Archives de catégorie : Mémento

Le drapeau de la République autonome de Cochinchine 1946-1948

[ndlr] En soutien à la séance 2. Documents visuels.

Photographie d’un attentat du Viêt-Minh contre un convoi de ministres de la République de Cochinchine, 25 avril 1947 (source SHD). On aperçoit sur le véhicule endommagé par l’explosion une affiche à l’effigie du Premier ministre Lê Văn Hoạch sur un fond illustré par le drapeau de la République dissidente.

shd_convoirepubliquecochinchine1947
Attentat Viêt-Minh d’avril 1947 contre un convoi d’officiels de la République de Cochinchine © DR

Le slogan de l’affiche de propagande dit « Ta phải lập quốc bằng nhơn đạo » (« Nous devons fonder l’État avec humanisme ») avant que le véhicule ne disparaisse dans les flammes.

republiquedecochinchine1947
Image by Jaume Ollé and Tomislav Todorovic, 9 September 2014 © crwflags.com
conghoavebinh
Insigne de la Garde républicaine (Cong Hoa Ve Binh), Garde du Sud-Vietnam sur lequel apparaît le drapeau et ses deux bandes blanches © DR
le_van_hoach
Portrait de Lê Van Hoach en 1948 © DR

lafoireexpositiondusudvietnam_1948

Couverture du premier numéro des Cahiers franco-vietnamiens (1948) consacré à la Foire-exposition du Sud-Vietnam. On notera que les deux bandes blanches ont disparu du drapeau de la République de Cochinchine © collection FG

pavillondusudvietnam_1948Photographie du Pavillon du Sud-Vietnam dans la même revue (p. 39) sur laquelle on aperçoit à droite le drapeau de la République de Cochinchine, cette fois-ci avec les deux bandes blanches © collection FG

Pavillons nationaux cambodgiens – National Flags of Cambodia

[ndlr] En soutien de la séance 2, présentation des pavillons nationaux cambodgiens de l’indépendance à aujourd’hui. On s’interrogera sur la symbolique du temple d’Angkor.

cambodianflagsIllustration extraite de Cambodge actuel : chronologie 1953-1987, Saint-Maur-des-Fossés, Aide au développement de l’éducation cambodgienne, 1988 (dos de couv.).

L’image du temple d’Angkor à trois ou cinq tours sur les drapeaux cambodgiens royalistes, républicains ou communistes « emblème de puissance » ? (Cf. Benedict Anderson, L’imaginaire national, Paris, La Découverte / Poche, 2002, p. 164).

fnlpk_81_fevrier1988La revue du Front National de Libération du Peuple Khmer éditée à Paris sur laquelle apparaît le drapeau national (n° 81, février 1988).

Le drapeau actuel (officialisé depuis 1993 et utilisé pendant la période sihanoukiste 1948-1970).

cambodianflag_border203_phnompenhpost
CNRP lawmakers hold a Cambodian flag in front of Border Post 203 in Svay Rieng’s Kampong Ro district during a visit to the Cambodia-Vietnam border last year © Vireak Mai
hunsen_cambodianflag_rfa
Hun Sen pays his respects to the Cambodian flag at the newly opened memorial to former King Norodom Sihanouk, Oct. 15, 2013 © RFA

Image « à la une » : Angkor Wat, the front side of the main complex, photographed in the late afternoon (by Bjørn Christian Tørrissen / Wikimedia), 25/11/2005.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : CR de lecture [récapitulatif]

Année universitaire 2013-2014 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

* * *

MémoiresIndochine2013ter

Pour information à la promotion 2013-2014, rappel des CR de lecture et des travaux du séminaire publiés en ligne entre février et juillet 2013.

 

CR ASIOC 2012-2013

  • Lectures croisées Ao Dai et La jeune fille et la guerre : Femmes, guerre, décolonisation – par Stéphane Verdeille
  • « Vivre la guerre, raconter la guerre : l’engagement de l’Armée Populaire de Libération chinoise aux côtés du Nord-Vietnam » par Joachim Boittout
  • La bande dessinée khmère à l’épreuve de la mémoire : à travers les oeuvres de Séra et de Tian – par Clémence Oliviero
  • Abdallah Gnaba, La mémoire réinventée. Chronique anthropologique d’une association vietnamienne de ParisCR de lecture parAdèle Pinet

 

Autres CR de lecture ASIOC publiés sur Mémoires d’Indochine :

 

Voir aussi sur le carnet de recherche Femmes & Guerres au Viêt-Nam :

Dernières lectures du séminaire : montrer les violences extrêmes et crises de mémoire

Pour clore le séminaire Mémoires d’Indochine de cette année, nous signalons deux ouvrages parus en 2012 qui méritent toute notre attention. Le premier s’intéresse à la façon de témoigner des violences extrêmes dans l’expression artistique ou mémorielle ; le second visite les écrits produits du traumatisme de la Seconde guerre mondiale.

Nous retrouverons les lecteurs de ce carnet en début d’année 2013 avec deux nouveaux sujets de préoccupation : les ressources documentaires relatives au sujet d’agrégation de cette année : « Les sociétés coloniales » (ici plus précisément l’Indochine) et différentes ressources et données sur 150 d’histoire du Viêt-Nam. Cette dernière thématique sera l’objet du cours d’ouverture du DEMEOC (Diplôme d’établissement sur le Monde Extrême-Oriental Contemporain) de Sciences Po Lyon.

FG, 28/10/2012.

Montrer les violences extrêmes

Théoriser, créer, historiciser, muséographier. Sous la direction d’Annette Becker et Octave Debary – Creaphis Editions.

Textes de Claire Angelini, Vincent Auzas, Annette Becker, Anne Bourgon, Philippe Braunstein, Jean-Baptiste Clais, Octave Debary, Jochen Gerz, Marc-Olivier Gonseth, Nina Gorgus, Philippe Mesnard, Liza Nguyen, Natacha Nisic, Marianne Petit, Catherine Perret, Adeline Rispal, Isabelle Rivé-Doré, François Soulages, Sophie Wahnich.

Comment montre-t-on aujourd’hui les différents temps de la Shoah ou les événements du 11-Septembre, les lieux tels l’ancienne gare de déportation de Bobigny, le camp de Rivesaltes, le lieu de torture de Tuol Sleng ? Comment historiciser la douleur des conflits ? Peut-on présenter la guerre des siècles passés comme un art au Louvre ? Est-il possible de créer à partir de ce qui reste, d’Auschwitz-Birkenau aux poignées de terres rapportées du Viêt Nam ? Peut-on faire une théorie de la violence de masse, théoriser son existence ? Peut-on prétendre partager ce qui relève dans nos sociétés désormais d’un non-vécu ? Penser les destructions guerrières, les génocides, les exterminations, mais également leur retentissement, leur transmission, la résonance de ces mémoires meurtries pour lesquelles l’apaisement semble échapper.

Annette Becker est professeur en cultures de guerre à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et membre de l’Institut universitaire de France.

Octave Debary est maître de conférences à l’Université Paris Descartes. Il travaille sur la mémoire et les restes.

Réf. : Annette Becker et Octave Debary (sous la dir.), Montrer les violences extrêmes. Théoriser, créer, historiciser, muséographier, Vérone, Creaphis Editions, 2012, 341 p. (Fiche Sudoc)

Source : Université Paris Ouest

Crises de mémoire

Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale. Susan Rubin Suleiman. Traduit de l’anglais (US) par Marine Le Ruyet et Thomas Van Ruymbeke.

Cet ouvrage est centré sur des crises de mémoire en lien avec la Deuxième Guerre mondiale et la Shoah, mémoire de nature à transcender les frontières nationales. Susan Rubin Suleiman s’intéresse tout particulièrement aux textes littéraires qui portent la trace d’une confrontation réelle avec des difficultés de langage et de sens. Car aux côtés de l’histoire et du témoignage, l’imagination donne forme et figure à la mémoire et à l’expérience, confère une dimension collective aux vicissitudes de la vie individuelle. Elle leur permet de durer.

Née à Budapest, Susan Rubin Suleiman a émigré aux États-Unis avec ses parents à l’âge de dix ans.  Depuis 1981 elle est professeure de littérature française et de littérature comparée à Harvard University. Auteur de nombreux ouvrages et d’articles sur la littérature et l’histoire modernes, elle a publié en France Le roman à thèse ou l’autorité fictive (PUF) et Retours : Journal de Budapest (Bleu Autour), aussi bien que des articles dans Le Monde, Poétique, Critique, Les Cahiers naturalistes et d’autres journaux et revues.

Réf. : Susan Rubin Suleiman, Crises de mémoire. Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 268 p. (Fiche Sudoc)

Voir l’introduction (pdf). Sommaire :

  • Choisir son passé : Jean-Paul Sartre mémorialiste de la France occupée
  • Le Désir narratif : l’« affaire Aubrac » et la mémoire nationale de la Résistance française
  • Commémorer les Morts Illustres
  • Histoire, mémoire et jugement moral après la Shoah. Hôtel Terminus de Marcel Ophuls
  • Anamnèse : mémoire de l’identité juive en Europe centrale après le communisme
  • Sunshine d’István Szabó
  • Révision : traumatisme historique et témoignage littéraire. Les mémoires de Buchenwald de Jorge Semprun
  • Mémoires de la Shoah : l’importance des faits. Wilkomirski/Wiesel
  • À la lisière de la mémoire : l’écriture expérimentale et la génération 1.5. Perec/Federman
  • Amnésie et amnistie : réflexions sur l’oubli et le pardon

Source : Presses Universitaires de Rennes

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento auteurs – séance 5

 Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

* * *

Mémento Auteurs

Notices biographiques des femmes auteurs de la Séance 5

 

Le Ly Hayslip was born in 1949 in Ky La, a vil­lage near Da Nang, Vietnam. The seventh child in a pea­sant farm family, she recei­ved only a third grade edu­ca­tion because she spent her child­hood in the shadow of the Vietnam War, or « American War. » Her bro­thers fought in both the Republican and Communist armies. By the time she was four­teen, she had endu­red tor­ture in a South Vietnamese govern­ment prison for « revo­lu­tio­nary sym­pa­thies, » had fallen under sus­pi­cion for being a govern­ment spy, and was sen­ten­ced to death by the Vietcong. But ins­tead of killing her, her exe­cu­tors raped her, and she fled to Da Nang and then Saigon where she worked as a maid, black market vendor, wai­tress, and hos­pi­tal atten­dant.

When Hayslip was twenty-one, she mar­ried an American civi­lian who was wor­king in Vietnam. In 1970, they esca­ped to the United States. After her hus­band’s death, she began wri­ting her child­hood memo­ries. James, her oldest son, helped her find the right words in English and type the manus­cript. Working as a hou­se­kee­per, fac­tory assem­bly line worker, and res­tau­rant host and mana­ger, she sup­por­ted her three sons through adven­tu­res with two hus­bands, the « love of her life, » fun­da­men­ta­list Christians, and a swind­ler. Her pas­sio­nate deter­mi­na­tion and strong Buddhist faith helped her to thrive as an American citi­zen, and she star­ted a cha­ri­ta­ble orga­ni­za­tion, The East Meets West Foundation, to pro­vide relief to the people of her war-torn home and com­fort to American vete­rans.

Hayslip’s first memoir, When Heaven and Earth Changed Places, was writ­ten with the help of Jay Wurts and publi­shed in 1989. The book was well-recei­ved ove­rall ; a writer for the New York Times Book Review des­cri­bes it as « tou­ching and illu­mi­na­ting . . . lucid, lyri­cal . . . a sea­ring human account. » The memoir exa­mi­nes Hayslip’s theme of sur­vi­val as she rela­tes her mis­for­tu­nes during the Vietnam War and the achie­ve­ments of her return to her mother and her home­land after six­teen years in the United States. Told in a lively, honest style, she recalls her tumul­tuous child­hood in rural Vietnam and her even­tual escape to America. Her story jux­ta­po­ses the tale of her return in a jour­nal-like style com­plete with dates and loca­tions with tales of the past’s sha­dowy memo­ries.

Lynne Bundesen, contri­bu­tor for the Los Angeles Times Book Review, com­ments : « Her story. . .is the pri­vate side of the Vietnamese war. The pri­vate side of any war is rarely told, and it is, supre­mely, the woman’s side . . . Hayslip gives us the point of view of Anywoman, com­bi­ning her auto­bio­gra­phy with an eye­wit­ness account of Vietnam’s his­tory over the last forty years. » Though her story is ama­zing, Trang Hoang, a Vietnamese-American writer from the University of California in Los Angeles, reminds American rea­ders that « as inno­cent rea­ders, we need to remind our­sel­ves that this is only one person’s expe­rience and cannot be repre­sen­ta­tive of the col­lec­tive. The book is a chro­ni­cle of Hayslip’s extra­or­di­nary life. It does not por­tray the life of an ave­rage Vietnamese citi­zen. »

Hoang also warns rea­ders of Hayslip’s biases against the Southern Republican govern­ment and against most Vietnamese males except her father. Hayslip uses nume­rous Vietnamese terms to express her­self throu­ghout both her memoirs, but Hoang states that some of the words and phra­ses are incor­rectly spel­led and trans­la­ted. Other revie­wers also men­tion the « prea­chy » tone in the second half of the book, but the empha­sis on hope and for­gi­ve­ness seems to balance the nega­tive aspects of the wri­ting.

Hayslip’s second memoir, writ­ten in col­la­bo­ra­tion with her son James, was publi­shed in 1993. Child of War, Woman of Peace focu­ses on her life after her emi­gra­tion to the U.S. in 1970. Shortly after set­tling in California with her first hus­band, Ed Munro, he dies. She remar­ries, but her second, abu­sive hus­band also qui­ckly dies. This book was not as pas­sio­na­tely recei­ved by revie­wers, but she none­the­less cap­tu­red praise for her abi­lity to blend Eastern and Western values ; Hayslip has been applau­ded for her contri­bu­tion to the wealth of immi­grant lite­ra­ture.

In December of 1993, Oliver Stone’s film, Heaven and Earth, was relea­sed. This movie is based on Hayslip’s two memoirs. Oliver Stone’s Heaven and Earth — a nar­ra­tive ver­sion of the screen­play with pho­to­graphs by pro­fes­sio­nal pho­to­gra­phers and the direc­tor’s wife, Elizabeth Stone, and an intro­duc­tory essay by Hayslip with Wurts — was relea­sed in conjunc­tion with the film. A Vietnamese edi­tion of this book was prin­ted, brin­ging Hayslip’s story full circle, and a per­cen­tage of the pro­fits from all three books went to the East Meets West Foundation. Hayslip’s conti­nuing suc­cess makes her an admi­ra­ble social acti­vist and writer.

Source : Voices from the Gaps (University of Minnoseta)

* * *

Tran Thi Hao est née en 1957 au Vietnam, docteur ès-lettres de l’université Paris Sorbonne – Paris IV, professeur de français de l’université de Hanoi, elle est actuellement chercheur scientifique, professeur de littérature vietnamienne à Paris. Auteur des nouvelles en vietnamien : Illusions des études à l’étranger, un après-midi au Luxembourg, des articles en vietnamien du journal Femmes vietnamiennes, des articles et reportages en français de la revue carnets du Vietnam.

Née dans une des provinces les plus bombardées par la guerre américaine, Ha An est obsédée par le spectacle des bombardements, et aussi par celui des crapauds, des grenouilles, des insectes dans les abris, les tranchées et les trous individuels. Élevée dans une famille traditionnelle, marquée par le confucianisme, elle affronte difficultés et dénuement extrêmes, pour se montrer digne de ses parents, de ses professeurs… Enfant du régime socialiste du Nord Vietnam, elle croyait que seul le socialisme rendrait la société puissante et prospère. Elle abandonne tout, même une idylle innocente et naïve pour que son père, colonel de l’Armée populaire du Vietnam, puisse honorer la  » pureté  » du Parti communiste. Trente ans plus tard, retrouvant ses anciens amis de l’Université, Ha An est bouleversée par la vie de certains de ses camarades, orientés vers l’argent. Autour de l’histoire d’une jeune fille, le roman trace un tableau de la société vietnamienne dans les années soixante et soixante-dix. (présentation de la quatrième de couverture).

* * *

Xuan Phuong est née à Hué en 1929. Elle fut à tour méde­cin, jour­na­liste, réa­li­sa­trice de films, gale­riste. Danièle Mazingarbe est jour­na­liste. Ao dai est son pre­mier livre.

Fille d’un man­da­rin ami des fran­cais, élevée au cou­vent des Oiseaux à Dalat, Xuan Phuong por­tait l’ao dai, cette tuni­que tra­di­tio­nelle, sym­bole de la femme viet­na­mienne. En 1946, à l’âge de seize ans, elle quitte sou­dain sa famille et sa vie confor­ta­ble pour rejoin­dre le Viêt-minh.

Neuf années durant, pen­dant la guerre d’Indochine, elle vivra dans la jungle au mépris du danger, nu-pieds, vêtue comme ls mon­ta­gnards d’une che­mise rugueuse et d’un pan­ta­lon noir. De retour à Hanoi en 1954, après Dien Bien Phu, Phuong connai­tra les débuts du com­mu­nisme, les natio­na­li­sa­tions, puis les bom­bar­de­ments amé­ri­cains, et la « libé­ra­tion » de Saigon par les trou­pes nord-viet­na­mien­nes en 1975.

Arrivée à l’âge de la retraite, elle entame une nou­velle vie de femme d’affai­res à la tête d’une gale­rie d’art, avec ses trois fils, au cœur d’une famille enfin réunie.

De l’Indochine des fran­cais au Viet-nam aujourd’hui, le témoi­gnage de Xuan Phuong apporte un éclairage inédit sur l’his­toire du Viet-nam, des anec­do­tes émouvantes, des ren­contres – celle de Hô Chi Minh, du géné­ral Giap, de Joan Baez – le récit cap­ti­vant d’une femme excep­tion­nelle qui n’a jamais voulu quit­ter son pays. (présentation de la quatrième de couverture).

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento auteurs – séance 4

 Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

* * *

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

* * *

Mémento Auteurs

Notices biographiques des auteurs discutés lors de la Séance 4

 Partie 1 : Expériences de guerre

Nhã Ca (1939-), real name Trần Thị Thu Vân, is a popular and prolific fiction writer and poet. Born in Huế, she was married to the poet Trần Dạ Từ and was the founder of the publishing house Thương yêu. She was « the most strident voice in South Vietnam in her indictment of the communist atrocities » (Nguyễn, 165), with such works as Đêm nghe tiếng đại-bác [At night I hear the cannons], Tình-ca cho Huế đổ-nát [Love song for rubbled Hue], and Giải khăn sô cho Huế [Mourning turban for Huế]. After 1975, she was the only South Vietnamese female writer among 10 black-listed as « cultural guerrillas » by the Communist regime, and was imprisoned from 1976-1977. Her husband was jailed for 12 years. In 1989, a year after he was released from prison, the couple and their family received political asylum from the Swedish government, but later moved to the US and now live in Southern California, where they founded the popular newsaper Việt Báo. A story of hers, translated into English by James Banerian, is included in the anthology, Vietnamese Short Stories: An Introduction (Phoenix: Sphinx 1985). Hai-Dang Phan started this entry on VNLP (Vietnam Literature Project / portrait Viet Bao online).

Professor Le Cao Dai, M.D., one of Vietnam’s premier researchers on the effects of Agent Orange on human health and recently retired director of Vietnam’s Agent Orange Victims Fund, died on April 15, 2002 after a short illness. He was seventy-four. Born in Hanoi, Dr. Dai studied medicine in the northern highlands of Vietnam during the Resistance War against the French. During the U.S. War, he directed North Vietnamese Army Field Hospital 211 in the western highlands of central Vietnam south of the demilitarized zone. His journal, Tay Nguyen Ngay Ay (« The Western Highlands During Those Days »), published by Hanoi’s Labour Publishing House in 1997, is a vivid portrayal of the war between 1965 and 1973. Dr. Dai later served as director of the 108 Military Hospital, one of Hanoi’s most prestigious medical centers. Dr. Dai personally observed the first effects of defoliant spraying during the Vietnam War. He was a founding member of the 1080 Committee, which studies the long-term consequences of defoliant spraying on human health. His research, conducted in partnership with U.S. scientists, was published in Chemosphere, the American Journal of Public Health and the Journal of Occupation and Environmental Medicine. Dr. Dai also presented his findings as a panelist at the 1999 annual conference of the American Public Health Association. He is the author of Agent Orange in the Viet Nam War: History and Consequences, translated by Diane Fox and published in 2000 by the Vietnam Red Cross. Dr. Dai also served on the steering committee for the conference, « Long-Term Environmental Consequences of the Vietnam War, » which was held in Stockholm at the end of July 2002. Dr. Dai firmly believed that those who were victims of Agent Orange should receive assistance. He directed the Agent Orange Victims Fund under the auspices of the Vietnam Red Cross from the fund’s inception in 1998 until shortly before his death. The Agent Orange Victims Fund provides humanitarian assistance to victims and their families, including financial support, health care and vocational training. The Ford Foundation and the American Red Cross have been generous contributors, as have individuals and organizations from Denmark, Great Britain, Japan, the Netherlands, Sweden, the United States, and other countries. Dr. Le Cao Dai is survived by his wife of nearly fifty years, the artist Vu Giang Huong. (by Veteran Staff – notice biographique sur le site de VVAW – Vietnam Veterans Against the War / Photo : The Gioi).

* * *

Partie 2 : Exposés sur Dien Bien Phu et le génocide cambodgien

Dao Thanh Huyen est journaliste indépendante à Hanoï (Viêt Nam), où elle travaille pour la presse européenne. Née en 1969 au Nord Vietnam en plein bombardements américains, cela ne l’a pas empêché d’apprendre le français au lycée, puis à l’université. Elle est bilingue vietnamien/français. En 1993, elle réussit un concours d’entrée à la télévision nationale vietnamienne, pour présenter le journal en français. “Au Vietnam, il n’y a pas d’école de journalisme. Le journalisme est un mélange entre l’actualité, la subjectivité et la littérature. Les journalistes n’exercent pas principalement ce métier. Ils travaillent d’abord pour un organe d’état. Ce travail leur donne le “droit” d’écrire.” En 1995, elle s’installe à Lille pour deux ans et suit l’Ecole supérieure de journalisme de Lille. Diplômée de l’ESJ de Lille et lauréate de la fondation Jean-Luc-Lagardère, elle travaille également comme formatrice pour ESJ-International, pour l’Agence vietnamienne d’information et pour l’Association des journalistes du Vietnam notamment. De retour au Vietnam, elle réintègre la télé nationale, dont elle démissionnera le 31 août 1999. Lauréate Ex-Aequo de la Bourse Journaliste 1999. Après avoir mené une enquête auprès des vétérans vietnamiens (RDVN) de Dien Bien Phu, elle publie avec Dang Duc Tue et un groupe de jeunes journalistes l’ouvrage Dien Bien Phu vu d’en face, paru au Viêt Nam en 2009 puis en France l’année suivante. Elle travaille actuellement sur les témoignages de Hanoïen lors des bombardements aériens de 1972. (d’après : Est-Ouest et Babelio / photo : Est-Ouest).

Toute la vie et l’œuvre de Rithy Panh [1964-] sont profondément marquées par le génocide perpétué au Cambodge par les Khmers rouges entre 1975 et 1979. Lorsque le mouvement communiste arrive au pouvoir, le jeune Rithy n’a que treize ans. Expulsé de Phnom Penh, sa ville natale, il s’enfuit en Thaïlande en 1979 avant de rejoindre la France l’année suivante. Il s’inscrit alors à l’Institut des hautes études cinématographiques et en sort diplômé en 1985. Le jeune réalisateur se spécialise dès lors dans le documentaire. Dans ‘Les Gens de la rizière’, Panh décrit les horreurs observées dans son pays. Le film est présenté en compétition officielle à Cannes en 1994. Suivra quatre ans plus tard ‘Un soir après la guerre’, retenu pour la section Un Certain Regard. Mais c’est surtout le documentaire ‘S21, La Machine khmere rouge’ qui le révèle à l’international. Dans ce nouveau long-métrage, Rithy Panh confronte les trois rescapés de la base S21 – où 17.000 Cambodgiens ont été torturés et exécutés – à leurs anciens bourreaux. Présenté dans de nombreux festivals, ‘S21’ est notamment primé à Cannes en 2003. En 2005, le cinéaste franco-cambodgien est de retour sur la Croisette. Il y présente hors compétition ‘Les Artistes du théâtre brûlé’. Même sort pour ‘Le Maître des forges de l’enfer’ en 2011. Toujours centré sur le travail de mémoire, Panh transpose cette fois-ci sur écran son regard sur le procès de Duch, directeur de la prison de Tuol Sleng sous la dictature des Khmers rouges. Quatre ans plus tôt, il se concentrait sur le sort des femmes prostituées au Cambodge dans ‘Le Papier ne peut pas envelopper la braise’. Également acteur, on le retrouve en 2004 dans ‘Holy Lola’ de Bertrand Tavernier dans le rôle de Monsieur Khieu aux côtés d’Isabelle Carré et de Jacques Gamblin. En 2012 il écrit avec Christophe Bataille L’ Elimination qui reçoit le prix France Television et le prix Aujourd’ hui. […]. (source : Evene / photo : Jean Barak)

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento personnalités – séance 3

Mémento Personnalités

Rappel biographique succinct des auteurs et personnalités historiques  évoqués lors de la Séance 3

 

Partie 1 : Les deux Viêt-Nam

Pavillon national de la RDVN
(Nord Viêt-Nam 1945-1975)
Pavillon national de l’Etat du Viêt-Nam
(1948-1955)
et de la République du Viêt-Nam
(Sud Viêt-Nam 1955-1975)

 

Bùi Tín (1927-)

Dissident vietnamien, ancien vice-rédacteur en chef du quotidien du peuple (Nhân Dân, le journal officiel du Parti communiste du Vietnam). Il rejoint le Viet Minh en 1945 et exerce en tant que journaliste pour le journal de l’Armée populaire du Vietnam. Engagé dans l’Armée populaire vietnamienne à l’âge de 18 ans, il est blessé lors de la bataille Dien Bien Phu. Il sert au sein l’état-major de l’armée nord-vietnamienne pendant la guerre du Vietnam et s’occupe de la question des prisonniers de guerre américains. Durant la prise de Saigon le 30 avril 1975, il fait partie de l’unité nord-vietnamienne qui reçoit la reddition de Duong Van Minh, dernier dirigeant de la RVN (Sud). Après la victoire, il perd peu à peu ses illusions face à la corruption d’après-guerre et l’isolement de la RSVN. En 1990, Bui Tin quitte le Vietnam pour vivre en exil à Paris et exprimer publiquement ses critiques vis-à-vis du régime. A partir de novembre 1991, il intervient dans le débat sur les MIA-POW. Il publie plusieurs ouvrages en vietnamien qui font sensation dans lequel il dénonce l’appareil totalitaire communiste. Il publie en anglais deux ouvrages importants : Following Ho Chi Minh: The Memoirs of a North Vietnamese Colonel (University of Hawaii Press, 1995) et From Enemy To Friend: A North Vietnamese Perspective on the War (US Naval Institute Press, 2002). Il continue aujourd’hui à donner son avis sur l’évolution du Vietnam à travers son propre blog sur VOA.

David Lan Pham (1940-)

David Lan Pham est né à Thu Dau Mot dans la province de Binh Duong au Sud du Vietnam. Diplômé de l’Université de Saigon, il a enseigné l’histoire et a eu de multiples activités culturelles et journalistiques au Sud-Vietnam avant 1975. Il a exercé diverses fonctions de direction en tant que Secrétaire général des enseignants vietnamiens de l’Association des Enseignants d’Histoire et de Géographie, secrétaire général de l’Association de la Bibliothèque nationale vietnamienne, Conseiller à la Confédération Vietnamienne Travail (CVT) de Binh Duong et conseiller d’une Ecole bouddhiste à Binh Duong. Il quitte le pays clandestinement avec son fils et ses deux frères en 1986. Il publie en 2000 un récit de vie dans lesquel il rend compte de la vie sociale et politique vietnamienne sur quatre décennies de guerre civile. Il publie également d’autres ouvrages dont une biographie d’Ho Chi Minh en 2007. Aux Etats-Unis, il a travaillé pour le programme des réfugiés en Alabama et a créé le Bulletin bilingue / Tin Viet et Dac San Que Huong. Pour ses activités éducatives et sociales auprès des réfugiés il est cité dans plusieurs répertoires biographiques. Il vit actuellement à Toledo, dans l’Ohio.

* * *

Ngô Đình Diệm (1901-1963)

Mandarin nationaliste et catholique, originaire de Huê. Ministre de l’empereur Bao Dai en 1932, démissionne en 1933. Il se rend aux Etats-Unis au début des années cinquante. De retour au Viêt-Nam, il prend la direction du dernier gouvernement de Bao Dai en juin 1954. Un an plus tard à la suite d’un référendum populaire douteux, il devient Chef d’Etat de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) qu’il fonde le 26 octobre 1955. Il met en place une politique anticommuniste autoritaire avec les Agrovilles en 1959 et les Hameaux stratégiques en 1961. Très contesté au sein même du camp nationaliste, il est assassiné en novembre 1963 avec son frère Nhu à la suite de la violente crise bouddhiste. Sa diparition plonge le Sud Viêt-Nam dans une période de chaos et de troubles politiques pendant trois ans. Pour une biographie plus complète voir Ngo Dinh Diem (par Kelsey Leonard – Cold War Museum).

Thích Quảng Đức (1897-1963)

Vénérable bouddhiste, né Lâm Văn Tức en 1897, originaire de la province de Khanh Hoa au centre. Pratiquant dès l’âge de 7 ans, il consacre sa vie à l’étude du bouddhisme. Moine à 20 ans, il s’isole lors d’une retraite de trois ans après son ordination. Il s’immole par le feu à Saigon le 11 juin 1963 pour s’opposer à la politique répressive du gouvernement de Ngô Đình Diệm contre les bouddhistes. L’image de cette immolation (Malcom Browne, prix Pulitzer et 1963),  fera le tour du monde et précipitera la chute du clan des Ngo et de l’appareil diemiste. Par ce geste, Thich Quang Duc est depuis devenu une icône internationale.

Trường Chinh (Đặng Xuân Khu, 1907-1988)

Dirigeant communiste, principal théoricien du parti. Secrétaire général du PCI à partir de mai 1941 puis du Lao Động entre 1951 et 1956. Auteur du célèbre texte La résistance vaincra, regroupant une série d’articles parus à l’origine dans la revue du parti Su That (La Vérité) du 4 mars au 1er août 1947. Pro-chinois, il est le maître d’œuvre de la réforme agraire radicale avant d’être écarté de la direction du parti. Président de l’Assemblée nationale de la RDVN en 1960. Chef de l’Etat de la RSVN de juillet 1981 à juin 1987. Incarne la ligne dure du PCV et la ligne maoïste dans les années soixante. Paradoxalement, il est favorable aux réformes du Doi Moi en 1986 à la fin de sa vie.

 

 

Partie 2 : Mouvements de résistance

Le FULRO

Pavillon du Front de Libération du Champa
Pavillon du Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnards
(Flag by Chrystian Kretowicz)
Pavillon du FULRO
(Front Unifié de Lutte des Races Opprimées)

 

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Les Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.

Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngo Dinh Diem et reste emprisonné jusqu’à la chute de Diem. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Les Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille.

 * * *

Le FNL Sud-Vietnam

Pavillon du Front national pour la libération du Sud-Viêt Nam (FNL-Sud VN 1960-1975)

 

Nguyen Huu Tho,  (born July 10, 1910, Cho Lon, southern Vietnam—died Dec. 24, 1996, Ho Chi Minh City, Vietnam), chairman of the National Liberation Front (NLF), the South Vietnamese political organization formed in 1960 in opposition to the U.S.-backed Saigon government.

The son of a rubber-plantation manager who was later killed during the First Indochina War (1946–54), Nguyen Huu Tho studied law in Paris in the 1930s. Returning to Saigon, he set up practice, remaining politically inactive until 1949, when he led student demonstrations against the French; he also organized protests in 1950 against the patrolling of the southern Vietnamese coast by U.S. warships. He was imprisoned and won popular acclaim for his prolonged hunger strike in protest of the war.

After the Geneva Agreements had divided Vietnam into northern and southern zones in 1954, Tho cooperated with the southern regime of Ngo Dinh Diem until he was arrested for advocating nationwide elections on reunification. Except for a short interval in 1958, Tho remained in prison from 1954 to 1961, when he escaped with the aid of some of his anti-Diem followers. These men, who had recently formed the National Liberation Front, made Tho, a noncommunist, provisional and then full-time chairman of the NLF.

Tho essentially served as a figurehead leader, while real power in the NLF was held by its military arm, the Viet Cong, and by veteran communists who reported directly to the North Vietnamese leadership. Tho helped attract a wide spectrum of South Vietnamese supporters to the NLF. In June 1969 the NLF established a Provisional Revolutionary Government (PRG) with Huynh Tan Phat as president and Nguyen Huu Tho as chairman of its advisory council. The PRG, in effect, became the government of South Vietnam in April 1975, when the Saigon government’s troops surrendered to the North Vietnamese and PRG forces. Tho was made a vice president of Vietnam in 1976, a post he held until 1980, when he became acting president. In 1981 Tho was made vice president of the Council of State, as well as chairman of the Standing Committee of the National Assembly. (source : Encyclopedia Britannica).

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Mémento personnalités – séance 2

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

* * *

Mémento Personnalités

Rappel biographique succinct des personnalités historiques évoquées lors de la Séance 2

 

Partie 1 : Textes politiques

 

Nguyễn Thái Học (1902-1930)

Révolutionnaire, nationaliste. Un des fondateurs et chef du Parti National du Viêt-Nam (VNQDĐ). Lance l’insurrection générale du VNQDĐ en février 1930 au Tonkin. La révolte est violemment réprimée par la Sûreté coloniale et le parti nationaliste en ressort en grande partie détruit. Fait prisonnier par les Français, il est guillotiné avec douze autres révolutionnaires le 17 juin 1930.

 

Trần Phú (1904-1931)

Révolutionnaire communiste, premier secrétaire général du PCI. Ancien membre du Thanh Niên de Canton, il suit une solide formation à l’Université des cadres d’Orient à Moscou de février 1927 à novembre 1929. « Retour de Russie » influent, il aligne le parti communiste vietnamien sur la ligne du Komintern et fait adopter les « Thèses politiques du PCI » au mois d’octobre 1930. Arrêté au mois d’avril 1931, il décède en prison des suites de sa tuberculose et des tortures qu’il a subies.

Trương Tử Anh (1914-1946 ?)

Fondateur et chef du Parti National du Đại Việt (Đại Việt Quốc Dân Đảng). Premier théoricien et fondateur de la doctrine de la « Survivance du Peuple » (Dân tộc sinh tồn) qui se présente comme une arme idéologique contre le colonialisme et le communisme. Il organise des maquis nationalistes avant de disparaître en décembre 1946 à la suite de son arrestation par la Sécurité publique Viêt Minh (Công An).

 

* * * * * *

Partie 2 : Mémoires d’acteurs

 

S.M. Bảo Đại (Nguyễn Phúc Vĩnh Thụy, 1913-1997)

Dernier Empereur de la dynastie des Nguyễn (1802-1945). Après des études en France, il retourne au Viêt-Nam à partir de 1932. Il entreprend la réforme du système impérial mais se heurte rapidement au conservatisme colonial notamment sur la question de la Cochinchine. Abdique en faveur du Viêt-Minh fin août 1945. Devient Conseiller suprême du premier gouvernement de la RDVN en 1946 puis s’exile en Chine et à Hong Kong. Soutenu par les nationalistes, il revient au Viêt-Nam en tant que Chef d’Etat du Viêt-Nam national, Etat indépendant et associé à l’Union Française entre 1949 et 1954. Décède à Paris en 1997 après un long exil en France.

Prince Mangkra Souvannaphouma (1938-)

Né en 1938 à Vientiane, officier de l’Armée de l’Air royale lao. Aide-de-Camp du Président du Conseil du Gouvernement royal, Premier ministre, ministre des Affaires Etrangères et de la Défense nationale. Ce militaire très impliqué dans la vie politique laotienne avant 1975 devient en exil un infatigable défenseur des droits des réfugiés laotiens. Il fonde en 1993 le parti Nation Lao et continue de militer pour un Laos libre et démocratique.

 

S.A.R. Norodom Sihanouk (1922-2012)

Personnage incontournable et controversé de la vie politique cambodgienne depuis les années cinquante. Homme d’Etat et monarque, il règne de 1953 à 1955 puis gouverne jusqu’en 1970 sur le Royaume du Cambodge après avoir obtenu l’indépendance des Français. Ecarté du pouvoir lors du coup d’Etat du général Lon Nol en 1970, il revient sur le devant de la scène en tant que président du Kampuchéa Démocratique des Khmers Rouges en 1975 puis démissionne un an plus tard. Il organise la résistance contre le Viêt-Nam communiste en 1979 et se réfugie en Corée du Nord et à Pékin. A la fin du conflit cambodgien, est instaurée une monarchie constitutionnelle (1991). Sihanouk retrouve son titre de roi en 1993. Il se maintient au pouvoir jusqu’en 2004, date à laquelle il abdique en faveur d’un de ses fils. Il décède à Pékin le 15 octobre 2012.

Séminaire « Mémoires d’Indochine » : Mémento personnalités – séance 1

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

* * *

Mémento Personnalités

Rappel biographique succinct des personnalités historiques vietnamiennes de la Séance 1

Le groupe des « Cinq Dragons » en France :
Nguyen Ai Quoc (à gauche), Phan Van Truong, Phan Chu Trinh, Nguyen An Ninh et Nguyen The Truyen (de gauche à droite et de haut en bas).

 

Les Cinq Dragons

 

  • Nguyễn Ái Quốc, Hồ Chí Minh (Nguyễn Sinh Cung, 1890-1969)

Révolutionnaire communiste, agent du Komintern. Adopte de nombreux pseudonymes lors de son long parcours révolutionnaire (Nguyễn Tất Thành, Nguyễn Ái Quốc, Lý Thụy, Lucius). Fondateur du PCI en septembre 1930 et du front Viêt-Minh en mai 1941. Président de la RDVN de 1945 jusqu’à sa mort le 3 septembre 1969. Fait l’objet d’un culte de la personnalité dès les années 1950, reste la figure politique la plus populaire et la plus controversée en RSVN. Repose dans son mausolée place Ba Đình à Hanoi.

Voir aussi la fiche Ho Chi Minh (Encyclopédie Larousse en ligne)

  • Nguyễn An Ninh (1900-1943)

Ecrivain et journaliste, révolutionnaire. Se rend en France en 1920 pour poursuivre ses études de droit où il rejoint le groupe des « cinq dragons ». De retour à Saigon, il fonde le journal La Cloche Fêlée en 1923 et organise en 1926-1927 le Parti des Aspirations de la Jeunesse (Thanh niên Cao vọng Đảng). Déporté au bagne de Poulo-Condore pour ses activités politiques, il y meurt en 1943.

  • Nguyễn Thế Truyền (1898-1969)

Journaliste et homme politique. Un des artisans du groupe des Cinq Dragons en France, rédacteur-en-chef du journal Le Paria pendant un temps. Il abandonne le communisme pour le nationalisme avec la création du journal Viêt Nam Hôn (L’âme vietnamienne) en 1926 puis s’exprime au sein d’autres périodiques indépendantistes. Il prend la tête du Parti pour l’Indépendance du Viêt-Nam (Đảng Việt Nam Độc lập) en 1928. Il est arrêté par la Sûreté coloniale et incarcéré de 1941 à 1946 pour ses sympathies pro-japonaises. Il rejoint le Sud Viêt Nam en 1954 et se présente aux élections présidentielles de 1961 contre Ngô Dinh Diêm mais il échoue.

  • Phan Chu Trinh (1872-1926)

PhanChauTrinh2Lettré moderniste, nationaliste réformateur, partisan d’une solution pacifique pour accéder à l’indépendance. Il participe à l’aventure de l’Ecole de la Juste Cause (Đông Kinh Nghĩa Thục – 東京義塾) en 1907 à Hanoi et soutient l’agitation anti-fiscale de 1908 dans le Centre du pays. Son combat politique lui vaut d’être condamné à mort par le régime colonial puis déporté à Poulo-Condore et enfin d’être assigné à résidence suite aux vives protestations de la Ligue des Droits de l’Homme. Il se rend en France en 1911 et organise le combat anti-colonial au sein du groupe des Cinq Dragons. De retour au Viêt-Nam en 1925, il poursuit sa lutte pour une réforme républicaine, milite pour l’amnistie de Phan Bội Châu mais décède un an plus tard. Son enterrement donne lieu à d’importantes manifestations populaires dans tout le pays. Auteur de nombreux écrits politiques, il reste considéré comme le père de l’idéal démocratique.

  • Phan Văn Trường (1878-1933)

EPSON scanner ImageAvocat, écrivain, révolutionnaire. Un des artisans du groupe des « Cinq Dragons » à Paris regroupant Phan Chu Trinh, Nguyễn Thế Truyền, Nguyễn Tất Thành et Nguyễn An Ninh). Auteur de nombreux textes anti-colonialistes. Il publia notamment Une histoire de conspirateurs annamites à Paris ou la vérité sur l’Indochine (réédité en 2003 chez L’Insomniaque). Pour en savoir plus voir l’introduction de Ngo Van en ligne.

Né en 1878, Phan van Truong s’installe en 1908 à Paris, où il se lie avec Phan châu Trinh, opposant au régime colonial. Ensemble, ils animent la Fraternité, groupe d’Indochinois émigrés. Emprisonné de septembre 1914 à juillet 1915, Phan van Truong rédige en 1919 le mémorandum des Revendication du peuple annamite, adressé à la Conférence de paix de Versailles. Rentré au pays en 1924, il collabore au journal La Cloche fêlée qui affronte le pouvoir colonial. En 1928, il est condamné à deux ans de prison pour « provocations de militaires à la désobéissance dans un but de propagande anarchiste ». Il retourne à Paris pour se défendre devant la Cour de cassation. Emprisonné à nouveau, il n’est libéré qu’en 1930. Il meurt à Hanoi en 1933 (texte de la 4e de couverture).

 

Autres personnalités

  • Bùi Quang Chiêu (1873-1945)

Homme politique et journaliste. Fondateur du journal La Tribune indigène en 1917 et du Parti Constitutionnaliste, de tendance réformiste, en 1923. Notable intégré au système colonial dans les années 1930. Exécuté par le Viêt-Minh en 1945 ainsi qu’une partie de sa famille.

Voir aussi sa fiche sur Notabilités d’Indochine (1943)

  • Phạm Quỳnh (1892-1945)

PhamQuynhEcrivain et journaliste de renom. Entre dans le Cabinet de l’Empereur Bảo Đại en 1932, puis devient ministre de l’Intérieur du gouvernement impérial. Il dirige la revue d’idées Nam Phong (Vent du Sud) entre 1917 et 1932 et fonde avec Nguyen Ba Trac l’AFIMA (Association pour la Formation Intellectuelle et Morale des Annamites / Hội Khai Trí Tiến Đức) en 1919. Assassiné par le Viêt-Minh en 1945. Auteur de nombreux essais en vietnamien et en français.

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine : Odo, Georges, Phạm Quỳnh : Franc-Maçon francophile et nationaliste

Goscha, Christopher E., L’Indochine repensée par les « Indochinois » : Pham Qùynh et les deux débats de 1931 sur l’immigration, le fédéralisme et la réalité de l’Indochine (Revue française d’histoire d’outre-mer sur Persée)

Morlat, Patrice, Projets coloniaux et mise en pratique : la politique des « fils » de Sarraut en Indochine dans les années vingt (Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, en ligne sur Revues.org)

  • Phan Bội Châu (1867-1940)

PhanBoiChauLettré moderniste, révolutionnaire, grande figure nationaliste. Opte pour la solution radicale contre le gouvernement colonial (résistance armée et instauration d’un gouvernement vietnamien). Monarchiste puis républicain. Organisateur du Voyage vers l’Est (Đông Du) où 200 jeunes nationalistes sont envoyés en formation au Japon. Fondateur de l’Association pour le Renouveau du Viêt-Nam en 1904 (Việt Nam Duy Tân Hội) puis de l’Association de Restauration du Viêt-Nam en 1912 (Việt Nam Quang Phục Hội) et enfin d’un Parti national du Viêt-Nam en 1924 (existence éphémère). Arrêté en 1925, il est d’abord condamné à mort par le régime colonial puis sa peine est commuée en assignation à résidence jusqu’à sa mort à Huế. Auteur de nombreux écrits, il est considéré comme le père du nationalisme révolutionnaire vietnamien.