Archives de catégorie : Agenda / Evénements

Bradley Camp Davis : Imperial Bandits Outlaws and Rebels in the China-Vietnam Borderlands (Conférence le 23 février 2017))

[ndlr] A ne pas manquer. La Section d’Études Vietnamiennes de LCAO, recevra Bradley Camp Davis à Paris Diderot le 23 février prochain (16h – 17h30) autour de la publication de son ouvrage Imperial Bandits Outlaws and Rebels in the China-Vietnam Borderlands (2017). Ce séminaire est ouvert à tous, dans la limite des places disponibles.

conferencesev_bradleycampdavis_2017

L’École Française d’Extrême-Orient recrute

[ndlr] Relais d’information sur deux postes à pourvoir de l’EFEO. Date limite : 20 février 2017.

Mesdames et Messieurs,

Je vous informe que deux postes d’enseignant-chercheur de l’EFEO sont ouvert au concours en ce début d’année.

Il s’agit de :

1/ Poste de Directeur d’études de l’EFEO « Asie orientale (Chine, Japon) »

2/  Poste de Maître de conférences de l’EFEO « Etudes bouddhiques : anthropologie, histoire, histoire de l’art, philologie »

Vous trouverez le détail de ces postes dans les documents joints [PDF ci-dessus].

Les dossiers des candidats doivent être déposés (sous format numérique) le 20 février 2017 à midi au plus tard. La commission de recrutement devrait se dérouler dans le courant du mois d’avril.

La date de prise de fonction est fixée au 1er septembre 2017.

Cette annonce figure également sur le site Internet de l’EFEO (rubrique « l’EFEO recrute », en bas à gauche sur la page d’accueil).

Enfin, ces avis de concours seront également affichés sur le site Galaxie du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Je vous remercie de faire connaître largement autour de vous ces offres de concours.

Bien cordialement,

Valérie Liger-Belair

Directeur général des services

Ecole française d’Extrême-Orient (EFEO)

22 avenue du président Wilson, 75116 Paris

Tél. 01.53.70.18.55

Source : EFEO

Séminaire : « Produire et vivre la ville au Vietnam d’hier à aujourd’hui »

[ndlr] Un nouveau séminaire sous la direction de Marie Gibert, Maître de conférences en Géographie, Université Paris Diderot, UFR LCAO.

 

« Produire et vivre la ville au Vietnam d’hier à aujourd’hui »


Vendredi de 10 h à 12 h – Bât. Halle aux farines – salle 377 F

12 séances réparties du 27/01 au 05/05

Ce nouveau séminaire de recherche interdisciplinaire de l’UFR LCAO, dont la thématique est inédite, rend compte de la riche actualité des études urbaines en lien avec le terrain vietnamien, et plus largement d’Asie orientale. Ce séminaire s’adresse donc aux étudiants s’intéressant aux mutations des villes vietnamiennes, mais aussi à la compréhension du développement des villes asiatiques de manière plus générale. Il offre un panorama bibliographique et épistémologique critique sur les enjeux urbains dans la région, par l’analyse d’articles scientifiques dans un champ de recherche en pleine expansion. Il propose également une approche plus théorique des études urbaines et de leurs outils, toujours dans une perspective pluridisciplinaire.

Chaque séance thématique s’accompagne de la mise à disposition et de la discussion de ressources bibliographiques récentes et multilingues, permettant de se familiariser avec la variété croissante des problématiques contemporaines de recherche sur les villes vietnamiennes, mais aussi de mises au point sur des notions théoriques, permettant de (re)penser les villes et leurs mutations contemporaines de manière critique. La ville y est abordée dans ses composantes morphologiques, mais également sociales et politiques.

Ce séminaire est ouvert à tous (dans la limite des places disponibles) et ne requiert pas de connaissances spécifiques en langue vietnamienne.

  • Séance 1 (27 janvier 2017) – Séance d’introduction : Les villes vietnamiennes, trajectoires historiques et enjeux géographiques
  • Séance 2 (3 février) – Séance « hors les murs » sur les espaces publics et les espaces ouverts dans les villes d’Asie
  • Séance 3 (10 février) – Villes et colonisation en contexte vietnamien
  • Séance 4 (17 février) – De la ville socialiste à la ville post-socialiste
  • Séance 5 (24 février) – Les villes vietnamiennes à l’heure de la métropolisation
  • Séance 6 (3 mars) – Le défi de l’informalité dans la ville vietnamienne contemporaine
  • Séance 7 (10 mars) – Les territoires du périurbain au Vietnam
  • Séance 8 (17 mars) – Les villes vietnamiennes, défis environnementaux
  • Séance 9 (24 mars) – Aborder la ville par les pratiques citadines
  • Séance 10 (31 mars) – Villes, mobilités, migrations
  • Séance 11 (28 avril) – Villes en réseaux : introduction à l’urbanisme relationnel
  • Séance 12 (5 mai) – Séance conclusive : Produire la ville en contexte autoritaire

Programme détaillé (pdf) :

programme_1617_seminaire_villes_vietnamiennes_gibert-flutre

Contact : marie.gibert@univ-paris-diderot.fr

Image « à la une », le Saigon Café à HCM-Ville © 2016 FG

Histoire du Viêt-Nam au XXe siècle : révolution, guerre et société

[ndlr] Fiche de présentation DEMEOC 2016-2017. Descriptif des cours / « Histoire du Viêt-Nam au XXe siècle : révolution, guerre et société », semestre 2 à Sciences Po Lyon.

Enseignant :
François GUILLEMOT

Diplôme(s):

Catégorie :

guillemot_histoireduvietnam2017

Présentation du cours :

La constitution de l’État-nation vietnamien est abordée autour des trois concepts de « révolution, guerre et société ». Au fil de la chronologie tourmentée du XXe siècle, nous verrons que ces concepts recouvrent une réalité au pluriel : plusieurs types de révolutions ont été envisagés, le pays a connu quatre guerres successives ou enchevêtrées et la société comprend de multiples populations en interaction. La présentation d’un Viêt-Nam unique et homogène ne résiste pas aux faits historiques. Selon l’historien Nguyen The Anh : « il n’y a pas qu’une manière unique d’être Vietnamien, mais toute une variété de points de vue vietnamiens, selon les moments et les endroits considérés ». Pour illustrer ce propos, nous nous explorerons chronologiquement quelques moments clés de l’histoire :

  • l’avènement d’une révolution indépendantiste, de sa transformation communiste et du retour de la question nationale posée dans les années vingt ;
  • la guerre de réunification suivie d’une guerre d’expansion territoriale et le retour des contingences avec la question de la mer de Chine ;
  • l’évolution de la société à travers un XXe siècle éprouvant, du « choc colonial » à la décolonisation brutale jusqu’à l’avènement d’un État réunifié, puis du défi postcolonial à la globalisation.

A travers l’étude de l’évolution de « la question vietnamienne », l’objectif de ce cours vise à offrir aux étudiants un cadre de réflexion pour comprendre ce qu’est le Viêt-Nam dans toute sa diversité.

Bibliographie :

  • Brocheux, Pierre, Histoire du Viêt Nam contemporain. La nation résiliente, Paris, Fayard, 2011.
  • Césari, Laurent, L’Indochine en guerres : 1945-1993, Paris, Belin, 1995.
  • Papin, Philippe, Viêt-Nam : parcours d’une nation, Paris, La Documentation française, 2003, 2e éd.

Source : Sciences Po Lyon / DEMEOC

Séminaire général du CASE – M.-S. De Vienne & M. Guérin – 15 décembre 2016

[ndlr] A ne pas manquer. Séminaire général du CASE – séance du 15 décembre – M.-S. De Vienne & M. Guérin – 9h30-12h30 – EHESS salle 638 av. de France – 75013.

Marie Sybille de Vienne ( INALCO)

« Les élites sino-khmères de la période coloniale à nos jours, entre efflorescence et éradication »

Matthieu Guérin (CASE-Inalco)

« Entrisme et réseau des négociants chinois du Cambodge à l’époque du Protectorat »

seminairecase_cambodge_15-12-2016Source : CASE

 

Clémence Schantz : Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge [thèse]

[ndlr] Avis de la soutenance de thèse de Clémence Schantz (Ceped).

Soutenance de thèse de sociodémographie, menée sous la direction de Véronique Petit au Ceped.

« Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge »

Clémence Schantz

Vendredi 16 décembre 2016 à 10h00

Salle de réunion F.673 -Sorbonne

Galerie Gerson – escalier G2, 1er étage, 54 rue Saint Jacques, 75005 Paris.

La soutenance se déroulera devant un jury composé de :

  • Alexandre DUMONT, épidémiologiste, santé des femmes et santé périnatale, directeur de recherche, IRD, Ceped.
  • Anne Yvonne GUILLOU, anthropologue, chargée de recherche CNRS, IRASEC.
  • Patrick HEUVELINE, démographe, professeur à l’Université de Californie, Los Angeles (UCLA), rapporteur.
  • Yannick JAFFRE, anthropologue de la santé, directeur de recherche, CNRS UMI 3189 & EHESS, rapporteur.
  • Véronique PETIT, démographe, professeure à l’Université Paris Descartes, Ceped, directrice de thèse.

 

Résumé de la thèse :

Le Cambodge est l’un des neuf pays au monde à avoir atteint l’OMD 5 des Nations Unies, c’est-à-dire à avoir diminué de trois quarts le taux de mortalité maternelle au niveau national entre 1990 et 2015. Ce taux est ainsi passé de 1020 à 161 décès maternels pour 100 000 naissances au cours de ces 25 années. Ce succès est le résultat de politiques publiques volontaristes : une politique de planification familiale, la mise en place de systèmes de financements de la santé, la formation puis le déploiement de milliers de sages-femmes sur le territoire. Cette réussite s’explique également par une mutation sociologique de premier plan : l’accouchement, qui était historiquement un événement avant tout social et qui se déroulait dans l’intimité de la maison, est devenu un événement public pour la femme et sa famille. Alors qu’en 2000 moins de 10% des femmes accouchaient dans une structure médicalisée, elles étaient plus de 80% dans cette situation en 2014, traduisant ainsi la biomédicalisation massive et soudaine de l’accouchement dans tout le pays.

Cette recherche sociodémographique remet en question la vision idéalisée des Nations Unies concernant la santé maternelle au Cambodge en rendant visibles et en observant les pratiques obstétricales « par le bas » à partir d’une enquête empirique sur plusieurs terrains à Phnom Penh et en Kandal (milieu rural). La méthodologie développée conjugue une observation participante, à des entretiens semi-directifs auprès de soignants et de non soignants (hommes et femmes), des questionnaires auprès de femmes enceintes puis accouchées (cohorte), ainsi qu’une collecte de données médicales dans quatre maternités de Phnom Penh. Les résultats montrent que certains hôpitaux et cliniques pratiquent des épisiotomies systématiques, ce qui est contraire aux recommandations internationales, et que le taux de césariennes dans la capitale a presque triplé en quinze ans, dépassant depuis le début des années 2000 le seuil de 10% recommandé par l’OMS. Enfin, une pratique répandue de périnéorraphies visant à resserrer fortement le vagin de femmes jeunes et en bonne santé après des accouchements par voie basse, sans indication médicale, est courante dans la capitale. Ces pratiques obstétricales, historiquement construites, vont alors fréquemment être détournées de leur usage médical pour répondre à une demande sociale.

Le corps des femmes a été appréhendé dans cette recherche comme un corps social et politique, révélateur des rapports sociaux, sur lequel se jouent de nombreux enjeux de pouvoirs. La thèse a révélé que ces trois pratiques obstétricales faisaient système en se renforçant les unes les autres. A l’intersection entre corps, genre et biomédecine, la recherche a montré que ces différentes pratiques obstétricales pouvaient être conçues comme des instruments de domination. Le genre, tel qu’il est pensé dans la société, va contribuer à fabriquer un sexe féminin, mais aussi à construire un corps féminin de façon plus générale. Mais la thèse a dévoilé également que certaines de ces pratiques vont être saisies par les femmes, afin d’accroître leur attractivité sexuelle, leur permettant de renégocier les rapports de genre, et de maintenir l’harmonie et la stabilité du couple.

Mots-clés : Cambodge, biomédecine, pratiques obstétricales, épisiotomie, périnéorraphie, césarienne, accouchement, sexualité, rapports de genre.

Merci d’informer de votre présence en écrivant à : clemschantz@hotmail.com

 

Pour en savoir plus :

Atelier Normalisation 1-Les périnéorraphies du… par IEC-MNHN

 

Image « à la une » : Clémence Schantz © Toutes à l’école

UQÀM : Phi-Vân Évelyne Nguyen, lauréate du prix de la meilleure thèse de doctorat

[ndlr] Félicitations à notre collègue Phi-Vân pour ce prix thèse bien mérité et aux autres personnes sélectionnées pour cette récompense annuelle de la Faculté des sciences humaines de l’Université du Québec à Montréal.

Prix de la meilleure thèse de doctorat

Phi-Vân Évelyne Nguyen (Ph. D. histoire, 2015) a été récompensée pour sa recherche intitulée Les résidus de la guerre: la mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non communiste (1954-1965). Sa thèse est l’aboutissement d’une étude patiente et minutieuse l’ayant menée au Vietnam, en France et aux États-Unis, sur les traces des quelque 800 000 personnes qui, en 1954, choisirent de quitter la zone communiste du pays, dans le nord, pour rejoindre ce que l’on désignait à l’époque comme le «monde libre». La chercheuse a étudié le parcours politique et culturel de ces réfugiés, depuis leur arrivée dans le sud du Vietnam, en 1954, jusqu’au déclenchement de la guerre, en 1965. Grâce à deux bourses postdoctorales du CRSH et de la Fondation suisse pour la recherche scientifique, Phi-Vân Évelyne Nguyen poursuit actuellement ses recherches à l’Université Cornell, aux États-Unis.

Source : Actualités UQAM (24/11/2016)

Résumé en anglais :

Phi Vân’s dissertation, « Les résidus de la guerre, La mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non-communiste, 1954–1965″ [War Residues: The Mobilization of Northern Refugees for a non-Communist Vietnam, 1954–1965] analyzes the political and cultural consequences of the migration of more than 800,000 Vietnamese who left the North to regroup into South following the 1954 Geneva ceasefire. Using archival documents collected in Vietnam, the United States and France, the dissertation shows that one important consequence of the migration was to radicalize non-Communist nationalism. Many migrants identified as « refugees of Communism » and considered they were personally tied to the fate of the Vietnamese nation since the Geneva partition. As a consequence, the 1954 refugees exhorted everyone within Vietnam and beyond to fight back Communism and reunite the Vietnamese nation.

Sur ce sujet voir : https://indomemoires.hypotheses.org/20609

Mauro Carbone : Mobilité, visibilité, désir : le cinéma dans la réflexion de Sartre, Merleau-Ponty, Lyotard (7-12-2016)

La section arts du département lettres et arts de l’ENS de Lyon accueillera une conférence de Mauro CARBONE, mercredi 7 décembre à 14h, salle Dutilleux :

Mobilité, visibilité, désir : le cinéma dans la réflexion de Sartre, Merleau-Ponty, Lyotard

 

Mauro Carbone, spécialiste d’esthétique, est professeur de Philosophie à l’Université Jean Moulin Lyon 3 et membre senior de l’Institut Universitaire de France. Il a été longuement Professeur d’Esthétique Contemporaine auprès de l’Università degli Studi de Milan.

Carbone est le fondateur ainsi que l’un des directeurs de la revue Chiasmi International. Publication trilingue autour de la pensée de Merleau-Ponty. Il dirige aussi la collection « L’œil et l’esprit. Esthétique, phénoménologie, textes plurilingues » auprès de la maison d’édition Mimésis (Milan-Paris). La pensée de Merleau-Ponty, dont il est l’un des plus importants spécialistes de sa génération, inspire entre autres La chair des images : Merleau-Ponty entre peinture et cinéma (Paris, Vrin, 2011 ; Albany, NY, SUNY Press, 2015 ; Shanghai, VI Horae, 2016, traduction japonaise en cours).

carbone_philosophieecransSes recherches actuelles sont focalisées sur les rapports entre l’expérience visuelle contemporaine et la philosophie à faire aujourd’hui. À ce sujet, parmi ses livres, il faut rappeler aussi Être morts ensemble : l’événement du 11 Septembre 2001 (Genève, MētisPresses, 2013) et Philosophie-écrans (Paris, Vrin, 2016 ; Milan, Raffaello Cortina, 2016).

 

★ ★ ★

The Vietnam Center and Archive : “1967 – The Search for Peace”

[ndlr] Appel à communications.

vietnamcentrearchive_logo

ipac_logo

Conference Call for Papers and Panels
“1967: The Search for Peace”

April 28-29, 2017, Lubbock, Texas

 

The Vietnam Center and Archive and the newly-created Institute for Peace & Conflict (IPAC) at Texas Tech University are pleased to announce a conference focused on the year 1967 and the search for peace in Vietnam. We hope and expect in this conference to approach the events of 1967 in the broadest possible manner by hosting presentations not only on the antiwar and peace movements at home and abroad, but also on efforts to end the conflict through international diplomacy as well as military and diplomatic means in Vietnam and Southeast Asia.

Recent scholarship has focused on 1967 as a pivotal year in the Vietnam War, as the broad consensus that had supported the war in its early years started to break down and the country fractured over whether the United States could successfully achieve its stated objectives in Vietnam. In streets and on campuses across America, critics of the war demanded an immediate U.S. withdrawal—a position rejected by the Johnson administration as naïve and irresponsible. In April, Martin Luther King became the most famous opponent of the war, much to the chagrin of President Johnson. Behind closed doors, an increasing number of officials within the administration began to question official U.S. strategy and they looked for ways to change course. In May, the Civil Operations and Revolutionary Development Support (CORDS) was created to hopefully “pacify” the rural areas controlled by NLF and PAVN troops, and win the “hearts and minds” of the villagers. In a speech in San Antonio in September of that year, President Johnson offered to suspend the bombing campaign in exchange for concessions from North Vietnam, prefiguring his more famous offer of a bombing pause announced in the wake of the Tet Offensive the following year. Meanwhile, a force increase to 480,000 troops, operations such as Cedar Falls, Junction City and Rolling Thunder had not defeated the will of the enemy to continue fighting. The depth of this divide behind closed doors was perhaps symbolized most profoundly by the resignation of Secretary of Defense Robert McNamara that fall. While this conference will reflect upon the 50th anniversary of all of the events that took place during that critical year, we also encourage the submission of papers and panels that will address the theme of peace over the course of the war from as many perspectives as possible.

This two-day conference will be hosted at the Clarion Hotel and Conference Center in Lubbock, Texas. Conference organizers welcome both individual presentation proposals as well as pre-organized panel proposals that include two to three presentations. Conference sessions will follow the standard 90-minute format to include 60 minutes for presentations and 30 minutes for questions and discussion. Presentations by veterans are especially encouraged as are presentations by graduate students. Graduate student travel grants will be made available to select students.

Proposal submission deadline is January 15, 2017. Please submit a 250 word abstract and separate two-page CV/resume to 1967vietnamconference@gmail.com. The program committee of Justin Hart, Dave Lewis, Steve Maxner, Laura Calkins, and Ron Milam will evaluate all paper proposals and develop a program that reflects the many remarkable aspects of 1967. If submitting a panel proposal, please include separate abstracts for each proposed presentation and CVs/resumes for each speaker.

Thank you for your interest in participating in this conference.

Source : Steve Maxner / VSG