Archives de catégorie : Histoire et sociétés d’Indochine

Journée sur l’Immigration vietnamienne : notes et réflexions

La journée rencontre sur l’immigration vietnamienne organisée au Rize à Villeurbanne le samedi 11 octobre 2014 proposait quatre conférences très intéressantes sur un sujet complexe à fleur de peau entre mémoire et histoire. Elle fut à l’initiative du Collectif Lyonnais Année France-Vietnam. Ces quatre interventions ont rappelé chronologiquement les grandes phases de rencontre des Vietnamiens avec la France tout au long du XXe siècle tout en exposant la grande diversité des vagues d’immigration. La présentation de cette Journée rencontre et les débats qui suivirent chaque intervention furent animés par Joël Pham, responsable du site dédié aux Travailleurs indochinois.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_1
Les intervenants : Mireille Le Van Ho, Le Huu Khoa, Dominique Foulon, Nguyen Quang Hung Anh © 2014 FG

La première intervention de Mireille Le Van Ho, conservateur des bibliothèques, portait sur l’histoire relativement peu connue (au moins jusqu’à la soutenance de sa thèse en 1986 [1]) des dizaines de milliers de paysans vietnamiens recrutés pour l’effort de guerre pendant la Grande Guerre de 1914-1918. Ils furent mis au service de cette première guerre industrielle en œuvrant dans les services de l’arrière. Sur les 90.000 recrutés, près de 50.000 servirent dans les usines d’armement à la fabrication d’obus, dans les poudreries de Bergerac (55% des effectifs sont des ouvriers vietnamiens) ou de Toulouse (1/5 des effectifs). Elle relata les pénibles conditions de vie et la dangerosité de leur métier (maniement d’explosifs ou de matières toxiques comme l’acide chlorhydrique ou de l’ether…). Cette exposition au danger eut des conséquences directes sur la mortalité de ces ouvriers (8% pour les ouvriers vietnamiens contre 3% chez les français). La main d’œuvre coloniale, militarisée, encasernées mais sans combattre, fit l’objet d’une relégation spatiale. Déployés dans les usines, vivants dans des baraquements spéciaux et confinés à une isolement certain, ces ouvriers vietnamiens furent soumis à une surveillance intensive. Leur courrier était censuré par l’administration qui fit appel à des mandarins spécialement recrutés par la Métropole pour s’acquitter de cette tâche policière. La censure postale illustre bien la méfiance des autorités vis-à-vis de ces Vietnamiens confrontés au monde du travail à la chaîne, sur le modèle du taylorisme, mais aussi à la modernité.

Pour les autorités françaises (sans doute conscientes d’une forme d’exploitation abusive), ceux qui allaient retourner au Viêt-Nam étaient susceptibles de poser les premiers jalons d’une révolte d’envergure. Mireille Le Van Ho démontra comment se mit en place une police politique, sous l’égide des grands commis de Sarraut (Pierre Guesde, Przyzjluski ou Bosc, voir diapositive ci-dessous), pour contrôler ces Indochinois à qui l’on attribua si peu de crédit. Ils furent en effet jugés « habiles mais aussi susceptibles, peu costauds », décrits comme une main d’œuvre « quasi-féminine » et caractérisés comme étant, pour les moins dociles, « rusés et sournois ». Le paternalisme colonial les affubla d’une étiquette d’enfants indisciplinés qui devaient être régulièrement recadrés ou corrigés. Avec la création de la Sûreté générale en 1917, le réseau de la police politique déployé en France put investir l’Indochine, étendre ses ramifications et ses agents, infiltrer les organisations vietnamiennes. Les « retours de France » (un véritable sujet en soi) posaient problème. Leur sacrifice n’était pas reconnu à sa juste valeur, engendrant frustrations et déclassement social fruit d’une déstabilisation sociologique dans les villages. En effet, les mandarins locaux ne voyaient pas d’un bon œil ces compatriotes qui avaient beaucoup appris sur leur condition de colonisé et qui allaient participer à l’insurrection paysanne des Soviets du Nghệ Tĩnh en 1930-1931.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_4
Mireille Le Van Ho : « Surveillance et encadrement : les enjeux d’une politique ». © 2014 FG

Mireille Le Van Ho ne s’est pas contentée d’exposer les difficiles conditions de vie et de travail de ces paysans devenus ouvriers dans les usines françaises, elle posa la question de l’attrait de la modernité qui fascinait et interpellait de nombreux Vietnamiens sur leur propre condition de colonisés. En effet, les nationalistes modérés incarnés par la figure majeure de Phan Châu Trinh (1872-1926) faisaient le pari que cette confrontation Orient-Occident, que ce contact avec la Métropole et le service rendu à la France permettraient d’obtenir une indépendance progressive et pacifique de leur pays. En 1919, « les revendications du peuple annamite » étaient publiées mais restèrent lettre morte. Peine perdue. Le « marché » fictif du sacrifice contre l’indépendance ne devait aucunement aboutir sur un quelconque relâchement des autorités coloniales. Du fait de l’attitude fermée de ces dernières, il provoqua de fait la radicalisation du mouvement indépendantiste vietnamien (vers le communisme le plus dur ou l’ultra-nationalisme). L’apprentissage de cette modernité française mais aussi l’évidente supériorité allemande ou américaine offraient des perspectives d’émancipation. Ceci passa également par la rencontre avec la femme française et la possibilité de mariage mixte avec cette « inversion du monopole sexuel » des blancs bien soulignée par l’auteure.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_2
© 2014 FG

Cette présentation dûment illustrée par des documents photographiques d’époque était d’une grande qualité, riche de détails et d’informations, l’auteure affichant une grande maîtrise de sa thématique de recherche. Lors de l’échange avec le public, on apprit que 2.500 Cambodgiens furent également recrutés pour les besoins de la Grande guerre mais que ce recrutement fut limité au regard de la révolte des corvées qui se déroula en 1916 au Cambodge. Enfin, Mireille Le Van Ho souligna le rôle crucial de l’administration mandarinale avec laquelle les retours de France eurent beaucoup de mal à composer. Cette question reste évidemment à creuser car elle sous-entend qu’une fracture importante intervient (ou se creuse) précisément à ce moment dans la société vietnamienne [2].

Cette entrée en matière, relativement longue car il y avait beaucoup à dire pour dresser ce tableau effarant de l’exploitation indigène, fut suivie par une seconde communication présentée par Dominique Foulon, rédacteur en chef de la revue Carnets du Viêt Nam, sur les différentes immigrations vietnamiennes. Sa communication prit la forme d’une réflexion générale sur les vagues migratoires successives et l’action politique des groupes vietnamiens exilés ou installés en Métropole. En partant grosso-modo de l’exposition coloniale à Lyon en 1894 (avec un clin d’œil à la création du quartier le Tonkin à Villeurbanne), Dominique Foulon passa en revue les groupes de Vietnamiens qui, depuis les premières associations de 1911, donnèrent du fil à retordre aux autorités coloniales. Il rappela le rôle clé de l’avocat Phan Văn Trường (1876 – 1933) et du moderniste Phan Châu Trinh à travers la création de la Fraternité puis de l’association des patriotes annamites. Les deux hommes, arrêtés lors de ce que Trường appela lui-même « l’affaire des conspirateurs à Paris », furent constamment dans la mire de la Police politique [3].

JournéeImmigrationVietnamienne2014_5
Dominique Foulon © 2014 FG

De 1912 à 1920, Foulon expliqua avec justesse la constitution de ce que l’on appellera plus tard le groupe des « Cinq Dragons » formé de Phan Châu Trinh, Phan Văn Trường, Nguyễn Thế Truyền (1898-1969), Nguyễn An Ninh (1900 – 1943) et Nguyễn Ái Quốc (1890-1969), qui allait devenir le futur Hồ Chí Minh « une quarantaine de pseudonymes plus tard » [4]. Il insista sur l’impact de la révolution russe d’octobre 1917 et de la naissance de la Troisième internationale deux ans plus tard. Nous pûmes ainsi voyager au Congrès des peuples d’Orient à Bakou en 1920 pour revenir au Congrès de Tours qui entérina la scission de la SFIO et la création du Parti communiste français en la présence de Nguyễn Ái Quốc. Ce tournant politique qui offrait des perspectives nouvelles avec la prise en compte des colonisés (nouvelles thèses léninistes), donna naissance à l’Union intercoloniale et à son organe bien connu Le Paria, tribune des populations des colonies, largement pris en main par les Vietnamiens dans les premières années de son existence (en particulier Nguyễn Ái Quốc et Nguyễn Thế Truyền). Dominique Foulon évoqua le rôle de Trần Xuân Hồ, sergent de Tirailleurs et membre actif de l’Union intercoloniale… [5]

En 1922, apparut l’Amicale des Indochinois puis une multitude d’associations. Entre les deux guerres, on n’en comptait pas moins de 57, la plupart prenant la forme d’amicales ou d’associations professionnelles. Des journaux vietnamiens apparurent à Paris et à Marseille. De toute évidence, un réseau social d’émigrés vietnamiens se consolida en France débordant jusque dans le milieu marseillais des années 20 où l’opium était particulièrement ciblé par les groupes mafieux. Ce fut également le temps des associations soutenues et favorisées par les autorités françaises comme l’Association mutuelle des Indochinois. D’autres groupes constitués s’imposèrent comme le Parti Constitutionnaliste de Bùi Quang Chiêu ou le Parti Annamite de l’Indépendance (PAI) de 1925 créé par le révolutionnaire Nguyễn Thế Truyền.

Ce processus prit un tournant décisif à la fin des années 20 avec l’affaire du Café Turquetti (une bagarre entre indépendantistes vietnamiens et des militants d’extrême-droite) en 1929 dans laquelle apparut le nom de Đỗ Đình Thạch (alias Pierre Do Dinh) puis celui de Tạ Thu Thâu (1906-1945), le chef de l’opposition de gauche, d’obédience trotskiste qui allait être assassiné en 1945 par le Viêt-Minh [6]. En 1930, l’activisme des révolutionnaires vietnamiens en Métropole redoubla de vigueur après la répression du soulèvement général du Parti national du Viêt-Nam, le VNQDD en février de la même année. Le 22 mai, une grande manifestation se déroula devant l’Elysée pour tenter de sauver les têtes des futurs condamnés à mort de Yên Bái. Rappelons qu’ils furent guillotinés avec leur chef Nguyễn Thái Học à l’aube du 17 juin [7]. Lorsque Tạ Thu Thâu retourna en Cochinchine, le mouvement communiste légal prit une ampleur jamais égalée auparavant investissant le champ des possibles avec des candidats élus aux élections municipales de Saigon de 1933 et 1937. Mais cette démonstration de force ne résista pas d’une part, à l’implosion du mouvement communiste (staliniens contre trotskistes, très bien rappelée dans le film Công Binh de Lam Lê) et au retour de la répression tous azimuts de la Sûreté coloniale. Les mouvements communistes interdits en Indochine comme en Métropole en 1939 retournèrent à la clandestinité.

Dominique Foulon poursuivit son intervention en évoquant quelques trajectoires vietnamiennes dans la lutte antinazie comme celle de l’ONS Huỳnh Khương An, fusillé avec Guy Môquet [8]. Il poursuivit en rappelant le destin des « rapatriés d’Indochine » de 1954, ceux de Noyant d’Allier ou de Sainte Livrade, laissés pour compte de la décolonisation, et du départ définitif de la France d’Indochine. A l’appui des films documentaires de mon ami Philippe Rostan, il évoqua le sort des 4.500 enfants de mère vietnamienne et de pères inconnus « présumés français » [9]. On partit quelques temps dans les années soixante avec le flots des étudiants et des associations de soutien au régime de Saigon sur lesquelles on sait très peu de choses. A ce propos, témoin de cette époque lors de laquelle il arriva en France, le docteur Vũ Văn Huân, président de l’UGVR, rappela que l’association des étudiants pro-Saigon était très puissante. Pour mémoire, soulignons également que c’est en 1964 que fut créée l’Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris (AGEVP) et que cette association, en la personne de son ancien président Trần Văn Bá (1945-1985), allait offrir après 1975 son premier martyr à l’histoire de la résistance anticommuniste [10]. Quant aux retours après 1975, M. Vũ Văn Huân garde en mémoire que seuls deux étudiants (dont un de l’INSA) furent autorisés à rentrer au Viêt-Nam.

Dans cet exposé général et parfois décousu (selon son auteur), Dominique Foulon fit la démonstration que l’activisme politique, sociale, professionnel ou culturel des Vietnamiens était très divers et qu’en fin de compte il reste beaucoup à faire pour mieux comprendre l’évolution sociale, politique et économique de cette immigration et évaluer sa contribution au redressement du pays après 1986 (avec l’avènement du Renouveau, Đổi Mới).

JournéeImmigrationVietnamienne2014_6
Nguyen Quang Hung Anh : La grande vague post-1975 © 2014 FG

Nguyễn Quang Hùng Anh, secrétaire général de l’Union Générale des Vietnamiens du Rhône (UGVR), poursuivit sur cette question des vagues successives de Vietnamiens foulant le pied en France en se focalisant sur « la grande vague post-1975 » pour reprendre ses termes. Il associa à son propos, avec beaucoup d’émotion et ce n’était guère évident à exposer en public, son propre parcours familial, celui d’un réfugié désormais installé en France et responsable d’une organisation proche de Hanoi. Il comptabilisa au moins quatre vagues de réfugiés vietnamiens depuis la chute de Saigon ̀(voir photo ci-dessous).

La première vague toucha principalement ceux qu’il nomma « les évacués » (par les Américains) et les « privilégiés » avec deux chiffres à la clé : 5270 (France Terre d’Asile) et 7652 (OFPRA) issus d’une étude d’Eglises d’Asie. La seconde vague, la plus importante de 1978-1980 fut celle qui toucha les Hoa, Sino-Vietnamiens, ou les membres des familles liées à l’ancien régime. C’est la période de la médiatisation du phénomène des boat people et de l’intervention des French doctors (Médecins Sans Frontières puis Médecins Du Monde) pour sauver des vies en Mer de Chine. Nguyễn Quang Hùng Anh rappela à juste titre le changement de monnaie du 2 mai 1978 qui engendra une inflation galopante pendant une décennie, un facteur économique important pour expliquer le départ des citoyens rejetés de l’ancienne République, déjà socialement déclassés et appauvris par la perte de leurs biens. Parmi ces départs illégaux, la France apparaissait dans le dernier choix des réfugiés après les États-Unis, le Canada ou l’Australie. Et pour cause, la politique gaullienne neutraliste restait associée dans l’esprit de nombreux Sud-vietnamiens comme un soutien déguisé à Hanoi.

Lors de la seconde vague, se mit en place la politique des départs légaux (ODP: Orderly Departure Program) qui de 1979 à 1994 permit le regroupement familial d’environ 14.500 Vietnamiens en France (14146 selon France Terre d’Asile et 14.663 selon le Ministère de l’Intérieur). La troisième vague consécutive à la précédente vit l’arrivée en France des boat people en provenance des camps de réfugiés d’Asie du Sud-Est. Hùng Anh estime que, sur la base de 3.668 réfugiés comptabilisés en 1990, c’est sans doute entre 33.000 et 34.000 réfugiés (sans compter les rapatriés) qui ont pu rejoindre la France entre 1981 et 1990. Enfin la période 1990-1994 concernait à la fois le regroupement familial, le « tri » des réfugiés à partir de 1989 entre réfugiés politiques et économiques (Genève) et le rapatriement, parfois forcé, des réfugiés vietnamiens des camps d’Asie du Sud-Est vers leur pays d’origine. Nguyễn Quang Hùng Anh estime qu’environ 3.300 réfugiés purent s’installer en France pendant cette courte période qui vit la fermeture définitive des camps d’Asie du Sud-Est. Il évoqua pour finir la « vaguelette » de 2005 avec l’arrivée, dans un tout autre contexte, des étudiants.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_7
Nguyen Quang Hung Anh : « Les diverses vagues d’immigrés vietnamiens » © 2014 FG

Dans la seconde partie de son intervention très intéressante, il exposa son parcours personnel en tant que réfugié, un parcours jalonné de mille difficultés administratives et politiques pour s’installer en France. Issu d’une nombreuse famille de dix enfants (d’un père et de deux mères), celle-ci se trouvait séparée lors des événements qui précipitèrent la chute de Saigon. Au terme d’un départ périlleux par bateau, son père put rejoindre les Philippines puis s’établir en France avant de prendre le chemin des Etats-Unis. La famille parvint à se réunir peu à peu grâce au regroupement familial et Hùng Anh se rendit en avion à Paris en juillet 1986. Il décrivit ainsi tout un processus qui du « bas de l’échelle sociale » vietnamienne d’après-guerre le propulsa dans une situation plus enviable en France. Sans entrer dans les détails de cette destinée, somme toute semblable à celle de nombreux réfugiés à cette époque, Hùng Anh ressort aujourd’hui « apaisé » et reste attaché à cette double culture franco-vietnamienne que cultive d’ailleurs l’UGVR à travers des échanges réguliers avec la RSVN.

Son intervention a suscité beaucoup de questions notamment sur le rôle de la France, sur le choix des étudiants boursiers ou sur d’autres expériences moins traumatisantes. Nguyễn Quang Hùng Anh rappela qu’environ 3.500 étudiants vietnamiens boursiers de l’État vietnamien faisaient actuellement leurs études en France (sans compter ceux qui pouvaient venir à titre individuel soutenus financièrement par leur famille) et que 600 d’entre eux se trouvaient dans la région Rhône-Alpes. Pour la grande majorité, la France se résumait à un choix économique offrant la possibilité d’y faire des études peu onéreuses par rapport aux autres pays. Peu d’entre eux, tout compte fait, faisait le choix de la France pour des raisons culturelles ou affectives (si ce n’est une jeune vietnamien dans le public qui afficha une grande déférence à la France).

Autre question qui se pose et que j’ai pu poser à l’intervenant est la question lancinante de la réconciliation nationale après des décennies de gabegies, des destructions humaines, sociales, mentales, culturelles : comment et quand la République Socialiste du Viêt-Nam va-t-elle officiellement éteindre les flammes du passé en réintégrant dans l’histoire nationale ceux de l’autre camp, nous devrions dire ceux des autres camps, des autres possibles ? A quoi bon rester dans le déni de la brutalité de la réforme agraire des années cinquante, du drame des boat people, des exécutions politiques et de l’exclusion d’une partie de la société après 1975 ?

Ces trois interventions sur l’immigration vietnamienne furent tour à tour discutées au sein de l’audience à travers un certain nombre de questions comme celle de la représentation positive ou négative de la France dans l’imaginaire vietnamien. Chaque époque ayant des spécificités lourdes (décolonisation violente, guerre à la fois anticoloniale et civile, révolution, exil…), il apparaissait clairement que des efforts importants avaient été faits par la France pour accueillir les réfugiés post-1975. Et ce, malgré le relatif échec de garder sur le territoire français les scientifiques vietnamiens les plus en vue. L’exemple récent du scientifique Ngo Bao Chau (médaille Fields en 2010) aurait pu illustrer cette discussion.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_8
Communication du professeur Le Huu Khoa © 2014 FG

Enfin, le dernier intervenant qui dut attendre avec une grande patience son tour de parole se vit contraint par politesse au regard de la suite du programme (projection du film Công Binh dans un autre lieu) d’écourter sa communication. Il put néanmoins s’exprimer pendant environ une heure sur un sujet passionnant trop rarement présenté en conférence. Le professeur Lê Hữu Khóa auteur de nombreux ouvrages et d’une anthropologie du Viêt-Nam remarquable [11] proposa en dernière intervention une communication sous la forme d’une interrogation : doit-on parler d’une communauté vietnamienne en France ou de France ? En réalité le sous titre de son intervention était plus explicite : « Confucianisme : qualités et vertus entre codes de conduite et sens collectif ».

On quitta les grandes vagues d’immigration rappelées brièvement dans une première diapositive (voir photo ci-dessous) pour investir les champs du culturel, du cultuel et du mental. Lê Hữu Khóa offrit à une audience captivée par ses talents d’orateur et de conteur un voyage fascinant dans la mentalité vietnamienne et sa réception du confucianisme. A l’appui d’une série de mots clés vietnamiens (Trung 忠 ; Lễ 禮 ; Nghĩa 義 ; Trí 智 ; Tín 信 ; Nhân 仁 ; Công 公 ; Hộ 戶Thương 商 ; Đạo 道… [12]), il put ainsi exposer toutes les facettes du confucianisme, un confucianisme largement revisité par les Vietnamiens eux-mêmes. Il proposa un tableau vivant, illustré par des dictons et expressions populaires, des comportements sociaux, de l’habitus et des caractéristiques propres aux Vietnamiens. Il interrogea longuement la pratique du culte des ancêtres, une éthique et une pratique libre malgré ses codes, qui se retrouve dans toutes les familles vietnamiennes. Certains mots clés ont retenu l’attention de l’audience. Par exemple le concept de Nhân, « sens d’humanité » qui fait appel à la dignité humaine et que Mencius exposa dans cette formule : « Nous ne souhaitons spas supporter l’insupportable » livrée par Lê Hữu Khóa ; Công, « le sens public » et l’importance de l’éthique dans le travail ; Đoàn kết, « la cohésion, la solidarité ou l’unité » ou d’autres concept exprimant la ténacité, l’endurance, la persévérance (Nhẫn), l’auto-éducation (tu thân), l’auto-protection (thư thân) ou l’auto-promotion (tập thân)…

JournéeImmigrationVietnamienne2014_9
Le Huu Khoa : « Les différentes vagues migratoires » © 2014 FG

Ce voyage à l’intérieur de l’âme vietnamienne, introspection itinérante à travers la culture populaire et savante vietnamiennes permit de saisir les enjeux fondamentaux qui se posaient aux Vietnamiens en situation d’exil. Cette autopsie de la pensée vietnamienne fut menée avec beaucoup de recul et agrémentée d’anecdotes personnelles permettant d’illustrer les pratiques sociales évoquées. L’auteur nous fit quelques confidences en nous déclamant son grand respect pour Rimbaud, Gide, Camus, Sartre, voire même Duras comme autant d’auteur/es attachés à une quête pour la liberté et une prise de conscience de soi, de son propre état social et mental. Il interrogea avec humilité les termes complexes de « culture » (attitude/aptitude) ou d’intelligence, « être à l’aise dans différents systèmes de pensée », permettant à l’acteur une circulation mentale ouverte et réfléchie à travers plusieurs systèmes de pensée. Ce décryptage soigné de la culture confucéenne dont le culte des ancêtres constitue la colonne vertébrale se termina par le terme « Học » (xué) « apprentissage, étude », terme ô combien important pour les familles vietnamiennes. Ce 24e terme de son powerpoint et malgré tout dernier de sa discussion permit à l’anthropologue de révéler la matrice mentale des Vietnamiens en quatre expressions comme autant de phases rythmant la vie idéale du lettré : réussite scolaire, succès professionnel, ascension économique, promotion sociale. Ceci me rappela les mots d’un autre conférencier vietnamien, le professeur Bùi Xuan Quang de l’Université Nanterre Paris X, qui un jour exposa les ficelles de son métier à un groupe d’étudiants français médusé : il n’y a qu’une voie possible, tendre à « l’excellence » toujours et partout. Un devoir d’excellence donc qui marqua de nombreux autres professeurs vietnamiens que j’ai eu la chance de croiser : l’historien Nguyễn Thế Anh, le linguiste Nguyễn Phú Phong, l’ethnologue Đinh Trọng Hiếu, le sociologue Trịnh Văn Thảo, le critique littéraire Đặng Tiến, l’historienne Bùi Trân Phượng, le professeur de langue Nguyễn Khắc Thiệu et bien d’autres encore (on me pardonnera de ne citer que quelques noms). Cet exposé remarquable du professeur Lê Hữu Khóa sur les représentations mentales vietnamiennes et leurs implications dans la vie réelle, de tous les jours, rencontra l’audience chaleureuse du public qui dut néanmoins s’abstenir de poser des questions faute de temps.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_10
Le professeur Le Huu Khoa © 2014 FG

On retiendra de cette journée riche d’enseignements plusieurs grandes idées. La première concerne directement la thématique du jour : l’immigration vietnamienne. Chacun put se rendre compte et apprécier la grande diversité des vagues d’immigration et la pluralité des destins. Paysans, révolutionnaires, bourgeois, mandarins, militants communistes, nationalistes modérés ou nationalistes révolutionnaires, ouvriers, étudiants, marginaux, boursiers de l’État communiste ou de la République du Sud défunte, l’immigration vietnamienne touche au cours du XXe siècle de nombreuses catégories sociales, politiques ou religieuses. Elles forment et reflètent aujourd’hui la complexité de la société vietnamienne, ce patchwork d’identités métisses brassées par des décennies de guerre, de violences et de misères post-coloniales. Le tableau chronologique et social qui fut exposé lors de cette journée rencontre démontra tout l’intérêt qu’il y aurait à poursuivre les investigations sociologiques pour investir la question des femmes vietnamiennes, la question des mandarins de l’État colonial (qui étaient-ils ?) ou encore d’étudier avec soin le versant politique opposé, souvent oublié par les chercheurs, à l’instar de la mouvance libérale et anticommuniste incarnée par exemple par Nguyễn Ngọc Huy [13].

La seconde leçon à tirer de cette journée montre également tout l’intérêt qu’il y aurait à travailler sur les mouvements sociaux vietnamiens, nationaux et transnationaux tout au long du XXe siècle. Le syndicalisme pourrait par exemple être une efficace porte d’entrée tout comme l’histoire des grèves (et donc des entreprises) ou celle des manifestations ouvrières, paysannes des déshérités d’autrefois comme d’aujourd’hui. En clair, il reste une histoire sociale à élaborer en prenant en compte tous les aspects politiques, sociaux ou religieux des groupes constitutifs de cette nouvelle histoire. Les marges pourraient également servir de porte d’entrée, quelles soient artistiques, sociales, ethniques ou religieuses.

JournéeImmigrationVietnamienne2014_11
Le Huu Khoa : Décryptage du concept Doan ket © 2014 FG

Le troisième point qui nous a particulièrement intéressés a été soulevé par le professeur Lê Hữu Khóa. En s’exilant loin de son pays natal (pour reprendre le titre de l’ouvrage de l’ONS Thieu Van Muu), le recruté des années de la Grande Guerre, le requis de force de la Seconde Guerre mondiale, le rapatrié de 1954, le réfugié des lendemains tragiques d’une réunification bâclée de 1975, l’étudiant des Républiques d’hier et de la RSVN d’aujourd’hui, chacun a su conserver ce qui fait sa force pour s’accommoder à sa nouvelle vie : effort, sacrifice, études, étudier et encore étudier. Cette pratique vietnamienne, souvent évoquée lorsqu’il s’agit de souligner les spécificités des jeunes écoliers originaires d’Asie du Sud-Est, est aussi universelle : la vie est un stage interminable dans lequel la notion d’apprentissage reste ouverte. A ce titre, l’immigration vietnamienne, malgré sa spécificité cultuelle, n’est peut-être pas si fondamentalement différente des autres communautés étrangères aux déchirures multiples, confrontées à cette reconfiguration mentale et au désir d’ascension sociale.

Le pari risqué de cette journée aurait été de tomber dans l’écueil de la « reconnaissance à la France » ou de la « France reconnaissante » envers ses ouailles requises de force puis chaleureusement recueillis, voire du trop plein d’émotion (lié aux déchirures vietnamiennes) empêchant la réflexion. Ces deux écueils furent largement évités grâce à la qualité des quatre intervenants, aux réactions posées du public nombreux et la prise de recul nécessaire pour aborder cette thématique, devenue au fil des années, un champ de recherche pluridisciplinaire passionnant et qui mérite d’autres approfondissements.

François Guillemot, 13/10/2014, Màj du 14/10/2014.

 

Notes

[1] Le Van Ho, Mireille, Un milieu porteur de modernisation : travailleurs et tirailleurs Vietnamiens en France pendant la Première guerre mondiale, Thèse d’archiviste-paléographe, Histoire contemporaine, Ecole nationale des Chartes, 1986, 2 vol. (769 f.). Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/002776391. Cette étude a été publiée sur le titre : Des Vietnamiens dans la Grande Guerre. 50 000 recrues dans les usines françaises, Paris, Editions Vendémiaire, 2014.

[2] A ce titre, l’étude d’Emmanuel Poisson sur le mandarinat du Tonkin mériterait de connaître une suite dans le temps et dans l’espace (Annam notamment) pour mieux saisir ce qui se passe entre les administrés et les administrateurs vietnamiens. Emmanuel Poisson est l’auteur de Mandarins et subalternes au nord du Viêt-Nam. Une bureaucratie à l’épreuve, 1820-1918, Paris : Maisonneuve & Larose, 2004.

[3] Voir la réédition de ce texte : Phan Van Truong, Une Histoire de conspirateurs annamites à Paris ou la vérité sur l’Indochine, Paris, L’Insomniaque, 2003.

[4] Sur les « Cinq Dragons », on lira l’excellent article de Pierre Brocheux : « Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945 » sur le site Europe Solidaire Sans Frontières, mai 2009.

[5] Sur ce sujet, voir Mireille Le Van Ho, « Les débuts de la presse vietnamienne en France », dans Presse et mémoire: France des étrangers, France des libertés, Paris, Mémoire Génériques éditions / éditions ouvrières, 1990, pp. 69-73.

[6] Voir Dominique Foulon, « L’affaire du café Turquetti’, Carnets du Viêt Nam, n° 36, mars 2013, pp. 8-9.

[7] Voir le récit de cette exécution par Louis Roubaud, Viet-Nam, la tragédie indo-chinoise, Paris : Librairie Valois, Enquêtes, 1931. Voir sur Mémoires d’Indochine le Cablogramme de l’exécution.

[8] Sur ce sujet voir le texte d’Alain Ruscio : « Le 22 octobre, je lirai la lettre de Huynh Khuong An…« , Dien Dan Forum, 2007, article paru dans L’Humanité, 18 octobre 2007.

[9] Philippe Rostan est un réalisateur français né à Ban Mê Thuôt au Viêt-Nam. Il est l’auteur de nombreux films documentaires sur la vietnamité : Le Petit Vietnam (2007) sur les rapatriés d’Indochine ; Inconnu, présumé français (2009) et d’un portrait d’Ho Chi Minh (2008).

[10] Tran Van Ba, officiant dans un front de résistance armée, fut condamné à mort en décembre 1984 lors d’un procès médiatisé à Ho Chi Minh-Ville et exécuté en janvier 1985. Sur Tran Van Ba et l’AGEVP, voir  sur mémoires d’Indochine : Trần Văn Bá, portrait d’un résistant – par Olivier Todd [1987] et sa biographie en ligne : Tran Van Ba, 1945-1985 (site commémoratif de son frère).

[11] Le Huu Khoa, Anthropologie du Vietnam, Paris, Les Indes savantes, 2012. Cet ouvrage rassemble : L’espace mental du lien, l’espace spirituel de la vie et l’espace réflexif de l’homme en un seul volume. Le Huu Khoa est professeur d’anthropologie et de sociologie à l’Université Charles-de-Gaulle Lille 3. Il dirige le Master Asie Pacifique de cette université. Il est également Président-fondateur du GRISEA-Groupe de recherche sur l’immigration du sud-est asiatique et expert à l’Unesco.

[12] Trung – Loyauté ; Lễ – Rites ; Nghĩa – Fidélité ; Trí – Lucidité (esprit) ; Thân Tín – Confiance ; Nhân – Sens d’humanité ; Công – Sens public ; Đoàn kết – Cohésion ; Nhất Trí – Unanimité (concordance) ; Họ – Famille (lignage, réseau de parenté) ; Nhẫn – Ténacité (persévérance) ; Thương – Commerce ; Đạo – Voie ; Học – Etude, apprentissage…

[13] Voir notre article à paraître : Guillemot, François (2015), « An Intellectual through Revolution, War, and Exile. The Political Commitment of Nguyen Ngoc Huy (1924-1990) », in Nathalie Huynh Chau Nguyen (ed.), New Perceptions of the Vietnam War. Essays on the War, the South Vietnamese Experience, the Diaspora and the Continuing Impact, Jefferson (NC), McFarland, 2015.

Vietnamiens dans la Grande Guerre – entretien avec Mireille Le Van Ho

LeVanHo_DesVietnamiensDansLaGrandeGuerre[ndlr] A voir sur la chaîne YouTube (Vendémiaire éditions). Vidéo mise en ligne le 24 septembre 2014.

 

50 000 recrues dans les usines françaises

Entretien avec Mireille Le Van Ho

En 1915, alors que la France s’enlise dans la guerre, augmentant sans relâche sa production d’armement, les ouvriers manquent et le recours à l’Empire semble s’imposer : de 1916 à 1919, 50 000 Vietnamiens seront recrutés, parmi les paysans les plus pauvres du delta du Fleuve rouge. Pour ces hommes déracinés, la découverte de l’Occident sera brutale : cadences infernales, manipulation d’explosifs, travail à la chaîne, acculturation forcée… Précipité dans la guerre industrielle, ce prolétariat en formation accélérée croisera néanmoins des ouvriers organisés, découvrira la démocratie, la ville moderne et – expérience décisive – fréquentera les femmes françaises, toutes choses inimaginables dans la colonie.

Dès lors, les retours en Indochine ne se feront pas sans heurts : en échange des sacrifices consentis, beaucoup aspireront à une légitime reconnaissance et réclameront, dans le sillage du futur Ho Chi Minh, une participation effective à la vie politique de leur pays. Au plus près des sources, l’auteur explore et retrace le parcours méconnu de ces hommes qui nourriront la contestation anticolonialiste.

Lê Công Định : Ngày độc lập nào cho Việt Nam?

[ndlr] A lire sur le site de la BBC la tribune offerte à Lê Công Định, l’avocat dissident libéré de prison en février 2013. Il s’interroge sur l’indépendance proclamée par Bao Dai le 11 mars 1945 (deux jours après le coup de force japonais), indépendance qui mena le pays à l’instauration de l’Empire du Viêt-Nam et du gouvernement Tran Trong Kim au mois d’avril. Libéré de la domination française mais sous hypothèque nippone, l’Empire du Viêt-Nam ne survivra pas à l’effondrement du Japon impérial et à l’avènement du Viêt-Minh au mois d’août 1945. Malgré une existence de courte durée (cinq mois), il est intéressant de constater que le gouvernement Tran Trong Kim reste dans la mémoire nationale d’une partie de l’élite intellectuelle auréolé d’une grande crédibilité.

* * *

NoiCacTranTrongKimLe Cabinet Trần Trọng Kim (Trung Bắc Chủ Nhật, 20/5/1945)

De gauche à droite : Hoàng Xuân Hãn, Hồ Tá Khanh, Trịnh Đình Thảo, Trần Trọng Kim (caché par le micro), Vũ Ngọc Anh, Trần Văn Chương, Trần Đình Nam, Vũ Văn Hiền, Phan Anh, Nguyễn Hữu Thi.

Từ lâu tôi luôn tự hỏi phải chăng ngày 2 tháng 9 năm 1945 thật sự là ngày độc lập của nước Việt Nam mới sau gần một thế kỷ làm thuộc địa của Pháp? Trước khi trả lời câu hỏi nghiêm túc này, cần lần giở lại các trang sử hiện đại của nước nhà, để ghi nhận một số sự kiện quan trọng sau đây:

Ngày 9/3/1945, Nhật đảo chính Pháp. Tranh thủ sự ủng hộ của người Việt, cùng những nước Á châu khác đang bị Nhật chiếm đóng, Nhật trao trả độc lập cho Việt Nam.

Ngay sau đó, vào ngày 11/3/1945, vua Bảo Đại ký đạo dụ « Tuyên cáo Việt Nam độc lập », tuyên bố hủy bỏ Hòa ước Patenôtre ký với Pháp năm 1884 cùng các hiệp ước nhận bảo hộ và từ bỏ chủ quyền khác, khôi phục nền độc lập của đất nước, thống nhất Bắc Kỳ, Trung Kỳ và Nam Kỳ. Đây là thời điểm đáng lưu ý.

Ngày 7/4/1945*, vua Bảo Đại chuẩn y thành phần nội các mới, trong đó học giả Trần Trọng Kim trở thành Thủ tướng đầu tiên của một nước Việt Nam độc lập. Tháng 6/1945, chính phủ Trần Trọng Kim đặt quốc hiệu là Đế quốc Việt Nam.

EmpireOfVietnamLe pavillon national de l’Empire du Viêt-Nam (Đế quốc Việt Nam)

Đến khi Nhật đầu hàng phe Đồng minh, Thủ tướng Trần Trọng Kim vào ngày 16/8/1945 khẳng định bảo vệ nền độc lập vừa giành được. Sau đó, vào ngày 18/8/1945, vua Bảo Đại tái xác nhận nền độc lập của Việt Nam đã công bố vào ngày 11/3/1945.

Cần lưu ý, tuy là một chính quyền thực tế và chính danh từ tháng 3/1945, nhưng Đế quốc Việt Nam không đủ lực lượng quân sự để kiểm soát tình hình. Đất nước rơi vào tình trạng hỗn loạn về chính trị.

Lire la suite : BBC tieng Viet, 01/09/2014.

* Selon Tran Trong Kim, son gouvernement est formé le 17 avril 1945 et non le 7 avril (Trần Trọng Kim, Một cơn gió bụi, Sài Gòn, NXB Vĩnh Sơn, 1969, tr. 53). Voir aussi : Chinh Dao, Viet Nam Nien Bieu 1939-1975. Tap 1A 1939-1946 [Chronologie du Viêt-Nam 1939-1975. Vol. 1A 1939-1946], Houston, TX, Van Hoa, 1996, p. 216.

André Menras : ‘Battering ram’ and ‘spill-over’ - a chronology of the Chinese annexation of the Paracels

Conférence internationale de Đà Nẵng

« Hoàng Sa Trường Sa: sự thật lịch sử »

19-20 et 21 juin 2014

*

‘Battering ram’ and ‘spill-over’

a chronology of the Chinese annexation of the Paracels, a strategic base for control of the South-East Asia Sea

by André Menras

AndréMenras2011
André Menras Ho Cuong Quyet
© 2011 AFP Hoang Dinh Nam

 

Introduction:

We cannot understand the current situation if we restrict ourselves to a few recent events without taking the risk of viewing current confrontations as an expression of territorial ‘disputes’ where there would be little to choose between the parties in the confusion of responsibility and legitimacy. Pontius Pilate-like neutrality of this kind would exclude any possibility of a fair settlement without which there could be no actual or enduring peace. A chronological study of the key historical moments is absolutely essential, if not sufficient, to identify the sources of the conflict and their current expression in order to weigh them up more effectively to reach a settlement.

Throughout this talk I will not be using the term ‘the South China Sea’, because this term invented by colonial cartographers, from the 1960s onwards, and used in the majority of atlases, has, whether innocently or not, negative connotations in terms of sovereignty. Indeed, as demonstrated by going from ‘South China Sea’ to ‘South Chinese Sea’, a simple change in wording dispossesses bordering countries of this vital maritime area in favour of the Empire. This Mediterranean of South East Asia is not historically or legally, or in ancestral traditions, an exclusively Chinese lake. It is the common property of the countries which border it and the international community which increasingly uses it.

The pre-colonial period

Towards undisputed sovereignty

  • 1702 → The first Hoàng Sà brigade: 70 men from An Vĩnh.(Nguyễn Lords)
  • 1816→ The Emperor  Gia Long : Declaration of the Sovereign Rights of the An nam Empire over Hoàng Sa ( Cát Vàng)
  • 1833 to 1836→ Minh Mang orders: construction of a temple and sovereignty memorial stone, mapping, and the planting of trees
  • 1867→ Thủ Đức awards the title of ‘Hero’ to the sailors sent to Hoàng Sa and who perished during their voyage.

These coherent State acts by the Kingdom of An Nam fully justify the right to sovereignty. 

First colonial period up to the start of the 20th century:

China’s acts which acknowledge Vietnamese sovereignty over  the Paracels

  • 1884: The Treaty of Huế (article 15): “France undertakes to guarantee henceforth the integrity of the realms of His Majesty the King of An Nam ». The Paracel archipelago is one of these realms.
  • 1884: Chinese map of the ‘unified empire’ whose southern border extends only as far as Hai Nan. It does not therefore include the Paracels.
  • 1885: The Franco-Chinese Treaty of Tientsin:  China withdraws any claim to sovereignty over Vietnam and therefore the Paracels.
  • 1906: According to the  » Zhong guó Dìhixué jiao ke shu « , the official school geography textbook, the southernmost point in the country is 18° 13′ latitude north i.e. the south of Hai Nan Island.  The Paracels are therefore not part of the Empire.

First colonial period up to 1945

The beginning of Chinese ambitions:

  • 1909: 24-hour landing of Admiral Li Zhun on Phú Lâm (Pattle) Island under the orders of the Governor of Guangdong and Guangxi.
  • 1921: The Provincial Governor of Canton announces that he wishes to annex the archipelago and annex it to Hainan.
  • 1925: The General Governor of Indochina reaffirms that the archipelagos are An nam lands under French protectorate.
  • 1925-1936: Series of articles by Henri Cucherousset in ‘L’éveil économique de l’Indochine’ (The Economic Awakening of Indochina)
  • 1931-1932: China allows private individuals to collect guano on the archipelago. France objects.
  • 1937- 1939: Detachment of colonial guards on Pattle to build a lighthouse, a weather station, a radio station, and erect a memorial: » The French Republic – Kingdom of Annam – Archipelago of the Paracel Islands -1816- Pattle Island 1938″.

Second colonial period up to 1954

Chinese ambitions become burgeoning claims to sovereignty.

  • 1945: Potsdam Conference – Nationalist China is given the mission of disarming Japan north of the 16th parallel.
  • 1947: Chiang Kaï Chek’s troops land on the eastern Paracel islands. France sends a military detachment which establishes a garrison on Pattle. France suggests international arbitration, which China refuses.
  • 1947: appearance of the first U-shape line with 11 dashes of the S-E Asia Sea.  
  • 1950: China evacuates its garrison on Woody Island. Control of the archipelagos is officially handed over to Bảo Đại.
  • 1951: San Francisco conference. The Paracels and Spratleys are not attributed to any country. The Soviet Union suggests Mao’s China: rejected with a crushing majority. Bảo Đại’s Foreign Minister reaffirms Vietnamese sovereignty. France is silent on the matter.
  • 1954: The Geneva Accords: all the islands are now administered by the SRV (south of the 17th parallel). No Chinese protests during the negotiations.

After Geneva up to the departure of the USA…

The violence of the « fait accompli ».

  • 1956: French retreat and relief by SRV troops on Pattle and the Crescent Group. PRC troops land discretely on the eastern side ( the Amphitrite Group ). This time they will stay.
  • 1958: Diplomatic memo from Phạm Văn Đồng  who ‘notes and approves’ a PRC declaration which sets the boundaries of China’s territorial waters at 12 nautical miles. Peking uses this to support its claims to sovereignty over the archipelagos.
  • 1974: The Chinese navy takes the entire archipelago by force. 64 Vietnamese die. The nearby US Seventh Fleet, do not come to the rescue when asked. The Republic of Vietnam’s observer at the U.N asks for the situation to be considered by the Security Council. Without success. No support is forthcoming from the USA or France.

After 1974 until 2009

China secures  the Hoàng Sa base. Legitimisation. New shows of strength.

  • 10 December 1982: Montego Bay Convention on the Law of the Sea signed and ratified by China and Vietnam will come into force in 1994: « art. 89: no state may validly purport to subject any part of the high seas to its sovereignty’.
  • March 1988: violent battle on Gac Ma (Johnson South Reef). 74 vietnamese killed.
  • 1992: Peking grants the US company Crestone Energy a concession for petrol exploration in Vietnam’s EEZ.
  • 1989 to 1995 occupation of additional reefs and small islands including that of Panganaban reef.( Mischief reef) (The Philippines’ EEZ).
  • 2002: Declaration Of Conduct (D.O.C), « gentlemen’s agreement ». Between China and the ASEAN states. Start of a Chinese campaign of threats and bullying to dissuade foreign companies from cooperating with Vietnam and the  Philippines in these countries’ EEZs…
  • 2007: Chinese law establishes the town of “Tam Sa” attached to Hainan and based in Phú Lâm (Paracels).

From 2009 onwards: consolidation, legitimization, the escalating crisis accelerates, new shows of strength

2009

  • March: the USNS « Impeccable »: path blocked by Chinese naval vessels
  • April: Quingdao: demonstration of the military power of the navy
  • May: – diplomatic memo to the Secretary General of the UN, in reaction to the submission on Vietnam’s sovereignty and the joint submission by this country and Malyasia, which deemed these submissions as ‘illegal and invalid’. China reaffirms its sovereignty based on its famous ‘9-dotted line’, without any historic or legal basis, covering 80% of the maritime zone and all the archipelagos.
  • From 16 May to 1 August: unilateral ban on fishing in the zone claimed by Peking; – setting up of a special department attached to Foreign Affairs to ‘manage questions related to maritime sovereignty’.
  • October: ASEAN summit : Refusal to consider differences over the SE Asia Sea in multi-party talks.
  • December:  ‘To Develop tourism on a large scale’ in the U-shaped zone, the Chinese National Assembly adopts the law to protect and develop the islands.

2011

  • May:  aggression against the ‘Bình minh 02′, a seismic exploration vessel belonging to the Pétrovietnam company,  from Chinese vessels in Vietnam’s EEZ. Goal: to make the EEZ a disputed zone…
  • September: aggression against the ‘Viking II’ from the same company in Vietnam’s EEZ.

2012

  • April: ASEAN summit – China pressures Cambodia, then President, to prevent a joint communiqué concerning a declaration of conduct with legal force (DOC) in the SE Asia Sea.
  • April-May:  Scarborough shoal (Spratleys) : 3-week confrontation with the Philippines within Manila’s EEZ.
  • July: China elects the ‘President of Tam Sa’. Installation of a 3G satellite communications centre on Phú Lâm.
  • August: 23,000 Chinese fishing boats leave Quang Dong and Hainan to fish in the SE Asia Sea – PLA division-sized military unit established in Phú Lâm for the ‘defence zone of “Tam Sa” as an ‘instrument for governing the sea’.

2013

  • June: publication of the book: ‘The city of Tam Sa, China: its history, resources, and role in national defence’.
  • November: ‘Air Defence Identification Zone’ (ADIZ) decreed by China above the East China Sea. Japan and the 10 countries in ASEAN declare that they agree to “cooperate more in order to ensure the freedom of flight and the security of civil aviation… »

2014

  • January: Decree from the Hainan province requiring authorisation from any ‘foreign’ fishing boat active in the ‘U-shaped line’ under penalty of large fines and sanctions which could result in their boat being confiscated and having to appear before a Chinese court.
  • May:  Installation of a huge  oil platform (HD981)  inside Vietnam’s EEZ, 119 nautical miles from the Lý Sơn baseline. The goal – to turn Vietnam’s EEZ into a disputed zone.

The key elements of Peking’s expansionist strategy

  • 1°)  In the expansionist process, ‘going out’ towards the south, Peking began with the closest point: the Paracels archipelago.
  • 2°) From this secure base, Peking begins to take steps towards establishing new bases inside the EEZ of bordering nations which China wants to turn into ‘disputed zones’ with a ‘battering ram’.
  • 3°) China has always taken advantage of the ‘emptiness’ following the departure of other powers (1956, 1974, 1988 and currently) by following a strategy  of threats, military violence and fait accompli.
  • 4°) China has only ever signed international or regional agreements so that it can then violate them. However, China is a signatory of the Charter of the United Nations ‘art. 2.4: ‘All Members shall refrain in their international relations from the threat or use of force against the territorial integrity or political independence of any state…’
  • 5°) A diplomatic strategy of division, refusal to participate in multi-party negotiations, refusal of international arbitration. A strategy supported by a policy of economic incentives and reprisals.

The international community’s responsibilities and debt

  • The French colonial state in a certain way helped An nam to free itself of Chinese influence and retain a large part of its territorial integrity. From another angle, it sometimes forgot and even betrayed the ‘protected’ country for its own short-term interests. The hesitation and wavering fuelled China’s ambitions:
  • « The Paracels could constitute a bargaining chip or be used as compensation as concessions from us on other issues » (Letter dated 20 March 1930 from P. Pasquier Governor General of Indochina to the Minister of Colonies.)
  • Silence from France at the San Francisco Conference in 1951 and after the Chinese invasion of the Paracels in 1974.
  • The Nixon-Kissinger US administration: inaction when the Chinese attacked in 1974. Silence from the nearby 7th fleet.
  • « The USA’s position is not to support Vietnam’s claims to sovereignty over the islands. »  Henry Kissinger. (Foreign relations of the United states 1969-1976; Volume XVIII, China 197361976; Document 66).
  • Neutrality is a fight for the law and justice. This was the lesson of Munich.

The fishermen of Central Vietnam – victims of Chinese aggression

  • A very limited chronology of aggressions (between 2002 and 2013)
  • Around 2000 fishermen victims around and off the coast of the Hoàng Sa archipelago.
  • Approximate total Attacks: several hundred.
  • Fishermen who have been killed or who have ‘disappeared’: 30
  • Fishermen who have been rammed and just saved: 120.
  • Sunk or confiscated fishing boats: approx. 30.
  • Fishermen kidnapped for a ransom in Phú Lâm (for between a few days and a month and a half): approx. 500.
  • Ransoms: around $5000 – 8000 per fishing boat: Amount unknown.
  • Fishing gear systematically destroyed or confiscated: Amount unknown.
  • Fish catches systematically confiscated: Amount unknown.

Don’t Human Rights apply at sea?

Terrorism and human tragedy.

  • Mrs Nguyễn Thị Hào (Bình Châu village, Quảng Ngãi).
  • « I lost my husband and my son when they were fishing in Hoàng Sa in 2008. They disappeared near Bombay  island along with 7 of their fellows. Nine people in all. »
  • Mrs Trương Thị Nhi ( Bình Châu ):“They shot him and killed him. »
  • Mr Nguyễn Thành Đồng ( Bình Châu):“In this region, when a woman loses her husband, the family loses everything »
  • Mr Tiêu Viết Là ( Bình Châu ):“Three of them hit me. I’ve been hurt since and can’t go out to sea. My fishing boat has been confiscated and I have to pay a ransom. I’ve lost everything”.
  • Mr Nguyễn Đặc ( Lý Sơn):“Having just what you need to eat or enjoy prosperity depends on Hoàng Sa ».

 

Conclusion: Compensation?

In April 2014 the Maritime Affairs Tribunal in Shanghai ordered the confiscation of a Japanese shipment to compensate for a war debt dating back to 1936: thirty million dollars for two confiscated boats. The Japanese paid.

How many tens of billions of dollars does China owe Vietnam for forcibly borrowing the Paracels for 40 years, for the lack of economic gains that this represents, for the families of Vietnamese soldiers killed during the annexation of the archipelago, for the thousands of mistreated fishermen who were banned from fishing for decades, for the dozens of fishermen killed, for the dozens of fishing boats sunk and confiscated, and for the hundreds of ransoms paid out? If the damages of this monumental hold-up and its consequences were only measured in terms of money, then the compensation would at least boost Vietnam’s economy for years and get thousands of families, who are still victims of these crimes, out of poverty.

For the Chinese leaders, the only way to get out of this tragedy positively is the opposite of the approach they have chosen to impose: all acts of aggression and incursion need to stop immediately in the maritime and island zone under Vietnamese sovereignty and measures taken to give to Caesar what belongs to Caesar i.e. return Hoàng Sa to Vietnam. Any other approach can only be short-lived and lead China into a painful impasse and peace with it.

Some resources on the fishermen

Video: « Hoàng Sa Vietnam : painfull loss, la meurtrissure » (posted on YouTube)

André Menras : Chronologie non exhaustive des agressions chinoises sur les pêcheurs du Centre Vietnam (2002-2014)

Chronologie non exhaustive  des agressions chinoises de 2002 à juin 2014 sur les pêcheurs du Centre Vietnam

par André Menras

Menras_PêcheursVN_3
Offrandes du pêcheur © 2014 Menras

Note liminaire : La plupart des informations concernant les agressions sur les pêcheurs sont de sources très officielles : Rapports du poste 328 des gardes-frontière et du Comité populaire de district de Ly Son. (Photocopies à disposition) Certaines informations proviennent aussi de journaux officiels vietnamiens (Tuoi Tre, Thanh Nien, Vietnam net, Phap luat, Dan tri, Saigon Tiep Thi, Lao Dong, de la BBC…). Ces statistiques sont cependant très incomplètes car ces informations, jugées « sensibles » sont difficiles à obtenir de la part des autorités vietnamiennes et les pêcheurs n’ont pas la liberté, les moyens matériels et l’organisation pour les communiquer par eux-mêmes. (Année 2008 par exemple.)

De 2002 à 2014, environ 2000 pêcheurs du Centre Vietnam ont été victimes des agressions chinoises autour et au large de l’archipel Hoàng Sa (Paracels). Certains y ont laissé la vie, d’autres tous leurs biens, leur santé, leur avenir et peut-être celui de leurs enfants.

Voici des dates et faits qui parlent d’eux-mêmes, avec quelques jalons qui marquent l’environnement politique au moment des faits.

2002

  • 2002 : 1 chalutier capturé et 16 hommes ; amende 80000 yuans.

2003

  • 2003 : 5 chalutiers capturés et 57 hommes ; confiscation pêche, équipements ; amendes selon : de 10000 dollars, 70000 yuans, 50000 yuans.

2004

  • 2004 : 6 chalutiers capturés et 76 hommes ; confiscation pêche et équipements ; amendes 30 millions de VND.

2005

  • 08/01/: Chalutier vietnamien agressé par les gardes-pêche chinois à l’ouest de la zone de démarcation du golfe du Tonkin (côté commun). Huit pêcheurs tués, deux blessés et 4 arrêtés.
  • Du 20/01/ au 04/03/2005 : 14 chalutiers capturés et 162 pêcheurs ; confisqué pêche et équipements. Montant des amendes  amende de 20 millions VND à 150 Millions de VND (1066 €).
  • Du 22/04 au 14/07/2005 : amende de 70000 yuans (8157 €).
  • Détention de M.Lê Văn Phước (14/07) et M. Mai Phụng Lưu (même date).

2006

  • 2006 : 11 chalutiers capturés et 133 hommes ; confiscation pêche, équipements ; amendes de 10 à 150 millions VND. Les «  contrevenants » sont pris en photo et filmés. 1 chalutier coulé (M.Dương Thọ, village An Hải). Son propriétaire est détenu le 23/10.

2007

  • 2007 : 3 chalutiers capturés et 110 hommes ; confiscation pêche, matériel ; amende de 70 à 250 Millions de VND. 1 chalutier confisqué : M. Mai Phụng Lưu, village An Hải, à nouveau emprisonné le 21/01.

2008

  • 2008 : année pauvre en information d’agressions de la part de la Chine envers les pêcheurs vietnamiens. Mais Pékin a une façade de paix à préserver pour la réussite des J.O. et les dirigeants vietnamiens jouent le jeu avec zèle en verrouillant soigneusement les informations.
  • 29/04 et 30/04 2008 : anniversaire de l’indépendance du Vietnam réunifié : accueil de la flamme olympique chinoise à Hồ Chí Minh Ville et à Hà Nội et arrestation de manifestants contre les agressions de Pékin sur les archipels de Hoàng Sa et Trường Sa.
  • 19/05 /2008 : Le Chalutier de M. Nguyễn Thanh Thu, village de Bình Châu a été éperonné et coulé au large de Hoàng Sa. Les 24 hommes d’équipage ont pu être sauvés par un chalutier voisin.
  • 07/2008 : la Chine reconnaît officiellement qu’elle a exigé de la compagnie américaine Exxon Mobil de cesser l’exploitation du pétrole en coopération avec le Vietnam. L’absence de réaction vigoureuse du côté vietnamien a poussé Exxon à obtempérer.
  • 15/07/2008 : Le chalutier de M. Đặng Nam, village de Nghĩa An (Phú Yên) est éperonné et coulé de nuit. Sauvés par un chalutier de passage. 7 des neuf pêcheurs gravement blessés.

2009

  • 15/01/2009 : éperonnage nocturne d’un chalutier originaire de Phú Yên : 9 disparus.
  • 08/03/2009 : Cinq bâtiments chinois font barrage au navire américain non armé de « surveillance des mers », l’USNS Impeccable, dans les eaux internationales à 75 miles nautiques au sud de Hai Nan. La Chine demande aux Américains de cesser ces « actions de surveillance illégales » dans sa zone économique exclusive.
  • 19/05/2009 : éperonnage chalutier de Bình Châu : coulé. 26 hommes sauvés par chalutier ami.
  • 16/06/2009 : capture dans les eaux de Hoàng Sa de 12 pêcheurs de An Hải ; libérés 2 mois après. (Pêcheurs Nguyễn Chí Thành et Dương Văn Tân perdu 1 milliard de dongs (35539 €).
  • 07/07/2009 : 3 chalutiers capturés à Hoàng Sa avec 37 hommes. 2 chalutiers confisqués ; amende 210000 yuans. 25 hommes sur les 37 sont renvoyés sur un seul bateau.
  • 15/07/2009 : 1 chalutier de Quảng Ngãi éperonné et coulé à Hoàng Sa avec 9 hommes à bord.
  • 01/08/2009 : 13 pêcheurs capturés et libérés10 jours plus tard contre rançon.
  • 28/09/2009 : 16 chalutiers surpris par typhon N°9 avec 200 hommes (île de Trụ Cầu, archipel Hoàng Sa). Tirs chinois leur interdisant l’accès au port pendant la tempête ; capturés ensuite, pillés, tabassés.
  • 12/12/2009 : 3 chalutiers capturés à Hoàng Sa. 2 chalutiers confisqués. 43 hommes renvoyés sur un seul bateau.

2010

  • 05/02/2010 : Le commandement des gardes-frontière de Đà Nẵng (Centre Vietnam) déclare la présence de deux flottilles de chalutiers chinois avec au total 130 embarcations en action de pêche à 45 miles nautiques des côtes des provinces de Quảng Tri , Thưa Thiên Huế, jusqu’à Đà Nẵng. La police des mers vietnamienne déclare les avoir repoussé.
  • 03/03 /2010 : 7 pêcheurs province de Quảng Bình disparus en mer.
  • 09/03/2010 : Chalutier QNg-96516 de M. Dương Thanh Phú, originaire de Ly Son a été éperonné et coulé en action de pêche à Hoàng Sa. Ses 17 membres d’équipage ont été secourus in extremis par un chalutier qui pêchait dans les parages.
  • 30/03/2010 : M. Nguyễn Minh Triết, Président de la République Socialiste du Viêt Nam en visite dans la petite île de Bạch Long Vĩ, à 70 miles nautiques au large de Hải Phòng : « Concernant les frontières terrestres et maritimes, nous avons toujours privilégié la paix et l’amitié entre nos deux peuples et les peuples voisins… Avec la paix et l’amitié, le peuple peut avoir une existence stable. Ceci a toujours été la bonne volonté de notre peuple tout au long des milliers d’années d’édification et de préservation de notre pays. Sur la base de la négociation, des échanges et de la persuasion… Ne laisser aucun agresseur empiéter sur nos rivages, notre espace maritime et insulaire : ceci est la volonté juste, ferme et immuable du Parti et de l’Etat. Nous ne convoitons rien qui appartienne à autrui mais nous ne cèderons pas un seul pouce de notre terre natale. »
  • 30/04/2010 : jour anniversaire de l’indépendance du Viet Nam réunifié, l’agence Chine Nouvelle annonce la signature d’un contrat de coopération pour l’exploitation du pétrole entre la compagnie chinoise COSL et la société américaine Devon Energy.
  • 12/06 /2010 : le chalutier QNg- 96193 de M.Võ Xuân Tiến, du village An Hải, île de Lý Sơn (Quảng Ngãi) a été éperonné et coulé dans la nuit pendant le sommeil de ses 18 membres d’équipage à 30 miles nautiques de la ville de Qui Nhơn.
  • Du 10 au 22/06/2010 : La Chine ayant déclaré unilatéralement l’interdiction de pêcher, la marine de guerre chinoise chasse 31 chalutiers vietnamiens en action de pêche dans l’espace maritime sous souveraineté vietnamienne dans le golfe du Tonkin.
  • 04/05/2010: Dans les parages de Hoàng Sa, la marine de guerre chinoise prend en chasse 3 chalutiers vietnamiens (2 originaires de Bình Châu et 1 de Lý Sơn).
  • Un chalutier a été capturé avec 11 pêcheurs. Ils ont été détenus à Hoàng Sa dans l’île de Phú Lâm et libérés contre rançon de 70000 yuans.
  • Du 05/05 au 16/05/2010 : Selon le rapport des garde-frontière de Quảng Ngãi et plusieurs témoignages de pêcheurs, des flottilles de dizaines de chalutiers chinois sont signalées à seulement 40 miles nautiques de l’île vietnamienne de Lý Sơn.
  • 07/05/2010 : Les bâtiments HQ 261 et HQ 263 de la marine de guerre vietnamienne appareillent du port de Đà Nẵng pour des manœuvres communes avec des bâtiments de la Marine de Libération Populaire chinoise… Ils passent au large de l’archipel de Hoàng Sa sous souveraineté vietnamienne, occupé par la Chine et où sont détenus des pêcheurs vietnamiens en attente de paiement de rançon…
  • 15/05/2010 : libération des 11 pêcheurs détenus et libérés 10 jours après contre 8000 euros. Instruments de navigation, vivres, prises de pêche, centaines de litres de carburant ont été confisqués.
  • Début 06/2010 : Le général Phùng Quang Thanh, ministre de la défense du Vietnam déclare : « La mer de l’Est est tranquille, je dirige l’armée jour après jour, heure après heure. J’ai la situation en main de façon tout à fait naturelle. Les activités économiques y sont normales. Le transport maritime est normal. Les travaux de la mer se déroulent normalement… Nos médias doivent se garder de laisser d’autres pays utiliser la question de la Mer de l’Est pour diviser les relations entre le Vietnam et la Chine, diviser le Parti, diviser l’Etat et notre peuple. »
  • 12/06/2010 : Un chalutier de Lý Sơn est éperonné et coulé en pleine nuit à 40 miles de la côte du Centre Vietnam. Les 18 hommes de l’équipage de M. Võ Xuân Tiền sont sauvés in extremis après 7 heures de dérive, par un chalutier ami.
  • 03/12/2010 : La frégate lance–missiles Xiangfan de la marine chinoise arrive à Đà Nẵng pour une visite amicale après sa participation à une patrouille commune sino-vietnamienne.

2011

  • 12/01/2011 ; 6 pêcheurs de l’équipage Le Minh Tan « disparaissent » corps et biens par temps calme dans les parages de l’îlot Bombay, archipel d’Hoàng Sa, occupé par les Chinois, « triangle des Bermudes » des pêcheurs vietnamiens.
  • 03/03/2011 : La marine philippine appuyée par 2 avions de combat fait face aux patrouilleurs chinois escortant un navire sondeur dans la zone de Reed Bank, à 200 kms de l’île de Palawan, près du point d’exploitation pétrolière Malampaya. Les bâtiments chinois quittent la zone.
  • 26/05/2011 : Trois navires chinois  sectionnent les câbles de sondage sismique du navire de prospection vietnamien Bình Minh 02 à 120 miles marins du Cap de Đại Lanh (province de Phú Yên), en pleine Zone économique exclusive du Vietnam et à 340 miles marins des côtes chinoises de Hai Nan.
  • 31/05/2011 : Tirs de la marine de guerre chinoise sur 4 chalutiers de la ville de Tuy Hòa (province de Phú Yên) en action de pêche sur le plateau continental du Vietnam.
  • 05/06/2011 : Manifestation populaire de rue à Ho Chi Minh-ville  (HCMV) et Hà Nội contre les agressions chinoises. C’est la première d’une série de 11 qui se renouvellent de façon hebdomadaire jusqu’au 21/08/2011. Arrestations musclées et emprisonnements.
  • 09/06/2011 : Un « navire de pêche » chinois escorté par deux navires  de surveillance des pêches chinois  percute volontairement et sectionne les câbles d’exploration du navire Viking II de la compagnie Petro Vietnam à l’intérieur de la zone économique exclusive du Vietnam.
  • 14/07/2011 : équipage Lê Văn Cương, 13 hommes, attaqués par «  bateau blanc à coque d’acier » (patrouilleur marine de guerre chinoise) dans les parages de Đá Loi (Hoàng Sa) occupé par les Chinois. Destruction cabine, instruments de navigation, eau potable et jerricans diesel, instruments de pêche, confiscation de la pêche.
  • 17/07/2011 : manifestations réprimées à Ha Noi et HCM-ville. Arrestations, interrogatoires, violences policières. Nombreuses lettres ouvertes adressées aux autorités vietnamiennes directement et par le web. Pas de réponses. Pétitions et déclarations signées par des centaines de citoyens circulent sur le web.
  • Entre 19/07 et 22/07/2011 : un navire de guerre chinois a sommé un bâtiment indien l’Airavat  en visite au Vietnam de s’identifier et d’expliquer sa présence Mer d’Asie du Sud-est, à 45 miles nautiques au large des côtes vietnamiennes. Pas de protestation des dirigeants vietnamiens.
  • 04/08/2011 : La chaîne de télévision nationale VTV1 consacre 15 minutes du journal du soir pour calomnier les manifestants et les pages internet « réactionnaires ». Très nombreuses lettres de protestation de la part d’intellectuels célèbres et respectés qui se trouvaient parmi les manifestants.
  • 14/08/2011 : Chalutier de M. Trần Hiền (Lý Sơn) capturé à Hoang sa avec 10 hommes d’équipage. Les militaires chinois ont cofisqué les prises de pêche, les équipements de navigation et de plongée avant de menacer les pêcheurs, établir un dossier sur chacun, et de les laisser repartir. Le rapport du17/06/2011 du commandement des gardes-côtes de Quảng Ngãi stipule que depuis le début du mois, 4 autres chalutiers de la province ont été capturés et pillés par la marine chinoise.(MM. Phạm Hà, (Bình Châu), Huỳnh Công Nhiệm (An Hải – Lý Sơn), Lê Vinh (An Vĩnh), Võ Đào (Bình Châu).
  • 18/08/2011 : équipage Nguyen Van Thanh, 7 hommes, capturés, confiscation de l’ancre, de la pêche, plus de 100 millions de VND (3 553€) de dégâts et pertes ; libérés le 24/08 contre 6 250  US dollars payés par les familles à un intermédiaire au Vietnam même !
  • 21/08/2011 : Manifestation interdite par décret, non signé et illégal, émanant du Comité Populaire de la ville de Ha Noi. Grand déploiement policier, nouvelles arrestations, présence de char dans la rue.
  • 29/08/2011 : Réunion à Pékin : Conversations stratégiques Défense-Sécurité sino–vietnamiennes (deuxième réunion). Le général Nguyễn Chí Vịnh, vice ministre de la Défense et chef de la délégation vietnamienne, se déclare décidé à « accroître les échanges, la coopération, la coordination des forces navales, des gardes-côtes, des forces armées des deux pays aux frontières… ». Mr Nguyễn Chí Vịnh annonce à cette occasion la « ferme décision de régler la question des rassemblements et manifestations au Vietnam afin qu’elles ne se reproduisent plus »… « La réalité est que la Chine s’est engagée à ne pas s’emparer de la terre et de la mer du Vietnam et que le Vietnam ne cèdera jamais hors de tout principe, sur la question de souveraineté. Le Vietnam ne s’appuiera sur aucun autre pays pour s’opposer à la Chine… ». «… Les forces ennemies s’appuient sur deux arguments factices pour saboter nos bonnes relations : Premièrement, le Vietnam s’appuie sur les USA pour s’opposer à la Chine. Deuxièmement, le Vietnam cède devant la Chine qui s’empare de ses terres et de son espace maritime. Ce sont là des arguties défavorables au Parti et à l’Etat du Vietnam ainsi qu’aux relations sino-vietnamiennes… »
  • 09/09/2011 : la marine chinoise et la société de téléphonie « China Mobile » inaugurent un chantier d’édification de 8 bases de téléphonie mobile et 3 postes de communication satellite dans les îlots occupés des Spratleys.
  • 10/09/2011 : l’Agence Chine Nouvelle annonce le départ d’un nouveau bâtiment de Hai Nan pour Trường Sa (Spratleys) afin d’« aider à l’exploitation piscicole dans la période à venir ». Actuellement la Chine compte jusqu’à 500 navires de pêche en activité permanente dans la zone.
  • 23/09/2011 : Répondant à l’AFP, un leader de la compagnie pétrolière indienne ONGC Videsh Ltd déclare que sa compagnie « effectuera les forages d’exploration dans la zone choisie selon un calendrier conforme aux exigences techniques ». Cette déclaration fait suite à celle faite la veille par le porte -parole du Ministère des Affaires Etrangères chinois selon laquelle : « Toutes les activités d’exploitation de pétrole et de gaz de la part de sociétés étrangères sans autorisation des autorités chinoises sont illégales et sans valeur ». Le journal chinois « Global times » qualifie de « provocation politique » de la part du Vietnam cette invitation de coopération à la compagnie indienne.
  • 24/09/2011 : Mr Trương Văn Đức et Mr Trương Tài en action de pêche avec deux chalutiers originaires de Binh Chau et Ly Son dans la zone de Hoang Sa sont surpris par la tempête. Lorsqu’ils cherchent abri dans l’île de Trụ  Cẩu, ils essuient le feu des militaires chinois et sont pris en chasse 4 heures durant par leur marine de guerre. Tirs sur les chalutiers, heurts sur la coque, cabine brûlées par jet d’engins incendiaires, bombardement par canon à eau à bout portant.(rapport des garde-côtes de Sa Kỳ).
  • 24/09/2011: L’association des paysans de la ville de Đà Nẵng annonce au journal Lao Động qu’au cours du mois dernier, au moins 5 chalutiers de 350 CV ont été vendus. Coût d’un de ces chalutiers : 2 milliards de VN dongs (environ 67000 euros). Chaque bateau fait vivre une centaine de personnes (sur terre et en mer). Le journal commente : « Ce phénomène traduit les difficultés pour les pêcheurs (du Centre Vietnam) de coller à la mer. Ils l’abandonnent… Pour le seul district de Thanh Khê (port de Đà Nẵng) sur les 124 bateaux au-dessus de 90CV qui vont pêcher au large, 60 ont déjà été vendus pour rejoindre d’autres provinces ». Dans le même temps, les chalutiers chinois se concentrent de plus en plus près des côtes du Centre Vietnam.

2012

  • 3/1/2012: Chalutier QNg 66101 agressé, 21 pêcheurs malmenés
  • Chalutier QNg66074 confisqué.
  • 11/01/2012: Deux pêcheurs chinois à bord du navire Guifang 21558 qui dérivaient en raison d’une panne de moteur ont été secourus par des pêcheurs vietnamiens et ont été remorqués vers la ville de Hà Long avant d’être rapatriés en Chine.
  • 22/01/2012: Chalutier GNg 90576TS confisqué.
  • A 5 heures du matin, le chalutier QNg-90281 avec à son bord 11 pêcheurs du hameau Châu Thuận, village de Bình Châu, district de Bình Sơn a regagné le continent après avoir subi l’assaut d’un bâtiment « étranger ». Selon le patron du chalutier, M. Đặng Tằm, l’incident s’est produit à 15h le 22/02. A ce moment-là, les 11 pêcheurs de ce chalutier pêchaient dans la zone de Hoàng Sa appartenant au Vietnam lorsqu’ils ont soudainement été pris en chasse, abordés et harcelés par un navire militaire « étranger ». La marine chinoise contrôle totalement cette zone. « Les militaires ont utilisé leurs fusils pour nous pousser dans la cabine de pilotage. Ils ont utilisé des canons à eau de forte taille pour nous rassembler vers la proue, nous ont bandé les yeux et tabassé certains d’entre nous. J’estime à 500 millions de dongs les dégâts causés au chalutier. » Matériel de pêche détruit ou pillé. Tirs de balles incendiaires sur la cabine et sur la coque. M. Tằm et ses dix hommes d’équipage ont été emprisonnés à Phú Lâm. C’est la deuxième fois en 2 ans. La première en mai 2010 : 70000 yuan de rançon pour sa libération et confiscation de tout son matériel, y compris le moteur.
  • 3/03/2012 : Deux chalutiers originaires d’An Hai, île de Ly Son, capturés par les Chinois à Hoang Sa. Celui de M. Trần Hiền (QNg-66074TS) et de M. Lê Vinh (QNg 66101 TS). Refusant de payer la rançon à l’invite des autotités vietnamiennes, les 21 hommes ont été détenus 49 jours sur l’ïle de Phu Lam, dans des conditions carcérales extrêmes. Ils sont rentrés à Ly Son sur le même chalutier le 22 avril. Le chalutier de M. Lê Vinh a été confisqué.
  • 30/3/2012: 2 nouvelles agressions, pas de détails précis.
  • 16/05/2012: Le chalutier QNg-50003 TS de M. Nguyễn Thành Nhất, hameau Châu Thuận, village de Bình Châu, district de Bình Sơn (Quang Ngai) a été capturé à Hoang sa avec 7 membres d’équipage. Un autre chalutier, (QNg-55003TS), celui de M. Trần Phương, originaire du même village, a été confisqué. Les deux équipages, 14 hommes en tout, sont rentrés au port sur le chalutier de M. Nguyễn Thành Nhất. 3 tonnes de poissons ont été confisquées, les tuyeaux de plongée ont été sectionnés, les appareils d’orientation volés ainsi que la sonde, les combinaisons de plongée…pour une valeur de 400 millions de dongs.
  • 7/05/2012: chalutier QNg94411TS confisqué.
  • 7/05/2012 : chalutier QNg 44867 TS confisqué.
  • 7/06/2012 : chalutier QNg 94487 TS immobilisé 3 jours ; chalutier QNg 96845 TS immobilisé 3 jours ; chalutier QNg 94779 TS immobilisé 3 jours et chalutier QNg 94096 TS idem.
  • 12/06/2012: QNg 90133 TS: prises de pêche confisquées et destruction du matériel de pêche et de navigation.
  • 2/07/2012 : Six chalutiers de Sa Hùynh (village Phổ Thạnh Pho, district de Đức Phổ, province de Quang Ngai) capturés par les Chinois. Les chalutiers de Nguyễn Duy Nam (QNg 94411TS) ; M. Nguyễn Duy Việt (QNg4487TS) ; Trần Minh Giữ (QNg 94484TS) ; M. Võ Quốc Việt (QNg 96845 TS) ; M. Lục Nghĩa Minh (QNg 94779TS) ; M. Lục Nghỉa Thành (QNg 94096TS). Les chalutiers QNg 94411TS et QNg 94779 TS ont été confisqués. Prises de pêche et matériel des autres chalutiers ont été confisqués. En tout 42 pêcheurs ont été concernés.
  • 15/07/2012 : Une flotte de 30 chalutiers chinois partis de Hai Nan sont entrés dans la zone vietnamienne de l’archipel de Trường Sa . Protestation vietnamienne.

2013

  • 2013: Pas de détention MAIS….
  • 28/1/2013: Le Chalutier QNg 55535 TS pris sous le feu sous le feu du bâtiment chinois 787.
  • 11/03/2013: Chalutier de M. Bùi Tấn Thành agressé.
  • 11/03/2013: Chalutier QNg 966979 TS agressé par le bâtiment chinois 841.
  • 13/03/2013: Chalutier QNg 96417 TS agressé par le bâtiment chinois 262.
  • 13/03/2013: Chalutier QNg 96382 TS agressé par le bâtiment chinois 263.
  • 16/03/2013: Chalutier QNg 50949 TS agressé . Destruction du matériel de pêche. Confiscation de la prise.
  • 17/03/2013: Chalutier QNg 96399 TS pris en chasse par bâtiment et hélicoptère chinois.
  • 20/03/2013 : Le chalutier QNg 96382 TS pris sous le feu des balles incendiaires et cabine détruite.
  • 23/03/2013 :Le chalutier QNg 94590 TS est arraisonné. Destruction du matériel de pêche. Confiscation de la pêche .
  • 20/05/2013: Le chalutier 90917 TS éperonné par 3 fois.
  • 28/05/2013 : Le chalutier QNg 93768 TS immobilisé 4 heures.
  • 7/07/2013 : Le chalutier QNg96787 TS est éperonné , les pêcheurs frappés. Le matériel et la pêche détruits ou confisqués. De même pour le chalutier QNg 90153 TS.

2014

  • 1/03/2014 : Le chalutier QNg 90479TS de M. Võ Văn Lựu originaire de Bình Châu, Quảng Ngãi, a été attaqué dans la zone de Hoàng Sa par un navire chinois ayant à son bord environ 35 hommes armés de fusils et de matraques type taser. M. Lựu et les 14 pêcheurs ont été frappés et blessés. Tous les équipements de plongée, d’orientation et de communication ainsi que les 5 tonnes de prise de pêche, poissons et homards, ont été pillés.
  • 07/05/2014 : Alors qu ‘il pêchait près de l’île Colins (Hoàng Sa), le chalutier QNg 96416 TS de M. Nguyễn Lộc (Lý Sơn) avec 16 pêcheurs à son bord a subi de la part du bateau chinois N° 1241 des tirs de balles incendiaires, des jets de marteaux, de bouteilles, de boulons. Les câbles des instruments de communication et d’orientation ont été sectionnés à l’aide de faucilles. Il a ensuite été sévèrement éperonné par un autre bateau chinois. La coque enfoncée et la cabine en partie détruite.
  • 16/05/2014 : Le chalutier QNg 90205TS dont le chef de bord est M. Nguyễn Văn Quang, originaire de Bình Sơn, avec à son bord 12 pêcheurs, a été attaqué par le bateau chinois de surveillance des pêches N° 306. Après avoir arraisonné le chalutier, les Chinois ont frappé les pêcheurs. Deux d’entre eux, MM. Nguyễn Huyền Lê Anh et Nguyễn Tấn Hải ont été grièvement blessés.
  • 16/05/2014 : Le chalutier QNg 90045TS dont le chef de bord est M. Võ Bá Nha originaire de Bình Châu avec 9 pêcheurs a été surpris près de l’île de l’arbre, à 4 milles nautiques de l’île de Phú Lâm (Hoàng Sa), en pleine action de pêche en plongée. Il a dû fuir tous feux éteints pour échapper trois heures durant au bâtiment chinois de surveillance des pêches N°306 qui l’abordait et le bombardait de… pierres ! La cabine est en partie détruite mais il n’y a aucun blessé.
  • 17/05/2014 : Le chalutier QNg 96011TS avec 13 pêcheurs à bord a été arraisonné par le bâtiment chinois N°21102 près de l’île Triton ( Hoàng Sa). Tout le matériel a été détruit.
  • 26/05/2014 : Le chalutier ĐNa 90152TS originaire de Đà Nẵng avec 10 pêcheurs à bord été éperonné et coulé par le bâtiment chinois N° 11209. L’équipage a pu être sauvé par la police des mers vietnamienne.
Menras_PêcheursVN_1
Pêcheurs vietnamiens © 2014 Menras

 

* * *

Quelques données supplémentaires

Interdiction de pêche décrétée annuellement par la Chine

du 16mai au 1er août. (Au plus fort de la saison)

En Mai 2009 en même temps qu’elle dépose à l’O.N.U sa carte « langue de bœuf en 9 traits », prétention  de souveraineté sur 80% de la mer du Sud-Est asiatique, la Chine interdit la pêche dans toute cette zone (voir carte ci-dessous) dont une grande partie empiète très largement sur  la ZEE du Vietnam. (Zone Economique Exclusive selon la loi sur le droit à la mer de l’ONU, dite de Montego Bay 1982, dont la Chine est signataire).

ChineseAreaFishingBan_HaiDangVu
Territorial Scope of the Chinese Fishing Ban in 2011 © 2011 Hai-Dang Vu

Parmi les buts visés

1) Transformer la ZEE du Vietnam en zone contestée.

2) Terroriser les pêcheurs non protégés pour qu’ ils abandonnent ma mer et laissent le champ libre aux pêcheurs chinois.

Dommages matériels subis par les pêcheurs (1 euro= environ 28000 dongs Vietnam. 1 euro= environ 8,2 yuan chinois (renminbi).

Revenus moyens des pêcheurs ouvriers (de loin les plus nombreux)

Voici quelques chiffres pour octobre 2011 (chiffres à réactualiser pour 2014) :

Salaire moyen d’un pêcheur – plongeur qui se loue pour une pêche hauturière vers l’Archipel Hoang Sa : autour de 5 millions de dongs (un peu moins de 180 euros) par mois (deux sorties de 15 jours pour un petit chalutier de 90 cv, une sortie d’un mois pour un chalutier de 250cv). La somme peut aller jusqu’à 8 millions VND (Vietnam dongs) si la pêche a été très bonne et descendre en dessous de 5 millions VND si la pêche a été mauvaise car souvent l’équipage partage chance et malchance.

Le prix d’un bateau de 90cv est d’un milliard VND, celui d’un 250cv est d’un milliard et demi VND.

Pour un « patron » pêcheur, l’investissement pour un chalutier de 90CV qui va pêcher à Hoang Sa pour 15 jours de sortie est de 150 millions VND (carburant, salaires, vivres etc…). Pour un 250cv et un mois de mer la somme dépasse les 200 millions VND.

La saison de pêche commence après le Tết (février solaire, nouvel an de l’année lunaire) et finit en septembre. Hors cette période les dangers de typhons violents sont plus fréquents. Il faut aussi préciser que de mi-mai au 1er août, donc en pleine saison de pêche, les Chinois ont unilatéralement décrété que la pêche était interdite « pour protéger l’environnement ». En fait, leurs propres chalutiers continuent de pêcher. Et quelquefois très près des côtes vietnamiennes. Pour les pêcheurs, les mois d’hiver se passent à terre à de petits boulots et à la maigre pêche côtière. Une journée à ramasser les algues marines sur la côte ou à trier et conditionner l’aïl (principale denrée agricole de l’île de Ly Son) rapporte de 30000 à 50000 VND. C’est essentiellement le travail des femmes et des enfants.

 « Dédommager ? » :

En avril 2014, le tribunal des affaires maritimes de Shanghai a ordonné la confiscation d’un cargo japonais pour se dédommager d’une dette de guerre datant de 1936: Trente millions de dollars pour deux bateaux perdus. Les japonais ont payé.

Combien de dizaines de milliards de dollars la Chine doit-elle au Vietnam pour l’emprunt forcé des Paracels pendant 40 ans, pour le manque à gagner économique que cela représente, pour les familles des militaires vietnamiens tués lors de l’annexion de l’archipel, pour les milliers de pêcheurs malmenés et interdits de pêche pendant ces dizaines d’années, pour les dizaines de pêcheurs tués, les dizaines de chalutiers coulés et confisqués, les centaines de rançons encaissées ? Si les dégâts de ce holdup monumental et ses conséquences devaient être seulement mesurés en termes d ‘argent un tel dédommagement boosterait l’économie du Vietnam pendant des années et sortirait de la misère des milliers de famille encore victimes de ces crimes.

Pour les dirigeants chinois, la seule façon de sortir par le haut de cette tragédie de leur fait est à l’opposé de la voie qu’ils ont choisi d’imposer : il faut cesser immédiatement toute agression et incursion dans l’espace maritime et insulaire sous souveraineté vietnamienne et prendre ses dispositions pour rendre à César ce qui lui appartient : rendre Hoàng Sa au Vietnam. Toute autre voie ne peut être qu’éphémère et conduire la Chine et la paix dans une impasse douloureuse.

André Menras

Chronologie réalisée par André Menras arrêtée au 01/06/2014. Textes et photos de l’auteur, publiés avec son aimable autorisation.

André Menras : « Tâche d’huile » et « coups de bélier » – l’affaire de la plateforme de forage chinoise

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

L’affaire de la plateforme de forage chinoise :

une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en « tâche d’huile » et en « coups de bélier » pour annexer la mer du Sud-Est asiatique.

Par André Menras (Hồ Cương Quyết)

Chercheur indépendant

AndréMenras_24-05-2014
André Menras à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon © 2014 IAO

 

On ne peut pas comprendre la situation présente si l’on se confine à quelques évènements récents sous peine de considérer les affrontements actuels comme l’expression de « disputes » territoriales dans lesquelles les parties concernées seraient renvoyées dos à dos dans une confusion de responsabilité et de légitimité. Une telle neutralité poncepilatique exclurait toute possibilité de règlement équitable sans lequel la paix ne saurait exister et durer. L’examen chronologique des événements historiques marquants est absolument nécessaire, sinon suffisant, pour identifier les sources du conflit et leur expression actuelle afin de peser plus efficacement pour son règlement.

Tout au long de cette intervention je ne parlerai pas de Mer de Chine méridionale car ce géonyme attribué par les cartographes coloniaux et, à partir des années 60, repris dans une grande majorité des atlas, porte, innocemment ou non, une connotation malsaine sur le plan de la souveraineté. De « Mer de Chine » à « Mer de la Chine » il n’y a en effet qu’un petit mot à penser pour déposséder au profit de l’Empire les nations riveraines de cet espace maritime vital pour elles. Cette Méditerranée de l’Asie du Sud-Est n’est ni historiquement, ni juridiquement, ni dans la pratique ancestrale, un lac exclusivement chinois. Elle est le bien commun des nations qui la bordent et de la communauté internationale qui en emprunte le passage avec une fréquence sans cesse accrue.

DaiNamNhatThongToanDo
Đại Nam nhất thống toàn đồ

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

1°) Chronologie de l’annexion chinoise de l’archipel des Paracels

L’examen détaillé des dates historiques depuis la période précoloniale jusqu’ à aujourd’hui révèle clairement la naissance puis la montée en puissance des appétits chinois sur Les Paracels et au-delà, en passant par l’annexion totale de l’Archipel jusqu’à l’installation actuelle de la plateforme de forage dans la zone économique exclusive du Vietnam.

A) Durant la période précoloniale, l’An Nam a édifié sur l’archipel une souveraineté incontestée.

Depuis les seigneurs Nguyen, en 1702, la première brigade de Hoang Sa (alors appelé Cat Vang) est constituée avec 70 jeunes hommes du village de An Vinh (dont les descendants vivent toujours à Ly Son) pour, sous les ordres des seigneurs se rendre chaque année dans l’archipel, y récupérer des restes d’épaves, et en ramener des produits de la mer. Avec les empereurs Nguyen la tradition se continue et se développe.

  • 1816 : Gia Long déclare les droits souverains de l’empire d’An Nam [Viêt Nam] sur l’archipel appelé alors « Cat Vang « .
  • 1833-1836 : Ming Mang ordonne l’érection d’un temple, la construction d’une stèle de souveraineté et la plantation d’arbres.
  • 1867 : Tu Duc décerne le titre de héros à des « binh si », soldats de la mer, ayant péri dans leur périple vers Hoang Sa… Autant d’actes étatiques cohérents et annuels de la part de l’empire d’An Nam [Dai Nam] qui justifient pleinement droit à souveraineté. Sans aucune contestation de la part de quelque autre État.

B) Première période coloniale jusqu’au début du XXème siècle : La Chine reconnaît implicitement cette souveraineté.

  • 1884 : traité de Hue. « La France s’engage à garantir l’intégrité des États de SM. Le roi d’An Nam ». Et donc des Paracels. La même année édition d’une carte chinoise de « l’empire unifié  » dont le point le plus austral est la pointe sud de l’île d’Hai Nan. Elle ne comprend donc pas Les Paracels.
  • 1885 : traité franco-chinois de Tianjin. La Chine renonce à toute prétention de suzeraineté sur l’An Nam et donc sur les Paracels.
  • 1906 : édition d’un manuel national d’enseignement de la géographie : le « Zhong guo dilixue giao keshu ». La limite australe de l’empire est toujours l’île d’Hai Nan.

C) Première période coloniale jusqu’en 1945 : naissance des appétits chinois.

  • 1909 : débarquement de 24h des troupes de l’Amiral Li Zhu sur l’île de Pattle. Opération commanditée par le gouverneur du Guang xi-Guangdong.
  • 1925 : le Gouverneur Général d’Indochine annonce que l’Archipel est sous la souveraineté de l’An Nam sous protectorat français.
  • 1925-1936 : série d’articles d’Henri Cucherousset dans « L’Éveil économique de l’Indochine » qui proteste contre la « mollesse » des devoirs protecteurs de la France sur l’archipel.
  • 1931-1932 : la Chine adjuge l’exploitation du guano (phosphates) sur l’archipel à des particuliers. Protestation officielle française.
  • 1937-1939: détachement de gardes coloniaux dépêché sur Pattle pour y construire un phare, une station météo, une station TFS et y dresser une stèle portant l’inscription « République française-Royaume d’An Nam-Archipel des Paracels : 1816-île de Pattle 1938 ».

D) Deuxième période coloniale jusqu’en 1954 : les appétits chinois deviennent prétentions souveraines naissantes.

  • 1945 : la Chine nationaliste reçoit mission de désarmer les Japonais au nord du 16ème parallèle.
  • 1947 : les troupes de Chang Kaï-chek débarquent sur les Paracels orientales. La France envoie un détachement militaire qui prend garnison sur Pattle et demande un arbitrage international. Refus de la Chine. La même année, apparition de la première ligne en U en 11 traits, matérialisant les prétentions souveraines chinoise sur 80% de la mer du Sud Est asiatique.
  • 1950 : la Chine évacue sa garnison de l’île boisée. Le contrôle de l’archipel est officiellement remis à l’empereur Bao Dai.
  • 1951 : conférence de San Francisco. Les Paracels et les Spratleys abandonnées par les Japonais, ne sont attribuées à personne. L’URSS propose de les placer sous la souveraineté de la Chine de Mao. Proposition rejetée à l’écrasante majorité. Le ministre des Affaires étrangères de Bao Dai réaffirme la souveraineté du Vietnam. Silence de la France.
  • 1954 : Accords de Genève. Toutes les îles passent sous l’administration de la République du Sud Vietnam. Pas de protestation de la Chine présente lors des négociations.

E) L’après Genève jusqu’au départ des Américains : la violence du fait accompli.

  • 1956 : retrait des Français et relève par les troupes de la République du Viêt-Nam sur Pattle et le groupe du croissant (Sud-ouest de l’archipel). Les troupes de la République populaire de Chine débarquent discrètement sur la partie orientale (Amphitrite) et ne la quitteront plus.
  • 1958 : note diplomatique du Premier ministre de la RDVN Pham Van Dong qui « enregistre et approuve » une déclaration de la RPC fixant à 12 milles nautiques la limite des eaux territoriales de la Chine. Pékin utilise encore aujourd’hui cette note pour étayer son argumentation de souveraineté.
  • 1974 : la marine de guerre chinoise s’empare de la totalité de l’archipel. 64 morts vietnamiens. La 7ème flotte US à proximité, appelée au secours par son allié sud-vietnamien, ne réagit pas. L’observateur de la République du Viêt-Nam à l’ONU demande un examen de la question par le Conseil de Sécurité. Sans succès. Aucun soutien des USA ni de la France.
tuongniem-haichien-HS1974
19 janvier 2014 : commémoration du 40e anniversaire de la bataille des Paracels © 2014 Tin Tuc Hang Ngay

F) L’après 1974 jusqu’en 2009 : consolidation de la base de Hoang Sa, légitimation et nouveaux coups de force.

  • 1982 : Convention de Montego Bay sur le droit à la mer signée et ratifiée par la Chine et le Vietnam : « Aucun État ne peut légitimement soumettre une partie de la Haute mer à sa souveraineté ».
  • 1988 : coup de force sanglant à Gac Ma (Johnson reef). 74 morts vietnamiens de la République Socialiste du Vietnam.
  • 1992 : la Chine octroie à la compagnie US Crestone Energy une concession d’exploitation située dans la ZEE du Vietnam.
  • 1989-1995 : occupation par la Chine de récifs et d’îlots supplémentaires dont celui de Panganaban reef (Mischief reef) dans la ZEE des Philippines.
  • 2002 : signature de la « Déclaration de (bonne) conduite » (DOC), gentlemen agreement, entre la Chine et les pays de l’ASEAN. « …Ne pas faire usage de la force ou de menace pour régler les différents ; ne pas compliquer la situation par de nouvelles édifications… » Début d’une campagne chinoise de menaces et de chantage pour dissuader les compagnies pétrolières étrangères de coopérer avec le Vietnam et les Philippines dans les ZEE de ces pays.
  • 2007 : loi chinoise instituant la ville de « Tam Sa » dépendant de Hai Nan et basée à Phu Lâm (Paracels).
BaoVeHSTS
« Ensemble exploitons et protégeons la mer et les îles du Viêt-Nam »

G) A partir de 2009, accélération de l’escalade et de sa légitimation.

  • 2009 : en mars, L’USNS américain « Impeccable » se voit barrer la route au large d’Hai Nan par des bâtiments de la flotte chinoise. Avril : à Quinddao, grand show international de la puissance militaire navale chinoise. Mai : note diplomatique chinoise au secrétaire général de l’ONU en réaction au dépôt de l’acte de souveraineté du Vietnam et de l’acte conjoint que ce pays a déposé avec la Malaisie. La Chine y affirme ses prétentions souveraines matérialisées par la ligne en U en 9 traits (ou langue de boeuf) englobant 80% de l’espace maritime et la totalité des archipels de la mer du Sud-Est asiatique. Du 16 mai au 1er août : Pékin décrète unilatéralement l’interdiction de pêcher dans la zone. Octobre : sommet de l’ASEAN en Thaïlande. La Chine refuse d’aborder de façon multipartite la question des différends en Mer du Sud-Est asiatique. Décembre : Pékin annonce sa décision de « développer le tourisme sur une grande échelle » dans la zone en U. L’assemblée nationale adopte la loi sur « la protection et le développement des îles ».
  • 2011 : en mai, agression sur le « Binh minh 02 » navire d’exploration sismique de la compagnie PetroVietnam, en ZEE du Vietnam. Septembre : agression sur le « Viking », autre navire vietnamien de prospection, dans la ZEE du Vietnam.
  • 2012 : sommet de l’ASEAN. La Chine fait pression sur le Cambodge, alors président, pour empêcher un communiqué commun en faveur d’un « Code de conduite » ayant force de loi en mer du Sud-Est asiatique. Avril-mai : affrontement de 3 semaines avec Les Philippines à Scarborough shoal (archipel des Spratleys) en ZEE des Philippines. Juillet : la Chine fait élire le Président de « Tam Sa » et installe un centre de communication satellitaire 3G sur l’île de Phu Lam. Août : vingt-trois-mille chalutiers chinois partent de Quang Dong et Hai Nan pour aller pêcher en mer du Sud-Est asiatique. Création aux Paracels d’une unité militaire de l’APL à l’échelle d’une division pour la « zone de défense de Tam Sa » comme « un appareil pour gouverner la mer ».
  • 2013 : en juin, édition du livre « Ville de Tam Sa, Chine : Histoire, ressources et rôle dans la défense nationale ». Novembre : zone d’Identification aérienne crée par la Chine dans la Mer dite de Chine orientale, vis à vis du Japon. Le Japon et les 10 pays de l’ASEAN se déclarent d’accord pour « coopérer davantage afin de garantir la liberté de survol et la sécurité de l’aviation civile ».
  • 2014 : en janvier, décret de la province de Hai Nan qui exige une autorisation pour tout chalutier « étranger » en activité dans la zone en U, sous peine de fortes amendes et de sanctions allant jusqu’ à la confiscation du chalutier et la comparution devant un tribunal chinois. Mai : implantation d’une plateforme de forage géante (HD 981) en pleine ZEE du Vietnam. Affrontements au large de l’île Tri Tôn (archipel de Hoang Sa) 10 policiers de la marine vietnamienne blessés, 4 bâtiments vietnamiens éperonnés et endommagés, un chalutier vietnamien coulé.
MerAsieDuSudEst
Le tracé en rouge de la « langue de bœuf chinoise » sur 80% de l’espace maritime

2°) Lignes de force de la stratégie expansionniste de Pékin

  • 1°) Dans ce « going out » annexionniste vers le Sud maritime, Pékin a commencé par le plus proximal : Les Paracels.
  • 2°) A partir de cette base qu’elle consolide, elle jette des ponts vers de nouvelles bases, par tache d’huile ou par coups de force ponctuels, à l’intérieur des ZEE des nations riveraines qu’elle veut transformer en « zones disputées ».
  • 3°) Toutes ces actions sont basées sur la violence militaire et sur la surprise. Aucun des traités ou accords signés aussi bien sur le plan international que sur le plan local ne sont respectés.
  • 4°) Au niveau tactique, Pékin utilise toujours des périodes de vide ou de faiblesse de puissance pour porter de nouveaux coups. (départ des colonialistes français en 1956, départ des USA en 1974, faiblesse de la RSVN privée du soutien de l’URSS dès la fin des années 70, faiblesse relative des USA, malgré leur politique de « pivot » vers la zone Pacifique-Asie… Faiblesse économique de l’Europe demandeuse de contrats chinois provisoirement salvateurs).
  • 5°) Sa tactique diplomatique et économique est toujours celle de la division. Par gratifications ou par rétorsions économiques. Le refus d’arbitrage international ou de discussion multilatérale est une constante historique de sa diplomatie.

3°) Responsabilités et dette de la communauté internationale

  • a) L’État colonialiste français a d’une certaine façon aidé l’An Nam a se libérer de l’emprise chinoise et a assimiler des « territoires sans maître » (dans les Spratleys ) dont le Vietnam a hérité au titre de l’ « Uti Possidetis Suis ». Mais, d’un autre côté, il a quelquefois aiguisé les appétits chinois en oubliant ou trahissant les intérêts de l’État « protégé » pour ses propres visées à court terme. « Les Paracels pourraient constituer une matière de marchandage ou une contre-partie à des concessions (avec la Chine) de notre part sur d’autres points » (lettre du 20 mars 1930 de P. Pasquier, Gouverneur général de l’Indochine au ministre des colonies). Il en est de même du mutisme de la France lors de la Conférence de San Francisco en 1951 et lors de l’invasion chinoise des Paracels en 1974…
  • b) Les USA, administration Nixon-Kissinger : abandon total lors de l’invasion chinoise de 1974. Mutisme de la 7ème flotte à proximité. Kissinger : « La position des USA est de ne pas soutenir les prétentions de souveraineté vietnamiennes sur les îles. » (Foreign relations of the United States 1969-1976; Volume VIII; China 1973-1976: Document 66).
  • c) Aujourd’hui. Toutes proportions gardées, l’Histoire a déjà connu des dictatures ponctuellement puissantes en quête d’ « espace vital ». Le traité de Munich en 1938 a montré l’illusion qui consiste à acheter la paix à de tels régimes en abandonnant à leurs appétits des espaces souverains d’autres nations. Winston Churchill commentait ainsi ce genre d’abandon : « On nous a proposé la honte ou la guerre. Nous avons choisi la honte et nous avons eu la guerre ». Être neutre aujourd’hui, c’est faire respecter le droit international contre la politique de la canonnière. C’est aussi une façon de ne pas subir soi-même la loi du canon.
ngu_dan_VietTTXVN
Pêcheurs vietnamiens © TTXVN

4°) Les pêcheurs du Centre du Vietnam :

les droits de l’Homme s’arrêtent-ils où commence la mer ?

L’Histoire, c’est aussi la vie quotidienne des simples gens. Pour des dizaines de milliers de pêcheurs vietnamiens qui doivent aller gagner leur vie autour des îles Paracels, c’est une tragédie permanente car chaque sortie en mer peut être la dernière.

La plupart des informations concernant les agressions chinoises sur les pêcheurs sont de sources très officielles : Rapports du poste 328 des garde-côtes et du Comité populaire de district de Ly Son. Certaines informations proviennent aussi de journaux officiels vietnamiens (Tuoi Tre, Thanh Nien, Vietnam net, Phap luat, Dan tri, Saigon Tiep Thi, Lao Dong, et de la BBC). Ces statistiques sont cependant incomplètes car ces informations, jugées « sensibles » sont difficiles à obtenir de la part des autorités et les pêcheurs n’ont pas la liberté et l’organisation pour les communiquer. (Année 2008 par exemple.)

De 2002 à 2014, j’ai pu répertorier des centaines d’agressions. Environ 2000 pêcheurs en ont été victimes. 30 tués ou « disparus » par temps calme. 120 dont le chalutier a été éperonné et qui ont été sauvés in extremis. 500 emprisonnés sur l’île de Phu Lam de quelques jours à près de 2 mois et libérés contre rançon payée par la famille (7000 à 8000 USD). Matériel de pêche systématiquement détruit ou confisqué. Prise de pêche confisquée.

Voir en fin d’article le film documentaire « Hoang Sa Vietnam : La meurtrissure ». (film toujours interdit de projection au Vietnam).

Ces hommes et leurs familles sont les victimes d’une véritable politique terroriste qui vise à vider cette partie de la mer des pêcheurs vietnamiens absolument sans défense pour les remplacer par des pêcheurs chinois. Jusqu’ici les organisations internationales comme Amnesty international, interpellées pour réagir face à ces traitements inhumains, sont restées sans réaction. L’État du Vietnam non seulement ne protège toujours pas ses pêcheurs mais n’ose même pas les organiser pour faire un procès à la Chine devant le Tribunal international sur le droit à la mer…

Lyon, le 24 mai 2014

André Menras

Pour citer cet article :

Menras, André (30 mai 2014), « L’affaire de la plateforme de forage chinoise : une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en “tâche d’huile” et en “coups de bélier” pour annexer la mer du Sud-Est asiatique », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15066 (Page consultée le …).

Grandeur et vicissitudes du vainqueur de Điện Biên Phủ : le Général Giáp par Huy Đức

HuyDucBook-Cover-NoPic[ndlr] Mise en ligne par la revue en ligne Diễn Đàn Forum à l’occasion du 60e anniversaire de la victoire de Điện Biên Phủ, nous signalons cette traduction française du chapitre du journaliste Huy Đức consacré au Général Võ Nguyên Giáp. Ci-après l’avant-propos de Diễn Đàn. Ce chapitre lève le voile sur les affaires internes du parti, son fonctionnement policier, les rivalités au sommet du pouvoir et la direction de la guerre de réunification.

De nombreux livres et documents au Vietnam comme à l’étranger ont examiné le rôle historique du Général Giáp dans la création de l’armée populaire du Vietnam et dans la résistance contre la France. Mais son rôle réel dans la guerre contre les États-Unis et pour la réunification du pays a été amoindri, pour ne pas dire déformé par de nombreux ouvrages officiels. Sur le plan personnel, il a été directement mis en cause dans l’affaire dite du “groupe révisionniste anti-parti” en 1967, puis traité par Lê Đức Thọ au VIè Congrès de “fils adoptif du commissaire” Louis Marty (chef de la police coloniale), mis en cause à la veille du VIIè Congrès dans l’affaire Năm Châu – Sáu Sứ, montée par Lê Đức Anh, Nguyễn Đức Tâm et le Deuxième Bureau de l’armée, et enfin dans le dit complot T4, fabriqué par Nguyễn Chí Vịnh… Preuves à l’appui, Huy Đức a éclairé cette partie sombre de l’histoire. Voici la traduction intégrale, par Lô Giang, du chapitre 15 intitulé “Tướng Giáp” de Huy Đức (Bên Thắng Cuộc / Du côté des vainqueurs, tome II, Editions Osinbook, Sài Gòn – Boston – Los Angeles – New York, 2012, pp. 135-180).

Pour faciliter la lecture des chercheurs et des vietnamisants, nous avons gardé les signes diacritiques pour les noms propres. En ce qui concerne le nom des personnes, certains personnages sont appelés soit par leur nom complet, soit par leur petit nom (de guerre) : Võ Nguyên Giáp ou Văn, Lê Duẩn ou Anh Ba, ou Ba Duẩn (Troisième Frère Duẩn), Lê Đức Thọ ou Anh Sáu, ou Sáu Thọ (Sixième Frère Thọ). Pour les noms de lieux : en raison de la partition de fait du Vietnam (de 1954 à 1975) par les Accords de Genève, le terme « Sud Vietnam » (ou, plus simplement, « le Sud ») désigne la moitié du Vietnam située au sud du 17eme parallèle. Avant 1954, « Sud-Vietnam » désigne le Nam Bộ (ex-Cochinchine), comme « Centre-Vietnam » le Trung Bộ (ex-Annam), et « Nord-Vietnam » Bắc Bộ (ex-Tonkin). Sans être une unité administrative formelle, Nam Bộ a été, pendant la guerre américaine, une réalité pleine et entière, sous la responsabilité directe du « Comité Central du Sud » (Trung ương cục miền Nam) du Parti Communiste, dont le nom de code est « B2 » (B étant le nom de code désignant tout le Sud du Vietnam). Dans ce chapitre, il est très souvent question des zones Ouest et Est du Nam Bộ.

Pour ne pas encombrer l’esprit du lecteur, et étant donné la richesse des notes de l’auteur, mises en fin de textes, accessibles en cliquant sur les chiffres (104 au total, numérotées de 173 à 276, pour ce seul chapitre), nous nous sommes limités à quelques « notes du Traducteur » mises entre parenthèses.

Conscients de la valeur de ce document de référence, nous avons tenu, avec l’accord de l’auteur, à le publier à l’occasion du 60eme anniversaire de la victoire de Điện Biên Phủ qu’un homme politique français (J.-P. Chévènement, pour ne pas le nommer) a justement qualifiée de « Valmy des peuples colonisés ». La version originale de ce texte a été publiée dans notre revue : Tướng Giáp.

Diễn Đàn

Lire le chapitre traduit sur Diễn Đàn Forum  : Le Général Giáp

NB: signalons à nos lectrices/lecteurs non vietnamisants que cette traduction contient quelques imperfections et coquilles qui seront sans doute corrigées.

L’historien Ta Chi Dai Truong récompensé pour l’ensemble de son oeuvre

140321_tachidaitruongLe prix Phan Châu Trinh 2013 a été récemment décerné à cinq personnalités du monde des sciences humaines, de la culture et de l’éducation. Créé en 2008, le Fonds culturel Phan Châu Trinh (Quỹ Văn hóa Phan Châu Trinh) distingue chaque année des travaux qui contribuent à la richesse intellectuelle du Viêt-Nam. Lors d’une cérémonie organisée à Hô Chi Minh-Ville le 24 mars 2014, Mme Nguyễn Thị Bình, l’ancienne vice-présidente de la RSVN, présidente de la fondation Phan Châu Trinh, a remis le prix aux personnalités suivantes :

  • Le musicien Lư Nhất Vũ et la poétesse Lê Giang pour leurs contributions à l’étude de la culture populaire du Sud (Văn hóa dân gian Nam bộ).
  • L’Américain Thomas J. Vallely, de l’université d’Havard, pour ses multiples contributions et soutiens à l’enseignement universitaire vietnamien.
  • Le traducteur et professeur Ngô Đức Thọ pour ses travaux de traduction et de diffusion de la culture Hán Nôm.
  •  L’historien Tạ Chí Đại Trường pour son oeuvre historique « originale et nouvelle ». [1]

Fait à remarquer cette année, le prix « Histoire » a été attribué à l’historien Tạ Chí Đại Trường, une personnalité respectée par ses pairs pour ses travaux importants sur l’histoire (ancienne et moderne) du Viêt-Nam ainsi que sur l’identité vietnamienne. L’historien Tạ Chí Đại Trường, résidant aux Etats-Unis à Garden Grove (Californie), n’était pas présent lors de la cérémonie de la remise de ce prix important mais a tenu à faire entendre sa voix à travers un texte lu ce jour-là [2]. Il rappelle dans ce long texte les sources historiques essentielles sur lesquelles se fondent l’écriture de l’histoire du Viêt-Nam, principalement des annales historiques édités sous la dernière dynastie des Nguyen, et souligne les apports des anciens érudits et/ou historiens comme Trần Trọng Kim, Đào Duy Anh, Hoàng Xuân Hãn, Phạm Quỳnh… Il démontre aussi tout l’intérêt qu’il y a à étudier l’histoire ancienne avec lucidité en la détachant des objectifs et pratiques politiques.

Ouvrages de Ta Chi Dai Truong © Hau Khao Co Blog
Ouvrages de Ta Chi Dai Truong © Hau Khao Co Blog

Tạ Chí Đại Trường est assurément un historien à part tant dans son parcours personnel que dans sa production historienne rigoureuse. Revenons en quelques lignes sur le premier point [3].

Il naquit à Nha Trang dans la province de Khánh Hòa et son nom fait directement référence au lieudit de sa terre natale (Đại Lãnh et Trường Giang). Il débuta ses recherches sur l’histoire et la culture de son pays dans les années 1960. En 1964, il fut remarqué dès sa maîtrise d’histoire soutenue à la faculté d’histoire de Saigon dont le sujet traitait de la guerre civile au Viêt Nam de 1771 à 1802, celle qui opposa Quang Trung au futur Gia Long. Ce travail qui questionnait la dynastie des Tây Son fut édité en 1973, près de dix ans plus tard, et reçut entre-temps en 1970 le prix littéraire national (Giải thưởng văn chương toàn quốc) en histoire attribué par la République du Viêt-Nam (Sud).

Cependant, en 1964, Tạ Chí Đại Trường comme de nombreux compatriotes fut happé par la guerre contemporaine qui frappait son pays. Mobilisé, il endossa une carrière militaire de 1964 à 1974 soit pendant dix ans, en sortit avec le grade capitaine de l’Armée républicaine avant de reprendre des études d’histoire à la faculté de Saigon. Cette décennie au sein de l’armée ne le coupa pas néanmoins des recherches historiques car il poursuivit la rédaction d’une thèse sur le soldat colonial en Cochinchine, une étude éditée au Etats-Unis quarante ans plus tard [4]. A cette époque, collectionneur de monnaies anciennes, il s’intéresse également à la numismatique du Viêt-Nam.

Ta Chi Dai Truong, soldat et historien © Thong Luan
Ta Chi Dai Truong, soldat et historien © Thong Luan

Après 1975, Tạ Chí Đại Trường rejoignit le cortège des soldats vaincus considérés comme « dangereux » et fut envoyé en camp de rééducation jusqu’en 1981. Son ouvrage primé en 1970 fut interdit. Jugé non orthodoxe, il fut critiqué pour vouloir abaisser le rôle des Tây Son au détriment de celui de Gia Long, premier empereur des Nguyen. Emprisonné, il ne cessa d’écrire et fit sortir plusieurs textes qui allaient être édités aux États-Unis grâce au soutien indéfectible du professeur et historien Nguyễn Thế Anh en France, auteur de la préface de Thần, Người và Đất Việt (Les génies, l’homme et la terre vietnamienne), publié pour la première fois en Californie en 1989 [5].

Après cette période de prison et un travail d’ouvrier dans une imprimerie, en 1994, il rejoignit les Etats-Unis à travers le programme HO, mis en place par les Américains et destiné aux anciens militaires rééduqués de l’Armée du Sud. Là, il poursuivit ses recherches et publia plusieurs ouvrages clés sur la culture et l’histoire du Viêt-Nam. En particulier, sans doute celui qui fit le plus sensation, fut Thần, Người và Đất Việt, une somme de réflexions sur l’identité vietnamienne. Selon l’historien Nguyễn Thế Anh, il s’agit « d’une admirable synthèse de l’histoire des mentalités qui éclaire l’évolution des croyances populaires dans la société vietnamienne » [6]. En 2004, Tạ Chí Đại Trường retourna au Viêt-Nam dans l’espoir de consulter directement les sources anciennes originales qu’il affecte tant mais dut se contenter de poursuivre en artisan son travail d’historien à l’aide de sources glanées dans les bibliothèques américaines ou achetées chez des bouquinistes vietnamiens.

Malgré ce parcours totalement indépendant des structures officielles et une production abordant plusieurs tabous du récit national, l’oeuvre rigoureuse et pointue de Tạ Chí Đại Trường finit par être reconnue au Viêt-Nam même. Deux de ses ouvrages furent rééditées à la fin des années 2000. Le prix qui lui est attribué confirme la place importante que ce chercheur iconoclaste occupe sur le plan de la recherche historique. Elle souligne également la reconnaissance à leur juste valeur des travaux des historiens de l’ancienne République du Sud, autrefois méprisés. Il ne reste plus qu’à souhaiter qu’un jour quelques-unes de ses oeuvres soient traduites en français.

François Guillemot, 14/04/2014.

Notes

[1] Voir : Kết quả Lễ trao giải văn hóa Phan Châu Trinh lần thứ VII – 2014, Quỹ Văn Hóa Phan Châu Trinh.

[2] Texte en ligne : Diễn từ nhận giải – Tạ Chí Đại Trường, Quỹ Văn Hóa Phan Châu Trinh.

[3] Sa biographie établie par Nguyễn Thế Anh a été publiée pour la première fois dans Le Médecin du Viêt-Nam et reproduite en quatrième de couverture de l’ouvrage Những bài dã sử Việt (Nxb Thanh Văn, 1996). Nguyễn Thế Anh, « Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard d’historien », Le Médecin du Viêt-Nam, n° 8, mai-juin 1993, p. 13. Notons que sa date de naissance n’apparaît actuellement sur aucun notice biographique.

[4] Người lính thuộc địa Nam kỳ, 1961-1945, Hanoi, Nhã Nam / Nxb Tri Thức, 2011, 382 p.

[5] Voir : Thần, Người và Đất Việt, Westminster, CA, Nxb Văn Nghệ, 1989, pp. XI-XV.

[6] Nguyễn Thế Anh, « Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard d’historien », art. cit.

* * *

TaChiDaiTruong_ouvrages

Ouvrages de Tạ Chí Đại Trường :

  • Lịch sử nội chiến Việt Nam (1771-1802) (1973, in lại từ bản gốc năm 1991, 2007)
  • Thần, Người và Đất Việt (1989, 2000, 2006)
  • Một khoảng Việt Nam Cộng hòa nối dài (1993), [mémoires des camps de rééducation], en ligne sur Thông Luận.
  • Việt Nam nhìn từ bên trong (cùng Nguyễn Xuân Nghĩa, 1994)
  • Những bài dã sử Việt (1996)
  • Những bài văn sử (1999)
  • Lịch sử Việt Nam trong tầm mắt người Việt: Một lối nhìn khác (200x?)
  • Bài sử khác cho Việt Nam (Sơ Thảo) (2009)
  • Người lính thuộc địa Nam kỳ, 1961-1945 (2011), voir la présentation sur le site de l’éditeur Nhã Nam.

 

Pour en savoir plus (deux entretiens en ligne) :

Daniel Hémery : L’Indochine à l’âge des extrêmes – protestations et révolutions (XIXe-XXe) siècles [2007]

[ndlr] Une synthèse incontournable mise en ligne en février 2007. A lire sur le site Europe solidaire sans frontières (ESSF).

"La chasse aux pirates faute de tigres" © Deroo
Nord-Tonkin 1908. « Pirates » décapités après l’affaire des empoisonneurs © Eric Deroo & Pierre Vallaud

 

L’Indochine à l’âge des extrêmes :

protestations et révolutions (XIXe-XXe) siècles

Daniel Hémery (13 février 2007)

I. 1858-1896
Les sociétés indochinoises face à leur mise en dépendance coloniale (1858 – 1896)

II. 1900-1939
Protestations anti-coloniales, nationalisme et communisme, mouvements sociaux (1900-1939)

III. 1940-2006
De la « Guerre des dix mille jours » à la mondialisation (1940-2006) : la révolution déconcertante

* * *

Daniel Hémery un historien français, spécialiste de l’histoire de la péninsule indochinoise. Auteurs d’ouvrages de référence sur Ho Chi Minh, l’Indochine coloniale et les révolutionnaires vietnamiens. Enseignant-chercheur à la retraite, ancien MCF à l’Université Paris Diderot Paris 7.

  • Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial en Indochine. Communistes, trotskystes, nationalistes à Saigon de 1932 à 1937, Paris, François Maspero, « Bibliothèque socialiste », 1975.
  • Guide de recherches sur le Vietnam. Bibliographies, Archives et Bibliothèques de France, Paris, L’Harmattan, « Racines du présent », 1983 (ouvrage collectif).
  • Les servitudes de la puissance. Une histoire de l’énergie, Paris, Flammarion, 1986 (ouvrage collectif).
  • Hô Chi Minh. De l’Indochine au Vietnam, Paris, Gallimard, « Découvertes Gallimard », 1990.
  • Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris, Editions La Découverte, coll. « textes à l’appui/série histoire contemporaine », 2001 (nouvelle édition augmentée et mise à jour).

Voir également la Bibliographie partielle mise en ligne sur le site de ESSF (pdf).

Revisiting War Crimes During the War in Viet Nam: Nick Turse Book Reading and « Winter Soldier »

Turse_KillAnythingThatMoves[ndlr] Rare débat signalé ici sur les atrocités subies par les civils vietnamiens pendant la guerre du Viêt-Nam. Un dossier brûlant soulevé par Nick Turse et Deborah Nelson il y a quelques années déjà dans le Los Angeles Times (Vietnam – The War Crimes Files) et qui a pris la forme d’un ouvrage publié en 2013. Nous remercions Mark A. Ashwill (Hanoi) pour cette information.

* * *

Revisiting War Crimes During the War in Viet Nam: Nick Turse Book Reading and « Winter Soldier » screening, January 29, 2014 – at Johnson Hall, University of Washington, Seattle.

Nick Turse, author of the controversial and acclaimed book, Kill Anything That Moves (2013) speaks about US war crimes during the war in Viet Nam, in conjunction with a rare showing of the 1972 documentary « Winter Soldier », and followed by a panel discussion of Vietnam War experts Bill Turley and Mike Dedrick with Nick Turse.  Moderated by Judith Henchy.

Sponsored by the Southeast Asia Center, the UW Center for Human Rights, the University Bookstore, and the Seattle chapter of Veterans For Peace.

* * *

* * *

About the book

Ref. Turse, Nick, Kill anything that moves. The real American war in Vietnam, New York: Metropolitan Books/Henry Holt and Co., ©2013.

Based on classified documents and first-person interviews, a startling history of the American war on Vietnamese civilians

The American Empire Project
Winner of the Ridenhour Prize for Reportorial Distinction.

Americans have long been taught that events such as the notorious My Lai massacre were isolated incidents in the Vietnam War, carried out by just a few “bad apples.” But as award-winning journalist and historian Nick Turse demonstrates in this groundbreaking investigation, violence against Vietnamese noncombatants was not at all exceptional during the conflict. Rather, it was pervasive and systematic, the predictable consequence of official orders to “kill anything that moves.”

Drawing on more than a decade of research into secret Pentagon archives and extensive interviews with American veterans and Vietnamese survivors, Turse reveals for the first time the workings of a military machine that resulted in millions of innocent civilians killed and wounded—what one soldier called “a My Lai a month.” Devastating and definitive, Kill Anything That Moves finally brings us face-to-face with the truth of a war that haunts America to this day.

Source : MacMillan