Tzvetan Todorov, essayiste et historien des idées, est mort

[ndlr] Triste disparition d’un grand chercheur dont les travaux ont accompagné le séminaire Mémoires d’Indochine.

Tzvetan Todorov, essayiste et historien des idées, est mort

Français d’origine bulgare, né à Sofia en 1939, il était un théoricien de la littérature et a notamment travaillé sur le rapport des Occidentaux à l’altérité et sur l’expérience totalitaire.

L’essayiste et historien des idées Tzvetan Todorov est mort à 77 ans, a-t-on appris mardi 7 février. « Infinie tristesse d’apprendre la mort de Tzvetan Todorov, penseur de la liberté », a réagi Sandrine Tolotti, ex-rédactrice en chef du bimestriel littéraire Books, dont M. Todorov était membre du comité éditorial.

Lire la suite : Le Monde, 07/02/2017.

Pour en savoir plus :

  • Le philosophe et historien Tzvetan Todorov est mort, L’Express, 07/02/2017. L’essayiste franco-bulgare est décédé à 77 ans. Tzvetan Todorov avait quitté la Bulgarie dans les années 60 afin d’échapper au communisme. Il a notamment travaillé sur la pensée humaniste et sur le totalitarisme.
  • Disparition d’un humaniste : Tzvetan Todorov, Les Inrocks, 07/02/2017. Le philosophe et historien des idées Tzvetan Todorov est mort à l’âge de 77 ans. De la théorie poétique à la critique politique de son temps et à l’éloge des insoumis, il ne cessa de déployer une pensée profondément humaniste.
  • L’essayiste Tzvetan Todorov est mort, Télérama, 07/02/2017. […] Auteur de plus d’une quarantaine d’essais, il avait notamment publié Face à l’extrême, la vie morale dans les camps de concentration (1994),  La Vie commune, réflexion sur la nature sociale de l’homme (1995), Mémoire du mal, tentation du bien (2001), Les Ennemis intimes de la démocratie (2012). Son dernier ouvrage, Insoumis, était paru à l’automne 2016.
  • Agnès Bozon-Verduraz, Tzvetan Todorov, ou la lucidité de l’exilé, Télérama, 07/02/2017. L’intellectuel est mort le mardi 7 février à Paris à l’âge de 77 ans. Touche-à-tout des sciences humaines, cet enfant de Bulgarie était aussi dur avec la dictature qu’il était exigeant de la démocratie. Nous republions un entretien datant de 1996, paru à l’occasion de la sortie de son livre “L’Homme dépaysé”. Et plus de vingt ans après, ses paroles sonnent toujours aussi juste.
  • David Caviglioli et Grégoire Leménager, Mort de Tzvetan Todorov, le fantastique humaniste, BibliObs, 07/02/2017. Dans la vie intellectuelle française, Tzvetan Todorov, mort dans la nuit du 6 au 7 février à l’âge de 77 ans, a occupé une place singulière. On n’a jamais pu le rattacher à un camp. Il ne figure pas dans le panthéon de la French Theory. Très anti-communiste, notamment à cause de son parcours personnel, il a fait partie du moment antitotalitaire, sans devenir un «nouveau philosophe».

Image « à la une » : © 1996 ULF ANDERSEN / Aurimages / AFP

Bradley Camp Davis : Imperial Bandits Outlaws and Rebels in the China-Vietnam Borderlands (Conférence le 23 février 2017))

[ndlr] A ne pas manquer. La Section d’Études Vietnamiennes de LCAO, recevra Bradley Camp Davis à Paris Diderot le 23 février prochain (16h – 17h30) autour de la publication de son ouvrage Imperial Bandits Outlaws and Rebels in the China-Vietnam Borderlands (2017). Ce séminaire est ouvert à tous, dans la limite des places disponibles.

conferencesev_bradleycampdavis_2017

Christopher Goscha : The 30-Years War in Vietnam

[ndlr] Signalement d’un article en ligne de notre collègue Christopher Goscha, professeur à l’UQAM. Rubrique : Vietnam ’67/// Historians, veterans and journalists recall 1967 in Vietnam, a year that changed the war and changed America.

vietnam67It should go without saying that the Vietnam War is remembered by different people in very different ways. Most Americans remember it as a war fought between 1965 and 1975 that bogged down their military in a struggle to prevent the Communists from marching into Southeast Asia, deeply dividing Americans as it did. The French remember their loss there as a decade-long conflict, fought from 1945 to 1954, when they tried to hold on to the Asian pearl of their colonial empire until losing it in a place called Dien Bien Phu.

The Vietnamese, in contrast, see the war as a national liberation struggle, or as a civil conflict, depending on which side they were on, ending in victory in 1975 for one side and tragedy for the other. For the Vietnamese, it was above all a 30-year conflict transforming direct and indirect forms of fighting into a brutal conflagration, one that would end up claiming over three million Vietnamese lives.

The point is not that one perspective is better or more accurate than the other. What’s important, rather, is to understand how the colonial war, the civil war and the Cold War intertwined to produce such a deadly conflagration by 1967.

Lire la suite : The New York Times, 07/02/2017.

Image « à la une » : Prise du PC-GONO par les soldats Vietminh de la division 316 dans la soirée du 7 mai 1954. © AFP/VNA