Histoire et composition de l’Indochine : entretien avec Nguyên Thê Anh – 11 avril 2005

[ndlr] Entre mars et mai 2005, la Fondation Maison des sciences de l’homme à Paris a réalisé trois entretiens filmés du professeur Nguyên Thê Anh sur ses thématiques d’enseignement. L’ouverture de ce carnet de recherche nous donne l’occasion de présenter ces trois entretiens riches pour la connaissance et la compréhension de l’espace indochinois. Le second volet de cette trilogie revient sur l’histoire des pays de la péninsule indochinoise et souligne certaines de leurs spécificités.

Définition du terme “Indochine” (03:38)

Parties :

Définition du terme « Indochine » (03:38)
Le bouddhisme theravâda et le bouddhisme mâhâyana (02:59)
Le Champâ (06:43)
Le Cambodge (09:19)
La monarchie cambodgienne (05:15)
La Thaïlande (05:40)
Le Laos (07:54)
Le Myanmar (la Birmanie) (15:41)
Les ethnies qui composent l’Indochine (07:50)

 

Responsable(s) de cet entretien : Peter Stockinger – PU, INaLCO, Programme AAR, ESCoM-FMSH, Paris, France

Date et lieu de l’entretien : Lundi 11 avril 2005 – Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, France

Contact : contact-aar@msh-paris.fr

Réalisation : Richard Fillon (ESCoM-FMSH, Paris, France) , Elisabeth de Pablo (ESCoM-FMSH, Paris, France)

Thème(s) : Histoire sociale — Histoire culturelle — Histoire des religions — Sociologie des religions — Sociologie de la culture — Histoire des peuples — Anthropologie culturelle — Anthropologie des religions

Langue(s) : Français

Source : Archives Audiovisuelles de la Recherche

La France en Indochine : entretien avec Nguyên Thê Anh – 23 mai 2005

[ndlr] Entre mars et mai 2005, la Fondation Maison des sciences de l’homme à Paris a réalisé trois entretiens filmés du professeur Nguyên Thê Anh sur ses thématiques d’enseignement. L’ouverture de ce carnet de recherche nous donne l’occasion de présenter ces trois entretiens riches pour la connaissance et la compréhension de l’espace indochinois. Le dernier volet qui compose cette trilogie revient sur les liens tumultueux entre la France et l’Indochine.

Cet entretien est consacré à la présence française en Indochine. Nguyên Thê Anh se penche ici sur un siècle d’histoire commune entre la France, le Laos, le Viêtnam et le Cambodge. Il rappelle l’importance de la présence française en Indochine et les changements qu’elle a apportés dans la vie des populations indochinoises. Il décrit le processus de révolte anti-coloniale en Indochine et évoque également les traces que la colonisation française y a laissées.
La France en Indochine (entretien complet : 02:09:57)


Parties :

L’alphabétisation de la langue vietnamienne par Alexandre de RHODES (07:29)
Le soutien de l’évêque d’Adran au prince Nguyen Anh (05:25)
La fermeture du Viêtnam à l’Occident (08:09)
Les interventions et l’occupation de la France en Indochine (14:16)
L’organisation du système colonial français en Indochine (16:35)
Les sujets vietnamiens et la France (17:51)
Les colons français au Viêtnam (10:53)
Les relations entre les colons français et les Vietnamiens (07:35)
Les changements des conditions de vie des Vietnamiens apportés par la présence française (09:15)
Les mouvements de révolte (14:49)
Le sort des colons français après l’indépendance du Viêtnam (14:04)
Les traces de la présence française au Viêtnam (03:24)

Responsable(s) de cet entretien : Peter Stockinger

Date et lieu de l’entretien : Lundi 23 mai 2005 – Maison des Sciences de l’Homme

Contact : contact-aar@msh-paris.fr

Réalisation : Richard Fillon (ESCoM-FMSH, Paris, France)

Thème(s) : Anthropologie — Histoire sociale — Histoire culturelle

Langue(s) : Français

Source : Archives Audiovisuelles de la Recherche

Séminaire « Mémoires d’Indochine » : Séance 1

 Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

Séance 1 – Vendredi 28 septembre 2012

« Premières contestations et revendications anticoloniales »

 

Cette séance sera consacrée au processus de colonisation, à la mise en place d’une administration coloniale, à l’exploitation de l’Indochine et aux premières revendications politiques formulées par des Vietnamiens. Critique du fait colonial mais également élaboration d’une pensée nationaliste.

 

Extraits de textes à discuter :

  • [Nguyễn Ái Quốc], « Le procès de la colonisation française », in Ho Chi Minh, Oeuvres choisies (1922-1967), Paris, Editions Maspéro, Petite coll. Maspéro 18, 1970, pp. 46-81.

[Note : il s’agit d’une compilation d’extraits de texte de l’ouvrage paru en France à la Librairie du Travail en 1924]

 

  • Phạm Quỳnh, Nouveaux essais franco-annamites, Huê, Editions Bui-Huy-Tin, MCMXXXVIII [1938], pp. 457-515.

[Note : L’auteur date son texte en 1935]

 

  • [Phan Bội Châu], Mémoires de Phan Boi Chau, traduction et notes de Georges Boudarel, Association pour une meilleure connaissance de l’Asie, Extrait de France-Asie / Asia, n° 194-195, vol. XXII, n° 3-4, 3e et 4e trim. 1968, pp. 17-26.

[Note du traducteur : L’autobiographie fut donc rédigée entre 1929 et le milieu de l’année 1937, sans qu’il soit possible de fixer une date avec une certitude absolue (cf. p. 6)]

 

Pour aller plus loin :

  • Sur le projet colonial :

Patrice Morlat, « Projets coloniaux et mise en pratique : la politique des « fils » de Sarraut en Indochine dans les années vingt », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 85 | 2001, 13-28. Voir pdf

  • Sur Phan Boi Chau :

CR de lecture des « Mémoires de Phan Boi Chau » par Pierre Brocheux (BEFEO, 1970, vol. 57, n° 57, pp. 253-257) sur Persée ;

Masaya Shiraishi, « Phan Boi Chau and Japan », South East Asian Studies, vol. 13, no. 3, December 1975, pp. 427-440. Voir pdf

Vinh Sinh (ed.), Phan Boi Chau and the Dong Du Movement, Yale Center for International and Area Studies, Council on Southeast Asia Studies, The Lac Viet Series – no. 8. Voir pdf

 

 

 

Black April: The Fall of South Vietnam, 1973-75

Avis de parution ; CR de lecture par HistoryBuff ///

[nldr] Nous avons rencontré George J. Veith lors du SouthVietnam Symposium à l’Université de Cornell en juin dernier. Ce chercheur indépendant a noué de solides amitiés avec des personnalités vietnamiennes exilées afin de mieux saisir les réalités peu connues de la guerre. Nous avons évoqué ensemble le destin de Nguyen Tu, journaliste du Chinh Luan, décédé en juillet 2010. L’ouvrage de Veith nous plonge dans les deux dernières années de la guerre du Viêt Nam. Cette histoire militaire a le mérite de prendre en considération le destin des vaincus lors de cette étape cruciale qui mit fin à l’existence de la République du Viêt Nam le 30 avril 1975. Nous présentons ci-après le CR de lecture le plus complet paru sur Amazon.

 

An accurate account on the heroic efforts of the South Vietnamese in the last days

Black April is a book about the fall of South Vietnam in 1975. The book has 18 chapters, each titled by a quote, and an introduction. The book tells the story of South Vietnam in the last two years (1973-1975) of the Vietnam War, starting with the signing of the Paris Peace Accords and ending with the final collapse of South Vietnam on April 30, 1975.

The story is told from a military viewpoint. Those with other interests (e.g., political, social) may be easily turned off with detailed military maneuvers, troop movements, strategies, etc. However, the author skillfully intertwines war scenes with anecdotes of the human spirit, poignant and touching.

For those who are interested in military history, or just history in general, this book is a must-read. The chapters are full of detailed and vivid descriptions with maps and accounts of what happened during the last few months of the war. The author presents the material from a fairly objective position, using sources from all sides, including communist sources, in printed materials, memoirs, articles, etc. In addition to superb narrative, the author also provides valuable insights and analysis on what, how, and why things happened the way they did.

The collapse of South Vietnam started with the Paris Peace Accords in 1973 when Nixon pressed South Vietnam President Thieu into signing the agreement by promising harsh reaction to violations of the Peace Accords by the Communists (Chapter 1). Nixon’s promise to Thieu was kept secret from Congress. However, it is doubtful that things would have been different had Congress known about it.

As expected, the Communists didn’t sign the Peace Accords in good faith. It was merely a trick to allow the Americans to complete the face-saving withdrawal from Vietnam. Le Duan, the North Vietnam leader at the time and a die-hard Marxist, wanted to conquer South Vietnam. He persuaded the Politburo to push forward « revolutionary violence » in a military conquest of the South (Chapter 2).

South Vietnam desperately needed military aid from the U.S. to prepare for the defense. But Congress voted to reduce the aid amount. While South Vietnam prepared for the renewed war, North Vietnam poured supplies down the Ho Chi Minh trail and sent fresh troops to the South (Chapter 3). « [O]ne hundred thousand fresh troops advanced southward in 1973, and another eighty thousand were headed to the battlefields during the first half of 1974. » (p. 69)

The war resumed in South Vietnam when Gerald Ford became U.S. President (Chapter 4). « Ford faced a recalcitrant Congress and a stagnant economy, » (p. 81) and couldn’t do much.

The beginning of the end started with the collapse of Phuoc Long in January 1975 (Chapter 5). « Heavy rains swept Saigon, unusual for January. » Colonel Le Gro’s Vietnamese driver, eyeing the pouring rain, said to him, « Even the gods weep for Phuoc Long. » (p. 110)

Chapters 6 through 16 chronicles the collapse of Corp I and Corp II, from Ban Me Thuot (Chapters 6-7), Thieu’s error in his order of withdrawal (Chapter 8), the retreat from the highlands (Chapter 9), to the chaos and disintegration (Chapter 10), Hue and Corp I collapse (Chapters 11-12), the battle for the coastal cities (Chapter 13), the Communist advance toward Saigon (Chapter 14), the battle for Phan Rang and its capture by the Communists (Chapter 15-16).

The battle of Xuan Loc is the most heroic battle of the war (Chapter 17). Against all odds and clearly outnumbered, under the magnificent command of Brigadier General Le Minh Dao, the men of the 18th Infantry Division, the 82nd ranger battalion, the 1st Airborne Brigade, the Air Force, the 3rd Armored, and the popular and regional forces fought with remarkable courage and skill.

Only when President Duong Van Minh broadcast the surrender order on April 30, 1975, the South Vietnamese soldiers laid down their weapons (Chapter 18). They followed the order of their supreme commander against their own wish to continue fighting. Even when surrendering, they maintained their honor and discipline. In the most moving scene on the final day, the 81st Airborne Rangers surrendered to their enemy with class. « Shouldering their weapons,lining up four abreast in a column stretching almost half a mile long, the two thousand men of ARVN’s most elite unit began marching along the highway toward Saigon. As promised, Colonel Huan was in the first row. . . Soon a Communist officer and troops met Huan on the highway. Huan told the officer his men were prepared to turn over their weapons, but they would not undress. If ordered to do so, they would refuse, and a firefight would break out. The Communist officer relented, and the soldiers of the 81st stacked their arms and dispersed. It was the final unit in Saigon to lay down its weapons. » (p. 494-495). Several South Vietnamese Generals committed suicide. « [M]ost mid- and upper-level commanders stayed with their men. For example, not one Ranger-group or battalion commander deserted his men. Of the senior officers who escaped at the end, Lieutenant Generals Truong and Thi, for example, were no longer commanding units. » (p. 495)

Black April is an accurate account on the heroic efforts of the men of the South Vietnamese Armed Forces who stood up for a last fight against the aggressive North Vietnamese despite lack of ammunition, supplies, equipment, and replacements. They fought till the end. The very end.

A Vietnamese saying says, « Heroes die, but their heroic spirit never dies. » (Anh hung tu, khi hung bat tu.) The country of South Vietnam died, but the spirit of the Vietnamese people never dies.

Black April is about the military defeat of South Vietnam. But the stories in Black April are not just about the fight against communist invasion. They are about the human spirit. They are about the spirit of the Vietnamese people, the peace loving people, who were not given the chance they deserved to fight for freedom.

Réf. : George J Veith, Black April: The Fall of South Vietnam, 1973-1975, Encounter Books, 2012.

Source : HistoryBuff / Amazon

* * *

Aperçu sur Google Books

 

George J. Veith [Author’ presentation]

People often ask me how I got involved in writing about Vietnam, since I did not serve there. Here is the short answer to that question.

I am a former Armor officer, having served in tank units in Germany and the U.S. I’ve always been interested in military history, and in particular, historical mysteries. My initial foray into Vietnam was investigating the POW/MIA issue, a natural fit on both counts. One can’t understand the POW/MIA issue without learning about the war, which led me to dive deeper into the conflict.

I also always wanted to write, and years ago, I found some documents at the Army’s Carlisle Barracks on the Joint Personnel Recovery Center (JPRC), the military’s top-secret unit to recover American prisoners during the Vietnam War. Realizing that no one had ever written about these guys, I made ten trips to Carlisle going through all their Vietnam materials. Eventually I located about 80% of the JPRC weekly and monthly reports, and I was off! That research led to « Code-Name Bright Light, » my first book.

My second book, « Leave No Man Behind, » is the memoirs of my friend Bill Bell, who led the USG’s POW/MIA field investigation teams after the war. It was published in 2004.

In April 2001, my friend and translator, Merle Pribbenow, and I visited MG Le Minh Dao, the last commander of the ARVN 18th Division. We interviewed him about the battle of Xuan Loc, which took place in April 1975. His unit stood their ground in some very heavy combat, and our article on the battle was published in January 2004 in the « Journal of Military History. » Dao was so pleased with our efforts that he begged me turn the paper into a book on the final two years of the war. He emphatically told me that the RVNAF had fought well, and they were not the corrupt cowards so often portrayed in the American media. Thus began a ten-year journey of research and writing that finally culminated in « Black April. »

I hope you enjoy it, and I look forward to your comments.

Au Vietnam, sur les traces de Marie Ier, roi des Sédangs – par Jean-Louis Tremblais

En 1888, sur les hauts plateaux du Vietnam, Marie-Charles David de Mayréna se fit élire roi des Sédangs, une tribu insoumise et invaincue. Histoire de l’aventurier méconnu qui fascina et inspira André Malraux.

Kon Tum, sur les hauts plateaux du Vietnam, à un jet de pierre du Cambodge et du Laos. En ce lundi pascal, la foule se presse aux abords de la cathédrale de l’Immaculée Conception.

Un surprenant édifice en bois de fer (imputrescible), bâti sur pilotis, au toit pointu comme celui des rongs, les maisons communautaires des tribus locales. L’œuvre des missionnaires français, venus évangéliser ces peuplades animistes et idolâtres il y a cent cinquante ans. Pour mieux propager leur foi, les soldats du Christ se sont adaptés à leurs ouailles. Dans l’architecture religieuse comme dans la liturgie catholique: servie en plein air par le padre Paulo, la messe est dite en bahnar et en djarai, langues des deux ethnies majoritaires du diocèse.

Des bonnes sœurs en tunique bleue animent le chœur tandis que des jeunes filles aux pieds nus dansent en inclinant les mains, à la façon des apsaras. Avec une foi intacte et touchante, l’assistance reprend à pleins poumons des couplets en dialecte autochtone, d’où n’émerge que l’intraduisible, comme Jérusalem ou alléluia. Une fois l’assistance dispersée, rendez-vous est pris avec le père Paulo. Il connaît tout sur l’implantation des missionnaires chez les Moïs (1).

En revanche, un sourire gêné et des yeux ronds accueillent la question qui nous amène en ces lieux: «Connaissez-vous Marie Ier, qui fut roi des Moïs en 1888?» Non, il ne connaît pas notre héros. Visiblement, le curé est sincère. On ne peut le blâmer de cette lacune. Qui se souvient de l’épopée aussi fulgurante que pathétique de l’aventurier français Marie-Charles David de Mayréna (1842-1890)? Peu de gens, mais ceux qui se sont penchés sur la geste de ce condottiere sont restés captivés, fascinés, envoûtés.

André Malraux, qui l’appelait son «fantôme de gloire», s’en inspira fortement dans La Voie royale (où Perken est son double évident). Il lui consacra ensuite un roman inachevé et intitulé Le Règne du Malin. Surtout, il rêva toujours d’en faire un film qui, s’il avait vu le jour, aurait rejoint dans la légende du septième art L’Homme qui voulut être roi et Apocalypse Now.

Ancien officier chez les spahis, séducteur hors pair et duelliste redouté

Tout commence au printemps 1888 à Saïgon, rue Catinat (rebaptisée Dong Khoi – «soulèvement populaire» – par les communistes, après 1975), quelque part entre les Messageries Maritimes et l’Hôtel Continental.

Dans la moiteur de l’Asie, sur une terrasse de café, un bel homme de forte stature (1,82 m, ce qui est immense pour l’époque), habillé avec recherche sinon dandysme (c’est un admirateur de Barbey d’Aurevilly), sirote une absinthe en échafaudant les plans de sa future expédition, indifférent aux regards explicites que lui jettent les Européennes de la colonie. A 46 ans, Marie-Charles David de Mayréna s’apprête à jouer le coup de sa vie, pourtant déjà bien remplie. Car le gaillard n’est pas un béjaune.

Ex-officier chez les spahis (il a participé à l’annexion de la Cochinchine), familier des Grands Boulevards et des cabarets parisiens, séducteur invétéré, duelliste éprouvé (il a occis un fâcheux à l’épée), affairiste indélicat et journaliste intermittent, il a quitté l’Europe en 1885. Non sans avoir soutiré de l’argent au richissime baron Seillière pour financer une exploration scientifique dans le sultanat d’Aceh, en Indonésie.

Entre-temps, il a débarqué à Saïgon, surnommé le «Paris de l’Orient», gardé le pécule et changé de projet. Son grand dessein: fédérer les ethnies des montagnes, le pays moï, sauvage et hostile. Une mosaïque de peuples rétifs à toute forme de civilisation, qui croient aux esprits de la forêt, vivent de la chasse et passent leur temps à se faire la guerre, notamment pour s’approvisionner en esclaves.

À part quelques intrépides missionnaires installés à Kon Tum, nul Français n’ose s’y aventurer. Trop dangereux, trop insalubre. C’est justement ce qui plaît à Mayréna. Cette absence de fonctionnaires et de militaires lui laisse le champ libre. Une terra incognita dont lui, qui rêve à Cortès et à Pizarre, sera le conquistador.

Outre sa capacité de persuasion, son bagout et son panache, il a de la chance. En effet, le Siam – conseillé par les Anglais et les Prussiens – convoite cet hinterland moï qui lui assurerait le contrôle de la rive orientale du Mékong. Cette perspective inquiète Paris, qui rechigne néanmoins à y envoyer la troupe. Ce serait diplomatiquement explosif.

Aussi, lorsque Mayréna, que les rapports de police présentent comme un trafiquant d’armes et un aigrefin mythomane, a proposé ses offres au gouverneur général d’Indochine, celui-ci a sauté sur l’occasion et lui a donné un feu orange: en cas de succès, la zone passera dans le giron de la France ; en cas d’échec, l’aventurier sera désavoué. Bref, une mission officieuse dont l’administrateur en chef de la colonie n’a pas mesuré les conséquences. Car le sieur Mayréna va réussir au-delà de toute espérance. Ô combien!

Avec une colonne de 80 coolies et 15 tirailleurs annamites, sa congaï de Saïgon – une Vietnamienne qu’il présente comme une princesse chame (2) – et un acolyte douteux dénommé Mercurol, ancien croupier, il va se frayer un chemin à travers la jungle et s’y tailler un royaume. S’appuyant sur les missionnaires catholiques de Kon Tum, il sillonne la brousse à dos d’éléphant, court de rong en rong, palabre pendant des journées, prête le serment de l’alcool de riz (bu en commun dans de grandes jarres avec de longues pailles), défie et défait les réticents ou les mécontents en combat singulier. Sa bravoure n’a d’égale que sa rouerie.

Sous son uniforme de fantaisie – pantalon blanc, dolman bleu aux manches galonnées d’or -, il porte une cotte de mailles sur laquelle les fléchettes au curare viennent se briser. Imprégnés de surnaturel, les Moïs pensent que ce géant barbu, qui ne craint rien ni personne, est un demi-dieu, qui jouit de la protection des génies.

Le royaume de Marie Ier est doté de tous les attributs de la souveraineté

En six mois, son audace et son charisme aboutissent à ce prodige dont toute l’Indochine va bientôt faire des gorges chaudes: Mayréna se fait élire roi des Sédangs (les plus redoutables et les plus belliqueux de tous les Moïs qu’il fédère), sous le nom de Marie Ier. Son énergie est inépuisable.

Il rédige une Constitution (où l’esclavage et le sacrifice humain sont prohibés) et dote son jeune Etat de tous les attributs de souveraineté. Un drapeau azur frappé d’une croix de Malte blanche avec une étoile rouge en son centre. Une devise: «Jamais cédant, toujours s’aidant» (on admirera le jeu de mots avec Sédangs).

The Sedang flag of 1888-1890 and 1997 to present (recently rediscovered).
Source : http://www.sedang.org

Crée une douane, une poste, des timbres, des décorations: l’ordre royal sédang, l’ordre du Mérite sédang et l’ordre de Sainte-Marguerite. Crée une armée de 20.000 hommes équipée de Remington et d’arbalètes, avec laquelle il affronte les insoumis en bataille rangée et aux cris de: «Dieu, France, Sédang!» Du village de Kon Jari, il fait sa «capitale» et instaure une étiquette digne de Versailles.

Sa concubine annamite se voit promue reine des Sédangs ; Mercurol, qui est un peu son Sancho Pança, hérite du titre de marquis d’Hénoui! Ce qui est inouï… Une monarchie d’opérette? Bien sûr. Mais Marie Ier y croit.

A tel point qu’en 1889, il se rend à Paris pour rencontrer le président Sadi Carnot et lui demander en grande pompe de reconnaître le royaume sédang. Marie Ier, en tenue d’apparat, décorations pendantes, jamais en manque d’anecdotes pittoresques, devient la mascotte des salons. Pour survivre (car il est à sec, comme toujours), il vend des titres de propriété ou d’exploitation sur son royaume, des médailles, des baronnies, des duchés et des comtés fantaisistes.

Mais Mayréna agace en haut lieu. Tandis qu’il parade en métropole, l’administration démantèle son royaume en loucedé. Sur ordre de Paris, les envoyés de la République sont venus dans tous les villages moïs afin de récupérer les drapeaux de Marie Ier et les remplacer par des étendards tricolores. Vexé, le monarque déchu tente une ultime parade. Il réussit à convaincre un industriel belge de financer une opération visant à récupérer «ses terres» avec des mercenaires recrutés en Malaisie.

Entreprise qui échoue lamentablement à l’escale de Singapour, où Mayréna apprend du consulat qu’il est interdit de séjour en Indochine. Exilé sur l’île malaise de Tioman, où il collecte des nids d’hirondelle pour les marchands chinois, le roi des Sédangs ne survivra pas à l’affront.

Le 11 novembre 1890, abandonné de tous sauf de son chien, il meurt. Une mort brutale, à l’image de son existence. Morsure de serpent pour les uns, suicide au poison pour les autres. Sic transit gloria mundi.

A Kon Jari, siège de son trône éphémère, nous avons vainement cherché trace de son règne: un souvenir, un témoignage, une relique, un objet. Une arbalète, un carquois, des fléchettes nous auraient suffi. Les armes de la défunte armée de Sa Glorieuse Majesté, en quelque sorte.

Mais des antiquaires fortunés venus de Saïgon en 4 x 4 ont tout racheté cash, nous racontent les villageois. Et dans le rong de Kon Jari, entre un gong de bronze et un crâne de buffle, ce n’est pas le portrait de Marie Ier qui est affiché mais celui d’Hô Chi Minh. Rien, il ne reste rien de Marie-Charles David de Mayréna. Juste un songe évanoui…

(1) Le terme Moï, qui signifie «sauvage» en vietnamien, désigne – indistinctement et péjorativement – les ethnies de la chaîne annamitique: Bahnars, Rhadés, Djarais, Sédangs, M’nongs, etc. Habitants originels de l’Indochine, ils furent progressivement repoussés dans les montagnes par les Viets du Tonkin et d’Annam (qui constituent 86 % de la population actuelle).

(2) Le royaume du Champa, dont les cités sacrées comme My Son rivalisent en beauté avec Angkor, était de religion hindouiste et parlait le sanskrit. Cité par Marco Polo, il fut anéanti au XIVe siècle par l’expansionnisme sino-annamite.

Source : Le Figaro

Marie 1er roi des Sedangs, l’improbable retour

En l’espace de quelques mois, deux ouvrages relatant la vie « extraordinaire » de Marie 1er, le Roi des Sedangs, sont parus. Depuis 1927, avec les premières biographies dressées par Jean Marquet et Maurice Soulié, la figure de cet aventurier iconoclaste continue de nourrir notre imaginaire colonial jusqu’à hanter la littérature d’André Malraux.

Dix ans plus tard, en 1937, Jean Dorsenne publie à son tour Un boulevardier roi des sauvages, roman qui dit-on inspira La Voie royale de Malraux. Le grand écrivain il est vrai avait évoqué ce destin dans ses Anti-mémoires (1967) puis dans un roman inachevé publié après sa mort (Le règne du malin).

Le célèbre roi boulevardier poursuivit sa route dans les années 1980 à travers une nouvelle apparition dans le roman Le Royaume oublié (1986) de Michel Aurillac qui lui est dédié et Gerald C. Hickey, un éminent chercheur américain, spécialiste des populations montagnardes du Centre du Viêt Nam, étudia de près son cas dans Kingdom in the morning mist (1988).

Le personnage de Marie 1er est ainsi devenu célèbre et la parution de ces deux nouvelles biographies va le rendre encore plus populaire (même mon voisin de palier connaît les exploits du brave homme !). Au fil du temps, Marie 1er s’est inscrit dans l’imaginaire colonial français mais en héros décalé du colonialisme gaulois.

Le premier ouvrage, paru chez Perrin, au titre éloquent Marie Ier, le dernier roi français convoque le lecteur à suivre cette aventure épique pour une ultime réhabilitation : « « Fantôme de gloire », selon l’expression d’André Malraux, il n’a cessé d’inspirer les écrivains par son destin hautement romanesque. Né en 1842 dans une famille bourgeoise et bonapartiste, Marie-Charles David de Mayréna fuira toute sa vie les conventions de son époque. C’est cet aventurier que le gouverneur général de l’Indochine envoie secrètement, en 1888, fédérer sous son autorité les ethnies montagnardes et indépendantes de l’hinterland central convoité par l’Angleterre, l’Allemagne et surtout le Siam. Mayréna y réussit au-delà de toute espérance. Elu roi des Sédangs sous le nom de Marie Ier, il établit une constitution, légifère, fait la guerre aux insoumis et quitte sa nouvelle patrie pour aller demander le protectorat de la France. Mais celle-ci choisit de l’évincer du royaume qu’il a créé. A l’issue d’une lutte acharnée, il mourra dans une île malaise en novembre 1890, après avoir échoué à reconquérir son trône de bambou. Faisant la part entre légende et vérité, cette biographie au souffle épique rend enfin justice au dernier roi français ». [présentation de l’éditeur]

Réf. : Antoine Michelland, Marie Ier, le dernier roi français. La conquête d’un aventurier en Indochine, Paris, Librairie Académique Perrin, 2012 / aperçu sur Google Books

Le second, chez L’Harmattan, est intitulé Maris 1er Roi des Sedangs en Indochine : « Cette histoire donne au lecteur l’occasion de se plonger dans le monde disparu de l’Indochine française en redonnant vie à l’aventurier Charles David de Mayréna, né en 1842 à Toulon. Prodigue par nature, marié et père de famille, ce dernier devient roi à 46 ans de l’autre coté de la Terre, à Saigon. Après s’être donné pour mission de convaincre les peuples indépendants de cette région de confier leur futur à la France, il se fera élire roi à titre personnel par ces derniers ». [présentation de l’éditeur]

Réf. : Lionel Lecourt, Marie 1er. Roi des Sédangs en Indochine, Paris, L’Harmattan, 2012.

Les exploits de Marie 1er continuent donc de faire rêver. Le site Belle Indochine qui lui consacre une page illustrée ne cache pas sa fascination : « « Conquérir un royaume » : voilà le rêve fou que Mayréna réussit à mettre en œuvre. Pour moi, cette histoire reste le symbole d’une époque où tout était encore possible, et notamment la conquête de territoires quasi inconnus avec des moyens dérisoires… ». Le personnage a rejoint la liste des souverains éphémères et divers sites farfelus lui rendent hommage avec humour : « Maintenant avec Internet on peut être Roi, ou Princesse en quelques coups de souris et de clavier… Mais avant ce n’était pas si facile, pourtant certains ont essayé… » proclame Majorie 1ère, comtesse d’Artichaud sur son site.

La fascination que continue d’exercer Marie 1er sur les Occidentaux est elle-même fascinante. Est-ce le signe du retour d’une Indochine fantasmée ? Qu’en pensent les premiers intéressés, les Sédangs ?

 

Autres références :

Lire le long CR de lecture de Marcel Ner publié en 1927 dans le BEFEO (en ligne sur Persée).

L’ANAI (Association Nationale des Anciens et Amis de l’Indochine et du Souvenir Indochinois) a consacré une page à Marie 1er sur son site.

Une biographie de Marie-Charles David de Mayréna est en ligne sur Lettres du Mékong.

Le Figaro online dans ses pages culture se lance à la recherche des traces de Marie 1er au Viêt-Nam (voir billet à suivre).

Nicolas Vidal, Les jungles perdues. Regards sur des Montagnards du Laos et du Viêt Nam, sur leurs jungles et sur leur destin, Le Capucin, 2003 / aperçu sur Google book

Gerald C. Hickey, Kingdom in the Morning Mist: Mayrena in the Highlands of Vietnam. Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 1988.

Au Cambodge aussi la BD raconte le génocide – par Laureline Karaboudjan

[ndlr] Article intéressant sur le rôle pédagogique de la bande dessinée pour exorciser les génocides contemporains et sensibiliser un large public au devoir de mémoire. « La bande dessinée est un outil formidable pour lutter contre l’oubli des crimes contre l’humanité » rappelle Laureline Karaboudjan.

 

Le procès de Douch, ancien dirigeant khmer rouge génocidaire, vient de s’achever. Au Cambodge, comme pour le Rwanda, l’ex-Yougoslavie ou Auschwitz, la bande-dessinée sert le travail de mémoire.

Avec le procès de Douch, qui s’est achevé lundi dernier par la condamnation à 35 ans de prison de l’ancien responsable du camp S-21, le génocide cambodgien est revenu sur le devant de l’actualité. Cet épisode terrible de l’histoire du Cambodge, entre 1975 et 1979, durant lequel près de 2 millions de personnes périrent, n’est pas très bien connu en France. L’amateur de bandes-dessinées peut pourtant trouver facilement matière pour mieux réviser son Histoire. Car le génocide cambodgien, comme d’autres événements historiques similaires, à commencer par la Shoah, a suscité l’attention d’auteurs du neuvième art, déterminés à utiliser les cases et les bulles pour témoigner des événements.

L’œuvre la plus connue sur le génocide perpétré par les Khmers Rouges est la trilogie signée par Séra, Impasse et rouge, L’eau et la terre et Lendemains de cendres. Si le premier ouvrage n’aborde pas directement le génocide, se concentrant sur la guerre civile au Cambodge, le second album y est directement dédié. A travers différents récits l’auteur tente de donner une image plurielle et donc la plus juste possible des événements. On retrouve d’ailleurs ce procédé de  la mosaïque de témoignages et des histoires entremêlées dans de nombreuses bandes dessinées consacrées à des génocides. L’album a été récemment traduit en khmer et distribué au Cambodge. Comme son nom l’indique, la troisième bande dessinée parle de l’après-génocide. Toute l’œuvre de Séra est minutieusement documentée d’archives et de témoignages, un trait également commun à de nombreuses BD mémorielles du même type.

On ne badine pas avec les génocides.

A propos de Pol Pot et de sa bande, j’avais déjà eu l’occasion de vous parler un peu de Palaces, de Simon Hureau. A l’occasion d’un voyage dans le pays, l’auteur tient un carnet de croquis comme le font beaucoup de ses condisciples dès qu’ils bourlinguent. Mais là où l’on retrouve souvent un peu de tout, des “choses vues” à l’intérêt divers, Hureau se concentre sur les hôtels abandonnés dont il croise la route, et qui servaient de lieux de détention et de torture aux Khmers Rouges. Trente ans après, le sile nce y est toujours aussi glaçant et le dessinateur, à travers de funestes encres et lavis, m’a donné la chair de poule.

Lire la suite : Le blog BD de Laureline Karaboudjan

La BD khmère peut-elle renaître de ses cendres ? – par Adrien Legal

Florissante dans les années 1960, la bande dessinée khmère s’est brutalement arrêtée avec la période khmère rouge. Aujourd’hui, de nouveaux dessinateurs cambodgiens reprennent le flambeau.

Des paysages bucoliques de la campagne cambodgienne, des tableaux édifiants sur la chute du régime de Pol Pot… En visitant l’atelier d’Uth Roeun, dans les locaux de l’Association des amis des artistes cambodgiens, on peine à croire que cet homme âgé de 65 ans était, dans les années 60, un des pionniers les plus brillants de la bande dessinée cambodgienne. Et pourtant : dans les allées du marché O’Russey, à Phnom Penh, entre deux stands de quincaillerie, les étals des librairies de fortune témoignent de cet âge d’or du neuvième art cambodgien. Certes, ces brochures souples, photocopiées et imprimées avec de l’encre de mauvaise qualité sur du papier récupéré ne ressemblent en rien aux standards de la BD franco-belge ou japonaise. Mais dans le Cambodge de l’avant-guerre, l’existence de ces albums au prix très abordable et l’effet de curiosité ont permis au genre de se populariser très rapidement. «Ma première BD date de 1963, se souvient Uth Roeun. C’était un petit tirage de 500 exemplaires, le dessin n’était pas très bon car j’étais très pressé. J’avais hâte qu’il y ait enfin une bande dessinée khmère et je voulais compter parmi les premiers auteurs. À l’époque, je lisais beaucoup de récits d’aventures étrangers, comme ceux des éditions Marabout, que l’on trouvait facilement à Phnom Penh. »

Couleur hindoue ou chinoise

À l’époque, en effet, les albums européens étaient facilement accessibles : « Il y avait plusieurs magasins de location à Phnom Penh, se rappelle Alain Daniel, aujourd’hui docteur ès langue et littérature khmères et collectionneur de bandes dessinées. Les aventures de Buck Dany, par exemple, étaient très populaires, notamment l’album Alerte en Malaisie, qui faisait référence au prince Sihanouk… Les jeunes Cambodgiens étaient très soigneux, les albums restaient en bon état. » En feuilletant ces albums, l’influence franco-belge n’est pas évidente. Certes, à la différence des romans illustrés thaïlandais, le texte se loge parfois dans des bulles au lieu de sous-titrer l’image. Comme dans la bande dessinée indonésienne, chaque planche contient deux à trois cases. Le graphisme, lui, s’inspire du cinéma indien et se met au service d’une vision idéalisée du Cambodge et de la société khmère. Quant aux thèmes abordés, ils restent dans la veine du roman de l’époque : des récits traditionnels ou des histoires d’amour pour l’essentiel. « Les bandes dessinées emploient des scénarios imagés, écrit Khing Hoc Dy, spécialiste de la littérature classique du Cambodge, dans un livre publié en 1993 (1). Ce sont toujours des histoires exotiques, c’est-à-dire à couleur hindoue ou chinoise. Dans ce dernier cas, on réutilise souvent des clichés imprimés auparavant avec un texte chinois, en traduisant les paroles en khmer. » Les auteurs ne cherchent pas, de toute façon, à exprimer des sentiments personnels à travers leur crayon : « Il n’y avait pas vraiment de message, indique Uth Roeun. Il s’agissait d’offrir un divertissement, je n’essayais pas de provoquer quelque chose de particulier chez le lecteur. »

De la politique entre les cases

Survient le coup de tonnerre du 18 mars 1970 : le prince Sihanouk est renversé et le général Lon Nol proclame la République khmère, régime soutenu par les États-Unis. Soucieux de donner une image de respectabilité, le nouveau pouvoir cherche à obtenir le soutien des intellectuels et de nombreux artistes se rallient – par conviction ou obligation – aux idées du nouveau gouvernement. L’influence est perceptible dans la BD, et notamment dans la réinterprétation de l’histoire d’un conte traditionnel par Uth Roeun. L’histoire de Chey, analysée par Alain Daniel (2), était alors un roman controversé : elle raconte la vie d’un jeune serviteur qui, par désir de revanche sociale, ridiculise ses maîtres en exécutant au pied de la lettre les ordres qu’il reçoit d’eux. Le conte est suffisamment subversif pour que d’autres contes soient publiés dans le but clair de démolir le mythe : dans une série de romans intitulés A-Chey, l’insolence du personnage est réinterprétée comme de la stupidité et de la maladresse. Le nouvelle édition de Chey, dans les années 1970, Uth Roeun le présente comme un fervent patriote, espiègle sans être vraiment impertinent. L’insolence transparaît davantage dans le graphisme que dans le scénario : dès la première page, le personnage regarde le lecteur droit dans les yeux en croisant les bras – une première dans la BD khmère. En revanche, « la sombre description d’un peuple chinois écrasé par l’absolutisme royal est une claire concession aux idées en cours à l’époque […] de la République khmère », écrit Alain Daniel.

Survivre grâce au dessin

En 1975, le régime républicain s’effondre et les Khmers rouges prennent le pouvoir. Le secteur de l’édition, déjà en difficulté en raison de l’envolée du coût du papier, s’arrête brutalement. Alors que les artistes sont exécutés ou meurent dans les camps de travail par dizaines, Uth Roeun doit sa survie à sa capacité de dessiner des plans de canaux et de digues pour les grands travaux en cours. Dans ce contexte de pénurie absolue, de nombreux albums sont détruits : « Ils servaient parfois à allumer le feu ou à rouler des cigarettes, comme les autres livres, indique Alain Daniel. Mais il n’y a pas eu de volonté délibérée de supprimer la BD. » Dans les années 1980, après la chute du régime de Pol Pot, l’expression artistique reprend timidement avec les survivants. Les nouvelles oeuvres, produites en vitesse pour assurer un petit revenu aux auteurs, est de faible qualité. La littérature de l’époque, surveillée de près par le gouvernement communiste de Heng Samring, se doit de célébrer l’amitié khméro-vietnamienne, et valorise le thème de l’émancipation des femmes par le travail. « La BD, à la différence des autres genres romanesques, n’était pourtant pas très surveillée », relève Alain Daniel. Certains artistes, comme Em Satya, parviennent à sortir du nombre. La technique européenne de la ligne claire, la plus apte à être lisible après une reproduction de faible qualité, connaît avec eux un regain de popularité. L’ouverture du pays, dans les années 1990, ne permet pas au genre de trouver une nouvelle jeunesse. Avides de modernité, les Cambodgiens se tournent massivement vers la télévision au détriment de la littérature. L’absence de réglementation effective du droit d’auteur rend toute aventure éditoriale risquée : « Je ne connais aucun auteur qui arrive à vivre de la BD au Cambodge, note John Weeks, de la maison d’édition Our Books, soutenue par plusieurs ONG. Il n’y a pas de débouchés commerciaux suffisants. Nous ne savons même pas si nous pouvons mettre nos archives à disposition du public sans courir le risque de la copie pirate. »

Une bulle d’air ?

Pourtant, sous l’impulsion de la coopération française, des ateliers sont organisés pour donner de nouvelles couleurs à la BD khmère. Le 18 mars, le Centre culturel français exposera les travaux de six dessinateurs entraînés par l’École des Beaux-arts de Battambang, le Phare Ponleu Selpak. Les albums de deux d’entre eux seront publiés à cette occasion. En 2007, le projet de valorisation de l’écrit en Asie du Sud-est (Valease) avait donné naissance à une anthologie de la nouvelle bande dessinée khmère, intitulée (Re)Générations (3) et mettant en avant de jeunes auteurs. De qualité variable, les planches présentaient des scènes quotidiennes de la société khmère. Séra, dessinateur d’origine cambodgienne, les accompagne dans leurs efforts et espère les voir prendre la relève des maîtres des années 1960 (voir interview). Lui a grandi au Cambodge, avant de quitter le pays à l’âge de 13 ans, au moment de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges. À l’ambassade de France, où il trouve refuge avant d’être évacué, il emporte deux albums avec lui : La Mine de l’Allemand perdu et Le Spectre aux balles d’or, onzième et douzième tomes des aventures de Blueberry.

Adrien Legal

(1) Khing hoc Dy, Écrivains et expressions littéraires au Cambodge au XXe siècle, vol. 2, L’Harmattan, 1993, p.186.
(2) Alain Daniel, Une réinterprétation de l’histoire de Chey, in Cahiers de l’Asie du Sud-Est, Langues O, 1991, p.1999.
(3) Re(Générations), la nouvelle bande dessinée khmère, Bibliothèque nationale du Cambodge, 2007. Lire aussi : The Awakening, Globe, juin 2007, p.60.

Trois questions à Séra
Auteur des albums L’eau et la Terre et Lendemains de Cendres sur la tragédie de l’histoire cambodgienne (Delcourt)

Depuis 2007 et la publication du premier album Re(Générations), les dessinateurs cambodgiens ont-ils trouvé leurs marques ?
Après plus d’un an d’atelier, on constate un travail plus abouti, une progression dans la technique et dans la compréhension du langage. Les travaux ont gagné en qualité narrative et expriment des choses plus personnelles. Il en est ainsi des deux albums qui seront publiés, celui de Sereyroth, jeune homme d’une vingtaine d’années, dont l’inspiration est imprégnée de la culture d’aujourd’hui, et qui raconte dans un récit muet de quarante pages intitulé Au commencement une fable sur l’homme et la femme, dans la lignée occidentale. L’autre, signé par la dessinatrice Nguon Sakâl, s’intitule Nos Coeurs et raconte une histoire d’amour où une troisième personne souffre, avec un style très khmer dans le récit.

La BD peut-elle redevenir une activité rentable au Cambodge ?
Aujourd’hui, la seule façon pour un dessinateur de vivre est de travailler pour les ONG sur des supports institutionnels. Ce qui est produit me laisse un peu sur ma faim : l’expression est trop encadrée et le dessin très impersonnel. Les responsables de ces éditions, qui veulent simplifier le message à faire passer, devraient avoir une vision moins étriquée et laisser plus de liberté en passant les commandes.

L’art de la caricature n’est pas tellement prisé dans les journaux cambodgiens…
Avant la guerre, elle existait très largement. Ça reviendra, je suis confiant. Le dessin a toujours eu une place conséquente dans les journaux cambodgiens.

Source : Gavroche Magazine

Les mémoires de Trần Trọng Kim sur la toile

Avec la multiplication des bibliothèques numériques vietnamiennes sur la toile certains texte sources pour appréhender l’histoire contemporaine du Viêt Nam refont surface. C’est aujourd’hui le cas des Mémoires de Tran Trong Kim (Mot con gio bui / Le temps du tumulte] que l’on retrouve sur plusieurs sites hébergés en Europe ou aux Etats-Unis. Plus surprenant, le texte intégral est en ligne sur site un régional de la RSVN alors que l’ouvrage n’est pas réédité au Viêt-Nam. Petit rappel des versions disponibles en ligne ci-après.

Le site renommé Talawas en avait présenté une version en ligne dès 2004.

Une présentation par chapitres est disponible sur le site Nam Ky Luc Tinh chaque lien renvoyant à un pdf téléchargeable.

L’ouvrage est également présenté sous forme de chapitre sur Wikisource.

Le texte complet en pdf est disponible sur Giao Cam. Il est agrémenté d’une biographie et d’un article de Tran Dong Phong (pp. 62-84).

La bibliothèque en ligne du site Van Hoa Nghe An, hébergé au Viêt Nam présente le texte complet sur une seule page html.

Si le texte est en ligne en accès libre pour le plus grand bonheur des amateurs, on peut néanmoins se poser la question des droits d’auteur et de savoir si les retranscriptions online sont fidèles au texte original.

Réf. : Trần Trọng Kim, Một cơn gió bụi, Nxb Vĩnh Sơn, tái bản, Sài Gòn 1969.

Vietnamese Political Studies and Debates on Vietnamese Nationalism – by Tuong Vu

Does a Vietnamese nation exist? Is it an ancient entity, or a modern invention? Is national consciousness to be found only among political elites, or do the masses also hold such sentiments? What is the nature of Vietnamese nationalism: is it a psychological sense of patriotism, an anticolonial ideology, or a quest for political power? What is the Vietnamese national character? What is the relationship between Vietnamese nationalism and communism? This review of the state of Vietnamese political studies (1) in the United States since the 1950s finds that these questions have preoccupied scholars of Vietnamese politics and political history more than any other topic.

Over the last fifty years, the field has undergone two growth spurts, one in the mid 1960s and the other since the mid 1980s. The first took place as the United States deepened its involvement in Vietnam, while the second occurred at the end of the Cold War. At both turning points the fieldexpanded rapidly, both in quantitative and qualitative terms, reflecting the profound impact of political events on scholarship. At the same time, the growth spurts foreshadowed shifts in the substantive debates on the Vietnamese nation and nationalism. In particular, before the mid 1960s debates were implicit and mild in tone. Diverse views existed, but pessimism about the Vietnamese nation and doubts about its unifying power and moral character were pervasive. Despite the belief in the modern origins of nations that was prevalent among social scientists at the time, in Vietnamese Studies only a few believers in Vietnam as an ethnic nation existed. At the same time, some adopted an alternative concept that defined the Vietnamese nationality not along the primordial-modern dimension but as a communal identity to be found at the village level. And as for Vietnamese nationalism, most analysts viewed it as contradicting and being threatened by communism.

As the war escalated and the field experienced its first growth spurt after the mid 1960s, the tone of debate became increasingly combative and its character more polemic. The earlier pessimism was replaced in this new, more sophisticated scholarship by an optimism about the Vietnamese nation. This nation was now seen primarily as an ethnic group whose identity had been shaped over the centuries out of repeated resistance to foreign invasions. There was also a new belief in the possible affinity for and benefit of an alliance between nationalism and communism. Reflecting an important trend in the social sciences and the normative concerns of analysts, Vietnamese nationalism was now conceptualized simply as anticolonialism. Overall, the new scholarship of this period made major contributions to the understanding of Vietnamese politics, but it was also highly partisan—that is, its arguments and evidence were often deployed in not-so-subtle ways to justify certain policy positions. While no scholarship can ever be free of ideological biases, these were more pronounced and sometimes explicitly proclaimed in works written during this period.

Since the early 1980s, as the field gathered steam for a second expansive phase, the debates have become less polemic and ideological. New ways to conceptualize the Vietnamese nation have emerged that challenge earlier thinking. The existence and power of the Vietnamese nation are no longer assumed or denied in a simplistic manner, while the processes by which the nation was created or sustained receive a new scrutiny. In sync with developments in social science theory, the Vietnamese nation is now primarily viewed as a modern social construct or cultural artifact. Vietnamese nationalism is treated not only as resistance to foreign rule but also as a cover for power politics. The affinity between communism and nationalism is rejected. A welcome development is the more direct engagement of Vietnam scholarship of this third period with broad theories in the social sciences. By productively applying these theories to old questions or by using Vietnamese cases to criticize them, current scholarship gives the topic a renewed salience and offers new vistas for future exploration.

This review is organized into three parts, corresponding to the three periods the field has experienced. In each part, I will begin by discussing political events, theoretical trends in the social sciences—especially regarding the study of nations and nationalism—and trends in related fields such as Asian or Southeast Asian Studies. The bulk of each section is devoted to the debates on questions about the Vietnamese nation and nationalism. In the conclusion I will speculate about future trends in the field, which appears to be moving away from these questions. Three areas of potential fruitful research are suggested, including changing Vietnamese loyalties in the era of globalization, the ethnic dimension of the modern Vietnamese nation, and the relationship between nationalism, socialism, and state building in the Democratic Republic of Vietnam (DRV) during the war.

Read more on pdf

Ref. : Journal of Vietnamese Studies 2: 2 (August 2007), pp. 175-230.

Tuong Vu (Visiting Research Fellow, Project on Democracy and Development; September 2011–June 2012). Vu is an associate professor in the Department of Political Science at the University of Oregon.  His research interests include state formation and development, the politics of nationalism, the role of ideology and identity in domestic and international conflicts, and the role of communist ideology in the Vietnamese revolution.  He is the author of Paths to Development in Asia, South Korea, Vietnam, China, and Indonesia (2010) and coeditor of Dynamics of the Cold War in Asia: Ideology, Identity, and Culture (2009). While at Princeton, Vu will work on two projects: a book that examines the role of ideology in the Vietnamese revolution as a case of radical politics in the periphery, and a paper that examines the role of capital and coercion in the formation of modern East Asian states. Ph.D. University of California, Berkeley.

See Tuong Vu profile

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge