/Noir.

Coomuniqué Denoël Graphic en pdf.

A lire : Dans les coulisses d’ « Une si jolie petite guerre » avec Marcelino Truong sur Long Cours

Nguyễn Mạnh Tường : Un excommunié – Hanoi 1954-1991. Procès d’un intellectuel

Nguyen Manh Tuong, Un Excommunié. Hanoi 1954-1991 : Procès d’un intellectuel, Paris, Que Me, 1992, 346 p. Présentation de l’éditeur ci-dessous :

Nguyen Manh Tuong, avocat et écrivain vietnamien, ancien Bâtonnier de Hanoi, est né en 1909. Il a obtenu, à 22 ans, en la même année 1932, un Doctorat d’Etat ès-Lettres et un Doctorat en Droit à l’université de Montpellier. Dès 1946, il rejoint, au maquis, le gouvernement Ho Chi Minh. Après Dien Bien Phu, il revient en 1955 à Hanoi avec une dizaine de titres honorifiques décernés par le gouvernement de la résistance dont il fut, de 1945 à 1956, le représentant dans plusieurs conférences internationales. Sa fameuse critique, sur les erreurs colossales commises par les autorités communistes au cours de la Réforme Agraire (il a été question de centaines de milliers de victimes), qu’il a prononcée à la réunion du Front Patriotique à Hanoi le 30 octobre 1956, lui a valu la disgrâce. Depuis, sa vie est pauvreté et maladie.

Un excommunié est un de ses récits autobiographiques se passant de 1955 à 1991, à Hanoi. Le manuscrit est parvenu, à l’automne 1991, à Paris, avec son désir de le voir publier. Il hésitera ensuite, pour finalement décider en ces termes, dans une lettre datée de Hanoi le 16 mars 1992 :

… « J’ai souhaité retarder la publication de mes ouvrages, parce que les circonstances récentes me mettent en alerte. Mais vous m’avez fait franchir le Rubicon et je vous donne raison : le risque est grand mais il faut tenter le risque. J’attends donc le pire en souhaitant qu’il n’arrive pas. Mais si on pousse la barbarie jusqu’à m’infliger le même traitement qu’à d’autres intellectuels accusés de médire du régime, j’attends de pied ferme des épreuves dont je connais la dureté. Je suis décidé, si l’éventualité se produisait, d’entamer une grève de la faim jusqu’à ce mort s’ensuive. A 84 ans, j’ai connu de la vie le meilleur et le pire et n’éprouve pas de regret à quitter cette vie au cours de laquelle j’ai rempli mon devoir d’intellectuel devant le peuple et devant l’histoire ! » …

Nguyen Manh Tuong devait décéder le 13 juin en 1997 à Hanoi.

* * *

Extrait :

Le droit et la politique

Entre le politicien et le juriste, il existe une divergence d’optiques, d’habitudes mentales, de pratiques intellectuelles.

La politique est un monde aux frontières floues qu’on peut franchir sans passeport et qu’on franchit souvent sans s’en douter ! Le sol y est mouvant, couvert de dunes de sable que les vents déplacent à leur gré, traversé de marais qu’on doit longer pour éviter des enlisements mortels ! Ici triomphe l’ambiguïté. Et l’imprécision des gestes comme du langage permet les interprétations les plus diverses, souvent contradictoires. Le voyageur qui s’y aventure doit renoncer au besoin de logique, de clarté et de précision, penser dans l’immédiat sans référence au passé ni appel au futur, s’interdire toute moralité ou sentimentalité, et surtout témoigner un sens aigu, dynamique de l’opportunité !

Le monde juridique, au contraire, est entouré de montagnes et de fleuves qui servent de frontières naturelles. Ici règnent la rigueur géométrique, la logique rationnelle, la précision et la clarté cartésiennes. Entre la légalité et l’illégalité, la ligne de démarcation est nette, comme entre le blanc et le noir. La terminologie cerne les idées, en fixe le contenu, ne laisse flotter autour d’elles aucune marge d’ombre où puisse se nicher l’équivoque ou qui permette une prestidigitation verbale, une jonglerie avec des mots ! Le raisonnement juridique provoque le choc des idées, et le palme revient à celui dont la logique s’appuie solidement sur des principes de droit, des textes de loi sans vaine logomachie, dans la froide sérénité de la dialectique, sous le soleil glacial de la raison !

(Un Excommunié – 1991, pp. 29-30)

* * *

« Longue plainte d’un avocat et intellectuel vietnamien célèbre, « excommunié » par le régime de Hanoi en 1956. Le livre s’étend peu sur les années passées au maquis et insiste sur la polémique de 1956 ainsi que sur le traitement infligé à l’excommunié : isolement et pauvreté. Ce récit complète, sans les éclipser, les nombreux autres témoignages sur la répression dans le Vietnam communiste ». (Persée – Revue française de science politique, « Informations bibliographiques », 1993, vol. 43, n°5, p. 882).

* * *

  • L’ouvrage est disponible en anglais en ligne sur le site Ai Huu Luat Khoa.com (Nguyen Manh Tuong, An Excommunicated – pdf – Bich Hop Publishings, 2008).
  • L’ouvrage est disponible en vietnamien en ligne sur le site Viet Studies
  • Il a été réédité en 2003 sous le titre de Kẻ bị khai trừ par Tiếng Quê Hương.
  • Voir le CR de lecture en vietnamien de cet ouvrage : Trịnh Bình An, « Đọc “Kẻ bị khai trừ” của Nguyễn Mạnh Tường« , 22-02-2012, sur DVC Online.

Georges Boudarel : Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam [1991]

[ndlr] Paru à la fin de l’année 1991 alors que la fin de l’URSS est annoncée et que les mouvements démocratiques dans les pays de l’Europe de l’Est arrivent au pouvoir, l’ouvrage de Georges Boudarel rappelle les débuts de la dissidence communiste vietnamienne en RDVN entre 1954 et 1956. A l’appui de sources encore largement méconnues à cette époque, il explore les tenants et les aboutissants de la contestation interne et les acteurs de la demande d’une démocratisation du régime. La célèbre affaire des revues « Humanisme et Belles Œuvres » (Nhan Van – Giai Pham) est savamment décortiquée et illustrée par des références littéraires produites par les accusés. Elle sonne le départ d’une épuration brutale au sein du parti sous le masque d’une réforme agraire radicale. L’ouvrage épuisé aujourd’hui est paru alors que débute une autre affaire franco-française sur la décolonisation : « l’affaire Boudarel ».

Boudarel, Georges, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991, 301 p.

Présentation de l’éditeur

Georges Boudarel relate dans cet ouvrage une période charnière de l’histoire du Vietnam, entre le colonialisme et l’indépendance, le stalinisme et la libéralisation, la Chine et l’URSS. Fort de son expérience controversée sur le terrain, il produit ici un travail d’historien nourri par sa connaissance de la langue et du peuple vietnamien, par l’analyse systématique des sources, pour la plupart inédites en français (presse quotidienne et périodiques vietnamiens), et de nombreuses œuvres littéraires d’une qualité surprenante.

L’auteur nous révèle que des intellectuels, des militaires et des écrivains ont très tôt inscrit dans la tradition politique du Vietnam un regard critique qui subsiste encore aujourd’hui. La répression fut spectaculaire. Georges Boudarel nous fait vivre dans l’intimité des familles villageoises la réforme agraire qui, sous couvert de redistribuer les terres, instaura au Vietnam un régime de terreur et de délation.

Ce livre s’achève sur des perspectives et une question. La richesse de la dissidence, apparue voici près de quarante ans au Vietnam, fera-t-elle que ce pays, exceptionnel à bien des titres, sera aussi celui qui saura réformer le système communiste sans abandonner son idéologie ?

Dans sa page de remerciements, Boudarel revient rapidement sur les conditions d’élaboration de cet ouvrage.

Ma collaboration avec le Viet Minh de 1950 à 1964 est à l’origine de ce travail. Membre du parti communiste vietnamien jusqu’en 1964, j’ai plus ou moins partagé certaines des vues que je critique aujourd’hui. Ma propre évolution dans le cadre vietnamien m’a permis de connaître certains des contestataires ou des officiels dont je parle et de rassembler à l’époque une documentation imprimée, ouvrages et périodiques.

Cette étude entend toutefois se situer sur un plan historique aussi objectif que possible. Pour éviter les approximations, j’ai donc tenu à dépouiller le quotidien du parti communiste Nhan Zan (le Peuple) de 1954 à 1960 et à opérer nombre de sondages dans les diverses publications en quoc ngu de l’époque.

Je n’aurais pu réaliser cette recherche et ce travail sans l’octroi par le Social Science Research Council de New York une bourse de la fondation Ford. Celle-ci me permit notamment de trouver des matériaux à l’Institut des Etudes Etrangères d’Osaka grâce au professeur Masaya Shiraishi, en Australie grâce au Dr David Marr, à la School of Pacific and South-East Asian Studies à Canberra et aux Etats-Unis où j’explorai les trésors de l’université Cornell et du centre de recherche de M. Douglas Pike à Berkeley. Je tiens à leur exprimer ici tous mes remerciements.

Sur le parcours controversé de l’auteur :

Jean-Claude Pomonti, « Georges Boudarel, ancien commissaire politique stalinien », Le Monde, 29 décembre 2003. A lire sur le blog de Patrick Guénin, Le Viêt Nam, aujourd’hui (1997-2003).

Pierre Marie Giraud, « Boudarel, commissaire politique dans un camp vietminh et universitaire », Agence France Presse, 29 décembre 2003. A lire sur le blog de Patrick Guénin, Le Viêt Nam, aujourd’hui (1997-2003).

Pour le rappel succinct de « l’Affaire Boudarel », voir l’entrée Wikipedia à son nom.

Gérard Tongas : J’ai vécu dans l’enfer communiste au Nord Viêt-Nam [1960]

Tongas, Gérard, J’ai vécu dans l’enfer communiste au Nord Viêt-Nam, Paris, Les Nouvelles Editions Debresse, 1960, 463 p. La couverture porte en plus la mention : « et j’ai choisi la liberté ».

Quelques appréciations succinctes de lecture.

L’auteur, proviseur du Lycée Balzac de Hanoi, fait partie des rares Français qui ont fait le pari de rester au nord du 17e parallèle après l’arrivée des autorités Viêt-Minh. Il a donc vu la mise en place d’un système, qu’il dénonce. Il évoque une « atmosphère de terreur permanente » (p. 139) et une mise en condition de la population par une technique éprouvée de manipulation : « Comment le nationalisme et le désir d’indépendance sont exploités par les communistes et servent leurs propres progrès » (p. 116). Il n’est pas pour cela tendre avec la France. Il dénonce par exemple l’exode massif des Français d’Indochine, incapables de comprendre et a fortiori d’accepter la situation nouvelle. Gérard Tongas montre d’autre part que les autorités gouvernementales  n’ont pas su saisir la chance pour la France de rester présente dans cette partie du monde (voir le récit de la mission ratée de Sainteny). Qui dit que tous les dirigeants Viêt Minh étaient pour le départ de la France ? En agissant ainsi, on a encouragé les cadres les plus anti-français et donc favorisé Pékin et Moscou. (cf. Alain Ruscio (dir.), La guerre « francaise » d’Indochine (1945-1954). les sources de la connaissance, Paris, Les Indes Savantes, 2002, p. 902).

 * * *

Témoignage de Gérard Tongas qui fut, à partir de 1953, proviseur du Lycée Français « Honoré de Balzac » à Hanoï. Celui-ci relate comment les autorités administratives françaises ont tout laissé tomber à partir du moment où les accords de Genève furent appliqués sur le terrain. Témoignage édifiant sur les pratiques et la mainmise communistes sur tout un peuple que l’Occident a lâchement abandonné. Ceci préfigurera ce qui se passera moins de dix ans plus tard dans les départements français d’Algérie. Ouvrage courageux et peu courant qui fut mal diffusé à l’époque, faisant montre d’un anticommunisme politiquement incorrect. (Librairie Impériale, Maison Madelain).

* * *

Malgré un titre très « guerre froide » l’auteur un des rares français à être resté au Nord Viêt Nam après 1954 retrace les premières années de la RDVN. Au delà de sa déception vis à vis du régime, une foule d’anecdotes et d’informations rendent cet ouvrage indispensable pour comprendre cette période. (Carnets du Viêt-Nam).

* * *

Dominé par le souci de rectifier les affirmations officielles de Hanoi, ce témoignage anecdotique sur le Nord Vietnam d’après 1954 tombe trop souvent dans la polémique ou le dénigrement systématique (Persée, Revue française de science politique, « Informations bibliographiques », 1962, Vol. 12, n°1, p. 283).

Plan du livre [9 parties]

Le Nord Viêt-Nam, ses caractéristiques et ses problèmes.

La République démocratique du Viêt-Nam.

Politique intérieure.

Politique étrangère.

La vie économique.

La vie culturelle et la jeunesse.

La vie sociale.

Religions et superstitions.

L’avenir du Nord Viêt-Nam.

 * * *

Notre avis :

Le titre de l’ouvrage de Gérard Tongas est un clin d’œil assumé à l’ouvrage de Victor Kravchenko publié en 1947 sous le titre J’ai choisi la liberté. La vie publique et privée d’un haut fonctionnaire soviétique, ouvrage qui fit couler beaucoup d’encre dans une France d’après-guerre encore fascinée par l’Union soviétique. Ce pavé de Tongas de plus de 450 pages est parfois d’une lecture un peu indigeste car très dense, touffu et fourmillant d’anecdotes. L’ouvrage est un témoignage à chaud, un cri du vécu, à prendre donc avec les précautions d’usage. Si l’auteur semble régler quelque peu ses comptes avec ses rêves et une administration française fuyante, son témoignage sur le lourd climat politique de Hanoi dans les années cinquante est unique en son genre. Avec la perspective et la profondeur de champ que l’on a acquis depuis sur le fonctionnement du communisme vietnamien, l’ouvrage de Tongas ne ferait pas rougir les meilleures pages du dissident Bui Tin sur son pays. Gérard Tongas, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ne fut pas un anticommuniste primaire mais un homme de conviction, socialiste et humaniste, connaisseur de l’Asie, spécialiste de l’empire Ottoman et d’Atatürk. Il fonda et dirigea la revue mensuelle Orient-Occident, une « revue politique, économique, scientifique, sociale, littéraire et artistique » de 1947 à 1953.

FG

La nouvelle historiographie sur Ngô Đình Diệm et la Première République du Viêt-Nam

Depuis une dizaine d’années, les recherches sur la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) de Ngo Dinh Diem se sont considérablement développées. Les études américaines cherchent à comprendre l’engagement américain et le départ de la guerre au Viêt-Nam. Elles réexaminent également le fonctionnement du régime et la personnalité du Président de la Première République. Elles s’intéressent aux conséquences de la chute de Diem (assassiné avec son frère Nhu le 2 novembre 1963) et au rôle des services américains auprès du régime sudiste.

De leur côté, les récentes études vietnamiennes ou témoignages de personnalités proches de Diem tendent à revaloriser le rôle de ce leader et de son régime auparavant fortement critiqués dans les mémoires du général Do Mau (1986), lui-même impliqué dans le coup d’Etat de novembre 1963.

Notons que deux nouvelle études américaines sont à paraitre en 2013 (Chapman et Miller).

  • Chapman, Jessica M., Cauldron of Resistance: Ngo Dinh Diem, the United States, and 1950s Southern Vietnam, Ithaca, Cornell University Press, 2013 (à paraître).
  • Catton, Phillip E., Diem’s final failure. Prelude to America’s war in Vietnam, Lawrence, University Press of Kansas, Modern War Studies, 2003, 312 p. See presentation ; book review by Edward Miller

Often portrayed as an inept and stubborn tyrant, South Vietnamese president Ngo Dinh Diem has long been the subject of much derision but little understanding. Philip Catton’s penetrating study provides a much more complex portrait of Diem as both a devout patriot and a failed architect of modernization. In doing so, it sheds new light on a controversial regime.

Catton treats the Diem government on its own terms rather than as an appendage of American policy. Focusing on the decade from Dien Bien Phu to Diem’s assassination in 1963, he examines the Vietnamese leader’s nation-building and reform efforts—particularly his Strategic Hamlet Program, which sought to separate guerrilla insurgents from the peasantry and build grassroots support for his regime. Catton’s evaluation of the collapse of that program offers fresh insights into both Diem’s limitations as a leader and the ideological and organizational weaknesses of his government, while his assessment of the evolution of Washington’s relations with Saigon provides new insight into America’s growing involvement in the Vietnamese civil war.

Focusing on the Strategic Hamlet Program in Binh Duong province as an exemplar of Diem’s efforts, Catton paints the Vietnamese leader as a progressive thinker trying to simultaneously defeat the communists and modernize his nation. He draws on a wealth of Vietnamese language sources to argue that Diem possessed a firm vision of nation-building and sought to overcome the debilitating dependence that reliance on American support threatened to foster. As Catton shows, however, Diem’s plans for South Vietnam clashed with those of the United States and proved no match for the Vietnamese communists.

Catton analyzes the mutually frustrating interactions between Diem and the administrations of Eisenhower and Kennedy, and reveals patterns in this uneasy alliance that have eluded other observers. He also clarifies many of the problems, setbacks, and miscalculations experienced by the communist movement during that era.

Neither an American puppet, as communist propaganda claimed, nor a backward-looking mandarin, according to Western accounts, Catton’s Diem is a tragic figure who finally ran out of time, just a few weeks before JFK’s assassination and at a moment when it still seemed possible for America to avoid war.

  • Hoang Ngoc Thanh & Than Thi Nhan Duc, Why the Vietnam war? President Ngo Dinh Diem and the US: His Overthrow and Assassination, Tuan-Yen & Quan-Viet Mai-Nam Publishers, 2001, 562 p.
  • Jacobs, Seth, America’s Miracle Man in Vietnam: Ngo Dinh Diem, Religion, Race, and U.S. Intervention in Southeast Asia, Durham, Duke University Press Books, 2005, 392 p. See the book presentation ; see the Roundtable on H-Diplo (pdf) ; and the book review by Nick Cullather (pdf). For other articles by the same author, see its own page at Boston College.

America’s Miracle Man in Vietnam rethinks the motivations behind one of the most ruinous foreign-policy decisions of the postwar era: America’s commitment to preserve an independent South Vietnam under the premiership of Ngo Dinh Diem. The so-called Diem experiment is usually ascribed to U.S. anticommunism and an absence of other candidates for South Vietnam’s highest office. Challenging those explanations, Seth Jacobs utilizes religion and race as categories of analysis to argue that the alliance with Diem cannot be understood apart from America’s mid-century religious revival and policymakers’ perceptions of Asians. Jacobs contends that Diem’s Catholicism and the extent to which he violated American notions of “Oriental” passivity and moral laxity made him a more attractive ally to Washington than many non-Christian South Vietnamese with greater administrative experience and popular support.

A diplomatic and cultural history, America’s Miracle Man in Vietnam draws on government archives, presidential libraries, private papers, novels, newspapers, magazines, movies, and television and radio broadcasts. Jacobs shows in detail how, in the 1950s, U.S. policymakers conceived of Cold War anticommunism as a crusade in which Americans needed to combine with fellow Judeo-Christians against an adversary dangerous as much for its atheism as for its military might. He describes how racist assumptions that Asians were culturally unready for democratic self-government predisposed Americans to excuse Diem’s dictatorship as necessary in “the Orient.” By focusing attention on the role of American religious and racial ideologies, Jacobs makes a crucial contribution to our understanding of the disastrous commitment of the United States to “sink or swim with Ngo Dinh Diem.”

  • Jacobs, Seth, Cold War Mandarin: Ngo Dinh Diem and the Origins of America’s War in Vietnam, 1950-1963, Rowman & Littlefield Publishers, 2006, 220 p.

For almost a decade, the tyrannical Ngo Dinh Diem governed South Vietnam as a one-party police state while the U.S. financed his tyranny. In this new book, Seth Jacobs traces the history of American support for Diem from his first appearance in Washington as a penniless expatriate in 1950 to his murder by South Vietnamese soldiers on the outskirts of Saigon in 1963.

Drawing on recent scholarship and newly available primary sources, Cold War Mandarin explores how Diem became America’s bastion against a communist South Vietnam, and why the Kennedy and Eisenhower administrations kept his regime afloat. Finally, Jacobs examines the brilliantly organized public-relations campaign by Saigon’s Buddhists that persuaded Washington to collude in the overthrow–and assassination–of its longtime ally.

In this clear and succinct analysis, Jacobs details the « Diem experiment, » and makes it clear how America’s policy of « sink or swim with Ngo Dinh Diem » ultimately drew the country into the longest war in its history.

  • Miller, Edward, « Vision, Power, and Agency: The Ascent of Ngo Dinh Diem, 1945-54 », Journal of Southeast Asian Studies, Vol. 35, No. 3, 2004, pp. Pdf online at Viet Studies.
  • Miller, Edward, Misalliance: Ngo Dinh Diem, the United States, and the Fate of South Vietnam, Harvard University Press, 2013 (à paraître).
  • Moyar, Mark, Triumph forsaken. The Vietnam war, 1954-1965, Cambridge – New York, Cambridge University Press, 2006, 512 p.
  • Nashel, Jonathan, Edward Lansdale’s Cold War, University of Massachusetts Press, 2005, 278 p. (sur le conseiller de Diem à son arrivée au pouvoir)
  • Shidler, Derek, « Vietnam’s changing historiography: Ngo Dinh Diem and the America’s leadership ». This paper was written for Dr. Shelton’s History 5000, Historiography, in the fall of 2008: online article

 

Quelques études ou témoignages récents en langue vietnamienne :

  • Minh Võ, Ngô Đình Diệm và Chính Nghĩa Dân Tộc, California, Hồng Đức, 2008, 450 tr.
  • Minh Võ, Hồ Chí Minh, Ngô Đình Diệm và cuộc chiến Quốc – Cộng (Tâm Sự Nước Non 2), Diễn Đàn Giáo Dân/ Tiếng Quê Hương, 2011, 430 tr.
  • Ngô Đình Châu, Chính biến 1-11-1963  Tổng Thống Ngô Đình Diệm, California, Thằng Mõ, 2009, 330 tr.
  • Nguyễn Hữu Duệ, Nhớ lại những ngày ở cạnh Tổng Thống Ngô Đình Diệm, San Diego, cA, 2003, 270 tr.
  • Nguyễn Văn Lục, Một thời để nhớ. Những sự thật về cố Tổng Thống Ngô Đình Diệm và nền Ðệ Nhất Cộng Hòa, California, Nguyệt San Diễn Đàn Giáo Dân, 2011, 396 tr.
  • Nguyễn Văn Minh, Dòng họ Ngô Đình ước mơ chưa đạt, Garden Grove, Hoàng Nguyên xuất bản, tái bản lần thứ ba, 2-2004.
  • Phạm Văn Lưu & Nguyễn Ngọc Tấn, Ðệ Nhất Cộng Hòa Việt Nam, 1954-1963: Một cuộc cách mạng, Melbourne – Los Angeles – Paris, Center for Vietnamese Studies, 2005, 229 tr.
  • Văn Bia, Đời một phóng viên và những ngày chung sống với Chí Sĩ Ngô Đình Diệm. Hồi Ký của Ký Giả Văn Bia, Lê Hồng XB, 2001, 360 tr.
  • Vĩnh Phúc, Những Huyền Thoại và sự thật về chế độ Ngô Đình Diệm, California, Văn Nghệ, 1998, 482 tr. [réédité en 2006].

Sisouk Na Champassak : Tempête sur le Laos [1961]

[ndlr] Témoignage direct du prince Sisouk na Champassak (1928-1985) sur la guerre civile laotienne. Paru en 1961, Tempête sur le Laos retrace les événements politiques du Laos de la Seconde guerre mondiale jusqu’en 1960. La vision est celle d’un officiel du gouvernement royal alors très impliqué dans les affaires politiques et internationales de son pays. L’auteur explique sa démarche dans l’avant-propos qui suit. L’ouvrage est paru initialement en langue anglaise sous le titre Storm over Laos, a contemporary history (New York, Praeger, 1961).

Avant-propos de l’auteur

Ce livre n’est qu’une esquisse. C’est une série de témoignages et de récits vécus des événements qui ont pesé lourdement sur le destin de mon pays depuis 1945. Depuis seize ans, le royaume du Laos vit dans l’insécurité et la guerre, et pourtant l’opinion internationale n’a jamais été clairement informée de la nature que mène le peuple du Royaume du Million d’Éléphants contre les ingérences de la République démocratique du Nord Vietnam et de ses empiètements successifs d’abord, sous le couvert d’une prétendue libération des pays de l’ancienne Indochine française, et ensuite, au nom d’une croisade idéologique. Dans ce livre je me suis borné à relater les faits, surtout depuis la Conférence de Genève de juillet 1954 en essayant de les analyser sans préjugés ni passion. J’ai été mêlé de près ou de loin dans tout cet enchaînement de drames qui déchirent mon pays. J’ai collaboré avec Son Excellence Katay Don Sasorith, alors premier ministre, en tant que son directeur de cabinet et représentant du gouvernement royal auprès de la Commission Internationale de Contrôle ; j’ai servi Son Altesse le prince Souvanna Phouma, en qualité de secrétaire général du Conseil des ministres ; et j’ai eu l’honneur de faire partie du gouvernement de son Excellence Phoui Sananikone, comme secrétaire d’Etat à l’Information et à la Jeunesse, gouvernement au sein duquel le général Phoumi détenait le portefeuille du secrétariat d’État à la Défense nationale. Je connais le prince Boun Oum Na Champassak dont je suis l’un des proches parents et pour lequel j’éprouve le plus grand respect et la plus grande affection. En outre, j’ai participé à toutes les négociations et conversations avec les leaders du Pathet-Lao depuis la première prise de contact à la plaine des Jarres en janvier 1955, jusqu’à la Conférence de Vientiane, en août 1956. En passant par le rendez-vous Katay D. Sasorith-prince Souphannouvong de Rangoon.

Mon but n’est pas de faire l’apologie de telle ou telle politique de ces hommes au pouvoir depuis la naissance du Laos indépendant, mais de montrer à l’opinion publique les diverses étapes de ce qu’il convient d’appeler les « approches du communisme international pour la conquête de l’Asie du Sud-Est », et surtout les difficultés de toutes sorte qui assaillent un pays petit enclavé, né dans l’équivoque de Genève, et placé en sandwich entre les deux camps antagonistes dans une zone de tension où pressions et dépressions atteignent souvent leur maximum.

Je souhaite que ce livre puisse ramener les laotiens égarés dans la communauté nationale afin d’édifier un Laos uni, neutre, et indépendant. Je forme également le voeu que les Laotiens de quelque bord qu’ils soient fassent notre propre évolution au lieu de faire la révolution des autres.

Réf. Sisouk Na Champassak, Tempête sur le Laos, Paris, La Table Ronde, « L’ordre du jour », 1961, 266 p.

 

Couverture de l’édition new-yorkaise
(Frederick A. Praeger, 1961)

 

Prince Sisouk na Champassak (March 28, 1928 in Pakse, Champassak, Laos – May 10, 1985 in Santa Ana, California, United States). He was the eldest son of Chao Bounsouane na Champassak, who was in turn the eldest son of the last King of Champassak, Chao Ratsadanay. His brother is Chao Sisanga Na Champassak.

Prince Sisouk was a member of the Na Champassak royal family or house. He served as Secretary General of the Royal Government in the Kingdom of Laos. He is the author of Storm over Laos, a history of Laos from World War II until about 1961.

He became Minister of Finance and Minister of Defense in the pre-1975 Royal Lao Government. After fleeing Laos in May 1975, as the country fell to the communist Pathet Lao, he immigrated to France. In 1981, he became a key political leader of the resistance against the communist Lao PDR government, together with General Vang Pao. He died in Vang Pao’s house in Santa Ana, California. (source : Wikipedia – page consultée le 10 octobre 2012).

Book review :

By Gordon Leonard, in Political Research Quartely, Volume 15 (4): 738-740, December, 1962.

Book Review by Kathryn C. Statler: Triumph Imagined

Moyar, Mark, Triumph Forsaken: The Vietnam War, 1954-1965, Cambridge, Cambridge University Press, New York, 2006, xxiii+416 p.

Book Review by Kathryn C. Statler:

Triumph Imagined

In The Man in the High Castle, novelist Philip K. Dick presents an alternate outcome to World War II by envisioning a world in which the Axis powers won the war. Dick’s classic came to mind after reading Mark Moyar’s Triumph Forsaken: The Vietnam War, 1954-1965, as both books offer lessons on history, truth, and interpretation. In the first of a two-volume project, Moyar attempts a new look at the evolution of American intervention in Vietnam from South Vietnamese Premier Ngo Dinh Diem’s 1954 assumption of power to Lyndon B. Johnson’s 1965 decision to send combat troops to South Vietnam. Opening with a brief sketch of Vietnamese history, Moyar then traces the development of South and North Vietnam as Saigon (with U.S. support) and Hanoi (backed by the USSR and China) attempted to outmaneuver one another politically and militarily. As his narrative unfolds, Moyar challenges scholars of the Vietnam War to question earlier assumptions and knowledge about North Vietnamese leader Ho Chi Minh’s nationalist credentials, Diem’s ineptitude, the accuracy of prominent American journalists, the Buddhist protest movement, Johnson’s escalation of the conflict, and the domino theory’s viability. Moyar concludes that Saigon and Washington could have won the war if Diem had stayed in power or if the Johnson administration had provided a stronger military response. Although encouraging us to « think otherwise » through its well-written, researched, and forcefully argued interpretations, Triumph Forsaken is, in many respects, a counterfactual explanation of U.S. involvement in Vietnam and fails to revise the historical record.

The book begins with Moyar’s designation of « orthodox » and « revisionist » camps. Early scholarship in the 1960s and 1970s (the orthodox school) criticized American actions in Vietnam and insisted that the war could not be won. Revisionists typically viewed the war effort as noble and winnable if the United States had either (1) made better use of its conventional military power or (2) adapted to guerilla warfare. Identifying himself as a revisionist, Moyar dismisses the vast majority of scholarship produced in the past two decades as continued orthodoxy, claiming that it is concentrated in a « relatively small number of areas, » concerned « primarily with American policymaking in Washington and Saigon, » and dominated by one school of thought that sees America’s involvement in the war as « wrongheaded and unjust » (p. xi). These statements are easily called into question by a perfunctory survey of the interdisciplinary, multi-archival, and international literature that has emerged. Equally perplexing is Moyar’s contention that his interpretation of « the facts » differentiates his volume « from all of the existing literature in its breadth of coverage both inside and outside the two Vietnams and in its use of a more comprehensive collection of source materials » (p. xiii). This is quite a claim-and one that fails to hold up under scrutiny. [1]To the extent that Moyar forces us to rethink orthodoxies, his work is commendable; but in the end, his revisionism is unpersuasive in large part because he simply does not marshal the evidence to support his version of events. In selectively quoting and caricaturing the arguments of others, he repeatedly fails to grapple with the avalanche of scholarship that contradicts his own. [2]

Before delving into some of the book’s key flaws, its strengths deserve mention. Moyar’s descriptions and analysis of military encounters and technologies are first rate. Moreover, his chapters on peaceful coexistence and insurgency are expansive in their coverage of the evolution of South and North Vietnamese thinking, particularly Diem’s attempts to govern and guarantee stability from the national down to the local level. Moyar also gives a clear analysis of the various crises of succession in South Vietnam following Diem’s assassination. Finally, Moyar offers much greater detail about American military leaders, who emerge as the heroes of the book, in contrast to the « brainy civilians, » who, in Moyar’s opinion, had no conception of Vietnamese political, military, and cultural realities (pp. 349, 416). [3] Moyar also reminds us that the Americans and their South Vietnamese allies often fought effectively and ethically.

Unfortunately, the weaknesses of the book far outweigh its strengths. Moyar has a tendency to leave out pesky details that might derail his interpretations, committing a number of factual errors in the process. For example, he incorrectly claims Truong Chinh was a supporter of Soviet policy when in fact he had a pro-Chinese orientation, he fails to offer any evidence at all to explain how the French and Vietnamese forces were on « the verge of crushing » the Viet Minh in early 1954 (pp. 28, 297, 322), and he mistakenly concludes that congressional leaders gave united action-proposed multilateral intervention to lift the Viet Minh siege at Dien Bien Phu-their « consent » and were « willing » to send ground forces if other nations contributed large numbers of troops. Rather, Congress insisted on allied participation and immediate French independence for Indochina-neither of which was likely to materialize-before agreeing to united action. Nor did united action come down to « whether Britain would go along, » which was secondary to congressional obstructionism. Finally, the British declined united action not because the « potential danger to Malaya and other British interests was not sufficiently large to justify a possible war, » but because they wanted to give negotiations at the upcoming Geneva Conference a chance to succeed (p. 29). [4]

Readers will be forgiven for asking « what Geneva Conference? » as Moyar skims over one of the most important points in the decision-making process on Vietnam. According to Moyar, the Geneva agreements suffered from a « congenital defect » in that they lacked « the endorsement of the new South Vietnamese government and the U.S. government, » both of which were « certain » to be leading actors in the future (pp. 30-31). However, it was far from certain in July 1954 that Washington and Saigon would emerge as the decision makers. It became clear that the Geneva agreements would fail only after Diem began to consolidate his control; U.S. officials made the conscious decision to replace France in South Vietnam in the military, political, economic, and cultural realms; and London, Paris, Moscow, and Beijing made other concerns a priority over implementing the accords. Moyar’s painfully one-sided depiction of the French villainy in resisting Diem’s attempts to wipe out his enemies during this period results from his heavy reliance on anti-French American and South Vietnamese sources. Like the Americans, the French were divided on Diem’s prospects for success and were not engaged in round-the-clock « plotting » and « calumny » against him (pp. 41-53).

Moyar provides valuable analysis of Diem’s rise to power and the strengths of his 1954-1963 government, although he is not the first to do so, as his book suggests. A general trend in the scholarship during the past decade has rehabilitated Diem’s image to some degree. [5] Still, Diem’s many weaknesses are almost completely absent in the book. Moyar chooses instead to blame the Buddhists and David Halberstam’s and Neil Sheehan’s press coverage for rising American and South Vietnamese hostility to Diem. However, not all Buddhists were « fanatical » and « covert communists, » and many American officials shared the journalists’ concerns about Diem (pp. 217, 228, 317). Every American ambassador from Donald Heath to Frederick Nolting left South Vietnam far more pessimistic than when they arrived. And, although not apparent in Moyar’s account, a number of military officials also held deeply negative views of the Diem regime and its successors. [6] In the end, Moyar’s claim that if Diem had lived « it is highly doubtful that the war would have reached a point where the United States needed to introduce several hundred thousand of its own troops to avert defeat » and that it was « quite possible » that South Vietnam « could have survived under Diem without the help of any U.S. ground forces » is impossible to prove and unsupported by the evidence (p. 286).

Strangely, while casting a critical eye at official American statements and documents, Moyar gives far less scrutiny to the rhetoric of non-American actors and to American military leaders. For example, in his use of translated Vietnamese sources, both communist and non-Communist, Moyar accepts at face value claims of Ho Chi Minh’s deference to the international Communist movement, the North Vietnamese dismissal of the 1956 elections, and the strength of the South Vietnamese armed forces (pp. 4, 9, 58, 181-84). [7] Moreover, in pressing his point that an invasion of the North was the best option for the United States in 1964, Moyar argues that Johnson’s rejection of the military’s proposals for « hard action » in Laos and Vietnam and his choice of gradual escalation convinced Hanoi that the United States would not put up a fight for South Vietnam (pp. 348-49). If hard action had been pursued, according to Moyar, the North Vietnamese would have retreated into the mountains and China would have abstained from the fighting, but there is little evidence to indicate that Hanoi and Beijing would have followed this script. Even worse, Moyar engages in speculative pop psychology when he explains Johnson’s unwillingness to embrace hard action through a college incident in which Johnson « did not stand and trade punches, but instead hopped onto his bed, lay on his back, and kicked frantically with his long legs to keep the would-be adversary away » (pp. 288, 331).

Finally, Moyar’s claim that American leaders and their allies believed that if South Vietnam had fallen in the 1960s, a « high probability » existed that many dominoes would have been knocked over in Southeast Asia must be addressed. In his scenario, Laos, Cambodia, Thailand, Malaya, Singapore, and Indonesia would have toppled, with potential fallout in the Philippines, Taiwan, Burma, and Japan. Moyar also asserts that much of the international community, including SEATO and NATO members, publicly and privately supported the United States in Vietnam. There is little, however, aside from a few selected quotations from worried American officials and international leaders trying to acquire more American aid, to substantiate these arguments (pp. 138-42, 377-91). If other leaders were so concerned with the domino effect, then perhaps they would have done more than offer token troops, rhetoric, and humanitarian aid. SEATO never took an official stand asking members to assist South Vietnam, NATO countries sought ways to disengage the United States from Vietnam, and, in the end, only the Philippines, Thailand, Australia, New Zealand, and South Korea sent troops to Vietnam, and of those, the Philippines, Thailand, and South Korea leveraged their aid for important U.S. economic and military concessions as well as a complete U.S. subsidy of their forces in Vietnam.

Moyar excels at creating an alternate history to American intervention in Vietnam, an exercise that undoubtedly has its uses in stimulating thinking and challenging traditional viewpoints. The problem, of course, is that we will never know the course of events if Diem had lived, or if the United States had invaded North Vietnam, or if South Vietnam had fallen in the 1960s instead of 1975. Ultimately, Moyar offers no compelling evidence that triumph was forsaken, but, by imagining that it was, his book makes for an interesting read.

 


 

[1] I refer readers to Edwin Moïse’s excellent bibliography on the Vietnam Wars, available from http://www.clemson.edu/caah/history/FacultyPages/EdMoise/bibliography.html.

[2] See, for example, Fredrik Logevall, Choosing War: The Lost Chance for Peace and the Escalation of War in Vietnam (Berkeley, CA, 1999), xiii and David Anderson, « One Vietnam War Should Be Enough, » Diplomatic History 30, no. 1 (January 2006): 2-8 for the full context of their quoted comments in Triumph Forsaken (p. xii).

[3] See, for example, Moyar’s one-sided criticism of Ambassadors Elbridge Durbrow and Henry Cabot Lodge (pp. 68, 99, 115, 236-74).

[4] See Joint Resolution Draft, 2 April 1954, Dwight D. Eisenhower Library (EL), Dulles Papers, Subject series, box 8; Draft of the Congressional Resolution, 17 May 1954, Dulles Papers, Dulles-Herter Correspondence, 1953-1961, microfilm, reel 5; William Knowland oral history, EL, OH-233 (2 of 3), 1967; top-secret report, 23 April 1954, Archives Nationales, Paris, 74AP/38; 7 April 1954, Ministère des Affaires Etrangères, Asie 1944-55, Indochine, vol. 290; top-secret memo of Dulles-Eisenhower conversation, 19 May 1954, Dulles-Herter, reel 5.

[5] For a sampling of this literature, see Philip Catton, Diem’s Final Failure: Prelude to America’s War in Vietnam (Lawrence, KS, 2003); Edward Miller, « Grand Designs: Vision, Power and Nation Building in America’s Alliance with Ngo Dinh Diem, 1954-1960 (Ph.D. diss., Harvard University, 2004); and Kathryn Statler, Replacing France: The Origins of American Intervention in Vietnam (Lexington, KY, 2007), chaps. 4, 5, 8.

[6] See Robert Topmiller, The Lotus Unleashed: The Buddhist Peace Movement in South Vietnam, 1964-1966 (Lexington, KY, 2002) for a counterargument to Moyar’s claims about the Buddhist movement. See Robert Buzzanco, Masters of War: Military Dissent and Politics in the Vietnam Era (New York, 1996) for American military concerns about South Vietnam’s prospects for success.

[7] For works that address Ho Chi Minh’s nationalist credentials and Hanoi’s belief that the 1956 elections would be held, see Robert Scigliano, South Vietnam: Nation under Stress (Boston, 1964); Carl Thayer, War by Other Means: National Liberation and Revolution in Vietnam (Sydney, 1989); Robert Brigham, Guerrilla Diplomacy: The NLF’s Foreign Relations and the Vietnam War (Ithaca, NY, 1999); and William Duiker, Sacred War: Nationalism and Revolution in a Divided Vietnam (Boston, 1995).

Review of Triumph Forsaken: The Vietnam War, 1954-1965 by Mark Moyar, Cambridge University Press, New York, 2006. Pages: xxiii+416. $32.00.

Reviewed by Kathryn C. Statler, in Political ReviewNet – Diplomatic History, Volume 32, Issue 01, pp. 153-157.
Online date : 10/04/2008

Pour en savoir plus :

Autres avis de lecture sur le site officiel de Mark Moyar.

Voir le débat suscité par cet ouvrage sur l’historiographie américaine de la guerre, en 2007 – en ligne sur pdf : H-Diplo

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge