Archives de catégorie : Traces de vie

John C. Schafer : Võ Phiến and the Sadness of Exile [new edition]

[ndlr] La seconde édition de l’ouvrage de John C. Schafer sur l’écrivain Vo Phien est disponible en ligne sur Digital Commons @ Humboldt State University.

Võ Phiến and the Sadness of Exile describes the life and work of one of the most respected writers in the Vietnamese diaspora. A well-known writer in Vietnam before he sought refuge in the United States in1975, Võ Phiến continued to write in the U.S. He published numerous stories and essays and edited a seven-volume collection of works written in South Vietnam from 1954-1975. In this first book-length study in English of a modern Vietnamese writer, Schafer introduces readers to an author who has much to teach us about war, revolution and exile in a strange land.

schafer_vophienandthesadnessofexileCliquer sur l’image pour accéder au texte en ligne

Vietnamiens en France à l’époque coloniale [carnet hypotheses.org]

[ndlr] Signalement d’un nouveau carnet de recherche dédié aux Travailleurs Indochinois. Appel à une collecte de documents.

Afin de documenter les premières présences de Vietnamiens en France dans une approche socio-historique et d’histoire connectée, ce site vise au recueil d’archives privées et de témoignages.

Vous avez un témoignage ou vous souhaitez signaler un document ancien ? Rendez-vous sur la page de la collecte.

Lien du carnet :

https://travindo.hypotheses.org/

 

Image « à la une » : Groupe de travailleurs avec leurs surveillant et interprètes à Sorgues (Vaucluse) en 1941 © Collection Joël Pham

La Marche du Monde : Boat people, le retour [RFI, 19-20/12/2015]

[ndlr] Annonce de l’émission de Valérie Nivelon « La Marche du Monde » consacrée cette semaine aux Boat people et plus généralement aux réfugiés. Diffusion en Afrique le samedi 19 décembre et en France le dimanche 20 décembre 2015.

Chaque semaine, La marche du monde vous propose de découvrir l’histoire de nos sociétés contemporaines. Sur les cinq continents, nous recherchons des témoignages, mais aussi des archives radiophoniques et musicales, pour revivre les évènements et les mouvements qui éclairent l’actualité. En Afrique, en Asie, en Amérique, en Europe et au Proche-Orient, rafraîchissons-nous la mémoire et partageons notre histoire !

Diffusion Afrique : samedi à 13h10 (TU)

Diffusions Paris et le monde : dimanche à 10h10 et 21h10 (heure de Paris), donc 09h10 TU et 20h10 TU.

Ils sont Vietnamiens, Cambodgiens et Laotiens et fuient les régimes communistes de leur pays pour échapper à la mort tandis qu’en France, l’immigration de travail vient tout juste d’être suspendue, et que le chômage augmente à toute allure…

Et pourtant, l’association France Terre d’Asile a fait le bilan, la France a accueilli 128 531 réfugiés du Sud-Est asiatique de 1975 à 1990.
 

Avec le témoignage de Nguyen Van Huy recueilli par Lydie Mushamalirwa :
A 20 ans, il résistait aux Nord-Vietnamiens en éditant des journaux clandestins. Arrêté puis incarcéré à Saïgon, Van Huy disparaît et ne rentre chez lui que 18 mois plus tard en 1979. Il tente la traversée de la mer de Chine 27 fois. Sauvé par un bateau français en 1983, il obtient la nationalité française deux ans plus tard.

Et les analyses de l’historien François Guillemot et de la sociologue Karine Meslin.

Et le livre de Barbara Vaillant « Boat people vietnamiens », éditions L’Harmattan, 2013.

Vaillant_BoatPeopleVietnamiens« 30 avril 1975, les forces communistes du Nord Vietnam s’emparent de Saïgon, la capitale du Sud. Commence alors ce qui constituera le plus grand exode de l’histoire du pays. Plus de 800 000 réfugiés de la mer, entassés sur des bateaux de fortune, empruntent des chemins d’exil multiples et périlleux. Beaucoup y perdent la vie. Aujourd’hui, que sont devenus ces réfugiés ? Entre États-Unis, France et Vietnam, l’auteure est allée à leur rencontre et a partagé leur quotidien, leurs préoccupations et, surtout, leur souvenirs. »

Source : RFI

Pour en savoir plus sur les réfugiés cambodgiens :

Image « à la une » : collection Nguyen Van Huy.

Dans les pas d’Adèle Clément, violoncelliste, sur Gallica

Pour accompagner le billet précédent « La valise d’Adèle« , voici la liste non exhaustive des sources compilées sur Gallica à partir de trois Rapports de recherche établis suivant les mot clés : « Adèle Clément » (rapport du 29/05/2015, 15 documents, 57 occurrences) ; « Adèle Clément, violoncelliste » (rapport du 29/05/2015, 15 documents, 38 occurrences) ; « Adèle Clément, Premier prix » (rapport du 29/05/2015, 6 documents, 8 occurrences). Des recherches complémentaires ont été faites dans la revue Comoedia (1907-1936) et dans L’Echo d’Alger (1912-1944). Ces sources en ligne sont précédées d’un essai de chronologie. Ce billet biographique s’inscrit dans le cadre d’une publication sur Adèle Clément par l’association “Archives et Patrimoine de Puy-Saint-Martin”.

AdèleClément_Buste_FGBuste en plâtre d’Adèle Clément © FG

Essai de chronologie :

1884 : Naissance à Saint-Gengoux-le-National

1900 : Création d’un quatuor puis d’un Trio vers 1904

1901 : Second prix au Conservatoire de Paris, élève de Jules Delsart et de Cros-Saint-Ange

1902 : Premier prix au Conservatoire de Paris

1903 : Première mention dans l’Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical

1904-1913 : Tournées françaises et européennes, succès du Trio avec Juliette Laval

[1914-1918] : Première Guerre mondiale

1917 : Troisième emprunt de la Défense nationale

1920-1930 : Récitals en France et en Algérie, radio-concerts

1930-1931 : Tournée en Extrême-Orient : Chine, Japon, Indochine (Viêt-Nam)

1934 : Concerts à Paris

[1939-1945] : Seconde Guerre mondiale

1940 : Dernière mention dans Paris-Soir

1956 : Signature d’un viager avec André Rostaing, Maire de la commune de Puy-Saint-Martin

1958 : Décès (à Paris ?)

 

ValisedAdèleClément2La valise d’Adèle Clément de face © FG

Sources et liens vers Gallica :

1901

Le XIXe siècle, n° 11547 (30 Vendémiaire, An 110), mardi 22/10/1901, « A l’Association philotechnique, Concert et banquet », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75726289/f2

1903

Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, 1903 (17e année), p. 492 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k124049j/f620

1904

Le Figaro, n° 56 (50e année, 3e série), jeudi 25/02/1904, « Le Monde & la Ville ; Cercles », p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2865287/f3

Le Rappel, n° 12434, dimanche 27/03/1904, « Echos », pp. 2-3 (voir p. 3) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7545723p/f3

Le Rappel, n° 12436 (8 Germinal, An 112), mardi 29/03/1904, « Echos », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7545725h/f2

1905

Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, 1905 (19e année), pp. 494-495 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k124051v/f522

1906

Paris musical et dramatique, n° 13 (3e année), 01/1906, « Calendrier des concerts, Janvier 1906 », p. 9 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61108771/f9

1907

Le Limousin, n° 1, 10/1907 à n° 10, 01/1910 [mention de médailles à l’effigie d’Adèle Clément]

L’Aurore, n° 3389 (10e année), mercredi 30/01/1907, « Musique », p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k740250q/f3

1908

Le Magasin pittoresque, 1908 (76e année, 3e série, Tome 9), p. 29 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k349826/f606

Comoedia, n° 146 (2e année), dimanche 23/02/1908, « Dans le monde, Trio Laval », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7646530p/f2

L’Aurore, n° 3791 (11e année), mardi 10/03/1908, « Les Théâtres », p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k740652q/f3

Le Figaro, n° 70 (54e année, 3e série), mardi 10/03/1908, « Spectacles & Concerts », p. 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k288023b/f5

1909

Gil Blas, n° 10758 (30e année), samedi 17/04/1909, « Petites nouvelles parisiennes », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7523989z/f2

Comoedia, n° 566 (3e année), dimanche 18/04/1909, « Les conférences », p. 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7645856n/f5

Comoedia, n° 812 (3e année), lundi 20/12/1909, « Notes mondaines », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7645737z/f2

1910

Le Figaro, n° 75 (56e année, 3e série), mercredi 16/03/1910, « Courrier des Théâtres, De Berlin », p. 6 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k288772v/f6

Comoedia, n° 916 (4e année), dimanche 03/04/1910, « Musique et Concerts symphoniques », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76462045/f4

L’Aurore, n° 4589 (14e année), mardi 31/05/1910, « Les Théâtres », p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7522787/f3

Comoedia, n° 983 (4e année), jeudi 09/06/1910, « Une fête chez les convalescents », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7646271k/f4

Gil Blas, n° 12173 (31e année), dimanche 12/06/1910, « Carnet mondain », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7527712z/f2

1911

Le XIXe siècle, n° 15001 (18 Germinal, An 119), vendredi 07/04/1911, « Théatres et Concerts », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75688349/f4

L’Aurore, n° 5141 (15e année), jeudi 14/12/1911, « Les Théâtres », p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k752830p/f3

Le Rappel, n° 15254 (26 Primaire, An 120), samedi 16/12/1911, « Théâtre et Concerts », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7551238f/f4

Le Figaro, n° 355 (57e année, 3e série), jeudi 21/12/1911, « Courrier musical », p. 6 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2894383/f6

Le Rappel, n° 15259 (1er Nivose, An 120), jeudi 21/12/1911, « Théâtre et Concerts », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7551243r/f4

1912

Le Figaro, n° 18 (58e année, 3e série), jeudi 18/01/1912, « Courrier musical », p. 7 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k289466c/f7

Gil Blas, n° 12774 (34e année), lundi 05/02/1912, « Le Monde, La mode et le goût », p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75385635/f3

Le Gaulois, n° 12549 (47e année, 3e série), 22/02/1912, « Mondanités », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5353459/f2

Le Rappel, n° 15474, mercredi 26/06/1912, « Théâtre et Concerts », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7548714n/f4

1913

L’Aurore, n° 5545 (16e année), jeudi 30/01/1913, « Les Théâtres », p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k753232v/f3

L’Humanité, n° 3210, jeudi 30/01/1913, Théâtres et Concerts », p. 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k253364x/f5

Le XIXe siècle, n° 15697 (16 Pluviose, An 121), mardi 04/02/1913, « Théâtres et Concerts », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7570733b/f4

Le XIXe siècle, n° 15702 (15 Pluviose, An 121), dimanche 09/02/1913, « Théâtres et Concerts », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7570738d/f4

L’Ouest-Eclair, n° 5175 (14e année), jeudi 27/02/1913, « Côtes du Nord, Grand concert », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643549b/f4

Comoedia, n° 2207 (7e année), vendredi 17/10/1913, « Privas », p. 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7649486n/f5

1916

Le Figaro, n° 64 (62e année, 3e série), samedi 04/03/1916, « Spectacles et concerts », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2909714/f4

Le XIXe siècle, n° 16649 (29 Prairial, An 124), dimanche 18/06/1916, « Concerts publics », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7573416q/f2

L’Humanité, n° 4445 (13e année), dimanche 18/06/1916, « Courrier des Théâtres », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k254585w/f4

L’Humanité, n° 4473 (13e année), dimanche 16/07/1916, « Courrier des Théâtres », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2546131/f4

1920

La Presse, n° 5517 (86e année, Nouvelle série), dimanche 21/11/1920, « Le Théâtre, Courrier des spectacles », pp. 2-3 (voir p. 3) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k600195h/f3

1921

L’Ouest-Eclair, n° 7299, samedi 29/01/1921, « Lorient. Syndicats et Sociétés, Cercle Mozart », p. 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5833046/f5

1923

Comoedia, n° 3745 (17e année), lundi 19/03/1923, « Musique de Chambre » par Paul Le Flem, p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76480488/f3

Comoedia, n° 3858 (17e année), mercredi 11/07/1923, « Radio-Concerts Tour Eiffel », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7647057x/f4

Le Petit Parisien, n° 16934 (43e année), mercredi 11/07/1923, « Courrier des amateurs de T.S.F. », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k605441k/f4

L’Ouest-Eclair, n° 7970, mercredi 11/07/1923, « Les éditions radiotéléphoniques d’aujourd’hui, Concerts de la Tour Eiffel », p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k647332t/f3

Le Populaire, n° 1081 (8e année), mercredi 11/07/1923, « T.S.F. » : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k818472g/f6

L’Echo d’Alger, n° 5183 (12e année), lundi 17/12/1923, « Concert Adèle Clément », p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7581146g/f3

L’Echo d’Alger, n° 5187 (12e année), vendredi 21/12/1923, « Echos. Le temps qu’il fait, Concert Adèle Clément », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7581150c/f2

L’Echo d’Alger, n° 5191 (12e année), mardi 25/12/1923, « Concert Adèle Clément », par Lucienne Darrouy, p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75811541/f3

L’Echo d’Alger, n° 5193 (12e année), jeudi 27/12/1923, “Sermon de charité » p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7581156v/f2

1924

L’Echo d’Alger, n° 5210 (13e année), dimanche 13/01/1924, « Echos. Le temps qu’il fait, Concerts Adèle Clément », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7581173c/f2

L’Echo d’Alger, n° 5214 (13e année), jeudi 17/01/1924, « Concert Adèle Clément », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75811771/f2

L’Echo d’Alger, n° 5218 (13e année), lundi 21/01/1924, « Deuxième concert Adèle Clément », par Lucienne Darrouy, p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7581181x/f3 [mention du violoncelle muet]

L’Ouest-Eclair, n° 8212 (25e année), dimanche 09/03/1924, « Les éditions radiotéléphoniques d’aujourd’hui, Concerts de la Tour Eiffel », p. 8 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4961278/f8

L’Homme Libre, n° 2789 (12e année), jeudi 13/03/1924, « Les concerts par T.S.F. », p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7593340k/f3

Le Gaulois, n° 16961 (59e année, 3e série), jeudi 13/03/1924, « T.S.F., Concerts du 13 mars », p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k539727q/f3

Le Matin, n° 12803 (41e année), jeudi 13/03/1924, « Auditions radiotéléphoniques d’aujourd’hui », p. 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k574635k/f5

Paris-Soir, n° 162 (2e année, 2e édition), vendredi 14/03/1924, « Carnet de la T.S.F. », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76384684/f2

L’Ouest-Eclair, n° 8256, jeudi 22/05/1924, « Les éditions radiotéléphoniques d’aujourd’hui, Tour Eiffel », p. 8 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k496201m/f8

Le Matin, n° 12873 (41e année), jeudi 22/05/1924, « Carnet de la T.S.F., Auditions radiotéléphoniques d’aujourd’hui », p. 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k574705v/f5

Le Petit Parisien, n° 17250 (49e année), jeudi 22/05/1924, « Courrier des amateurs de T.S.F. », p. 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k605758h/f5

Le Matin, n° 13075, mercredi 10/12/1924, « Carnet de la T.S.F., Station radiotéléphonique de l’École supérieure des P.T.T. », p. 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5749077/f5

L’Ouest-Eclair, n° 8454 (26e année), mercredi 10/12/1924, « Les auditions radiotéléphoniques d’aujourd’hui, Ecole supérieure des P.T.T. », p. 8 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4964030/f8

Le Petit Parisien, n° 17452 (49e année), mercredi 10/12/1924, « Courrier des amateurs de T.S.F. », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k605960f/f4

1925

L’Oued-Sahel, n° 225 (39e année, Nouvelle série), jeudi 12/03/1925, « Les amis des Arts », p. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63788782/f3

L’Echo de Bougie, n° 1441 (24e année), dimanche 22/03/1925, « Les amis des Arts, Le gala artistique du 29 mars », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5662996q/f2 [voir programme ci-dessous]

AdèleClément_Programme29mars1925_AlgerProgramme du Gala artistique du 29 mars 1925 à Alger © Gallica / L’Echo de Bougie

L’Echo d’Alger, n° 5646 (14e année), mardi 24/03/1925, « Echos. Le temps qu’il fait, Société des Beaux-Arts » p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7581092c/f2

L’Oued-Sahel, n° 227 (39e année, Nouvelle série), jeudi 26/03/1925, « Le gala artistique de dimanche prochain », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57566979/f4

L’Echo d’Alger, n° 5650 (14e année), samedi 28/03/1925, « Superbe concert en perspective » p. 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75810961/f5

L’Echo d’Alger, n° 5653 (14e année), mardi 31/03/1925, « Echos. Le temps qu’il fait, Musique » p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75810998/f2

France-Maroc, n° 101 (9e année), Avril 1925, « Concert Adèle Clément », p. 78 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62131022/f18 [voir photo du bas]

L’Oued-Sahel, n° 228 (39e année, Nouvelle série), jeudi 02/04/1925, « Le concert de dimanche », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6378881j/f2

L’Echo de Bougie, n° 1443 (24e année), dimanche 05/04/1925, « Le récital Clément-Mario » par Paul Tattegrain, p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5663008b/f2

L’Echo d’Alger, n° 5659 (14e année), lundi 06/04/1925, « Musique. Concert Adèle Clément », par Lucienne Jean-Darrouy, p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7581497t/f2

L’Echo d’Alger, n° 5733 (14e année), vendredi 19/06/1925, « T.S.F », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7581571x/f2

Le Petit Parisien, n° 17643 (50e année), vendredi 19/06/1925, « Courrier des amateurs de T.S.F. », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6061518/f4

L’Ouest-Eclair, n° 8644 (26e année), vendredi 19/06/1925, « Les éditions radiotéléphoniques d’aujourd’hui, P.T.T », p. 8 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k496594s/f8

L’Echo d’Alger, n° 5761 (14e année), vendredi 17/07/1925, « T.S.F. », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7582496q/f2

L’Ouest-Eclair, n° 8803 (26e année), mercredi 25/11/1925, « Les éditions radiotéléphoniques d’aujourd’hui », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6482000/f2

1926

Paris-Soir, n° 841 (4e année, 2e édition), dimanche 24/01/1926, « Carnet de la T.S.F. », p. 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76379496/f5

Lyrica, n° 50 (5e année), Avril 1926, « Les concerts : Melle Adèle Clément & M. Max Moutia », p. 736 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61805753/f14

La semaine à Paris, n° 234, du 19/11/1926 au 26/11/1926, « Salle Pleyel », p. 45 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5419289g/f47

Lyrica, n° 58 (5e année), Décembre 1926, p. 875 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61805879/f13

1927

Le Petit Parisien, n° 18494 (52e année), mardi 18/10/1927, « Courrier des Théâtres », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k607002w/f4

1929

La semaine à Paris, n° 348 (9e année), du 25/01/1929 au 01/02/1929, « Jeudi 21 (suite) », p. 80 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5415811b/f82

Le Ménestrel, n° 51 (91e année), vendredi 20/12/1929, « Concert de l’U.F.P.C. » par Léon Quénéhen, p. 551 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5622094p/f9

1931

La semaine à Paris, n° 464 (11e année), du 17/04/1931 au 24/04/1931, « Musiques (programmes du vendredi 24, suite) », p. 55 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6136190w/f57

AdèleClément_Récital24-04-1931Comoedia, n° 6667 (25e année), mercredi 22/04/1931, « Récital Adèle Clément », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7648824m/f2 [annonce ci-dessus]

Comoedia, n° 6685 (25e année), dimanche 10/05/1931, « Récitals et Concerts, Mme Adèle Clément », par Intérim, p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7648842j/f2

1932

Comoedia, n° 7091 (26e année), vendredi 08/07/1932, « Radio-programmes choisis, Musique de chambre », p. 6 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76504849/f6

1933

Comoedia, n° 7405 (27e année), vendredi 19/05/1933, « La journée », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7646947b/f4

1934

La semaine à Paris, n° 614, du 02/03/1934 au 08/03/1934, p. 57 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5824055p/f57 [annonce du concert du 13 mars 1934, photo ci-dessous]

AdèleClément_Programme13mars1934_Pleyel

Comoedia, n° 7702 (28e année), lundi 12/03/1934, [annonce du 4e concert Cécile Borghans], p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76479237/f2

Comoedia, n° 7713 (28e année), vendredi 23/03/1934, « Les Concerts, Cécile Borghaus [Borghans] » par P. de N., p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76479341/f2

Le Ménestrel, n° 12 (96e année), vendredi 23/03/1934, « Concert Cécile Borgans », par G.M., p. 119 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5617032v/f9

Comoedia, n° 7783 (28e année), vendredi 01/06/1934, « Radio-Echos, Saint Odile d’Alsace », p. 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7650093w/f4

1940

Paris-Soir, n° 61 (18e année, 6e édition), mercredi 21/08/1940, « Paule Pax nous parle des matinées artistiques du Théâtre de l’œuvre », p. 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7643228n/f2

FG, 04/06/2015

* * *

AdèleClément_FranceMaroc_04-1925France-Maroc, n° 101, Avril 1925, p. 78 © Gallica

Pour en savoir plus :

Photo à la une : Adèle Clément par Geneviève Granger (détail) © FG

La valise d’Adèle – Petite contribution à l’histoire d’Adèle Clément, violoncelliste (1884-1958)

Lyon, jeudi 4 juin 2015

Très chère Adèle, je ne t’ai pas connu. Je n’ai même jamais entendu le son de ton violoncelle.

Décédée en 1958, tu as laissé des traces de ta vie d’artiste dans la presse de l’époque, chez les chroniqueurs qui t’ont écouté et dans un grenier d’une maison bourgeoise de la Drôme construite par un soldat de l’Empire. C’est de ce grenier et de la valise qu’il contenait que je voudrais m’entretenir avec toi aujourd’hui.

L’idée a surgi au cours d’une banale conversation avec une étudiante chinoise de l’université Lyon 3 qui fait sa thèse sur les femmes occidentales ayant voyagé en Asie. Immédiatement, ton souvenir s’est rappelé à moi. Il y a bien sûr des figures incontournables comme Alexandra David-Néel au Tibet ou Suzanne Karpelès en Indochine, ou encore la journaliste Andrée Viollis au Japon puis en Indochine. Je me suis rappelé de cette valise qui m’intriguait, déposée au fond d’un petit débarras d’un grand grenier logeant la bibliothèque du Docteur Adrien Borel (1886-1966), médecin psychiatre reconnu de l’hôpital Saint-Anne à Paris, ton cousin germain et mon arrière grand-oncle. Fille de Jean-Baptiste Clément et d’Adrienne Borel, ta famille avait tissés des liens de parenté du côté de la Drôme, sans quoi je n’aurai pu recueillir quelques bribes de ta vie de musicienne.

AdèleClémentPortrait d’Adèle Clément, CPA © DR

J’avais tout de suite remarqué l’identité voyageuse de ta valise sur laquelle étaient collés quelques vieux autocollants en très mauvais état mais se laissaient encore décrypter. Le Métropole de Hanoi, le Grand Hôtel de Pékin, l’hôtel Sanno à Tokyo, un restaurant à Nankin, une étiquette russe… Je crois que tu as laissé ce souvenir d’une voyageuse iconoclaste au sein de la famille. En quelques clics sur la toile, j’ai pu constaté avec émotion que tu n’as jamais été oubliée. A Puy-Saint-Martin, commune de la Drôme, une salle communale et un parc portent ton nom. Cette petite commune entretient le cher souvenir de ta virtuosité. Avant de revenir sur ta valise, je dois m’arrêter quelques instants sur ton parcours étonnant.

ValisedAdèleClémentLa valise en fibre vulcanisée d’Adèle Clément © FG

Tu es né Adèle Jeanne Alphonsine le 2 février 1884 à Saint-Gengoux-le-National en Saône-en-Loire dans une famille d’entrepreneurs de père en fils dans les chemins de fer. C’est dans cette famille bourgeoise que tu fis tes premiers pas vers le violoncelle, cet instrument à corde imposant qui fut tout au long de ta vie ton compagnon le plus fidèle. Tu appris à dompter cet instrument avec Gustave Girod de la Société des Concerts du Conservatoire. Accomplissant déjà de belles choses dans la maîtrise du violoncelle, Maître Girod t’envoya chez Cros-Saint-Ange, un virtuose, premier prix de conservatoire en 1870. En 1901, à l’âge de 17 ans, tu te présentas au concours du Conservatoire de Paris et réussis à obtenir le second prix.

Mais un an plus tard, à l’issue du même concours tu remportas le fameux premier prix de violoncelle tant espéré. La chose n’était gère simple car tu devais concourir avec de sérieux candidats, douze élèves dont cinq jeunes filles, dont le « redoutable » Bedetti [1]. Le final du Concerto de Saint-Saëns que tu interprétas ce jour là avec beaucoup de talent remporta l’unanimité du jury. L’Annuaire des artistes qui relate l’exploit note que tu as « ému sans avoir recours aux afféteries sentimentales » [2]. Il faut réécouter ce morceau pour en saisir toute la difficulté. Je t’envoie cette belle interprétation de Saint-Saëns par Anne Richardson accompagnée de la pianiste Jung-a Bang surtout pour me permettre de mesurer cette tension.

Étais-tu grave, concentrée et inspirée, comme Helen Lindén jouant Bach :

De toute évidence ton travail fut récompensé et la virtuosité, à laquelle tu consacrais presque tout ton temps, très appréciée [3]. Deux ans plus tôt, déjà, tu étais membre d’un quatuor composé de Juliette Laval, Henriette Gaston et Paul Jacquet qui, de concerts privés commença à faire des représentations publiques [4]. A cette époque, le tout Paris aimait la musique classique et la chanson populaire. Cette première formation laissa place, quelques années plus tard, à un Trio évolutif très apprécié des citadins dont tu sembles être la clé de voûte. Entre 1910 et 1914, la pianiste Adeline Baillet, la violoniste Line Talluel et toi-même ou encore Juliette Laval jouez régulièrement à la salle Pleyel [5]. Mais peu de temps après la Grande guerre éclate. Ton nom apparaît peu dans la presse. Je te retrouve le 3 mars 1916 dans un concert au profit des blessés russes [6]. Puis les 16 et 18 juillet de la même année, tu participais à un festival symphonique au Jardin du Luxembourg [7]. En 1917, sur les pas de ton père qui répondit aux trois emprunts de la Défense nationale, tu souscrivis au 3ème emprunt.

AdèleClément_3eEmprunt

En Trio, tu devais te produire un peu partout en France, notamment à Paris, parfois soliste des concerts Colonne et Lamoureux, puis en Europe, en Angleterre, en Espagne ou au Portugal. Londres, Berlin, Madrid, Lisbonne et Budapest étaient inscrites sur ta liste d’engagement [8]. Cette renommée te porta jusqu’au Maroc et en Algérie. Tu t’y fis remarquer par deux fois en 1923 et 1925. Dans son numéro du 6 avril 1925, L’Echo d’Alger se faisait le meilleur témoin de ta musique : « Le concert donné mardi dernier par Melle Adèle Clément, violoncelliste virtuose, est sans nul doute, l’un des plus représentatifs que nous aura donné cette saison » [9]. L’Oued-Sahel rapporte le 2 avril 1925 : « Pendant deux heures, le public fut littéralement pris par le talent des deux artistes que sont Melles Adèle Clément et Sandra-Mario » [10]. Quelques jours avant il prédisait : « Avec Melle Adèle Clément, ce sera la griserie exquise, sentimentale, du violoncelle, cet instrument divin dont les sons enchantent et touchent les plus réfractaires » [11].

Dans les années vingt, tu consacras plus de temps à des radios-concerts retransmis sur les ondes de la Tour Eiffel ou les antennes des radios de province [12]. Tu te produisis en compagnie de nombreux artistes comme la pianiste Marthe Gineste ou la cantatrice Louise Albane dans les concerts organisés par La Renaissance Française, une organisation fondée en 1915 par Raymond Poincaré pour faire rayonner la culture française et promouvoir la francophonie [13]. La France sortait victorieuse de la Grande guerre mais terriblement affectée. La musique sur les ondes pouvaient-elles atténuer le chagrin d’une nation éprouvée ?

AdèleClément1884-1958_FGAdèle Clément par Geneviève Granger © FG

Au fil des pages numérisées, Gallica a fait ressurgir le passé enfoui de tes nombreux concerts et souligne souvent ta virtuosité au détour des chroniques musicales de la presse du premier quart du XXe siècle. Le XIXe Siècle te remarqua dès 1901 et Le Magasin pittoresque signala ce Trio épatant en 1908 (alors composé de Geneviève Dehelly, Juliette Laval, Adèle Clément) [14]. Les Annuaires des artistes et de l’enseignement dramatique et musical (1903, 1905) retranscrivent ta biographie avec une admiration non feinte : « C’est un honneur pour notre Ecole que de produire de telles élèves » rapporte ton biographe en évoquant le concours de 1902 [15]. Il remarque « ton jeu brillant et classique, uni à de grandes qualités de mécanisme », souligne ta passion (passionnément éprise d’art, exquisément douée) et te prédit un bel avenir.

Quels furent tes compositeurs préférés ? La médaille que j’ai conservée mentionne Beethoven, Mozart, Haydn ou Bach. Mais il faut citer aussi Brahms, Schubert, Schumann et Lalo que tu interprètas en trio en 1908 à la salle Erard en compagnie de Geneviève Dehelly et de Juliette Laval [16]. De nombreux autres compositeurs sont également joués pour la radio. Et parfois, on remarque ton penchant pour les auteurs modernes comme le souligne le Comoedia en 1931 : « Mme Adèle Clément, elle, ne veut que des noms contemporains sur son programme » [17]. S’agit-il des compositeurs Gabriel Fauré (1845-1924) ou Louis Abbiate (1866-1933), tes ainés, qui apparaissent dans tes interprétations ? Apprécierais-tu aujourd’hui les interprétations de Rachael Lander de « Get Lucky » ou « Le prelude de Bach » de Tina Guo (郭婷), la violoncelliste shanghaïenne ou encore l’interprétation moderne et nerveuse des Quatres saisons de Vivaldi par la japonaise Eru Matsumoto ?

Ou préférerais-tu le style grandiose de l’incomparable Rostropovitch ?

Grande voyageuse, peut-être lassée par la vieille Europe mélancolique et les « vieilles chansons françaises » des radio-concerts, tu es partie en Extrême-Orient [18]. La chose était sans doute courante pour le monde colonial mais pour une violoncelliste habituée aux salles parisiennes ou aux radios-concerts c’était assez rare pour être souligné. Tu as joué en Chine et au Japon, peut-être même à Hanoi comme ta valise le laisse supposer [19]. As-tu suscité des vocations en Chine, à Shanghai, à Pékin… ? Au Japon, à Tokyo ? Au Viêt-Nam, à Saigon ou Hanoi ? Quand es-tu partie en Asie ? A la fin des années vingt ? En 1930 ?

GrandHotelPekin_1920Le Grand Hôtel de Pékin en 1920 © DR

En mai 1931, la revue Comoedia signale dans sa chronique musicale : « en mentionnant le succès obtenu par Mme Adèle Clément, violoncelliste, qui n’a pas craint dernièrement de pousser une pointe jusqu’en Extrême-Orient pour y faire connaître la musique occidentale. Son évangélisation dut être active si nous en jugeons par son récent concert, plein de tenue et de goût. […] Son jeu est vivant, sa technique approfondie, se prête aux plus difficiles évocations comme à l’exécution de pièces où l’émotion l’emporte sur la prouesse. Excellente sonorité qu’elle emploie judicieusement et sans emphase » [20].

Tu aimais les voyages, les portes de l’aventure comme disait Jean Hougron. Tu t’arrêtas à Tokyo à l’hôtel Sanno, à Pékin au Grand Hôtel et à Hanoi au Métropole. Tu réservas la chambre 141 au Palais de l’Etoile du Nord, « Home Sweet Home » de Pékin et fis une pause à Nankin au restaurant de La Capitale. Ton violoncelle a-t-il résonné dans le hall de ces lieux prestigieux ?

La dernière étiquette indique que ta valise a été contrôlée à la douane de Negorelo en Biélorussie non loin de Minsk. Etais-tu alors en partance pour l’Asie sur le Brest-Minsk-Moscou, voie classique à l’époque pour les voyages de l’Europe vers l’Asie ? De Moscou, le transmongolien pouvait t’emmener à Pékin au terme d’un rude voyage de plus 7600 kms à travers les montagnes de l’Oural, le désert de Gobie, les steppes de Mongolie et la Grande Muraille de Chine. Que reste-t-il de ta tournée d’Extrême-Orient ?

Traces de voyages sur la valide d’Adèle © FG

Cliquez sur les images pour les agrandir

Fille de constructeurs de chemin de fer, tu voulais respirer l’air d’ailleurs et prendre d’autres voies. Il existe aujourd’hui des modèles d’instrument à cordes qui portent ta marque « Adèle Clément ». Un violon de voyage, un violoncelle muet. Furent-ils tes compagnons de voyage ? Ont-ils été créés par expérience de ces longs périples en train ? La journaliste Lucienne Darrouy nous révèle le secret de ce violoncelle d’étude pliant et démontable que tu expérimentas en public le vendredi 18 janvier 1924 à Alger lors d’un deuxième et dernier concert à la Salle des Beaux-Arts :

« On sait que Melle Clément est l’inventeur d’un violoncelle muet (ou presque) et démontable. Elle joua cet instrument pratique en manière de démonstration, bien entendu ; car son rôle est plutôt de rendre service aux artistes en voyage, qui veulent faire des gammes dans les chambres d’hôtel sans encourir l’intolérance des tympans profane, que d’enthousiasmer les foules au profit des concertistes » [21].

Même sans le son, la chroniqueuse de L’Echo d’Alger apprécie le style de la violoncelliste : « il ne fut entre les mains de cette artiste a la foi profonde, que l’occasion d’admirer le sens inventif uni, dans une nature remarquablement équilibrée, au plus exquis sentiment artistique. ‘Pratical and poetical’ » [22].

Deux ans plus tôt, en novembre 1922, la revue Popular Science Monthly éditée à New York fait la promotion de cet objet curieux, effilé et élégant avec une illustration à l’appui [23]. Sa forme aérodynamique a-t-elle inspirée le violoncelle blanc d’Eru Matsumoto ?

AdèleClément_SilenceCello© 1922 Popular Science

Violoncelle muet et violon de voyage brevetés « Adèle Clément »

Cliquez sur les images pour les agrandir

Tu as, chère Adèle, sans le savoir, poussé ma curiosité vers l’Extrême-Orient. Le grenier-bibliothèque du Docteur Borel affichait quelques objets typiques de cette lointaine Asie : un brûle-parfum, un dessin de Fujita, des chevaux en terre cuite, une théière en fonte. Dans une malle de voyage du grenier se logeaient des kimonos japonais, des waraji et des éventails. Je n’en ai pas la certitude mais je crois que tout ceci revenait dans tes bagages de l’autre bout du monde. Personne d’autre dans la famille à cette époque ne s’était rendu aussi loin.

AdèleClément_PersonnagesChineAdèleClément_ChevauxChineObjets attribués à Adèle Clément © FG

Je perds ta trace en 1940, dernière mention dans la presse [24]. Que faisais-tu pendant l’occupation, es-tu repartie en Asie après 1934 ? De retour en France as-tu été inquiétée ? Ou au contraire, as-tu continué à jouer pendant la période du régime de Vichy ? Tu t’es sans doute mise en retrait des nouvelles mondanités. Je ne désespère pas de retrouver quelques éléments de réponse dans les archives privées ou institutionnelles ou dans la presse locale. Seize ans après, je te retrouve néanmoins, en août 1956, loin de ton petit nid rue des Fossés Saint-Jacques à Paris, à Puy-Saint-Martin dans la Drôme où tu cèdes en viager ton patrimoine familial au profit de la Mairie de la commune. Deux ans plus tard, tu devais décéder à l’âge de 74 ans, toujours seule et sans enfant.

Je te quitte, très chère Adèle, en te remerciant pour ces traces si précieuses qui ont contribué à construire mon intérêt particulier pour cette Asie des années trente si tourmentée dont les récits de Louis Roubaud, Andrée Viollis ou Albert de Pouvourville témoignent avec vigueur [25]. Un matin de juin 1930, treize insurgés du Parti nationaliste du Viêt-Nam étaient guillotinés à Yen Bay et l’Asie allait connaître les soubresauts violents des révolutions sanglantes et de la guerre totale.

François Guillemot, MàJ le 04/06/2015.

Notes

[1] Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, n° 1903, p. 492.

[2] Idem.

[3] Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, 1905, pp. 494-495.

[4] L’Aurore, n° 3389, 30/01/1907.

[5] L’Aurore, n° 4589, 31/05/1910 ; Le XIXe Siècle, n° 15001, 07/04/1911 ; L’Aurore, n° 5141, 14/12/1911 ; Le Rappel, n° 15254, 16/12/1911 et n° 15259, 21/12/1911 ; L’Aurore, n° 5545, 30/01/1913 ; L’Humanité, n° 3210, 30/01/1913 ; Le XIXe Siècle, n° 15697, 04/02/1913 ; Le XIXe Siècle, n° 15702, 09/02/1913.

[6] Le Figaro, n° 64, 04/03/1916.

[7] L’Humanité, n° 4473, 16/07/1916 et n° 4445, 18/06/1916 ; Le XIXe Siècle, n° 16649, 18/06/1916.

[8] L’Écho de Bougie (Alger), n° 1441, 22/03/1925.

[9] L’Écho d’Alger, 06/04/1925.

[10] L’Oued-Sahel, n° 228, 02/04/1925 ; voir aussi L’Écho de Bougie, n° 1443, 05/04/1925.

[11] L’Oued-Sahel, n° 227, 26/03/1925.

[12] Le Petit Parisien, n° 16934, 11/07/1923 ; L’Ouest-Eclair, n° 7970, 11/07/1923 ; Le Petit Parisien, n° 117250, 22/05/1924 ; L’Ouest-Eclair, n° 8803, 25/11/1925.

[13] Le Petit Parisien, n° 17643, 19/06/1925 ; L’Ouest-Eclair, n° 8644, 19/06/1925.

[14] Le XIXe siècle, n° 11547, 22/10/1901 ; Magasin Pittoresque, Série 3, Tome 9, 1908.

[15] Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical, 1903, p. 492.

[16] Le Magasin Pittoresque, Série 3, Tome 9, 1908.

[17] Comoedia, n° 6685, 10/05/1931.

[18] L’Ouest-Eclair, n° 8212, 09/03/1924 ; Le Gaulois, n° 16961, 13/03/1924.

[19] Paris-Soir, n° 61, 6e édition, 21/08/1940.

[20] Comoedia, n° 6685, 10/05/1931.

[21] L’Echo d’Alger, n° 5214, 17/01/1924 ;  L’Echo d’Alger, n° 5218, 21/01/1924, “Deuxième concert Adèle Clément”, par Lucienne Darrouy, p. 3.

[22] L’Echo d’Alger, n° 5218, 21/01/1924.

[23] Popular Science Monthly, Vol. 101, No. 5, November 1922, p. 62. Lien sur GoogleBooks

[24] Paris-Soir, n° 61, 6e édition, 21/08/1940.

[25] Albert de Pouvourville, L’heure silencieuse, Paris, Les éditions du Monde moderne, 1923 ; Griffes rouges sur l’Asie, Paris, Baudinière, 1933 / Louis Roubaud, Le dragon s’éveille, Paris, Baudinière, 1928 ; Viêt-Nam, la tragégie indo-chinoise, Paris, Librairie Valois, 1931 / Andrée Viollis, Changhaï et le destin de la Chine, Paris, Correa, 1933 ; Le Japon et son Empire, Paris, Grasset, 1933 ; Japon intime, Paris, Aubier, 1934 ; Indochine S.O.S., Paris, Gallimard, 1935.

tokyosannohotelBrochure de voyage du Sanno Hotel à Tokyo, circa 1935 © Blog travelbrochuregraphics

Les Suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach et le métier de violoncelliste par Anne Gastinel

AdèleClément_ObjetsTissusJaponEventail, waraji et tissus japonais © FG

Image « à la une » : Détail d’un éventail japonais d’Adèle © FG

Nos remerciements à Anne-Maître et Michel Tissier pour la traduction du russe, à Zhang Yu pour les traductions chinoises.

Dang Van Long (1919-2001) : Témoignage d’un ONS (février 1988)

[ndlr] En Annexe n° 1 du Mémoire de maîtrise de Liêm-Khê Tran-Nu (Luguern) se trouve le témoignage de Dang Van Long, ONS vietnamien, décédé le 6 décembre 2001. Dang Van Long fut un des compagnons de route du trotskisme vietnamien en France. Il évoque dans ce texte sa condition de jeune requis à l’âge de 20 ans. Reproduit avec l’aimable autorisation de Liêm-Khê que nous remercions vivement.

DangVanLong
Dang Van Long (1919-2001)

TÉMOIGNAGE DE MONSIEUR DANG VAN LONG, REQUIS EN 1939. IL VIT AUJOURD’HUI DANS LA BANLIEUE PARISIENNE. RECUEILLI EN FÉVRIER 1988.

« Je suis né le 15 mars 1919 à Hai-Duong (actuellement Hai-Hung). Ma famille était pauvre, j’ai acquis juste quelques rudiments nécessaires pour lire et écrire. J’ai été requis le 17 novembre 1939, j’ai été envoyé au camp « May Bat » à Hai Phong. Nous avons quitté Hai Phong le 15 janvier 1940 au bord de « La Tourelle » et nous sommes arrivés à Saigon le 18 janvier où nous avons été regroupés au camp « Tan Dao » à Gia Dinh, un arrondissement de Saïgon. Nous sommes restés là deux mois. Dans les camps de rassemblement, on nous rasa la tête et nous portions des uniformes pareils à des prisonniers. Nous ne pouvions pas déserter, on nous aurait retrouvé aussitôt. Nous étions 2.000 ONS [ouvriers non spécialisés] à embarquer le 18 mars 1940 à bord du « Le Minh » et nous sommes arrivés au Vieux port à Marseille le 20 avril 1940. Là, nous sommes restés aux Baumettes pendant quatre jours.

Quand nous sommes partis du pays, les Français nous promettaient que nous serions de retour après deux ans de service. Les gens qui étaient partis en France pour la guerre de 1914/1918 nous racontaient que la France était belle, qu’il y avait des grandes maisons. Ils nous disaient qu’il faisait très froid et que les Français en France ne ressemblaient pas à ceux du Viêt-Nam. Ce qu’ils nous racontaient ne nous importait peu. La plupart d’entre nous furent enrôlés de force et partaient à contrecœur.

Le 22 avril 1940, notre contingent (2.000 ONS) fut divisé en huit compagnies. Je suis parti à bourges pour travailler dans une usine d’armement. Nous travaillons huit heures par jour, on commençait à 9H00 du matin pour finir à 17H00. On pouvait aussi travailler de 5H00 à 13H00 ou de 13h00 à 21H00. Toutes les trois semaines, une équipe sur deux obtenait huit heures de congé et l’autre devait la remplacer, c’est-à-dire qu’elle devait travailler seize heures d’affilée. C’était très dur. Après la défaite de 1940, on a commencé à rapatrier les vieux, les malades, les infirmes. Quant à moi, je me suis retrouvé à Sorgues (Vaucluse). A partir de 1941, on m’a déplacé dans plusieurs endroits. Je travaillais dans divers secteurs. Les travaux de la MOI [Service de la Main d’Oeuvre Indigène…] étaient multiples. On pouvait être bûcheron, mineur, vendangeur ou ramasser des fruits, des glands ou encore travailler dans les salines. Le travail était très dur surtout pour ceux qu’on envoyait dans les salines. Ils n’avaient pas toujours des chaussures et leurs pieds étaient mangés par le sel.

Les patrons nous payaient comme les ouvriers français mais ils versaient notre salaire à la MOI. Notre salaire dépendait aussi de notre rendement. Par exemple ; si on travaillait dans la coupe de bois, on devait fournir un mètre cube de bois coupé par jour ; on recevait une prime si on fournissait plus d’un mètre cube. En 1943, je fus jeté en prison. J’ai déserté. En 1944, j’ai quitté les FFI [Forces françaises de l’intérieur] pour revenir à la MOI. Beaucoup d’entre nous faisaient de la prison car le vol était fréquent. Nous avions très faim et si nous ne volions pas, il nous était impossible de survivre. Nous volions des lapins, des moutons, des poulets, des légumes et même des bœufs et des chiens. Nous mangions tout ce qui nous tombait sous la main. La nourriture qu’on nous donnait pour 15 jours suffisait à nos besoins pour 4 ou 5 jours seulement, le reste du temps nous mangions n’importe quoi, les herbes sauvages par exemple. Tout ce que les lapins mangeaient, nous le mangions. Je n’étais pas très courageux, je n’osai voler que des navets. Il fallait faire cinq à six kilomètres pour voler car si on volait trop près du camp, on nous aurait accusé tout de suite. Tout le monde volait sauf peut-être les cuisiniers, les plantons et le personnel des bureaux.

Dans ce contexte, le travail était très pénible. Il y a eu des cas d’automutilation. Les gens coupaient des doigts de la main ou du pied pour ne plus travailler. On les envoyait alors à l’hôpital. Dans les hôpitaux, pour être bien traité, il fallait donner des cigarettes, de l’argent aux docteurs et aux infirmiers. Les gens hospitalisés passaient leur temps à jouer aux cartes ou au Soc-Dia (jeu de hasard très populaire au Viêt-Nam NDLR). Les perdants, c’était souvent le mêmes, étaient obligés de voler. C’était donc un cercle vicieux. De 1940 à 1945, il y a eu environ un millier de morts. Beaucoup avaient attrapé la tuberculose, il y avait peu de cas de tuberculose osseuse et pulmonaire mais beaucoup de tuberculose veineuse qui était à l’origine de nombreux décès. Moi-même, j’ai été tuberculeux et j’ai dû faire plusieurs séjours à l’hôpital.

En plus de tout ça, on était indésirable. Les Français du camp disaient aux habitants des alentours que nous avions des dents noires, que nous mangions des hommes et que nous étions d’excellents voleurs. Les gens les croyaient et faisaient très attention à nous. Ça nous mettait en colère. Ce fut notamment à l’origine des bagarres. Certains d’entre nous, étaient très débrouillards, ils mettaient du sable dans des bouteilles et s’en servaient comme arme pour frapper les Français qui, eux, utilisaient leurs fourches. Les gens nous détestaient plus sans doute qu’ils détestent aujourd’hui les Arabes. Nous avions peu de rapport avec les autres travailleurs coloniaux. On ne les aimait pas parce qu’ils savaient parler le français.

Les premières révoltes dans les camps n’étaient pas d’ordre politique. Elles naissaient à cause du mépris des cadres vis-à-vis de nous. Mais la solidarité n’existait pas non plus toujours entre nous. La plupart des interprètes étaient des « lèches bottes ». Il y avait beaucoup de grades qui divisaient les travailleurs en plusieurs catégories. La plupart des cadres et des interprètes faisaient tout pour monter de grade ; ils flattaient les cadres français : ils lavaient leurs vêtements, leur portaient de l’eau… En plus, il y avait des rivalités entre les gens du nord, ceux du centre et ceux de sud. Dans le même dortoir, il y avait des vols de sandales. L’ensemble des Indochinois n’était pas aimé par les Français ; on se demandait toujours : nous sommes des êtres humains comme eux, pourquoi ne nous respectent-ils pas ?

Dans ces conditions, notre unique désir était de rentrer au pays. De 1941 à 1944, on n’a eu aucune nouvelle du Viêt-nam . On entendait quelques brèves nouvelles à la radio sur la situation là-bas. C’était tout. On choisissait aussi parmi nous les plus fidèles à la France pour parler quelques minutes à la radio de Vichy. Ces messages étaient retransmis au pays. Par rapport à la guerre, nous étions indifférents. Que la France gagne ou qu’elle perde, nous avions le sentiment que notre sort serait le même.

A partir de 1944, nous recevions de temps à autre des lettres de nos familles, des brochures, des journaux de là-bas grâce aux Vietnamiens qui travaillaient sur les bateaux et qui débarquaient à Marseille ou à Bordeaux. En août 1945 , nous avons appris qu’il y avait un gouvernement indépendant au Viêt-Nam et on commençait à parler de Hô-Chi-Minh dans les camps. Nous avions beaucoup de respect pour cet homme, pour nous il avait sacrifié son existence pour le pays. A Marseille, nous descendions dans les rues pour réclamer notre rapatriement, on avait envie de rentrer. On ne savait pas pourquoi on nous faisait rester en France, en plus beaucoup étaient sans travail. Puis, on a commencé à s’organiser. Notre mouvement était très fort et dérangeait le gouvernement qui voulut alors nous faire rapatrier au plus tôt. Mais beaucoup ne voulait plus rentrer à cause de la guerre. Nous avons alors posé parmi les conditions à notre rapatriement l’arrêt immédiat de la guerre.

En mars 1948, je suis de nouveau parti de mon camp ; puis, j’ai du revenir à l’hôpital à cause de ma tuberculose. En février 1952 je suis sorti de l’hôpital et je suis allé à Paris. Je ne pouvais pas laisser ma femme et mes enfants en France. J’ai demandé l’autorisation de rester provisoirement en France auprès de ma famille et pour me soigner. »

Dang Van Long, février 1988.

Source : extrait de Tran-Nu (Luguern), Liêm-Khê, Les travailleurs indochinois en France de 1939 à 1948, Mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Vigier, Université Paris X Nanterre, 1988, Annexe 1, pp. 157-158.

* * *

Dang Van Long est l’auteur de deux ouvrages en langue vietnamienne sur le sujet :

  • Đặng Văn Long, Lính thợ O.N.S., Hanoi : NXB Lao Động, 1996.
  • Đặng Văn Long, Người Việt ở Pháp, 1940-1954, Paris : Tủ sách nghiên cứu, 1997.

Phong trào Hướng đạo ở Việt Nam / Le Scoutisme au Viêt-Nam

Scout vietnamien en RSVN © HoangSa.org
Scout vietnamien en RSVN
© HoangSa.org

[ndlr] Actualité et aperçu sur le mouvement scout vietnamien, un mouvement toléré mais non encore officiellement autorisé en RSVN. L’article rappelle succinctement l’histoire du mouvement et fait le point sur la situation paradoxale actuelle.

Hướng đạo Việt Nam một tổ chức thanh thiếu niên được thành lập vào năm 1930, là một thành viên của tổ chức Phong trào Hướng đạo Thế giới vào năm 1957.

Sau năm 1954 ở miền Bắc và năm 1975 ở miền Nam phong trào Hướng đạo đã bị chính quyền cấm hoạt động. Tuy nhiên hiện nay ở Việt Nam, Hướng đạo Việt Nam ở các tỉnh phía Nam đã tồn tại và hoạt động cho dù chưa được phép hoạt động chính thức từ phía chính quyền.

Phong trào Hướng đạo hiện đang có mặt ở 216 quốc gia và vùng lãnh thổ trên thế giới, với số hội viên ước chừng 40 triệu người. Tổ chức Hướng đạo là một tổ chức phi chính trị và tôn giáo, với mục đích là giáo dục giúp thanh thiếu niên có tinh thần yêu tổ quốc, ý thức cộng đồng và tinh thần độc lập trong các sinh hoạt.

Thông qua các hoạt động dã ngoại, cắm trại… tạo cho các Hướng đạo sinh ý thức tháo vát, chịu khó, sẵn sàng giúp đỡ mọi người và có thể thích nghi với mọi hoàn cảnh. Đây là điều kiện để chuẩn bị cho họ trở thành những công dân tốt, có trách nhiệm, biết trọng danh dự và hữu ích cho xã hội.

Hướng đạo có nghĩa là dẫn đường, từ « đạo » trong cụm từ Hướng đạo có nghĩa là đường nó hoàn toàn không có liên quan đến bất kỳ tôn giáo nào. Hầu hết các đơn vị Hướng đạo không phân biệt tôn giáo của thành viên, ngoại trừ các đoàn Hướng đạo được tổ chức riêng bởi các đoàn thể tôn giáo.

Từ lúc thành lập vào năm 1930, Hướng đạo Việt Nam đã trải qua nhiều giai đoạn, thu hút rất đông những nhân vật sau này giữ những vai trò quan trọng trên chính trường miền Bắc cũng như miền Nam. Như các ông Tạ Quang Bửu, Trần Duy Hưng, Lưu Hữu Phước, Tôn Thất Tùng, Võ Thành Minh, Phạm Ngọc Thạch, Trần Văn Tuyên, Phạm Biểu Tâm…

Lire la suite : RFA, 04/06/2013.

* * *

Carte de membre de 1974

Thẻ Hội Viên HƯỚNG ĐẠO VIỆT NAM Năm 1974

TheHoiVienHuongDao_1974_1

TheHoiVienHuongDao_1974_2

Source : Huong Dao Phu Yen Blog

Extraits choisis de témoignages d’engagés et d’un journaliste chinois au Viêt-Nam

Extraits choisis de témoignages d’engagés et d’un journaliste chinois

traduction de Joachim Boittout

(ENS de Lyon)

 

LaoZ17_1
Xing Zhiyuan (1er à gauche) en mai 1965 accompagné des reporters du Journal de la Libération © Lao zhaopian

Mes deux voyages au Vietnam

 Xing Zhiyuan

 

Première partie, l’année 1965

La passe de l’amitié est le symbole de l’amitié sino-vietnamienne et le principal couloir par lequel la Chine assistait sans compensation le Vietnam en lui fournissant des ressources humaines et matérielles – civiles et militaires – considérables.

Comme d’un commun accord, les combattants et les cadres, emplis d’une ferveur internationaliste et d’un noble héroïsme révolutionnaire inébranlable, regardèrent en même temps leur montre afin de se souvenir à jamais de cet instant solennel [celui où ils franchissent la frontière et entrent au Vietnam].

C’est l’affection profonde du peuple vietnamien à l’égard des troupes chinoises qui m’a le plus marqué après notre entrée au Vietnam. Lorsque nos troupes passèrent dans la ville frontière vietnamienne, des femmes et des enfants se pressaient des deux côtés de la route ; ils portaient des vêtements neufs, et, le visage éclairé d’un large sourire, acclamaient notre arrivée avec ardeur.

[…] Le vieil homme pris le pinceau pour tracer un commentaire ; il ne parlait pas chinois mais connaissait des caractères et gratifia l’œuvre du peintre d’un « aussi vivant que l’original », suscitant immédiatement mon plus grand respect. Un grand nombre d’évènements comparables me firent ressentir avec acuité l’amitié sino-vietnamienne, dont on peut dire que les racines sont profondes et l’histoire lointaine.

Nous avions la peau noircie par le soleil de plomb qui brillait alors, et transpirions à grosses gouttes. Nos uniformes imbibés de sueur à longueur de journée moisissaient rapidement, si bien qu’un grand nombre d’entre nous développèrent des dermatoses qui les démangeaient atrocement. Les nuits étaient légèrement plus fraîches, mais il fallait alors se prémunir contre les assauts des serpents vénéneux, des scolopendres, des sangsues et des moustiques porteurs de maladies.

LaoZ17_3
L’auteur (1er sur la gauche) en février 1979 accompagné d’un commissaire politique, d’un officier et d ‘un soldat. Photo prise à Cao Bang © Lao zhaopian

Seconde partie, le conflit sino-vietnamien de février 1979

Depuis 1975 le Nord Vietnam avait libéré le Sud Vietnam et réalisé l’unité nationale ; afin d’imposer une hégémonie régionale, les autorités vietnamiennes appliquèrent des politiques de lutte et d’expulsion antichinoises. Animées d’un nationalisme étroit, elles mirent à la porte et poussèrent hors des frontières les chinois et les chinois d’outre-mer qui avaient largement contribué au développement économique de la région et à la résistance anti-américaine au Nord et au Sud du pays. Ils renvoyèrent ainsi 270.000 chinois en Chine, et en poussèrent quelques 100.000 autres à prendre la mer que leur errance au gré des flots conduisit en telle ou telle terre, déclenchant ainsi le phénomène qui choqua le monde entier, connu sous le nom de « boat people ». Les dirigeant Vietnamiens estimaient qu’après dix ans de troubles, la Chine était affaiblie et n’avait aucun moyen de riposter, aussi ordonnèrent-ils l’établissement de garnisons à la frontière sino-vietnamienne, tout en n’ayant de cesse de susciter des différends frontaliers, de massacrer les populations frontalières chinoises, et d’accaparer notre territoire. Ils prirent les conseils et la conciliance dont la Chine fit preuve pour un aveu de faiblesse et n’eurent de cesse de nous défier. Rien que dans l’année 1978, les troupes vietnamiennes pénétrèrent à plusieurs reprises en Chine et tuèrent plus de trois cent militaires et civils sur la frontière, appelant à « une guerre à grande échelle ».

[Les chinois d’outre-mer] s’étaient battus avec ardeur et avaient versé leur sang dans la lutte contre l’envahisseur américain pour la libération du Sud, et voilà qu’aujourd’hui ils ne possédaient même plus la moindre parcelle de terre au Vietnam. Face au grand nombre de défis insensés dont faisait preuve l’armée vietnamienne, notre armée ne put se contenir […].

À la différence de la campagne menée contre les États-Unis afin de porter assistance au Vietnam quelques dix ans auparavant, nous ne vîmes pratiquement pas l’ombre d’un Vietnamien lors de l’avancée de nos troupes. Les autorités leur avaient strictement interdit d’entrer en contact avec nous, et avaient chassé les populations  dans les forêts des zones montagneuses et dans les cavernes ; placées sous la surveillance de l’armée, elles ne pouvaient regagner leurs familles.

Réf. :  « Mes Deux voyages au Vietnam » est extrait du volume n°17 de la revue Lao zhaopian, paru en janvier 2001 (pp. 6-13), édité par Feng Keli.

 


LaoZ10_1
Soldats chinois à 19km de Pa Tan (province de Lai Chau au Viêt-Nam) © Lao zhaopian

Le jour tenu secret

 Chen Junkang

 

[…] Le voyage à Pékin de Hô Chi Minh [avait] transformé la myriade d’hommes des troupes chinoises en combattants internationalistes, qui se ruèrent en terre étrangère pour « porter assistance au Vietnam et lutter contre les États-Unis » comme on disait alors.

La tâche principale de notre unité était de se rendre à Diên Biên Phu pour couvrir l’unité de génie qui subissait alors le déferlements des assauts des avions ennemis ; cette unité devait alors réparer de toute urgence la route n°20 qui traversait le Laos et reliait le Sud du Vietnam.

Par un soleil de plomb sur la route de montagne sinueuse, écrasés par la chaleur, nous ne rencontrions quasiment aucun Vietnamien. Au début, après avoir franchi la frontière nous étions toujours à la recherche de quelque spectacle extraordinaire en cette terre étrangère si bien que lorsque nous apercevions des bornes kilométriques en langue étrangère sur le bord de la route, les compagnons d’armes revêtus d’un uniforme de l’armée nord-vietnamienne arrêtait la voiture pour se rassembler autour de celle-ci et en faire une photographie.

La fréquence des bombardements menés par l’armée américaine s’intensifiait de sorte que nous pouvions voir à tout moment sur notre route les vastes cratères laissés par les bombes ennemies. Les ponts étaient presque tous détruits […].

Le matin du 9 septembre 1967, des dizaines d’avions de chasse américains bombardèrent à tour de rôle nos pièces de DCA, imposant leur supériorité à l’artillerie chinoise qui venait alors d’entrer au Vietnam. La formation de F105 descendait en piqué pour lâcher ses bombes. C’était la première bataille que livrait l’unité depuis son entrée au Vietnam […].

[…] À cette époque c’est la Chine qui alimentait de façon continue le Vietnam en produits de consommation courante, qui constituaient une grande partie de ceux utilisés par les Vietnamiens, témoignage de la présence réelle du grand frère chinois à leurs côtés.

En ce temps là, de sérieuses divergences idéologiques séparaient les partis communistes chinois et russe ce qui rendait la position du Vietnam, pris en étau entre ces deux grands frères, fort délicate. La révolution battait son plein en Chine, et le Président de la République Populaire, Liu Shaoqi, avait subi critiques et attaques, ce qui intriguait les troupes vietnamiennes. Lorsqu’ils nous arrivaient d’avoir des interactions, nous les menions avec la plus grande prudence.

Réf. : « Le jour tenu secret » est extrait du volume n°10 de la revue Lao zhaopian, sorti en février 2003 (pp. 58-65), édité par Wang Jiaming.

LaoZ10_3
Souvenir du Viêt-Nam. L’auteur (au 2e rang et dernier sur la droite)
au sein d’un groupe de soldats chinois et vietnamiens © Lao zhaopian

 


LaoZhaopian4
Meng Xiangwen au Viêt-Nam dans une zone qui fut inspectée par Ho Chi Minh © Lao zhaopian

1967 : Assister le Vietnam et lutter contre les Américains

Meng Xiangwen

La plupart étaient de nouvelles recrues que le combat emplissait d’ardeur. Chacun avait écrit une lettre de détermination, d’aucuns s’étaient même mordu la main pour les écrire avec leur propre sang. Tous manifestaient leur détermination à remplir leur mission au péril de leur vie, désireux de faire honneur à leur pays. L’expression « faire honneur à son pays » était employée à dessein, car l’URSS avait également envoyé des unités au Nord Vietnam chargées d’assurer la défense antiaérienne (les unités envoyées étaient des sections équipées de missiles téléguidés, des engins plus modernes que les nôtres ; en outre, la majeure partie d’entre elles étaient en garnison sur des zones particulièrement exposées). Les relations sino-soviétiques s’étaient détériorées et les armées des deux pays profitaient en secret de leur présence au Vietnam pour rivaliser de puissance, afin d’apparaître sous leur meilleur jour et de gagner les faveurs du Vietnam. C’est à cet effet que nos dirigeants avaient insisté à maintes reprises sur le fait qu’en arrivant au Vietnam nous aurions à livrer deux batailles : la première militaire, avec l’armée américaine, la seconde politique avec les troupes soviétiques.

Une autre raison expliquait que nos défaites initiales : avant que le commandant ne donne un ordre, il fallait lire un passage des Propos de Mao Zedong ; je me souviens que les phrases qu’on récitait le plus souvent étaient les suivantes : « ne pas se lancer dans une bataille sans l’avoir préparée »  ou  « appliquons-nous à anéantir l’envahisseur ». Parfois, avant même que le commandant n’ait donné l’ordre d’ouvrir le feu, on entendait le bruit des avions ennemis qui passaient. Après quelques leçons [tirées des Propos Mao Zedong] et avec l’accord des supérieurs nous cessâmes de réciter ces phrases. Durant l’été, nous abattîmes successivement plusieurs avions ennemis, ce qui combla d’aise les Vietnamiens. Le président Hô Chi Minh vint personnellement sur notre front en inspection et pour nous redonner courage.

Au Vietnam, la Chine et l’URSS livraient chacun la guerre de leur côté, les zones qu’elles défendaient étaient séparées, et les deux armées n’entretenaient pratiquement aucun relation. Mais lorsqu’ils leur arrivaient de se croiser par hasard, il se passait des choses fâcheuses. Il paraît qu’un véhicule de l’unité de DCA qui nous précédait tomba un jour nez à nez avec un autre véhicule des troupes soviétiques le long de la route n°1. Chacun voulait passer avant l’autre, si bien que la situation se tendit singulièrement, et l’on en vint aux armes. La Chine eut l’avantage sur l’URSS dans cet accrochage, aussi les Russes allèrent-ils se plaindre auprès du gouvernement vietnamien pris en tenaille entre ses deux grands-frères. Il lui était malaisé de se prononcer en faveur de l’un ou de l’autre si bien qu’il dut se contenter d’apaiser la situation.

Réf. : « Porter assistance au Vietnam et lutter contre les États-Unis » a été publié dans le n°5 de la revue Lao zhaopian (pp. 9-14), édité par Wang Jiaming.

LaoZhaopian3
Certificat de décoration décerné à l’auteur et signé le 17 mars 1968 par Pham Van Dong, premier ministre de la RDVN
© Lao zhaopian

Textes traduits du chinois par Joachim Boittout, à lire en regard du CR de lecture publié (le 19 mars 2013) sur Mémoires d’Indochine « Vivre la guerre, raconter la guerre : l’engagement de l’Armée Populaire de Libération chinoise aux côtés du Nord-Vietnam de 1965 à 1967 et en 1979 vu par ses acteurs ».

1975 ex-VNAF Medical Engineer reeducation document

[ndlr] Le site Imnaha Stamps rassemble une collection de documents uniques sur la République du Viêt-Nam (Sud). Le document présenté ci-dessous est un certificat de rééducation émis sous la République du Sud Viêt-Nam (mai 1975- juillet 1976) par le Comité militaire en charge de la gestion de la ville de Saigon – Gia Dinh (Ủy ban Quân quản thành phố Sài Gòn – Gia định) mis en place le 7 mai 1975 par les nouvelles autorités communistes.

On 3 May 1975, just three days after the fall of Saigon on 30 April, the Communist Vietnamese government issued « Order Number One » requiring all citizens of the former Republic of Viet Nam to register with the new regime. Military personnel were among those targeted for reeducation or « thought reform » in addition to registration, the length of which depended on Communist perceived degrees of « guilt. »

Figure 8: 1975 ex-VNAF Medical Engineer reeducation document
© Imnaha Stamps

 

Figure 8 shows a Communist South Viet Nam (Cong Hoa Mien Nam Viet Nam) document ordering a former VNAF Medical Engineer of rank private (« Binh Nhi ») to report for reeducation.

Most noncommissioned officers and privates were generally released after several days of reeducation classes. High-ranking officers and those who had served in intelligence, marine, airborne and ranger units were not so lucky. Those sent to reeducation camps faced hard labor, persistent hunger and daily indoctrination sessions; many ex-military personnel spent more than a decade in the camps and a large number did not survive the duration.

Texte extrait de la page « Republic of Viet-Nam Air Force (VNAF) – Related Military Documents » (VNAF Postal History – Imnaha Stamps)

Source : Imnaha Stamps – Vietnam Military Mail

L’année 1972 vue « d’en bas » – Traces et mémoires de neuf mois de bombardements sur Hanoi

Table-ronde organisée et animée par Olivier Tessier (EFEO) – 08 nov. 2012 – 18h00 – Auditorium de L’Espace à Hanoi

Participants : Mme Huyen Mermet (Dao Thanh Huyen) et M. Dang Duc Tue, jour­na­lis­tes et co-auteurs de « Dien Bien Phu vu d’enface » (Paris, Nouveau Monde éditions, 2010).

L’ate­lier por­tera sur la vie des habi­tants de Hanoi et du Nord Vietnam (RDVN) pen­dant la guerre du Vietnam. Ce tra­vail est le fruit d’une enquête de terrain réalisée sur près de 100 témoins ayant vécu les 12 jours et nuits de bom­bar­de­ments aériens à Hanoi en 1972.

Traduction simultanée
Entrée libre

* * *

Vivre et mourir à Hanoi en 1972

Exposition organisée et coordonnée par Olivier Tessier (EFEO) – 11 oct./09 nov. 2012 – Hall d’exposition de L’Espace

La vie quotidienne à Hanoi sous les bombes en 1972.

L’Exposition vous présente aussi chronologiquement l’enchaînement des phases de bombardements (cibles stratégiques, forces aériennes engagées, destructions et victimes civiles et militaires) ainsi que le processus des négociations parallèles.

Vernissage :
11.10 – 18h00
Exposition :
11.10>09.11

Entrée libre

Pour voir le programme, double clic sur l’image ci-dessous.