Archives de catégorie : Présentation du carnet

Mémoires d’Indochine : objectifs et missions

Le carnet de recherche Mémoires d’Indochine se développera autour des quatre missions principales ci-dessous. Les étudiants du séminaire ASIOC (Asie Orientale Contemporaine) contribueront à alimenter le site par des notes de lecture et des présentations succinctes de leurs travaux de recherche.

Diffusion et mise en valeur d’informations scientifiques : la diffusion se fera par les connections habituelles du porteur du projet et le site de l’Institut d’Asie Orientale. Les portails de recherche connus sur l’Asie tel que Réseau Asie & Pacifique, les portails consacrés à l’Asie du Sud-Est (Afrase, Seagase, VLC-sources, les différents centres de ressources « South East Asia Studies ») et les instituts de recherche travaillant autour de ces questions.

Mise en réseau : le carnet « Mémoires d’Indochine » est destiné en particulier à la quinzaine d’étudiants inscrits au Séminaire ASIOC (Asie Orientale Contemporaine) de l’ENS de Lyon / IEP de Lyon. Il s’adressera bien sûr à d’autres chercheurs travaillant sur des thématiques similaires. Il favorisera les connections avec d’autres blogs ou carnets de recherche tels que « Colonial corpus », « D’une guerre à l’autre », « Genre et guerre », « L’Histoire à l’ère du numérique » (séminaire) et des revues d’informations en ligne telles que « Études coloniales ».

Partage d’hypothèses de travail : le carnet de recherche sera alimenté par des réflexions courtes portant sur l’impact des récits personnels sur l’histoire de ces nations. Sur le plan épistémologique, cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique.

Veille scientifique : une veille scientifique sera faite sur les nouvelles publications relatives aux sujets de recherche : récits personnels, témoignages, mémoires, biographies publiés en français et en anglais par des Vietnamiens, Laotiens ou Cambodgiens ; ouvrages scientifiques sur les questions mémorielles, articles de recherche ; littérature autobiographique réelle ou supposée ; entretiens filmés, reportages.

Mémoires d’Indochine

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a le plus souvent été présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud) ont chacun, de leur côté, beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. Défaits à Dien Bien Phu, les Français ont eux-mêmes élaboré une mémoire « militaria » de la guerre d’Indochine qui fait encore peu de cas de leurs adversaires ou de leurs alliés indochinois. Les Cambodgiens ont témoigné de leur vécu au Kampuchéa Démocratique. Les témoignages laotiens reviennent sur la douloureuse question de l’exil. Dans ces trois pays indépendants, les ethnies minoritaires ont aussi été bon gré mal gré fortement impliquées dans les conflits de décolonisations en laissant des traces de leurs organisations politico-militaires actives pendant la guerre.

Au Viêt-Nam, à l’appui de nombreuses publications historiques et politiques, les vainqueurs continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et d’après-guerre. A côté de la peinture héroïque et hagiographique de la lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Au Cambodge, le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur mémoire collective, élaborée en exil.

L’objectif de ce carnet de recherche est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits, de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement douloureux des Etats-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) est donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agit en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, en particulier de tenter d’élaborer une histoire vue du bas. La décolonisation vue par les locaux qu’ils appartiennent à l’élite ou au petit peuple permet de rééquilibrer l’histoire officielle souvent tronquée et paramétrée pour des soucis de légitimité politique.