Archives de catégorie : CR de lecture ASIOC

Le procès des Khmers rouges : trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien

CR de lecture par Nicolas Leprêtre ///

L’ouvrage de Francis Deron, écrit en 2009, est à l’image de son auteur : journaliste d’investigation, ayant séjourné en Chine et à Bangkok ces trente dernières années, et décédé peu après la parution de cet ouvrage, il a enquêté sur un régime à proximité de lui, et pourtant si incompréhensible. Son livre est une compilation de ses visites sur le terrain après la fin du régime (en 1981 et 1985[1]), de ses rencontres avec certains khmers rouges[2], et de documents officiels pour l’élaboration du procès.

Francis Deron s’attache à toujours mettre en parallèle les événements d’un même lieu emprunt d’histoire : quand il parle de Tuol Sleng, il n’hésite pas à passer au tournant d’une page de 1975 à 2008, et inversement. Francis Deron se détache ainsi du travail strictement scientifique du chercheur – qu’il ne recherche pas en tant que journaliste –, pour faire vivre l’histoire, quitte à manquer de rigueur : des résumés chronologiques s’insèrent parfois de façon abrupte dans les chapitres, sans cohésion avec les propos, et la structuration des parties casse la dynamique entamée[3].

L’ouvrage prend clairement parti pour la tenue d’un procès, et ce dès la première ligne : « les salauds ont toujours d’excellentes raisons d’être ou d’avoir été des salauds » (p. 11). Au coeur de cet ouvrage, la responsabilité des khmers rouges est posée. Est-elle le produit d’un « contexte », voire même d’un « relativisme culturel » ? Par ce travail d’enquête, Francis Deron rejette ces hypothèses.

Il prend l’exemple du camp de Tuol Sleng pour illustrer son propos. La première partie reconstitue la machine khmers rouges qui s’est mise en place, de façon brutale et obscure. Le 17 avril 1975, les Khmers rouges prennent le pouvoir et le conservent jusqu’au 7 janvier 1979 date de l’invasion vietnamienne. Ils évacuent alors Phnom Penh en quelques jours, au prétexte de bombardements américains imminents : la capitale fut abandonnée pendant cinq ans. L’Angkar, ou « l’Organisation » contrôlant le pays, transforma alors dès 1975 le lycée de Tuol Sleng (ou S-21) en centre de détention, avec des champs d’exterminations aux alentours, un modèle qui s’exporta dans l’ensemble du territoire (annexe 1 : voir la carte en couverture du livre).

Duch, un « homme simple », ancien professeur de mathématique converti au maquis avant la prise de pouvoir des khmers rouges en 1975, fut l’administrateur de ce camp qui exécuta 16 000 à 20 000 prisonniers. Ses crimes furent illustrés par la documentation la plus « complète, systématique et détaillée » (p.70) qui soit, preuve d’une administration solide et de la logique exterminatrice. Pour Francis Deron, à S-21, « la simple détention est une preuve de culpabilité », et il revenait aux tortionnaires d’appliquer de façon méthodique et systématique des souffrances physiques pour engendrer un « [démembrement] du mental » (p.51). La torture fut un moyen, mais aussi « une finalité, et avoir de faux aveux est une preuve de réussite ». A l’image du régime en général, Francis Deron montre que le doute n’a pas de place dans S-21.

Duch organisa sa défense en déclarant qu’il ne voulait être « qu’un bon communiste » (p.25), témoignant qu’il n’était qu’un rouage du système. L’ouvrage de Francis Deron veut balayer cette hypothèse. Il démontre la responsabilité des khmers rouges, mais aussi des pays étrangers, dans leur soutien inavoué aux khmers rouges. A partir de ce constat, il montre la nécessité de juger les responsables à partir d’un tribunal alliant justice cambodgienne et internationale, tout en soulevant les limites d’un tel système. Ce procès est utile au nom des droits de l’homme et lutter contre l’impunité de criminels de guerres, mais aussi afin de reconstruire la mémoire d’un peuple.

La difficile définition de la responsabilité

  • Les khmers rouges et la difficulté de l’opacité de l’Angkar

La difficulté de définir la responsabilité des khmers rouges vient du fait que leur régime fut frappé par le sceau du secret. En effet, il a fallu attendre deux ans pour que Pol Pot fasse son premier voyage à l’étranger, en Chine, et que l’on découvre le visage du premier frère. Au coeur du système se trouve l’Angkar. Il n’y a donc ni parti, ni idéologie, mais une hiérarchie opaque. Cela rend d’autant plus difficile à déterminer la responsabilité personnelle des moins hauts gradés, ainsi que de chacun des hauts dignitaires, puisqu’ils déclareront tous qu’ils ne jouaient qu’un rôle mineur dans le système.

Le risque est alors de rendre l’Angkar responsable. Certes, il n’y eut pas que les hauts dignitaires qui furent responsables de la mort de 1.7 à 2 millions de personnes ; mais pour Francis Deron, « le mieux est l’ennemi du bien », et la course à la responsabilité entraînerait une paralysie du système judiciaire et un déchirement de la population, tant chacun a été touché de près par les exactions des Khmers rouges. Pourtant, ce sera la défense adoptée par les inculpés : les « délires maitrisés » (p.274) des discours des accusés troublent l’établissement d’une responsabilité ; Jacques Vergès, avocat de Khieu Samphan, déclara que son client n’était qu’une « potiche » avec un rôle de représentation à l’étranger[4]. Il joua enfin sur le retardement du procès en demandant la traduction de quelques 16 000 pages du dossier d’instruction en français.

  • Les limites de la question de la responsabilité : quelle place pour les pays étrangers ?

Certains pays ont aussi leur responsabilité dans le maintien du régime. La Chine joua un rôle évidemment majeur : elle « forma » certains des hauts dignitaires, et apporta un soutien financier au régime dès qu’il se déclara officiellement communiste en 1976. La realpolitik des pays occidentaux est également critiquée par Francis Deron, retranscrivant une discussion d’Henri Kissinger, Secrétaire d’Etat américain en 1979 qui soutenait les khmers rouges dans le maquis, dans une haine viscérale contre le régime vietnamien qui venait d’envahir le Cambodge, dans le contexte de Guerre Froide[5].

Enfin, Jacques Vergès souligne la responsabilité des Etats-Unis et de la France, dans la colonisation puis les bombardements lors de la guerre du Vietnam en 1969, qui ne furent pas jugés. D’autres acteurs peuvent être aussi questionnés, comme par exemple le Parti Communiste Français, dont plusieurs khmers rouges étaient membres[6]. Ces questions méritent d’être posées, elles ne le seront toutefois pas par le tribunal spécial, sans quoi il n’aurait pas eu le soutien des Nations Unies. Ainsi, si le rôle de ces pays peut être évoqué, c’est bien la responsabilité individuelle qui est jugée[7].

La responsabilité au cœur du procès des khmers rouges : qui est responsable ?

  • Des simulacres de procès

Deux expériences de procès ont déjà été entamées avant le procès de 2009. La première fut réalisée le 15 juillet 1979, par le gouvernement installé par le Vietnam. Il traduisit en justice Pol Pot et Ieng Sary par contumace, pour trois chefs : crime de génocide, trahison de la révolution, et pour avoir provoqué la guerre contre le Vietnam. Tout deux sont condamnés à mort dans un procès évidemment contestable[8]. Le second exemple fut en 1997, lorsque Pol Pot fut condamné à être assigné en résidence par un autre dignitaire en fuite, Ta Mok, pour le meurtre supposé de l’ancien n°3 Son Sen. Leur crépuscule est à l’image de leur régime : les derniers survivants, méfiants les uns des autres, se trahissent. Pol Pot mourut un an plus tard, sans vraie justice.

Ces tentatives témoignent clairement de la difficulté de mettre en place un système judiciaire stable et indépendant après la purge des khmers rouges. Trois facteurs permettront alors la mise en place d’un vrai procès : le contexte international avec la fin de la guerre froide et le départ du Vietnam au Cambodge ; la lente reconstruction d’un système judiciaire éreinté par les khmers rouges ; et une certaine maturité des esprits qui demanda peu à peu justice[9].

  • Le tribunal spécial pour les khmers rouges

Le gouvernement annonce ainsi le 17 mars 2003 un accord avec les Nations Unies sur la tenue d’un tribunal spécial pour les Khmers rouges. La démarche est inédite : elle souhaite impliquer la justice cambodgienne, dans un double souci de respect de sa souveraineté et de reconstruction d’un système judiciaire[10]. Ici, la charge de la preuve revient à l’accusation, la présomption d’innocence et le droit à la défense sont respectés, et la peine de mort est écartée conformément à la loi cambodgienne. Entre août et novembre 2007, Duch, Nuon Chea, Ieng Sary, Ieng Thirith et Khieu Samphan sont arrêtés et inculpés pour crime de guerre et crime contre l’humanité, commis entre le 17 avril 1975 et le 7 janvier 1979, et mis en accusation le 8 aout 2008.

L’ouvrage de Francis Deron ne décrit que le procès de Duch et sa condamnation à 40 ans de prison, les autres accusés n’étant pas encore traduits en justice à l’heure où parut le livre. Il soulève toutefois des difficultés : celle du difficile témoignage des victimes, et par là même de la mémoire face à un tel traumatisme. Il pose également l’hypocrisie de la question du « génocide », certains soulevant le fait qu’il n’y a pas là l’extermination d’un peuple contre un autre (faut-il dès lors parler d’ « autogénocide » ?). Pour Francis Deron, ces questions sont d’ordre juridique, ce qui explique qu’il ne s’attarde sur les définitions juridiques du procès que sur quelques pages. Son ouvrage entier est un réquisitoire contre les khmers rouges, et pour leur responsabilité.

Un procès, pour quoi faire ?[11] Juger pour l’humanité, et construire la mémoire

  • Juger pour l’humanité

L’intérêt de ce procès est avant tout moral. Il est unique puisque pour la première fois, le génocide n’est pas le produit d’une idéologie. Certes, les hauts dirigeants sont issus du « vernis de marxisme rudimentaire et parisien » (p.147), et l’idéologie marxiste, ainsi que la Terreur française, eurent une place considérable dans leur réflexion. Pourtant, la logique exterminatrice de l’Angkar relève plus de la peur que de l’idéologie (il n’y a pas par exemple de système communautaire comme en Chine). L’impunité n’est pas sans conséquences : aujourd’hui encore, la population cambodgienne souffre des traumatismes et problèmes de santé issus de cette période.

Pour échapper à l’explication culturelle, Francis Deron nous confronte brutalement avec les événements qui se sont déroulés, pour éviter d’échapper au débat de la responsabilité. Francis Deron conclut que « la justice n’est pas une fin en soi, elle est instrument de régulation sociale » (4e partie). C’est un travail utile pour l’humanité : pour le Cambodge, afin de reconstruire une identité collective et achever ce travail de mémoire ; à l’international enfin, pour rappeler que tout crime ne peut rester impuni, à l’heure des révélations de Guantanamo et de Abou Grahib.

  • Construire la mémoire

La première difficulté d’une construction de la mémoire vient du fait qu’il est difficile d’expliquer ce génocide : il n’y a en effet pas de rédemption par une idéologie, comme nous l’avons indiqué. Francis Deron souhaite d’abord trouver dans la personnalité de Duch, dans son passé, des raisons à cette dérive, avant de conclure qu’on ne peut finalement expliquer l’inexplicable.

Ce procès est utile dans la construction de la mémoire à deux titres. Il permet d’échapper à l’explication culturelle, postulant que la religion bouddhique, et plus largement la culture cambodgienne, voire le contexte, admettent plus facilement ces exactions. La confrontation brute avec les événements qui se sont passés lors du procès permet de balayer cet argument. De plus, c’est un exercice de représentation qui s’inscrit dans la même logique que les peintures de l’artiste Vann Nath, ou du film de Rithy Panh en 2004, S-21, La Machine de mort khmère rouge, qui reconstitue les démences destructrices des tortionnaires du S-21. L’exercice s’oppose à ce qu’a pu voir Francis Deron lorsqu’il visitait Tuol Sleng en 1985, alors que le pays était « sous occupation vietnamienne ». Il fut frappé par la théâtralisation des crimes commis dans l’établissement, avec une carte du Cambodge constituée de crânes des victimes à l’issue d’une visite afin de « remporter la conviction finale alors qu’il n’y a pas de doute » (cf. annexe 2). Cette tendance à exagérer témoigne de la manipulation politique faite par le Vietnam pour justifier sa guerre, mais traduit également la difficulté de représentation lorsque « rien ne permet plus de traduire le réel, ni les mots, ni les arts » (4e partie).

C’est donc un processus de réappropriation du passé qui compte tout autant que la condamnation des responsables. Par ce livre, Francis Deron rajoute une modeste pierre dans la construction de la mémoire collective cambodgienne, mais également humaine.

Nicolas Leprêtre – Promotion ASIOC 2011-2012 – 21 novembre 2011

 

Notes :

[1] En juillet 1985, il visita la frontière thaïlando-cambodgienne, et frôla la mort dans une opération de communication du régime qui chassait les khmers rouges (p. 239 – 252), ainsi que Tuol Sleng la même année.

[2] Francis Deron a interviewé Khieu Samphan en 1985, il reporte aussi l’interview de Pol Pot par des journalistes yougoslaves

[3] Alors que la 1ère partie relate l’histoire de Duch, de Tuol Sleng, et de son jugement, les seconde et troisième parties s’affairent à retracer l’histoire du Cambodge (depuis la Mythologie !) et le passé de chaque « frère » du régime, pour arriver dans la quatrième partie au procès des khmers rouges de 2009. Le présent compte-rendu de lecture ne s’attardera pas sur ces deux parties de l’ouvrage qui sont présentes plus à titre informatif, même si des informations y seront reprises.

[4] Pourtant, Khieu Samphan ne se rendit qu’une fois à l’étranger entre 1975 et 1979, en Corée du Nord pour demander au roi en fuite Norodom Sihanouk de revenir au pays, et aucun pays hormis la Chine ne disposait d’ambassade à cette période.

[5] Francis Deron parle alors de « s’aligner sur l’assassin, au lieu de s’aligner sur les soviétiques ».

[6] Ce fut le cas de Pol Pot, 1er frère, Khieu Samphan, chef du régime, Ieng Sary, lieutenant et Son Sen, n°3 des khmers rouges.

[7] Celle-ci est sujette à une controverse en droit exposée longuement dans l’ouvrage.

[8] Ce procès posa problème au tribunal de 2009, puisqu’à son arrestation, Ieng Sary déclara qu’il avait déjà été jugé, puis gracié par le roi en 1996, invoquant ainsi l’impossibilité de rejuger deux fois une même affaire.

[9] Sur ce point, l’émergence d’un procès s’oppose à l’immédiateté des procès de Nuremberg et de Tokyo.

[10] La justice est à double cliquet : la confrontation se fait d’abord en droit cambodgien, puis en droit international si ce premier est incomplet. Les avocats des inculpés rétorquent qu’ils ne peuvent être jugés au titre du droit cambodgien, puisque celui-ci n’existait plus sous leur régime (nullum crimen sine lege), et dénoncent les modifications du droit international depuis les années 1970.

[11] « Un procès : pour quoi faire ? » est le dernier chapitre de l’ouvrage, mais cette partie reprend des réflexions abordée dans l’ensemble du livre.

 

Bibliographie

BIZOT François, Le Portail, Paris, Table ronde, 2000.
Rescapé de S-21, 1er témoin lors du procès des Khmers rouges, François Bizot se remémore et la personnalité complexe de Duch, l’instigateur du camp qu’il a connu auparavant.

CHANDLER David, S-21, ou le crime impuni des Khmers rouges, Paris, Autrement, 2002.
Professeur émérite à l’Université Monash à Melbourne et spécialiste du Cambodge, l’auteur analyse les archives de S-21 et retranscrit des témoignages de victimes.

DERON Francis, Le procès des khmers rouges : trente ans d’enquête sur le génocide du Cambodge, Paris, Gallimard, 2009
Ouvrage sujet de cette fiche de lecture, il retrace par l’exemple de Duch et de S-21, l’horreur du régime des Khmers rouges, de ses instigateurs et la mise en place du procès de 2009.

NATH Vann, Dans l’enfer de Tuol Sleng : l’inquisition khmère rouge en mots et en tableaux, Paris, Calmann-Lévy, 2008
L’artiste survécut à S-21 par ses talents utilisés à des fins de propagande, et publie ses mémoires. Des peintures qu’il a réalisées illustrent la noirceur de son expérience.

Filmographie

PANH Rithy, S-21, la machine de mort Khmère rouge, 2003
Ce documentaire confronte les anciens tortionnaires de Tuol Sleng à leurs anciennes victimes, et reconstitue la vie quotidienne dans le camp de détention.

SCHROEDER Barbet, L’Avocat de la terreur, 2007
Le film retrace la vie de Jacques Vergès, avocat de Khieu Samphan, et explique sa stratégie de plaidoirie. L’avocat évoque le cas des Khmers rouges.

Sitographie

Compte tenu de la proximité des événements du procès des Khmers rouges, il est préférable de se référer à des comptes-rendus de journalistes présents au procès :

Chambres Extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens, Site Officiel [en ligne]. [page consultée le 12.11.11].

DUBUS Arnaud, VAULERIN Arnaud, Les carnets de Phnom Penh : Le Cambodge à l’heure des procès contre les Khmers rouges [en ligne]. [page consultée le 12.11.11].

POREE Anne-Laure, Procès des Khmers rouges, Carnets d’un tribunal au jour le jour [en ligne]. [page consultée le 12.11.11].

 

Diplômé de Sciences Po Lyon et d’un master en sciences sociales à l’ENS de Lyon, Nicolas Leprêtre a travaillé sur les stratégies de reconversion industrielle via des technologies « vertes », thème en devenir dans la recherche sur le Japon. Après un mémoire sur la « ville écologique » de Kitakyûshû sous la direction de M. Philippe Pelletier, son travail porte sur une nouvelle politique environnementale mise en place depuis 2010 au Japon, les éco-communautés (smart community). Il débute en 2012 une thèse sur ce sujet sous la direction de Mme Yveline Lecler. Il a séjourné pendant un an et demi au Japon, à Tokyo (Université de Chûô) puis à Kyushu (Université de Fukuoka).