Archives de catégorie : Agenda / Evénements

L’Année France-Vietnam 2013-2014 [annonce officielle]

Organisée à l’occasion du quarantième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays, l’Année France-Vietnam débutera par la France au Vietnam au deuxième semestre 2013, et se poursuivra avec le Vietnam en France, au premier semestre 2014.

Cette Année sera marquée par un large éventail d’événements, dans tous les domaines : la culture, l’éducation, la coopération en matière d’enseignement supérieur et de recherche, le tourisme, le sport, les industries culturelles et créatives, plus particulièrement l’architecture, la mode et le design, et, de manière plus générale, l’ensemble des échanges économiques entre la France et le Vietnam.

L’Année France-Vietnam sera l’occasion de mettre particulièrement en valeur l’acquis représenté par le dynamisme de la coopération décentralisée entre les collectivités des deux pays, très présente sur tout le territoire. Elle s’appuiera également sur l’apport des communautés vietnamiennes en France.

Tout en s’attachant à présenter des éléments remarquables de l’histoire, du patrimoine et des traditions de la France et du Vietnam, cette Année a pour ambition de faire découvrir à chacun des deux pays, les aspects les plus contemporains et les plus créatifs de l’autre, et de donner un nouvel élan aux échanges, tant dans le domaine économique, que dans les domaines culturel, éducatif, scientifique et sportif.

La labellisation des projets culturels

La labellisation est accordée par le comité mixte d’organisation franco-vietnamien, sur la base de la qualité du projet, de son adéquation avec les principes et orientations des Années croisées et de sa faisabilité.

Un projet labellisé intègre la programmation des Années croisées. A ce titre, il bénéficiera des supports de communication de l’Institut français (documents, site web…).

Pour plus d’informations et pour télécharger la fiche de labellisation : cliquez ici

 Les 4 Instituts français au Vietnam :

Journée des droits de l’homme, 10 décembre : « Ma voix compte »

[Message de l’ONU] Cette Journée est l’occasion, chaque année, de célébrer les droits de l’homme, de mettre en lumière un problème particulier, et de plaider pour que chaque individu, où qu’il se trouve, puisse exercer pleinement tous ses droits fondamentaux.

Cette année, l’accent sera mis sur les droits de tous les individus – les femmes, les jeunes, les minorités, les personnes handicapées, les autochtones, les personnes pauvres ou marginalisées – afin que leurs voix soient entendues dans la vie publique et prises en compte dans les décisions politiques.

Ces droits fondamentaux – droits à la liberté d’opinion et d’expression, droit de réunion et d’association pacifiques, droit de prendre part aux affaires publiques (articles 19, 20 et 21 de la Déclaration universelle des droits de l’homme) – ont été au cœur des bouleversements historiques survenus dans le monde arabe ces deux dernières années, au cours desquelles des millions de personnes sont descendues dans la rue pour réclamer le changement. Dans d’autres parties du monde, les « 99 % » se sont exprimés à travers le mouvement mondial des indignés pour protester contre les inégalités économiques, politiques et sociales.

Source : UN

* * *

[ndlr] A l’occasion de cette journée mondiale des organisations vietnamiennes à l’étranger rappellent à travers l’affiche ci-dessous que plus de 258 prisonniers d’opinion connus sont actuellement incarcérés en RSVN. Une campagne se sensibilisation intitulée « Un Million de Cœurs, Une Voix » sous la forme d’une pétition en ligne a déjà recueilli plus de 128.000 signatures dépassant son objectif initial de 100.000 voix pour la Journée Internationale des Droits de l’Homme le 10 Décembre.

 

Source : Viet Tan, Ngày Quốc Tế Nhân Quyền 2012.

Une si jolie petite guerre : Conférence autour du roman graphique de Marcelino Truong 11/12/2012

INALCO – Salle 5.09
Mardi 11 décembre 2012
12h30 – 15h00

Une si jolie petite guerre

Conférence autour du roman graphique de Marcelino Truong
La conférence sera suivie de la projection du film « Mille jours à Saigon » de Marie-Christine Courtès


INALCO, 65, rue des Grands Moulins
75013 – Paris 
(M°/RER : Bibliothèque F. Mitterrand)

Un Mémorial pour les Ouvriers Indochinois : journée d’information le 1er décembre 2012

L’association du Mémorial pour les Ouvriers Indochinois

Vous invite

Samedi  1er Décembre 2012,

À partir de 9h00

à une journée d’information sur le projet d’implantation, à Salin de Giraud, d’une statue destinée à devenir le Mémorial national des travailleurs indochinois.

Travailleurs indochinois en Camargue – 1943


Salle Polyvalente de Salin de Giraud (Camargue)

Place des anciens combattants d’Algérie « Ancien cinéma »


Déroulement de la journée

9h00 – Ouverture de la salle, visite de l’exposition retraçant en photos et textes l’épopée des 20 000 travailleurs indochinois requis.

Animation vidéo projecteur et films d’archives

10h15 – Ouverture de la conférence débat par les membres de l’association M.O.I.

10h30 – Conférence débat avec Pierre DAUM, journaliste, auteur d’Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France 1939-1952 (Actes Sud 2009) ; Nicolas KOUKAS, conseiller municipal adjoint d’Hervé SCHIAVETTI, maire d’Arles, en charge du travail de mémoire ; et Louis SAYN URPAR, avocat, bâtonnier de l’ordre près du tribunal de grande instance de Tarascon.

12h00  Vin d’honneur offert par la mairie d’Arles.

12h30 – Repas au restaurant (les SALADELLES). Prix spécial M.O.I. 20€.

Réservation impérative au 04 42 86 83 87.

14h30 – Réouverture de la salle Polyvalente. Visite libre de l’exposition.

17h30 – Fin de la journée d’information.

Programme en ligne (MOI_Journée du 1er décembre 2012)

Information communiquée par Pierre Daum le 21 novembre 2012.

Conférences IAO-LARHRA : Les sociétés coloniales en Asie 1850-1950

[ndlr] Entre le 28 novembre 2012 et le 20 février 2013, l’IAO (Institut d’Asie Orientale) et le LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) co-organisent un cycle de quatre conférences dans le cadre de l’agrégation sur les Sociétés coloniales. Avec la participation de Alain Delissen (EHESS), Vanessa Caru (CEIAS), Rémy Madinier (CASE) et Pierre Souyri (Inalco), voir affiche ci-dessous.

 

Colloque : Mémoires des migrations et temps de l’histoire 22-24/11/2012

[ndlr] Notre collègue Liêm-Khê Luguern nous a informé de cet important colloque à Paris auquel elle participe. Nous la remercions vivement de cette connexion avec Mémoires d’Indochine.

Colloque organisé par la Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Jeudi 22 Novembre 2012 – Samedi 24 Novembre 2012

Depuis une trentaine d’années, les mémoires sont devenues omniprésentes dans l’espace public, et un objet d’étude pour l’histoire et les sciences sociales. Dans cet ensemble, les migrants occupent une place singulière. En France, ils ont été acteurs de ces mobilisations mémorielles, sans toujours le faire au nom de leurs origines. Dans le champ scientifique, des études portant sur les mémoires des migrations ont déjà permis d’éclairer un groupe ou un événement, mais leur historicisation reste encore largement à définir et à explorer.

L’approche par les mémoires des migrations permet d’envisager l’émigration et l’immigration. Par ailleurs, elle pose comme hypothèse la pluralité des mémoires selon les groupes, les motifs et les conditions de départ, les espaces d’installation, les statuts et les époques. Elle laisse également ouverte la définition de ce qui fait mémoire, par-delà l’expression des souvenirs individuels. Elle permet surtout de rendre compte de la dimension mondiale de ces expressions mémorielles dans l’espace public, et des travaux qui leur sont consacrés.

Le colloque Mémoires des migrations et temps de l’histoire s’inscrit dans cette perspective internationale, qu’il s’agisse des pays d’origine, des sociétés d’installation, mais aussi des circulations de la mémoire qui épousent, sans la reproduire, la diversité et la discontinuité des expériences migratoires.

En réfléchissant ainsi aux mémoires des migrations et aux usages du passé, bien au-delà du cas français, le colloque devrait permettre tout à la fois de mettre en lumière des singularités et de faire émerger des traits communs, qu’il s’agisse de la construction des mémoires, des acteurs et des vecteurs qui les portent, de leur circulation et enfin, des conflits qu’elles suscitent ou dont elles rendent compte.

Cette approche apparaît indissociable d’une réflexion autour de l’historicité de ces mémoires. Il s’agit d’abord de s’intéresser, à travers des cas particuliers, à leur dynamique dans le temps, aux questions de transmission mais aussi au silence et à l’oubli, et à l’articulation de ces approches diachroniques avec la circulation des mémoires au sein d’espaces géographiques et sociaux.

Plus généralement, le colloque s’intéressera à la place des mémoires de migration dans les évolutions générales du rapport au passé au sein d’une société donnée. Enfin, plusieurs communications permettront de replacer ces mémoires dans un processus de plus longue durée, et de réfléchir, au-delà des mobilisations contemporaines pour la reconnaissance, au rôle tenu par la mémoire dans l’histoire des migrations depuis le XIXe siècle, notamment dans la formation des identités de groupe et dans la constitution de réseaux transnationaux et diasporiques.

Partenaires scientifiques et financiers

Le colloque est organisé par la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, en partenariat avec les laboratoires Framespa (CNRS / Université Toulouse II-Le Mirail, UMR 5136) et Citeres (CNRS / Université de Tours, UMR 6575).
Il bénéficie d’un financement de la Mairie de Paris, du Département de Seine Saint-Denis et de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (Ministère de la Culture et de la Communication) pour l’interprétation simultanée.

Pour en savoir plus :

Source : Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Susan Dixon : « Les sociétés impériales imaginaires revues et corrigées par la littérature : l’exemple indochinois »

Conférence de Susan Dixon à l’INALCO dans le cadre du séminaire

« Sociétés impériales et situations coloniales. Approche historique et anthropologique »

7 décembre 2012, 9h 30 dans les Salons d’Honneur du 2 rue de Lille 75007 Paris

Rencontre à l’Espace Harmattan avec Nguyen Thanh Trung le 19/11/2012

Rencontre à l’Espace Harmattan avec Thanh Trung Nguyen autour de son ouvrage Vision de la femme dans la littérature du Sud-Vietnam à partir de 19h. Rencontre-signature le 19/11/2012. Espace Harmattan : 21 bis rue des Écoles (M° Maubert Mutualité), 75005, Paris, France. tél. 01 43 29 49 42.

Nguyen Thanh Trung, Vision de la femme dans la littérature du Sud-Vietnam (de 1858 à 1945), Paris, L’Harmattan, Études littéraires, 2012, 386 p.

Quelle est l’image sociale de la femme dans la société du Sud-Vietnam ? En s’appuyant sur les romans des écrivains du Sud, sur la littérature journalistique des années 30 ainsi que sur sa propre expérience d’enfant du Sud, l’auteur tente de démontrer que la femme vietnamienne était loin d’être douce, au foyer, soumise aux préceptes confucéens comme beaucoup l’ont affirmé. (présentation de l’éditeur).

Source : Editions L’Harmattan

« La fabrique de l’histoire » des sociétés et États en Asie du Sud-Est: séminaire de A. Forest et Trân Thi Liên

[ndlr] Nous signalons ci-après le programme du séminaire de Master de nos collègues Alain Forest et Claire Tran Thi Lien de l’Université Denis-Diderot – Paris 7.

Programme du séminaire de Master 2

Histoire de l’Asie du Sud Est 43 HI 5233

à l’Université Denis Diderot – Paris 7

1er semestre 2012-13

Master Recherche : Histoire et Civilisations comparées

Spécialité : Histoire des mondes

« La fabrique de l’histoire » des sociétés et Etats en Asie du Sud-Est:

Alain Forest – Claire Tran Thi Liên

Le séminaire entend initier les étudiants à une réflexion sur « la fabrique de l’histoire » de cette vaste région s’étendant sur plus de 4 millions km² et peuplée par plus de 600 millions d’habitants qu’est l’Asie du Sud-Est. Appelée par Denys Lombard, « la Méditerranée asiatique », elle est caractérisée par une exceptionnelle diversité culturelle et linguistique du fait qu’elle a toujours été un espace privilégié d’échanges (culturel, religieux, économique et politique) entre les deux grandes aires sinisée et indianisée mais également entre Occident et l’Orient. Aujourd’hui, plus que jamais, l’Asie du Sud Est est une zone majeure de contacts dans le mouvement de globalisation en cours.

Ce séminaire entend introduire les étudiants à la recherche sur les sociétés et États d’Asie du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine, en proposant une approche croisée de la construction des sociétés et États nationaux dans un contexte d’échanges constant. Il privilégie une approche diversifiée de la recherche tant dans les thématiques, les sources que la méthodologie, cherchant à ouvrir les étudiants aux méthodes de terrain des autres sciences sociales. Dans le cadre d’une collaboration avec l’INA, un accent particulier sera mis cette année sur la méthodologie du traitement des sources audio-visuelles.

Ouvert aux masters 1ère année, aux doctorants et auditeurs libres

Périodicité et horaire : jeudi de 18h à 20h

Lieu : Université Paris Diderot – Paris 7

A partir du 8 novembre : Site Paris Rive Gauche (PRG), salle 209

Bâtiment Olympe de Gouges, rue Albert Einstein, Paris 13e

Métro ligne 14 Arrêt Bibliothèque François Mitterrand

http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/universite/File/plan_bat.jpg

Chargés du séminaire : Alain FOREST, Professeur, Claire TRAN Thi Liên, Maître de conférences – Université Denis Diderot – Paris 7 – Histoire de l’Asie Orientale

  • Jeudi 8 novembre Gwenola Ricordeau, maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille 1, laboratoire CLERSE (Centre Lillois d’Etudes et de Recherches Sociologiques et Economiques)

Histoire politique : La démocratie aux Philippines de Cory à Noynoy Aquino.

  • Jeudi 15 novembre Le Thu Hang, docteure en histoire, chercheuse indépendante

Histoire culturelle : L’imprimerie moderne: nouveau moyen de diffusion culturelle de masse au Viet Nam (fin du 19e siècle-début du 20e siècle).

  • Jeudi 22 novembre Charles Keith, assistant professor of Southeast Asian History, Michigan State University

Histoire sociale : Les Indochinois en France: approches historiques.

Exceptionnellement de 16h30 à 18h30

  • Jeudi 29 novembre  Anne Guillou, chargée de recherche au CNRS, laboratoire Case (Centre Asie du Sud Est, Paris)

Histoire et anthropologie : L’ancienne base khmère rouge d’Anlong Veng (Nord du Cambodge) et son rattachement au reste du Cambodge. L’importance du système religieux.

  • Jeudi 6 décembre Catherine Scheer, doctorante en anthropologie à l’EHESS (Centre Asie du Sud-Est

Histoire et anthropologie : « Explorer l’identité des Bunongs protestants à partir de récits mythico-bibliques:des traces de rencontres historiques avec l’Occident sur les hautes terres du Cambodge et du Vietnam »

  • Jeudi 13 décembre Alain Forest

Histoire religieuse: Comment la réflexion sur les phénomènes religieux en Asie nous oblige à reconsidérer les classifications basées sur le monothéisme

  • Jeudi 20 décembre Présentation par les étudiants de leurs sujets de recherche

Exposition Boat people – Bateaux de l’exil [du 3 décembre 2009 au 2 mai 2010]

L’exposition présente un problème de société contemporain : l’exode vietnamien de la fin des années 1970. Elle s’appuie sur un témoignage unique et inédit : une authentique embarcation de réfugiés conservée en Bretagne, la seule en France à être étudiée comme un véritable bateau de mémoire du XXe siècle.

Outre la possibilité offerte pour l’exposition dévoquer les Droits de l’Homme, l’humanitaire, l’engagement de la presse dans l’action humanitaire et l’engagement de la Bretagne par le biais de ses marins : de Combrit, de Crozon, de Douarnenez, de Plérin, de Plouarzel… Ce sujet contient toutes les caractéristiques liées aux migrations des réfugiés avec, ici, en particulier, le passage par la mer entre deux terres, le bateau devenant le vecteur de la traversée vers une autre existence.

Visiter le site de l’exposition : Boat people – bateaux de l’exil