Archives de catégorie : Questions mémorielles

Joël Pham : Travailleurs indochinois – Non à une histoire travestie

[ndlr] A lire sur le site Travailleurs indochinois le billet d’humeur de Joël Pham sur les affabulations médiatiques autour de cette question historique.

Que n’a-t-on pas entendu depuis quelques années quand il était question de la « présentation générale » de l’histoire des travailleurs indochinois de la seconde guerre mondiale. « Histoire cachée », «histoire dissimulée », « histoire enfouie », « histoire méconnue », « histoire occultée », etc… toutes ces formulations incluant, circonstance aggravante dans l’esprit de leurs auteurs, ce sous-entendu définitif… par la France.

Lire la suite : Travailleurs indochinois [pdf en ligne]

Philippe Olivera : « Dans la tête des poilus » (Conférence 2014)

[ndlr] Intervention de l’historien Philippe Olivera sur l’historiographie de la guerre de 1914-1918 et la littérature de témoignage : analyse de l’évolution de l’historiographie du témoignage de guerre et retour sur la controverse française sur la « culture de guerre » (école de Péronne). Présentation sur la chaîne de Jacques Paul.

Invité par la section rennaise de la Ligue des droits de l’Homme, l’Université Rennes II et l’association Histoire deux, l’historien Philippe Olivera démonte [les] dérives de la « nouvelle histoire », qui, depuis la disparition des derniers poilus, entend se mettre dans leur tête, et déformer voire contester leurs témoignages. Il souligne les enjeux historiques et politiques de cette « entreprise d’histoire à succès », d’histoire « décomplexée »… Une conférence salutaire et passionnante.

Pour en savoir plus :

‘Hồn Tử Sĩ, Nghĩa Trang Quân Đội Biên Hòa’ [DVD]

[ndlr] Annonce de la sortie du DVD consacré à la mémoire des soldats de la République du Viêt-Nam et du cimetière de l’armée à Bien Hoa dans lequel ils reposent.

dvd_hontusiWESTMINSTER, California (NV) – Vào trưa Chủ Nhật, 13 Tháng Mười Một, các nhà văn Trần Phong Vũ, Huy Phương, cựu quân nhân QLVNCH Ngô Chí Thiềng cùng ca sĩ Ngọc Đan Thanh sẽ tổ chức một buổi giới thiệu DVD “Hồn Tử Sĩ, Nghĩa Trang Quân Đội Biên Hòa” tại Westminster Civic Center.

Lire la suite : Người Việt, 09/11/2016.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 5

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

phetsarath
Portrait du Prince Phetsarath Ratanavongsa (1890-1959), chef du mouvement indépendantiste Lao Issara (Laos Libre), premier ministre du Laos de 1942 à 1945 et vice-roi du Royaume du Laos

★ ★ ★

Le Laos, des principautés royales à l’État-nation

Séance 5 : mardi 8 novembre 2016

Cette séance sera consacrée à la construction du Laos, de la situation précoloniale à la République Démocratique Populaire d’aujourd’hui. A travers la figure du Prince Phetsarath, leader du mouvement Lao Issara (Laos libre) nous verrons sur quoi se fonde le nationalisme laotien et nous soulèverons la question du neutralisme pendant la période de la guerre civile entre le Gouvernement royal et le Pathet Lao.

Comme pour ses voisins indochinois, la construction du Laos se décline à travers l’avènement de plusieurs périodes clés (période coloniale, occupation japonaise, révolution, guerre civile) et l’avènement d’une succession de régimes politiques (protectorat français, Royaume du Laos, République Démocratique Populaire du Laos depuis le 2 décembre 1975…).

Source mobilisée :

  • Søren Ivarsson and Christopher E. Goscha, « Prince Phetsarath (1890–1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos », Journal of Southeast Asian Studies, 38 (1), Feb. 2007, pp. 55–81. Résumé : https://indomemoires.hypotheses.org/843

★ ★ ★

Exposés oraux


  • stuartfox_ahistoryoflaosStuart-Fox, Martin, A history of Laos, Cambridge University Press, 1997.

Exposé de Nelly Didelot

Présentation de l’éditeur : Cambridge


  • Goscha_IndochineOuVietnamGoscha, Christopher E., Indochine ou Vietnam, Paris, Vendémiaire, 2015.

Exposé d’Oscar Truong

Présentation de l’éditeur : Vendémiaire


Pour aller plus loin, voir les travaux de Grant Evans (1948-2014) et de Søren Ivarsson notamment :

Christopher E. Goscha & Søren Ivarsson (eds), Contesting Visions of the Lao Past. Lao Historiography at the Crossroads, Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, NIAS Studies in Asian Topics # 32, 2003, 355 p. // Résumé sur Mémoires d’Indochine.

★ ★ ★

CR de lecture sur le Laos contemporain publiés sur Mémoires d’Indochine : construction nationale, mémoires, rééducation politique et rôle des Hmongs pendant la guerre.

      • Grant Evans : The Politics of Ritual and Remembrance – CR de lecture par Annabelle Auger

https://indomemoires.hypotheses.org/21607

      • Nakhonkham Bouphanouvong : Sixteen Years in the Land of Death Revolution and Reeducation in Laos – CR de lecture par Ken Messud

https://indomemoires.hypotheses.org/17680

      • Mangkra Souvannaphouma : Laos, Autopsie d’une monarchie assassinée – CR de lecture par Théo Clément

https://indomemoires.hypotheses.org/13724

      • Søren Ivarsson : Creating Laos – CR de lecture de Constance Voisin

https://indomemoires.hypotheses.org/13403

      • Bounsang Khamkeo : I, Little Slave – CR de lecture par Maureen Éon

https://indomemoires.hypotheses.org/13778

      • Les Hmong du Laos 1945-1975 – mémoire IEP de Tiphanie Grall

https://indomemoires.hypotheses.org/598

Nguyễn Quang Duy : Tổng thống Ngô Đình Diệm: Độc tài hay nhân trị? [BBC]

[ndlr] Le rôle de Ngô Dinh Diêm entre construction d’un Etat vietnamien moderne non-communiste et dictature/népotisme politique continue de faire couler l’encre sur la toile.

Tổng thống Ngô Đình Diệm là người có công sáng lập Việt Nam Cộng Hòa, công định cư hàng triệu người Bắc di cư, công đưa miền Nam từ chiến tranh sang một thời kỳ vàng son nhất trong lịch sử cận đại, công xây dựng nền tảng kinh tế, giáo dục, văn hóa, xã hội cho miền Nam tự do.

Bên cạnh đó không ít người cho rằng ông Diệm độc tài, gia đình trị và đàn áp Phật giáo. Bài viết nhìn vào hoàn cảnh chính trị nhận định, phân tích, làm rõ vấn đề, để rút ra bài học.

Lire la suite : BBC Vietnamese, 02/11/2016.

★ ★ ★

 

  • Pour en savoir plus sur l’histoire de la Première République (1955-1963), voir l’ouvrage d’Edward Miller traduit en vietnamien : « Sách mới về số phận Việt Nam cộng hòa ».

TTO – Một công trình quan trọng của vị giáo sư lịch sử người Mỹ Edward Miller vừa được dịch và ấn hành tại Việt Nam nhân dịp 30-4 năm nay.

Source : Tuoi Tre, 30/04/2016.

 

Image « à la une » : Ông Ngô Đình Diệm, tổng thống đầu tiên của Việt Nam Cộng hòa, xuất hiện tại một hội chợ ở Sài Gòn năm 1957 © Keystone/Getty Images

Viêt-Nam, le drapeau national (1948-1975)

[ndlr] Suite des documents visuels.

Documents sur le drapeau national en vigueur sous l’État national du Viêt-Nam (Quốc gia Việt-Nam) de 1948 à 1954 puis sous la République du Viêt-Nam de 1955 à 1975.

Apparu officiellement en juin 1948, la signification du drapeau national vietnamien est présentée dans une brochure éditée à l’occasion de la sixième session de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (décembre 1951) et publiée au cours du premier trimestre 19521 :

vietnam_ledrapeaunational

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

L’accent est mis sur la signification des deux couleurs : le fond jaune d’or pour le passé impérial et l’indépendance, les trois bandes rouges pour la réunification des trois régions (Ky, Nord, Centre et Sud) et l’unité nationale.

Après une longue période coloniale et l’établissement d’une République autonome (1946-1948), la Cochinchine réintègre le Viêt-Nam en juillet 1949.

En 1969, sous la Seconde République (1967-1975) établie au Sud du 17e Parallèle, un ouvrage édité par le Gouvernement sud-vietnamien donnait les dimensions du pavillon national et complétait la signification des couleurs :

Le Drapeau national du Viêt-Nam a été créé par ordonnance n° 5 du 14 juin 1948 du Gouvernement Central provisoire du Viêt-Nam, publiée au n° 2 du Journal Officiel du Viêt-Nam (18 juin 1948), les caractéristiques de ce drapeau sont les suivantes :

« L’emblème national est un drapeau sur fond jaune dont la hauteur est égale aux deux tiers de la largeur, comportant dans sa partie médiane, sur toute sa largeur, trois bandes rouges horizontales ayant chacune une hauteur égale au quinzième de la hauteur totale et séparées les unes des autres par des espaces d’égales dimensions »2.

Ce drapeau fut aboré pour la première fois le 5 juin 1948 sur le bateau Dumont d’Urville, amarré en baie d’Along, au moment de la signature des accords franco-vietnamiens par Emile Bollaert, Haut-Commissaire de France et le Général Nguyên-van-Xuân, Chef du Gouvernement provisoire du Viêt-Nam, consacrant en principe l’unité et l’indépendance du Viêt-Nam.

Le fond jaune est la couleur traditionnelle de la terre ancestrale, des épis d’or des rizières, et du métal considéré comme le plus précieux par l’humanité.

La triple bande rouge représente les trois grandes régions du Viêt-Nam (Nord, centre, Sud) désormais réunies dans la communauté nationale. Le rouge, couleur faste, symbolise le succès.

Malgré le partage du Viêt-Nam, consécutif à la signature des accords de Genève en juillet 1954, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis lors ont décidé de maintenir ce drapeau, pour maintenir la continuité de la lutte du peuple vietnamien pour son intégrité territoriale et son indépendance nationale3

Après 1975, ce drapeau symbolise la communauté des réfugiés vietnamiens anti-communistes. Il a été reconnu officiellement par certains États des États-Unis, par certaines localités du Canada et de l’Australie comme étant représentatif de la communauté vietnamienne exilée.

DieuHanh_CoVangBaSocDoDéfilé annuel à Little Saigon (Californie) lors de la fête du nouvel an.

Il est utilisé lors des commémorations de la chute de Saigon (30 avril 1975, jour de ressentiment national ou Ngày Quốc hận) et lors de la Journée de commémoration le 19 juin dédiée aux Forces armées de la République du Viêt-Nam.
quanky_vnchDrapeau des forces armées de la République du Viêt-Nam (Quân kỳ QLVNCH).

En juillet 2008, des associations vietnamiennes organisèrent le « 60e anniversaire du drapeau du Viêt-Nam libre » :

 

Image « à la une » : « Drapeau national du Viêt-Nam », extrait de Réalités vietnamiennes (Les réalités permanentes), Saigon, 1969, 3e édition revue et corrigée, (illustration non paginée en ouverture du ch. IV sur « Les emblèmes nationaux »).

Notes

  1. Extrait de : Viêt-Nam, Vieille nation, État jeune, Paris, 1952, non paginée. []
  2. Cette partie en italiques correspond à l’article 3 de l’Ordonnance n°3 du 2 juin 1948 fixant le statut provisoire du Viêt-Nam annulée par l’Ordonnance n° 4 du 8 juin 1948 et reprise à l’identique dans l’Ordonnance n° 5 du 14 juin 1948 portant sur l’organisation provisoire des pouvoirs publics du Viêt-Nam, Cf. État du Viêt-Nam, Code administratif (Tome 1), Saigon, Impr. des J.O. 1953, bilingue, voir pp. 32 et 58 (pour le texte en vietnamien), pp. 352 et 378 (texte en français) []
  3. Extrait de Réalités vietnamiennes (Les réalités permanentes), Saigon, 1969, p. 52. []

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 1

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

iyanglepecheur
Illustration extraite de M. Percheron, Contes et légendes d’Indochine (Fernand Nathan, 1947).

★ ★ ★

Mythes et génies fondateurs

Séance 1 : mardi 27 septembre 2016

La première séance de ce séminaire est une invitation au voyage, une plongée dans l’univers des contes des trois pays de la péninsule indochinoise. Notre choix s’est porté sur les contes et légendes à portée historique ou cosmologique. Ils serviront de point d’appui pour engager la discussion sur les imaginaires nationaux du Cambodge, du Laos et du Viêt-Nam. Au préalable, nous introduirons les enjeux généraux du séminaire en abordant successivement la question de l’espace indochinois, celle des identités plurielles, la rencontre stimulante entre mémoire, société et histoire ainsi que la question de la place grandissante des antagonismes mémoriels dans l’espace public. Les contes sélectionnés seront envisagés comme l’ébauche d’une écriture de soi collective.

Sources mobilisées :

  • Duong Dinh Khuê, La littérature populaire vietnamienne, Saigon, 1968. Réédité en fac-similé par les éditions Thanh-Long (Bruxelles, 1976). Voir le chapitre IX : Contes instructifs, pp. 159-179.
  • Hoc Dy Khing, Contes et légendes du pays khmer, Paris, Sudestasie / Conseil international de la langue française, 1989. Voir « Légende du temple d’Angkor Wat« , en ligne sur Khmet Network (texte en bas de la page).
  • Monod, G. H., Contes khmers, Paris, Centre de documentation et de recherche sur la civilisation khmère, 1985. Voir « Sdēch Kmēng, le Roi-Enfant », pp. 249-297 + Glossaire et notes, pp. 298-303.
  • Percheron, Maurice, Contes et légendes d’Indochine, Paris, Fernand Nathan, 1947. Voir les contes : « Iyang, le pêcheur qui devint roi (Conte pnong) » pp. 95-118 ; « La création du monde (Histoire du peuple miao) » pp. 145-153 ; « Le lac de l’Épée rendue (Conte historique tonkinois) » pp. 165-174.
  • Phinith, Savèng (trad.), Contes et légendes du pays lao, Paris, Agence de coopération culturelle et technique / Conseil international de la langue française, 1986. Voir le chapitre « Origines légendaires », pp. 18-24.

 

En complément de cette séance, l’article de Chivallon Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson.  Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques 3/2007 (n° 27), p. 131-172 . URL : www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2007-3-page-131.htm.

 

Image « à la une » : ill. dos de couv. M. Percheron, Contes et légendes d’Indochine (Fernand Nathan, 1947).

Olga Dror : « Traditions and Transformations in the Formation of Hồ Chí Minh’s Cult »

[ndlr] Signalement d’un article d’Olga Dror sur l’histoire du culte d’Ho Chi Minh au Viêt-Nam.

Résumé

hochiminhgold
Timbre en or édité le 2 août 2016 à l’occasion du 70e anniversaire de la fondation du Service postal révolutionnaire (RDVN)

« After Vietnam’s August Revolution in 1945, Hồ Chí Minh was venerated as the center of a newly created political religion that eventually became part of the Vietnamese religious landscape. This article traces the origins of Hồ Chí Minh’s veneration and his own role in cementing his image not only as the leader of the nation but as the Uncle, the head of the Vietnamese national family. Through an examination of Hồ Chí Minh’s first (auto)biography, it explores some of the means employed to achieve these results. Hồ Chí Minh’s cult transformed the nation and altered Vietnamese cultural traditions. It served to acquaint people with the new order and to create and perpetuate people’s loyalty to the newly formed state entities. This article looks at how Hồ Chí Minh went from being the master of his own cult to losing control over it and becoming its employee. »

Réf. : Olga Dror,  “Traditions and Transformations in the Formation of Hồ Chí Minh’s Cult,” The Journal of Asian Studies, 75:2, May 2016, pp. 433 – 466.

Source : JAS (Cambridge)

Image « à la une » :  © NLD

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2016

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2016_une

Imaginaires nationaux : de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mardi

Horaires : 9h-12h

Salles : F114, F111, F004 (voir calendrier)

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a le plus souvent été présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs et dans lesquelles la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (biographiques et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) sera donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agira en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, le séminaire sera consacré aux imaginaires nationaux des trois pays de l’Indochine et aux entités ethniques sans États. La constitution des États-nations de la péninsule indochinoise, tels que nous les connaissons aujourd’hui, s’est faite au cours du XXe siècle par une décolonisation brutale marquée par la guerre civile. L’avènement des États indépendants, cambodgiens, laotiens ou vietnamiens, fut l’enjeu d’une âpre lutte entre différents types de systèmes politiques et projets de société tout comme d’une confrontation des imaginaires nationaux. Le séminaire s’intéressera aux multiples possibles qui ont jalonné l’histoire de ces trois pays au cours du XXe siècle ainsi qu’à leur environnement géo-ethnique. En interrogeant le passé et la mémoire, il s’agira de faire apparaître les mythes fondateurs sous-jacents (longue durée) et les sources d’inspiration de ces trois États entre décolonisation et Guerre froide ou encore d’exposer la pluralité des nationalismes.

Mots clés : imaginaire national ; nationalisme ; identité ; ethnicité ; construction stato-nationale ; discours politiques ; théories politiques ; symboles et emblèmes nationaux ; transferts culturels

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

Séance introductive : mardi 20 septembre 2016 (F114)

  • Imaginaires nationaux d’Indochine en question (notions, modalités, calendrier)

Séance 1 : mardi 27 septembre 2016 (F114)

  • Mythes et génies fondateurs

Séance 2 : mardi 4 octobre 2016 (F114)

  • Symboles et emblèmes nationaux

Séance 3 : mardi 11 octobre 2016 (F114)

  • Les États cambodgiens (1863-1993)

Séance 4 : mardi 18 octobre 2016 (F114)

  • Les États laotiens (1899-1975)

Séance 5 : mardi 8 novembre 2016 (F111)

  • Les États vietnamiens (1802-1975)

Séance 6 : mardi 15 novembre 2016 (F111)

  • Marges, ethnies minoritaires et frontières

Séance 7 : mardi 22 novembre 2016 (F004)

  • L’espace social et transnational indochinois d’hier et d’aujourd’hui

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Processus colonisation / décolonisation (connaissances générales requises) :

AGERON, Charles-Robert, La décolonisation française, Paris, Armand Colin, coll. Cursus, série Histoire, 1991.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

CESARI, Laurent, L’Indochine en guerres 1945-1993, Paris, Éditions Belin, Histoire Belin Sup, 1995.

COOPER, Frederick, Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2010. Présentation éditeur.

DOMMEN, Arthur, The Indochinese experience of the French and the Americans: nationalism and communism in Cambodia, Laos, and Vietnam, Bloomington, IN, Indiana University Press, 2001. Présentation éditeur.

FERRO, Marc, Histoire des colonisations. Des conquêtes aux indépendances XIIIe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, septembre 1994. Présentation éditeur.

GRIMAL, Henri, La décolonisation de 1919 à nos jours, Paris, Éditions Complexe, 1985, nouvelle édition revue et mise à jour (réédité en 1999).

HA, Marie-Paule, French women and the Empire: the case of Indochina, Oxford, Oxford University Press, 2014. Présentation éditeur.

HUGON, Anne (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale : Afrique et Asie, XXe siècle, Paris, Éditions Karthala, 2004. Présentation éditeur.

LORIN, Amaury & TARAUD, Christelle, Nouvelle histoire des colonisations européennes (XIXe-XXe siècles). Sociétés, cultures, politiques, Paris, Presses Universitaires de France, “Le nœud gordien”, 2013. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ABDOUL-CARIME, Nasir, « Note sur l’identité communautaire khmère, une approche historique et une relecture socio-politique », Péninsule, n° 50, 2005 (1), pp. 41-57.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

BREEN, Keith & O’NEIL, Shane (eds.), After the nation? Critical reflections on nationalism and postnationalism, Basingstoke, Plagrave Macmillan, 2010. Présentation éditeur.

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation éditeur.

FERRETTI, Feredico, « Géographie et imaginaires nationaux entre le XIXe et le XXe siècle : l’invention de l’Italie et la circulation des cultures géographiques », Annales de géographie 4/2014 (n° 698) , pp. 1062-1087. Voir aussi du même auteur : « Géographie, tournant culturel et imaginaires nationaux: Risorgimento, irrédentisme et l’invention géographique de l’Italie », (PDF sur Hal SHS).

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

LARCHER, Agathe, La légitimation française en Indochine. Mythes et réalités de la « collaboration franco-vietnamienne » et du réformisme colonial (1905-1945), Thèse d’histoire, Université Paris 7, 2000. Notice Sudoc.

LOUBES, Olivier & RODRIGO, Annelise (03/12/2013), Pierre Laborie, un historien “trouble-mémoire”, Monde sociaux : http://sms.hypotheses.org/1651

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

PAPIN, Philippe, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin / La documentation française, 2003, 2e édition.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

TAYLOR, Philip, The Khmer lands of Vietnam: environment, cosmology, and sovereignty, Singapore, NUS Press / Copenhagen, NIAS Press, 2014. Présentation éditeur.

TODOROV, Tzvetan, Mémoire du mal, tentation du bien. Enquête sur le siècle, Paris, Robert Laffont, 2000. Présentation éditeur.

VERNEY, Sébastien, L’Indochine sous Vichy, entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales, 1940-1945, Paris, Riveneuve, 2012. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues :

BRUHNS, Hinnerk et BURGUIERE, André, « Imaginaires nationaux. Origines, usages, figures », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58e Année, n° 1, janvier-février 2003, pp. 37-39. En ligne sur Cairn.

DEBARDIEUX, Bernard, « Imaginaires nationaux et post-nationaux du lieu », Communications, 87, 2010. Autour du lieu, sous la direction de Aline Brochot et Martin de la Soudière, pp. 27-41. En ligne sur Persée.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

★ ★ ★

Travaux à faire et notation :

Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note).

Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5 accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note).

Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la première séance du mardi 20 septembre 2016.

Mémoires d’Indochine 2016 / synopsis (PDF MàJ 21/09/2016)

Mémoires d’Indochine 2016 / sélection d’ouvrages (PDF MàJ 22/09/2016)

Image « à la une » : Tigre du zoo de Thu Dau Mot, Binh Duong © 2014 FG / Illustration du séminaire © 2016 FG

Pierre Journoud : France-Vietnam – Entre héritages de l’histoire et quête d’un nouveau souffle

[ndlr] Longue tribune de notre collègue Pierre Journoud sur les relations franco-vietnamiennes et leur devenir. Publiée avec l’autorisation de l’auteur que nous remercions.

 

France-Vietnam : Entre héritages de l’histoire et quête d’un nouveau souffle

 

Le président de la République effectuera une visite d’état au Vietnam, les 6 et 7 septembre, aussitôt après sa participation au Sommet du G20 réuni pour la première fois en Chine. Voilà douze ans qu’un président français ne s’était pas rendu dans ce pays engagé depuis une trentaine d’années dans un processus d’ouverture internationale et de réformes structurelles (le Doi Moi) qui en a modifié partiellement, mais en profondeur, le visage. Après la visite historique de François Mitterrand, venu en 1993 y « clore un chapitre pour en ouvrir un nouveau », Jacques Chirac, mû par une forte appétence pour les grandes et vieilles civilisations asiatiques, n’avait pas négligé l’Asie du Sud-Est et encore moins le Vietnam. Il était même allé à deux reprises à la rencontre des Vietnamiens : en 1997, à l’occasion du 7Sommet de la Francophonie, puis en 2004, lors du 15e Sommet de l’ASEM (Asia-Europe Meeting), deux grandes rencontres multilatérales accueillies pour la première fois au Vietnam par des autorités plus que jamais désireuses de conforter leur intégration régionale et internationale, après des décennies de guerre et de relatif isolement vis-à-vis du monde non communiste.

De Jacques Chirac à François Hollande : l’effacement du passé comme contrainte politique

En 2004, précisément, le passé était encore présent. Il fallait solder le cinquantenaire de la bataille de Dien Bien Phu et des accords de Genève qui avaient mis fin à la « guerre d’Indochine », accorder – pour la première fois au niveau du président de la République, grâce à l’action de l’Association nationale des combattants de Dien Bien Phu, dissoute peu après – l’hommage de la nation aux anciens combattants, et accompagner les colloques des historiens contemporanéistes qui s’étaient engagés, eux aussi de façon inédite, dans une fructueuse coopération scientifique. Ce temps fort, à l’évidence le dernier en présence d’un si grand nombre de témoins, fut dominé par un esprit de compréhension, de respect et de dignité. Le passé s’était aussi invité par effraction : aux yeux des Vietnamiens et de leurs voisins chinois, la diplomatie française venait de se distinguer, en 2003, en renonçant à suivre les États-Unis de George W. Bush dans leur imprudente aventure irakienne. Cette posture de défiance à l’égard de l’« hyperpuissance » américaine avait alors fait resurgir le souvenir de l’opposition vibrante du général de Gaulle à l’engagement militaire massif des États-Unis au Vietnam et en Asie du Sud-Est dans les années 1960 même si, en 2004, l’intérêt de Hanoi, alors candidat à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), lui commandait de mettre en sourdine ses récriminations diplomatiques à l’encontre de l’ancien adversaire américain. Dans la plus pure tradition gaullienne et plus offensif que jamais dans sa lutte pour le respect de la diversité culturelle, Jacques Chirac avait aussi, devant les étudiants rencontrés à l’Espace culturel français lors de sa seconde visite à Hanoi, fustigé l’hégémonie de la langue anglaise en l’accusant de « rétrécir la pensée » et de conduire à une « sous-culture générale » : « Dans un monde où il n’y aurait qu’une seule langue, avait-il averti, tout le reste disparaîtrait. Ce serait une catastrophe écologique. » La promotion de la francophonie se distinguant difficilement de celle des Droits de l’Homme, il avait remis discrètement à ses hôtes vietnamiens, comme son prédécesseur en 1993, une liste de prisonniers politiques à libérer – et dont certains le furent effectivement.

François Hollande n’aura pas à supporter le (sur)poids du passé. Sans doute, ses discours seront-ils émaillés de quelques formules convenues sur les « liens indéfectibles hérités de l’histoire » et la « proximité entre nos deux peuples ». Mais, les Vietnamiens sont jeunes, très jeunes : 65% des 90 millions d’habitants sont nés après 1980, plus de la moitié ont moins de 30 ans, et un quart environ, moins de 15 ans. Cette histoire ne leur parle plus. Même leurs dirigeants ne sont plus assez vieux pour avoir vécu, adultes, la colonisation et son dénouement. Né en 1944, Nguyen Phu Truong, secrétaire général du parti communiste, est le plus âgé des quatre plus importants membres du Bureau politique… Le réalisme politique, parfois non dénué de cynisme, l’emporte sur le facteur idéologique. Sans doute, François Hollande rappellera-t-il aussi aux dirigeants de l’État-parti vietnamien l’importance du respect des Droits de l’Homme, pour les inciter à octroyer de véritables libertés d’expression et de réunion publiques à une société civile embryonnaire encore privée de toute capacité d’opposition politique. Personne ne s’attend toutefois à des avancées décisives et encore moins rapides dans ce domaine, au moins tant que l’État-parti peut conforter par ses succès économiques une légitimité historiquement tirée de ses victoires politico-militaires contre le colonisateur et ceux qui lui ont succédé. En France non plus, l’Indochine n’est plus un sujet de polémique. Les « anciens d’Indo » sont de moins en moins nombreux et ne constituent plus un lobby à proprement parler, à supposer qu’ils l’aient été auparavant. Avec Bigeard, leurs derniers hérauts ont disparu. Au-delà des vétérans, la perception globale des derniers régimes communistes de l’histoire a profondément évolué. Ni la Chine ni le Vietnam ne sont plus appréhendés avec les lunettes déformantes qui les avaient fait passer, auprès d’une partie de nos élites, d’un statut idéalisé au rang de paria. Le communisme, la colonisation indochinoise, la guerre, Dien Bien Phu, n’intéressent plus guère, à première vue, qu’une poignée d’historiens et de diplomates, d’écrivains, de réalisateurs et de cinéastes, stimulés par les bataillons un peu plus nombreux d’amateurs d’histoire politique, coloniale et militaire – souvent les mêmes. Aussi, les dirigeants français seraient-ils fondés, aujourd’hui, à faire de ce passé table rase.

La prégnance de l’imaginaire colonial

À bien y regarder, pourtant, le passé n’est pas mort. Il pèse encore, d’une façon moins conscientisée, sur la relation franco-vietnamienne.

Relativement nombreux sont encore les Français qui entretiennent le souvenir de cette page d’histoire commune, par leurs origines vietnamiennes (au moins 300 000 Viet Kieu) ou des attaches familiales nées de la colonisation, par leurs voyages touristiques au Vietnam (211 636 en 2015 contre un peu plus de 130 000 une décennie auparavant), leurs activités professionnelles et/ou associatives… Côté pile : le romantisme suscité par le processus d’interpénétration de deux vieilles civilisations, corps et esprits, et tout ce qui a pu en surgir de constructif, fructueux et durable. Côté face : la gravité des malentendus, la cruauté de la guerre, le fiel de la défaite et l’humiliation de l’abandon des « populations amies ». Confisquée par les idéologues de tout bord et presque totalement éradiquée de l’enseignement, en France, au point de n’être plus enseignée que dans de rares établissements universitaires, cette histoire a été d’autant plus fantasmée que l’imaginaire collectif ne pouvait plus satisfaire sa soif qu’au contact d’une culture exotico-érotico-coloniale, aux reflets aussi envoûtants que déformants. Des sources littéraires et audiovisuelles sur l’Indochine ont en effet jailli des images communes mêlant confusément, par touches impressionnistes, amours métisses interdits et violentes embuscades de guérilla, vieilles pagodes boisées et églises en pierre flambant neuves, liasses de piastres et mystérieuses fumeries d’opium, vastes rizières au vert dense et petites plantations clairsemées d’hévéas, chapeaux coniques intemporels et modernes complets-vestons, larges villas coloniales et maisons traditionnelles étroites, Université indochinoise et Temple de la littérature, Alexandre de Rhodes et Nguyen Van Vinh, Victor Hugo et Nguyen Du [prononcer Zou]… La puissance de cet imaginaire est telle, à propos du Vietnam, qu’il est encore difficile, aujourd’hui, de s’en extraire totalement. Ne trahirait-elle pas une part de notre histoire et de notre identité collectives, aussi sombre que lumineuse, de nos rêves accomplis et avortés, de nos combats gagnés et perdus, de notre innocence perdue puis reconquise ?

Un effort de démythification est pourtant nécessaire si l’on veut dégager une vision réaliste du bilan, des enjeux et des possibilités offertes au développement des relations franco-vietnamiennes. Deux écueils semblent devoir être évités.

Le mythe d’une relation privilégiée

L’erreur sans doute la plus fréquente, chez nous, est de se laisser convaincre que la France et le Vietnam sont liés entre eux par des liens privilégiés parce qu’hérités de l’histoire, et que, par la seule vertu du passé, ils se réserveraient l’un à l’autre une place de choix dans leur relation bilatérale. Certes, les Vietnamiens dans leur grande majorité, pragmatiques par nature et débarrassés du complexe du colonisé par leur retentissante victoire militaire sur le corps expéditionnaire français en 1954, ne veulent surtout retenir aujourd’hui que le versant positif des liens qui ont été forgés à l’épreuve de la colonisation. De l’école Française d’Extrême-Orient à l’Institut océanographique de Nha Trang, d’Alexandre Yersin au chirurgien Pierre Huard, d’Alfred de Vigny à Françoise Sagan, de l’Opéra de Hanoi à l’hôtel de Ville (aujourd’hui siège du Comité populaire) de Saigon (devenu Ho Chi Minh-Ville), du pont Paul Doumer (devenu Long Bien) aux 1 700 kilomètres du Trans-indochinois (baptisé « la Réunification » en 1975 puis « le Renouveau » en 1989), de la route nationale (ex-coloniale) n°1 au vélo Peugeot et à la Citroën Traction Avant… tout ce qui les a enrichis, matériellement, intellectuellement et spirituellement, et qu’ils se plaisent à redécouvrir, tantôt avec nous, tantôt sans nous, est désormais considéré comme constitutif de leur patrimoine national. Croire néanmoins que nous sommes attendus, parce que Français, relève d’une illusion qui ne peut conduire qu’à de brutales déconvenues. Passe encore que cette méprise ait été nourrie par les acteurs de la « pacification » coloniale – peu d’Européens, imbus de leur « mission civilisatrice », échappaient alors au complexe de supériorité dominant. Mais, il est plus surprenant de la voir parfois se perpétuer aujourd’hui dans la communauté française, notamment au sein de milieux d’affaires pas toujours assez modestes ni attentifs aux besoins du consommateur final. Or, résolument engagé dans un processus d’insertion et de reconnaissance internationale depuis le tournant du Doi Moi, le Vietnam évolue d’abord et avant tout dans sa sphère d’influence traditionnelle, la péninsule indochinoise et l’Asie du sud-est, avec laquelle il a rétabli de multiples liens d’échanges, à l’échelle bilatérale comme dans le cadre régional de l’ASEAN, l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est. Au-delà de ce premier cercle, il a démultiplié le nombre de ses relations diplomatiques avec les états étrangers (de 57, en 1986, à 169 au début des années 2000) tout en intensifiant son rapprochement avec les pays qui, à l’instar des États-Unis ou du Japon, pouvaient l’aider à contenir les ambitions jugées excessives et inquiétantes de son immense, dynamique et incontournable voisin, la Chine populaire. Dans cette reconfiguration post-guerre froide, la France n’est aucunement privilégiée par rapport à ses concurrents asiatiques et même européens. Elle ne l’a d’ailleurs jamais été depuis la fin de la période coloniale, sauf entre 1954 et 1975 dans la République du (Sud-)Vietnam, ce prolongement du régime dont elle avait permis la naissance en pleine guerre d’Indochine pour contrebalancer l’État communiste fondé par Ho Chi Minh en 1945, avant d’être littéralement placé sous perfusion par les États-Unis pendant toute la durée de la guerre au Vietnam. Peut-être plus encore que les autres, les Français doivent faire leurs preuves, convaincre, persévérer, être attentifs aux attentes. S’il n’existe, a priori, aucun lien privilégié entre la France et le Vietnam, il peut en naître, a posteriori, d’échanges réguliers et égaux, de coopérations durables et confiantes.

Le mythe d’une relation indifférente ou dépassée

La deuxième erreur consiste à penser, au contraire, que nos deux pays seraient devenus indifférents l’un à l’autre, séparés par une guerre, 10 000 km, un régime politique et soixante dix ans d’histoire. En réalité, jamais depuis la fin de la guerre d’Indochine, Paris et Hanoi ne se sont tourné le dos, malgré les vicissitudes de l’histoire et les divergences politico-idéologiques qui n’ont cessé d’être instrumentalisées par tous ceux qui, en France comme au Vietnam, croyaient nécessaire d’aggraver le fossé entre les anciens ennemis.

Dès 1954, après plus de huit années de guerre, près de 100 000 morts dans les troupes de l’Union française et – selon les estimations – 500 000 morts parmi les civils et militaires vietnamiens, les Premiers ministres Pierre Mendès France et Pham Van Dong avaient audacieusement posé les premiers jalons d’une normalisation des relations sous la forme d’une amorce de coopération commerciale et culturelle, en prélude à une nécessaire réconciliation. Mais, la partition provisoire du pays à laquelle les accords de Genève avaient prévu un terme au bout de deux par voie d’élections générales qui n’eurent jamais lieu, conduisit Paris à privilégier la République du (Sud-)Vietnam, où se trouvaient l’essentiel de ses intérêts économiques, culturels et pour tout dire clientélistes, au détriment de la moitié septentrionale sous régime communiste, avec lequel s’accumulaient les difficultés de coexistence, en particulier dans les établissements français d’enseignement et de recherche que nous nous efforcions alors tant bien que mal de maintenir. Les pressions américano-sud-vietnamiennes achevèrent de dissiper rapidement ces velléités initiales. Dix ans plus tard, l’escalade et l’américanisation de la guerre au sud du Vietnam décidèrent le général de Gaulle, conscient des erreurs qui l’avaient conduit à privilégier l’option militaire en 1945, à répondre favorablement aux sollicitations exprimées par Ho Chi Minh et Pham Van Dong en faveur d’un rapprochement prudent mais volontariste avec l’ancien adversaire. Auréolé de son rôle dans la décolonisation africaine et libéré du fardeau algérien, de Gaulle nourrissait une stratégie de sortie de guerre dans la péninsule indochinoise – pour ne pas dire de guerre froide – que ne saurait résumer, à elle seule, la condamnation magistrale de l’aventurisme américain qu’il prononça dans le grand stade de Phnom Penh il y a très exactement 50 ans. Devant Norodom Sihanouk, ancien roi devenu chef de l’État du royaume du Cambodge, et des dizaines de milliers de Cambodgiens admiratifs, mais contre l’avis de bien des « experts » en stratégie, il alla jusqu’à prophétiser l’échec militaire de la plus grande puissance mondiale : « Eh bien ! La France considère que les combats qui ravagent l’Indochine n’apportent, par eux-mêmes et eux non plus, aucune issue. Suivant elle, s’il est invraisemblable que l’appareil guerrier américain vienne à être anéanti sur place, il n’y a, d’autre part, aucune chance pour que les peuples de l’Asie se soumettent à la loi de l’étranger venu de l’autre rive du Pacifique, quelles que puissent être ses intentions et si puissantes que soient ses armes. Bref, pour longue et dure que doive être l’épreuve, la France tient pour certain qu’elle n’aura pas de solution militaire. À moins que l’univers ne roule vers la catastrophe, seul un accord politique pourrait donc rétablir la paix… »

Sa politique était fondée sur un rééquilibrage des relations avec le monde communiste et neutraliste asiatique, un retrait programmé des troupes américaines seul à même d’éviter l’implication sino-soviétique et la généralisation du conflit, ainsi qu’une neutralisation du Vietnam sanctionnée par une conférence internationale à laquelle devait participer la Chine populaire, reconnue officiellement par Paris en 1964. La cohérence et la constance des positions et des initiatives gaulliennes aussi bien publiques que secrètes furent récompensées, en mai 1968, par le choix de Paris comme lieu des négociations officielles puis très vite secrètes entre les belligérants. En janvier 1973, la signature de l’accord de paix mit un terme à la phase américano-vietnamienne du conflit. Pendant toutes ces années d’intenses tractations entre les adversaires, la diplomatie française, aidée par quelques intermédiaires non officiels comme Raymond Aubrac, joua un rôle facilitateur discret, que les Vietnamiens ne manquèrent pas de saluer à l’issue des négociations. Pendant toutes ces années de guerre, marquées par une médiatisation sans précédent et sans retenue de l’hyper-violence, des dizaines de milliers de Français vibrèrent pour la résistance vietnamienne, l’intelligence de ses chefs, la résilience de la population, l’engagement des femmes. Avec une sincérité non dénuée d’une certaine naïveté sur un régime communiste qui, sous l’influence de l’aile radicale du parti, s’était discrètement enfoncé dans le totalitarisme, des milliers d’entre eux se mirent à militer contre la guerre, multiplier les initiatives humanitaires, nouer de courageuses coopérations scientifiques, fonder des structures associatives plus durables pour faire perdurer dans la paix les liens forgés à l’épreuve de la guerre. À travers cet engagement politique, humanitaire et humaniste très divers dans ses origines, ses modalités et ses soutiens politiques, les Français redécouvraient ainsi dans la péninsule indochinoise un horizon positif d’engagement et de coopération. Peut-être y trouvèrent-ils aussi cette parcelle généreuse de leur âme que la brutalité de la colonisation et l’incapacité à accepter une décolonisation pacifique avaient conduit à l’errance.

Après la guerre et la réunification du Vietnam sous l’égide du parti communiste, en 1975-76, les choix politiques, économiques et stratégiques désastreux de ce dernier auraient pu conduire à une rupture des relations franco-vietnamiennes, tant ils contrastaient avec le visage offert, et en partie fantasmé, pendant la guerre elle-même. Mais, l’attachement au sort de populations dramatiquement éprouvées l’emporta, sans distinction, qu’il s’agisse des 50 millions de Vietnamiens restés dans leur pays comme des centaines de milliers de Boat People qui le fuyaient alors par la mer et dont une partie fut généreusement accueillie en France. Tandis que les relations du Vietnam réunifié se dégradaient avec le « Kampuchéa démocratique » des Khmers rouges, et bientôt avec la Chine qui fit le choix cynique de défendre un régime génocidaire au Cambodge pour contenir un voisin vietnamien jusqu’alors allié mais devenu trop entreprenant, Paris et Hanoi surent aménager une transition vers la reprise d’une relation plus dense. Leurs efforts, marqués par des échanges de ministres et la reprise d’une coopération culturelle et technique, furent couronnés par la visite de Pham Van Dong à Paris, en 1977, et celle de Louis de Guiringaud à Hanoi, l’année suivante, la première d’un ministre des Affaires étrangères français depuis 1954. Le grand virage soviétique décidé par Hanoi au même moment, puis l’intervention militaire de son armée au Cambodge et la guerre-éclair avec la Chine, en 1979, ne purent empêcher longtemps la reprise des échanges ministériels entre nos deux pays et encore moins leur poursuite tout au long des années 1980 : Hanoi reçut les visites de Jean-Pierre Chevènement, ministre de la Recherche, Claude Cheysson, ministre des Relations extérieures, Jack Lang, ministre de la Culture, Alain Decaux, ministre de la Francophonie, et de bien d’autres encore. Alors que le Vietnam ressentait durement le double effet de sa politique de collectivisation et d’un embargo presque total de la « communauté internationale », la France, avec une poignée d’autres pays européens, maintint sa porte ouverte. Trois hypothèques qui pesaient sur la relation bilatérale furent alors levées : la première, à l’initiative du gouvernement de Jacques Chirac en 1986, permit de concrétiser le rapatriement trop longtemps différé des restes mortels de 27 000 soldats du Corps expéditionnaire français d’Indochine dans la nécropole de Fréjus, où débuta en 1988 la construction du Mémorial des guerres en Indochine inauguré par François Mitterrand à son retour du Vietnam, en 1993. Le gouvernement vietnamien prit, quant à lui, deux décisions majeures : la libéralisation de l’économie dans le cadre de la politique du Doi Moi officialisée en 1986, qui suscita rapidement l’intérêt des milieux d’affaires français ; et la libération, en 1987, de la quasi-totalité des anciens cadres et collaborateurs sud-vietnamiens maintenus en camp de rééducation depuis 1975, permettant ainsi une reprise du dialogue politique franco-vietnamien.

Renouant avec l’héritage de son ancien adversaire, la République du (Sud-)Vietnam, qui avait été membre fondatrice de l’Agence de coopération culturelle et technique en 1970, la République socialiste du Vietnam participa pour la première fois au 1er Sommet de la Francophonie accueilli à Versailles, en février 1986. Lorsque le Premier ministre cambodgien Hun Sen (parvenu au pouvoir grâce à l’occupant vietnamien) et Norodom Sihanouk se résolurent à négocier une sortie de crise au Cambodge, c’est encore sur le territoire français et avec l’active complicité de la diplomatie française que put, entre 1986 et 1988, se concrétiser leur intention. Fruit d’une conférence multilatérale co-présidée par la France et l’Indonésie, le nouvel « accord de Paris » signé en octobre 1991 permit une résolution très progressive du conflit cambodgien et favorisa la réinsertion politique de la France sur la scène indochinoise. L’ONU se vit confier sa première grande opération post-guerre froide de restauration de la paix. Notre pays y prit toute sa part en affectant notamment 1 200 soldats à l’APRONUC pour contribuer au déminage des zones sensibles et à la formation des militaires cambodgiens dans de nombreux domaines. Occultant soigneusement leurs propres responsabilités dans les exactions et la survie du pire régime génocidaire de l’histoire depuis 1945, la Chine, l’Occident, et leurs soutiens asiatiques, se détournèrent du Cambodge et normalisèrent progressivement leurs relations avec Hanoi, privé avec l’implosion de l’URSS de son principal soutien militaire, économique et financier. Enfin sorti de ce conflit qui l’avait acculé à l’impuissance pendant une décennie, le Vietnam put alors tourner son regard vers une Europe en voie de réintégrer les anciens pays communistes placés sous le joug soviétique et redevenue bienveillante à son égard. La France qui n’avait jamais cessé de l’être malgré sa condamnation formelle de l’occupation militaire du Cambodge par le Vietnam, a constamment et activement soutenu la volonté d’intégration internationale des dirigeants vietnamiens. Elle a défendu successivement la levée totale de l’embargo américain, effectif en 1994 ; la normalisation avec les États-Unis, concrétisée en 1995 ; et l’intégration du Vietnam à l’ASEAN la même année. François Mitterrand, premier chef d’État occidental et président de la République française à se rendre au Vietnam en février 1993, sut donner à la relation franco-vietnamienne une nouvelle dynamique, situant l’action de la France sur la longue durée : désenclavement du pays, modernisation de l’État (Finances publiques, Justice, Santé, Commerce, Administration centrale…), développement de formations étudiantes et professionnelles au Vietnam et en France, aide à la modernisation du droit (notamment civil et commercial) sous l’égide de la Maison du Droit vietnamo-française ; encouragement à la coopération décentralisée et aux contacts entre les sociétés civiles, etc. En soutenant pleinement ce tournant vietnamien de l’ouverture et de la modernisation dans un contexte de mondialisation accrue, avec l’espoir de favoriser un processus de démocratisation, François Mitterrand savait bien qu’il faciliterait l’arrivée de concurrents économiques aussi redoutables que les États-Unis et leurs alliés asiatiques, et qu’il précipiterait ainsi, à terme, la perte d’une position encore favorable de notre pays dans la péninsule indochinoise. Mais il assuma cette politique en homme d’État conscient des évolutions inéluctables et de la nécessité d’en prendre date.

Depuis lors, si l’on peut parler d’une singularité historique de la relation vietnamienne, sans autre équivalent pour la France en Asie, les concurrents asiatiques et européens se sont multipliés et les relations franco-vietnamiennes, banalisées, au point de nourrir certaines déceptions.

Entre frustrations, espoirs et solidarités

La prégnance de certains préjugés dans une partie des élites françaises explique sans doute, plus que la conjoncture économique et les réductions budgétaires, les déceptions de ces dernières années et le constat largement partagé d’un déficit de nos relations par rapport à leurs potentialités. Faut-il rappeler que la part française dans le marché vietnamien reste inférieure à 1%, et que, malgré une augmentation récente de nos exportations, notre balance commerciale demeure déficitaire avec ce pays ? Nous sommes bien loin de l’objectif de doublement des parts de marché de nos entreprises en quatre ans que la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq avait fixée lors de sa visite en avril 2013. Le « partenariat stratégique » franco-vietnamien signé par les Premiers ministres Jean-Marc Ayrault et Nguyen Tan Dung, le 25 septembre 2013 à Paris, a sanctionné, il est vrai, une relation globale de qualité, désormais étendue à tous les grands domaines de la coopération bilatérale : politique, économique, militaire, juridique, culturelle et scientifique, parlementaire, universitaire, journalistique, littéraire, touristique, associative, muséale, sportive, etc. On sait peu que la France fut même le premier pays occidental à formaliser, dès 1997, une relation de défense avec le Vietnam. Après l’ouverture d’un poste d’attaché militaire à Hanoi, en 1991, après le succès de la collaboration des autorités et de l’armée vietnamiennes au tournage du film de Pierre Schoendoerffer sur la bataille de Dien Bien Phu, la coopération militaire a fait ses premiers pas entre les services de santé des deux armées, avant de s’étendre progressivement à de nombreux autres domaines : formation, hydrographie, opérations de maintien de la paix, et plus récemment dialogue stratégique, formalisé depuis 2010 dans le cadre d’un comité conjoint de défense. C’est dans ce care qu’est abordée la sécurité régionale et le conflit en mer de Chine méridionale que les Vietnamiens appellent mer de l’Est (ou mer Orientale), aujourd’hui leur plus grand défi de sécurité en raison des prétentions territoriales et de l’activisme naval et aérien des Chinois. Pour autant, le partenariat stratégique n’a pas été suivi d’initiatives fortes susceptibles d’en nourrir le contenu et de tempérer les impatiences qui se sont exprimées de part et d’autre. Certains regrettent, en France, que la générosité des crédits d’aide au développement octroyés par la France au Vietnam depuis 1993, et qui font d’elle le 2e pays donateur bilatéral après le Japon, n’ait pas davantage été récompensée, par exemple dans le domaine commercial ou des ventes d’armes. D’autres s’inquiètent du poids de la corruption, que des campagnes très médiatisées tentent de réduire sans grande efficacité, de la faiblesse et du manque d’innovation du secteur privé, ou encore du poids excessif de la dette publique (officiellement 67% du PIB, fin 2015, mais sans doute supérieure à 90% si l’on tient compte en particulier des dettes détenues par les entreprises publiques non comptabilisées dans les statistiques, ce qui la rapproche alors des niveaux français)…

Bien que tardive, la visite du président de la République française est bienvenue et devrait permettre de dissiper au moins en partie certaines impatiences. Toute visite présidentielle s’accompagne d’un effort de synthèse et de prospective salutaire, d’accords et de contrats prometteurs, d’une impulsion venue du sommet qui rejaillit pour quelque temps au moins à tous les niveaux de la relation bilatérale. Encore faut-il que, la visite passée, les acteurs de cette relation continuent de s’impliquer pour la faire vivre et grandir. Entre la France et le Vietnam, la coopération est servie par une très grande diversité d’acteurs publics et privés. Rien que la coopération décentralisée, qui fera l’objet de prochaines assises à Can Tho, implique aujourd’hui plus de 500 acteurs institutionnels français différents, relevant aussi bien des collectivités locales que des organisations de solidarité, des centres de recherche ou des hôpitaux français. Les coopérations entre universités et grandes écoles se sont multipliées et la France est aujourd’hui le 3e pays d’accueil des étudiants vietnamiens puisqu’elle en compte plus de 7 000, ce qui en fait la 2e communauté étudiante asiatique en France. Les potentialités de nos relations sont grandes, pour le Vietnam comme pour la France. Avec 6,7% de croissance en 2015, le Vietnam s’affiche comme l’une des économies les plus dynamiques d’Asie et du monde, même si cette croissance est encore trop dépendante de la réexportation (l’exportation à destination d’un pays de marchandises précédemment importées d’un autre, grâce à une main d’œuvre encore bon marché). Il représente un formidable marché, non seulement pour les grandes entreprises françaises, dont certaines sont déjà présentes, mais aussi pour toutes les PME/PMI, TPI et autres start-up qui font la richesse du tissu économique français et que notre diplomatie économique n’a pas suffisamment valorisées ni pensées dans leurs synergies potentielles avec les centres de recherches universitaires et les zones incubatrices d’entreprises. La prochaine visite présidentielle pourrait en être l’occasion. Les relations économiques et commerciales de la France avec ce pays, où sont déjà implantées plus de 300 entreprises françaises, devraient aussi bénéficier de l’accord de libre-échange signé en décembre 2015 entre l’Union Européenne et le Vietnam, dont l’entrée en vigueur est prévue en 2018. Les perspectives ne sont pas négligeables car les Vietnamiens s’intéressent particulièrement aux savoir-faire et aux produits français dans des domaines aussi divers que les sciences et technologiques, l’industrie du luxe, l’agroalimentaire, l’environnement, l’urbanisme ou encore le secteur médical et pharmaceutique : à nous de mieux cibler leurs besoins et de les convaincre que la liste est exponentielle… Ces potentialités sont toutefois confrontées à un contexte régional de concurrence accrue par la multiplication de plusieurs initiatives commerciales d’envergure, à l’échelle régionale ou transrégionale, telles que la communauté économique de l’ASEAN (2015) et, surtout, l’ambitieux accord de partenariat transpacifique – le « TPP » – signé début 2016 par le Vietnam, les États-Unis et 10 autres pays de la zone Asie-Pacifique.

Très ouverts aux produits étrangers, les Vietnamiens sont aussi avides de connaissance, de culture et d’art. Contrairement à ce que les chiffres et les préjugés donnent à croire, la francophonie, bien qu’inférieure à 1% de la population, n’y est pas morte. Tandis qu’on présuppose à tort que tout le Vietnam a été francophone à l’époque coloniale, en oubliant que l’enseignement « franco-indigène » n’a jamais concerné qu’une infime minorité de Vietnamiens, on regrette généralement, en France, la disparition des derniers témoins de l’ancienne génération formée dans les établissements scolaires français pendant la période coloniale et jusqu’en 1975 au Sud-Vietnam. La mort du général Vo Nguyen Giap, en 2013, a semblé entériner la fin de la greffe francophone au Vietnam. En plus d’être lui-même un brillant francophone, le héros des résistances « antifrançaise » et « antiaméricaine » s’était aussi révélé un ardent défenseur de la survie de la francophonie dans son pays. Or, l’adhésion essentiellement géopolitique du Vietnam à la Francophonie multilatérale s’est doublée, dès les années 1990, d’un programme de formation, modeste mais non négligeable, de nouvelles générations de lycéens et d’étudiants dans les classes bilingues de l’enseignement secondaire et à l’Université. Moins visible mais pas moins combative pour éviter la « catastrophe écologique » redoutée par Jacques Chirac, la relève existe. Le département de langue et de culture françaises de l’Université nationale du Vietnam à Hanoi – où le président Hollande prononcera un grand discours, le 6 septembre – accueillera à la rentrée 50% d’étudiants supplémentaires par rapport à 2015. L’un des plus importants centres universitaires francophones du Vietnam, il comptera 500 étudiants, rien qu’en français, et 1 000 étudiants venus d’autres disciplines qui ont choisi le français comme première langue étrangère. Au-delà de ces chiffres qui ne reflètent évidemment pas une réalité nationale globalement moins optimiste, il faut avoir mesuré les efforts, les sacrifices, la détermination et jusqu’à la passion des Vietnamiens de tous âges qui ont investi notre langue et notre culture, pour comprendre à quel point ils ont besoin d’être soutenus et encouragés, au Vietnam comme en France. Leur persévérance nous oblige d’autant plus qu’elle traduit souvent un profond attachement à nos valeurs républicaines.

De même, ne devons-nous pas nous détourner des séquelles de la guerre, même si elles se sont heureusement estompées, ou laisser à d’autres le soin de les guérir. À beaucoup de visiteurs, la guerre paraît loin car ses effets sont de moins en moins visibles. Or, depuis la fin de la guerre au Vietnam, des dizaines de milliers d’habitants ont été victimes de munitions non explosées ; plusieurs millions d’entre eux ont souffert, par contamination directe ou indirecte, des conséquences de la guerre chimique conduite par les Américains et leurs alliés sud-vietnamiens, entre 1961 et 1971. Les scientifiques ont de bonnes raisons de penser que les effets de la dioxine contenue dans l’Agent orange et les autres défoliants se sont transmis génétiquement aux générations suivantes. Nous en serions à la quatrième génération d’enfants handicapés, malades, défigurés et malformés. Mais les études pour le prouver coûtent cher. L’impératif de solidarité qui a animé notre diplomatie et tant de nos compatriotes pendant la guerre du Vietnam ne doit pas être sacrifié sur l’autel des intérêts géopolitiques et économiques. Plusieurs associations françaises et vietnamiennes ont fait du combat pour la reconnaissance de ce scandale sanitaire leur cheval de bataille, parfois même de longue date. Cependant, au nom des compétences scientifiques qu’elle possède sur les perturbateurs endocriniens, de l’ancienneté et de la qualité de la coopération médicale franco-vietnamienne, la France pourrait aller au-delà. Elle s’honorerait, par exemple, à prendre l’initiative de créer un groupe d’experts capables d’établir les preuves scientifiques des effets transgénérationnels de l’Agent orange et de prendre en charge une partie des patients. Si les plus chanceux de ces derniers sont soignés dans des hôpitaux et des villages médicalisés au Vietnam, beaucoup sont encore cachés dans des familles en grande souffrance qui assimilent le handicap à une malédiction.

La guerre coule dans le sang des Vietnamiens d’une façon plus invisible encore. Elle est inscrite au plus profond de l’ADN de ce peuple dont le destin collectif a été forgé à l’épreuve de multiples guerres internes mais aussi et surtout de conflits asymétriques longs et récurrents, au fil des siècles, contre les armées des dynasties chinoises ou sino-mongoles, plus tard et plus brièvement occidentales. Or, la résurgence de la puissance chinoise en Asie et des tensions en mer de Chine méridionale, depuis le tournant des années 2000-2010, pousse les dirigeants vietnamiens à équilibrer leurs relations avec les États-Unis, pour le moment seuls susceptibles de contenir les ambitions chinoises. Comme le Vietnam ne peut non plus se permettre de rompre avec la deuxième puissance économique et militaire mondiale qui est aussi son premier partenaire commercial, en se rapprochant à l’excès de Washington, il renforce ses relations avec d’autres puissances régionales, tels le Japon, l’Inde ou l’Australie, tout en se montrant ouvert à un approfondissement de ses coopérations politico-stratégiques avec la France et l’Europe. Ainsi renforce-t-il sans coût excessif sa profondeur stratégique. Ici, toutefois, prudence est mère de sûreté. L’observateur averti sait qu’au Vietnam, le nationalisme réveillé par une commune perception de la « menace » chinoise transcende tous les ferments de division, sans exception, et devient vite indomptable, au point que le régime communiste pourrait craindre pour sa survie s’il se montrait trop faible vis-à-vis d’elle. La France, dans ce domaine, ne devrait pas se cantonner à des échanges de vue, pour importants qu’ils soient, ni au rôle d’exportateur d’armements qu’elle joue déjà activement dans une région en voie de modernisation militaire rapide et potentiellement inquiétante. Forte d’une bonne relation diplomatique avec la Chine, qui a d’ailleurs facilité le succès de certaines grandes négociations multilatérales sur de grands enjeux transnationaux susceptibles de rejaillir positivement sur le Vietnam, comme la COP 21, et d’une relation plus équilibrée qu’auparavant avec les pays de l’ASEAN, elle aurait intérêt à renouer avec une posture médiatrice volontariste et de préférence concertée avec ses partenaires européens. Dans un environnement sécuritaire aussi instable, l’attachement commun de nos deux pays, comme de l’Union européenne, au « règlement pacifique des différends dans le respect du droit international », tel qu’il est réaffirmé dans l’article 5 de la déclaration sur le partenariat stratégique franco-vietnamien, pourrait conduire notre diplomatie à nourrir une approche à la fois plus politique et plus régionale de sa relation avec le Vietnam. N’est-ce pas, en définitive, ce que suggère la coïncidence chronologique entre la visite de François Hollande, le cinquantenaire du discours du général de Gaulle à Phnom Penh et les 25 ans de l’Accord de Paris sur le Cambodge, qui constituent tous deux des marqueurs historiques forts de notre relation politique avec cette région du monde ? En renouant avec un tel héritage, la France ne pourrait-elle pas développer plus facilement sa présence économique, dont la faiblesse au Vietnam comme dans toute l’Asie du Sud-Est ne cesse à juste titre d’être déplorée ?

Enfin, si l’on tient absolument à faire abstraction des nombreux atouts politico-stratégiques, économiques et culturels propices au rapprochement franco-vietnamien, pour démontrer combien les Français peuvent tirer profit d’une plus grande fréquentation du Vietnam et de ses habitants, l’on se contentera de rappeler, d’après deux classements distincts, que si les Français sont considérés comme l’une des nations les plus pessimistes du monde, les Vietnamiens se classent au deuxième rang mondial des pays les plus heureux !

 

Pierre Journoud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier, cofondateur du GIS « ESPRIT » (études en Stratégies, Politiques, et Relations InTernationales), 31 août 2016

Pour aller plus loin :

  • Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, Paris, La Découverte, 2001 (2e éd.).
  • Christopher Goscha et Benoît de Tréglodé (dir.), Naissance d’un État-parti. Le Vietnam depuis 1945, Paris, Les Indes Savantes, 2004.
  • « Le Viêtnam depuis 2000 ans », dossier de L’Histoire – les collections, n°62, janvier-mars 2014.
  • « Les enjeux géopolitiques du Viêt Nam », dossier d’Hérodote, n°157, 2e trimestre 2015.
  • Pierre Journoud, De Gaulle et le Vietnam (1945-1969). La réconciliation, Paris, Tallandier, 2011.
  • Pierre Journoud et Hugues Tertrais, Paroles de Dien Bien Phu. Les survivants témoignent, Paris Tallandier, coll. Texto, 2012.
  • Stéphane Dovert et Benoît de Tréglodé (dir.), Vietnam contemporain, Paris, IRASEC/Les Indes Savantes, 2009 (seconde édition revue et actualisée).
  • Philippe Papin, Vietnam. Parcours d’une nation, Paris, Belin, 2003.
  • Hugues Tertrais, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Autrement, 2004.

Lire également de Pierre Journoud :