Archives de catégorie : Agenda / Evénements

Olivier Tessier : Inondations vs sécheresses dans le delta du fleuve Rouge (Vietnam) – 7 décembre 2017

[ndlr] Séance du 7 décembre 2017 du séminaire du CASE à travers deux interventions.

7 Décembre 2017

Inondations vs sécheresses dans le delta du fleuve Rouge (Vietnam) : une lutte séculaire de l’Etat et de la population contre les colères du fleuve

Olivier Tessier 

(EFEO, Centre Asie du Sud-Est UME 8170, CNRS/EHESS/INALCO)

 

L’histoire de la mise valeur du delta du fleuve Rouge et de son occupation humaine est intimement liée à l’histoire de la maitrise de l’eau et du réseau hydrographique qui l’a façonné par un long processus d’alluvionnement. La préoccupation centrale de se protéger des crues violentes des fleuves en élevant des digues est une constante de l’histoire ancienne et contemporaine du Vietnam qui a participé à structurer les rapports entre l’État et la paysannerie ne serait-ce que parce que dans ce pays presque exclusivement rural, la production agricole constituait la plus importante source de revenus de l’État impérial par le biais de l’imposition des paysans et des terres. Il lui a donc fallu œuvrer depuis des siècles pour sécuriser au mieux cette rente indispensable à son existence même, et ceci dans une région caractérisée par une incertitude agricole chronique où à la menace de la sécheresse qui pesait sur les cultures du 5ème mois, succédait les risques de crues et d’inondations synonymes des destructions des cultures du 10ème mois.

 

La chute de Malacca en 1511

Luis Filipe Thomaz

(Academia Portuguesa de História, Academia de Marinha, Lisboa, Centre Asie du Sud-Est UMR 8170, CNRS/EHESS/INALCO)

La chute de Malacca en 1511 ne explique pas par la supériorité de l’armement des Portugais car les chroniques notent que du butin que ceux-ci firent faisaient partie plus de 2000 canons. Il y avait toutefois une certaine supériorité tactique en ce qui concerne l’utilisation de l’artillerie à bord des navires. La population de Malacca était assez hétéroclite, des faubourgs entiers étant occupés par des communautés marchandes d’origine étrangère, qui ont en partie collaboré avec les Portugais ou, du moins, gardé la neutralité. Il semble que le dernier sultan qui régna dans la cité avait mis en pratique une politique assez islamique, qui mécontenta du moins les hindous et les chinois, tout en essayant de faire de Malacca une ville sainte, à l’instar de la Mecque, et ainsi « malaïser » l’islam. Il y aurait ainsi une certaine similitude entre la chute du sultanat et celle de l’empire Mogol, à l’époque d’Aurangzeb.

Danh Thành Do-Hurinville : Structures temporelles en vietnamien. Regard croisé sur le vietnamien et le français

[ndlr] Annonce de la deuxième séance du séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » :

Structures temporelles en vietnamien : regard croisé sur le vietnamien et le français

par Danh Thành Do-Hurinville, Université de Franche-Comté

 

vendredi 8 décembre, de 16h à 18h

salle d’Histoire de l’École normale supérieure

(45 rue d’Ulm, 75005 Paris)

Cette communication, qui comporte trois parties, se donne pour objectif d’examiner les structures temporelles du vietnamien, langue isolante de la famille austroasiatique, afin de croiser les regards sur le vietnamien et le français, langue flexionnelle de la famille indo-européenne. Si le français, pour la narration littéraire, dispose de plusieurs temps verbaux (passé simple, passé composé, présent narratif, etc.), qu’en est-il du vietnamien, dépourvu de flexions verbales ?

La première partie de la communication est consacrée à une étude des circonstants de temps, qui sont des moyens de localisation temporelle (localisation absolue, localisation déictique et localisation anaphorique) servant à situer les procès aux trois époques (passé, présent, futur). La deuxième partie est une analyse de quelques principales structures temporelles en vietnamien (successivité, simultanéité, causalité, incidence, recouvrement…). La troisième et dernière partie propose une comparaison, à ce sujet, entre le vietnamien et le français, à l’aide d’extraits de traductions littéraires, du vietnamien en français (L’appel du Sao, Hôi Nhà Van ; À l’origine, Nguyên Binh Phuong), et du français en vietnamien (L’Étranger, Camus ; Promenade, Maupassant).

TransferS 8 décembre 2017

Entrée libre dans la limite des places disponibles
En raison du plan Vigipirate prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS

Séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » organisé par Mme Nguyễn Giáng Hương (BnF) en collaboration avec le labex TransferS

Colloque international « Genre et nations partitionnées » : 14-15 décembre 2017 – EHESS

[ndlr] Annonce officielle.

Le colloque international « Genre et nations partitionnées » est organisé par Anne Castaing (CNRS/CEIAS) et Benjamin Joinau (Hongik University/CRC)

La « communauté imaginée » qu’est la nation mobilise les symboles les plus archétypaux pour se représenter dans les arts et les médias populaires et ces symboles sont le plus souvent genrés – que l’on pense à la Marianne de la jeune République française. En plus d’être l’écho du genre grammatical des valeurs de cette république dont elle est l’allégorie, Marianne est la figure de l’Alma Mater, à la fois nourricière et protectrice, qualités essentielles d’un Etat-nation ou d’un régime politique. Mais comment se pense une nation divisée politiquement par une partition ?

Allemagne, Inde-Pakistan-Bangladesh, Irlande, Corée, Vietnam, Israël-Palestine, Yougoslavie – les cas de figure sont divers, couvrant jusqu’aux décolonisations, mais montrent que la partition renvoie spontanément à des représentations polarisées autour de relations genrées et hiérarchisées. De manière allégorique, celle-ci peut prendre la figure du frère et de la sœur, de la mère et du fils, même si le plus souvent, l’image du couple marié ou amoureux cherchant à se réunir est prédominante. Cependant, le binôme à (ré)apparier n’est pas le seul mode de symbolisation genrée de la division nationale. La partition, en tant que processus même, génère des violences, qui sont fondamentalement structurantes des rapports homme-femme aussi bien au niveau des pratiques que des représentations. En particulier, les femmes, porteuses et garantes de l’identité ethnique, sont couramment l’objet de violences sexuelles. Le viol, l’humiliation, la souffrance, le deuil (mari, enfants) infligés aux femmes et aux hommes en situation de partition en font le symbole non plus seulement d’une partie, mais du tout de la Nation divisée. Les femmes sont ainsi souvent investies d’un enjeu symbolique où se jouent, en plus des identités genrées, les identités collectives et leurs représentations. Ces dernières sont rarement monolithiques et font elles-mêmes l’objet de combinaisons variées et concurrentes, révélant la dynamique qui se joue au niveau de l’imaginaire d’une communauté quand elle est confrontée à une division interne. Plus que des symboles isolés, ce sont des mises en récit complexes que nous devons appréhender dans leur diversité narrative.

Ce sont ces processus de symbolisation narrative, à la fois anthropologiques et historiques, que nous souhaitons analyser à travers les productions culturelles de pays en situation de partition. Nous espérons ainsi, par cette approche comparative, repérer des invariants tout en proposant des typologies narratives où la différence genrée est requise, reproduite, peut-être transformée, afin de penser un autre type de différence, celle qui se cristallise quand une nation est divisée et séparée. Nous serons en particulier sensibles aux différentes formes de représentations en fonction de leurs modes de production (institutionnel, individuel), de leur diffusion et de leur réception, afin d’éviter la simple étude de contenu décontextualisée.

Ce colloque interdisciplinaire et comparatiste, qui accueille spécialistes des littératures, des productions culturelles et de l’histoire des idées, historiens et anthropologues travaillant sur différentes aires culturelles et contextes historiques, vise à interroger les partitions et les divisions nationales d’un point de vue genré. Il s’intéressera particulièrement aux représentations comme témoin de ces assimilations imaginaires : littérature, cinéma, arts performatifs, arts plastiques seront les supports de nos réflexions.

 

Comité scientifique

  • Catherine Brun (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) ;
  • Anne Castaing (CNRS) ; Claire Gallien (Université Paul-Valéry) ;
  • Benjamin Joinau (Hongik University) ;
  • Francine Muel-Dreyfus (EHESS) ;
  • Gianfranco Rebucini (IIAC) ;
  • Delphine Robic-Diaz (Université Paul-Valéry) ;
  • Fabrice Virgili (CNRS).

Source : EHESS

Informations pratiques

Date(s)

  • Jeudi 14 décembre 2017 – 09:1518:00
  • Vendredi 15 décembre 2017 – 09:1518:00

Lieu(x)

  • EHESS (salle 737) – 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Les Marins, la Marine et l’Indochine. 1856-1956 [Exposition au SHD]

[ndlr] Annonce de la nouvelle exposition du Service historique de la Défense (Vincennes) sur l’Indochine coloniale.

Les Marins, la Marine et l’Indochine. 1856-1956

Du 13 novembre 2017 au 10 février 2018

A peine un siècle, c’est le temps écoulé entre les premières opérations de la conquête, et le retrait des dernières forces françaises du Sud-Vietnam. Entre ces deux dates la France installe, puis perd sa domination sur les territoires des républiques actuelles du Vietnam, du Cambodge et du Laos.  La Marine française joua dans cette aventure un rôle important, d’abord parce qu’elle fut le principal artisan de la conquête et du gouvernement des premières implantations ; ensuite parce que le ministère de la Marine fut également longtemps celui des Colonies. L’Indochine parue à ce point son domaine réservé qu’on parla longtemps de « l’Indochine des amiraux ».

Le Service historique de la Défense et l’institut de recherche IrAsia se proposent d’évoquer le rapport très particulier entre la Marine et la « perle de l’empire » à travers une présentation d’archives, d’images et d’objets conservés dans les collections et fonds d’archives du SHD.

Entrée gratuite.

Des visites guidées seront proposées.

Commissaires d’exposition : Cyril Canet (SHD/CHA, Vincennes), Quoc-Thanh Nguyen (IRASIA)

Partenaire : IrAsia

L’unité mixte de recherche IrAsia est née le 1er janvier 2012 de la fusion de l’IRSEA, « Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique », avec l’équipe LEO2T, « Littératures d’Extrême-Orient, Textes et Traduction ». L’unité regroupe des chercheurs du CNRS et des enseignants-chercheurs de l’université d’Aix-Marseille (AMU) au sein de la Maison Asie-Pacifique (MAP) installée sur le campus Saint-Charles de Marseille.

Service historique de la Défense – Château de Vincennes – Avenue de Paris – 94306 Vincennes Cedex. Métro Château de Vincennes

Pavillon du roi, 1er étage, salles d’exposition.

  • Lundi 13h00-17h00
  • Mardi au jeudi 9h00-17h00
  • Vendredi 9h00-16h00
  • Samedi 9h30-15h00
  • Fermeture les dimanches et les jours fériés

Source : SHD

Séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » – 24/11/2017

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire de recherche porté par l’ENS à Paris.

Le labex TransferS est heureux de vous annoncer l’ouverture d’un nouveau séminaire à l’École normale supérieure

« France-Vietnam : un portail entre les cultures », organisé par Mme Nguyễn Giáng Hương (BnF)

La première séance se tiendra vendredi 24 novembre, de 17h à 19h, en salle Weil (ENS, 45 rue d’Ulm)

Périodiques Francophones d’Outre-Mer XXe-XXIesiècle : cas du Vietnam

par Franck Laurent et François Vignale, Université du Maine

L’objectif du projet PERFROM est de constituer un réseau de chercheurs travaillant, selon des approches diverses, sur la presse périodique en langue française hors d’Europe, des années 1830 jusqu’à nos jours. Le Vietnam constitue un terrain intéressant parce qu’en raison de la richesse et de la variété de sa production imprimée, il offre la possibilité de confronter sur un laps de temps court (1920-1940) l’ensemble des formes et des contenus propres à la presse périodique en situation coloniale.

Suivi par « Étude sur la revue Indochine hebdomadaire Illustrée« , présentée par Lê Ngoc Phu (étudiant à l’EPHE).

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
En raison du plan Vigipirate prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS.

Le séminaire se tiendra un vendredi par mois. L’ensemble du programme sera prochainement disponible.

Source : TransferS

Pham Xuan Thach : Au-delà de l’idéologie: la guerre dans le roman vietnamien contemporain – 01/12/2017

[ndlr] Annonce de la Section des Études vietnamiennes de Paris.

Séminaire d’actualité de la recherche en études vietnamiennes

La Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) est très heureuse de recevoir Pham Xuan ThachProfesseur à l’Université Nationale de Hanoi pour une intervention intitulée :

Au-delà de l’idéologie: la guerre dans le roman vietnamien contemporain

Comment écrire librement la guerre lorsque la guerre et l’écriture elles-mêmes sont des actes hautement idéologiques ? Pham Xuan Thach analysera deux figures de la littérature vietnamienne contemporaine : Bao Ninh dont l’unique roman, Le Chagrin de la guerre, demeure un des textes majeurs des années 1986-1991, et Nguyen Binh Phuong dont la création domine la scène littéraire depuis 1991. Quelles empreintes le réalisme socialiste a-t’il laissé dans l’œuvre de Bao Ninh ? Comment a-t-il dû combattre cette doctrine dominante pour forger son propre discours sur la guerre ? De quelle manière Nguyen Binh Phuong, quant à lui, a-t-il pu se libérer du cadre idéologique dont il est issu ? Plus généralement, dans quelle mesure la littérature vietnamienne a-t-elle pris congé des héritages du réalisme socialiste durant ces trois dernières décennies ?

Il interviendra le vendredi 1er décembre 2017, de 16h à 17h30dans l’amphi 4 de l’Inalco (65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris).

Séminaire d’actualité scientifique ouvert à tous.

Soyez les bienvenus !

« The Killing Fields of Dr. Haing S. Ngor », film documentaire d’Arthur Dong [2015]

[ndlr] Le Centre Bophana à Phnom Penh diffusera le samedi 11 novembre 2017 le film documentaire consacré au Dr. Haing S. Ngor (1940-1996).

Samedi 11 novembre à 17h : Ciné Samedi

The Killing Fields of Dr. Haing S. Ngor

វាលពិឃាត វេជ្ជ. ហ៊ាំង ង៉ោ

 

Réalisé par Arthur Dong, 87min, 2015, version khmère.

Le film décrit la vie, le temps et l’assassinat du docteur Haing S. Ngor, acteur et humanitaire. Survivant du génocide Khmer rouge, il a réussi à s’échapper aux États-Unis où il a obtenu un Oscar pour son rôle dans La déchirure de Roland Joffé.

Entrée libre

Source : Bophana. Centre de ressources audiovisuelles

Image « à la une » : Haing S. Ngor dans le rôle de Dith Pran dans le film La Déchirure (1984) © DR

Atelier transversal : Sociétés en guerre – LARHRA 2017-2018

[ndlr] Programme du séminaire lié à cet atelier du Larhra (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes).

Dates : du 17/11/2017 au 4/05/2018
Horaires : 14:0016:30

Type : Séminaire

Les séances auront lieu de 14h à 16h30 à Lyon, à l’ISH, salle Berty Albrecht, 16 avenue Berthelot sauf celle du 15 décembre se tiendra à Grenoble à la MSH-Alpes sur le campus de Saint-Martin d’Hères (à 3 minutes à pied de l’arrêt Bibliothèques universitaires du tramway, lignes B et C).

17 novembre 2017 : « La guerre comme terrain d’expérimentations médicales et bactériologiques. Le procès de Khabarovsk en Union soviétique en 1949 », Grégory Dufaud (Sciences Po Lyon, Larhra)

15 décembre 2017 : « Guerre et animalité », Stéphane Gal (Université Grenoble Alpes, Larhra)

26 janvier 2018 : « Écrire sur la Résistance », Laurent Douzou (Sciences Po Lyon, Larhra)

9 mars 2018 : « Les mots de la guerre », Jean-Louis Fournel (Paris 8, Triangle)

6 avril 2018 : « La promesse de l’Est. Espérance nazie et génocide », Christian Ingrao (Institut d’Histoire du Temps Présent)

4 mai 2018 : « Les dénaturalisés », Claire Zalc (Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine).

Source : Larhra

Li Tana: Imperial Rice Transportation of Nguyen Vietnam – Singapore, 1 November 2017

[ndlr] Conférence de Li Tana.

NALANDA-SRIWIJAYA CENTRE LECTURE SERIES

____________________________________________________________

Imperial Rice Transportation of Nguyen Vietnam

(1802-1883)

Date: Wednesday, 1 November 2017
Time: 3.00 pm – 4.30 pm

Venue: ISEAS Seminar Room 2

About the Lecture

In the first volume of his monumental work Strange Parallels: Southeast Asia in Global Context, Victor Lieberman compared three geographically-based regions of Mainland Southeast Asia, namely the western, the central and the eastern mainland. Lieberman saw coherence in the three regions in that they were all politically and culturally integrated as the result of a series of synchronised cycles between 1000 and 1830. The major difference between Vietnam and its two neighbouring regions, in Lieberman’s analysis, was that Vietnam’s integration was neither as complete or sustained at the same level as achieved by Burma and Siam, even as late as the 19th century Nguyen dynasty (from 1802). Instead of three sustained imperial integrations, he saw two and a fraction. Geography was an important factor. Vietnam lacked one dominant, integrating river system like the Irrawaddy (2170 km long) in Burma or Chao Phraya (372 km long) in Thailand. Yet it did have one geographical feature which might have played a compensatory role in integration, a 3260 km coast line. Moreover, early 19th century Vietnam had a long maritime tradition and a powerful navy, plus close commercial relations with southern China. Why did these potential positives fail to promote closer integration of the new state?

This seminar considers that question by focusing on one of the most important economic factors implicated in that failure, imperial rice transportation. This system formed a major cornerstone of Nguyen policy, but its practical costs and operational failures combined to ensure that Vietnam’s coastal sea lanes did not play a similar unifying role as the major river systems in Burma and Siam.

About the Speaker

Dr Tana Li is Visiting Senior Fellow at Nalanda-Sriwijaya Centre and emeritus senior fellow at the College of Asia and Pacific Studies, the Australian National University. She works on maritime and environmental histories of Vietnam and southern China. Her works includes The Nguyen Cochinchina; Water Frontier: Commerce and the Chinese in the Lower Mekong Region, 1750-1880, and Gulf of Tongking Through History, among others. At the ISEAS, Li Tana is working on a manuscript of Maritime history of Vietnam. She is also leading an international collaborative project, « The Making of the Red River », financially supported by the Chiang Chingkuo Foundation, Taiwan. This study of ecological history of the Greater Red River region is carried out by a team of historians, geologists, and GIS experts based in Austria, France, Vietnam, and Taiwan.

To register, please write to nscevents@iseas.edu.sg

 LiTana_Conference_1November2017

Source : ISEAS

Image « à la une » : Chiến thuyền của thủy quân triều Nguyễn (mô phỏng) © DR

Saigon River : colloque de restitution du projet – Hô Chi Minh-Ville 16-17 octobre 2017

[ndlr] Manifestation scientifique France – Viêt-Nam.

Les lundi 16 et mardi 17 octobre 2017, François Guillemot a participé au colloque de restitution du Projet Saigon River. Celui-ci s’est déroulé à l’Université Polytechnique (Dai Hoc Bach Khoa, 268 Ly Thuong Kiet, District 10) à Hô Chi Minh-Ville.

Son intervention, préparée avec Estelle Senna et Laurent Gédéon, s’est appuyée sur deux contributions de la plateforme Virtual Saigon dans le cadre du premier axe du projet : « Évolution de l’hydrosystème de la rivière Saigon en lien avec le développement de la mégalopole d’Hô Chi Minh-Ville ».

La première communication portait sur les défis de l’eau au cours de l’histoire de Saigon prise dans un temps long à travers trois moments clés (l’apport de la marine française, l’urbanisation et la gestion de l’eau sous la colonisation, l’industrialisation du tissu urbain et ses possibles interactions avec le fleuve). La seconde présentait la mise en place du WebSIG dédié au projet, un outil collaboratif de partage des approches scientifiques et des résultats élaboré par Estelle Senna, géomaticienne à l’IAO : http://www.space-in-asia.net/saigon-river/

Abstract 1

The history of Saigon on the long term is closely linked to the river that shares its name. This communication focuses on three main aspects of the interactions between the town and its water network. The first part examines some key elements of the urban history of Saigon. The city’s shape is due to the French military presence in Cochinchina. In 1790, Gia-Dinh is redesigned as a citadel on the Saigon River, and there are still traces in the current urban morphology of the ancient canals. But the master plan is really drawn decades later. From 1862, the French Navy design and build Saigon, as the main naval base and capital for the conquered Cochinchina. The second part presents how the civilian power inherits of this grown-up city, at the turn of the century. The historical archives reveal new concerns and approaches in the management of water. A micro-historical approach allows seizing the making of the city « seen from the bottom ». The construction of the current area of Ben Thanh Market on the Boresse marsh in the early 20th century appears as a good case study. The issues of the early twentieth century echoes, to a certain extent and on different scales, that of the beginning of the twenty-first century. Finally, the last part focuses on the economic function of the Chinese arroyo during the twentieth century. From this local experience, the perspective to nowadays industrial zones of Ho Chi Minh City, is analyzed in terms of specialization and location.

Keywords: Saigon river, urban history, canal, water network, naval base, wetland, marshes, Ben Thanh market, industrial zones, Chinese Arroyo

Abstract 2

Within the framework of the Saigon River project (funded by Région Auvergne-Rhône-Alpes – France) a WebGIS has been made ; from old maps of Saigon to coring locations, it is a digital mapping interface providing access to a part of data produced. This interactive app may then be considered as a way to share the results, but it is not its first aim. This custom-made online tool was created at the early beginning of the project to strengthen the link between the teams. Actually, if disciplines and approaches are different, the space of study is the same. The WebGIS, as “collective container”, has raised cross-disciplinary discussions, everywhere it showed unexpected spatial relations between topics.

Keywords: WebGIS, digital mapping, interactive app, collaborative work, data

Le mardi 17 octobre une présentation générale des trois axes du projet ainsi que des résultats obtenus et des perspectives de recherche a été faite par Émilie Strady (IRD Vietnam).

Pour en savoir plus sur le projet Saigon River (2015-2017) : http://virtual-saigon.net/River/Overview