Archives de catégorie : Workshop / Journées d’étude

L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits – Journée d’études – vendredi 18 mars 2016 – IrASIA

Journée d’études

Vendredi 18/03/2016

9h00 à 17h00

« L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits »

Aix-en-Provence, Site Schuman

Pôle Multimedia, Salle de colloque 2

Programme et affiche (PDF) :

Journée d’études IrAsia 18 mars 2016_Affiche

JE_L'AsieEtLaMer_IrAsia_18-03-2016

Asiatiques au travail en France durant les deux guerres mondiales – Journée d’études – 1er avril 2016

Affiche de la journée d’études consacrée aux Travailleurs indochinois. Vendredi 1er avril 2016, Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la Recherche, salle D30 avec Laurent Dornel, Daniel Héméry, Mireille Lê Van Hô, Liêm-Khê Luguern et Laure Teulières.

JournéeEtudes_TravailleursIndochinois_Toulouse04-2016Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Les travailleurs Indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales

[ndlr] Annonce d’une journée d’études consacrée aux « Travailleurs indochinoise » du Sud-Ouest de la France suivi d’une exposition.

Les travailleurs indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales (1914-18 / 1939-45)

Journée d’études

Vendredi 1er avril 2016 (14 h – 17 h)

Avec la participation de Laurent Dornel, Daniel Hémery, Mireille Lê Van Hô, Liêm-Khê Luguern…

Le laboratoire FRAMESPA organise une journée d’études à la Maison de la Recherche, Université de Toulouse-Jean Jaurès, salle D30, suivie d’une conférence-débat à 19 heures et du vernissage de l’exposition “Les travailleurs Indochinois en région toulousaine pendant  les deux guerres mondiales” à 20 h30.

★ ★ ★

Exposition

du 2 au 23 avril 2016

à l’Espace Diversités Laïcité, 38 rue d’Aubuisson, Toulouse

Exposition conçue par Dzu Lê-Liêu, Liêm-Khê Luguern et Laure Teulières

L’exposition rapproche de façon inédite l’expérience d’une migration coloniale durant les deux guerres mondiales. En 1915, puis en 1940, des dizaines de milliers d’Indochinois, des Vietnamiens surtout, ont été amenés en France. Les archives font revivre la dure condition des travailleurs, le dépaysement, l’exploitation, mais pour certains aussi l’occasion d’un itinéraire social atypique, de solidarités et de fréquentations nouvelles… L’iconographie fait redécouvrir ce pan d’histoire méconnue et les sites concernés en région toulousaine. À travers les témoignages, et les transformations d’une génération à l’autre, c’est le point de vue de ces hommes qui s’exprime, ceux rentrés au pays comme ceux qui ont poursuivi leur vie en France.

Télécharger le Flyer : ExpoTravailleursIndochinois_Toulouse2016

Pierre Goubert ou comment faire oeuvre d’historien [journée d’études]

[ndlr] Journée d’études à l’ENS de Lyon.

Pierre Goubert ou comment faire oeuvre d’historien

Centenaire de sa naissance

GoubertPierre

le mardi 13 octobre 2015
14h-17h30

Site René Descartes – 15 parvis René Descartes

Salle F08

Son oeuvre ne cesse encore aujourd’hui d’interroger les historiens.

« Comprendre, faire comprendre et faire revivre », c’est ce que Pierre Goubert écrit de sa conception du travail d’historien dans la préface à la réédition de Louis XIV et vingt millions de Français en 1976.

Cette journée d’études sera donc l’occasion de questionner les pratiques de l’historien, en réfléchissant aux différentes voies et aux perspectives ouvertes par Pierre Goubert qui nourrissent encore aujourd’hui la recherche historique.

Journée organisée en partenariat avec le département de sciences sociales de l’École normale supérieure de Lyon et l’association des anciens élèves des ENS de Lyon/Fontenay/Saint-Cloud.

Programme

  • 14h : Présentation de la journée, Thibaut Poirot, agrégé d’histoire (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • 14h15 : « Pierre Goubert et la vie quotidienne d’Ancien Régime paysan », Daniel Roche, professeur honoraire (Collège de France)
  • 14h40 : « Pierre Goubert, historien de la ville moderne », Maurice Garden, professeur honoraire (Lyon 2/ENS Cachan)

Discussion et pause

  • 15h40 : « L’économie de l’Ancien Régime dans l’œuvre de Pierre Goubert », Guillaume Garner, maître de conférences (ENS de Lyon)
  • 16h05 : « Pierre Goubert, historien de la culture ? », Françoise Dartois-Lapeyre, maîtresse de conférences (Paris IV/Espé Paris)
  • 16h30 : « La voix écrite de Pierre Goubert », Nicolas Schapira, maître de conférences HDR (UPEM)

16h55 : Discussion

  • 17h10 : Conclusions par Igor Moullier, maître de conférences, directeur du département des sciences sociales (ENS de Lyon)

Source : ENS de Lyon / Voir aussi : Calenda

A La Fabrique de l’Histoire : Louis XIV 4/4 : Louis XIV vu par l’historien Pierre Goubert ou la révolution historiographique

Notice Wikipedia

9e Rencontre du Réseau National DocAsie à Lyon

L’Institut d’Asie Orientale (IAO, UMR 5062) et le Service Commun de la Documentation de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (SCD Lyon 3) organiseront les 24, 25 et 26 juin 2015 la 9e rencontre du réseau national DocAsie (réseau des bibliothécaires et documentalistes travaillant sur l’Asie en France), rencontres organisées chaque année dans différentes villes depuis 2007 (Marseille, Paris, La Rochelle, Nice).

Préservation et valorisation des collections asiatiques

Du 24 au 26 juin 2015 à Lyon

Compte tenu de l’importante documentation sur l’Asie à Lyon, le comité de pilotage du réseau DocAsie a prévu de l’organiser à Lyon au sein de l’ENS de Lyon et du campus de l’Université Lyon 3. Cette réunion va réunir une quarantaine de personnes autour de la thématique « préservation et valorisation des collections asiatiques ».

Ces journées sont l’occasion d’échanger sur les méthodes de travail avec les différents acteurs de la documentation dans le domaine des études asiatiques en France. Ce réseau est un outil indispensable à la recherche, et bien entendu également  à Lyon, le réseau comptant entre autres partenaires, outre l’IAO, la Bibliothèque Municipale de Lyon (fonds chinois) et le SCD de l’Université Lyon 3.

Programme (PDF)

Source : DocAsie

Mémoire sculptée de la guerre : une modernité possible ? Rouen – 5 juin 2015

[ndlr] Annonce d’une belle journée d’études à l’Université de Rouen.

Journée d’études organisée par Claire Maingon et Sandra Dubbeld

Le 5 juin 2015, à l’Auditorium du Musée des Beaux-arts de Rouen.

Cette journée d’étude organisée par l’Université de Rouen propose de resituer un choix de monuments commémoratifs (projets ou réalisations) par rapport aux problématiques de la commande publique, de l’académisme et de la modernité. Il s’agit bien ici d’interroger la possibilité d’être innovant, créatif, personnel, dans l’exercice très contraint de la commande publique. En adoptant une esthétique moderne, par exemple abstraite, mettrait-on en danger la fonction du monument ? La question que pose cette journée d’étude est celle du rapport dialectique entre le sens et la forme du monument commémoratif de la guerre, ces monuments de mémoire.

JE_MémoireSculptée_5juin2015

Intervenants :

  • 10h : Accueil, en présence de Sylvain Amic, directeur des musées de Rouen
  • 10h20 : Introduction : Claire Maingon (Maître de conférence en histoire de l’art contemporain, Université de Rouen) et Rémi Dalisson (Professeur d’Histoire, Université de Rouen)
  • 10h30-11h : Nicolas Coutant (Directeur du musée d’Elbeuf) : « Les monuments aux morts de 1870 en Haute-Normandie »
  • 11h-11h30 : Claire Garcia (docteur en histoire de l’art) : « Vers une réinvention de la commémoration. Conventions formelles et libertés plastiques : un dialogue impossible ? »
  • 11h30-12h : Christine d’Abboville (historienne de l’art) : « Les monuments de la grande guerre : mécanismes de la souscription et de la commande publique, choix idéologiques »
  • Discussion

12h30-14h : déjeuner

  • 14h15 – 14h45 : Alice Margotton (doctorante en histoire de l’art, Montpellier) :  » La modernité dans les monuments aux morts, le cas d’Ille-sur-tet par Raymond Sudre »
  • 14h45- 15h15 : Matthieu Chambrion (conservateur du patrimoine à la direction de l’inventaire du patrimoine de la région Centre) :  « Remplacer les bronzes fondus sous l’Occupation en région Centre : une renaissance de la statuaire publique ? »
  • 15h15-15h45 : Sebastien Gokalp (Conservateur du patrimoine, Musée d’art moderne de la Ville de Paris) : « La Victoire chez Lucio Fontana »
  • Discussion

Téléchargez le programme en PDF

Source : GRHis / Université de Rouen EA 3831

Journées d’Etude : Le terrain dans l’étude de l’Asie – 30 & 31 mars 2015

TerrainEtudeAsie_2015[ndlr] Les 30 et 31 mars 2015, Journée d’étude : « Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche » organisée par les doctorants de l’IAO. Salle de conférence du site Buisson de l’Institut français de l’éducation (ENS de Lyon). Programme des deux journées.

 

Le terrain dans l’étude de l’Asie :

retours d’expériences et stratégies de recherche

Journée d’étude organisée par l’Institut d’Asie orientale (CNRS/UMR 5062) avec le soutien du GIS Asie et de l’UPS 2999 Réseau Asie & Pacifique.

30 et 31 mars 2015

Salle de conférence, site Buisson de l’Institut Français de l’Éducation (ENS de Lyon)

 

Lundi 30 mars 2015

9h-10h : Accueil des intervenants et du public

10h-10h30 : Introduction et remerciements de Christine Cornet, directrice adjointe de l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062)

10h30-12h30 : Session 1 : Définition et préparation du terrain entre adaptations et accommodements

Présidents de session : Audrey Baron-Gutty (chercheuse associée, IAO) et Paul van der Grijp (IAO)

  • Audrey Soula (LISST) : “Quand la catastrophe de Fukushima vient bouleverser la recherche ethnologique. Stratégies d’adaptation sur le terrain au Japon”.
  • Benoit Granier et Nicolas Leprêtre (IAO) : “Obtenir et réaliser des entretiens avec les acteurs haut-placés d’une politique publique au Japon. Expériences de terrain d’une recherche sur les villes intelligentes japonaises en 2014”.
  • Yumiko Yamamoto (CERI / Sciences Po) : “Particularités de la recherche bibliographique et de la prise d’interviews au Japon, en Chine et en Inde dans une perspective comparée : à partir d’étude de cas d’Aide au développement en Afrique de l’Ouest”.

12h30-14h30 : Pause déjeuner

14h30-16h30 : Session 2 : Au cœur du terrain historique : contraintes et méthodes dans l’accès et le traitement des données

Président de session : Jean-François Huchet (INALCO)

  • Cécile Armand (IAO) : “Glissements de terrain publicitaire à Shanghai : comment l’apprenti-e chercheur-se peut-il/elle s’adapter aux contraintes d’une certaine recherche historique en Chine ?”.
  • Vladimir Stolojan-Filipesco (CESSMA) : “Le passé comme terrain en Asie de l’Est, l’exemple de Taïwan”.
  • Tan Xinxin (IAO) : “Du terrain physique au terrain virtuel : fouille et dépouillement des sources par les approches numériques”.

19h : Buffet dînatoire

* * *

Mardi 31 mars 2015

9h-9h30 : Accueil des intervenants et du public

9h30-12h30 : Session 3 : Stratégies de terrain (1) : cas d’études en Chine

Présidentes de session : Cao Liuying (ENS de Lyon, East China Normal University) et Fleur Chabaille (Université Lyon 2, IAO)

  • Pascale-Marie Milan (LARHRA), “L’intrication du personnel et du politique. Stratégies et tactiques de terrain chez les Mosuo de Chine (Yunnan/Sichuan)”.
  • Zhou Mingchao (LTD) : “Enquêter dans une école pour les enfants de travailleurs migrants ruraux en Chine : l’identité de l’enquêteur en question sur le terrain”.

Pause (15 minutes)

  • Russell Yves (CECMC) : “Approcher le monde de l’enseignement chinois, toute une histoire…”
  • Sun Jiawen (CECMC) : “Surmonter le fossé générationnel : imitation, empathie et intégration”

12h30-14h : Pause déjeuner

14h-17h : Session 4 : Stratégies de terrain (2) : cas d’études en Asie orientale et du sud

Présidente de session : Danielle Tan (Sciences Po Lyon, IAO)

  • Charlotte Thomas (CERI / Noria Research) : “L’exploration de Juhapura et de ses habitants grâce à la méthode ethnographique : une plongée au cœur du ghetto musulman par le truchement du microscope”.
  • Jérôme Soldani (Institut d’Histoire de Taïwan) : “Comme un éléphant dans un magasin de porcelaine : enquêter auprès dʼune équipe professionnelle de baseball à Taïwan”.

Pause (15 minutes)

  • Laurent Sovet (Paris, CNAM) : “Conduire des recherches en psychologie en Corée du Sud : un retour d’expérience”.
  • Judith Audin (CEMC / EHESS) et Adrien Fauve (CERI / Sciences Po) : “Enquêter dans des villes en situation autoritaire : quelles spécificités méthodologiques et théoriques des terrains asiatiques ? Une comparaison Chine-Kazakhstan”.

17h-17h30 : Conclusion de la journée d’étude

Source : http://journeeasie.blogspot.fr/

logo-iao2

gis-Asie

Indochina, Thailand, Japan and France during Word War II – International workshop – Tokyo 6/7 Dec. 2014

Un important workshop international s’est déroulé les 6 et 7 décembre 2014 à l’Université de Waseda (早稲田大学) à Tokyo. Organisé par le professeur Masaya Shiraishi de l’Institut de recherche sur l’Asie-Pacifique (WIAPS), il rassembla près de vingt chercheurs japonais, vietnamiens, chinois, taïwanais, thaïlandais et français. Un état des lieux des recherches et un inventaire des fonds d’archives ont été dressés, principalement dans les pays d’Asie et en France. Une seconde édition sera organisée pour établir l’état des recherches et des fonds d’archives en langue anglaise. Ce programme de recherche a pour objectif de renouveler le champ des études sur le Japon et la péninsule indochinoise durant la Seconde Guerre mondiale.

La première journée a été consacrée à l’état des recherches et des fonds d’archives disponibles au Japon, au Viêt-Nam, à Taïwan puis en Chine sur la période 1940-1945. La seconde journée a poursuivi l’investigation en France, en Thaïlande, au Cambodge puis au Laos. Enfin, les recherches sur l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est ont été exposées notamment à travers les collections de l’université Waseda sur l’Indonésie, les Philippines ou Singapour. Ces deux jours de réflexion et d’analyse se sont terminés par une discussion générale et les remarques conclusives du professeur Shiraishi sur les futurs développements scientifiques de ce programme. Une prochaine rencontre internationale est d’ores et déjà programmée à Hanoi (Viêt-Nam) à l’automne 2015.

FG

WasedaUniversity_logo

Indochina, Thailand, Japan and France during Word War II: Overview of the Existing Literature and Related Documents for Future Development of Research.

Waseda University Institute of Asia-Pacific Studies (WIAPS) & Kaken Study Team on Japan-Indochina relations

Program of International Workshop December 2014 (update version) – Tokyo

6 December (Sat.)

09:0009:30 Opening Session

  • Brief introduction by the Organizer: Masaya Shiraishi (Waseda University)
  • Welcome speech by GSAPS Dean: Yasushi Katsuma (Waseda University)
Japan-Indochina_WasedaWorkshop_1
Overview of the workshop © 2014 FG

09:3010:15 Keynote speech: moderator Masaya Shiraishi

  • Kenichiro Hirano (Executive Director of Toyo Bunko (The Oriental Library), Professor Emeritus of University of Tokyo and Waseda University; Former Director-General of Japan Center for Asian Historical Records)

Opening remarks: On the use of official documents: Beyond JACAR database

10:3012:00 Japan: moderators Kenichiro Hirano & Masaya Shiraishi

  • Motoo Furuta (University of Tokyo)

Current trend of the study in Japan

  • Kyoichi Tachikawa (National Institute of Defense Studies)

Historical documents related to the relations between Japan and French Indochina during the Second World War collected by the archives in Japan: Diplomatic Archives of the Ministry of Foreign Affairs and National Institute for Defense Studies of the Ministry of Defense

13:3015:00 Vietnam: moderators Nguyen Tien Luc & Junichi Iwatsuki

  • Nguyen Van Kim and Vo Minh Vu (University of Social Sciences and Humanities, Hanoi)

Status of archives and research on Vietnam-Japan relationship during Word War II

Commentators: Nguyen Tien Luc (University of Social Sciences and Humanities, Hochiminh City) & Junichi Iwatsuki (University of Tokyo)

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_4
Yi-Ling Lee (Taichung City Government Tourism Bureau) and Yuyama Eiko (Hokkaido University) © 2014 FG

15:1517:30 China/Taiwan: moderator Shinzo Hayase

  • Shiu Wen-tang (Institute of Modern History, Academia SINICA)

A survey of the researches and the archives on the Vietnamese studies in Taiwan

  • Yi-Ling Lee (Taichung City Government Tourism Bureau, formerly Institute of Taiwan History, Academia SINICA) and Eiko Yuyama (Hokkaido University)

Introduction to the materials related to the French Indochina archived in Taiwan

  • Bi Shihong (Yunnan University)

A study of the international relations of Indochina during World War II by mainland China

18:30Reception

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_2
Scholars from Vietnam, France, China, and Japan. Prof. Vo Minh Vu, K. Tachikawa, Nguyen Van Kim, […], Nguyen Tien Luc, M. Shiraishi, F. Guillemot, M. Furuta, H. Sasagawa, Bi Shihong © 2014 FG

 * * *

7 December (Sun)

09:0010:30 France: moderators Motoo Furuta & Iwatsuki Junichi

  • Chizuru Namba (Keio University)

An introduction to French research and historical sources concerning Indochina under French-Japanese rule

  • Francois Guillemot (CNRS, Lyons Institute of East Asian Studies)

Knowledge in France of Japan and Indochina (1940-45): Academic works, narratives, and archives

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_5
Prof. Namba Chizuru (Keio University) © 2014 FG

10:4512:00 Thailand: Moderator Eiji Murashima

  • Nongluk Limsiri (Institute of Management Panyapiwat)

The studies of Thailand-Japan relations in the context of Japanese presence in Thailand during the World War II

  • Preeyaporn Kantala (Waseda University)

Survey Thai materials in the Second World War: Thai Government records and newspaper

Commentator: Prof. Eiji Murashima (Waseda University)

13:3014:15 Cambodia: Moderator Shinzo Hayase

  • Hideo Sasagawa (Ritsumeikan Asia Pacific University)

Cambodia during World War II: The Status Quo on existing studies and documents

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_6
Prof. Sasagawa Hideo (Ritsumeikan Asia Pacific University) © 2014 FG

14:1515:00 Laos: Moderator Eiji Murashima

  • Yoko Kikuchi (Tokyo University of Foreign Studies)

Laos during World War II: Overview of existing literature and related documents

15:1516:00 Japan’s Southeast Asia Policy: Moderator Shiu Wen-tang

  • Shinzo Hayase (Waseda University, Institute of Asia-Pacific Studies)

The compilation of records of the Japanese occupation of Southeast Asia

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_3
Scholars from Japan, Taiwan and Thailand. Prof. C. Namba, E. Yuyama, Yi-Ling Lee, Nongluk Limsiri, Preeyaporn Kantala © 2014 FG

16:0017:00 Moderator: Masaya Shiraishi (Waseda University)

  • Summary Discussion

17:0017:15 Closing Remarks: Masaya Shiraishi (Waseda University)

* * *

Exhibition of Related Documents

Collection de documents publiés au Japon sur l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est principalement aux Philippines et en Indonésie. On notera les collections photographiques concernant l’Indonésie, la Thaïlande, Singapour ou l’Indochine. Ici quelques images des troupes japonaises à Hanoi, Bac Ninh ou Saigon. © Waseda University / photos FG.

* * *

どうもありがとうございます

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_7
Bento’s workshop © 2014 FG

Dominique Foulon : La situation sociale vietnamienne – une lutte des classes qui ne poserait pas la question du pouvoir ?

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

La situation sociale vietnamienne : une lutte des classes qui ne poserait pas la question du pouvoir ?

Par Dominique Foulon

Carnets du Viêt Nam

Résumé :

Les manifestations et les émeutes qui ont secoué le Viêt Nam voici deux semaines ont surpris par leur importance et par leur violence. On dénombre en effet 22 provinces touchées par le phénomène selon la presse vietnamienne. Toutefois, pour exceptionnelles qu’elles soient par leur ampleur, ces violences ne sont pas inhabituelles dans la vie sociale vietnamienne de ces dernières années. La contestation ouvrière et paysanne est une donnée récurrente de la vie politique du pays même si elle fait rarement la une de la presse. Au delà du caractère strictement revendicatif, cette contestation a engendré des attitudes de défiance avec l’autorité dans différents secteurs de la société. Cela ne signifie pas que, comme on le lit, souvent en pareil cas, que le pouvoir serait sur le point de s’écrouler, on pourrait même s’interroger pour savoir si, en définitive, au delà du spectaculaire ces évènements ne seraient pas la preuve d’une certaine “normalité” ? Une lutte de classe traditionnelle qui toutefois ne poserait pas directement la question du pouvoir politique.

Dominique Foulon à l'Institut d'Asie Orientale © 2014 IAO
Dominique Foulon à l’Institut d’Asie Orientale © 2014 IAO 

* * *

Les émeutes qui ont secoué le Viêt Nam voici deux semaines ont surpris par leur violence et par leur multiplicité puisque l’on dénombre 22 provinces touchées par le phénomène selon la presse vietnamienne. En effet, elle annonce que le calme est revenu dans 22 provinces c’est donc, par déduction, qu’il n’y avait pas le calme auparavant…

Le nombre de manifestants est, lui aussi, inhabituel et démontre, si besoin était, l’émotion et l’exaspération que les multiples incursions et provocations chinoises aux alentours des îles contestées suscitent dans l’opinion publique. Cependant au delà de ce que les médias présentaient comme une vague de protestation nationaliste, voire xénophobe, me revint en mémoire le couplet d’une de mes chansons préférées :

« Une explosion fantastique
N’en a pas laissé une brique.
On crut qu’c’était Fantômas,
Mais c’était la lutte des classes »

La Java des bons enfants

Chanson de Guy Debord
Musique de Francis Lemonnier

Pour exceptionnelles qu’elles soient, ces violences ne sont pas une nouveauté au Viêt Nam. Depuis des années des contestations importantes émaillent l’actualité sociale du pays. Mais l’attaque et la mise à sac de sociétés chinoises, taïwanaises, sud-coréennes posent, à mon avis, d’autres questions que celles qui tournent autour de la question de la souveraineté des îles Hoàng Sa et Truong Sa. Depuis des années les grèves qui ont éclaté dans les entreprises avec des capitaux provenant de ces pays outre des revendications classiques de salaires et de conditions de travail mettent aussi, surtout, en avant de manière récurrente et précise, le respect de la dignité humaine. Nous y reviendrons.

Mme Le Hien Duc incarnation de la lutte contre la corruption © Nguyen Xuan Dien
Mme Le Hien Duc incarnation de la lutte contre la corruption © Nguyen Xuan Dien

Une longue liste de troubles sociaux :

  • En 1997, des émeutes paysannes avaient éclaté dans la province de Thai Binh au sud de Haiphong, ces violences firent plusieurs morts. Il y eut à l’époque de nombreux articles mais, à ma connaissance, aucun film ni aucune photo n’ont été diffusées.
  • En 2001, plusieurs personnes ont été blessées et de multiples arrestations ont été effectuées lors des manifestations des minorités ethniques dans les Hauts-plateaux du Centre du Vietnam. Des « provocateurs (déjà) ont détruit des bâtiments publics, y compris une école mardi à Buon Me Thuot, capitale de la province de Dac Lac » écrivait alors un quotidien. Ces incidents firent plusieurs blessés, y compris parmi les forces de sécurité. Des films tournés par les journalistes vietnamiens de ces incidents existent mais (toujours à ma connaissance) n’ont jamais été diffusés.

Ce qui change depuis ces années c’est l’introduction dans la vie quotidienne des gens des nouveaux moyens de communications que ce soit internet bien sûr mais aussi les téléphones portables. On sait qu’il y a en moyenne 1,8 téléphones portables par habitants au Viêt Nam (92,5 millions d’habitants en 2013) que malgré des difficultés l’accès aux réseaux sociaux il est aisé de poster des vidéos sur le Net. Ainsi en quelques heures (parfois moins) des évènements filmés via un téléphone portable se retrouve visionné par des milliers de personnes.

Depuis des années les démonstrations de masse pacifique ou non se sont multipliées.

On se souvient du centre de Hanoi bloqué par des milliers de catholiques en 2008 lorsqu’ils réclamaient (à tort ou à raison) le retour d’un terrain à l’église.

Sans faire une liste exhaustive voici quelques faits significatifs dans différents domaines.

Grève ouvrière dans la zone industrielle Nomura à Haiphong en mai 2011 © Dan Tri
Grève ouvrière dans la zone industrielle Nomura à Haiphong en mai 2011 © Dan Tri

Grèves ouvrières

  • 7 juin 2005 des milliers de travailleurs d’une usine de chaussures taïwanaise Hue Phong sabotent du matériel et des installations pour protester contre les horaires trop long, les mauvais traitements physiques, les bas salaires et la violation de leur droit.
  • Décembre 2005/janvier 2006 une centaine de grèves dans les usines à travers tout le pays 40 à 50 000 grévistes dans la région d’Hô Chi Minh-ville. Les entreprises étrangères (Taiwan et Corée du Sud), outre les bas salaires, sont accusées de ne pas respecter les lois sociales du Viêt Nam. Les travailleurs réclament le paiement des heures supplémentaires, des congés, de meilleur conditions de travail pour les femmes enceintes et surtout ce qui revient surtout : le respect. La presse à l ‘époque évoque des cas « où la dignité et l’honneur des salariés ont été mis en cause ». A l’époque l’usine de chaussures Rieker (compagnie de Hong Kong) dans la province de Quan Nam voulait congédier purement et simplement les grévistes. Des négociations avec les syndicats ont évité cela et permis des améliorations. Ces multiples grèves « sauvages » (sans autorisation des syndicats officiels) avaient à l’époque mis le doigt sur le caractère obsolète du droit de grève de l’époque puisque selon les règles en place il fallait au moins 3 semaines pour démarrer un mouvement social considéré comme « légal ».
  • En 2007 541 grèves recensées dans tout le pays.
  • En 2008 : 775 grèves. Au cours de cette année dans l’usine taïwanaise Sun Jade dans la province de Thanh Hoa 3 grèves pour protester contre les mauvais traitements, les humiliations voire les violences de la maitrise.
  • Avril 2010 grèves dans le Dong Nai dans l’usine du groupe taïwanais Pou Chen qui produit les chaussures Nike. Là aussi les revendications ayant aux salaires mais aussi à la mauvaise qualité des repas une question qui va prendre une ampleur importante dans les années suivantes avec de nombreuses intoxications alimentaires parfois graves dans les cantines des usines. (une recherche sur ce thème dans le journal Thanh Niên renvoie à sept pages d’articles à ce sujet).
  • 2011 : 857 grèves durant les onze premiers mois de l’année soit le double de 2010.
  • Début 2013 vague de grèves dans le Delta du Mékong quand de nombreuses entreprises à l’approche du Têt n’ont pas proposé de primes (équivalent du 13e mois) en particulier les travailleurs de Hau Giang exportateur de crevettes (+18% d’exportation en plus et 10% de plus de bénéfice). A cette occasion le président du comité populaire de Hau Giang a dénoncé « les éléments extrémistes » .
  • Janvier 2014 incidents violents sur le chantier de construction d’une future usine Samsung dans la province de Thai Nguyen au Nord de Hanoi. Des centaines d’ouvriers s’en prennent au local et aux véhicules des gardiens qu’ils incendient. Les multiples contrôles tatillons et semble-t-il l’interdiction de rentrer avec son repas ont exaspéré les ouvriers.
  • Au lendemain des émeutes et des grèves les ouvriers d’une usine coréenne Shilla Bags Vietnam d’Hô Chi Minh-ville étaient encore en grève pour le paiement des jours de grève, pour obtenir des repas mangeables et des toilettes ouvertes toute la journée et non seulement 1h30 le matin. Ces toilettes n’étant par ailleurs disponibles qu’avec une carte et il y a trois cartes pour 80 ouvriers.
Grève au sein de l'entreprise Rieker Vietnam pour protester contre les mauvaises conditions de travail (avril 2010) © Dien Dan Doanh Nghiep
Grève au sein de l’entreprise Rieker Vietnam pour protester contre les mauvaises conditions de travail (avril 2010) © Dien Dan Doanh Nghiep

Les expulsions à la campagne

Phénomène ancien et lui aussi récurent ; voici 15 ou 20 ans que des paysans viennent aux abords des ministères réclamer justice en groupe avec des banderoles et des portraits d’Hô Chi Minh.

Il est difficile de dénombrer toutes ces manifestations.

Ce problème a pris une autre dimension quand en janvier 2012 à Tiên Lang, dans la région d’Haiphong, quand Doan Van Vuon et sa famille se sont opposés à leur expulsion à l’aide de mine artisanale et fusils de chasse, en ouvrant le feu sur la police et les représentants des autorités locales. Cette riposte a sidéré beaucoup de monde et conduit de nombreux dirigeants à s’interroger publiquement sur les raisons de ces évènements et mettre en cause les pratiques douteuses des responsables locaux.

En mars de la même année, de nouveaux des rassemblements massifs de paysans : devant l’Assemblée Nationale à Hanoi le 24 avril ; dans la banlieue de la capitale à Van Giang 2000 personnes se heurtent à des centaines de policiers anti-émeutes et à de nombreux policiers en civils ou à des « civils » indéterminés mafieux, hommes de main, sbires… Parmi les multiples vidéos, souvent impressionnantes, de ces incidents on retiendra celle où l’on voit deux journalistes battus violemment par des civils et des policiers (ci-dessous).

Récemment encore des nervis ont tiré sur des paysans qui, à Van Giang, continuent de s’opposer à la confiscation de leur terre et ce malgré le fait qu’ils aient alerté les autorités locales des menaces qui planaient sur eux.

Avril 2013 toujours dans la région d’Haiphong des paysans qui occupaient leur terrain ont été attaqués par des vigiles et des « civils » armés de briques et de matraques, il y a eu des blessés.

Manifestation paysanne contre le projet Ecopark à Van Giang en 2012 © BBC
Manifestation paysanne contre le projet Ecopark à Van Giang en 2012 © BBC

Les expropriations sont nombreuses. Les baux signés il y a 20 ans par les paysans arrivent à échéance et beaucoup ne sont pas reconduits. De nombreux terrains à proximité des villes ont vu leur valeur multipliée de manière fantastique. Non seulement les paysans ne peuvent garder leur terre mais souvent les indemnités qu’ils touchent ne correspondent même pas à l’investissement effectué durant deux décennies pour améliorer les terrains. Ils ne peuvent alors même pas récupérer d’autres terres cultivables Sans parler des énormes plus values qui passent dans les poches de corrompus.

Violences policières

Là aussi les cas sont trop nombreux pour être tous énumérés. Décès suite à des matraquages, morts au poste de police… Ce qui est nouveau depuis 2010 s’illustrent par les réactions de la population comme en juillet 2010 dans la province de Bac Giang quand des milliers de personnes participant aux funérailles d’un jeune motocycliste mort lors d’une course poursuite avec la police. La foule a porté le cercueil devant le bâtiment du Comité Populaire et en a arraché les grilles. Heurts violents avec la police anti-émeutes.

Violence policière à Ha Noi contre des supporters de football en 2009 © VN Express
Violence policière à Ha Noi contre des supporters de football en 2009 © VN Express

Depuis, lors de plusieurs funérailles, les familles ont fait un crochet qui devant un comité populaire ou un poste de police pour présenter le cercueil du défunt mort des suites de son passage dans les locaux de la police.

Lors d’une enquête à propos de la mort d’un voleur de chien (chose hélas très courante plusieurs voleurs ou suspects ont été lynchés et tués en différents endroits du Viêt Nam) la police s’est rendue coupable de torture pour faire avouer des gens interpellés.

Lors du procès d’un inculpé, une centaine de villageois sont venus au tribunal avec leurs aveux. Ces cent personnes ont chacune déclaré avoir tué le voleur. Une action collective et contestataire rare.

La police en plus du mépris qu’elle inspire ne suscite plus ou beaucoup moins de crainte qu’auparavant.

10 Avril 2014, plus de 100 policiers mobilisés pour récupérer quatre policiers enlevés par la foule en colère, dans la province de Ha Tinh. Neuf policiers ont été blessés et plusieurs locaux officiels ainsi que les maisons de quatre responsables locaux ont été endommagées par une foule de plusieurs centaines de personnes en colère protestant contre un projet de cimetière.

Poster des associations issues de la société civile contre la violence policière © 2014
Poster des associations issues de la société civile contre la violence policière © 2014

Le sort des travailleurs à l’étranger

Actuellement environ trois millions de Vietnamien/nes travaillent à l’étranger avec des contrats légaux mais parfois dans des conditions pénibles ou désastreuses (Moyen-Orient, États du Golfe, Malaisie). De nombreux Vietnamiens travaillent clandestinement en Chine.

On peut aussi parler du problème lancinant du trafic d’êtres humains, essentiellement des femmes, envoyées en Chine au Cambodge, à Taïwan ou dans d’autres pays pour des « mariages » arrangés ou pour être livrées à la prostitution. Un phénomène qui participe à un certain climat quand on sait que beaucoup de ces « mariages » ne sont qu’un alibi pour une nouvelle forme d’asservissement.

Les foules imposantes qui ont accompagné les funérailles du général Vo Nguyen Giap alors que le gouvernement ramenait le deuil général à deux jours, pour cause de réception du premier ministre chinois, est aussi un indice d’une assurance en soi qui ne manque pas de s’exprimer dans d’autres domaines.

L’ensemble de ces faits, dont la liste est loin d’être exhaustive, participe à un sentiment général de défiance et aussi de confiance en soi qui va, semble-t-il, perdurer. Pour autant ces mouvements, parfois très radicaux dans leur expression, ne posent pas directement la question du pouvoir politique. Mais pour combien de temps ?

Dominique Foulon, 24 mai 2014.

Pour citer cet article :

Foulon, Dominique (1er juin 2014), « La situation sociale vietnamienne : une lutte des classes qui ne poserait pas la question du pouvoir ? », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15104 (Page consultée le …).

André Menras : « Tâche d’huile » et « coups de bélier » – l’affaire de la plateforme de forage chinoise

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

L’affaire de la plateforme de forage chinoise :

une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en « tâche d’huile » et en « coups de bélier » pour annexer la mer du Sud-Est asiatique.

Par André Menras (Hồ Cương Quyết)

Chercheur indépendant

AndréMenras_24-05-2014
André Menras à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon © 2014 IAO

 

On ne peut pas comprendre la situation présente si l’on se confine à quelques évènements récents sous peine de considérer les affrontements actuels comme l’expression de « disputes » territoriales dans lesquelles les parties concernées seraient renvoyées dos à dos dans une confusion de responsabilité et de légitimité. Une telle neutralité poncepilatique exclurait toute possibilité de règlement équitable sans lequel la paix ne saurait exister et durer. L’examen chronologique des événements historiques marquants est absolument nécessaire, sinon suffisant, pour identifier les sources du conflit et leur expression actuelle afin de peser plus efficacement pour son règlement.

Tout au long de cette intervention je ne parlerai pas de Mer de Chine méridionale car ce géonyme attribué par les cartographes coloniaux et, à partir des années 60, repris dans une grande majorité des atlas, porte, innocemment ou non, une connotation malsaine sur le plan de la souveraineté. De « Mer de Chine » à « Mer de la Chine » il n’y a en effet qu’un petit mot à penser pour déposséder au profit de l’Empire les nations riveraines de cet espace maritime vital pour elles. Cette Méditerranée de l’Asie du Sud-Est n’est ni historiquement, ni juridiquement, ni dans la pratique ancestrale, un lac exclusivement chinois. Elle est le bien commun des nations qui la bordent et de la communauté internationale qui en emprunte le passage avec une fréquence sans cesse accrue.

DaiNamNhatThongToanDo
Đại Nam nhất thống toàn đồ

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

1°) Chronologie de l’annexion chinoise de l’archipel des Paracels

L’examen détaillé des dates historiques depuis la période précoloniale jusqu’ à aujourd’hui révèle clairement la naissance puis la montée en puissance des appétits chinois sur Les Paracels et au-delà, en passant par l’annexion totale de l’Archipel jusqu’à l’installation actuelle de la plateforme de forage dans la zone économique exclusive du Vietnam.

A) Durant la période précoloniale, l’An Nam a édifié sur l’archipel une souveraineté incontestée.

Depuis les seigneurs Nguyen, en 1702, la première brigade de Hoang Sa (alors appelé Cat Vang) est constituée avec 70 jeunes hommes du village de An Vinh (dont les descendants vivent toujours à Ly Son) pour, sous les ordres des seigneurs se rendre chaque année dans l’archipel, y récupérer des restes d’épaves, et en ramener des produits de la mer. Avec les empereurs Nguyen la tradition se continue et se développe.

  • 1816 : Gia Long déclare les droits souverains de l’empire d’An Nam [Viêt Nam] sur l’archipel appelé alors « Cat Vang « .
  • 1833-1836 : Ming Mang ordonne l’érection d’un temple, la construction d’une stèle de souveraineté et la plantation d’arbres.
  • 1867 : Tu Duc décerne le titre de héros à des « binh si », soldats de la mer, ayant péri dans leur périple vers Hoang Sa… Autant d’actes étatiques cohérents et annuels de la part de l’empire d’An Nam [Dai Nam] qui justifient pleinement droit à souveraineté. Sans aucune contestation de la part de quelque autre État.

B) Première période coloniale jusqu’au début du XXème siècle : La Chine reconnaît implicitement cette souveraineté.

  • 1884 : traité de Hue. « La France s’engage à garantir l’intégrité des États de SM. Le roi d’An Nam ». Et donc des Paracels. La même année édition d’une carte chinoise de « l’empire unifié  » dont le point le plus austral est la pointe sud de l’île d’Hai Nan. Elle ne comprend donc pas Les Paracels.
  • 1885 : traité franco-chinois de Tianjin. La Chine renonce à toute prétention de suzeraineté sur l’An Nam et donc sur les Paracels.
  • 1906 : édition d’un manuel national d’enseignement de la géographie : le « Zhong guo dilixue giao keshu ». La limite australe de l’empire est toujours l’île d’Hai Nan.

C) Première période coloniale jusqu’en 1945 : naissance des appétits chinois.

  • 1909 : débarquement de 24h des troupes de l’Amiral Li Zhu sur l’île de Pattle. Opération commanditée par le gouverneur du Guang xi-Guangdong.
  • 1925 : le Gouverneur Général d’Indochine annonce que l’Archipel est sous la souveraineté de l’An Nam sous protectorat français.
  • 1925-1936 : série d’articles d’Henri Cucherousset dans « L’Éveil économique de l’Indochine » qui proteste contre la « mollesse » des devoirs protecteurs de la France sur l’archipel.
  • 1931-1932 : la Chine adjuge l’exploitation du guano (phosphates) sur l’archipel à des particuliers. Protestation officielle française.
  • 1937-1939: détachement de gardes coloniaux dépêché sur Pattle pour y construire un phare, une station météo, une station TFS et y dresser une stèle portant l’inscription « République française-Royaume d’An Nam-Archipel des Paracels : 1816-île de Pattle 1938 ».

D) Deuxième période coloniale jusqu’en 1954 : les appétits chinois deviennent prétentions souveraines naissantes.

  • 1945 : la Chine nationaliste reçoit mission de désarmer les Japonais au nord du 16ème parallèle.
  • 1947 : les troupes de Chang Kaï-chek débarquent sur les Paracels orientales. La France envoie un détachement militaire qui prend garnison sur Pattle et demande un arbitrage international. Refus de la Chine. La même année, apparition de la première ligne en U en 11 traits, matérialisant les prétentions souveraines chinoise sur 80% de la mer du Sud Est asiatique.
  • 1950 : la Chine évacue sa garnison de l’île boisée. Le contrôle de l’archipel est officiellement remis à l’empereur Bao Dai.
  • 1951 : conférence de San Francisco. Les Paracels et les Spratleys abandonnées par les Japonais, ne sont attribuées à personne. L’URSS propose de les placer sous la souveraineté de la Chine de Mao. Proposition rejetée à l’écrasante majorité. Le ministre des Affaires étrangères de Bao Dai réaffirme la souveraineté du Vietnam. Silence de la France.
  • 1954 : Accords de Genève. Toutes les îles passent sous l’administration de la République du Sud Vietnam. Pas de protestation de la Chine présente lors des négociations.

E) L’après Genève jusqu’au départ des Américains : la violence du fait accompli.

  • 1956 : retrait des Français et relève par les troupes de la République du Viêt-Nam sur Pattle et le groupe du croissant (Sud-ouest de l’archipel). Les troupes de la République populaire de Chine débarquent discrètement sur la partie orientale (Amphitrite) et ne la quitteront plus.
  • 1958 : note diplomatique du Premier ministre de la RDVN Pham Van Dong qui « enregistre et approuve » une déclaration de la RPC fixant à 12 milles nautiques la limite des eaux territoriales de la Chine. Pékin utilise encore aujourd’hui cette note pour étayer son argumentation de souveraineté.
  • 1974 : la marine de guerre chinoise s’empare de la totalité de l’archipel. 64 morts vietnamiens. La 7ème flotte US à proximité, appelée au secours par son allié sud-vietnamien, ne réagit pas. L’observateur de la République du Viêt-Nam à l’ONU demande un examen de la question par le Conseil de Sécurité. Sans succès. Aucun soutien des USA ni de la France.
tuongniem-haichien-HS1974
19 janvier 2014 : commémoration du 40e anniversaire de la bataille des Paracels © 2014 Tin Tuc Hang Ngay

F) L’après 1974 jusqu’en 2009 : consolidation de la base de Hoang Sa, légitimation et nouveaux coups de force.

  • 1982 : Convention de Montego Bay sur le droit à la mer signée et ratifiée par la Chine et le Vietnam : « Aucun État ne peut légitimement soumettre une partie de la Haute mer à sa souveraineté ».
  • 1988 : coup de force sanglant à Gac Ma (Johnson reef). 74 morts vietnamiens de la République Socialiste du Vietnam.
  • 1992 : la Chine octroie à la compagnie US Crestone Energy une concession d’exploitation située dans la ZEE du Vietnam.
  • 1989-1995 : occupation par la Chine de récifs et d’îlots supplémentaires dont celui de Panganaban reef (Mischief reef) dans la ZEE des Philippines.
  • 2002 : signature de la « Déclaration de (bonne) conduite » (DOC), gentlemen agreement, entre la Chine et les pays de l’ASEAN. « …Ne pas faire usage de la force ou de menace pour régler les différents ; ne pas compliquer la situation par de nouvelles édifications… » Début d’une campagne chinoise de menaces et de chantage pour dissuader les compagnies pétrolières étrangères de coopérer avec le Vietnam et les Philippines dans les ZEE de ces pays.
  • 2007 : loi chinoise instituant la ville de « Tam Sa » dépendant de Hai Nan et basée à Phu Lâm (Paracels).
BaoVeHSTS
« Ensemble exploitons et protégeons la mer et les îles du Viêt-Nam »

G) A partir de 2009, accélération de l’escalade et de sa légitimation.

  • 2009 : en mars, L’USNS américain « Impeccable » se voit barrer la route au large d’Hai Nan par des bâtiments de la flotte chinoise. Avril : à Quinddao, grand show international de la puissance militaire navale chinoise. Mai : note diplomatique chinoise au secrétaire général de l’ONU en réaction au dépôt de l’acte de souveraineté du Vietnam et de l’acte conjoint que ce pays a déposé avec la Malaisie. La Chine y affirme ses prétentions souveraines matérialisées par la ligne en U en 9 traits (ou langue de boeuf) englobant 80% de l’espace maritime et la totalité des archipels de la mer du Sud-Est asiatique. Du 16 mai au 1er août : Pékin décrète unilatéralement l’interdiction de pêcher dans la zone. Octobre : sommet de l’ASEAN en Thaïlande. La Chine refuse d’aborder de façon multipartite la question des différends en Mer du Sud-Est asiatique. Décembre : Pékin annonce sa décision de « développer le tourisme sur une grande échelle » dans la zone en U. L’assemblée nationale adopte la loi sur « la protection et le développement des îles ».
  • 2011 : en mai, agression sur le « Binh minh 02 » navire d’exploration sismique de la compagnie PetroVietnam, en ZEE du Vietnam. Septembre : agression sur le « Viking », autre navire vietnamien de prospection, dans la ZEE du Vietnam.
  • 2012 : sommet de l’ASEAN. La Chine fait pression sur le Cambodge, alors président, pour empêcher un communiqué commun en faveur d’un « Code de conduite » ayant force de loi en mer du Sud-Est asiatique. Avril-mai : affrontement de 3 semaines avec Les Philippines à Scarborough shoal (archipel des Spratleys) en ZEE des Philippines. Juillet : la Chine fait élire le Président de « Tam Sa » et installe un centre de communication satellitaire 3G sur l’île de Phu Lam. Août : vingt-trois-mille chalutiers chinois partent de Quang Dong et Hai Nan pour aller pêcher en mer du Sud-Est asiatique. Création aux Paracels d’une unité militaire de l’APL à l’échelle d’une division pour la « zone de défense de Tam Sa » comme « un appareil pour gouverner la mer ».
  • 2013 : en juin, édition du livre « Ville de Tam Sa, Chine : Histoire, ressources et rôle dans la défense nationale ». Novembre : zone d’Identification aérienne crée par la Chine dans la Mer dite de Chine orientale, vis à vis du Japon. Le Japon et les 10 pays de l’ASEAN se déclarent d’accord pour « coopérer davantage afin de garantir la liberté de survol et la sécurité de l’aviation civile ».
  • 2014 : en janvier, décret de la province de Hai Nan qui exige une autorisation pour tout chalutier « étranger » en activité dans la zone en U, sous peine de fortes amendes et de sanctions allant jusqu’ à la confiscation du chalutier et la comparution devant un tribunal chinois. Mai : implantation d’une plateforme de forage géante (HD 981) en pleine ZEE du Vietnam. Affrontements au large de l’île Tri Tôn (archipel de Hoang Sa) 10 policiers de la marine vietnamienne blessés, 4 bâtiments vietnamiens éperonnés et endommagés, un chalutier vietnamien coulé.
MerAsieDuSudEst
Le tracé en rouge de la « langue de bœuf chinoise » sur 80% de l’espace maritime

2°) Lignes de force de la stratégie expansionniste de Pékin

  • 1°) Dans ce « going out » annexionniste vers le Sud maritime, Pékin a commencé par le plus proximal : Les Paracels.
  • 2°) A partir de cette base qu’elle consolide, elle jette des ponts vers de nouvelles bases, par tache d’huile ou par coups de force ponctuels, à l’intérieur des ZEE des nations riveraines qu’elle veut transformer en « zones disputées ».
  • 3°) Toutes ces actions sont basées sur la violence militaire et sur la surprise. Aucun des traités ou accords signés aussi bien sur le plan international que sur le plan local ne sont respectés.
  • 4°) Au niveau tactique, Pékin utilise toujours des périodes de vide ou de faiblesse de puissance pour porter de nouveaux coups. (départ des colonialistes français en 1956, départ des USA en 1974, faiblesse de la RSVN privée du soutien de l’URSS dès la fin des années 70, faiblesse relative des USA, malgré leur politique de « pivot » vers la zone Pacifique-Asie… Faiblesse économique de l’Europe demandeuse de contrats chinois provisoirement salvateurs).
  • 5°) Sa tactique diplomatique et économique est toujours celle de la division. Par gratifications ou par rétorsions économiques. Le refus d’arbitrage international ou de discussion multilatérale est une constante historique de sa diplomatie.

3°) Responsabilités et dette de la communauté internationale

  • a) L’État colonialiste français a d’une certaine façon aidé l’An Nam a se libérer de l’emprise chinoise et a assimiler des « territoires sans maître » (dans les Spratleys ) dont le Vietnam a hérité au titre de l’ « Uti Possidetis Suis ». Mais, d’un autre côté, il a quelquefois aiguisé les appétits chinois en oubliant ou trahissant les intérêts de l’État « protégé » pour ses propres visées à court terme. « Les Paracels pourraient constituer une matière de marchandage ou une contre-partie à des concessions (avec la Chine) de notre part sur d’autres points » (lettre du 20 mars 1930 de P. Pasquier, Gouverneur général de l’Indochine au ministre des colonies). Il en est de même du mutisme de la France lors de la Conférence de San Francisco en 1951 et lors de l’invasion chinoise des Paracels en 1974…
  • b) Les USA, administration Nixon-Kissinger : abandon total lors de l’invasion chinoise de 1974. Mutisme de la 7ème flotte à proximité. Kissinger : « La position des USA est de ne pas soutenir les prétentions de souveraineté vietnamiennes sur les îles. » (Foreign relations of the United States 1969-1976; Volume VIII; China 1973-1976: Document 66).
  • c) Aujourd’hui. Toutes proportions gardées, l’Histoire a déjà connu des dictatures ponctuellement puissantes en quête d’ « espace vital ». Le traité de Munich en 1938 a montré l’illusion qui consiste à acheter la paix à de tels régimes en abandonnant à leurs appétits des espaces souverains d’autres nations. Winston Churchill commentait ainsi ce genre d’abandon : « On nous a proposé la honte ou la guerre. Nous avons choisi la honte et nous avons eu la guerre ». Être neutre aujourd’hui, c’est faire respecter le droit international contre la politique de la canonnière. C’est aussi une façon de ne pas subir soi-même la loi du canon.
ngu_dan_VietTTXVN
Pêcheurs vietnamiens © TTXVN

4°) Les pêcheurs du Centre du Vietnam :

les droits de l’Homme s’arrêtent-ils où commence la mer ?

L’Histoire, c’est aussi la vie quotidienne des simples gens. Pour des dizaines de milliers de pêcheurs vietnamiens qui doivent aller gagner leur vie autour des îles Paracels, c’est une tragédie permanente car chaque sortie en mer peut être la dernière.

La plupart des informations concernant les agressions chinoises sur les pêcheurs sont de sources très officielles : Rapports du poste 328 des garde-côtes et du Comité populaire de district de Ly Son. Certaines informations proviennent aussi de journaux officiels vietnamiens (Tuoi Tre, Thanh Nien, Vietnam net, Phap luat, Dan tri, Saigon Tiep Thi, Lao Dong, et de la BBC). Ces statistiques sont cependant incomplètes car ces informations, jugées « sensibles » sont difficiles à obtenir de la part des autorités et les pêcheurs n’ont pas la liberté et l’organisation pour les communiquer. (Année 2008 par exemple.)

De 2002 à 2014, j’ai pu répertorier des centaines d’agressions. Environ 2000 pêcheurs en ont été victimes. 30 tués ou « disparus » par temps calme. 120 dont le chalutier a été éperonné et qui ont été sauvés in extremis. 500 emprisonnés sur l’île de Phu Lam de quelques jours à près de 2 mois et libérés contre rançon payée par la famille (7000 à 8000 USD). Matériel de pêche systématiquement détruit ou confisqué. Prise de pêche confisquée.

Voir en fin d’article le film documentaire « Hoang Sa Vietnam : La meurtrissure ». (film toujours interdit de projection au Vietnam).

Ces hommes et leurs familles sont les victimes d’une véritable politique terroriste qui vise à vider cette partie de la mer des pêcheurs vietnamiens absolument sans défense pour les remplacer par des pêcheurs chinois. Jusqu’ici les organisations internationales comme Amnesty international, interpellées pour réagir face à ces traitements inhumains, sont restées sans réaction. L’État du Vietnam non seulement ne protège toujours pas ses pêcheurs mais n’ose même pas les organiser pour faire un procès à la Chine devant le Tribunal international sur le droit à la mer…

Lyon, le 24 mai 2014

André Menras

Pour citer cet article :

Menras, André (30 mai 2014), « L’affaire de la plateforme de forage chinoise : une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en “tâche d’huile” et en “coups de bélier” pour annexer la mer du Sud-Est asiatique », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15066 (Page consultée le …).