Archives de catégorie : Lectures / Readings

Phan Tấn Hưng : Những gì tôi biết về Trần Văn Bá [Việt Báo, 12/01/2017]

[ndlr] Commémoration de la mort du résistant pro-démocrate Tran Van Ba, fusillé le 8 janvier 1985. Rappel de la généalogie familiale tragique et du destin de Ba, ancien président de l’Association Générale des Vietnamiens de Paris (AGEVP). L’incarnation d’une résistance de long terme à l’oppression sous toutes ses formes.

CÂY CÓ CỘI, NƯỚC CÓ NGUỒN:
Trước khi nói về Trần Văn Bá, chúng ta thử tìm hiểu gia đình Trần Văn Bá. Bên Ngoại: Ông Cậu của TVB là Bùi Quang Chiêu, tốt nghiệp kỹû sư canh nông đầu tiên của VN được đào tạo tại Pháp, sáng lập viên đảng Lập Hiến VN năm 1919, bị CS ám sát tại Chợlớn năm 1945 cùng với 4 con trai và cô gái út, tổng cộng 6 người. Bên Nội: Thân phụ của TVB là Trần Văn Văn, tốt nghiệp HEC tại Pháp, kháng chiến chống Pháp trong thập niên 40, tham gia chính phủ Trần Trọng Kim năm 1945, bộ trưởng kinh tế trong chính phủ do Bảo Đại điều khiển (chính phủ độc lập đầu tiên), dân biểu trong quốc hội Lập Hiến năm 1966, hiện đại hóa chính trị, kinh tế và xã hội cho đất nước VN, bị CS ám sát ngày 07 tháng 12 năm 1966 tại Sàìgòn (sau khi trả lời phóng viên ngoại quốc ông sẽ ra tranh cử Tổng Thống năm 1967).

TRẦN VĂN BÁ:
*. Sanh ngày 14 tháng 5 năm 1945 tại Sadec, miền Nam VN

Lire la suite : Việt Báo, 12/01/2017.

phan-tan-hung_nhung-gi-toi-biet-ve-tran-van-ba_11-1-2017

 

Thich Nhat Hanh, une vie en pleine conscience [parution]

[ndlr] Première biographie en langue française du vénérable Nhat Hanh (Thích Nhất Hạnh), actuellement âgé de 90 ans et retiré en Thaïlande. Présentation de l’éditeur.

thichnhathanh_biographieLa vie du moine Thich Nhât Hanh témoigne de la puissance de la paix. Né au Viêt Nam en 1926, il assiste à l’embrasement de son pays et aux guerres qui le ravagent. Moine à 16 ans, ce grand maître zen ne dissocie pas l’action politique et sociale de la pratique spirituelle. Mettant en valeur l’enseignement des maîtres, il s’élève pourtant contre les pesanteurs de la tradition et y apporte de profonds changements. Sa compassion dépasse toute vue partisane, son regard englobe et ne sépare jamais. Sa conception de la « pleine conscience » s’applique aussi bien aux tâches les plus humbles qu’à sa conception politique du monde. Une vision selon laquelle nous sommes liés aux autres hommes, mais aussi à la nature. Cette première biographie du maître révèle la richesse de son parcours : son engagement contre la guerre du Viêt Nam, son amitié avec Martin Luther King, son combat pacifique en faveur des boat-people ou sa main tendue aux vétérans américains, mais aussi la vigueur de son legs spirituel.

Réf. Bernard Baudouin & Céline Chadelat, Thich Nhat Hanh, une vie en pleine conscience, Paris, Presses du Châtelet, 2016. EAN : 9782845926417

Source : Presses du Châtelet

 

Jean-Christophe Victor, « un intellectuel intègre qui n’a jamais transigé » [décès]

[ndlr] Nouvelle du décès soudain à l’âge de 69 ans de Jean-Christophe Victor, fils de l’explorateur Paul-Émile Victor et de la journaliste Éliane Victor. Connu notamment pour être le fondateur de l’émission « Le dessous des cartes » diffusée sur Arte et du Lépac (Laboratoire d’études politiques et d’analyses cartographiques) dont il assurait la direction scientifique.

Interrogé par L’Express, Pascal Boniface, le directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques, a rendu hommage à Jean-Christophe Victor, le créateur de l’émission Le dessous des cartes, décédé mercredi 28 décembre.

Expert géographe, spécialiste en géopolitique, en relations internationales et anthropologue, Jean-Christophe Victor est décédé mercredi à l’âge de 69 ans. Il était surtout connu pour avoir créé et présenté Le dessous des cartes, émission hebdomadaire d’Arte qui s’appuyait sur les cartes, l’histoire et la géographie pour « faire comprendre » la géopolitique et les événements actuels.

Lire la suite : L’express, 29/12/2016 (article de Victor Garcia).

Pour en savoir plus :

Image « à la une » : Lépac (CV de Jean-Christophe Victor).

Nguyễn Đặng Minh Mẫn, une photo-journaliste et lanceuse d’alerte emprisonnée depuis 2011

Une jeune femme croupie actuellement dans le quartier disciplinaire d’un camp du régime communiste vietnamien. Son seul tort est de refuser de courber l’échine et de ne pas reconnaître les charges de subversion que le pouvoir judiciaire lui a infligé. A l’occasion de la 68e anniversaire de la journée internationale des droits de l’homme, il nous apparaît opportun de rappeler brièvement son parcours d’activiste sociale et son affiliation politique, source, à n’en pas douter, de l’acharnement des autorités policières. Elle fait en effet partie de ces femmes engagées (comme l’activiste Can Thi Theu et la blogueuse Nguyen Ngoc Nhu Quynh) que le pouvoir aimerait faire taire et qui incarnent aujourd’hui la lutte contre les injustices et la tyrannie.

FG, 10/12/2016

A lire sur notre carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam

Marie Gibert & Emmanuelle Peyvel : Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

[ndlr] Signalement d’un article très intéressant sur le quartier « routard » de Saigon.

sear-logo

Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

Marie Gibert (University Paris Diderot, France) & Emmanuelle Peyvel (University of Brest, France)

Abstract
Our article aims to understand the participation of the ‘backpacking neighbourhood’ Pham Ngu Lao in the current metropolization process of Ho Chi Minh City. This neighbourhood is representative
of Vietnamese ‘glocalization’. By this term, we mean the abilities of local stakeholders to benefit from the opportunities created by an increasingly global economy. These skills are reflected not only in innovations and landscape transformations to attract tourists, but also in ‘reactivations’ based on older urban practices. We question not only the production of specific urban territories through backpacking activities, but also the spatial and social inequalities they generate. By doing so, our intention is to combine tourism studies and urban studies to ‘unpack’ the figure of the backpacking neighbourhood and to go beyond the idea of urban enclaves.

Keywords
Backpacking economy, Ho Chi Minh City, local stakeholders, metropolization, tourism globalization, urban production, Viet Nam

Ref.: Gibert, M. and Peyvel, E, « Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Phạm Ngũ Lão in the making of Hồ Chí Minh city », South East Asia Research, first published on October 24, 2016 doi:10.1177/0967828X16674823

Source : SEAR

Image « à la une » :  Le « quartier routard » en soirée © 2014 E. Peyvel

 

UQÀM : Phi-Vân Évelyne Nguyen, lauréate du prix de la meilleure thèse de doctorat

[ndlr] Félicitations à notre collègue Phi-Vân pour ce prix thèse bien mérité et aux autres personnes sélectionnées pour cette récompense annuelle de la Faculté des sciences humaines de l’Université du Québec à Montréal.

Prix de la meilleure thèse de doctorat

Phi-Vân Évelyne Nguyen (Ph. D. histoire, 2015) a été récompensée pour sa recherche intitulée Les résidus de la guerre: la mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non communiste (1954-1965). Sa thèse est l’aboutissement d’une étude patiente et minutieuse l’ayant menée au Vietnam, en France et aux États-Unis, sur les traces des quelque 800 000 personnes qui, en 1954, choisirent de quitter la zone communiste du pays, dans le nord, pour rejoindre ce que l’on désignait à l’époque comme le «monde libre». La chercheuse a étudié le parcours politique et culturel de ces réfugiés, depuis leur arrivée dans le sud du Vietnam, en 1954, jusqu’au déclenchement de la guerre, en 1965. Grâce à deux bourses postdoctorales du CRSH et de la Fondation suisse pour la recherche scientifique, Phi-Vân Évelyne Nguyen poursuit actuellement ses recherches à l’Université Cornell, aux États-Unis.

Source : Actualités UQAM (24/11/2016)

Résumé en anglais :

Phi Vân’s dissertation, « Les résidus de la guerre, La mobilisation des réfugiés du nord pour un Vietnam non-communiste, 1954–1965″ [War Residues: The Mobilization of Northern Refugees for a non-Communist Vietnam, 1954–1965] analyzes the political and cultural consequences of the migration of more than 800,000 Vietnamese who left the North to regroup into South following the 1954 Geneva ceasefire. Using archival documents collected in Vietnam, the United States and France, the dissertation shows that one important consequence of the migration was to radicalize non-Communist nationalism. Many migrants identified as « refugees of Communism » and considered they were personally tied to the fate of the Vietnamese nation since the Geneva partition. As a consequence, the 1954 refugees exhorted everyone within Vietnam and beyond to fight back Communism and reunite the Vietnamese nation.

Sur ce sujet voir : https://indomemoires.hypotheses.org/20609

Michel Serres : Darwin, Bonaparte et le Samaritain, une philosophie de l’histoire

[ndlr] Mise en ligne le 22 novembre 2016 d’une conférence de Michel Serre. Playdoyer pour une philosophie de l’histoire : questionnements sur la mémoire, les oublis, les écritures du temps, la guerre et la paix, la violence…

Texte de présentation sur Agora des Savoirs :

Darwin raconta l’aventure de flore et de faune ; devenu empereur, Bonaparte, parmi les cadavres sur le champ de bataille, prononça, dit-on, ces mots : « Une nuit de Paris réparera cela ». Quant au Samaritain, il ne cesse, depuis deux mille ans, de se pencher sur la détresse du blessé. Voilà trois personnages qui scandent trois âges de l’histoire.

Le premier, long, compte des milliards d’années. Réussissant à dater les événements dont elles s’occupent, les sciences contemporaines racontent le Grand Récit de l’univers, de la planète et des vivants, récit qui déploie nos conditions d’habitat et de nourriture, sans lesquels nous ne vivrions ni ne survivrions.

Pendant des milliers d’années, le deuxième, dur, répète cette guerre perpétuelle dont un chiffre bien documenté dit qu’elle occupa 90% de notre temps et de nos habiletés.

Quant au dernier, doux, il glorifie, depuis quelques décennies seulement, l’infirmière, le médecin, la biologiste dont les découvertes et les conduites redressèrent à la verticale la croissance de notre espérance de vie ; puis le négociateur, qui cherche la paix ; enfin l’informaticien qui fluidifie les relations humaines.

Histoire ou Utopie ? Il n’y a pas de philosophie de l’histoire sans un projet, réaliste et utopique. Réaliste : contre toute attente, les statistiques montrent que la majorité des humains pratiquent l’entraide plutôt que la concurrence. Utopique : puisque la paix devint notre souci, ainsi que la vie, tentons de les partager avec le plus grand nombre ; voilà un projet aussi réaliste et difficile qu’utopique, possible et enthousiasmant.

Professeur à l’université de Stanford, membre de l’Académie française, Michel Serres est l’auteur de nombreux essais philosophiques et d’histoire des sciences, dont les derniers, Petite Poucette (Le Pommier, 2012) et Le Gaucher boiteux (Le Pommier, 2015) ont été largement salués par la presse. Il est l’un des rares philosophes contemporains à proposer une vision du monde qui associe les sciences et la culture.

 

Sévane Garibian (dir.) : La mort du bourreau. Réflexions interdisciplinaires sur le cadavre des criminels de masse [parution]

[ndlr] Présentation de l’éditeur. Ouvrage disponible en français et en espagnol.

lamortdubourreauLa dernière décennie a vu la mort de Slobodan Milosevic, Augusto Pinochet, Saddam Hussein, Oussama Ben Laden ou Mouammar Kadhafi. Car les génocidaires, criminels de guerre, dictateurs, tyrans ou agents du terrorisme international des XXe et XXIe siècles, meurent aussi. Dans tous les cas, les questions que posent ces disparitions singulières sont identiques, bien que se situant dans des contextes différents : quand et comment ces criminels sont-ils morts ? Que faire de leur dépouille ? Comment appréhender leur héritage, la mémoire de leur personne et de leurs crimes ?

Malgré leur caractère crucial et leur actualité, ces questions n’ont pour l’heure suscité que peu de travaux dans le domaine des sciences juridiques et sociales. Si l’on observe un important regain d’intérêt pour la parole du bourreau en tant que source d’information, rares sont les études qui s’attachent au sort de celui-ci, une fois décédé. Cet ouvrage vise précisément à combler ce manque.

La réflexion interdisciplinaire engagée ici met en dialogue les apports du droit, de l’histoire, de l’anthropologie, de la sociologie, de la littérature et de la psychologie autour de trois thématiques principales : les modalités de la (mise à) mort du bourreau, le traitement post-mortem de son corps, et la question de la patrimonialisation face aux exigences de justice et de réparation. Ce volume entend ainsi montrer les enjeux entourant la fin des criminels de masse – une mort jamais anodine, même lorsqu’elle est naturelle.

Ouvrage dirigé par : Sévane Garibian

Contributions de : Rosa Ana Alija Fernández, Ana Arzoumanian, Antoine Garapon, Sévane Garibian, Anne Yvonne Guillou, Florence Hartmann, Frédéric Mégret, Muriel Montagut, Didier Musiedlak, Nicolas Patin, Karine Ramondy, Élodie Tranchez

Sommaire

Remerciements

Présentation des auteurs

Préface
Antoine Garapon

  • Introduction
    La mort du bourreau, ou le temps incalculable de son éternité

    Sévane Garibian
  • Prologue
    Tyrannicide et droit international : une coexistence possible ?

    Élodie Tranchez

Mort naturelle, mort suspecte

  • « Ubus africains » : de l’hubris à la « belle mort », l’exception-nalité africaine ?
    Karine Ramondy
  • Le chemin inextricable entre le lit de mort et la lutte contre l’impunité : les cas de Franco et de Pinochet
    Rosa Ana Alija Fernández
  • La revanche posthume de Slobodan Milosevic
    Florence Hartmann
  • Le « maître de la terre ». Les cultes rendus au cénotaphe de Pol Pot
    Anne Yvonne Guillou

Mise à mort judiciaire

  • Expier le meurtre de millions d’hommes ? L’exécution des hauts dignitaires nazis après la Seconde Guerre mondiale
    Nicolas Patin
  • Saddam Hussein. De la politique de la cruauté à une dramaturgie de l’enterrement
    Ana Arzoumanian

Exécution extrajudiciaire

  • Ordonné par le cadavre de ma mère. Talaat Pachat, ou l’assas­sinat vengeur d’un condamné à mort
    Sévane Garibian
  • Les métamorphoses du corps de Mussolini
    Didier Musiedlak
  • Ben Laden, chronique juridique d’une mort annoncée
    Frédéric Mégret
  • La mort de Mouammar Kadhafi : contexte, traitement médiatique et signification
    Muriel Montagut

Source : éditions Petra

Version en espagnol : La muerte del verdugo. Reflexiones interdisciplinarias sobre el cadáver de los criminales de masa (Ed. Miño y Dávila, Buenos Aires). Lien : Miño y Dávila

Nguyen, Hai Hong : Political Dynamics of Grassroots Democracy in Vietnam [parution]

[ndlr] Avis de parution. Présentation de l’éditeur.

haihongnguyen_political-dynamicsofgrassroots-democracyinvietnamIn Political Dynamics of Grassroots Democracy in Vietnam, Hai Hong Nguyen investigates the correlation between independent variables and grassroots democracy to demonstrate that grassroots democracy has created a mutually empowering mechanism for both the party-state and the peasantry.

Hai Hong Nguyen is a Research Fellow at the University of Queensland, Australia. He holds a Masters in International Human Rights and Humanitarian Law from Lund University, Sweden, and a PhD in Political Science from the University of Queensland, Australia. He has been teaching international human rights law, international relations, and politics in Vietnam and Australia.

Review :

‘Hai Hong Nguyen’s Political Dynamics of Grassroots Democracy in Vietnam is a path-breaking study of Vietnam’s attempt to apply its concept of grassroots democracy to local government in response to rural unrest in the late 1990s. Based on field work in Vietnam, it represents a major milestone in the study of politics in Vietnam and will be the foundation for all future studies on political change in Vietnam.’ – Carlyle A. Thayer, Emeritus Professor, University of New South Wales at the Australian Defence Force Academy, Canberra, Australia

Source : Palgrave

★ ★ ★

[Nguyen, Hai Hong est aussi le coauteur avec Pham Quang Minh d’un article récent sur le processus de démocratisation du Viêt-Nam :]

Hai Hong Nguyen and Minh Quang Pham. “Democratization in Vietnam’s Post-Doi Moi One-Party Rule: Change from Within, Change from the Bottom to the Top, and Possibilities”. In Chantana Banpasirichote Wungaeo, Boike Rehbien, and Surichai Wungaeo (Ed.), Globalization and Democracy in Southeast Asia: Challenges, Responses and Alternative Futures, New York: Palgrave Macmillan, 2016.

The analysis in this chapter shows that Vietnam is undergoing a process of democratization that is driven by Đổi Mới. While the authors concur with many others that political reforms are taking place more slowly than economic liberalization, the authors contend that these reforms will eventually materialize. The question of regime change in Vietnam, from one-party rule to a multiparty system, lies beyond the scope of this chapter, as regime change is influenced by myriad factors, including citizens’ emotions.

The chapter focuses on 3 questions: (1) What are the reforms and actual changes that have taken place in Vietnam in the last three decades since the CPV officially introduced the Đổi Mới policy in the late 1980s? (2) How are these reforms and changes significant to the life of the people? (3) What are the latest developments that could have an impact on Vietnamese politics at present and in the future? The analysis, which focuses on three areas, namely economic liberalization, political reforms, and the emergence of civil society, shows that even under the rule of one single party, democratic institutions do exist and are continuously being reformed in order to respond to pressures from within society.

The authors argue that democratization is occurring in Vietnam’s one-party authoritarian regime, but it is strictly controlled and limited to cautious political experiments and reforms under pressure from within the party and society. Based on the analysis, the authors characterize this process as change from within, change from the bottom to the top, and slow but steady change, in contrast to democratization processes in other places that occur quickly but are unsustainable, perhaps even resulting in chaos. The authors label this process as democratization with Vietnamese characteristics.

Source : Palgrave