Archives de catégorie : Agenda / Evénements

Séminaire Diglossie : conférence de Philippe Papin – 12 février 2018

[ndlr] Annonce d’une conférence de Philippe Papin, directeur d’études à l’EPHE.

Le lundi 12 février 2018 de 17h30 à 19h30, à la Maison des sciences de l’homme, 54 Bd Raspail, Paris 6°, salle 9.

Diglossie et digraphie dans le Vietnam classique

Conférence de Philippe Papin (EPHE), dans le cadre du séminaire SCRIPTA-PSL: Diglossie, traduction intralinguale, réécriture, commentaire.

Le Vietnam, à l’articulation de l’Asie orientale et de l’Asie du Sud-Est, offre le cas d’une histoire des langues et des écritures qui est d’une passionnante complexité. Au substrat local, disparu mais que les linguistes tentent de reconstituer sous le nom de « proto-viet-muong », se sont ajoutés le chinois classique et son extension démotique au Nord, le sanscrit et le cam au Sud, et puis, au XVIIe siècle, l’écriture romanisée qui a permis d’enregistrer la prononciation du vietnamien parlé. Cette intervention se propose de dresser le panorama linguistique du Vietnam et d’examiner les rapports entre l’écriture et l’oralité à travers des exemples concrets pris dans le corpus des sources épigraphiques.

Séminaire organisé par Rainier Lanselle et Andréas Stauder, Directeurs d’études à la Section des Sciences historiques et philologiques.

Source : EPHE

Le Viêt Nam contemporain entre ruptures et constructions [RCF]

[ndlr] L’émission « La suite de l’histoire » à écouter cette semaine sur RCF.

François Guillemot, Ingénieur de recherche au CNRS et chercheur à l’IAO, intervient cette semaine (du lundi 5 au vendredi 9 février à 13h15) dans l’émission de Véronique Alzieu « La suite de histoire » sur RCF. Il revient sur l’histoire interne d’un pays marqué par les bouleversements politiques et les guerres au cours du XXe siècle.

L’histoire contemporaine du Viêt Nam est marquée par de profondes fractures. L’État nation réunifié d’aujourd’hui doit faire face à de nouveaux défis dans le contexte de mondialisation.

 

Marie Gibert-Flutre : Repenser la production des espaces publics contemporains au Vietnam. Réflexions à partir de Hồ Chí Minh Ville

[ndlr] Deux interventions à ne pas manquer.

La prochaine séance du séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » se tiendra le vendredi 9 février, de 16h à 18h, en salle d’Histoire de l’École normale supérieure (45 rue d’Ulm, 75005 Paris)

Repenser la production des espaces publics contemporains au Vietnam. Réflexions à partir de Hồ Chí Minh Ville
par Marie Gibert-Flutre (UMR Cessma, UFR de Langues et Civilisations de l’Asie Orientale, Université Paris-Diderot)

L’échec des efforts de paix en 1946 : qui est Hô Chi Minh ?
par Nguyen Thi Tu Huy (Laboratoire du Changement Social et Politique, URF Sciences Sociales, Université Paris Diderot)

Affiche TransferS 9 février 2018

Entrée libre dans la limite des places disponibles
En raison du plan Vigipirate prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS

Séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » organisé par Mme Nguyễn Giáng Hương (BnF) en collaboration avec le labex TransferS

Affiche programme France Vietnam 2017-2018

Image « à la une » : l’espace public vietnamien, Hô Chi Minh-Ville © Marie Gibert-Flutre

Où situer le communisme ? Une approche interdisciplinaire du politique (Paris Diderot) – Appel à communications

[ndlr] Appel à communication d’une journée d’étude sur le communisme de la théorie marxiste à la pratique léniniste-maoïste et à la réalité.

APPEL A COMMUNICATIONS

Où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Journée d’étude

Université Paris Diderot – 16 mai 2018

La journée d’étude sera organisée sous l’égide de l’Action structurante « La Fabrique du politique : utopies, émancipations, radicalisations. Une approche interdisciplinaire du politique ».

Comité scientifique : Sophie COEURE (Université Paris Diderot, ICT), Marie CUILLERAI (Université Paris Diderot, LCSP), Martine LEIBOVICI (Université Paris Diderot, LCSP), Aurore MREJEN (Université Paris Diderot, LCSP), Benoît de TREGLODE (Ecole militaire, IRSEM).

Argumentaire

De Marx à Lénine la « dictature du prolétariat » est devenue la « dictature démocratique ». Ce concept, dans la perspective d’Althusser, peut ouvrir la stratégie du communisme comme un projet à long terme, en passant par l’étape socialiste. Il possède de plus le statut d’un concept scientifique parce qu’il est démontré, prouvé et vérifié dans la pratique de Lénine. Pour Marx et les marxistes comme Althusser, la dictature prolétarienne est la manifestation la plus haute de la démocratie populaire, et le communisme est la forme politique capable d’assurer la liberté la plus large et la plus complète de l’être humain. Néanmoins, aux yeux d’Edgar Morin, ce mot-mythe « dictature du prolétariat » se transforme en réalité en mot-illusion : la pratique de Lénine lui-même a renversé le sens de ce mot, le pouvoir dictatorial du prolétariat au sens de Marx n’existe pas, seule la monopolisation totale du pouvoir du Parti bolchevik est réelle, soit le totalitarisme en pratique. Ce point de vue est partagé par des intellectuels ayant vécu sous le régime soviétique du bloc de l’Europe de l’Est : Vaclav Havel voit dans le régime communiste un système authentiquement totalitaire, tandis qu’Agnès Heller conclut que le régime communiste est totalitaire parce que se trouve au centre du pouvoir un parti tout-puissant qui contrôle l’ensemble de la société.

Le caractère complexe de ce phénomène politique pourrait se résumer aussi par l’expression « démocratie totalitaire » utilisée par Jacob L. Talmon dans son ouvrage Les origines de la démocratie totalitaire, paru en 1952. Tandis que le livre Les Origines du totalitarisme de Hannah Arendt, publié en 1951, décrit le type de régime totalitaire comme caractérisé par la domination totale et la terreur, dans lequel ne reste rien de la démocratie. Cette complexité, Enzo Traverso, l’a bien mise à jour dans son livre Le totalitarisme, le XXe siècle en débats, en 2001, ce qui témoigne de la permanence du débat.

Alors, où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Cette question reste d’actualité, puisque l’idée communiste continue d’être revendiquée. Et perdurent des régimes érigés en son nom. Il est significatif que tous les régimes communistes actuels se définissent comme démocratiques, en dépit de leur mode de pratique réel. La Corée du Nord, par exemple, porte le nom « La République populaire démocratique de Corée ». S’impose donc une nécessité de porter un regard – ou plutôt des regards croisés de différentes disciplines – sur ce phénomène complexe, de son passé à son futur, pour en améliorer la compréhension.

La complexité communiste peut être examinée sous les trois aspects suivants, qui ne prétendent pas par ailleurs à l’exhaustivité des approches :

En quoi le communisme se définit-il comme démocratique ? L’aspect utopique de l’idéologie marxiste et le caractère mensonger de la propagande communiste ont été abondamment discutés. Cependant, une certitude comme celle du révolutionnaire Trotski – selon laquelle la dictature du prolétariat doit être l’épanouissement suprême de la démocratie ouvrière – ainsi que l’existence des soviets prouvent que parfois, entre l’illusion, l’utopie, le mensonge et le réel, il n’existe pas une séparation totale ou une frontière claire. Réexaminer cette question à l’heure actuelle est une exigence de la pensée politique, nécessaire pour comprendre sur quelles bases le communisme se définit comme démocratique, comment l’utopie démocratique du communisme a été possible, chez Marx, chez certains penseurs marxistes (Althusser, Mandel) et chez certains hommes d’action marxistes (Trotski, Hô Chi Minh).

Le totalitarisme est-il la forme la plus radicale de la pratique communiste, laquelle n’existerait que sous Staline, comme Hannah Arendt l’a pensé, ou bien cette forme serait-elle toujours d’actualité, bien que nuancée ? La controverse autour de la définition des régimes totalitaires affiche la complexité de ce phénomène politique sur lequel rien n’est encore tranché : le totalitarisme communiste commence-t-il avec Lénine, selon la thèse proposée par Stéphane Courtois ? L’Union soviétique post-stalinienne et le bloc de l’Europe de l’Est peuvent-ils être qualifiés de totalitaires comme dans la conception de Vaclav Havel ? Ou faut-il remettre en question ce cadre même de pensée, comme l’ont proposé Moshé Lewin ou encore Marc Ferro, en décentrant la question politique et notamment la lecture totalitaire, pour écrire une histoire sociale de l’Union soviétique ? Le potentiel du concept « totalitarisme » pour discuter le phénomène communiste est-il épuisé ou conserve-t-il sa pertinence pour les sciences sociales ?

Du passé au présent, les interrogations restent les mêmes. À quel type de régime rattacher les communismes actuels : la dictature à parti unique, l’autoritarisme, le néo-autoritarisme ou encore le totalitarisme… ? Et comment définir les régimes de la Corée du Nord, de la Chine ou du Viêt Nam ? Dans la lignée de l’œuvre de H. Arendt sur la nature du totalitarisme, est-il possible de saisir la nature des régimes politiques de ces pays ? Comment les situer face à l’héritage de l’expérience historique soviétique ? Et comment penser les complexités sociales sous régime communiste (emprise du régime sur la vie privée, marginalité, dissidence, etc.) ? Comment les sciences sociales et l’Université ont-elles reçu et interprété, de la Guerre froide à nos jours, ces régimes politiques et leurs différents phénomènes sociaux ?

Cette journée d’études s’inscrit dans une approche pluridisciplinaire (philosophie, histoire, science politique, sociologie, anthropologie, civilisation, géographie, littérature, études cinématographiques, etc.) et s’adresse à des doctorants, de jeunes chercheurs, des chercheurs confirmés, ainsi qu’à des témoins variés, afin de proposer une réflexion sur l’expérience communiste.

Les propositions en français (env. 300 mots) et une courte biographie sont à envoyer avant le 26 février 2018 à l’adresse suivante : situerlecommunisme@gmail.com. Les réponses aux auteurs seront communiquées pour le 12 mars. La participation à la journée d’études est gratuite. Les éventuels frais de transports et d’hébergement ne pourront pas être pris en charge par les organisateurs.

Comité d’organisation : Sandra DOMINIQUE (Université Paris Diderot, ED 382, ICT), Thi Tu Huy NGUYEN (Université Paris Diderot, ED 382, LCSP), Nataliya YATSENKO (Université Paris Diderot, ED 382, ICT).

Responsable :

Sandra DOMINIQUE, Thi Tu Huy NGUYEN, Nataliya YATSENKO

Image « à la une » : affiche de propagande chinoise © DR

Laurent Gédéon : Le Vietnam, une géopolitique complexe [25/01/2018]

[ndlr] Annonce d’une conférence intéressante en université populaire. Sur un sujet clé, à ne pas manquer.

Le Vietnam : une géopolitique complexe

Laurent Gédéon

Jeudi 25 janvier à 19h30

Localisation : L’Isle d’Abeau

Adresse : Auditorium Jean Carrière à la CAPI, 17 Avenue du Bourg

En dépit de fortes interactions politiques et économiques, les relations entre la Chine et le Vietnam restent aujourd’hui encore empruntes d’ambiguïtés liées au poids de l’histoire. La montée en puissance de la RPC représente en effet une source d’inquiétude pour les Vietnamiens pour lesquels ce pays a représenté une menace séculaire. La persistance des revendications vietnamiennes sur une partie des espaces maritimes et insulaires de la mer de Chine méridionale aiguise en outre la rivalité entre Hanoi et Pékin. Cette situation pousse le Vietnam à développer différentes stratégies afin de renforcer sa position et de rééquilibrer l’asymétrie diplomatique et militaire qu’il connaît face à son voisin.

Laurent Gédéon : Maître de conférences en géopolitique à l’Université catholique de Lyon. Chercheur à l’Institut d’Asie orientale (IAO) et à l’ENS de Lyon.

Renseignements: up@capi38.fr ou 04.74.96.78.88

Source : Médiathèque CAPI

Rencontres de l’AFRASE – Cycles paroles de créateurs, CERLOM : Cinémas d’Asie du Sud-Est, 19 janvier 2018 à l’INALCO

[ndlr] Annonce du programme des Rencontres de l’AFRASE, l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est.

Ces dernières années, le cinéma d’Asie du Sud-Est a plusieurs fois été mis en avant par les récompenses décernées à des films issus de la région, dont l’un des plus visibles fut « Oncle Boonmee » d’Apichatpong Weerasethakul, Palme d’or du Festival de Cannes 2010. Les écrans européens accueillent régulièrement des oeuvres de réalisateurs et réalisatrices sud-est asiatiques ou originaires de la région, tels que Garin Nugroho, Davy Chou, Phan Dang Di, Brillante Mendoza, ou Nguyen Hoang Diep. Mais l’histoire du cinéma d’Asie du Sud-Est est plus ancienne que cette seule émergence d’un cinéma d’auteur primé sur les festivals internationaux. C’est à cette production cinématographique dans toute sa diversité que sont consacrées les prochaines Rencontres de l’Afrase. Dans quels répertoires – traditionnels ou non – puisent les réalisateurs sud-est asiatiques pour construire leurs récits ? Y a-t-il une manière sud-est asiatique de raconter des histoires par l’image ? Quelles sont les conditions de production spécifiques des cinémas d’Asie du Sud-Est ? Comment les publics se constituent et se transforment-ils ? La censure peut-elle être contournée ? Faces aux contraintes climatiques, institutionnelles, financières, comment un patrimoine des cinémas d’Asie du Sud-Est peut-il être construit et conservé ? Ces questions seront abordées à travers la projection de deux films et une table ronde rassemblant, conformément à la tradition des Rencontres de l’Afrase, chercheurs et acteurs engagés, ceux qui étudient le cinéma en Asie du Sud-Est et ceux qui le font.

Au programme :

  • Projection du film Garuda Power (2014), en présence de son réalisateur, Bastian Meiresonne. Ce documentaire passionnant est le fruit de plusieurs années de recherches. Il retrace l’histoire du cinéma populaire indonésien depuis le début des années 1930 jusqu’à aujourd’hui.
  • Projection du film Les larmes du tigre noir (2002)  de Wisit Sasanatieng. Pastiche amoureux des anciens western thailandais et film remarqué au festival de Cannes 2012.
  • Table ronde qui réunira : Alyosha Herrera (historienne du cinéma thaïlandais), Claire Lajoumard (productrice, Acrobates Films), Bastian Meiresonne (réalisateur, programmateur), Jérôme Samuel (Inalco)

Les rencontres sont organisées par Paul Sorrentino (Afrase) et Theeraphong Inthano (Inalco et Cerlom).

L’entrée est libre mais l’inscription est fortement recommandée. Nous écrire à afrasebureau@gmail.com


Horaires 

  • 12:00 Assemblée générale de l’Afrase
  • 13:00 Pot convivial (ne pouvant prévoir la quantité exacte de nourriture, pour ceux qui restent pour la suite de la journée, nous recommandons de prévoir votre en-cas !)
  • 13:30 – 15:30  Introduction des Rencontres et projection du documentaire : Garuda Power (77′) en présence du réalisateur, Bastian Meiresonne.
  • 15:30 Table ronde
  • 17:30 Projection du film Les Larmes du tigre (110′)

Source : AFRASE

Panel discussion : The Tet Offensive – Lessons from the Campaign After 50 Years (CSIS)

[ndlr] Annonce du CSIS sur un panel consacré à l’Offensive du Têt.

The Project on Military and Diplomatic History cordially invites you to

The Tet Offensive: Lessons from the Campaign After 50 Years

Continuer la lecture de Panel discussion : The Tet Offensive – Lessons from the Campaign After 50 Years (CSIS)

Conference Call for Papers and Panels : “1968 and the Tet Offensive”

[ndlr] Annonce du Vietnam Center & Archive.

Conference Call for Papers and Panels

“1968 and the Tet Offensive”

April 27-28, 2018, Lubbock Texas

The Vietnam Center and Archive (VNCA) and the Institute for Peace & Conflict (IPAC) at Texas Tech University are pleased to announce a conference focused on the year 1968 and the Tet Offensive. We expect in this conference to approach these historical events in the broadest possible manner by hosting presenters who examine diplomatic, military, international regional, and domestic aspects of the Vietnam War during that year, as well as the strategic and tactical decision-making and actions that led up to and followed the Tet Offensive. This will include presentations that look at all participants to include the US, RVN, DRV, NLF, and the numerous allies and other nations involved. We will also strongly encourage presentations that examine the antiwar and peace movements at home and abroad, the efforts to support the war effort, and the efforts to end the conflict through international diplomacy, as well as military and diplomatic means in Vietnam and Southeast Asia.

Recent and emerging scholarship on the Tet Offensive and on 1968, more broadly, is refocusing much needed attention on some of the pivotal events that took place during that fateful year. In late November 1967, General William Westmoreland publicly conveyed his optimism regarding eventual US victory in Vietnam, helping President Johnson to buoy flagging US popular and political support for the war effort. In the aftermath of the Tet Offensive, as fighting broke out in every major city throughout the entirety of South Vietnam, many started to doubt the veracity of those previous claims, including prominent politicians and members of the American media.

Attention within the US came to focus on some of the more brutal battles that emerged as US Marines fought to retake Vietnam’s ancient Imperial city in the Battle for Hue and they came under heavy fire during in the Siege of Khe Sanh. As the fighting intensified in Vietnam, so it did in the streets and on campuses across America, as critics of the war continued their calls for an immediate US withdrawal and an end to the war. So powerful was the effect of these events that on March 31, President Johnson announced that he would not seek reelection – adding to the leadership changes already in play with the departure of Robert McNamara as Secretary of Defense in late February and the emergence of General Creighton Abrams and departure of General Westmoreland as commander of US forces in Vietnam in June. The violence that year included some of the most horrific wartime atrocities committed against civilians in Vietnam, including the Hue Massacre and the My Lai Massacre, while violence in the US claimed the lives of nationally prominent figures, such as Martin Luther King, Jr., and Robert F. Kennedy. The presidential election that year witnessed last-minute attempts by the Johnson administration to end the war in Vietnam sabotaged by the Nixon campaign.

By the end of 1968, approximately 550,000 Americans engaged in more than 200 major combat operations, dropped more than 500,000 tons of bombs, and the overall financial costs of the war for that year alone totaled approximately $20 Billion. 1968 resulted in the highest numbers of casualties in a single year with more than 16,000 Americans and approximately 100,000 Vietnamese killed on all sides. All the while, the North Vietnamese and NLF fought on. With a new president and leadership team preparing to take over in January of 1969, innumerable questions remained as to whether a US victory could be achieved in Vietnam.

This two-day conference will be hosted at the MCM Elegante Hotel and Suites in Lubbock, Texas. Conference organizers welcome both individual presentation proposals as well as pre-organized panel proposals that include a moderator/commentator and three individual presentations. Conference sessions will follow the standard 90-minute format to include 60 minutes for presentations (20 minutes per presentation) followed by 30 minutes for questions and discussion. Presentations by veterans are especially encouraged as are presentations by graduate students. Graduate student travel grants will be made available to select students. All presentations will be video recorded and made publicly available after the conference via the Vietnam Center and Archive website. Select papers may also be published in a collection by the TTU Press.

Proposal submission deadline is February 15, 2018

Please submit a 250 word abstract and separate two-page CV/resume to 1968vietnamconference@gmail.com. The program committee of Ron Milam, Steve Maxner, Justin Hart, Dave Lewis, and Laura Calkins will evaluate all paper proposals and develop a program that reflects the many remarkable aspects of 1968. If submitting a panel proposal, please include separate abstracts for each proposed presentation and CVs/resumes for each speaker.

Thank you for your interest in participating in this conference.

 

Contact Email: justin.hart@ttu.edu

Source : https://www.vietnam.ttu.edu/events/2018_Conference/

Illustration « à la une » : photo de couverture du magazine Life, 9 février 1968 : « A guerilla is taken alive during the Ambassy battle » © 1968 Life.

Nguyên Viêt Anh & Dao Huy Linh : Vers une approche pragmatique en didactique du vietnamien langue étrangère – 12 janvier 2018

[ndlr] Troisième séance du séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures ».

Vers une approche pragmatique en didactique du vietnamien langue étrangère

 

par NGUYEN Viet Anh (PLIDAM, INALCO), Chercheuse en Didactique des langues et des cultures et DAO Huy Linh (CRLAO, INALCO), Maître de Conférences en Linguistique générale et vietnamienne

vendredi 12 janvier, de 16h30 à 18h30

en salle d’Histoire de l’École normale supérieure (45 rue d’Ulm, 75005 Paris)

Malgré une maîtrise suffisante de la langue pour produire des phrases grammaticalement correctes et douées de sens, un apprenant du vietnamien langue étrangère, ignorant la charge culturelle des éléments linguistiques, serait en difficulté lors d’interactions directes avec des locuteurs natifs car, comme nous le disons souvent à nos étudiants français, ils ne parlent pas encore le vietnamien, ils ne parlent que leur langue maternelle avec du vocabulaire vietnamien. Tout cela résulte d’un enseignement qui reste très traditionnel d’une langue vietnamienne essentiellement analysée, sous la lumière de la linguistique structurale et/ou fonctionnelle, en comparaison avec des langues indo-européennes. Alors, ne devrait-on pas envisager une approche pragmatique de l’enseignement/apprentissage du vietnamien langue étrangère ?

Télécharger l’affiche :

TransferS – Nguyên Viêt Anh & Dao Huy linh – 12 janvier 2018

Entrée libre dans la limite des places disponibles
En raison du plan Vigipirate prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS

Séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures »
organisé par Mme Nguyễn Giáng Hương (BnF) en collaboration avec le labex TransferS : http://www.transfers.ens.fr/france-vietnam-un-portail-entre-les-cultures-2017-2018

Call for Participants: Site and Space in Southeast Asia [14/01/2018]

[ndlr] Appel à participation. Date limite : 14 janvier 2018.

 

Site and Space in Southeast Asia

Deadline: 14 January 2018

The organisers of Site and Space in Southeast Asia seek applications for participation in a two-year funded research opportunity exploring the art, architecture, and landscape of Southeast Asia.

Site and Space in Southeast Asia explores the intersections of urban space, art and culture in three cities—Yangon, Penang, and Huế—through collaborative, site-based research. With major funding from the Getty Foundation and partners from within and beyond the region, Site and Space in Southeast Asia seeks to support innovative research in the art and architectural histories of the region, foster professional networks among early career scholars, and expand engagement with an ever more global field.

Continuer la lecture de Call for Participants: Site and Space in Southeast Asia [14/01/2018]