Playboy, bon vivant and the last emperor of Vietnam, Bao Dai chafed at his role as France’s puppet

[ndlr] Un article sur le destin de Bao Dai, le dernier empereur du Viêt-Nam décédé il y a vingt ans à Paris.

While Bao Dai, who died 20 years ago this week, enjoyed the high life in Hong Kong and elsewhere, he did try to play his part during Vietnam’s most violent and troubled years amid the two Indochina wars.

Twenty years ago tomorrow, the last emperor of Vietnam died peacefully and without ceremony in a military hospital in Paris, aged 83.

Bao Dai, or the “keeper of greatness”, was the 13th and last monarch of the Nguyen dynasty, and more famous for his lurid and extra­vagant lifestyle – he was exiled in Hong Kong for several years – than for his statesmanship during some of the most turbulent and bloody years in his nation’s history, the years of the liberation war against the French and civil war between north and south.

“He became far better known for his leisure activities,” is how the New York Times put it in his obituary.

Born in 1913, within the walls of the magnificent Imperial Palace in the city of Hue, on the banks of the Perfume River, Bao Dai was educated in France and quickly developed a reputation as an adventurer, philanderer, hunter, movie fan, gambler and playboy.

[…]

“I’m not so sure the ‘playboy’ angle is the best one for Bao Dai,” says historian Dr Christopher Goscha, author of The Penguin History of Modern Vietnam, published last year, pointing out that Bao Dai had a central role in the develop­ment of Vietnam during the faltering days of colonial rule.

Lire la suite : South China Morning Post, 30/07/2017.

Image « à la une » : Manifestation en faveur de Bao Dai en 1947.

Fondation du Conseil unifié du peuple vietnamien

[ndlr] Note succincte sur l’apparition d’un nouveau mouvement politique unitaire.

Alors que la répression s’accentue sur les dissidents à l’intérieur du pays, une nouvelle organisation d’opposition au régime communiste de Hanoi a vu le jour en Californie. Dénommée Liên Hiệp Hội Đồng Quốc Dân Việt Nam ou « Conseil unifié du peuple vietnamien »1, elle a été fondée à l’initiative de deux dignitaires religieux : le Vénérable Minh Tuyên et Lê Phuoc Sang, président du Conseil exécutif de du Bouddhisme Hoa Hao.

Le vénérable Minh Tuyên, chef du comité d’organisation, en a précisé l’objectif :

« Le but du Conseil unifié du peuple du Viêt-Nam consiste d’abord à créer l’union, unifier le grand bloc national vietnamien. Dans un second temps, il s’agira de mettre tout en œuvre pour la lutte pour le salut national, de contribuer à la protection de la souveraineté nationale, sur terre et sur mer, et de contribuer à la construction d’un Viêt Nam libre, humaniste et prospère ».

De son côté, le Dr Lê Phuoc Sang, membre du comité d’organisation, a déclaré lors de la Déclaration officielle du 16 juillet :

« Après 42 ans d’exil, nous devons reconnaître que de nombreuses organisations ont été créées, mais le résultat n’est pas au rendez-vous, parce que nous ne combinons pas ensemble notre action. Nous avons besoin d’une force totale, non pas laisser telle association diriger telle autre association, de créer une harmonie, de travailler ensemble, établir la confiance dans le pays au service de nos ancêtres ».

La Déclaration politique lue le 16 juillet lors de la proclamation officielle du mouvement fait explicitement référence à la menace que représente l’expansionnisme chinois :

« Notre pays et notre peuple ont dû subir d’innombrables fois la domination étrangère, le cœur humain a été dévoyé, les gens ne se font plus confiance les uns les autres, de sorte que l’unification est très difficile à réaliser. Mais aujourd’hui, face au danger expansionniste de la Chine, si notre peuple ne réunit pas son esprit et son cœur et s’il n’endosse pas la responsabilité de sauver le pays et de le redresser, l’anéantissement ne pourra être évité ».

Brûle-parfum, bougeoirs, tablettes dorées, vases et fruits en cascade, un autel aux héros nationaux a été dressé dans le temple « Tổ Đình Minh Đăng Quang » à Santa Ana en Californie. Au centre de cet autel riche de symboles trône au centre le portrait de l’empereur Quang Trung (1753-1792), réunificateur du pays après une longue guerre civile. On distingue d’autres portraits : sur la gauche, ceux de Nguyen Trai (1380-1442), le lettré stratège du XVe siècle ; Phan Thanh Gian (1796-1867), l’ambassadeur suicidé en 1867 et Huynh Phu So (1919-1947), le fondateur du bouddhisme Hoa Hao ; sur la droite, le pape caodaiste Pham Cong Tac (1890-1959), le général Tran Hung Dao (1228-1300) et Phan Dinh Phung (1847-1895), le chef militaire du mouvement anticolonialiste « Aide au roi »… Plus bas sur la gauche, les portraits en grande partie cachés du général Duong Van Minh (1916-2001) et de Tran Van Huong (1902-1982)… deux anciens dirigeants de la défunte République du Viêt-Nam (1955-1975)2. Les oriflammes des fêtes traditionnelles, utilisés notamment pour le grand rassemblement populaire des Rois Hung, les ancêtres mythiques du Viêt-Nam, ornent l’autel de part et d’autre. Deux drapeaux figurent sur le côté droit : celui de la République du Viêt-Nam et celui du bouddhisme international adopté en 1950.

L’empereur Quang Trung (né Nguyễn Huệ), une des incarnations de la résistance anti-chinoise et de l’unification du territoire vietnamien © DR

Depuis plusieurs années, en particulier depuis les manifestations antichinoises de l’été 2011 et du printemps 20143, le sentiment nationaliste vietnamien se développe. La fondation de cette nouvelle organisation visant à unifier les forces de l’intérieur du pays à celles de l’extérieur participe de la consolidation d’un transnationalisme vietnamien d’opposition au régime autoritaire actuel. Si les actualités récentes liées à la pollution maritime démontraient l’implication des Catholiques en avant-poste de la contestation, c’est la première fois depuis les tensions avec la Chine que des dignitaires bouddhistes lancent un tel appel patriotique. Parviendront-ils à mobiliser les millions de bouddhistes que comptent le pays ?

La portée de cet appel risque somme toute d’être limitée compte-tenu de la surveillance policière qui s’est intensifiée ces dernières années notamment sur les réseaux sociaux4. La fondation de cette nouvelle organisation, avec ses références puisées dans la tradition historique et le nationalisme religieux, revêt plus un caractère symbolique.

FG, d’après Người Việt, 17/07/2017, MàJ 18/07/2017.

Annexe :

Profession de foi de l’organisation et invitation :

Source : Vien Dong Daily, 07/07/2017.

 

Pour en savoir plus :

Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "Fondation du Conseil unifié du peuple vietnamien," in Mémoires d'Indochine, 18/07/2017, https://indomemoires.hypotheses.org/25393.

Notes

  1. Une organisation révolutionnaire intitulée de façon presque identique « Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân Việt Nam » et fondée aux Etats-Unis par des réfugiés politiques appelait en 1990 à renverser la pouvoir communiste. Voir sur Youtube « Thành lập Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân VN 1990 » Thành lập Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân VN 1990, au départ du document vidéographique, l’organisation est présentée par le Dr Nguyen Ton Hoan, un des dirigeants du Dai Viêt Quôc Dân Dang (Parti national du Grand Viêt-Nam) décédé en 2001 []
  2. Le portrait caché par l’ancien drapeau national est sans doute celui de l’empereur Bao Dai, présent sur l’autel de la même pagode lors des commémorations du 30 avril 2017. Voir : Văn Lan/Người Việt, Tổ Đình Minh Đăng Quang tưởng niệm các anh hùng VNCH, Người Việt, 30/04/2017 []
  3. Voir notre article : L’urgence démocratique » – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne []
  4. Dans sa profession de foi (encadré ci-dessus), l’organisation donne RV le 30 septembre 2017 pour rendre publique sa structure et l’identité de ses membres ou organisations adhérentes à l’extérieur du pays comme à l’intérieur []

App-learning on Khmer Rouge History – 25 juillet 2017 – Bophana Center

[ndlr] Annonce du Centre Bophana à Phnom Penh.

App-learning on Khmer Rouge History

Dear Sir/Madam,

You are cordially invited to the Inauguration Ceremony of the educational smart-device application created in the framework of “App-learning on Khmer Rouge History” by Bophana Center. The ceremony will be held on Tuesday, July 25th, 2017 at 5 p.m. at the Bophana Center. At the ceremony and onwards, you can download the created application for free of charge.

Please RSVP to the invitation below by email to: communication@bophana.org

We look forward to welcoming you!

Sincerely yours,
Bophana Center

Liu Xiaobo (1955-2017)

[ndlr] Au sujet de la mort du dissident Liu Xiaobo (1955-2017), prix Nobel de la paix en 2010.

Compilation d’écrits choisis de Liu Xiaobo publiée en France en 2011.

Comité Nobel. La Chine porte «une lourde responsabilité» dans la mort «prématurée» de Liu Xiaobo en l’ayant privant de soins médicaux adaptés, a estimé jeudi le comité Nobel norvégien, qui avait distingué le dissident en 2010. «Nous trouvons profondément troublant que Liu Xiaobo n’ait pas été transféré dans un établissement où il aurait pu recevoir un traitement médical adéquat avant que sa maladie n’entre en phase terminale», a déclaré la présidente du comité, Berit Reiss-Andersen.

Deux anciens prisonniers de conscience vietnamiens lui rendent hommage :

Paulus Lê Sơn : Lưu Hiểu Ba đi xa nhưng tinh thần còn mãi, CTM Media, 15/07/2017.

Phạm Minh Hoàng, Từ Lưu Hiểu Ba nhớ về Đinh Đăng Định, FB Phạm Minh Hoàng, 14/07/2017.

Image « à la une » : Le livre de condoléances à la mémoire de Liu Xiaobo, installé à l’extérieur du Bureau de liaison chinois à Hongkong, le 13 juillet 2017 © ISAAC LAWRENCE / AFP

Tủ sách Tiếng Việt [ressources en ligne]

[ndlr] Signalement d’un site fondé en 2017 compilant des copies numérisées d’ouvrages en vietnamien publiés avant 1975. Le portail localisé à Little Saigon en Californie n’offre pas d’informations sur le projet. Près de deux millions de visiteurs à ce jour (10/07/2017) et un peu plus de 350 documents en ligne. A suivre.

Cliquer sur l’image pour accéder au site

Pham Minh Hoang : au Vietnam, « nous vivons dans une dictature » [Exclu RFI]

[ndlr] Expulsé du Viêt-Nam pour ses activités pro-démocratiques après avoir été déchu de sa nationalité vietnamienne, le mathématicien Pham Minh Hoang a été interviewé par Juliette Gheerbrant pour Radio France Internationale (RFI).

Le dissident franco-vietnamien Pham Minh Hoang est arrivé à Paris dimanche 25 juin après avoir été privé de sa nationalité vietnamienne et expulsé du pays par le régime à parti unique. Une mesure qualifiée de violation patente des droits de l’homme par Human Rights Watch. Le Vietnam est un pays où les opposants sont fréquemment emprisonnés, mais le blogueur et ancien professeur de mathématiques de 62 ans est le premier à se voir retirer sa nationalité. Pham Minh Hoang n’a pas eu le temps de saluer sa famille quand la police a fait irruption chez lui samedi soir pour le conduire à l’aéroport. RFI a recueilli son témoignage.

[extrait]

La vie des militants au Vietnam est infernale, si vous vous engagez vous devez savoir que votre vie sera menacée, la vôtre, celle de votre famille, de vos proches. Vous vivez sous pression permanente. Si vous trouvez un emploi, on utilisera tous les moyens que vous soyez mis à la porte. Si vous trouvez un logement, le propriétaire vous rendra très vite la caution et annulera le bail.

Et si ces moyens restent sans effet, on utilisera la force. Vous serez attaqué physiquement, brutalisé, traité comme une bête. […]

Lire l’interview : RFI

Pour en savoir plus sur cette expulsion illégale :

Image « à la une » : protestation de Pham Minh Hoang © TNT Radio

Le lourd silence de la mer vietnamienne : « La mer morte » de Nguyên Công Nhân

Art et autoritarisme ne font pas bon ménage en République socialiste du Viêt-Nam. Une œuvre et son auteur ont fait l’objet d’une confiscation et d’une sanction disciplinaire de la part de l’Association des Lettres et Arts de la province de Tra Vinh dans le sud du pays. L’œuvre picturale incriminée, intitulée « La mer morte » de l’artiste Nguyên Công Nhân, fait référence au scandale écologique de la pollution maritime de la société taïwanaise Formosa. C’est un tableau figuratif comme il en existe des milliers d’autres… mais celui-ci déclenche une gêne, une inquiétude, un brouillage entre rêve et réalité, un dialogue silencieux entre ciel et mer.

On observe au premier plan une femme ramassant des poissons morts, une image directement inspirée d’une photographie prise lors de la pollution maritime au Centre du Viêt-Nam1. L’image de cette femme accroupie occupe une grande partie du tableau. Au second plan, on distingue nettement en haut à gauche une forme allongée : une jeune femme vêtue de blanc, couleur de la mort, semble flotter sur les eaux. Le symbole est fort, le cadavre fantomatique de l’océan. De l’image se dégage une impression de silence puis de malaise. L’océan habité par la mort déverse son chargement de poissons morts que cette femme, les yeux baissés, récupère… dubitative. Elle est plongée dans ses pensées et ne paraît pas se rendre compte du danger qui l’a déjà enveloppée. La mort est là, dans un bleu vert envahissant, conférant une unité de ton et de couleur au tableau.

La position de la jeune fille morte est particulièrement frappante. Son cadavre flotte dans la partie gauche du tableau, derrière le chapeau conique, comme si il était intégré dans les pensées de la femme de pêcheur. Qui est cette femme ? Est-ce la fille de la femme au chapeau conique ? Positionné horizontalement, le corps ne brise pas la ligne d’horizon. Seule la tête, oreilles dégagées et cheveux noirs plongés dans l’eau, apparaissent. Le reste du corps est comme recouvert d’un linceul blanc. Un croissant de lune éclaire la scène renforçant le caractère funèbre de l’œuvre.

« Biển chết » du peintre Nguyễn Nhân © DR

Les autorités n’ont pas apprécié cette charge à la fois symbolique et politique. Le 1er juin 2017, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh émanation du Comité populaire de Tra Vinh (et donc instance de l’Etat-Parti au niveau local) publiait une Décision disciplinaire contre l’artiste. Ce dernier recevait un avertissement doublé d’une mise à l’épreuve d’un an. En outre, le troisième prix qu’il avait reçu en 2016 de la province de Tra Vinh pour cette œuvre lui fut retiré et l’artiste fut sommé de rembourser les gratifications et récompenses liées à ce prix. Officiellement la raison de cette confiscation et de cette mesure disciplinaire ne serait liée qu’à un non respect du droit d’auteur et non à un quelconque tabou lié à l’affaire Formosa. Or, pour l’artiste, il s’agit bien d’une censure a posteriori. L’autorisation d’exposer avait été donnée par l’Association des Lettres et Arts du Viêt-Nam après un contrôle effectif. De plus, l’auteur de la photographie n’avait pas porté plainte contre l’artiste pour cette œuvre dérivée. Réfutant toute violation de droits d’auteurs l’artiste défend son droit à l’adaptation à partir d’une photo de presse :

« J’insiste, j’ai seulement emprunter cette image pour composer un travail pictural personnel et je n’ai pas juste recopié l’image. Cette photo que j’ai trouvé dans la presse représente une femme de pêcheur ramassant chaque poisson mort échoué sur la plage, alors que dans ma peinture il y a aussi une jeune fille morte sous un clair de lune au milieu de l’océan. Ces deux images sont complètement différentes. Donc, on « m’oblige » à dire que j’ai violé le droits d’auteur alors que je ne l’ai pas fait. Je suis prêt à rendre le prix, mais je n’accepte pas cette accusation de violation du droit d’auteur. »2.

Le 3 juillet prochain, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh doit organiser une conférence de presse au sujet de cette affaire qui secoue le monde des artistes. Et ce d’autant plus que l’Association des Lettres et des Arts du Viêt-Nam (au niveau national) a condamné l’acte confiscatoire, jugé contraire à la loi, de sa filiale de Tra Vinh.

Nous avons, vu de France, peu l’occasion de connaître les œuvres récentes liées au drame de Formosa. L’occasion nous est donné par cette mesure disciplinaire. Rien de mieux pour un auteur qu’une publicité de cet ordre pour donner résonance à son œuvre. C’est chose faite.

FG, 01/07/2017.

En haut : la photographie publiée dans le quotidien Thanh Niên et en bas : l’interprétation artistique de Nguyên Nhân © DR

Pour en savoir plus :

L’artiste (au milieu) et son tableau © VnExpress

Notes

  1. Cette inspiration non dissimulée a servi de prétexte pour attaquer l’artiste pour non respect des droits d’auteurs []
  2. Lùm xùm “án kỷ luật” đối với tác giả bức tranh “Biển chết” ở Trà Vinh, Dân Tri, 29/06/2017 []