Archives de catégorie : Entretiens d’histoire

Philippe Olivera : « Dans la tête des poilus » (Conférence 2014)

[ndlr] Intervention de l’historien Philippe Olivera sur l’historiographie de la guerre de 1914-1918 et la littérature de témoignage : analyse de l’évolution de l’historiographie du témoignage de guerre et retour sur la controverse française sur la « culture de guerre » (école de Péronne). Présentation sur la chaîne de Jacques Paul.

Invité par la section rennaise de la Ligue des droits de l’Homme, l’Université Rennes II et l’association Histoire deux, l’historien Philippe Olivera démonte [les] dérives de la « nouvelle histoire », qui, depuis la disparition des derniers poilus, entend se mettre dans leur tête, et déformer voire contester leurs témoignages. Il souligne les enjeux historiques et politiques de cette « entreprise d’histoire à succès », d’histoire « décomplexée »… Une conférence salutaire et passionnante.

Pour en savoir plus :

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : Séance 2

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 2 : mardi 06 octobre 2015

« Travailleurs indochinois » dans l’Europe en guerre

Cette séance sera en grande partie consacrée à la question des “Travailleurs indochinois” (une catégorie à interroger), enrôlés de force ou engagés volontaires lors des deux guerres mondiales pour soutenir “l’effort de guerre”. Une première vague amena plus de 90.000 “lính thợ” (soldats et ouvriers) en France pendant la guerre de 1914-1918 de laquelle la France sortit victorieuse. Une deuxième vague concerna environ 20.000 recrutés pendant la Seconde guerre mondiale dans le contexte de la défaite de 1940 et de l’occupation allemande. En suivant le parcours de certains d’entre eux à travers les documents proposés, nous aborderons la question plus générale des migrations coloniales et du contact avec le colonisateur. Nous interrogerons la pratique mémorielle autour des “Travailleurs indochinois” et le rapport particulier de ces “immigrés malgré eux” avec leur pays d’origine.

Sources orales à discuter :

Trois courtes vidéos extraites de la chaîne « Histoire coloniales » sur YouTube.

Article à lire : Luguern Liêm-Khê, « Ni civil ni militaire : le travailleur indochinois inconnu de la Seconde Guerre mondiale », Le Mouvement Social 2/ 2007 (n° 219-220), p. 185-199. URL : www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2007-2-page-185.htm / DOI : 10.3917/lms.219.0185

 * * *

Exposés oraux dans la 2ème partie du séminaire :

  • NgoVan_AuPaysDeLaClocheFeleeNgo Van, Au pays de la cloche fêlée. Tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale, Montreuil : L’insomniaque, 2000.

CR de lecture de Nelly Didelot

Présentation sur le site dédié à Ngo Van : Le Chat qui pêche.

  •  LamLe_CongBinh2Lam Le, Cong Binh, la longue nuit indochinoise, Adr Productions, Blaq out collection, 2013.

Présentation et recension du film par Alice Voisin

Page Facebook du film.

* * *

Lectures complémentaires :

  • Anh Van, « Les travailleurs vietnamiens en France, 1939-1950 », Chroniques vietnamiennes, n°4, été 1988, pp. 10-17.
  • Daum, Pierre, Immigrés de force. Les travailleurs indochinois en France (1939-1952), Arles : Solin / Actes Sud, 2009. Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/134002601 / Cote IAO : 604AI.13/170. Voir également : “A propos d’un livre”, Carnets du Viêt Nam, n° 23, octobre 2009, pp. 18-21, notamment la note de lecture de Pierre Brocheux en ligne sur le site de Pierre Daum immigresdeforce.org (PDF).
  • Le Van Ho, Mireille, Des Vietnamiens dans la Grande guerre, Paris : Editions Vendémiaire, coll. Empires, 2014. Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/180917293
  • Tran-Nu (Luguern), Liêm-Khê, Les travailleurs indochinois en France de 1939 à 1948, Mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Vigier, Université Paris X Nanterre, 1988. Document en ligne sur le site travailleurs-indochinois.org (PDF).
  • Tran-Nu (Luguern), Liêm-Khê, « Les travailleurs indochinois en France de 1939 à 1948 », Actes de l’Histoire de l’Immigration, 2001, article en ligne (première édition en 1989 dans le Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine, n° 10 (p. 5-21), publié à l’Université de Nanterre).

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine

* * *

Sitographie :

Site de Joël Pham dédié à la mémoire des Travailleurs indochinois et comprenant une petite base de données de 318 anciens Công Binh (Mémorial Công Binh).

Site du journaliste Pierre Daum consacré à la promotion de son ouvrage sur les « Immigrés de force » (Actes Sud, 2009).

Blog en langue vietnamienne consacré à l’histoire des ONS Vietnamiens.

Plaquette pédagogique de l’exposition « Les travailleurs indochinois de la Seconde guerre mondiale » organisée en janvier 2011 dans le département de l’Hérault.

Musée de l’histoire de l’immigration : Dossier thématique réalisé par Liêm-Khê Luguern

Nguyen Khac Vien : « Ho Chi Minh et la voie léniniste »

[ndlr] Extrait d’un entretien avec l’intellectuel communiste Nguyen Khac Vien sur le choix de la voie léniniste par Ho Chi Minh. Documentaire de Gérard Guillaume diffusé le 7 octobre 1973 sur la première chaîne de télévision française. Retranscription ci-dessous des huit première minutes de l’entretien. Texte en support de la séance 1 du séminaire (2015).

Nguyen Khac Vien : « Ho Chi Minh et la voie léniniste »*

Documentaire de Gérard Guillaume, 1973.

NguyenKhacVien_HoChiMinh
Nguyen Khac Vien © 1973

Gérard Guillaume [GG] : Est-ce que Ho Chi Minh, plus exactement Nguyen Ai Quoc ou je ne sais pas comment l’appeler appartenait à cette jeune génération qui se posait des questions, qui se disait mais comment faire, tous les mouvements ont échoué, quel a été son chemin ?

Nguyen Khac Vien [NKV] : Il s’est posé cette question, je crois que… avant les autres, étant déjà très jeune.

GG : Comment s’appelait-il ?

NKV : Il s’appelait Nguyen Tat Thanh mais peu nous importe les différents noms qu’il a pris au cours de sa vie clandestine, le fait important c’est que, il a pris conscience de l’impasse bien avant les autres, donc il était parti avant les autres à la recherche d’une nouvelle voie, d’une nouvelle solution. Alors que les autres partaient pour le Japon, pensant à une aide aussi des Japonais, lui il était parti vers la France, vers le monde occidental, pour voir sur place comment était l’ennemi, comment agissait l’ennemi, de quoi était fait, pour ainsi dire… l’ennemi principal.

GG : Il avait quel âge à l’époque ?

NKV : Il avait vingt ans à peu près. Donc il s’était engagé sur un bateau comme aide cuisinier, il était parti, il a fait tous les ports, il a été en France, il a été à Londres, il a été en Amérique, il a été un peu dans tous les pays mais il s’était fixé après à Paris. Et c’est à Paris qu’il a fait la rencontre essentiellement de la classe ouvrière française, du Parti Socialiste français à l’époque, mais aussi de toute la gauche française. Il assistait par exemple à toutes les réunions du club du Faubourg [1].

Voix off [incarnant Ho Chi Minh] : Madame, avant de vous remercier très sincèrement, permettez-moi de vous résumer en deux mots le livre très intéressant que vous avez eux la bonté de me prêter. Les deux mots sont JE VEUX…

NKV : La première révélation qu’il a eu c’est que, en France, il y a des gens de progrès, il n’y a pas de que capitalistes, des colonialistes, il y a des gens qui pouvaient prendre parti aussi pour le peuple vietnamien. Et, il y a des ouvriers français qui sont exploités aussi par le capitalisme français. Et c’est là qu’il a pris cette image : le capitalisme est comme une pieuvre qui a deux ventouses, une ventouse qui suce le sang du prolétariat français et l’autre qui suce le sang du peuple vietnamien et des peuples coloniaux en général. Il faut couper les deux ventouses à la fois. Si on en laisse une, elle repoussera, l’autre repoussera. Cette solidarité entre la classe ouvrière française et les peuples coloniaux, il l’a découvert pour ainsi dire pratiquement avant d’aborder la théorie. Mais à un moment donné, au moment crucial, au moment de la révolution d’octobre en (19)17, la question principale qui se posait dans le parti socialiste français à l’époque : est-ce qu’on était pour ou contre la révolution d’octobre 17 ? C’est-à-dire, est-ce qu’on était pour la troisième ou la seconde internationale ? Et c’était la question qui s’était posée au congrès de Tours, et lui il a dit que ce qui lui importait à l’époque c’était pas la deuxième internationale, deuxième internationale et demi, ou troisième ce qui lui importait, mais quelle est l’internationale qui prenait partie pour les peuples coloniaux ?

Voix off [Ho Chi Minh] : Camarades, j’aurai voulu venir aujourd’hui collaborer avec vous à l’œuvre de la révolution mondiale mais c’est avec la plus grande tristesse et la plus profonde désolation que je viens aujourd’hui comme socialiste protester contre les crimes abominables commis dans mon pays d’origine. Plus nombreuses que les écoles, les prisons sont toujours ouvertes et effroyablement peuplées. Tout indigène réputé avoir des idées socialistes est enfermé et parfois mis à mort sans jugement. C’est la justice dite « indochinoise ». Dire que ce pays peuplé de plus de vingt millions d’exploités est prêt aujourd’hui à une bonne révolution est faux. Mais dire qu’il ne la désire pas et est content du régime comme prétendent nos maîtres serait plus faux encore. Empoisonnés moralement et physiquement par l’opium, l’alcool, etc., on pourrait croire que ce troupeau humain est pour toujours destiné à l’autel du bon dieu capitaliste, qu’il ne vit plus, qu’il ne pense plus et ne sert à rien dans la transformation sociale. Non ! L’Indochinois n’est pas mort, il vit encore, il vit toujours. Sous le masque d’une docilité passive, il cache quelque chose qui bouillonne, qui gronde, et qui, le moment venu, explosera formidablement.

NKV : C’était d’abord la révolution d’octobre et ensuite la lecture des thèses de Lénine, qui avaient éclairé le chemin de tous ceux qui pensaient le problème à l’époque et en particulier à des coloniaux, à Ho Chi Minh. Et il a écrit une page… saisissante quand il a raconté comment il a découvert les thèses de Lénine et comment s’était pour lui la révélation [2]. Et il a écrit, il a dit que, tout seul dans sa chambre, il s’était écrié, il s’écrié tout seul à haute voix : voilà mes compatriotes, on a trouvé, c’était là. C’était vraiment cette révélation d’une nouvelle voie, d’une nouvelle solution pour le problème national. Et, … cette révélation, c’était à peu près la même pour tous les patriotes vietnamiens qui, peu à peu, étaient venus au marxisme après. A un moment donné, on a toujours cette impression d’une porte qui s’ouvre alors que tout était bloqué jusque là, vous voyez. On a trouvé les… la compréhension du problème, les moyens de résoudre le problème, les méthodes d’action et les principes d’action, vous voyez, avec cette certitude on partait pour l’action. Il a milité dans le parti communiste, dans les syndicats, il a milité dans les milieux coloniaux, puis il a milité à l’internationale communiste après, toujours pour montrer cette idée, l’importance des mouvements de la libération des peuples coloniaux dans la lutte anti-impérialiste. Et c’est toujours l’image de cette pieuvre à deux tentacules… qu’il faut briser à la fois et cette solidarité entre mouvement ouvrier de la métropole, vous voyez, des nations impérialistes et les peuples colonisés. Pour ainsi dire, toute sa vie, il a bâti, là-dessus, sur cette thèse, toute son activité militante.

Voix off [Ho Chi Minh] : Ouvriers, paysans, soldats, jeunes gens, écoliers, le parti communiste indochinois est fondé. C’est le parti de la classe ouvrière. Sous sa conduite le prolétariat dirigera la révolution dans l’intérêt de tous les opprimés et des exploités.

Source : http://www.cinearchives.org/Films-447-297-0-0.html

Notes

* Le titre est de nous.

[ndlr 1] Le Club du Faubourg était un lieu de débats politiques situé dans le 17e arrondissement de Paris en activité de 1918 à 1939. Sur ce sujet voir le mémoire en ligne de Claire Lemercier : Le Club du Faubourg, Tribune libre de Paris, 1918-1939 (mémoire IEP de Paris, dir. Nicolas Offenstadt, 1995).

[ndlr 2] Nguyen Khac Vien fait référence au texte d’Ho Chi Minh, « Comment j’ai choisi le léninisme (avril 1960), in Ho Chi Minh : action et révolution, Paris, Union Générale d’Éditions, coll. 10/18, n° 413, 1968, pp. 17-19. Article rédigé à l’occasion du 90e anniversaire de Lénine, publié dans la revue soviétique Problèmes de l’Asie en avril 1960.

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2015

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Paroles  « provoquées » et mémoires partagées

 

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mardi

Horaires : 9h-12h

Salle : F020

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a le plus souvent été présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs et dans lesquelles la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (biographiques et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) sera donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agira en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

MémoiresIndochine_2015_vignette

Cette année, le séminaire sera consacré aux témoignages oraux. Chaque séance du séminaire abordera une question de l’histoire de la péninsule indochinoise sous l’angle de l’histoire orale. Le support de travail du séminaire se présentera sous la forme de témoignages oraux, d’entretiens le plus souvent filmés et disponibles sur internet. Le corpus principal proviendra de la Collection Vietnam en ligne sur OpenVault. D’autres sources orales seront extraites de films documentaires ou de médias en ligne.

Sites du séminaire :

 

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus).

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012.

RIOUX, Jean-Pierre (sous la dir.), Dictionnaire de la France coloniale, Paris, Flammarion, 2007.

LIAUZU, Claude (sous la dir.), Dictionnaire sur la colonisation française, Paris, Larousse, coll. A présent, 2007.

DUTTON, George / WERNER, Jayne & WHITMORE, John K. (eds), Sources of Vietnamese Tradition, New York, Columbia University Press, 2012.

RUSCIO, Alain (dir.), La guerre “française” d’Indochine (1945 1954). Les sources de la connaissance. Bibliographie, filmographie, documents divers, Paris, Les Indes Savantes, 2003.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007).

 

Connaissances générales requises sur l’Indochine et le processus colonisation / décolonisation :

AGERON, Charles-Robert, La décolonisation française, Paris, Armand Colin, coll. Cursus, série Histoire, 1991.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011.

CESARI, Laurent, L’Indochine en guerres 1945-1993, Paris, Éditions Belin, Histoire Belin Sup, 1995.

COOPER, Frederick, Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2010.

FERRO, Marc, Histoire des colonisations. Des conquêtes aux indépendances XIIIe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, septembre 1994.

GRIMAL, Henri, La décolonisation de 1919 à nos jours, Paris, Éditions Complexe, 1985, nouvelle édition revue et mise à jour (réédité en 1999).

HUGON, Anne (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale : Afrique et Asie, XXe siècle, Paris, Éditions Karthala, 2004.

LORIN, Armaury & TARAUD, Christelle, Nouvelle histoire des colonisations européennes (XIXe-XXe siècles). Sociétés, cultures, politiques, Paris, Presses Universitaires de France, “Le nœud gordien”, 2013.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008.

 

Histoire orale, sources orales :

ALMEIDA, Fabrice d’ & MARECHAL, Denis (sous la dir.), L’histoire orale en questions, Bry-sur-Marne, INA, coll. Médias histoire, 2013.

DESCAMPS, Florence (sous la dir.), Les sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Rosny-sous-Bois, Bréal, 2006.

DESCAMPS, Florence, L’historien, l’archiviste et le magnétophone : de la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie ; Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005, 2e éd. // Marseille, Cléo, OpenEdition, 2011 : https://books.openedition.org/igpde/104

PESCHANSKI, Denis & MARECHAL, Denis (sous la dir.), Les chantiers de la mémoire, Bry-sur-Marne, INA, coll. Médias histoire, 2013.

PESCHANSKI, Denis, Mémoire et traumatisme. L’individu et la fabrique des grands récits. Entretien avec Boris Cyrulnik, Bry-sur-Marne, INA, coll. Les Entretiens de MediaMorphoses, 2012.

THEBAUD, Françoise & DERMENJIAN, Geneviève (sous la dir.), Quand les femmes témoignent : histoire orale, histoire des femmes, mémoire des femmes, Paris, Éditions Publisud, 2009.

TONKIN, Elizabeth, Narrating our Pasts: the Social Construction of Oral History, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

VOLDMAN, Danièle (sous la dir.), La bouche de la vérité ? La recherche historique et les sources orales, Paris, CNRS, Les Cahiers de l’IHTP, 1992.

WALLENBORN, Hélène, L’historien, la parole des gens et l’écriture de l’histoire : le témoignage à l’aube du XXe siècle, Loverval, Éditions Labor, 2006.

 

Quelques lectures complémentaires portant sur les questions soulevées pendant le séminaire :

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2002 (rééd.).

BECKER, Annette & DEBARY, Octave (dir.), Montrer les violences extrêmes. Théoriser, créer, historiciser, muséographier, Paris, Créaphis éditions, 2012.

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013.

LOUBES, Olivier & RODRIGO, Annelise (03/12/2013), Pierre Laborie, un historien “trouble-mémoire”, Monde sociaux : http://sms.hypotheses.org/1651

MOREAU DEFARGES, Philippe, Repentance et réconciliation, Paris, Presses de Sciences Po, La Bibliothèque du citoyen, 1999.

HAHNEL-MESNARD, Carola / LIENARD-YETERIAN, Marie & MARINAS, Christina, Culture & Mémoire. Représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du  visuel, la littérature et le théâtre, Paris, Éditions de l’École Polytechnique, 2008.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.).

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000.

TODOROV, Tzvetan, Mémoire du mal, tentation du bien. Enquête sur le siècle, Paris, Robert Laffont, 2000.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012.

 

Numéros spéciaux de revues :

ARTIERES, Philippe & KALIFA, Dominique (éd.), “Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014.

 

 

* * *

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

Séance introductive : mardi 22 septembre 2015

  • Paroles  « provoquées » et mémoires partagées : introduction générale du séminaire (notions, modalités, calendrier)

 

Séance 1 : mardi 29 septembre 2015

 

Séance 2 : mardi 6 octobre 2015

 

Séance 3 : mardi 13 octobre 2015

 

Séance 4 : mardi 20 octobre 2015

 

Séance 5 : mardi 3 novembre 2015

 

Séance 6 : mardi 10 novembre 2015

 

Séance 7 : mardi 17 novembre 2015

* * *

Travaux à faire et notation :

Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note).

Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5 accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note).

Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la première séance du mardi 23 septembre 2014.

Bibliographie indicative pour la fiche de lecture (CR) et l’exposé oral : voir en ligne.

MémoiresIndochine_2015_ListeRéduite

MémoiresIndochine_Synopsis_2015

Image « à la une » : bandeau du séminaire 2015 © FG

Les Accords de Paris, quarante ans plus tard – un film de Rina Sherman

AccordsdeParis40ansplustardDVDVigna[ndlr] Présentation de la réalisatrice.

LES ACCORDS DE PARIS

Quarante ans plus tard

Un film de Rina Sherman

HD, 74 min, 2014

Production : ACA LTFA – Distribution : Label K

Au mois de mars dernier, pendant une dizaine de jours, à Choisy le Roi, j’ai filmé Mme Nguyễn thị Bình, accompagné M. Trịnh Ngọc Thái, l’ancien ambassadeur du Vietnam à Paris, et de délégations françaises, italiennes et vietnamiennes lors des commémorations du 40ème anniversaire de l’Accord de Paris, organisée par la ville de Choisy-le-Roi dans la cadre de l’année croisée France-Vietnam.

En présence d’élus de Choisy-le-Roi, de grands témoins, d’historiens, de diplomates, de chauffeurs et d’amis français et vietnamiens, au travers retrouvailles émouvants avec amis et camarades, récits de grands témoins, précisions données par des chercheurs et des diplomates, j’ai filmé l’histoire au jour le jour des acteurs de ces célébrations mémorielles originales, tantôt caméra à l’épaule, tantôt caméra fixe, telle un stylo qui trace un trait dans le sillage de la grande et la petite histoire.

L’idée de ce film est de mettre en avant la dimension humaine des célébrations. L’attachement des uns à cette histoire qui est la leurs, la découverte des autres de cette héritage inconnu jusqu’à lors, mais aussi d’offrir une trace de ce moment particulier avec les différentes générations qui se sont retrouvées pour se souvenir du Vietnam, des luttes locales et internationales pour la liberté et la souveraineté de son peuple.

Lorsque le service Vie internationale de la Mairie de Choisy-le-Roi m’a demandé de réaliser un film sur cette célébration du 40ème anniversaire de l’Accord de Paris, je n’ai pas hésité un instant, même s’il nous restait que quelques jours pour préparer le tournage.

De suite, j’avais pressentie la grande et la petite histoire dans les événements à venir, esquissés avec une précision maintes fois répétée : Il va falloir suivre ; les choses risquent d’évoluer au fil du temps. Il a fallu donc préparer, pour une équipe réduite de deux personnes, plusieurs configurations de matériel de tournage : sur pied avec son séparé, à l’épaule avec son sur bras déporté monté, à l’épaule sans son séparé, avec l’idée de filmer sur le vif les grands et les petits moments de ces journées commémoratives.

Source : Rina Sherman

La marche de l’histoire : Le général Giáp [France-Inter]

[ndlr] Emission sur l’itinéraire du Général Vo Nguyen Giap diffusée le 20 novembre dans La marche de l’histoire (l’émission de Jean Lebrun sur France Inter).

Il y a soixante ans précisément, le général Navarre prenait la décision – qui paraît étrange a posteriori – de construire un grand camp retranché à Dien Bien Phu, destiné à attirer les troupes vietminh qui auraient dû venir s’y user. S’ensuivra une victoire des communistes dont leur chef, le général Giap, ne pourra fêter le soixantième anniversaire : il vient de mourir, à 102 ans.

vonguyengiap1944
Vo Nguyen Giap et une unité vietnamienne dans la jungle près de Kao Bak Lang en 1944 © domaine public – 2013

« Ils m’ont mis dans la tombe une douzaine de fois, disait-il, mais je suis revenu. » Ils ? Ce ne sont ni les Français ni les Américains qui ont eux aussi fini par plier bagages, en 1975. Non, ce sont ses camarades d’un appareil communiste dont il n’a jamais voulu s’éloigner mais dont il n’a jamais pu prendre le contrôle non plus.

Ils ont vieilli ensemble, les bonnes et mauvaises fortunes politiques de Giap dépendant de plus puissants que lui. Au final, c’est lui qui l’emporte néanmoins. Sa mort a en effet provoqué un immense mouvement d’hommage. Au-delà du Vietnam : il était la seule personnalité du pays à avoir une dimension mondiale. A l’intérieur du pays plus encore. Si Giap avait toujours veillé à y présenter son profil le plus orthodoxe, il en laissait deviner un  autre qui pouvait se dévoiler en privé. C’est ainsi qu’aujourd’hui, les partisans d’une évolution du régime vers le pluralisme font leur figure de proue du vieux héros que les hiérarques sont contraints de célébrer.

ClaireTranThiLienInvitée : Claire Tran Thi Lien

Maître de conférences en Histoire de l’Asie Orientale à l’Université Paris-Diderot.
Enseignante-chercheuse à l’Université Paris Diderot, ses travaux portent essentiellement sur les rapports entre politique et religions au Viêt Nam et dans la péninsule indochinoise de la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui et tout particulièrement sur l’histoire du catholicisme au Viêt Nam. Elle s’intéresse également à l’histoire politique du Viêt Nam contemporain et en particulier à l’histoire encore peu étudiée en France de la République du Viêt Nam (1954-75). Ses recherches s’inscrivent dans une perspective comparatiste avec d’autres pays d’Asie du Sud-Est, mais aussi d’autres régimes communistes (République Populaire de Chine, République Populaire de Corée, URSS/Russie, République Populaire de Pologne). Membre du laboratoire Sedet (Sociétés en développement. Études transdisciplinaires) depuis 2005, elle est co-responsable de l’’axe Asie avec Gilles Guiheux, elle participe depuis 2011 à l’organisation d’un séminaire commun des groupes Asie des laboratoires Sedet (Paris Diderot) et HSTM (Inalco) autour du thème « Normes, circulations, gouvernance en Asie » qui se poursuit dans le cadre du nouveau laboratoire Cessma. Elle est membre de l’Afrase (Association Française pour la Recherche en Asie du Sud-Est). Elle a développé récemment, dans son corpus de sources, les sources photographiques et audio-visuelles, dans le cadre d’une collaboration avec l’Ina (Institut National de l’Audiovisuel). Elle est auteur d’une thèse Les catholiques vietnamiens pendant la guerre d’indépendance (1945-1954). Entre la reconquête coloniale et la résistance communiste.
  • A écouter sur France Inter (disponible en écoute jusqu’au 15/08/2016).

Le Forum de l’histoire : Cambodge [2008]

Cambodia_flag[ndlr] La tragédie cambodgienne sous le régime du Kampuchéa Démocratique (1975-1979) décryptée dans l’émission Le Forum de l’Histoire. L’animateur Vincent Hervouet s’entretient avec Pin Yathay, rescapé de la révolution khmère rouge, Sam Rainsy (en duplex), chef de file de l’opposition démocratique et Stéphane Courtois, historien, spécialiste des régimes communistes.

 * * *

 

  • Date de prise de vue 23/07/2008
  • Date de publication 04/02/2009
  • Durée 16:21 + 16:26


La tragédie du Cambodge – 1ère Partie par Ibn-Khaldun

 


La tragédie du Cambodge – 2ème Partie par Ibn-Khaldun

Nguyễn Đình Đầu : Người Việt Nam không chia rẽ – Les Vietnamiens ne sont pas divisés

nha-nghien-cuu-nguyen-dinh-dau[ndlr] Entretien rare avec le chercheur Nguyen Dinh Dau, originaire de Hanoi, aujourd’hui âgé de 93 ans. Avant de débuter l’entretien, le commentateur rappelle brièvement le parcours personnel de Nguyen Dinh Dau avant 1975 au sein de la résistance anticoloniale, de la révolution de 1945 puis aux côtés de la « Troisième force » pendant la guerre du Viêt-Nam.

Filmé dans son appartement d’Ho Chi Minh-Ville, le vieil homme se remémore la chute de Saigon en évoquant le rôle clé de Duong Van Minh le 30 avril 1975. Il rend ensuite hommage au général Tran Van Tra en insistant sur le caractère « national et uni » des Vietnamiens. Il entend ainsi mettre l’accent sur l’importance de la réconciliation nationale, raison qui le poussa à rester au Viêt-Nam après la réunification. L’entretien se concentre peu après sur la question sensible des îles Spratleys et Paracels à travers les cartes. Cela lui permet de réaffirmer la souveraineté ancienne du Viêt-Nam sur ces îlots contestés. Depuis des décennies, Nguyen Dinh Dau a rassemblé pour ses recherches un fonds cartographique exceptionnel de plus de 3000 cartes.

* * *

Phỏng vấn ông Bùi Diễm – cựu đại sứ VNCH nhân dịp kỷ niệm 40 năm ký Hiệp định Paris 1973

[ndlr] Le site Dan Lam Bao a mis en ligne l’interview en trois volets de Bui Diem, l’ancien ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux Etats-Unis, consacré aux Accords de Paris de janvier 1973. L’entretien a été réalisé à Washington DC par SBTN (Saigon Broadcasting Television Network) les 27 et 28 janvier 2013. Dans l’entretien ci-dessous, Bui Diem revient sur son expérience personnelle notamment auprès de Henry Kissinger lors des négociations menant à l’Accord de Paris. Il évoque la stratégie politico-militaire communiste en 1972, la négociation de fait entre Le Duc Tho et Kissinger imposée par Washington et expose avec clarté le dilemme qui se pose alors à la Seconde République du Viêt-Nam (Sud) qui n’a plus guère le choix que de signer.

 

* 1ère partie *

* 2e partie *

* 3e partie *

Que sont les études post-coloniales ? – Entretiens vidéographiques 10-06-2012

[ndlr] Retour sur quelques les problématiques récurrentes des études post-coloniales (nouveau raisonnement, nouveau paradigme, nouvelle mise en perpective, longue durée et universalité) à partir d’un questionnement sur la pertinence du concept même de « post-colonial ». Entretien mené pour Mediapart et le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I-CNRS) par Antoine Perraud.

* * *

Pour aborder ce phénomène de reconceptualisation que sont les études post-coloniales, sont réunis quatre universitaires de haut vol. Emmanuelle Saada, historienne et sociologue à la lumière du droit, est spécialiste de la colonisation et de l’empire français, professeure à l’université Columbia (New York). Elle a publié un maître livre : Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté (La Découverte, 2007). Souleymane Bachir Diagne, philosophe né au Sénégal, normalien, également professeur à Columbia, auteur de Bergson dans les colonies (CNRS-Éditions, 2011). Mamadou Diouf, lui aussi professeur à Columbia. Jean-François Bayart, ancien directeur du Ceri (Centre d’études et de recherches internationales) de Science-Po, blogueur à Mediapart, auteur d’un livre polémique sur le boomerang post-colonial en France : Les études postcoloniales, un carnaval académique (Karhala, 2010).

Que sont les études post-coloniales ? (1/3)

Cette première vidéo part du contresens induit par le préfixe “post”. Faudrait-il plutôt parler de “métacolonial” – sur le modèle de métaphysique –, à propos de cette appréhension du savoir (épistémologie) ? Parce qu’il s’agit bien d’une « remise en cause dans la manière de raisonner » (Mamadou Diouf). L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, publié en anglais (1978) par Edward Saïd (1935-2003) marque une rupture. Aujourd’hui, comme le note Emmanuelle Saada, la France s’entiche de ce label des études post-coloniales, alors qu’elles semblent s’essouffler dans la sphère culturelle anglo-saxonne…


Que sont les études post-coloniales ? (1/3) par Mediapart

Que sont les études post-coloniales ? (2/3)

Cette vidéo examine le changement de paradigme (de point de vue sur le monde) lié aux études coloniales, qui sont en définitive « une manière qu’a l’universel de s’interroger » (Souleymane Bachir Diagne), à travers la « compréhension de l’historicité du moment colonial encastré dans des durées longues », complexes et qui s’enchaînent (concaténation), selon Jean-François Bayart.


Que sont les études post-coloniales ? (2/3) par Mediapart

Que sont les études post-coloniales ? (3/3)

Cette troisième vidéo vidéo revient sur les tensions qui travaillent les études post-coloniales au sujet de l’universel.


Que sont les études post-coloniales ? (3/3) par Mediapart