Archives de catégorie : Débat / Questions d’histoire

Call for Participants: Site and Space in Southeast Asia [14/01/2018]

[ndlr] Appel à participation. Date limite : 14 janvier 2018.

 

Site and Space in Southeast Asia

Deadline: 14 January 2018

The organisers of Site and Space in Southeast Asia seek applications for participation in a two-year funded research opportunity exploring the art, architecture, and landscape of Southeast Asia.

Site and Space in Southeast Asia explores the intersections of urban space, art and culture in three cities—Yangon, Penang, and Huế—through collaborative, site-based research. With major funding from the Getty Foundation and partners from within and beyond the region, Site and Space in Southeast Asia seeks to support innovative research in the art and architectural histories of the region, foster professional networks among early career scholars, and expand engagement with an ever more global field.

Continuer la lecture de Call for Participants: Site and Space in Southeast Asia [14/01/2018]

Les gouvernements vietnamiens de 1945 à 1954

Dans le cadre de notre série Clés du Viêt-Nam contemporain, voici un premier aperçu des différents gouvernements vietnamiens entre 1945 et 1954. Les données seront complétés.

Continuer la lecture de Les gouvernements vietnamiens de 1945 à 1954

Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

L’ancien étudiant contestataire Doan Van Toai qui a fait connaître à l’Occident le système carcéral du Viêt-Nam communiste est décédé en novembre dernier aux États-Unis. En 1979, réfugié politique en France, Toai faisait publier chez Robert Laffont, Le goulag vietnamien, un témoignage détaillé de son expérience carcérale avant et après la chute de Saigon1. Alors encore portés par le « mythe Viêt-Nam », les intellectuels français et le grand public découvraient l’importance du système pénitentiaire vietnamien dans le fonctionnement politique du régime et son étendue. Ce témoignage trouva une forte résonance avec ceux des dissidents soviétiques (en particulier Soljenitsyne, Boukovski et Ginsburg)2 et le travail de Michel Foucault sur l’histoire et la logique de l’emprisonnement en France3.

Continuer la lecture de Le destin étrange de Doan Van Toai, auteur du Goulag vietnamien

  1. Les neuf premiers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à son enfance et son engagement politique avant 1975, les neuf chapitres suivants sont consacrés à son expérience concentrationnaire sous le régime communiste []
  2. Cf. en particulier Alexandre Soljenitsyne, Une journée d’Ivan Denissovitch (Julliard, 1963) et L’archipel du goulag (Fayard, 1973) ; Vladimir Boukoski, Une nouvelle maladie mentale en URSS : l’opposition (Seuil, 1971) ; Leonid Pliouchtch, Dans le carnaval de l’histoire. Mémoires (Seuil, 1977) []
  3. Surveiller et punir, Gallimard, 1975 []

Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

[ndlr] Dans la série « Vietnam ’67 », un article à lire sur le tribunal Russell organisé par des intellectuels européens pour dénoncer la guerre menée par les Américains au Viêt-Nam.

Continuer la lecture de Cody J. Foster : Did America Commit War Crimes in Vietnam?

Séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures » – 24/11/2017

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire de recherche porté par l’ENS à Paris.

Le labex TransferS est heureux de vous annoncer l’ouverture d’un nouveau séminaire à l’École normale supérieure

« France-Vietnam : un portail entre les cultures », organisé par Mme Nguyễn Giáng Hương (BnF)

La première séance se tiendra vendredi 24 novembre, de 17h à 19h, en salle Weil (ENS, 45 rue d’Ulm)

Périodiques Francophones d’Outre-Mer XXe-XXIesiècle : cas du Vietnam

par Franck Laurent et François Vignale, Université du Maine

L’objectif du projet PERFROM est de constituer un réseau de chercheurs travaillant, selon des approches diverses, sur la presse périodique en langue française hors d’Europe, des années 1830 jusqu’à nos jours. Le Vietnam constitue un terrain intéressant parce qu’en raison de la richesse et de la variété de sa production imprimée, il offre la possibilité de confronter sur un laps de temps court (1920-1940) l’ensemble des formes et des contenus propres à la presse périodique en situation coloniale.

Suivi par « Étude sur la revue Indochine hebdomadaire Illustrée« , présentée par Lê Ngoc Phu (étudiant à l’EPHE).

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
En raison du plan Vigipirate prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS.

Le séminaire se tiendra un vendredi par mois. L’ensemble du programme sera prochainement disponible.

Source : TransferS

Pham Xuan Thach : Au-delà de l’idéologie: la guerre dans le roman vietnamien contemporain – 01/12/2017

[ndlr] Annonce de la Section des Études vietnamiennes de Paris.

Séminaire d’actualité de la recherche en études vietnamiennes

La Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) est très heureuse de recevoir Pham Xuan ThachProfesseur à l’Université Nationale de Hanoi pour une intervention intitulée :

Au-delà de l’idéologie: la guerre dans le roman vietnamien contemporain

Comment écrire librement la guerre lorsque la guerre et l’écriture elles-mêmes sont des actes hautement idéologiques ? Pham Xuan Thach analysera deux figures de la littérature vietnamienne contemporaine : Bao Ninh dont l’unique roman, Le Chagrin de la guerre, demeure un des textes majeurs des années 1986-1991, et Nguyen Binh Phuong dont la création domine la scène littéraire depuis 1991. Quelles empreintes le réalisme socialiste a-t’il laissé dans l’œuvre de Bao Ninh ? Comment a-t-il dû combattre cette doctrine dominante pour forger son propre discours sur la guerre ? De quelle manière Nguyen Binh Phuong, quant à lui, a-t-il pu se libérer du cadre idéologique dont il est issu ? Plus généralement, dans quelle mesure la littérature vietnamienne a-t-elle pris congé des héritages du réalisme socialiste durant ces trois dernières décennies ?

Il interviendra le vendredi 1er décembre 2017, de 16h à 17h30dans l’amphi 4 de l’Inalco (65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris).

Séminaire d’actualité scientifique ouvert à tous.

Soyez les bienvenus !

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 7

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

Expériences métisses

Séance 7 : mercredi 15 novembre 2017– salle D4.024

Cette dernière séance du séminaire est consacrée à la question des métis en Indochine sous la colonisation française puis pendant la guerre du Viêt-Nam. En compagnie de Nastassia Sersté nous évoquerons les destins d’enfants métis à travers plusieurs œuvres, roman ou récits autobiographiques. Nous nous positionnerons ainsi du côté de celles et ceux qui furent marginalisés ou discriminés du fait de leur double appartenance culturelle ou sociale.

La seconde partie du séminaire, dédiée aux exposés oraux, reviendra sur la question du déroulement de la guerre du Viêt-Nam à travers l’expérience sud-coréenne et l’analyse du long documentaire de Ken Burns et de Lynn Novick qui a fait débat.

Nastassia Sersté est historienne, reçue à l’agrégation d’histoire en 2015. Elle a fait ses études en Belgique à l’Université catholique de Louvain. En 2016, elle a commencé son doctorat à l’Université de Rouen (France) dans le cadre du projet international et interdisciplinaire ChiBOW (Children Born of War – Past, Present and Future) soutenu par l’Union Européenne au sein du programme Marie Curie Horizon2020. Sa recherche porte sur les Enfants de la Guerre du Vietnam (1955-1975) accueillis en France, en particulier l’expérience de vie des enfants métis nés de père soldat étranger et de mère locale vietnamienne. Ainsi, son étude touche principalement aux domaines de l’histoire diplomatique, l’histoire internationale, l’histoire culturelle, l’histoire sociale et de moindre mesure l’histoire militaire. Sa méthodologie combine travail archivistique et Histoire orale.

★ ★ ★

Exposés oraux


  • Hwang Sok-Yong, L’ombre des armes, Paris, Éditions Zulma, 2003.

Exposé de Julia Fournier

Présentation de l’éditeur : Zulma

En pleine guerre du Viêt Nam, Ahn Yeong-kyu, jeune caporal de l’armée coréenne, est affecté à Da Nang, au département d’enquête des forces alliées. Il est chargé de la surveillance du marché noir, qui fait rage…


  • Documentaire The Vietnam War de Ken Burns & Lynn Novick, PBS en association avec ARTE France, 2017.

Exposé de Manon Barret

Site de l’éditeur dédié au film : PBS

Présentation du film documentaire à Columbia University : The Vietnam War: A Film by Ken Burns and Lynn Novick


★ ★ ★

Sources mobilisées :

Duyên Anh, La colline de Fanta, Paris, Pierre Belfond, 1989, ouvrage réédité par Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1995 (Traduit du vietnamien par Tran Van Nghiêm et Ghislain Ripault) et adapté au cinéma par Rachid Bouchared, Poussières de vie (1994), bande-annonce ci-dessous.

Kim Lefèvre, Métisse Blanche, Paris, B. Barrault, 1989, L’Aube poche, 1989, réédité chez Phébus, 2008.

Kien Nguyen, The Unwanted: A Memoir of Childhood, Boston, Little, Brown & Company, 2002. Ouvrage traduit en français sous le titre La nuit nous a surpris (Denoël, 2001).

 

Image « à la une » : photos de Kim Lefèvre et de Kien Nguyen enfants en couverture de leur récit autobiographique © DR

George J. Veith & Merle Pribbenow : The Return to War: North Vietnamese Decision-Making, 1973-1975

[ndlr] Parution en ligne d’une étude de George J. Veith et Merle Pribbenow sur la reprise de la guerre après les Accords de Paris de 1973.

Edited and Annotated by George J. Veith
Translations by Merle L. Pribbenow

November 2017

In support of the Cold War International History Project’s efforts to facilitate the release of historical materials from governments on all sides of the Cold War, we have compiled 80 primary source documents dealing with North Vietnam’s decision-making from the signing of the Paris Peace Accords in January 1973 until the end of the war, April 1975. The documents are appended to this Working Paper and accessible on DigitalArchive.org.

Much of this declassified information formed the basis for the book, Black April: The Fall of South Vietnam, 1973-1975. This array of cables, memoranda, and directives provides a fascinating glimpse inside Hanoi’s choice in 1973 to return to war—despite having just signed the Paris Peace Accords. The files deliver insights into how the Politburo of the Vietnamese Workers’ Party, and its major command in the southern half of South Vietnam known as COSVN, viewed the situation after the accords. These documents clarify, to some extent, Hanoi’s decision to resume armed conflict in the south. They further outline Hanoi’s preparations in 1974 for launching a new offensive and the goals the Politburo wished to achieve, as well as the detailed military planning aimed at defeating South Vietnam. In the 1975 time-frame, the documents provide unique insights into how Hanoi’s military commanders managed the campaign that led to the rapid collapse of South Vietnam.

While this collection is voluminous, the author of and translator for this Working Paper did not include every document released by the editors of the volumes cited in the bibliography. We reviewed each document in various Vietnamese Communist publications, but only chose to translate those directly related to the fall of South Vietnam or those which provided information of broader and significant historical interest. Thus, many documents from the volumes of the Van Kien Dang series (a massive collection of nearly 40,000 pages of mostly internal Vietnamese Communist Party documents) were not translated and included in this Working Paper simply because they dealt with mundane party or economic affairs.

Although this set of documents cannot be considered definitive, it does provide one of the most detailed views of Vietnamese Communist decision-making ever unveiled for a specific period. However, the materials included in this study are almost exclusively documentary, as we chose not to incorporate information from the numerous memoirs, battle studies, or unit histories. We did, though, feature some secondary materials from the 1973 time-frame solely to help illuminate the thin documentary record on the Politburo’s decision to resume armed conflict in the South. While these other sources do generally agree on the Politburo’s review and approval process to resume the war, we suspect that the decision was not as smooth or unanimous as the Party portrays, especially after achieving a spectacular military victory in 1975.

Lire la suite : Wilson Center

Ou cliquer sur l’image ci-dessous pour accéder au PDF en ligne :

George J. Veith is the author of three books on the Vietnam War, including Code Name Bright Light: The Untold Story of U.S. POW Rescue Efforts during the Vietnam War (1998) and Black April: The Fall of South Vietnam, 1973-1975 (2013).

Merle Pribbenow is a former CIA officer who served in Vietnam from April 1970 to April 1975, and is the translator of Volume 2 of the history of the People’s Army of Vietnam, which was published by the University of Kansas Press as Victory in Vietnam: The Official History of the People’s Army of Vietnam, 1954-1975 (2002).

Thomas A. Bass : Censorship in Vietnam – Brave New World

[ndlr] Parution du nouvel ouvrage de Thomas Bass sur une des clés du fonctionnement de l’Etat-Parti vietnamien. A ne pas manquer.

What does censorship do to a culture? How do censors justify their work? What are the mechanisms by which censorship—and self-censorship—alter people’s sense of time and memory, truth and reality? Thomas Bass faced these questions when The Spy Who Loved Us, his account of the famous Time magazine journalist and double agent Pham Xuan An, was published in a Vietnamese edition. When the book finally appeared in 2014, after five years of negotiations with Vietnamese censors, more than four hundred passages had been altered or cut from the text.

After the book was published, Bass flew to Vietnam to meet his censors, at least the half dozen who would speak with him. In Censorship in Vietnam, he describes these meetings and examines how censorship works, both in Vietnam and elsewhere in the world. An exemplary piece of investigative reporting, Censorship in Vietnam opens a window into the country today and shows us the precarious nature of intellectual freedom in a world governed by suppression.

This is an eye-opening, disturbing, sad, and altogether fascinating account of censorship in contemporary Vietnam. Even more than that, Thomas Bass introduces us to a number of brave Vietnamese poets and fiction writers who have endured almost unimaginable hardships merely for expressing the humane values that most Americans take for granted. —Tim O’Brien, author of The Things They Carried

Thomas Bass’s account of his struggles with censorship in Vietnam is the most detailed I have encountered. It helps explain why history as a discipline is in such a sorry state in Vietnam. The past is a minefield, like the landscape.—Hue-Tam Ho Tai, author of The Country of Memory: Remaking the Past in Late Socialist Vietnam

Thomas A. Bass is the author of seven previous books, including The Spy Who Loved Us (2009) and Vietnamerica: The War Comes Home (1996). He is a Professor of English and Journalism at the State University of New York, University at Albany.

Réf. : Thomas A. Bass, Censorship in Vietnam: Brave New World, Amherst, MA, University of Massachusetts Press, 2017, 248 p. ISBN: 978-1-62534-295-9

Censorship in Vietnam – Press release

Censorship in Vietnam – Advance reviews