Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

Nam Thanh : Cuộc tranh đấu lịch sử của Phật Giáo Việt Nam [xb 1964]

[ndlr] Ressource en ligne. La lutte des bouddhistes vietnamiens en 1963 contre la dictature de Ngo Dinh Diem.

namthanh_cuocdautranhlichsucuaphatgiaovn

Cuốn sách Cuộc Tranh Đấu Lịch Sử Của Phật Giáo Việt Nam được Viện Hóa Đạo GHPGVNTN xuất bản vào năm 1964 với các hình ảnh, bài viết sắp xếp trình tự theo diễn biến phong trào đấu tranh của Phật giáo Việt Nam năm 1963. Nhân dịp kỷ niệm 50 năm Bồ tát Thích Quảng Đức vị pháp thiêu thân (20/4 Quý Mão 1963 – 20/4 Quý Tỵ 2013) Đạo Phật Ngày Nay xin giới thiệu ebook (bản scan) của cuốn sách này.

Source : Thu Vien Hoa Sen

Nguyễn Quang Duy : Tổng thống Ngô Đình Diệm: Độc tài hay nhân trị? [BBC]

[ndlr] Le rôle de Ngô Dinh Diêm entre construction d’un Etat vietnamien moderne non-communiste et dictature/népotisme politique continue de faire couler l’encre sur la toile.

Tổng thống Ngô Đình Diệm là người có công sáng lập Việt Nam Cộng Hòa, công định cư hàng triệu người Bắc di cư, công đưa miền Nam từ chiến tranh sang một thời kỳ vàng son nhất trong lịch sử cận đại, công xây dựng nền tảng kinh tế, giáo dục, văn hóa, xã hội cho miền Nam tự do.

Bên cạnh đó không ít người cho rằng ông Diệm độc tài, gia đình trị và đàn áp Phật giáo. Bài viết nhìn vào hoàn cảnh chính trị nhận định, phân tích, làm rõ vấn đề, để rút ra bài học.

Lire la suite : BBC Vietnamese, 02/11/2016.

★ ★ ★

 

  • Pour en savoir plus sur l’histoire de la Première République (1955-1963), voir l’ouvrage d’Edward Miller traduit en vietnamien : « Sách mới về số phận Việt Nam cộng hòa ».

TTO – Một công trình quan trọng của vị giáo sư lịch sử người Mỹ Edward Miller vừa được dịch và ấn hành tại Việt Nam nhân dịp 30-4 năm nay.

Source : Tuoi Tre, 30/04/2016.

 

Image « à la une » : Ông Ngô Đình Diệm, tổng thống đầu tiên của Việt Nam Cộng hòa, xuất hiện tại một hội chợ ở Sài Gòn năm 1957 © Keystone/Getty Images

Nguyệt san Cấp tiến : đi tìm Chủ nghĩa quốc gia cấp tiến [1969]

En 1969, sous la seconde République du Viêt-Nam, l’intellectuel et homme politique Nguyễn Ngọc Huy ouvre le débat sur « La nécessité d’un nationalisme de progrès » (Chủ nghĩa quốc gia cấp tiến).

La revue du Mouvement national-progressiste (National Progressive Movement, Phong trào Quốc gia Cấp tiến) sert de tribune à la discussion.

nguyetsancaptien_5-1969 nguyetsancaptien_5-1969_p-75

Sur la vie politique de Nguyen Ngoc Huy, voir : Guillemot, François (2015), « An Intellectual through Revolution, War, and Exile. The Political Commitment of Nguyen Ngoc Huy (1924-1990) », in Nathalie Huynh Chau Nguyen (ed.), New Perceptions of the Vietnam War. Essays on the War, the South Vietnamese Experience, the Diaspora and the Continuing Impact, Jefferson (NC), McFarland, 2015, pp. 41-71.

FG

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 4

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

denhung_lehoi2016
Procession lors de la fête des Rois Hung en 2016

★ ★ ★

Les États vietnamiens (1945-1976) et aperçu sur le nationalisme Việt (ou Kinh)

Séance 4 : mardi 18 octobre 2016

Cette séance consacrée au Viêt-Nam s’intéressera à l’émergence de l’état-nation vietnamien indépendant depuis la création de l’Empire du Viêt-Nam (Đế quốc Việt Nam) à la suite du coup de force japonais du 9 mars 1945 jusqu’à la réunification de juillet 1976 sous l’appellation de République socialiste du Viêt-Nam (Cộng hòa Xã hội chủ nghĩa Việt Nam), république se définissant comme un « état multinational ». En nous appuyant sur les textes proposés, nous verrons ce que recouvre le concept de « nation vietnamienne », son ancrage dans la longue durée et sa supposée « unicité ».

Dans un second temps, nous illustrerons l’évolution du discours nationaliste vietnamien à travers ses différentes expressions (extraits de textes lus) : nationalisme culturel et monarchiste de Phạm Quỳnh, nationalisme libéral de Trần Văn Tùng et de Nguyễn Ngọc Huy, nationalisme révolutionnaire de Nguyễn Thái Học (VNQDĐ) et de Nguyễn Tường Tam (Đại Viêt Dân Chính), nationalisme « dai-vietnamien » de Lý Dông A (Đại Viêt Duy Dân) ou de Trương Tử Anh (Đại Viêt QDĐ), personnalisme des frères Ngô, national-communisme confucéen de Nguyễn Khắc Viên…

Personnalités évoquées :

Première rangée de gauche à droite : Phạm Quỳnh (1892-1945) intellectuel monarchiste assassiné en 1945, ministre de l’empereur Bảo Đại / Nguyễn Thái Học (1902-1930), nationaliste révolutionnaire, leader du VNQDĐ (Parti National), guillotiné par le régime colonial le 17 juin 1930 / Trương Tử Anh (1914-1946?), nationaliste révolutionnaire, leader du ĐVQDĐ (en abrégé Đại Viêt, Grand Viêt-Nam), disparaît à la suite de son arrestation par le Viêt-Minh en décembre 1946.

Seconde rangée de gauche à droite : Nguyễn Tường Tam (1906-1963), écrivain fondateur du Groupe littéraire autonome et un des chefs du VNQDĐ, ancien ministre des Affaires étrangères du Gouvernement Hồ Chí Minh de 1946, se suicide le 7 juillet 1963 / Trần Văn Tùng (1915-?), écrivain nationaliste fervent baodaïste, membre du Parti démocrate / Ngô Đình Diêm (1901-1963), président de la République du Viêt-Nam (Sud) de 1955 à 1963, assassiné le 2 novembre 1963.

Troisième rangée de gauche à droite : Nguyễn Ngọc Huy (1924-1990) nationaliste, fondateur du parti Néo Đại Viêt en 1964 et refondateur de la « doctrine de l’existence du peuple » / Nguyễn Khắc Viên (1913-1997), médecin et intellectuel marxiste / Trần Huỳnh Duy Thức (né en 1966), militant pro-démocrate actuellement emprisonné pour dissidence politique.

 

Sources mobilisées :

  • Nguyen Ngoc Thanh Annie, Les représentations de l’identité nationale d’après l’étude de contes vietnamiens de 1920 à 1945, Mémoire de DEA, Université Lumière Lyon 2, 2005, pp. 54-62 (§ « Imaginaire des contes et imaginaire national »).
  • Uno, Koichiro, Essai sur les mythes politiques vietnamiens, Mémoire de l’EHESS sous la direction de Georges Condominas, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1989, pp. 68-87 (Ch. 3 : « Culte national totalisant »). IAO Fonds Boudarel.

 

Pour aller plus loin :

Goscha, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane / Penguin Books, 2016. Présentation éditeur.

Guillemot, François, « Penser le nationalisme révolutionnaire au Việt Nam : Identités politiques et itinéraires singuliers à la recherche d’une hypothétique ‘Troisième voie’ », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2012. URL : http://moussons.revues.org/1043.

Taylor, Keith W., A History of the Vietnamese, Cambridge, Cambridge University Press, 2013. Présentation éditeur.

Breanna Atwood : Khmer Rouge, evolution of the academic debate [2010]

[ndlr] Document en ligne pour accompagner la séance 3.

 

Khmer Rouge: Evolution of the Academic Debate

atwood_kr_evolutionoftheacademicdebateCliquer sur l’image pour accéder au texte en ligne (PDF)

Abstract: On April 7, 1975, Khmer Rouge revolutionary forces invaded and took control of the capital city of Phnom Penh, Cambodia. The Khmer Rouge regime remained in power for the next four years, causing destruction, violence, torture, and death to devastate the citizens of Cambodia. Since the revolution, the intentions, motives, and appropriate process of justice regarding the actions of the Khmer Rouge have been the subject of contentious debate among academic scholars. This paper will evaluate the evolution of this debate over the last thirty years, considering how and why the views of various scholars have changed or remained the same and how these views have often conflicted with one another. I will argue that from 1975 to 2009, academic scholars have selected various types of evidence to reach different conclusions about the events of the Khmer Rouge, primarily as a result of their own perceptions ofthe political situation of Indochina during this time, as well as their willingness to admit that the Khmer Rouge revolution was not improving the situation of Cambodia.

  • Lire également l’article d’Hélène Lavoix sur ce sujet sur le site de Sciences Po consacré aux Violences de masses.

Viêt-Nam, le drapeau national (1948-1975)

[ndlr] Suite des documents visuels.

Documents sur le drapeau national en vigueur sous l’État national du Viêt-Nam (Quốc gia Việt-Nam) de 1948 à 1954 puis sous la République du Viêt-Nam de 1955 à 1975.

Apparu officiellement en juin 1948, la signification du drapeau national vietnamien est présentée dans une brochure éditée à l’occasion de la sixième session de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (décembre 1951) et publiée au cours du premier trimestre 19521 :

vietnam_ledrapeaunational

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

L’accent est mis sur la signification des deux couleurs : le fond jaune d’or pour le passé impérial et l’indépendance, les trois bandes rouges pour la réunification des trois régions (Ky, Nord, Centre et Sud) et l’unité nationale.

Après une longue période coloniale et l’établissement d’une République autonome (1946-1948), la Cochinchine réintègre le Viêt-Nam en juillet 1949.

En 1969, sous la Seconde République (1967-1975) établie au Sud du 17e Parallèle, un ouvrage édité par le Gouvernement sud-vietnamien donnait les dimensions du pavillon national et complétait la signification des couleurs :

Le Drapeau national du Viêt-Nam a été créé par ordonnance n° 5 du 14 juin 1948 du Gouvernement Central provisoire du Viêt-Nam, publiée au n° 2 du Journal Officiel du Viêt-Nam (18 juin 1948), les caractéristiques de ce drapeau sont les suivantes :

« L’emblème national est un drapeau sur fond jaune dont la hauteur est égale aux deux tiers de la largeur, comportant dans sa partie médiane, sur toute sa largeur, trois bandes rouges horizontales ayant chacune une hauteur égale au quinzième de la hauteur totale et séparées les unes des autres par des espaces d’égales dimensions »2.

Ce drapeau fut aboré pour la première fois le 5 juin 1948 sur le bateau Dumont d’Urville, amarré en baie d’Along, au moment de la signature des accords franco-vietnamiens par Emile Bollaert, Haut-Commissaire de France et le Général Nguyên-van-Xuân, Chef du Gouvernement provisoire du Viêt-Nam, consacrant en principe l’unité et l’indépendance du Viêt-Nam.

Le fond jaune est la couleur traditionnelle de la terre ancestrale, des épis d’or des rizières, et du métal considéré comme le plus précieux par l’humanité.

La triple bande rouge représente les trois grandes régions du Viêt-Nam (Nord, centre, Sud) désormais réunies dans la communauté nationale. Le rouge, couleur faste, symbolise le succès.

Malgré le partage du Viêt-Nam, consécutif à la signature des accords de Genève en juillet 1954, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis lors ont décidé de maintenir ce drapeau, pour maintenir la continuité de la lutte du peuple vietnamien pour son intégrité territoriale et son indépendance nationale3

Après 1975, ce drapeau symbolise la communauté des réfugiés vietnamiens anti-communistes. Il a été reconnu officiellement par certains États des États-Unis, par certaines localités du Canada et de l’Australie comme étant représentatif de la communauté vietnamienne exilée.

DieuHanh_CoVangBaSocDoDéfilé annuel à Little Saigon (Californie) lors de la fête du nouvel an.

Il est utilisé lors des commémorations de la chute de Saigon (30 avril 1975, jour de ressentiment national ou Ngày Quốc hận) et lors de la Journée de commémoration le 19 juin dédiée aux Forces armées de la République du Viêt-Nam.
quanky_vnchDrapeau des forces armées de la République du Viêt-Nam (Quân kỳ QLVNCH).

En juillet 2008, des associations vietnamiennes organisèrent le « 60e anniversaire du drapeau du Viêt-Nam libre » :

 

Image « à la une » : « Drapeau national du Viêt-Nam », extrait de Réalités vietnamiennes (Les réalités permanentes), Saigon, 1969, 3e édition revue et corrigée, (illustration non paginée en ouverture du ch. IV sur « Les emblèmes nationaux »).

Notes

  1. Extrait de : Viêt-Nam, Vieille nation, État jeune, Paris, 1952, non paginée. []
  2. Cette partie en italiques correspond à l’article 3 de l’Ordonnance n°3 du 2 juin 1948 fixant le statut provisoire du Viêt-Nam annulée par l’Ordonnance n° 4 du 8 juin 1948 et reprise à l’identique dans l’Ordonnance n° 5 du 14 juin 1948 portant sur l’organisation provisoire des pouvoirs publics du Viêt-Nam, Cf. État du Viêt-Nam, Code administratif (Tome 1), Saigon, Impr. des J.O. 1953, bilingue, voir pp. 32 et 58 (pour le texte en vietnamien), pp. 352 et 378 (texte en français) []
  3. Extrait de Réalités vietnamiennes (Les réalités permanentes), Saigon, 1969, p. 52. []

Le drapeau de la République Démocratique du Viêt-Nam [RDVN / DRV] – 14 septembre 1945

[ndlr] Documents visuels de la séance 2.

Parution dans le Cứu Quốc [Salut National], journal du Front Viêt-Minh, édition du 14 septembre 1945  du schéma du drapeau national et de ses dimensions officielles.

cuuquoc_14-09-1945cuuquoc_banphucsaclenh5_14-09-1945Vue rapprochée des dimensions du pavillon national.

flag_of_north_vietnam_1945-1955Le drapeau du Viêt-Minh, adopté en 1941, est devenu l’emblème officiel de la RDVN entre 1945 et 1955. La forme de l’étoile fut modifiée par décret (249/SL) le 30 novembre 1955 pour prendre la forme du drapeau désormais en vigueur en République socialiste du Viêt-Nam depuis 1976 © Wikimedia

Pour en savoir plus, voir la notice Wikipedia en vietnamien : Quốc kỳ Việt Nam Dân chủ Cộng hòa

Le drapeau de la République autonome de Cochinchine 1946-1948

[ndlr] En soutien à la séance 2. Documents visuels.

Photographie d’un attentat du Viêt-Minh contre un convoi de ministres de la République de Cochinchine, 25 avril 1947 (source SHD). On aperçoit sur le véhicule endommagé par l’explosion une affiche à l’effigie du Premier ministre Lê Văn Hoạch sur un fond illustré par le drapeau de la République dissidente.

shd_convoirepubliquecochinchine1947
Attentat Viêt-Minh d’avril 1947 contre un convoi d’officiels de la République de Cochinchine © DR

Le slogan de l’affiche de propagande dit « Ta phải lập quốc bằng nhơn đạo » (« Nous devons fonder l’État avec humanisme ») avant que le véhicule ne disparaisse dans les flammes.

republiquedecochinchine1947
Image by Jaume Ollé and Tomislav Todorovic, 9 September 2014 © crwflags.com
conghoavebinh
Insigne de la Garde républicaine (Cong Hoa Ve Binh), Garde du Sud-Vietnam sur lequel apparaît le drapeau et ses deux bandes blanches © DR
le_van_hoach
Portrait de Lê Van Hoach en 1948 © DR

lafoireexpositiondusudvietnam_1948

Couverture du premier numéro des Cahiers franco-vietnamiens (1948) consacré à la Foire-exposition du Sud-Vietnam. On notera que les deux bandes blanches ont disparu du drapeau de la République de Cochinchine © collection FG

pavillondusudvietnam_1948Photographie du Pavillon du Sud-Vietnam dans la même revue (p. 39) sur laquelle on aperçoit à droite le drapeau de la République de Cochinchine, cette fois-ci avec les deux bandes blanches © collection FG

La fabrique de la Guerre froide [épisodes sur l’Indochine]

[ndlr] La série « La fabrique de la Guerre froide »1 consacre des épisodes à la révolution et la guerre d’indépendance du Viêt-Nam. Avec Céline Marangé, chercheuse à l’Institut de Recherches stratégiques de l’École militaire, Ministère français de la Défense (épisodes 9, 15, 35, 37) et Jenny Raflik, maître de conférences à l’université de Cergy-Pontoise (épisode 42).  

Après la capitulation du Japon, le Vietminh marche sur Hanoï contre la reprise en main des autorités coloniales française sur l’Indochine. Le 19 août, l’empereur du Vietnam Bao Daï lui-même, formé et placé par les autorités coloniales demande à la radio au gouvernement d’accorder l’indépendance.

Fin de la seconde guerre mondiale l’empire français est contesté dans ses colonies d’Indochine et notamment au Vietnam. Une conférence de négociation, entre le gouvernement français et une délégation de la nouvelle République démocratique du Vietnam, est organisée à Fontainebleau.

1949, rencontre Mao Tsetung-Staline, la République populaire de Chine est proclamé. Mao incarne la victoire possible du communisme en Asie. Sa rencontre avec Staline lui réserve quelques déceptions…

Au début de l’année 1950, Ho Chi Minh soutenu par la nouvelle Chine communiste part clandestinement pour Moscou afin de négocier l’aide soviétique dans sa guerre contre le pouvoir colonial français.

Le 7 mai 1954, signe la fin de la bataille de Dien Bien Phu et dans son sillage celle de la Guerre d’Indochine qui opposait le Vietminh.

Image « à la une » : le 2 septembre 1945 à Hanoi, Ho Chi Minh déclare l’indépendance du Viêt-Nam et la fondation de la République Démocratique du Viêt-Nam © DR

  1. Une série d’Anaïs Kien, chercheuse en Sciences humaines, productrice à France Culture (La Fabrique de l’histoire) []

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 2

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux : de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

dainam_mapcirca1830
Carte du Dai Nam (circa 1830) sous l’empereur Minh Mang © 2016 Goscha / Penguin Books

★ ★ ★

Identité, espace, symboles et emblèmes nationaux

Séance 2 : mardi 4 octobre 2016

Cette séance poursuivra l’investigation sur les problématiques d’espaces et d’identités en péninsule indochinoise en mobilisant les cartes. La constitution de l’espace vietnamien à travers la « marche vers le Sud » puis son extension vers l’Ouest seront questionnés. A partir d’une recherche documentaire nous irons à la découverte des symboles étatiques et ethniques (hymnes et drapeaux) de la période coloniale (protectorats et colonie de l’Indochine française) à la constitution des états-nations indépendants.

Sources mobilisées :

  • ABDOUL-CARIME, Nasir, « Note sur l’identité communautaire khmère, une approche historique et une relecture socio-politique », Péninsule, n° 50, 2005 (1), pp. 41-57.
  • GIBBS, Jason, « The Music of the State: Vietnam’s Quest for a National Anthem », Journal of Vietnamese Studies,
  • Cartes à l’appui extraites de Christopher GOSCHA, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, Penguin Books, 2016, pp. xi-xx.