Archives de catégorie : Workshop / Journées d’étude

La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ? [16/09/2016]

[ndlr] Journée d’études à l’université d’Aix-Marseille.

Le workshop « La fabrique numérique du passé. Source, outils, récits : What next ? » organisé par Christian Henriot aura lieu le vendredi 16 septembre 2016 de 09H00 à 18H00 au pôle multimédia du Campus Schuman à Aix-en-Provence.

Programme :

  • 9h00 – Ouverture et introduction : Christian Henriot (AMU), Gérald Foliot (CNRS, Huma-Num)
  • 9h20 – Bernard Cousin (AMU), Eric Carroll (AMU) : « Le mur numérique des ex-voto peints provençaux »
  • 10h00 – Sophie Gebeil (AMU) : « Le web comme source pour l’historien : la fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014 »
    10h40 – Pause
  • 10h55 – Jean-Pierre Dedieu (CNRS) : « De la source à la base de données. Les Répertoires d’Extrême Orient »
  • 11h35 – Anne Kerlan (IHTP, CNRS-Université Paris 8) :  » ‘Loin d’Hollywood’ : une base de données croisées pour une histoire globale du cinéma »

Après-midi – 13h45 14h00

  • Cécile Armand (IAO) : « MADSpace : un compagnon numérique pour écrire l’histoire spatiale de la publicité à Shanghai dans la première moitié du XXe siècle (1905-1949) »
  • 14h40 – Christian Henriot (IrAsia, AMU) : « August 1937. Death en masse in Shanghai : A VizStory narrative »
  • 15h10 – Fleur Chabaille (Inalco, IAO) : « Interpréter, écrire et publier le visuel : un retour réflexif sur Scalar »

15h50 – Pause

  • 16h00 – Mou Zhenyu (Collegium de Lyon / SASS) : « Cadasters, land market and urban transformation in the foreign settlements of Shanghai (1843–1943) »

17h10 – Discussion finale

Plus info : http://www.irasia-recherche.com/# !m…

lafabriquenumeriquedupasse_programme

Images et mémoires : visibilité et invisibilité de la guerre en Algérie

[ndlr] Programme de deux journées d’études sur les problématiques de l’image et de la mémoire à Lyon.

31 mai 2016 / 1er juin 2016

Maison internationale des Langues et des cultures (MILC)

35 Rue Raulin, Lyon 7e

Texier_Humanité

                                   Ces journées d’études sont organisées dans le cadre du projet Mémoire de l’Université de Lyon en partenariat avec le laboratoire LARHRA (UMR CNRS 5190) « Mémoire et héritage : construction, déconstruction, reconstruction de la mémoire individuelle et collective » et du séminaire « Mémoire de l’image, mémoire en images ».

Résumé : Il est courant d’entendre que la guerre d’Algérie a été une « guerre sans nom » ou encore une « guerre invisible ». Ces propos méritent d’être infléchis voire corrigés car dès 1954 les contemporains en Algérie et en France ont photographié, filmé, illustré, nommé la guerre que ce soit dans des documents amateurs ou des images d’actualités filmées ou télévisées ou encore dans des films de fiction. Certaines images sont parfois très datées lorsqu’elles renvoient à des événements précis (1961) mais d’autres comme d’ailleurs la mémoire qu’elles portent ou celle des témoins qui les accompagnent réinscrivent ce moment aigu dans un temps plus long, celui des territoires respectifs et celui des territoires de la mémoire. Certaines de ces images sont aujourd’hui découvertes ou redécouvertes. Certaines sont devenues des marqueurs des événements et de leurs mémoires. Elles font l’objet de réemplois variés et contribuent à la mise en récit des événements. Elles fonctionnent dès lors comme des vecteurs de mémoires que ce soit celles des personnes confrontées à la guerre ou plus largement celles de notre société.

Les journées du 31 mai et du premier juin ne veulent ainsi pas revenir simplement sur les images de la guerre franco-algérienne. Elles s’attacheront à visionner, étudier ces images pour questionner dans toutes leurs dimensions, leurs usages, leur fonction, leur réemploi dans l’histoire et les mémoires en Algérie et en France ; à les resituer et les interpréter dans une histoire de plus longue durée ; à dégager les réalités que quelquefois elles contribuent à masquer ou à déformer.

Source : ENS de Lyon

Le corps indochinois utopique, histoire d’une émotion inégale. Fragments littéraires

Résumé de notre communication à la journée d’études Le corps en perspective (Paris 1 Sorbonne, 27 mai 2016).

Notre communication aborde la question du corps colonial et postcolonial en tant que « chantier des utopies ». Le corps de l’Autre est ici au cœur de cette réflexion. Nous proposons une exploration des représentations du corps indochinois et de son interaction avec les Français à travers la littérature romanesque et/ou autobiographique à travers quelques points clés : décrire le corps féminin de l’Autre ; regards amoureux ; sentiments ambivalents ; rapports charnels ; exotisme inversé ; souffrances sourdes et problématique de la mixité.

Cette exploration vise à montrer l’intérêt qu’il y a à entrevoir une histoire des émotions et de l’intimité corporelle qui s’élabore avec la littérature coloniale et la dépasse largement. Elle permet de mieux comprendre comment est perçue et représentée cette rencontre (attirance mutuelle dans un cadre inégal) entre l’Orient (ici « Indochinois ») et l’Occident (ici la France) sur le plan des sentiments amoureux. Elle scrute le champ des possibles dans ce corps-à-corps utopique.

Guillemot_LeCorpsIndochinoisUtopique
Illustration de Vu Thuy © DR

A travers la problématique du corps comme lieu des utopies, se posent des universaux de la rencontre mais également des différences clés au sein du « corps historique » (colonisation / décolonisation / libération des corps) par lequel on observe un renversement partiel des valeurs. Le corps, mis à nu, est ainsi révélateur, au delà des aléas de l’histoire et des processus d’esthétisation, d’une certaine vérité dans les relations humaines*.

[*] Profitons de cette mise en ligne pour remercier Henri Copin qui nous a accordé un échange fructueux sur ces questions.

Programme de l’ensemble de la journée d’étude sur Mémoires d’Indochine.

Image « à la une » : André Maire (1898 – 1984) Tonkinoise au repos (Hanoi), circa 1958.

Le corps en perspective – Journée d’étude SFHOM – vendredi 27 mai 2016

[ndlr] La SFHOM vous fait part de cette journée d’étude qui se tiendra à la Sorbonne le 27 mai prochain, sur le thème :

LeCorpsEnPerspective_SFOM_2016

Le corps en perspective

Représentations, pratiques et prises en charge dans les colonies

Cette journée d’étude entend nourrir le chantier de l’histoire du corps « colonial », celui du colonisé et celui du colonisateur, en s’interrogeant plus spécifiquement, tant le champ est vaste, sur la question de leur définition et des politiques de prises en charge du corps qu’elles supposent. C’est de l’histoire culturelle, assurément, mais comment se priver de l’histoire sociale, politique, voire même paradoxalement de celle des idées ? Et comment, dans une histoire coloniale, laisser de côté la dimension économique, celle de l’exploitation des corps, de leur contrôle ? Le corps n’est-il pas le lieu d’exercice et d’inscription de tous les pouvoirs ? Il est aussi celui des résistances et des réappropriations, coloniales ou postcoloniales. Le but est également de resituer le corps et les systèmes genrés qui l’accompagnent au cœur des modes de vie des différentes communautés.

  • 9h30 : Introduction : Jacques Dumont, responsable de la journée d’étude, « Corps-objet ? Le corps objet de recherche en milieu colonial »
  • 10h00 : Monia Lachheb, « La construction du corps des femmes dans la Tunisie coloniale : Négociation ou métissage ? »
  • 10h30 : Delphine Pereiti-Courtis, « La nudité africaine dans la littérature médicale française (1780-1950) »
  • 11h : Brice Fossard, « Les populations colonisées doivent-elles faire du sport ? »
  • Discussion : 11h30-12h30

PAUSE-DÉJEUNER

  • 14h15 : Hugues Tertrais, « Que faire des “techniques du corps” de Marcel Mauss ? »
  • 14h45 : François Guillemot, « Indochine/France : un corps à corps utopique » (titre provisoire)
  • 15h15 : Christine Mussard, « Voisinages coloniaux dans les villages de l’Algérie rurale : les indices de la présence de l’autre »
  • 15h45 : Olivier Malo, « La capoeira, d’un corps brésilien à la brasillanité (1908-2009) : un même idéal, des conceptions plurielles »
  • 16h15-17h15 : Discussion

Programme en ligne : SFHOM

La chair de l’Asie. Corps contraints et rationalisation des individus au sein des sociétés orientales

[ndlr] Le groupe des jeunes chercheurs du GIS Asie organise à Aix-Marseille Université les 12 et 13 mai 2016, de 9 h à 17 h, les Deuxièmes rencontres nationales des jeunes chercheurs en études asiatiques. Programme ci-après.

La chair de l’Asie

Corps contraints et rationalisation des individus au sein des sociétés orientales

12 et 13 mai 2016

9h-17h

3 Place Victor Hugo, 13003 Marseille
Campus Saint-Charles, Aix-Marseille Université
Bâtiment Yves Mathieu, salle LSH 204

Une quinzaine de doctorants, jeunes docteurs et doctorants interviendront lors des deux jours de programme qui seront ouvertes par le directeur de l’Irasia, M. Guy Faure.

Les 4 sessions s’annoncent riches et se termineront par une conférence de clôture de M. Yves Cadot.

Session 1 – Les corps face aux instances politiques

Président de séance : Jérôme Soldani

  • Enfermer et exploiter les corps condamnés dans le Cambodge colonial. Par Luc Benaiche (Doctorant en histoire, IrASia/Aix-Marseille Université)
  • Biopolitiques de l’invulnérabilité. Les groupes d’arts martiaux régionalistes en Asie du Sud-Est. Par Gabriel Facal (Chercheur post-doctorant en anthropologie associé à l’IrAsia/Aix-Marseille Université)
  • Le corps du combattant et le corps violenté. Réflexions sur l’incorporation de l’histoire d’ex-combattants des Tigres tamouls. Par Giacomo Mantovan (Docteur en anthropologie sociale et ethnologie, CEIAS, CRH/EHESS)
  • Dressage du corps, dressage de l’esprit : les dispositifs d’apprentissage et l’enseignement politique à l’école primaire en Chine. Par Zhou Mingchao (Docteure en Science Politique, laboratoire de Théorie du Droit/Aix-Marseille Université)

Session 2 – Corps et biomédecine

Président de séance : Luc Benaiche

  • Concevoir un fils à tout prix : le détournement des technologies de reproduction dans la société vietnamienne patriarcale. Par Valentine Bequet (Docteure en démographie, CEPED/Université Paris Descartes/IRD)
  • Qu’est-ce qu’un risque pour des Sud-coréennes atteintes d’un cancer du sein ? Expériences du corps et culture biomédicale. Par Seo Miwon (Doctorante en sociologie, CADIS-CRC/EHESS)
  • Modeler son corps pour maintenir un capital érotique : la pratique biomédicale de la périnéorraphie à Phnom Penh, Cambodge. Par Clémence Schantz (Doctorante en sociodémographie, CEPED/Université Paris Descartes/IRD)

Session 3 – Érotisation du corps et rapports de genre

Président de séance : Julie Remoiville

  • Performance du corps amoureux dans les pratiques photographiques des robes nuptiales en Chine rurale. Par Hou Renyou (Doctorant en anthropologie, ASIEs/INALCO)
  • Corps offerts, cœur à prendre ? Images de femmes chinoises sur un site international de rencontres. Par Marc Lebranchu (Doctorant en sciences des religions, GSRL/EPHE)
  • Comment les enfants apprennent le sexe et le genre de leurs corps à l’école élémentaire au Japon. Par Aline Henninger (Doctorante en sociologie/anthropologie, CEJ/INALCO)
  • Usages du corps et culture du petit caïd : récits du quotidien chez les jeunes gens des bidonvilles de Bhopal. Par Arnaud Kaba (Doctorant en anthropologie sociale et historique, EHESS-LISST, Toulouse / IrAsia)

Session 4 – Corps et art

Président de séance : Hou Renyou

  • Notion de Corps en Asie orientale dans l’art actuel. L’œuvre comme passage du Souffle. Par Cho Minji (Docteure en Sciences du langage, Modyco/Université Paris Descartes et ASIEs/INALCO)
  • Se défaire de ses propres contraintes et s’astreindre à celles de l’Autre ? Ethnographie de l’apprentissage à l’Institut Interculturel de Théâtre (ITI, Singapour). Par Marilyne David (Doctorante en anthropologie, LESC/Université Paris Ouest La Défense)
  • La question du corps dans l’art de la performance en Chine. Par Li Shiyan (Docteur en Sciences de l’Art, Langarts/Aix-Marseille Université)

Conférence de clôture : Les formes contraintes au Japon (kata) : formatage, ou émancipation de l’individu ? Par Yves Cadot (Maître de conférences, Université de Toulouse 2 Jean Jaurès, CEJ/INALCO)

Ces journées sont organisées par Luc Benaiche (doctorant en histoire contemporaine, IrAsia, AMU), Hou Renyou (doctorant en anthropologie, ASIEs, INALCO) et Julie Remoiville (docteure en études de l’Extrême-Orient, chercheuse postdoctorante, GRSL (EPHE/CNRS)).

Elles sont soutenues par l’IrAsia (Aix-Marseille Université / CNRS) et le GIS Asie.

Inscriptions : jegisasiemarseille2016@gmail.com

Contact du groupe des jeunes chercheurs : jeunes.chercheurs@gis-reseau-asie.org

Site web : https://jca.hypotheses.org/ (le carnet des jeunes chercheurs en études asiatiques).

Résumés des interventions : La chair de l’Asie / Résumés (PDF)

Programme détaillé : La chair de l’Asie / Programme Marseille

Affiche : La chair de l’Asie / Affiche Marseille

L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits – Journée d’études – vendredi 18 mars 2016 – IrASIA

Journée d’études

Vendredi 18/03/2016

9h00 à 17h00

« L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits »

Aix-en-Provence, Site Schuman

Pôle Multimedia, Salle de colloque 2

Programme et affiche (PDF) :

Journée d’études IrAsia 18 mars 2016_Affiche

JE_L'AsieEtLaMer_IrAsia_18-03-2016

Asiatiques au travail en France durant les deux guerres mondiales – Journée d’études – 1er avril 2016

Affiche de la journée d’études consacrée aux Travailleurs indochinois. Vendredi 1er avril 2016, Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la Recherche, salle D30 avec Laurent Dornel, Daniel Héméry, Mireille Lê Van Hô, Liêm-Khê Luguern et Laure Teulières.

JournéeEtudes_TravailleursIndochinois_Toulouse04-2016Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Les travailleurs Indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales

[ndlr] Annonce d’une journée d’études consacrée aux « Travailleurs indochinoise » du Sud-Ouest de la France suivi d’une exposition.

Les travailleurs indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales (1914-18 / 1939-45)

Journée d’études

Vendredi 1er avril 2016 (14 h – 17 h)

Avec la participation de Laurent Dornel, Daniel Hémery, Mireille Lê Van Hô, Liêm-Khê Luguern…

Le laboratoire FRAMESPA organise une journée d’études à la Maison de la Recherche, Université de Toulouse-Jean Jaurès, salle D30, suivie d’une conférence-débat à 19 heures et du vernissage de l’exposition “Les travailleurs Indochinois en région toulousaine pendant  les deux guerres mondiales” à 20 h30.

★ ★ ★

Exposition

du 2 au 23 avril 2016

à l’Espace Diversités Laïcité, 38 rue d’Aubuisson, Toulouse

Exposition conçue par Dzu Lê-Liêu, Liêm-Khê Luguern et Laure Teulières

L’exposition rapproche de façon inédite l’expérience d’une migration coloniale durant les deux guerres mondiales. En 1915, puis en 1940, des dizaines de milliers d’Indochinois, des Vietnamiens surtout, ont été amenés en France. Les archives font revivre la dure condition des travailleurs, le dépaysement, l’exploitation, mais pour certains aussi l’occasion d’un itinéraire social atypique, de solidarités et de fréquentations nouvelles… L’iconographie fait redécouvrir ce pan d’histoire méconnue et les sites concernés en région toulousaine. À travers les témoignages, et les transformations d’une génération à l’autre, c’est le point de vue de ces hommes qui s’exprime, ceux rentrés au pays comme ceux qui ont poursuivi leur vie en France.

Télécharger le Flyer : ExpoTravailleursIndochinois_Toulouse2016

Pierre Goubert ou comment faire oeuvre d’historien [journée d’études]

[ndlr] Journée d’études à l’ENS de Lyon.

Pierre Goubert ou comment faire oeuvre d’historien

Centenaire de sa naissance

GoubertPierre

le mardi 13 octobre 2015
14h-17h30

Site René Descartes – 15 parvis René Descartes

Salle F08

Son oeuvre ne cesse encore aujourd’hui d’interroger les historiens.

« Comprendre, faire comprendre et faire revivre », c’est ce que Pierre Goubert écrit de sa conception du travail d’historien dans la préface à la réédition de Louis XIV et vingt millions de Français en 1976.

Cette journée d’études sera donc l’occasion de questionner les pratiques de l’historien, en réfléchissant aux différentes voies et aux perspectives ouvertes par Pierre Goubert qui nourrissent encore aujourd’hui la recherche historique.

Journée organisée en partenariat avec le département de sciences sociales de l’École normale supérieure de Lyon et l’association des anciens élèves des ENS de Lyon/Fontenay/Saint-Cloud.

Programme

  • 14h : Présentation de la journée, Thibaut Poirot, agrégé d’histoire (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • 14h15 : « Pierre Goubert et la vie quotidienne d’Ancien Régime paysan », Daniel Roche, professeur honoraire (Collège de France)
  • 14h40 : « Pierre Goubert, historien de la ville moderne », Maurice Garden, professeur honoraire (Lyon 2/ENS Cachan)

Discussion et pause

  • 15h40 : « L’économie de l’Ancien Régime dans l’œuvre de Pierre Goubert », Guillaume Garner, maître de conférences (ENS de Lyon)
  • 16h05 : « Pierre Goubert, historien de la culture ? », Françoise Dartois-Lapeyre, maîtresse de conférences (Paris IV/Espé Paris)
  • 16h30 : « La voix écrite de Pierre Goubert », Nicolas Schapira, maître de conférences HDR (UPEM)

16h55 : Discussion

  • 17h10 : Conclusions par Igor Moullier, maître de conférences, directeur du département des sciences sociales (ENS de Lyon)

Source : ENS de Lyon / Voir aussi : Calenda

A La Fabrique de l’Histoire : Louis XIV 4/4 : Louis XIV vu par l’historien Pierre Goubert ou la révolution historiographique

Notice Wikipedia