Archives de catégorie : Colloques

Colloque international « Genre et nations partitionnées » : 14-15 décembre 2017 – EHESS

[ndlr] Annonce officielle.

Le colloque international « Genre et nations partitionnées » est organisé par Anne Castaing (CNRS/CEIAS) et Benjamin Joinau (Hongik University/CRC)

La « communauté imaginée » qu’est la nation mobilise les symboles les plus archétypaux pour se représenter dans les arts et les médias populaires et ces symboles sont le plus souvent genrés – que l’on pense à la Marianne de la jeune République française. En plus d’être l’écho du genre grammatical des valeurs de cette république dont elle est l’allégorie, Marianne est la figure de l’Alma Mater, à la fois nourricière et protectrice, qualités essentielles d’un Etat-nation ou d’un régime politique. Mais comment se pense une nation divisée politiquement par une partition ?

Allemagne, Inde-Pakistan-Bangladesh, Irlande, Corée, Vietnam, Israël-Palestine, Yougoslavie – les cas de figure sont divers, couvrant jusqu’aux décolonisations, mais montrent que la partition renvoie spontanément à des représentations polarisées autour de relations genrées et hiérarchisées. De manière allégorique, celle-ci peut prendre la figure du frère et de la sœur, de la mère et du fils, même si le plus souvent, l’image du couple marié ou amoureux cherchant à se réunir est prédominante. Cependant, le binôme à (ré)apparier n’est pas le seul mode de symbolisation genrée de la division nationale. La partition, en tant que processus même, génère des violences, qui sont fondamentalement structurantes des rapports homme-femme aussi bien au niveau des pratiques que des représentations. En particulier, les femmes, porteuses et garantes de l’identité ethnique, sont couramment l’objet de violences sexuelles. Le viol, l’humiliation, la souffrance, le deuil (mari, enfants) infligés aux femmes et aux hommes en situation de partition en font le symbole non plus seulement d’une partie, mais du tout de la Nation divisée. Les femmes sont ainsi souvent investies d’un enjeu symbolique où se jouent, en plus des identités genrées, les identités collectives et leurs représentations. Ces dernières sont rarement monolithiques et font elles-mêmes l’objet de combinaisons variées et concurrentes, révélant la dynamique qui se joue au niveau de l’imaginaire d’une communauté quand elle est confrontée à une division interne. Plus que des symboles isolés, ce sont des mises en récit complexes que nous devons appréhender dans leur diversité narrative.

Ce sont ces processus de symbolisation narrative, à la fois anthropologiques et historiques, que nous souhaitons analyser à travers les productions culturelles de pays en situation de partition. Nous espérons ainsi, par cette approche comparative, repérer des invariants tout en proposant des typologies narratives où la différence genrée est requise, reproduite, peut-être transformée, afin de penser un autre type de différence, celle qui se cristallise quand une nation est divisée et séparée. Nous serons en particulier sensibles aux différentes formes de représentations en fonction de leurs modes de production (institutionnel, individuel), de leur diffusion et de leur réception, afin d’éviter la simple étude de contenu décontextualisée.

Ce colloque interdisciplinaire et comparatiste, qui accueille spécialistes des littératures, des productions culturelles et de l’histoire des idées, historiens et anthropologues travaillant sur différentes aires culturelles et contextes historiques, vise à interroger les partitions et les divisions nationales d’un point de vue genré. Il s’intéressera particulièrement aux représentations comme témoin de ces assimilations imaginaires : littérature, cinéma, arts performatifs, arts plastiques seront les supports de nos réflexions.

 

Comité scientifique

  • Catherine Brun (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) ;
  • Anne Castaing (CNRS) ; Claire Gallien (Université Paul-Valéry) ;
  • Benjamin Joinau (Hongik University) ;
  • Francine Muel-Dreyfus (EHESS) ;
  • Gianfranco Rebucini (IIAC) ;
  • Delphine Robic-Diaz (Université Paul-Valéry) ;
  • Fabrice Virgili (CNRS).

Source : EHESS

Informations pratiques

Date(s)

  • Jeudi 14 décembre 2017 – 09:1518:00
  • Vendredi 15 décembre 2017 – 09:1518:00

Lieu(x)

  • EHESS (salle 737) – 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Saigon River : colloque de restitution du projet – Hô Chi Minh-Ville 16-17 octobre 2017

[ndlr] Manifestation scientifique France – Viêt-Nam.

Les lundi 16 et mardi 17 octobre 2017, François Guillemot a participé au colloque de restitution du Projet Saigon River. Celui-ci s’est déroulé à l’Université Polytechnique (Dai Hoc Bach Khoa, 268 Ly Thuong Kiet, District 10) à Hô Chi Minh-Ville.

Son intervention, préparée avec Estelle Senna et Laurent Gédéon, s’est appuyée sur deux contributions de la plateforme Virtual Saigon dans le cadre du premier axe du projet : « Évolution de l’hydrosystème de la rivière Saigon en lien avec le développement de la mégalopole d’Hô Chi Minh-Ville ».

La première communication portait sur les défis de l’eau au cours de l’histoire de Saigon prise dans un temps long à travers trois moments clés (l’apport de la marine française, l’urbanisation et la gestion de l’eau sous la colonisation, l’industrialisation du tissu urbain et ses possibles interactions avec le fleuve). La seconde présentait la mise en place du WebSIG dédié au projet, un outil collaboratif de partage des approches scientifiques et des résultats élaboré par Estelle Senna, géomaticienne à l’IAO : http://www.space-in-asia.net/saigon-river/

Abstract 1

The history of Saigon on the long term is closely linked to the river that shares its name. This communication focuses on three main aspects of the interactions between the town and its water network. The first part examines some key elements of the urban history of Saigon. The city’s shape is due to the French military presence in Cochinchina. In 1790, Gia-Dinh is redesigned as a citadel on the Saigon River, and there are still traces in the current urban morphology of the ancient canals. But the master plan is really drawn decades later. From 1862, the French Navy design and build Saigon, as the main naval base and capital for the conquered Cochinchina. The second part presents how the civilian power inherits of this grown-up city, at the turn of the century. The historical archives reveal new concerns and approaches in the management of water. A micro-historical approach allows seizing the making of the city « seen from the bottom ». The construction of the current area of Ben Thanh Market on the Boresse marsh in the early 20th century appears as a good case study. The issues of the early twentieth century echoes, to a certain extent and on different scales, that of the beginning of the twenty-first century. Finally, the last part focuses on the economic function of the Chinese arroyo during the twentieth century. From this local experience, the perspective to nowadays industrial zones of Ho Chi Minh City, is analyzed in terms of specialization and location.

Keywords: Saigon river, urban history, canal, water network, naval base, wetland, marshes, Ben Thanh market, industrial zones, Chinese Arroyo

Abstract 2

Within the framework of the Saigon River project (funded by Région Auvergne-Rhône-Alpes – France) a WebGIS has been made ; from old maps of Saigon to coring locations, it is a digital mapping interface providing access to a part of data produced. This interactive app may then be considered as a way to share the results, but it is not its first aim. This custom-made online tool was created at the early beginning of the project to strengthen the link between the teams. Actually, if disciplines and approaches are different, the space of study is the same. The WebGIS, as “collective container”, has raised cross-disciplinary discussions, everywhere it showed unexpected spatial relations between topics.

Keywords: WebGIS, digital mapping, interactive app, collaborative work, data

Le mardi 17 octobre une présentation générale des trois axes du projet ainsi que des résultats obtenus et des perspectives de recherche a été faite par Émilie Strady (IRD Vietnam).

Pour en savoir plus sur le projet Saigon River (2015-2017) : http://virtual-saigon.net/River/Overview

Mobiliser la mémoire. Reconstruire les sociétés de post-conflit : la Colombie en perspective

[ndlr] Pour information, des thématiques qui rejoignent celles de notre séminaire.

Colloque international

Du 4 octobre 2017 au 5 octobre 2017

  • Site Descartes – 15 parvis René Descartes ENS de Lyon, amphithéâtre Descartes
  • UDL, Grand Amphithéâtre

Les questions liées à la mémoire (aux mémoires) individuelle(s) et collective(s) revêtent une importance particulière dans les sociétés qui ont connu des événements traumatiques tels qu’une guerre (les deux guerres mondiales, la guerre d’Algérie pour la France) ou un conflit armé (en Colombie), voire une dictature (dictature militaire pour le Brésil et l’Argentine). En Colombie, depuis que le gouvernement a engagé un processus de négociation avec une des plus anciennes guérillas du monde, celle des FARC, les enjeux liés à la mémoire individuelle et collective sont cruciaux. Les accords signés pour sortir de la violence armée représentent un chapitre fondamental dans l’écriture d’un nouveau récit de la nation, que la société en général doit valider.

Le colloque « Mobiliser la mémoire » sur les enjeux du post-conflit en Colombie rassemblera des juristes, des anthropologues, des sociologues, des historiens, des psychologues et des spécialistes d’études littéraires et artistiques. A partir de 8 conférences et tables rondes, laissant large place au débat, le cas colombien sera mis en perspective avec les expériences transitionnelles argentine, brésilienne et française, analysées et modélisées depuis la création du réseau de recherche « Memoria », en 2013.

Le colloque associera comme grands répondants des écrivains, colombiens et espagnols, ainsi que des chercheurs brésiliens (USP, São Paulo) et argentins (équipe EAAF, Buenos Aires) du réseau « Memoria », dans le cadre de l’année France-Colombie 2017.

Programme en ligne : PDF
Affiche en ligne : PDF

François Guillemot : « Disparaître pour survivre à l’histoire : la mort volontaire de l’écrivain Nhất Linh »

Présentation de notre communication au 6e Congrès du GIS Asie (Réseau Asie & Pacifique).

Presentation :

1963 was a milestone for the Republic of Vietnam. As the Ngo Dinh Diem regime entered a major confrontation with the Buddhist movement, another drama played itself out in Saigon. On July 7, the renowned writer Nhat Linh Nguyen Tuong Tam committed suicide. With this radical protest, he thus avoided a court appearance resulting from a failed coup. This tragic signature of his opposition to the authoritarian regime also marks a turning point in the internal fracture within non-communist nationalism. This communication discusses the challenges of his disappearance and explores the torment that haunted the writer in the final years of his life. Finally, the impact of this act is located in the political context of a violent power in decline. Through Vietnamese documentation and archives, I attempt to elaborate the possible interpretations of this act, both personal and political.

Key words : Republic of Vietnam (1955-1963); nationalism; Nguyen Tuong Tam (Nhat Linh) ; suicide; memory.

Résumé :

1963 est une date charnière pour la République du Viêt-Nam (Sud). Alors que le régime de Ngo Dinh Diem est entré dans une confrontation majeure avec les forces bouddhistes un autre drame se joue à Saigon. Le 7 juillet, l’écrivain renommé Nhat Linh Nguyen Tuong Tam se suicide. Signe radical de protestation, il évite ainsi de comparaître au tribunal dans une affaire de coup d’État raté. La signature tragique de cette opposition au régime autoritaire marque aussi une étape clé dans la fracture interne au sein du nationalisme non-communiste. Cette communication revient sur les enjeux de cette disparition et le tourment qui habite l’écrivain dans les dernières années de sa vie. Enfin, l’impact de cet acte est replacé dans le contexte politique d’un pouvoir violent en déclin. Il s’agira de tenter de saisir à travers les documents et les archives vietnamiennes quelles sont les lectures possibles de cet acte à la fois personnel et politique.

Mots clés : République du Viêt-Nam (1955-1963), nationalisme, Nguyen Tuong Tam, suicide, mémoire.

Numéro spécial de la revue Van Dê [Questions] dédié à Nhât Linh paru en juillet 1970. Collection FG

Documents en ligne pour accompagner notre propos :

Illustrations

Souvenirs de proches

Un destin politique en débat

« Lạnh lùng« , Solitude (1935-1936). Une des rares traductions françaises d’un roman de Nhat Linh. Collection FG

 

  • Laurent Mucchielli et Marc Renneville, “Les causes du suicide : pathologie individuelle ou sociale ? Durkheim, Halbwachs et les psychiatres de leur temps (1830-1930)”, Déviance et société, no 1, 1998, pp. 3-36. En ligne sur le portail Persée.

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine : Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam

Image « à la une » : Di chúc của nhà văn Nhất Linh Nguyễn Tường Tam / Le testament de l’écrivain © DR

Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires – Journées DocAsie 2017

[ndlr] Annonce du réseau DocAsie.

Les 11ème journées DocAsie se dérouleront du 21 au 23 juin 2017 à Marseille. Pour ce 10ème anniversaire, elles se dérouleront entre le Mucem et la Maison Asie-Pacifique et auront pour thème :

Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires.

Autour des collections françaises sur l’Asie.

De l’exploration à l’exposition : Témoignage des relations entre la France et l’Asie, résultat d’une « relation », d’un voyage, le document, de collections asiatiques, est ensuite « objectivé » pour devenir source d’exploration, objet d’études, objet conservé, élément constitutif d’une collection, et peut devenir ensuite objet d’exposition.

Pour en savoir plus : DocAsie

Vietnam Update: The Politics of Life – Call for Papers

[ndlr] Appel à communications.

CALL FOR PAPERS

2017 Vietnam Update: The Politics of Life

20-21 November 2017

Australian National University, Canberra

Vietnamese people often tell their foreign visitors that Vietnam is the most secure place in the world. The country has no terrorists, no political disorder, and the police are second to none. Decades of devastating warfare are long-past. Poverty is declining and incomes are rising in a region with good economic prospects. People in Vietnam appear to fling themselves at life’s everyday challenges with intensity and no little optimism.

But Vietnamese today are questioning ends and means, particularly as they relate to human security; they thirst for transparency and reliable ways to assert control over life. In the country and the city, in material, ideological and psychological realms, and at local, national and regional scales, the ability to feel secure is slipping away. This leads to high system maintenance costs and exhaustion as people exert themselves to amass the means and the trust they require to obtain existential security. Increasingly, questions are being asked as to whether life might be lived in a better way.

This Vietnam Update is dedicated to exploring the politics of life in Vietnam. The organisers call for original research papers that address the following sets of questions:

  1. For many Vietnamese, the most significant risks to life come from their own region as neighbours stake claims and leverage power asymmetries in ways perceived to be detrimental to the very existence of the country. Doubts about co-ordinating mutual security through ASEAN co-exist with concerns about the merits of rapprochement with America. Preoccupations with China manifest in anxieties about encirclement, infiltration, collusion, manipulation and incitement. How are such anxieties given voice and how does the government respond? Online criticisms and protests by activists are met with repression, but throughout the country – both within the government and beyond  – debate rages about how to secure the nation. One of the deepest questions is: who is to be trusted with the nation’s security?
  2. The recent censure and demotion of high level leaders for misconduct or poor performance attests to the openly competitive nature of political power. Party leaders continue to warn about the threats posed by ideological and moral degradation, but are there indications that leaders are being selected according to new standards of meritocratic governance? It has become conventional to tie political outcomes to factional power struggles or a contest over the spoils of patronage but to what extent does politics represent a contest between alternative visions for how the country should be governed and how life is to be lived?
  3. Capitalist market relations are central to gaining access to basic life needs formerly obtained through government programs, state enterprises and co-operatives, or via family, community or customary economies. Market logics influence the supply of housing, land, food, healthcare and education, and most government services attract formal or informal user fees. The pursuit of market efficiencies is linked to precarious livelihoods, indebtedness, and widening social disparities. How are such processes experienced and debated within Vietnamese society? Are there attempts to push back against or mitigate the commoditisation of life?
  4. Technology, industry, science and new production and exchange systems have unleashed material plenty and improved life for tens of millions of people. However, doubts about the benefits of headlong modernisation appear in concerns about the harm done by chemical effluents, carcinogens, pesticides and unsafe food, along with urban expansion, traffic chaos and unsafe workplaces. Agrarian intensification, agricultural commoditisation and land concentration have increased productivity but also engender livelihood insecurities and pose existential threats to rural communities and customary ways of life. In what ways are citizens suturing gaps and controlling such risks through mutual assistance, security from below, or deliberative modes of living and being?
  5. For a number of Vietnamese, the material, spiritual and psychological strains of modern life are such that a retreat into simpler modes of living, equated with the past, offers an appealing alternative. At the same time, tradition is blamed for ills as diverse as corruption, excessive drinking, age, gender and ethnic hierarchies, and doctrinaire thinking. As youths study abroad and gain exposure to the cultures of the world, many are led to wonder: what values and institutions work? Do Vietnamese need a state religion, a prescribed traditional or ‘Western’ culture, civics lessons, or democracy to have the means to obtain security and hold each-other to account?
  6. One of the most intriguing developments in the politics of life come from networks of activists who use media, community affiliations and ties to government insiders and resources to vocally and persistently oppose official development projects, land confiscations and foreign investments considered harmful to human wellbeing. Recent actions range from social media campaigns to sit-ins, flash demonstrations, and the capture of public officials by frustrated villagers. In this workshop we are interested to explore whether the politics of material security represents a singular domain in which citizens may significantly oppose or influence government decisions and development directions through engaging in overt political action perhaps in ways not seen previously in Vietnam.

The organisers are seeking proposals for papers on these themes to be presented at a conference to be held at the ANU, Canberra on 20-21 November 2017.

Proposal Submission:
Interested contributors should send their proposals and a one page CV to Philip Taylor by 20 June 2017. Email: Philip.taylor@anu.edu.au

Each proposal should be no longer than 600 words. The proposal should outline how the paper relates to the issues highlighted in the above sets of questions and the kind of research the paper will be based on. Preference will be given to papers that promise a rich analysis and have an interdisciplinary dimension. The conference organisers will then decide which proposals to accept. We will then extend invitations to the authors of the selected proposals to prepare and present their papers to the conference. The organisers also reserve the right to solicit papers, if necessary, from individuals who did not submit proposals.

Funding for travel and accommodation is available and details will be discussed later with each paper presenter.

Paper Specifications:
The paper itself should be submitted 30 days before the date of the conference.

The paper should not exceed 10,000 words and it should include appropriate bibliography and citations. Each paper should include an abstract of 250 words.

Presentation and Publication:
We envisage about twelve paper presentations during a two day workshop in Canberra on 20-21 November 2017. At the Update each author will have approximately 40 minutes to summarise what her/his paper argues and the evidence used.

The conference will also include presentations about recent political and economic developments in Vietnam.

Organisers request the right of first refusal with regards to publishing the accepted papers, which may be included, subject to any necessary revisions to meet publication requirements, in a refereed book or journal collection that we hope will be published within a year of the conference.

For more information on this Vietnam Update theme or questions about paper proposals please contact Philip Taylor (philip.taylor@anu.edu.au).

Vietnam Update Committee: Huong Le Thu; Phuc To; Ashley Carruthers; Kim Huynh; David Marr; Tana Li; Benedict Kerkvliet; Sango Mahanty.

Colloque international : Temps et temporalité en Asie du Sud-Est [Appel]

[ndlr] Appel à colloque.

Colloque international

Temps et temporalité en Asie du Sud-Est

 

Institut National des Langues et Civilisations Orientales

du 29 novembre au 2 décembre 2017

En Asie du Sud-Est comme ailleurs, les modalités de la co-présence du passé, du présent et du futur donnent lieu à diverses formes d’organisations conceptuelles et pratiques. Un large éventail de dispositifs s’offre ainsi à l’observation, entre une représentation de l’immutabilité des choses – lorsque par-delà l’agitation continue des êtres tout se répète et rien ne change vraiment – et une affirmation de l’irréversibilité de l’altération graduelle et permanente de toutes choses – car si rien ne change rien ne dure non plus. Placés devant ce dilemme, les acteurs s’en accommodent, selon des stratégies elles-mêmes diverses allant de la résignation à la recherche plus ou moins confiante d’une maîtrise de la temporalité – entendue ici comme la perception, à chaque fois particulière, de la durée, cette universelle condition que l’homme ressent par nécessité, où qu’il vive.

De nombreuses approches sont disponibles pour frayer ce thème classique, fruits d’un intérêt qui s’est accru dans les sciences sociales ces trois dernières décennies. Il s’en faut cependant qu’elles aient été pleinement exploitées en terrain sud-est asiatique et l’un des objectifs de ce colloque sera bien sûr de s’y confronter. On pense, par exemple, aux multiples rythmes qui scandent la vie des individus, au caractère socialement marqué du temps vécu, aux mesures notamment calendaires, aux temps des grandes cosmogonies, aux relations qu’entretiennent temporalité, narration et langage ou encore au travail de la mémoire comme actualisation du passé. Pour aller plus loin, on peut s’aider des réflexions de la linguistique culiolienne questionnant la pertinence de catégories grammaticales indo-européennes pour rendre compte de l’expression du temps dans d’autres familles de langues, de l’anthropologie de la « structure de la conjoncture » de Marshall Sahlins, ou des travaux sur les « régimes d’historicité », les « traditions inventées », ou les « textures du temps »,1 ou bien d’autres formes d’analyse encore.

Mais l’on prendra garde au fait que la catégorie que nous appelons temps n’est peut-être pas représentée ailleurs comme un domaine unique, ou acceptant une forme de mesure unique ou encore relevant d’une orientation unique qui nous mène du passé au futur ou inversement. Au contraire, il existe peut-être dans les catégories que nous traduisons volontiers par temps des éléments qu’en Occident moderne (et contemporain) nous ne classons pas dans ce registre, comme la hiérarchie fondée sur la précédence, ou les richesses et le prestige qu’offre leur captation, leur don et parfois leur destruction. La démarche est donc nécessairement et même épistémologiquement comparative.

Pour mener à bien ces objectifs, plusieurs portes d’entrée se profilent. Une première, immédiatement comparative, consiste à considérer ce que nous appelons temps comme un moyen d’accéder aux structures sociales des diverses communautés sud-est asiatiques. La temporalité semble unifier alors tout ce que nous avons l’habitude de segmenter en politique, religieux, économique, etc. L’abdication d’un roi, par exemple, est-elle un phénomène temporel (le temps du renoncement au monde des spécialistes du bouddhisme), un phénomène hiérarchique de précédence (une abdication temporaire au profit d’un représentant des premiers occupants du sol) ou participe-t-elle d’une relation statutaire (un roi aîné désigné en premier abdique pour un roi cadet désigné en second, comme il en existe à Madagascar) ; de même, les funérailles d’un roi organisées par son fils ou son neveu sont-elles l’expression d’une mort-renaissance de l’institution royale ou signent-elles un échange de biens  (mérites, richesses et dépendants) au sein d’une même maison ; l’engagement pour dettes pallie-t-il la faiblesse des institutions de crédit ou est-ce une manière de faire durer la relation en en modifiant le statut ; faut-il voir l’émission monétaire comme un outil favorisant la circulation des biens ou, permettant l’instantanéité de l’échange, un moyen de s’affranchir de liens de dépendances ?

Une seconde porte d’entrée, directement cognitive, consiste à rechercher les marques de la temporalité telles qu’elles se présentent en Asie du Sud-Est. Les linguistes pourront ainsi étudier les marqueurs et/ou les constructions syntaxiques qui se rapportent aux notions d’ « habitude », de « tradition », d’« héritage », de « mémoire », de « mythe », de « conte », d’« histoire », de « temporalité », d’« aspect », qu’il sera loisible d’aborder aussi bien des points de vue de la syntaxe, de la sémantique, de l’étymologie ou de la morphologie que de l’analyse du discours ; les historiens s’intéresseront par exemple à l’origine du temps, la succession des ères cosmiques, les différents cycles composant les calendriers (cycles de la royauté, des institutions, des ancêtres, des cultures, etc.), à l’enchaînement des ruptures et des fondations politiques ou la rétraction du temps dont procède le millénarisme ; enfin, le temps pouvant être défini comme « la synchronisation irréversible d’événements ou d’actions appartenant à deux ou plusieurs domaines distincts »2, les anthropologues pourront étudier la manière dont s’opère la synchronisation dans une société donnée.

Dans les deux cas, on peut s’attendre à mettre au jour une relation entre plusieurs formes de synchronisations qui entrent en opposition ou se complètent3. C’est alors l’articulation de ces formes qui dit la spécificité de la société à travers une vision du monde élaborée par une hiérarchie de valeurs. On ouvrira volontiers l’enquête au « désenchantement du temps »4 qu’y constitue la confrontation entre l’accélération du temps des sociétés contemporaines, désormais mondialisées5, et des manières plus locales de vivre la temporalité. Le présent atelier brodera donc les représentations temporelles de l’Asie du Sud-est avec les nouvelles ou anciennes orientations théoriques en particulier en linguistique, en histoire et en anthropologie, de manière à enrichir réciproquement connaissance de terrain et théorie. Trois conférenciers spécialistes d’une de ces disciplines mais dans une autre aire culturelle que l’Asie du Sud-Est sont invités pour étayer la démarche comparative.

Conférenciers invités

Maurice BLOCH, Professeur émérite d’anthropologie, spécialiste de Madagascar – London School of Economics and Political Science.

Daniel LEBAUD, Professeur émérite de linguistique, spécialiste du français – Université de Franche-Comté/ELLIADD (Édition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours, EA 4661)

François MACÉ, Professeur émérite d’histoire, spécialiste du Japon – Institut National des Langues et Civilisations Orientales.

 

Modalités pratiques 

Les propositions (un résumé d’une page) accompagnées du titre, du nom et du prénom, de l’institution de rattachement, de l’adresse électronique, et d’un court curriculum vitæ de l’auteur devront être envoyées avant le 1er juin 2017 à l’adresse électronique suivante : camnam2017@free.fr. Sur avis du comité scientifique, le comité d’organisation se réserve le droit de retenir ou de rejeter les propositions, dans un intervalle d’un mois à compter de cette date butoir.

Les langues de communication sont le français et l’anglais ; le temps de parole par intervenant sera de 30 minutes (25 minutes d’intervention suivies de 5 minutes de questions). Les communications les plus intéressantes feront l’objet d’une publication.

 

Calendrier

1er juin 2017 : date limite de réception des propositions

30 juin 2017 : notification aux auteurs

15 octobre 2017 : date limite de réception des propositions sélectionnées

 

Comité d’organisation

– Nasir ABDOUL-CARIME (AEFEK)

– Sovath BONG (URBA)

– Éric BOURDONNEAU (EFEO/CASE)

– Grégory MIKAELIAN (CNRS/CASE)

– Joseph THACH (INALCO/SeDyL)

 

Comité scientifique

– Nasir ABDOUL-CARIME (historien, AEFEK)

– Michel ANTELME (linguiste, INALCO/ CERLOM)

– Alain ARRAULT (historien, EFEO/CECMC)

– Cécile BARRAUD (anthropologue, CNRS/CASE)

– Éric BOURDONNEAU (historien, EFEO/ CASE)

– Vanina BOUTÉ (anthropologue, Université de Picardie/CASE)

– Ang CHOULÉAN (anthropologue, URBA)

– Elsa CLAVÉ (historienne, Goethe Universität/ CASE)

– Huy Linh DAO (linguiste, INALCO/CRLAO)

– Olivier EVRARD (anthropologue, IRD/CASE)

– Christopher GOSCHA (historien, Université de Québec)

– André ITEANU (anthropologue, EPHE/CASE)

– Stéphanie KHOURY (anthropologue, CASE)

– Grégory MIKAELIAN (historien, CNRS/CASE)

– Dara NON (linguiste, URBA)

– Hélène de PENANROS (linguiste, INALCO/ SeDyL)

– Dana RAPPOPORT (anthropologue, CNRS/CASE)

– Joseph THACH (linguiste, INALCO/SeDyL)

– Ashley THOMPSON (historienne, SOAS)

– Sophie VASSILAKI (linguiste, INALCO/ SeDyL)

– Sylvain VOGEL (linguiste, URBA/SeDyL-CAMNAM)

Notes

  1. A. Culioli, « Les modalités d’expression de la temporalités sont-elles révélatrices de spécificités culturelles », [in] Pour une linguistique de l’énonciation, Paris, Ophrys, 1999, t. 2, pp. 158-178 ; M. Sahlins, Des îles dans l’histoire, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1989 et F. Zimmerman, « Sahlins, Obeyesekere et la mort du capitaine Cook », L’Homme, t. 38, n°146, 1998, pp. 191-205 ; R. Koselleck, « ‘Champ d’expérience’ et ‘horizon d’attente’ : deux catégories historiques », [in] Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éd. de l’EHESS, 1990, pp. 307-329 et F. Hartog, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Éd. du Seuil, 2003 ; E. Hobsbawn et T. Ranger (dir.), L’invention de la tradition. Nouvelle édition augmentée, Paris, Amsterdam, 2012 ; V. N. Rao, D. Shulman, S. Subrahmanyam, Textures du temps : écrire l’histoire en Inde, Paris, Éd. du Seuil, 2004 []
  2.  A. Iteanu, « Orokaiva : le temps des hommes », [in] P. Piettre (dir.), Le temps et ses représentations, Paris L’Harmattan, 2001, pp. 211-220 []
  3. A. Iteanu, loc. cit. ; J. Baschet, La civilisation de l’Occident féodal, Paris, Champ Flammarion, 2006, p. 444 []
  4. B. Pradel, « les caractéristiques traditionnelles du rythme social », Rhuthmos, 11 février 2012 []
  5. R. Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, coll. « Théorie critique », 2010 []

The Vietnam Center and Archive : “1967 – The Search for Peace”

[ndlr] Appel à communications.

vietnamcentrearchive_logo

ipac_logo

Conference Call for Papers and Panels
“1967: The Search for Peace”

April 28-29, 2017, Lubbock, Texas

 

The Vietnam Center and Archive and the newly-created Institute for Peace & Conflict (IPAC) at Texas Tech University are pleased to announce a conference focused on the year 1967 and the search for peace in Vietnam. We hope and expect in this conference to approach the events of 1967 in the broadest possible manner by hosting presentations not only on the antiwar and peace movements at home and abroad, but also on efforts to end the conflict through international diplomacy as well as military and diplomatic means in Vietnam and Southeast Asia.

Recent scholarship has focused on 1967 as a pivotal year in the Vietnam War, as the broad consensus that had supported the war in its early years started to break down and the country fractured over whether the United States could successfully achieve its stated objectives in Vietnam. In streets and on campuses across America, critics of the war demanded an immediate U.S. withdrawal—a position rejected by the Johnson administration as naïve and irresponsible. In April, Martin Luther King became the most famous opponent of the war, much to the chagrin of President Johnson. Behind closed doors, an increasing number of officials within the administration began to question official U.S. strategy and they looked for ways to change course. In May, the Civil Operations and Revolutionary Development Support (CORDS) was created to hopefully “pacify” the rural areas controlled by NLF and PAVN troops, and win the “hearts and minds” of the villagers. In a speech in San Antonio in September of that year, President Johnson offered to suspend the bombing campaign in exchange for concessions from North Vietnam, prefiguring his more famous offer of a bombing pause announced in the wake of the Tet Offensive the following year. Meanwhile, a force increase to 480,000 troops, operations such as Cedar Falls, Junction City and Rolling Thunder had not defeated the will of the enemy to continue fighting. The depth of this divide behind closed doors was perhaps symbolized most profoundly by the resignation of Secretary of Defense Robert McNamara that fall. While this conference will reflect upon the 50th anniversary of all of the events that took place during that critical year, we also encourage the submission of papers and panels that will address the theme of peace over the course of the war from as many perspectives as possible.

This two-day conference will be hosted at the Clarion Hotel and Conference Center in Lubbock, Texas. Conference organizers welcome both individual presentation proposals as well as pre-organized panel proposals that include two to three presentations. Conference sessions will follow the standard 90-minute format to include 60 minutes for presentations and 30 minutes for questions and discussion. Presentations by veterans are especially encouraged as are presentations by graduate students. Graduate student travel grants will be made available to select students.

Proposal submission deadline is January 15, 2017. Please submit a 250 word abstract and separate two-page CV/resume to 1967vietnamconference@gmail.com. The program committee of Justin Hart, Dave Lewis, Steve Maxner, Laura Calkins, and Ron Milam will evaluate all paper proposals and develop a program that reflects the many remarkable aspects of 1967. If submitting a panel proposal, please include separate abstracts for each proposed presentation and CVs/resumes for each speaker.

Thank you for your interest in participating in this conference.

Source : Steve Maxner / VSG

Nation-Building in War: The Experience of Republican Vietnam, 1955-1975 – Berkeley, 17-18 octobre 2016

[ndlr] Le renouveau des études sur l’expérience républicaine au Sud Viêt-Nam se poursuit. Annonce d’un important colloque sur la construction de l’État-nation au Sud entre 1955 et 1975 (co-organisé par le Centre des Études de l’Asie du Sud Est de l’Université de Berkeley, Californie et le Journal of Vietnamese Studies).

 

Nation-Building in War: The Experience of Republican Vietnam, 1955-1975

Conference/Symposium

October 17 | 8:30 a.m.-6 p.m.

October 18 | 8:30 a.m.-1 p.m.

180 Doe Library

★ ★ ★

Center for Southeast Asia Studies

johndominissaigon
Saigon © John Dominis

This symposium is about the experience of nation-building in Republican Vietnam during 1949-1975. During this period, many Vietnamese sought a non-communist future for their country with the support of the United States. Over more than two decades, these men and women worked together toward that goal as much as fought against each other over differences in visions and policies. This took place within the broader context of large-scale military conflicts (the civil war between North Vietnam and South Vietnam and the Cold War between the superpowers).

Scholarship on the subject has focused mostly on that broader context of warfare while overlooking the project of nation-building carried out by South Vietnamese. In fact, much more took place in politics, society, culture, and the economy than in the military realm. Another bias of scholarship is its obsession with external intervention and its corresponding neglect of Vietnamese agency. While the U.S. played a crucial role in the viability of South Vietnam as an independent entity, South Vietnamese efforts have not been fully appreciated.

This symposium hopes to document and analyze such Vietnamese efforts in both military and other areas of nation-building by presenting panels of South Vietnamese officials, politicians, academics, and journalists who were active participants in historical developments, paired with panels of young scholars who will be asked to place the testimonies of participants in their contexts and to evaluate their significance.

Organizers: Peter Zinoman, Professor of History, UC Berkeley; Tuong Vu, Professor of Political Science, University of Oregon

Participants

  • Col. Trần Minh Công, Commandant of RVN Police Academy
  • Nguyễn Đức Cường, Minister of Trade and Industry
  • Kiều Chinh, Actress
  • Huỳnh Văn Lang, Director of Foreign Exchange Agency and secretary of the Can Lao Party’s Joint North-South branch, founder of Bách Khoa Review and the Association for the Development of Popular Culture
  • Phạm Kim Ngọc, Minister of Economy
  • Hoàng Đức Nhã, Presidential Advisor and Minister of Mass Mobilization and Open Arms
  • Nhã Ca, Writer
  • Dr. Nguyễn Hữu Phước, National Director of Elementary Teacher Training & In-Service Training, Ministry of Education
  • Lt. Col. Bùi Quyền, Deputy Commander, Third Airborne Brigade
  • Dr. Võ Kim Sơn, Lecturer, Faculty of Education, University of Saigon
  • Cao Văn Thân, Minister of Land Reform and Agricultural Development
  • Vũ Quốc Thúc, Central Bank Governor and Minister of Reconstruction and Development
  • Vũ Thanh Thủy, War Correspondent
  • Phạm Trần, Journalist
  • Lâm Lễ Trinh, Minister of Interior and Ambassador
  • Sean Fear, Postdoctoral Fellow in U.S. Foreign Policy and International Security, Dartmouth College
  • Kevin Li, Ph.D. candidate, History, UC Berkeley
  • Ryan Nelson, Ph.D. candidate, History, UC Berkeley
  • Huong Nguyen, Ph.D. candidate, History, University of Washington
  • Nathalie Huynh Chau Nguyen, Associate Professor of Australian Studies, Monash University
  • Van Nguyen-Marshall, Associate Professor of History, Trent University (Canada)
  • John Schafer, Emeritus Professor of English, Humboldt State University
  • Simon Toner, Postdoctoral Fellow in Southeast Asian Studies, Columbia University
  • Nu-Anh Tran, Assistant Professor of History and Asian American Studies, University of Connecticut
  • Alex-Thai Dinh Vo, Ph.D. candidate, Cornell University
  • Tuong Vu, Professor of Political Science, University of Oregon
  • Peter Zinoman, Professor of History, UC Berkeley

The program of October 18 includes a book launch from 1:00 – 2:00 p.m., by Prof. Nathalie Huynh Chau Nguyen (Monash University), who will discuss her new book South Vietnamese Soldiers: Memories of the Vietnam War and After (2016)

CA, cseas@berkeley.edu, 510-642-3609

[Programme des deux journées à télécharger]

CSEAS Vietnam Program UPDATE

Source : CSEAS