Archives de catégorie : Débat / Questions d’histoire

Fondation du Conseil unifié du peuple vietnamien

[ndlr] Note succincte sur l’apparition d’un nouveau mouvement politique unitaire.

Alors que la répression s’accentue sur les dissidents à l’intérieur du pays, une nouvelle organisation d’opposition au régime communiste de Hanoi a vu le jour en Californie. Dénommée Liên Hiệp Hội Đồng Quốc Dân Việt Nam ou « Conseil unifié du peuple vietnamien »1, elle a été fondée à l’initiative de deux dignitaires religieux : le Vénérable Minh Tuyên et Lê Phuoc Sang, président du Conseil exécutif de du Bouddhisme Hoa Hao.

Le vénérable Minh Tuyên, chef du comité d’organisation, en a précisé l’objectif :

« Le but du Conseil unifié du peuple du Viêt-Nam consiste d’abord à créer l’union, unifier le grand bloc national vietnamien. Dans un second temps, il s’agira de mettre tout en œuvre pour la lutte pour le salut national, de contribuer à la protection de la souveraineté nationale, sur terre et sur mer, et de contribuer à la construction d’un Viêt Nam libre, humaniste et prospère ».

De son côté, le Dr Lê Phuoc Sang, membre du comité d’organisation, a déclaré lors de la Déclaration officielle du 16 juillet :

« Après 42 ans d’exil, nous devons reconnaître que de nombreuses organisations ont été créées, mais le résultat n’est pas au rendez-vous, parce que nous ne combinons pas ensemble notre action. Nous avons besoin d’une force totale, non pas laisser telle association diriger telle autre association, de créer une harmonie, de travailler ensemble, établir la confiance dans le pays au service de nos ancêtres ».

La Déclaration politique lue le 16 juillet lors de la proclamation officielle du mouvement fait explicitement référence à la menace que représente l’expansionnisme chinois :

« Notre pays et notre peuple ont dû subir d’innombrables fois la domination étrangère, le cœur humain a été dévoyé, les gens ne se font plus confiance les uns les autres, de sorte que l’unification est très difficile à réaliser. Mais aujourd’hui, face au danger expansionniste de la Chine, si notre peuple ne réunit pas son esprit et son cœur et s’il n’endosse pas la responsabilité de sauver le pays et de le redresser, l’anéantissement ne pourra être évité ».

Brûle-parfum, bougeoirs, tablettes dorées, vases et fruits en cascade, un autel aux héros nationaux a été dressé dans le temple « Tổ Đình Minh Đăng Quang » à Santa Ana en Californie. Au centre de cet autel riche de symboles trône au centre le portrait de l’empereur Quang Trung (1753-1792), réunificateur du pays après une longue guerre civile. On distingue d’autres portraits : sur la gauche, ceux de Nguyen Trai (1380-1442), le lettré stratège du XVe siècle ; Phan Thanh Gian (1796-1867), l’ambassadeur suicidé en 1867 et Huynh Phu So (1919-1947), le fondateur du bouddhisme Hoa Hao ; sur la droite, le pape caodaiste Pham Cong Tac (1890-1959), le général Tran Hung Dao (1228-1300) et Phan Dinh Phung (1847-1895), le chef militaire du mouvement anticolonialiste « Aide au roi »… Plus bas sur la gauche, les portraits en grande partie cachés du général Duong Van Minh (1916-2001) et de Tran Van Huong (1902-1982)… deux anciens dirigeants de la défunte République du Viêt-Nam (1955-1975)2. Les oriflammes des fêtes traditionnelles, utilisés notamment pour le grand rassemblement populaire des Rois Hung, les ancêtres mythiques du Viêt-Nam, ornent l’autel de part et d’autre. Deux drapeaux figurent sur le côté droit : celui de la République du Viêt-Nam et celui du bouddhisme international adopté en 1950.

L’empereur Quang Trung (né Nguyễn Huệ), une des incarnations de la résistance anti-chinoise et de l’unification du territoire vietnamien © DR

Depuis plusieurs années, en particulier depuis les manifestations antichinoises de l’été 2011 et du printemps 20143, le sentiment nationaliste vietnamien se développe. La fondation de cette nouvelle organisation visant à unifier les forces de l’intérieur du pays à celles de l’extérieur participe de la consolidation d’un transnationalisme vietnamien d’opposition au régime autoritaire actuel. Si les actualités récentes liées à la pollution maritime démontraient l’implication des Catholiques en avant-poste de la contestation, c’est la première fois depuis les tensions avec la Chine que des dignitaires bouddhistes lancent un tel appel patriotique. Parviendront-ils à mobiliser les millions de bouddhistes que comptent le pays ?

La portée de cet appel risque somme toute d’être limitée compte-tenu de la surveillance policière qui s’est intensifiée ces dernières années notamment sur les réseaux sociaux4. La fondation de cette nouvelle organisation, avec ses références puisées dans la tradition historique et le nationalisme religieux, revêt plus un caractère symbolique.

FG, d’après Người Việt, 17/07/2017, MàJ 18/07/2017.

Annexe :

Profession de foi de l’organisation et invitation :

Source : Vien Dong Daily, 07/07/2017.

 

Pour en savoir plus :

Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "Fondation du Conseil unifié du peuple vietnamien," in Mémoires d'Indochine, 18/07/2017, http://indomemoires.hypotheses.org/25393.

Notes

  1. Une organisation révolutionnaire intitulée de façon presque identique « Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân Việt Nam » et fondée aux Etats-Unis par des réfugiés politiques appelait en 1990 à renverser la pouvoir communiste. Voir sur Youtube « Thành lập Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân VN 1990 » Thành lập Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân VN 1990, au départ du document vidéographique, l’organisation est présentée par le Dr Nguyen Ton Hoan, un des dirigeants du Dai Viêt Quôc Dân Dang (Parti national du Grand Viêt-Nam) décédé en 2001 []
  2. Le portrait caché par l’ancien drapeau national est sans doute celui de l’empereur Bao Dai, présent sur l’autel de la même pagode lors des commémorations du 30 avril 2017. Voir : Văn Lan/Người Việt, Tổ Đình Minh Đăng Quang tưởng niệm các anh hùng VNCH, Người Việt, 30/04/2017 []
  3. Voir notre article : L’urgence démocratique » – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne []
  4. Dans sa profession de foi (encadré ci-dessus), l’organisation donne RV le 30 septembre 2017 pour rendre publique sa structure et l’identité de ses membres ou organisations adhérentes à l’extérieur du pays comme à l’intérieur []

Le lourd silence de la mer vietnamienne : « La mer morte » de Nguyên Công Nhân

Art et autoritarisme ne font pas bon ménage en République socialiste du Viêt-Nam. Une œuvre et son auteur ont fait l’objet d’une confiscation et d’une sanction disciplinaire de la part de l’Association des Lettres et Arts de la province de Tra Vinh dans le sud du pays. L’œuvre picturale incriminée, intitulée « La mer morte » de l’artiste Nguyên Công Nhân, fait référence au scandale écologique de la pollution maritime de la société taïwanaise Formosa. C’est un tableau figuratif comme il en existe des milliers d’autres… mais celui-ci déclenche une gêne, une inquiétude, un brouillage entre rêve et réalité, un dialogue silencieux entre ciel et mer.

On observe au premier plan une femme ramassant des poissons morts, une image directement inspirée d’une photographie prise lors de la pollution maritime au Centre du Viêt-Nam1. L’image de cette femme accroupie occupe une grande partie du tableau. Au second plan, on distingue nettement en haut à gauche une forme allongée : une jeune femme vêtue de blanc, couleur de la mort, semble flotter sur les eaux. Le symbole est fort, le cadavre fantomatique de l’océan. De l’image se dégage une impression de silence puis de malaise. L’océan habité par la mort déverse son chargement de poissons morts que cette femme, les yeux baissés, récupère… dubitative. Elle est plongée dans ses pensées et ne paraît pas se rendre compte du danger qui l’a déjà enveloppée. La mort est là, dans un bleu vert envahissant, conférant une unité de ton et de couleur au tableau.

La position de la jeune fille morte est particulièrement frappante. Son cadavre flotte dans la partie gauche du tableau, derrière le chapeau conique, comme si il était intégré dans les pensées de la femme de pêcheur. Qui est cette femme ? Est-ce la fille de la femme au chapeau conique ? Positionné horizontalement, le corps ne brise pas la ligne d’horizon. Seule la tête, oreilles dégagées et cheveux noirs plongés dans l’eau, apparaissent. Le reste du corps est comme recouvert d’un linceul blanc. Un croissant de lune éclaire la scène renforçant le caractère funèbre de l’œuvre.

« Biển chết » du peintre Nguyễn Nhân © DR

Les autorités n’ont pas apprécié cette charge à la fois symbolique et politique. Le 1er juin 2017, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh émanation du Comité populaire de Tra Vinh (et donc instance de l’Etat-Parti au niveau local) publiait une Décision disciplinaire contre l’artiste. Ce dernier recevait un avertissement doublé d’une mise à l’épreuve d’un an. En outre, le troisième prix qu’il avait reçu en 2016 de la province de Tra Vinh pour cette œuvre lui fut retiré et l’artiste fut sommé de rembourser les gratifications et récompenses liées à ce prix. Officiellement la raison de cette confiscation et de cette mesure disciplinaire ne serait liée qu’à un non respect du droit d’auteur et non à un quelconque tabou lié à l’affaire Formosa. Or, pour l’artiste, il s’agit bien d’une censure a posteriori. L’autorisation d’exposer avait été donnée par l’Association des Lettres et Arts du Viêt-Nam après un contrôle effectif. De plus, l’auteur de la photographie n’avait pas porté plainte contre l’artiste pour cette œuvre dérivée. Réfutant toute violation de droits d’auteurs l’artiste défend son droit à l’adaptation à partir d’une photo de presse :

« J’insiste, j’ai seulement emprunter cette image pour composer un travail pictural personnel et je n’ai pas juste recopié l’image. Cette photo que j’ai trouvé dans la presse représente une femme de pêcheur ramassant chaque poisson mort échoué sur la plage, alors que dans ma peinture il y a aussi une jeune fille morte sous un clair de lune au milieu de l’océan. Ces deux images sont complètement différentes. Donc, on « m’oblige » à dire que j’ai violé le droits d’auteur alors que je ne l’ai pas fait. Je suis prêt à rendre le prix, mais je n’accepte pas cette accusation de violation du droit d’auteur. »2.

Le 3 juillet prochain, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh doit organiser une conférence de presse au sujet de cette affaire qui secoue le monde des artistes. Et ce d’autant plus que l’Association des Lettres et des Arts du Viêt-Nam (au niveau national) a condamné l’acte confiscatoire, jugé contraire à la loi, de sa filiale de Tra Vinh.

Nous avons, vu de France, peu l’occasion de connaître les œuvres récentes liées au drame de Formosa. L’occasion nous est donné par cette mesure disciplinaire. Rien de mieux pour un auteur qu’une publicité de cet ordre pour donner résonance à son œuvre. C’est chose faite.

FG, 01/07/2017.

En haut : la photographie publiée dans le quotidien Thanh Niên et en bas : l’interprétation artistique de Nguyên Nhân © DR

Pour en savoir plus :

L’artiste (au milieu) et son tableau © VnExpress

Notes

  1. Cette inspiration non dissimulée a servi de prétexte pour attaquer l’artiste pour non respect des droits d’auteurs []
  2. Lùm xùm “án kỷ luật” đối với tác giả bức tranh “Biển chết” ở Trà Vinh, Dân Tri, 29/06/2017 []

Pierre Brocheux : Paris, Moscou, Hanoï : Hồ Chí Minh et les droits de l’homme

[ndlr] Communication de Pierre Brocheux. Reproduite sur Mémoires d’Indochine avec son aimable autorisation.

 

Paris, Moscou, Hanoï : Hồ Chí Minh et les droits de l’homme

Pierre Brocheux

Résumé :

À Hanoi, le 2 septembre 1945, Hồ Chí Minh proclame la naissance de la République démocratique du Viêt Nam. Son discours débute par l’invocation des droits de l’homme en se référant à la Déclaration de l’indépendance américaine (4 juillet 1776) et à la Déclaration française (26 août 1789). En suivant le parcours du lutteur de l’indépendance nationale au dirigeant d’un état se réclamant du socialisme de type soviétique, Hô Chi Minh a-t-il toujours  placé les droits de l’homme  des « révolutions atlantiques », dans son horizon politique ou les droits ne furent-ils qu’une arme tactique dans sa lutte contre la domination coloniale française ?  Lorsqu’il parlait des droits de l’homme, à quel système de valeurs pensait-il ? A-t-il exposé ses conceptions ?

Le 2 septembre 1945, Hồ Chí Minh proclame la République démocratique du Viêt Nam, état indépendant ; sa déclaration se réfère à la déclaration des droits de l’homme de la Déclaration de l’indépendance américaine et à la Déclaration française de 1789. Mais il précise aussitôt que la France a trahi les droits de l’homme en soumettant les Vietnamiens à sa domination et que le régime colonial  a démenti la devise de la république française : Liberté – Égalité – Fraternité, de façon permanente. La double référence à l’histoire n’était pas innocente car les événements passés que Hồ Chí Minh évoquait, concordaient avec la situation de la fin 1945 : les colonies anglaises d’Amérique s’étaient révoltées contre la Couronne britannique et le Viêt Nam venait de rejeter le joug de la France, simultanément la monarchie viêt séculaire venait d’être abolie (abdication de l’empereur Bảo Đại) comme le fut celle de France en 1792 après l’abolition de la « féodalité » (4 août 1789).

En 1925, il explicita ses accusations dans un pamphlet intitulé Le procès de la colonisation française où il dénonçait le paradoxe flagrant de la France, patrie des droits de l’homme et état impérial conquérant.  Le 9 novembre 1946, l’Assemblée nationale de la République démocratique du Viêt Nam adopta la première constitution qui comportait un préambule où les droits de l’homme étaient affirmés1. Cependant, cette constitution fut élaborée à la veille de la guerre franco-vietnamienne qui ne  favorisa pas  – c’est le moins que l’on puisse dire – son application. Lorsque le conflit militaire de neuf ans prit fin, l’état dont Hồ Chí Minh avait pris la tête  afficha clairement des objectifs révolutionnaires qui conduisit à une deuxième guerre, celle de l’unification du pays et de l’instauration d’un état socialiste de type soviétique (1976).

L’intérêt du sujet tient à sa contemporanéité parce qu’il concerne la nature et le fonctionnement du régime politique de la République socialiste du Viêt Nam ainsi que les facteurs potentiels de démocratisation.

Hồ Chí Minh fait connaissance avec les droits de l’homme

1. Le séjour en France de 1917/1919 à 1923

Le jeune Nguyễn Tất Thành, qui se fit appeler Nguyễn Aí Quốc en 1919 puis Hồ Chí Minh en 1942, a édifié sa personnalité au cours d’une trentaine d’années passées hors de sa patrie. Suivre ses pérégrinations nous éclaire en tenant compte du fait qu’Hô Chi Minh était un homme d’action et un pragmatique.  La théorie n’était pas son fort et je m’avance à  dire qu’il se méfiait d’elle. Il faut donc nous reporter aux témoignages de ceux qui furent ses proches et aux nombreuses anecdotes qui ont été recueillies et publiées à des fins d’édification. Dans son parcours, Hồ Chí Minh rencontra les droits de l’homme tels qu’ils sont définis dans la philosophie politique occidentale et placés en exergue dans les régimes politiques qui s’y référent.

Très tôt, dès  l’enfance, il prend conscience que son pays est sous le joug étranger, mais la domination française présente un caractère ambiguë que révèle la sévère répression qui s’abat sur le mouvement des lettrés modernistes.  Une des principales figures de ce mouvement, le lettré Phan Châu Trinh est accusé  d’avoir fomenté la révolte fiscale dans la province du Quảng Nam en 1908, il est condamné à mort, mais sa peine commuée, il est déporté au bagne de Poulo Condor. Ses amis français de la Ligue des droits de l’homme (il y avait plusieurs sections de la LDH en Indochine) obtiennent qu’il soit exilé en France où il continue d’exprimer librement ses opinions contre la monarchie, le mandarinat et, indirectement, le protectorat français. Par exemple, il prend à partie, publiquement  et irrespectueusement l’empereur Khải Định qui est en visite officielle en France en 1922.

En 1914, il est emprisonné pendant quelques mois ainsi que son compatriote et mentor Phan Văn Trường pour complot en collusion avec l’Allemagne. L’accusation n’étant pas fondée, les deux hommes sont libérés en 1915 sur l’intervention de la Ligue des droits de l’homme2.

À la fin de la guerre, les deux hommes sont rejoints par Nguyễn Tất Thành, Nguyễn Thế Truyền et Nguyễn An Ninh.  Ce groupe rédige les Revendications du peuple annamite, sous la signature collective « Nguyễn Aí Quốc ». Thành saisit l’occasion de la tenue de  la Conférence de la Paix à Versailles en 1919 (où le président Woodrow Wilson avait inscrit l’autodétermination des peuples dans ses fameux « Quatorze points ») pour porter les « Revendications » à la connaissance des délégués. Jusqu’à la dispersion du groupe connu sous le nom « les cinq dragons », de 1923 à 1925, ces cinq hommes qui sont étroitement surveillés et parfois harcelés par la police, poursuivent leurs activités militantes de manière ouverte et publique. Ils sont soutenus et protégés par la mouvance anticolonialiste française, de la Ligue des droits de l’Homme aux partis socialiste et communiste. Nguyễn Tất Thành est donc parfaitement informé de cette situation, il adhère au parti socialiste puis au parti communiste français (1920) en sachant que cette appartenance lui confère une relative immunité légale et pratique.

Des cinq hommes, celui qui se fait appeler désormais Nguyễn Aí Quốc, choisit la voie révolutionnaire pour reconquérir l’indépendance de son pays tandis que les autres ont toujours foi dans le réformisme et l’action légale. Nguyễn Aí Quốc rejoint Moscou où il se met au service de la IIIème Internationale parce qu’il estime que la révolution est plus apte que les réformes et le légalisme à mettre en application les droits de l’homme. À compter de cette période, il est clair que Quốc accorde la priorité et la prééminence au droit des peuples à l’autodétermination sur les droits des individus, un choix clairement déterminé par sa condition de colonisé.

2. Les moments soviétiques (1923-1924 et 1934-1938) sont déterminants pour plusieurs raisons

L’adhésion à la révolution d’Octobre 1917 et au léninisme implique davantage que modifier l’ordre de priorité des droits de l’homme ou les hiérarchiser : elle fait reconnaître le droit des travailleurs et celui des peuples. En outre, le léninisme exalte le rôle historique d’une classe sociale, le prolétariat3. Cette conception est-elle compatible avec la philosophie libérale universaliste des droits de l’homme issue du mouvement intellectuel de l’Europe du XVIIIème siècle4. Karl Marx refusait d’admettre l’existence et l’universalité du droit naturel et il insistait sur le contexte social et historique, il n’envisageait l’homme qu’en tant qu’il fait partie d’une société déterminée. Les philosophes confucianistes, particulièrement Xun zi (341-305 a.c.), ne sont pas loin5.

La conception que l’homme « n’existe que par les autres » (Marcel Mauss) est capitale aux yeux de Nguyễn Aí Quốc qui lors de son premier court séjour à Moscou (1923-1924) ne manque pas de revendiquer sa formation confucéenne6. Lorsqu’il est à Moscou, et, à chaque fois qu’il en a l’occasion, il marque la différence vis à vis de ses camarades occidentaux en affirmant l’antériorité du confucianisme progressiste (qu’il distingue du conservateur). Pour lui, Confucius fut le premier humaniste, le premier  internationaliste (« les hommes sont frères sur les quatre océans ») et le premier socialiste (partage égalitaire du terroir de la communauté villageoise). Mais il écrit également que la lutte des classes n’est pas la même en Asie qu’en Europe7 : dans les sociétés d’Asie, les disparités socio-économiques sont faibles par rapport à celles de l’Occident capitaliste et industriel. Les révolutionnaires asiatiques doivent prendre en compte ces spécificités. Quốc adhère à une doctrine révolutionnaire qui invoque les droits de l’homme comme ceux de la philosophie des droits naturels mais il s’est mis au service d’une organisation révolutionnaire qui se réclame d’une doctrine exclusive : la lutte des classes et la dictature du prolétariat. L’aspiration à la démocratie y est inévitablement contrariée et le respect des libertés individuelles y est aléatoire sinon impossible. Quốc est pris au piège inévitable où étaient tombés les révolutionnaires français comme Saint Just, partisan tout à la fois de la démocratie souveraine et de la dictature révolutionnaire.

Antoine Louis Léon de Saint-Just (1767-1794, guillotiné avec Robespierre)

Aussi, lorsque Quốc invoque les valeurs liberté et égalité,  la liberté n’est pas celle de l’individu mais c’est la liberté du peuple, de la nation. Autrement dit la liberté collective, l’indépendance nationale.

Le droit à l’égalité est également un droit primordial qui le conduit à faire l’éloge du kolkhoze qui, dans la vision qu’il en eut, est l’application du droit au travail, où les paysans ont le même statut, jouissent de mêmes revenus, du même niveau de vie, où leurs enfants bénéficient du droit à l’éducation. Plus tard, lorsqu’il est incarcéré à l’hôpital de la prison britannique de Hong Kong, une infirmière chinoise  lui demande « qu’est ce que le communisme ? », Quốc lui répond que c’est d’abord l’égalité, « vous portez une collerette bleue et l’infirmière-chef anglaise une collerette rouge, dans le régime communiste il n’y aura pas deux collerettes de couleur différente pour marquer la hiérarchie »8.

Ces anecdotes confirment ce qu’il écrivait en 1921 :

L’Asiatique – bien que considéré par les Occidentaux comme arriéré – comprend pourtant mieux la nécessité d’une réforme totale de la société présente. Et voici pourquoi […] le Grand Confucius préconisa l’Internationale, prêcha l’égalité de fortune […]. L’égalité annule la pauvreté […].  Son disciple Mencius continua sa doctrine, il traça un plan détaillé d’organisation de la production et de la consommation. La protection et le développement d’une saine enfance, l’éducation et l’obligation au travail des adultes, la condamnation sévère du parasitisme, le repos des vieillards, rien ne fut négligé dans sa thèse9

Les séjours à Moscou permettent à Quốc d’observer, une fois de plus, le décalage entre  théorie et réalité ; quel que soit le régime politique du pays dans lequel il séjourne, il ne peut pas ne pas remarquer que la réalité ne concorde pas avec les idéaux affichés. Dans le premier séjour, il attribue l’écart aux facteurs objectifs : « l’encerclement capitaliste » qui oblige les révolutionnaires à défendre la jeune république des soviets et à établir un régime d’exception, les difficultés économiques, la déstructuration de la société. Mais au cours du deuxième séjour (1934-1938) qui correspond à la période des grandes purges staliniennes dont il manque de peu d’être la victime, il n’est pas davantage aveugle et sourd devant ce qui se passe.  Son silence sur cette période laisse supposer qu’il admet que la fin justifie les moyens et/ou, son but prioritaire étant l’indépendance de son pays, il lui faut suspendre l’application des droits de l’homme.  Pour réaliser son dessein, il a un besoin absolu de l’Internationale et de l’Union soviétique10.

Cela ne l’empêche pas d’écrire que la constitution soviétique de 1936 est « la meilleure du monde », en quoi il ne fait que répéter Staline qui passait pour le principal inspirateur ou rédacteur. Il convient de noter que la nouvelle constitution soviétique proclamait les droits de l’homme mais les assortissait des devoirs des citoyens envers l’État et le Parti (la constitution française de l’An III/1795 associait, elle aussi, des droits et des devoirs).

Pour Nguyễn Aí Quốc, les aspects négatifs de l’Union soviétique sont imputables au fait que la révolution est trop récente pour produire ses aspects positifs. S’adressant à ses trois compatriotes délégués au 7ème congrès du Comintern (1935) au cas où ils rencontreraient des bandes de bezprizorniki, jeunes sans surveillance et souvent délinquants ainsi que d’autres aspects « négatifs » de la réalité soviétique, il leur rappelle que l’URSS « revient de loin » et que, de toutes manières, la « situation des colonisés en Indochine est pire »11. Trente ans plus tard, si l’on en croit Hoàng Tung12, Hồ Chí Minh admettait qu’il savait à quoi s’en tenir sur la dictature de Staline et de Mao Zedong mais qu’il considérait l’unité du camp socialiste comme primordial, la libération nationale l’emportant sur toute autre objectif.

3. En contrepoint de sa confrontation avec la dure réalité soviétique, Nguyễn Aí Quốc fit deux expériences contrastées : celle du régime pénal britannique (1931-1934) et celle des geôles chinoises de la province du Guanxi (1942-1943)

Dans le premier cas, incarcéré dans la prison de Hong Kong après que les réseaux de la IIIème Internationale en Extrême-Orient fussent tombés dans un coup de filet de la police anglaise (1931), Quốc bénéficia de l’habeas corpus (notion qui existait dans le droit britannique mais pas dans le droit français).  La garantie juridique de la liberté individuelle lui évita l’extradition demandée par le gouvernement général de l’Indochine, de sorte qu’il échappa à la peine capitale qui avait été requise contre lui par un tribunal du protectorat d’Annam. Non content de le préserver d’un sort fatal, le gouverneur britannique exfiltra Nguyễn Aí Quốc vers la Chine d’où il rejoignit Moscou en 193413.

Dans un second épisode de sa vie aventureuse, Quốc fut arrêté par la police nationaliste chinoise en août 1942, il passa une année dans les prisons de la province du Guanxi, dans des conditions éprouvantes qui lui fournirent matière à rédiger ses Carnets de prison. On peut imaginer que s’il ne cultiva pas la nostalgie de la prison Victoria de Hong Kong, il fit des comparaisons à l’avantage des geôles impérialistes14

4. Les droits de l’homme pendant les trente années de la tragédie vietnamienne (1945-1975), ont-ils été mis de côté voire oubliés ou leur application a-t-elle été ajournée jusqu’à la restauration de la paix, de la prospérité économique et de la stabilité sociale et politique ? Entretemps, ont-ils servi d’idées-force au mouvement d’indépendance et d’alibi à un pouvoir d’exception ?

On ne peut nier le poids décisif des conditions objectives dans la définition et l’application des doctrines philosophiques, des aspirations des peuples, Emmanuel-Joseph Sieyès (1748-1836) a exprimé le fait en une phrase « Pourquoi transporter les hommes sur le haut d’une montagne et de là, leur montrer tout le domaine de leurs droits puisqu’on est obligé ensuite de les en faire redescendre pour les placer dans l’ordre politique où ils doivent trouver des limites à chaque pas ? »15.

Hồ Chí Minh et les droits de l’homme  dans la mémoire de Vũ Đình Hoè

À ma connaissance, le seul témoignage qui évoque Hồ Chí Minh et sa conception des droits de l’homme, est celui de Vũ Đình Hoè (1912-2011). Juriste, formé à l’université de Hanoi, il fut représentatif de l’intelligentsia vietnamienne qui émergea dans les années 1930 et 1940. Il anima un groupe d’intellectuels dont plusieurs juristes qui publiait la revue Thanh Nghị (1941-1945)16.  Celle ci traitait principalement des questions de société, d’économie et de culture générale du Viêt Nam contemporain. Lors de la révolution  d’août 1945, le groupe rallia le Viêt Minh (organisation frontiste dirigée par le Parti communiste indochinois). Il se transforma en Parti démocrate du Viêt Nam (Đảng Dân Chủ Việt Nam) auquel Hồ Chí Minh assignait un rôle  précis au sein du Viet Minh/Liên Viêt : représenter la fraction de la bourgeoisie moderniste, les « experts » pour éduquer, éclairer les révolutionnaires professionnels, les cấn bộ politiques et équilibrer la balance des pouvoirs.

Vũ Đình Hoè accepta  le poste de ministre de l’éducation nationale dans le gouvernement provisoire d’Hồ Chí Minh puis il devint le ministre de la justice en 1946 jusqu’en 1960. Il fut un conseiller de confiance de Hồ Chí Minh pendant toute la durée de la résistance antifrançaise dans la haute région du Nord Vietnam et après le retour du gouvernement de la République démocratique du Vietnam à Hanoï17.

Vũ Đình Hòe (1912-2011), ministre de la justice de la RDVN de 1946 à 1960 © DR

Vũ Đình Hoè nous confirme quatre idées-clefs que Hồ Chí Minh n’eut de cesse de répéter : il n’est pas concevable d’isoler les individus de leur société et de leur culture, l’indépendance nationale (la liberté collective) est la condition sine qua non de la liberté individuelle, les hommes ont des droits et des devoirs, le Droit est inséparable de la Morale.

Cependant, en plusieurs occasions, et dans des circonstances précises, Hồ Chí Minh chargea Vũ Đình Hoè de corriger des « erreurs », un euphémisme qui désigne des abus de pouvoir, les actes et les effets de la coercition violente induite dans le communisme de guerre.  Par exemple, Vũ Đình Hoè livre le récit de la mission qu’il accomplit après l’échec de l’opération Léa que le commandement français déclencha en octobre 1947 pour capturer le gouvernement de la résistance dans la région de Bac Kan.

Ses pérégrinations pédestres de 3.000 kilomètres durèrent quatre mois. Il vérifia que les prisonniers français étaient bien traités18 ; il enquêta sur le « zèle » d’un cadre de la Sécurité, « esprit borné, coupé de la population, procédant à des arrestations sans preuves, faisant disparaître certains détenus », il présenta à la population et aux victimes de l’arbitraire, les excuses du gouvernement19.

Vũ Đình Hoè cite un autre exemple significatif : pendant la résistance anti-française, un médecin, le Dr Trần Hữu Tước, refusait de participer aux séances collectives de critique et d’autocritique (Chỉnh huấn), aux plaintes répétées des dirigeants de la Zone III, « Oncle Hồ répondait avec placidité le chỉnh huấn repose entièrement sur le libre consentement. Si quelqu’un le refuse il ne doit pas y être contraint »20.

Par conséquent, Vũ Đình Hoè témoigne que les droits de l’homme dans leur déclinaison collective comme dans leur déclinaison individuelle, étaient au centre des préoccupations de Hồ Chí Minh mais de façon indissociable du dessein ultime que cet homme voulait accomplir : la restauration de l’indépendance de sa patrie et de l’État national. Lorsqu’en 1986,  le secrétaire général du Parti communiste décréta le Đổi Mới ou Rénovation, dont les commentateurs étrangers ne relevèrent que le volet économique, la parole fut libérée dans tous les domaines y compris dans la culture et la politique21.

Le Bicentenaire de la révolution française en 1989 fut l’occasion d’une reprise de la parole par les partisans d’une rénovation politique approfondie qui se référa à la Révolution et particulièrement à la Déclaration de 1789.  Vũ Đình Hoè  rappela en maintes occasions que Hồ Chí Minh insistait pour que les gouvernants vietnamiens ne perdent jamais de vue cette référence : « Aujourd’hui, il s’agit de mettre en application ces principes universels que Hồ lui même avait enseigné en 1946. Aujourd’hui nous devons suivre cette orientation et fonder sur le Droit un socialisme-démocratie, abandonner pour toujours et sans regret le monstre Socialisme-État , le Socialisme-Féodalisme »22.

Hô Chi Minh et sa conception des droits de l’homme

En se présentant comme l’héritier et le porte-parole des idées cardinales du président Hồ Chí Minh, en matière des droits de l’homme, Vũ Đình Hoè  confirme le pragmatisme de la démarche hochiminienne. Celle ci nous permet de supposer que l’adhésion au marxisme-léninisme, à son idéologie exclusive (lutte des classes et dictature du prolétariat) était fortement contrebalancée par l’empreinte plus profonde de la culture humaniste sino-vietnamienne23. Cette dernière valut à Hồ Chí Minh d’être fortement critiqué par des camarades ‘’purs et durs’’ et d’être écarté du pouvoir décisionnaire à partir des années 1960. Mais elle éclaire également la décision du parti-État d’engager le pays dans la voie de la réforme, Đổi Mới, en 1986, une politique d’ouverture dont les commentateurs étrangers et vietnamiens ignorent ou cachent le registre culturel et politique24.

Lorsque Nguyễn Aí Quốc écrivait que faire de la lutte de classes le moteur de l’Histoire repose sur les analyses des sociétés européennes, or, ajoutait-il, « qu’est ce que l’Europe ? Ce n’est pas toute l’humanité […] il faut envisager de réviser le marxisme, quant à ses assises historiques, l’affermir par l’ethnologie orientale »25, il se situait dans une logique syncrétique qui le conduisit à associer Marx, Mencius, Jésus dans une vision humaniste que l’on peut qualifier de générique. En ce sens, Hồ Chí Minh apparaît comme un passeur de la modernité dans le Viêt Nam du XXe siècle.

Pierre Brocheux

Notes

  1. Stein Tonnesson, « Ho Chi Minh’s First Constitution (1946) »,  exposé présenté à la International  Conférence on Vietnamese Studies and the Enhancement of International Cooperation, Hanoï, juillet 1998 ; B. Fall, Le Viet-Minh, La République démocratique du Viêt-Nam. 1945-1960, Paris, 1960, p. 51-59. Les constitutions de 1956, 1960, 1980 qui ont précédé celle, dernière en date, de 1992, sont clairement élaborées dans des conjonctures où guerres chaudes (locales, régionales) et Guerre froide sont emboîtées []
  2. P. Brocheux, ‘’Phan Văn Trường, 1876-1933, Acteur d’une histoire partagée’’, Moussons, 1/2015 []
  3.  Lors du débat, en 1956,  sur la réforme constitutionnelle en RDVN, Trần Huy Liệu, président de la commission déclara « il est nécessaire que l’on comprenne clairement à quelles classes appartient le pouvoir et par quelles classes l’État doit être dirigé (…). Il se fonde sur l’union entre ouvriers et paysans et il est dirigé par la classe ouvrière… », cité par B. Fall, op. cit., p. 55 []
  4. le mouvement des Lumières n’était pas univoque, les idées de Marx se rattachaient à la tradition de John Locke et J.-J. Rousseau et non à celle de Thomas Hobbes et Jeremy Bentham ? []
  5. voir Philosophes confucianistes, p. 611-688, La Pléiade, Gallimard, Paris, 2009. Les historiens considèrent Xunzi comme le maître des Légistes qui « accordaient la primauté aux intérêts de l’État » (Anne Cheng) []
  6. L’entretien avec l’écrivain Ossip Mandelstam dans Ogoniok, 23/12/1923, n’est pas reproduit dans Tòan Tập [Oeuvres complètes], mais il l’est dans Hô Chi Minh. Textes 1914-1969, A. Ruscio édit., Paris, L’Harmattan, 1990, p. 54-57 []
  7. P. Brocheux, Hô Chi Minh, Presses de Sciences Po, Paris, 2000 ou Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, Payot, Paris, 2003. Sur ce dernier point, en particulier, voir  Ho Chi Minh. Textes, op. cit., p. 69-74. []
  8. Voir les deux récits à caractère autobiographique, notamment T. Lan, Vừa đi đương vừa kể chuyện (Causeries chemin faisant), Hanoï 1963 ; Trần Dân Tiên, Những mâu chuyện về hoạt động của Hồ chủ tịch (Récits des activités du président Hô Chi Minh), Hanoi, 1948 []
  9.  Sous le titre « Indochine » dans Revue communiste n°15, 15 mai 1921, reproduit dans Ho Chi Minh. Textes…, op.cit., p. 34-35 []
  10. Entretien avec C. Fenn, Trial runs to Domesday, cité dans Ho Chi Minh. A Life, de W. Duiker, p. 238-239 []
  11. T. Lan, op. cit. []
  12. in Những Kỷ Niệm về Bắc Hồ, Hanoi, Éditions politiques d’État, 2002.  Hoàng Tung, était membre du  comité central du parti communiste, mais il assistait régulièrement aux réunions du Bureau politique (instance suprême du parti) en tant que responsable à la propagande et rédacteur en chef du Nhân Dân de 1951 à 1982. La brochure fut retirée de la vente et brûlée mais entretemps elle fut téléchargée sur le Web []
  13. Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, op. cit., p. 92-94 ; tous les détails de l’imbroglio juridique sont exposés par Lady Borton, The Legal Case of Nguyen Ai Quôc in Hong Kong, 1931-1933 (documents and photographs), Hanoi, éditions Thê Gioi, 2006 []
  14. Ibid., p. 122-125 []
  15. Législateur français, Sieyès a traversé la tourmente révolutionnaire, le Consulat, l’Empire , la Restauration et la monarchie de Juillet . Il « passa entre les gouttes » et à ceux qui lui demandaient « que faisiez vous ? » « j’ai vécu » répondait-il []
  16. Inspiré du Qing Yi (‘’Jugements purs’’), nom porté à partir du IIème siècle p.c, par  un mouvement protestataire de lettrés chinois qui s’opposaient à l’influence grandissante des eunuques comme conseillers des empereurs chinois. Dans les moments de crise, au cours de l’histoire de Chine jusqu’au XIXème siècle, le mouvement dit Qing Yi réapparut jusqu’à l’époque où, face aux défis de l’agression impérialiste occidentale, des lettrés comme Kang Yeouwei (1857-1928) remirent en cause la Tradition ; voir Anne Cheng, Histoire de la pensée chinoise, Paris, Seuil, 1997 ; P. Brocheux, ‘’La revue Thanh Nghị : un groupe d’intellectuels vietnamiens confrontés aux problèmes de leur nation. 1941-1945’’ in Revue d’Histoire moderne et contemporaine n°2/1987, p. 317-331 []
  17. Il a évoqué ses souvenirs de la période 1945-1960 dans 1) Thanh Nghị. Hồi Ký, Hanoï 1999  2) Hồi Ký Vũ Đình Hòe, Hanoï, 1994 3) Pháp Quyền Nhân Nghĩa Hồ Chí Minh, Hanoi, 2001 suivi d’une 2e version augmentée, Ho Chi Minh-ville, 2008 ; correspondance et entretien avec P. Brocheux en 1990, 2002 et  2003 []
  18. Henri Morché, président de la Cour d’appel de Hanoi et sa famille, pris en otages le 19 décembre à Hanoi, y était détenu []
  19. Pháp Quyền Nhân Nghĩa… op. cit., p. 130-133.  Pour moi le titre est difficilement traduisible en français, il pourrait être Les droits de l’homme selon Hô Chi Minh, ou la conception hochiminienne des droits de l’homme… []
  20. in Vũ Đình Hoè, Ibid., p. 308 []
  21.  P. Brocheux, ‘’Vietnam, une sortie à petits pas’’ in Les communismes d’Asie : mort ou métamorphoses ? (dir. J-L Domenach et F. Godement), Éditions Complexe, 1994, p. 71-89 []
  22. Hai Trăm Năm Cách Mạng Pháp, p. 121, Tp. Ho Chi Minh 1989 ; propos renouvelé dans un entretien avec P. Brocheux en 2003 []
  23. dont l’union nationale, đoàn kết fut la traduction stratégique sous le nom de Việt Minh / Liên Việt []
  24. Pierre Brocheux, « Vietnam 1994 : une société en mouvement » in Approches Asie, n°12, p. 31-49, 1994 []
  25. « Rapport sur le Tonkin, l’Annam et la Cochinchine » dans Ho Chi Minh. Textes… op. cit., p. 69-74 []

Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoi [Institut Francophone International]

[ndlr] L’Institut Francophone International vous propose une visite virtuelle de l’Opéra de Hanoi, haut lieu de la culture et de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. A ne pas manquer.

Cliquer sur l’image pour accéder à la visite. © 2017 IFI

 

L’incroyable rock, funk et soul 60 & 70’s du Vietnam [Nova Planet]

[ndlr] A lire sur Nova Planet un article de Jean Morel.

L’incroyable rock, funk et soul 60 & 70’s du Vietnam

Des merveilles qui ont survécu miraculeusement à une histoire tourmentée

C’est un récit musical qui est le fruit de conjonctures historiques uniques. Une ère musicale éphémère issue de la rencontre forcée de cultures et dont on aurait pu perdre toutes traces. Cette histoire est celle d’une décennie, de 1965 à 1975, au Vietnam. Une décennie de souffrance, car elle marque à la fois l’intensification et l’enlisement du conflit. C’est en 65 que Lyndon B. Johnson lance en effet l’opération Rolling Thunder, qui déversa un demi-million de tonnes de bombes sur le Vietnam en 38 mois… C’est cette même année que la guerre entre dans un nouveau degré d’horreur avec l’autorisation par le président américain de l’utilisation de napalm. Cette histoire, c’est celle, éphémère, du funk, de la pop du rock et de la soul du Vietnam.

Dans le Vietnam colonisé par les Français pendant un siècle, de 1858 à 1954, et sous contrôle américain pendant la guerre, il s’agit paradoxalement d’une période luxuriante en termes de créativité musicale. Mais pour en mesurer toute l’étendue, il faut prendre un recul nécessaire sur l’histoire multiple et agitée de cette nation, qui se reflète forcément dans la musique.

Lire la suite : Nova Planet

Lê Thanh Nghị, « Report on meetings with Party leaders of eight socialist countries » [1965]

[ndlr] Signalement d’une archive en ligne sur le site du Wilson Center.

North Vietnamese Deputy Prime Minister and Politburo member Le Thanh Nghi recounts his discussions with socialist leaders in the summer of 1965, just as the war in the south was heating up.

“Report on Meetings with Party Leaders of Eight Socialist Countries”

During these talks, in each country we focused on providing to the Party and State leaders internal information on the Vietnamese people’s struggle against the American imperialist aggressors and on our Party Central Committee’s assessments and policies. We provided clear explanations of the plots of the American imperialists, described the victories our struggle has won, and explained our strategic resolve to defeat the American imperialists, to defend the North, liberate the South, and to advance toward the peaceful unification of our country. We described our determined resolve to overcome all difficulties and hardships in order to achieve total victory, and we clearly spelled out the certainty of our victory. We also told the Soviet Union and the Eastern European countries that if Vietnam did not resolutely defeat the American imperialist will to commit aggression, the American imperialists would become aggressive and would try to put their foot on our collective heads. They would escalate their acts of aggression and instigate wars against a number of the other fraternal countries, including even the Eastern European countries. We made careful presentations so that the fraternal countries would understand that we were not using only military measures in our struggle and that we were not rigid and machine-like; instead we made it clear that we have a clear and profound understanding of our nation’s most sacred revolutionary mission, which is also a heavy and glorious international duty for us.

In general, in all eight socialist countries that we visited (China, the Soviet Union, Poland, Germany, Bulgaria, Hungary, Czechoslovakia, and North Korea), the Party and State leaders whom we met all indicated that they agreed with our assessments and our analyses; they agreed with the policies and positions of our Party Central Committee; and they said that they would actively support and help us.

[Handwritten: Brother Tuan will type up an official copy, which should be about 20 pages long]

[Handwritten: 24 copies]

Pour citer ce document :

« Lê Thanh Nghị, ‘Report on Meetings with Party Leaders of Eight Socialist Countries’, » 1965, History and Public Policy Program Digital Archive, 8058 – “Báo cáo của Phó Thủ tướng Lê Thanh Nghị về việc gặp các đồng chí lãnh đạo của Đảng và Nhà nước 8 nước xã hội chủ nghĩa năm 1965,” Phủ Thủ tướng, Vietnam National Archives Center 3 (Hanoi). Obtained by Pierre Asselin and translated by Merle Pribbenow.

https://digitalarchive.wilsoncenter.org/document/134601

Source : Wilson Center Digital Archive

Déambuler dans la littérature vietnamienne francophone…

[ndlr] Un nouveau carnet de recherche intitulé Littérature Vietnamienne Francophone vient de voir le jour sur Hypotheses.org. Il s’agit du carnet de Nguyen Giang Huong, chargée de collections en Langue et Littérature d’Asie du Sud-Est au département Littérature et art de la BNF et notamment responsable du fonds vietnamien. Elle livre ci-après les principaux objectifs de sa démarche :

  • effectuer un état des lieux des écritures littéraires des auteurs francophones d’origine vietnamienne
  • favoriser la préservation des textes,
  • relayer les études scientifiques
  • établir une veille sur les différentes recherches menées sur ces corpus
  • attirer l’attention des chercheurs, des auteurs écrivains francophones ainsi que le public sur le plan international.

A visiter régulièrement.

FG

Profil de Nguyễn Giáng Hương : actuellement chargée de collections en Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est à la Bibliothèque nationale de France et chercheuse associée au Centre des Sciences des Littératures de Langue Française (E.A. 1586), elle a soutenu en 2015 une thèse intitulée La poétique du sujet multiculturel dans le roman vietnamien francophone de l’époque coloniale, dans la première moitié du XXe siècle à l’Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense. Elle a publié plusieurs articles sur l’écrivain Phạm Văn Ký.

Michael Goebel : Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939)

[ndlr] Parution à La Découverte d’une étude intéressante et importante (450 p.) sur la l’organisation et la lutte des immigrés de Paris contre l’impérialisme et l’oppression coloniale. Présentation de l’éditeur.

Ce livre retrace l’expansion, au cours de l’entre-deux-guerres, de l’anti-impérialisme mondial, mouvement dans lequel Paris joua un rôle de tout premier plan. La Ville Lumière accueillit en effet d’innombrables futurs leaders tiers-mondistes qui vinrent y faire, sans même le savoir, leur formation politique – formation qui, en retour, les mènera vers l’une des plus fantastiques déflagrations révolutionnaires de l’histoire. Dans ce Paris incroyablement cosmopolite où affluaient les âmes errantes venues du monde entier, on pouvait ainsi croiser Hô Chi Minh, Zhou Enlai, Léopold Sédar Senghor, C. L. R. James, George Padmore, Messali Hadj ou le révolutionnaire indien M. N. Roy. En étudiant le contexte sociopolitique parisien dans lequel ces apprentis activistes évoluaient, ce livre nous plonge dans des complots d’assassinat prétendument ourdis par des étudiants chinois, dans des manifestations menées par des nationalistes latino-américains, ou simplement dans la vie quotidienne des ouvriers algériens, sénégalais ou vietnamiens.

Sur la base de rapports de police et autres sources de première main, Michael Goebel montre le rôle de force motrice essentiel joué par les mouvements migratoires et les interactions vécues au sein des milieux immigrés dans le développement de l’opposition à l’ordre impérial mondial, qui a fait se croiser les histoires de peuples issus de trois continents.

S’appuyant sur les travaux de l’histoire globale et impériale, et sur les études des questions migratoires et « raciales » en France, ce livre ne propose rien de moins qu’une compréhension renouvelée des origines de l’idée de tiers monde et de tiers-mondisme.

Mickaël Goebel est historien. Il enseigne l’histoire globale et de l’Amérique latine à la Freie Universität de Berlin.

Source : La Découverte

Image « à la une » : Nguyen Ai Quoc (le futur Ho Chi Minh) lors du congrès fondateur du Parti communiste français (Congrès de Tours) en 1920 © DR

U.S. Intelligence on Asia, 1945-1991

[ndlr] Un nouveau fonds disponible pour la recherche sur l’Asie contemporaine.

Editor: Matthew M. Aid

Plongée biographique dans l’histoire du Viêt-Nam contemporain – Mémento

[ndlr] Dans ce second volet « Clés du Viêt-Nam contemporain », dédié aux étudiant.es, nous proposons une plongée biographique dans l’histoire tumultueuse du Viêt-Nam au XXe siècle, un siècle vietnamien marqué par la domination coloniale, la lutte pour l’indépendance, la révolution, la guerre de réunification puis le redressement économique avec le Renouveau.

Pour accompagner notre cours mais également offrir aux lecteurs/trices de ce carnet de recherche quelques repères biographiques sur des personnalités vietnamiennes du XXe siècle, nous proposons une sélection de notices volontairement courtes. Ce choix qui n’a rien d’exhaustif et n’a pas valeur démonstrative vise avant tout à faire surgir quelques figures clés rencontrées au cours des différentes périodes historiques que nous étudions. D’une façon générale, ces portraits s’inscrivent dans l’histoire politique et culturelle. Pour approfondir les données succinctes proposées ici, on se reportera aux encyclopédies en ligne. De même, pour les personnalités étrangères évoquées tout au long de cours (française : Bollaert, De Lattre, Mendès France, Sainteny… ; américaine : Kennedy, Nixon… ; chinoise : Chen Geng, Lu Han, Luo Guibo, Wei Guoqing… britannique : Lord Mountbatten… ; cambodgien : Sihanouk, Lon Nol… ; laotien…) on se reportera prioritairement aux notices du dictionnaire en ligne de Christopher Goscha sur le portail La Guerre d’Indochine (UQÀM) et aux notices d’autres encyclopédies en ligne.

Les notices sont classées chronologiquement par périodes liées à la formation des États-nations puis, au sein de chaque période, par ordre chronologique (à partir de la date de naissance de chaque personnalité). Notons que les dates de naissances présentent parfois des différences (de un, deux ans, voire plus) suivant les encyclopédies. Cela tient au fait que les actes de naissance étaient enregistrés tardivement auprès des services civils et que ces dates reposent sur des sources difficiles à vérifier. Nous nous appuierons sur celles proposées par le dictionnaire biographique de Nguyen Q. Thang et Nguyen Ba The (réédition de 2006).

Comme pour la plupart des histoires nationales, la figure des « grand hommes » domine largement cette sélection d’un peu plus de cent personnalités. Nous avons néanmoins introduit vingt portraits de femmes qui ont marqué le XXe siècle vietnamien.

Les notices seront complétées et corrigées au fil du temps. Nous ajouterons également quelques références bibliographiques (articles ou ouvrages) renvoyant les lecteurs/trices à des travaux académiques publiés et/ou disponibles sur la toile (portails Persée, Cairn, Revue.org …).

★ ★ ★

Héros/héroïnes populaires

Deux sœurs Trưng (12?-43)

Les deux soeurs Trưng (ou Dames Trưng), respectivement Trưng Trắc (徵側) et Trưng Nhị (徵貳) sont deux héroïnes de l’histoire vietnamienne. A la tête d’une armée, elles mènent une insurrection antichinoise pendant trois ans entre 40 et 43 et libèrent le Giao Chi, ce qui deviendra le nord du Viêt-Nam. Leur règne est  court car la contre offensive chinoise menée par le général Ma Yuan (馬援) écrase finalement l’insurrection. Pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi, elles se suicident en l’an 43. Auréolées de plusieurs légendes sur leur bravoure et ardeur au combat, elles font l’objet d’un culte et symbolise la lutte pour l’indépendance vietnamien.


Trần Hưng Đạo (né Trần Quốc Tuấn, 1226-1300)

Héros national. Général, grande figure historique de la dynastie des Trần (1225-1400). Il repousse trois offensives mongoles contre le Đại Việt (ancien Viêt-Nam) au XIIIème siècle. Son nom reste le symbole de la résistance nationale à l’envahisseur étranger et de la stratégie militaire. Vénéré comme une divinité populaire, son culte a été étudié par Pham Quynh Phuong (2009).


★ ★ ★

Dernière dynastie impériale : Dynastie des Nguyễn Phước (Nguyễn Phúc)

Gia Long (Nguyễn Phúc Ánh, 1762-1820)

Premier empereur de la dynastie des Nguyễn, dernière dynastie impériale (1802-1945). Gia Long unifie le territoire vietnamien sous la forme de « S » et le nom que nous lui connaissons aujourd’hui. Pour conquérir le pouvoir sur les Tây Son, il s’appuie sur des soutiens militaires français et siamois. Après la victoire, il réorganise son pays, installe la capitale à Huế (Phú Xuân), consolide l’armée et la marine et développe l’économie. Il réactive le confucianisme comme doctrine d’État pour affirmer son autorité.


Tự Đức (Nguyễn Phúc Hồng Nhậm, 1829-1883)

Quatrième empereur de la dynastie des Nguyễn. Durant son règne de 1847 à 1883, il doit faire face à une forte contestation intérieure, au défi du catholicisme et à l’agression de la France. La perte de l’ensemble des territoires du delta du Mékong, future Cochinchine, en 1867 marque le déclin de l’empire vietnamien. Dès 1862, il appelle ses compatriotes à la résistance. Sur le déclin de la dynastie des Nguyen, voir l’étude de référence de l’historien Nguyen The Anh (1992).


Hàm Nghi (Nguyễn Phúc Ưng Lịch, 1871-1944)

Jeune Empereur du Viêt-Nam, il est la figure emblématique du mouvement de résistance « Cn Vương » (Aide au Roi). Il rejoint la résistance à l’âge de quatorze ans. Capturé dans le maquis, il est ramené à Saigon puis exilé en Algérie française en décembre 1888, où il demeure jusqu’à la fin de ses jours. A partir des archives familiales, son arrière petite-fille Amandine Dabat a soutenu en 2015 une thèse en histoire de l’art intitulée : « Hàm Nghi (1871-1944)  Empereur en exil, artiste à Alger« .


Cường Để (1882-1951)

Prince, descendant direct de l’empereur Gia Long. Il mène son combat anticolonial depuis son exil au Japon et en Chine auprès de Phan Bội Châu. En 1939, il fonde l’armée du Phục Quốc qui attaque Langson en septembre 1940. Malgré quelques soutiens japonais, après le coup du 9 mars 1945, ces derniers ne lui offrent pas de retour sur le trône qu’il espérait. Une biographie a été publié par la chercheuse Tran My-Van (2005) sur le destin singulier de ce prince qui a manqué son rendez-vous avec l’histoire.


Duy Tân (Nguyễn Phúc Vĩnh San, 1900-1945)

Empereur du Viêt-Nam en 1907. Déposé par les Français en 1916 à cause de ses sympathies nationalistes, déporté et exilé à la Réunion. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’engage dans les Forces Françaises Libres. Il revient sur le devant de la scène lorsque le Général de Gaulle décide de le replacer sur le trône vietnamien. Mais il décède le 26 décembre 1945 dans un accident d’avion, une disparition soudaine qui met fin à la « Solution Duy Tân ». Une biographie a été publiée en 2001 par Nguyen Phuoc Bao Vang, un descendant de la famille.


Bảo Đại (Nguyễn Phúc Vĩnh Thụy, 1913-1997)

Dernier Empereur du Viêt-Nam de la dynastie des Nguyễn (1802-1945). Il règne à partir de 1932 et entreprend la réforme du système impérial mais il se heurte rapidement au conservatisme colonial sur la question de la Cochinchine. Il abdique en faveur du front Viêt-Minh à la fin du mois d’août 1945. Il devient conseiller suprême de la RDVN avant de s’exiler à Hong Kong en mars 1946. Chef de l’État du Viêt-Nam (Quc Gia Việt Nam), État associé à l’Union Française entre 1948 et 1954. Il décède à Paris en 1997 après un long exil en France. L’ex-empereur a publié ses mémoires en français sous le titre Le Dragon d’Annam (1979), non rééditée à ce jour.


★ ★ ★

Domination française (Tonkin, Annam, Cochinchine, 1858-1954)

Phan Thanh Giản (1796-1867)

Mandarin de la cour de l’Empereur Tự̣ Đức, diplomate. Il conduit la délégation vietnamienne en France pour re-négocier la perte des trois provinces orientales du Sud (1863). Nommé Vice-roi des trois provinces occidentales du Sud, il se suicide après la conquête militaire française sur ces trois provinces. Le numéro de la revue d’histoire éditée à Saigon (Tập san sử đ̣ịa) consacré à ce grand mandarin a été réédité en 2015. Un essai biographique a été publié par Le Thanh Tuong à Hanoi en 1938 et Phan Thi Minh Lê (2002) a étudié les années décisives de la fin de sa vie


Nguyễn Tri Phương (1800-1873)

Général de la dynastie des Nguyễn. Il dirige l’armée impériale dans les combats contre la colonisation française du Viêt-Nam. Il mène la résistance à Danang en 1858, à Saigon en 1861 (bataille de Kỳ Hòa) et enfin à Hanoi en 1973. Blessé et capturé, il se laisse mourir de faim sur un constat d’échec.


Pétrus Trương Vĩnh Ký (1837-1898)

Érudit catholique, professeur au collège des Interprètes à Saigon. Auteur de 130 ouvrages sur la langue et la culture vietnamienne. On lui attribue la maîtrise de 14 langues.  Il fait partie de l’ambassade vietnamienne dirigée par Phan Thanh Gin envoyée en France pour renégocier le traité de Saigon. Sa proximité avec l’administration française et ses nombreuses décorations pour services rendus ont longtemps provoqué son rejet de l’historiographie officielle. En janvier 2017, un ouvrage sous la direction du chercheur Nguyễn Đình Đầu (Trương Vĩnh Ký, nỗi oan thế kỷ) retraçant la vie et l’œuvre de cet érudit a été censuré par le PCV. Une biographie sur cet auteur a été publiée par Jean Bouchot dès 1925.


Tôn Thất Thuyết (1839-1913)

Grand madarin à la cour de Huế. Régent avec Nguyễn Văn Tường à la mort de Tự Đức. Il place Hàm Nghi sur le trône puis organise la résistance anti-française du Cn Vương après la prise de Huế en 1885. En 1887, il s’exile en Chine et y demeure jusqu’à sa mort. Un ouvrage biographique a été publié à Hanoi en 1998 sous la direction de l’historien Đinh Xuân Lâm.


Phan Đình Phùng (1844/47?-1895)

Résistant anticolonialiste, figure historique du Mouvement d’Aide au Roi (Cần Vương). Chef militaire de la résistance anti-française pendant dix ans de 1886 à 1895 dans le Centre du pays. Il décède dans le maquis en décembre 1895. Sa disparition porte un coup sévère au mouvement de résistance. Dao Trinh Nhat a publié la première biographie en vietnamien sur ce résistant (rééditée depuis).


Lương Văn Can (Lương Ngọc Can, 1854-1927)

Lettré moderniste, un des fondateurs de l’École gratuite du Tonkin (Đông Kinh Nghĩa Thục / 東京義塾) en 1907 à Hanoi. Soupçonné par la Sûreté coloniale d’entretenir des liens avec l’organisation du révolutionnaire Phan Bội Châu, il est incarcéré et exilé au Cambodge pendant huit ans.


Hoàng Hoa Thám (1858-1913)

Surnommé le « pirate » dans un ouvrage de Paul Chack, connu aussi sous le nom de Đề Thám (Maréchal Thám) ou celle de « le tigre du Yên Thế », cet insurgé nationaliste mène la résistance antifrançaise au sein du Cần Vương (Aide au Roi) dans le Tonkin à partir de 1884. Ses troupes pratiquent la guérilla, le camouflage, l’économie des forces, une stratégie dont s’inspire plus tard les partisans du Viêt-Minh. Après avoir traité avec les Français pour sa réédition, il obtient une zone autonome de six cantons. Puis il reprend le combat anticolonial en 1905 dans le sillage de Phan Bội Châu jusqu’en 1913, date de son assassinat. Une biographie sur le Đề Thám a été publiée par Claude Gendre (2009), ouvrage recensé par Jean-Pierre Renaud sur le site Études coloniales.


Sương Nguyệt Anh (1864-1921)

Née Nguyễn Thị Khuê, femme de lettres, poétesse et journaliste, fille du lettré Nguyễn Đình Chiểu (Đồ Chiểu). En 1906-1908, elle soutient le mouvement Đông Du initié par Phan Bi Châu. Elle fonde en 1918 à Saigon le premier journal dédié aux femmes intitulé Nữ giới chung  (La cloche du genre féminin, voir illustration), suspendu par les autorités coloniales la même année. Elle décède en janvier 1921 à l’âge de 58 ans.


Phan Bi Châu (1867-1940)

Lettré moderniste, révolutionnaire, grande figure du mouvement nationaliste. Il opte pour la solution radicale contre le gouvernement colonial (résistance armée et renversement du régime colonial). Organisateur du « Voyage vers l’Est » (Đông Du) où 200 jeunes nationalistes sont envoyés en formation au Japon. Fondateur de l’Association pour le Renouveau du Viêt-Nam en 1904 (Việt Nam Duy Tân Hi) puis de l’Association de Restauration du Viêt-Nam en 1912 (Việt Nam Quang Phục Hi) et enfin d’un Parti national du Viêt-Nam en 1924 (existence éphémère). Arrêté sur dénonciation en 1925, il est d’abord condamné à mort par le régime colonial puis sa peine est commuée en assignation à résidence jusqu’à sa mort à Huế (1940). Auteur de nombreux écrits, il est considéré comme le père du nationalisme révolutionnaire vietnamien. Ces œuvres complètes (toàn tp) ont été éditées en 1990 à Huế en 10 vol. et ont été rééditées depuis. Ses mémoires ont été traduites en français et annotées par Georges Boudarel (1969). Une traduction anglaise a été éditée par l’historien Vinh Sinh (1999). Le chercheur indépendant Yves Le Jariel (2008) lui a consacré une biographie.


Gilbert Trần Chánh Chiếu (Gibert Chiếu, 1868-1919)

Écrivain, journaliste, entrepreneur et réformiste. Il fonde la société Minh Tân en Cochinchine dans le but de rassembler des fonds pour ses activités politiques. Proche du révolutionnaire Phan Bi Châu, il promeut le volet économique du Duy Tân (Rénovation) qui doit permettre au Viêt-Nam de recouvrir son indépendance. Placé sous surveillance, il est arrêté à plusieurs reprises : en 1908 pour ses liens avec le Đông Du puis en 1917 pour son soutien à Phan Xích Long (Phan Phát Sanh) un chef insurgé charismatique coordonnateur des sociétés secrètes au Sud.


Nguyễn Hải Thần (1870?-1951/54?)

Révolutionnaire, nationaliste. Vieil ami de Phan Bi Châu, réfugié en Chine depuis 1912. Il prend en 1942 la tête de la Ligue Révolutionnaire du Viêt-Nam (Đồng Minh Hi ou ĐMH), organisation soutenue par le GMD. De retour au Viêt-Nam en septembre 1945, il conteste la mainmise du Viêt-Minh sur le gouvernement et parvient à être nommé d’office vice-président du Gouvernement d’Union en janvier 1946. Au cours de la même année, il se réfugie de nouveau en Chine pour échapper à la répression du Viêt-Minh où il reste jusqu’à sa mort.


Phan Châu Trinh (1872-1926)

Lettré moderniste, nationaliste réformateur, partisan d’une solution pacifique pour accéder à l’indépendance. Il participe à l’aventure de l’École libre du Tonkin (Đông Kinh Nghĩa Thục) en 1907 à Hanoi et soutient l’agitation anti-fiscale de 1908 dans le Centre du pays. Son combat politique lui vaut d’être condamné à mort par le régime colonial puis déporté à Poulo-Condore et enfin d’être assigné à résidence suite aux vives protestations de la Ligue des Droits de l’Homme. Il est exilé en France en 1911 et organise le combat anti-colonial au sein du groupe des « Cinq Dragons ». De retour au Viêt-Nam en 1925, il poursuit sa lutte pour une réforme républicaine, milite pour l’amnistie de Phan Bi Châu mais décède un an plus tard. Son enterrement donne lieu à des manifestations populaires dans tout le pays. Auteur de nombreux écrits politiques, il est considéré comme le père de l’idéal démocratique. Ces œuvres ont été éditées en 3 volumes en 2005 à Danang et quelques textes politiques ont été traduits en anglais et présentés par l’historien Vinh Sinh (2009).


Bùi Quang Chiêu (1873-1945)

Homme politique et journaliste, premier ingénieur agronome vietnamien formé à Paris. Fondateur du journal La Tribune indigène en 1917 et du Parti Constitutionnaliste, de tendance réformiste, en 1919. Notable intégré au système colonial dans les années 1930. Il est exécuté par le Viêt-Minh en septembre 1945 ainsi que ses cinq enfants. Sur cet ingénieur voir l’article de l’historien Ralph B. Smith (chapitre 9, 2008) et l’étude de Megan Cook (1977). Voir également sa notice publiée dans Souverains et notabilités d’Indochine (1943).


Kỳ Đồng (奇童) (Nguyễn Văn Cẩm, 1875-1929)

Inspirateur d’une insurrection au Tonkin à la fin du XIXe siècle. Vénéré par les paysans pour son intelligence et son savoir, celui que l’on surnomme « l’enfant merveilleux » mène une révolte contre la citadelle de Nam Dinh en 1887. Pour l’écarter de la rébellion, il bénéficie d’une bourse française et est envoyé à Alger de 1887 à 1896. De retour au pays, il refuse le mandarinat et décide de se rapprocher des terres du nationaliste Đề Thám. Il est rejoint par près de trois mille partisans qui voit en lui un génie messianique qui mettra fin à la colonisation. Il est exilé aux Iles Marquises. Il se lie d’amitié avec Paul Gauguin et décède à Papeete en 1929. Sur le parcours atypique de précurseur voir l’article en ligne de l’historien Nguyen The Anh (BEFEO, 1978) sur le portail Persée. Une brève généalogie a été publiée en 2015 dans La Dépêche de Tahiti.


Phan Văn Trường (1875-1933)

Écrivain anticolonialiste. Un des artisans du groupe des « Cinq Dragons » à Paris regroupant Phan Châu Trinh, Nguyễn Thế Truyền, Nguyễn Tất Thành (futur Hồ Chí Minh) et Nguyễn An Ninh. Auteur de nombreux textes anti-colonialistes, sans doute le rédacteur du Procès de la colonisation française (paru en 1925) signé du nom collectif « Nguyễn Ái Quốc » (Nguyen le patriote). Sur cette personnalité voir l’article de l’historien Pierre Brocheux, « Phan Văn Trương, 1876-1933. Acteur d’une histoire partagée » (Moussons, 24, 2014).


Huỳnh Thúc Kháng (1876-1948)

Patriote, journaliste et homme d’État. Il est un des leaders du mouvement de Modernisation (Duy Tân) en Annam. Arrêté, il est déporté au bagne de Poulo Condore de 1908 à 1919. En 1927, il fonde à Huế le journal Tiếng Dân (sous-titré : « La voix du peuple ») qui paraît régulièrement jusqu’à son interdiction en 1943. En juin 1946, il est nommé président par intérim de la RDVN lorsque Hồ Chí Minh se rend en France pour la conférence de Fontainebleau. Il devient ensuite le ministre de l’Intérieur de la RDVN (1946-1947) jusqu’à sa mort en 1947.


Đạm Phương nữ sử (1881-1947/48?)

Née Tôn Nữ Đồng Canh, poétesse, journaliste et activiste sociale en faveur des femmes, petite-fille de l’Empereur Minh Mang. Journaliste célèbre, elle publie plus de 200 articles dans plusieurs revues intellectuelles de l’époque. Son premier article paraît en 1918 dans la revue Nam Phong (Vent du Sud) de Phạm Quỳnh. En 1926, elle fonde à Huế la première association d’éducation pour les femmes « Nữ công học Hội Huế », mais elle est arrêtée deux ans plus tard pour ses liens avec le parti révolutionnaire Tân Vit. Elle publie plusieurs ouvrages sur l’éducation. Sur l’action éducative de cette femme voir la thèse en ligne de l’historienne Bui Tran Phuong (2008).


Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936)

Journaliste, traducteur et écrivain de renom. Rédacteur en chef de plusieurs périodiques importants : Đại Nam Đăng Cổ Tùng Báo, Lục Tỉnh Tân Văn, Đông Dương tạp chí, Notre Journal, Notre Revue, Annam Nouveau. En particulier, il exprime ses idées modernistes à travers la Revue Indochinoise. Il participe à L’École libre du Tonkin à Hanoi en 1907. Son œuvre contribue beaucoup à l’essor de la langue et de la littérature moderne vietnamienne. Sur cet auteur voir l’article en ligne de l’historien Christopher Goscha (2001).


Phạm Quỳnh (1892-1945)

Écrivain, essayiste et journaliste de renom. Entre dans le Cabinet de l’Empereur Bảo Đại en 1932, puis devient ministre du gouvernement impérial. Il dirige la revue d’idées Nam Phong (Vent du Sud) entre 1917 et 1932 et fonde l’AFIMA en 1919 (Association pour la Formation Intellectuelle et Morale des Annamites). Il est assassiné par le Viêt-Minh en 1945. Auteur de nombreux essais en vietnamien et en français. Ses œuvres ont été partiellement éditées à Saigon, puis aux États-Unis, en France (Ý Vit, 1985, ses essais en français) et enfin en RSVN.


Phạm Hồng Thái (1896-1924)

Activiste révolutionnaire de la Société des Cœurs (Tâm Tâm Xã). Il tente d’assassiner le gouverneur général de l’Indochine Martial Merlin en Chine du Sud en juin 1924. L’attentat à la grenade échoue mais cinq Français sont tués. Arrêté par la Sûreté, Thái s’échappe et se noie dans la Rivière des Perles (珠江) dans sa fuite. Cette action terroriste donne le ton du nouveau radicalisme de la jeunesse.


Dương Quảng Hàm (1898-1946)

Enseignant et chercheur en littérature. De 1920 à 1946, il enseigne à l’école Bưởi (Lycée du Protectorat) qu’il dirige après la Révolution d’août. Il est l’auteur du premier recueil en quốc ngữ de textes littéraires vietnamiens. Intitulé Việt Nam văn học sử yếu (Abrégé d’histoire de la littérature vietnamienne, 1941), considéré comme un ouvrage de référence, il a été souvent réédité. Pendant plus de vingt ans, il publie des études et des articles sur la littérature et l’histoire de son pays. Il disparaît le 19 décembre 1946, probablement assassiné. Comme d’autres intellectuels de son époque (Đào Duy Anh, Nguyễn Văn Tố, Trần Trọng Kim…), il incarne la réappropriation par les Vietnamiens de leur propre histoire et de leur culture.


Nguyễn An Ninh (1900-1943)

Écrivain et journaliste anticolonialiste. Il se rend en France en 1920 pour poursuivre ses études de droit où il rejoint le groupe des « Cinq dragons ». De retour à Saigon, il fonde le journal La Cloche Fêlée en 1923 et organise en 1926-1927 le Parti des Aspirations de la Jeunesse (Thanh niên Cao vọng Đảng). Déporté au bagne de Poulo-Condore pour ses activités politiques, il y meurt le 14 août 1943. Sur cet activiste, voir la biographie de Mme Phương Lan (Saigon, 1970).


Nguyễn Thái Học (1901/04?-1930)

Enseignant, révolutionnaire, nationaliste. Un des fondateurs et chef du Parti National du Viêt-Nam (VNQDĐ). Il lance l’insurrection générale du VNQDĐ en février 1930 au Tonkin. Fait prisonnier par les Français, il est guillotiné à Yên Bái avec douze autres révolutionnaires le 17 juin 1930. Cette journée noire fait l’objet d’une commémoration annuelle par le VNQDĐ en exil. L’ouvrage biographique que lui avait consacré Nhượng Tống en 1949 (éditions Tân Vit) a été réédité en RSVN en 2014.


Nguyễn Tường Tam (alias Nhất Linh, 1905-1963)

Écrivain et journaliste de renom, fondateur du groupe Tự Lực Văn Đoàn (Groupe Littéraire Autonome) en 1933. Auteurs de nombreux romans modernes. A partir de 1938, fondateur du parti Đại Việt Dân Chính (Parti Populaire du Dai Viêt), démantelé par la Sûreté coloniale en 1941. Il rejoint le VNQDĐ du Yunnan lors de son exil en Chine. De retour au Viêt-Nam après la révolution d’août 1945, il devient Ministre des Affaires Étrangères du Gouvernement d’union de janvier 1946 dirigé par Hồ Chí Minh. Il reprend le chemin de l’exil en juin 1946 pour échapper à la répression du Viêt-Minh. Participe à la fondation d’un Front nationaliste à Nankin en 1947 puis abandonne la politique. Il reprend ses activités littéraires au Sud. Il se suicide le 7 juillet 1963 à Saigon en signe de protestation contre la dictature de Ngô Đình Diệm. La plupart de ses œuvres littéraires ont été rééditées en RSVN sauf les romans à thèse politique, réédités aux États-Unis.


Nguyễn Tường Long (alias Hoàng Đạo, 1906-1948)

Écrivain, romancier et théoricien du groupe littéraire autonome. Il publie à partir de 1936 dans Ngày Nay [Temps Actuels], l’hebdomadaire du groupe, la nouvelle doxa de la jeunesse : « Dix points à méditer ». Ce manifeste exhorte la jeunesse à se moderniser, à cultiver autant son esprit que son corps. Il s’engage en politique dans le Đại Việt Dân Chính de son frère Tam en 1939. Arrêté en 1941, il est emprisonné jusqu’en 1943. Alors qu’il est en exil dans la province de Canton, il meurt subitement dans un train au mois d’août 1948.


Tạ Thu Thâu (1906-1945)

Révolutionnaire trotskiste. Ancien « retour de France » (1926-1930) et ancien prisonnier du bagne de Poulo Condore, il fonde et dirige le groupe et le journal La Lutte dans les années 1936-1937. Assassiné par le Viêt-Minh à Quảng Ngãi en 1945. Une demande pour la réhabilitation des trotskistes vietnamiens faite en 1956 en RDVN est restée sans réponse tout comme celle renouvelée en 1988 en France auprès des autorités vietnamiennes. Sur ce révolutionnaire, voir la biographie de Mme Phương Lan (Saigon, Khai Trí, 1973).


Nguyễn Thị Giang (Cô Giang, 1906–1930)

Révolutionnaire anticolonialiste, membre du Parti national (VNQDĐ). Par le biais de sa grande soeur Cô Bắc (Nguyễn Thị Bắc), elle intègre le Parti national et devient l’épouse de Nguyễn Thái Học, le chef du Parti. Elle fait le serment de suivre son mari dans la mort si celui-ci devait être pris et exécuté. Elle est nommé secrétaire générale du VNQDĐ. Elle est également en charge avec sa sœur de l’agit-prop et des liaisons entre les différentes cellules du parti au Tonkin. Lors de l’insurrection de de février 1930, elle s’occupe du transport des armes par train de Phú Thọ à Yên Bái. L’insurrection est violemment réprimée et son époux est guillotiné le 17 juin 1930 en compagnie de 12 autres camarades de Parti. Témoin de cette exécution, Cô Giang se suicide le lendemain (à l’âge de 24 ans) avec le pistolet que lui avait offert Nguyễn Thái Học. A l’occasion de ce sacrifice, le révolutionnaire Phan Bi Châu, assigné à résidence à Huế, lui dédie une oraison funèbre restée célèbre.


Nguyễn Thị Minh Khai (1910-1941)

Révolutionnaire communiste, elle devient membre du PCI en 1930. Elle se rend en URSS puis à Hong Kong où elle est arrêtée pour ses activités politiques. Elle est libérée en 1934 et reprend ses activités à Moscou au sein du Komintern. En 1936, elle dirige la section du PCI à Saigon-Cholon en Cochinchine. Elle est arrêtée en 1940 lors d’une réunion du Comité du Sud (PCI) qui prépare l’insurrection du Nam Kỳ. Elle est emprisonnée à Saigon. Après la répression du mouvement insurrectionnel communiste de 1940 au Sud, elle est condamnée à mort et exécutée à Hóc Môn le 28 août 1941.


Vũ Trọng Phụng (1912-1939)

Écrivain et journaliste vietnamien auteur de nombreux reportages sociaux sur la prostitution, sur la santé publique, sur les moeurs, sur l’occidentalisation de la jeunesse. Par ses prises de positions sur la colonisation, le communisme ou le capitalisme, il est considéré comme un précurseur du républicanisme (Zinoman, 2014). Jugés outranciers ou impudiques ses œuvres sont bannies de la RDVN à partir de 1960. Elles sont finalement rééditées et l’auteur redécouvert à partir de 1986 grâce à la politique Renouveau.


Huỳnh Phú Sổ (1919-1947)

Fondateur et chef spirituel du bouddhisme rénové Hòa Hảo (Phật giáo Hòa Hảo) qui voit le jour dans le delta du Mékong en 1939. Celui que la Sûreté coloniale surnomme « le bonze fou » rassemble par son charisme et ses prêches des centaine de milliers d’adeptes. Fondateur et dirigeant du Parti Social-Démocrate du Viêt-Nam (Việt Nam Dân chủ Xã hội Đảng, en abrégé Dân Xã) à partir du 21 septembre 1946. « Représentant spécial » du Viêt-Minh au Sud, il est jugé, condamné à mort et assassiné par cette organisation en 1947. Il devient la figure iconique du bouddhisme rénové. Sur l’émergence du bouddhisme Hòa Hảo dans le delta du Mékong et le parcours singulier de son fondateur, voir la thèse de Pascal Bourdeaux (2003).


Trần Trung Lập (? – 1940)

Révolutionnaire affilié au Phục Quốc du prince Cường Để. Il participe à la révolte de Lương Ngọc Quyến à Thái Nguyên en 1917. Après l’échec de cette insurrection lors de laquelle Quyến est tué, il s’enfuit en Chine où il suit une formation militaire. Avec l’armée de Restauration nationale (Kiến Quốc Quân), composé de deux milles soldats, il attaque et occupe Langson en septembre 1940 à la suite des Japonais. Lâché par ces derniers, il est arrêté par les Français et exécuté en décembre 1940.


★ ★ ★

Empire du Viêt-Nam (Đế Quốc Việt Nam, 1945)

Trần Trọng Kim (1882-1953)

Lettré, professeur, historien et homme d’État. Chef du premier Cabinet de l’Empire du Viêt-Nam (indépendant mais sous occupation japonaise) entre le 17 avril et août 1945. Auteur d’une Histoire abrégée du Viêt-Nam (Việt Nam sử lược / 越南史略, 1919) encore rééditée de nos jours. Ses mémoires ont été publiées à Saigon seize ans après sa mort en 1969.


Nguyễn Xuân Tiếu (?-1973)

Nationaliste révolutionnaire, fondateur du Parti National Socialiste du Đại Việt (Đại Việt Quốc gia Xã hội) en 1936, acteur important sur la scène politique entre mars et août 1945. Optant pour la protection japonaise, il échoue dans la prise du pouvoir d’août 1945. Il décède à Saigon en 1973.


Nguyễn Thị Sương (Mme Hồ Vĩnh Ký, 1910-1945)

Femme médecin. Elle fait ses études de médecine en France et retourne dans son pays en 1935 pour enseigner à la Faculté de Médecine à Hanoi. Sa famille s’installe en Cochinchine en 1943. Elle devient dirigeante des « Femmes d’Avant-Garde », mouvement fondé en juillet 1945 à Saigon et lié aux Jeunesses d’Avant-Garde. Assassinée par le Viêt-Minh avec son époux sur ordre du général Nguyễn Bình.


Trương Tử Anh (1914-1946?)

Fondateur et chef du Parti National du Đại Việt (Đại Việt Quốc Dân Đảng, en abrégé Đại Việt). Premier théoricien de la doctrine de la « Survivance du Peuple » (Chủ nghĩa dân tộc sinh tồn) qui se présente comme une arme idéologique à la fois contre le colonialisme et contre le communisme. Suite à un différent avec Nguyễn Xuân Tiếu, il échoue dans la prise du pouvoir d’août 1945. Il dirige secrètement le Front des Partis nationalistes (Front QDĐ : VNQDĐ + Đại Việt) en 1945-1946. Recherché par la Sûreté Viêt-Minh, il est arrêté en décembre 1946 et disparaît. Sur l’histoire de ce parti et de son leader, voir notre étude Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam (2012).


Lý Đông A (Nguyễn Hữu Thanh, 1921-1946-47?)

Nationaliste, révolutionnaire et philosophe. Lettré de formation, à l’âge de quinze ans, il se rapproche de Phan Bội Châu dont il épouse les thèses révolutionnaires. Lors d’une retraite dans une pagode, il élabore une pensée humaniste originale (Chủ nghĩa Duy dân) pour libérer son pays de la colonisation. Il participe à l’affaire de Langson en septembre 1940 et s’enfuit en Chine pour échapper à la répression coloniale. Il fonde et dirige en 1943 le Đại Việt Duy Dân Đảng (Parti Humaniste du Grand Viêt-Nam) et organise un maquis nationaliste dans la province de Hòa Bình. Pour asseoir son pouvoir dans cette province, les forces du Viêt-Minh attaquent ce parti en 1945-1946 et Lý Đông A est tué lors des combats sans doute à la fin de l’année 1946. Ses œuvres ont été publiées à Saigon en 1969.


★ ★ ★

République de Cochinchine (Cộng hòa tự trị Nam Kỳ, Sud, 1946-1948)

Nguyễn Văn Thinh (1888-1946)

Médecin et homme politique, membre du Parti constitutionnaliste en 1926. Il fonde un parti Démocrate en 1937. Chef du premier gouvernement sudiste de la République Autonome de Cochinchine (Cộng hòa tự trị Nam Kỳ) en juin 1946. L’impasse politique de ce projet le pousse au suicide le 10 novembre 1946.


Nguyễn Văn Xuân (1892-1989)

Général, citoyen français, officier de carrière. Chef du Gouvernement du Sud Viêt-Nam (Cochinchine) en 1947 puis Chef du Gouvernement Central Provisoire en 1948. Signataire des Accords de la baie d’Along avec Émile Bollaert en juin 1948. Chef du Gouvernement provisoire du Sud Viêt-Nam (1948) puis Vice-président et ministre de la défense du premier gouvernement de Bảo Đại en 1949. Écarté du pouvoir, il retourne en France.


Lê Văn Hoạch (1896-1978)

Politicien d’obédience caodaïste, autonomiste cochinchinois. Ancien chef de police à Cantho. Il succède à Nguyễn Văn Thinh (suicidé) à la tête de la République autonome de Cochinchine pendant quelques mois en 1946 avant de céder la place à Nguyễn Văn Xuân qui engage le processus de fusion de la Cochinchine au sein de l’État du Viêt-Nam. Le gouvernement de Cochinchine devient alors le Gouvernement provisoire du Sud Viêt Nam. De formation médicale, Hoạch est nommé ministre de la santé au sein du gouvernement de Nguyễn Văn Tâm en 1952.


★ ★ ★

État du Viêt-Nam (Quốc gia Việt Nam, 1948-1955)

Hộ pháp Phạm Công Tắc (1890-1959)

Dignitaire caodaïste, patriote. En 1908, il participe au mouvement de Rénovation au Sud dans l’association Minh Tâm de Gilbert Chiếu. Au début des années vingt, il épouse la vague de spiritisme qui se répand au Sud puis il participe à la fondation de la religion caodaïste dont il devient l’un des plus importants dignitaires. Il est nommé Pape du Caodaïsme en 1935. Pendant l’occupation japonaise, se méfiant de la popularité de cette nouvelle religion chez les paysans, les Français l’exilent à Madagascar ainsi d’autres dignitaires. De retour au Viêt-Nam en 1946, Phạm Công Tắc combat à la fois le Viêt-Minh et les Français avant de rejoindre le camp de Bảo Đại (État du Viêt-Nam). Son organisation militaire entre en conflit avec le régime de Ngô Đình Diệm en 1955 lors de la « bataille de Saigon ». Il prend la route de l’exil vers le Cambodge où il réside jusqu’à son décès.


Nguyễn Văn Tâm (1895-1990)

Ancien cadre de l’administration coloniale, il est citoyen français en 1927. Réputé pour avoir écraser l’insurrection communiste avec brutalité en 1940, il est surnommé le « tigre de Cai Lậy« . Chef du Gouvernement de l’État du Viêt-Nam en 1952-1953. Il organise les élections municipales en janvier 1953 et promeut l’État social voulu par Bảo Đại. Son action reste limitée car il peine à obtenir le soutien des « Cinq grands » qui le juge trop pro-français. Il lutte notamment contre l’influence du Đại Việt (ĐVQDĐ) et de son mouvement de jeunesse (Thanh Niên Bảo Quốc Đoàn).


Tađêô Lê Hữu Từ (1896-1967)

Évêque catholique, patriote, il soutien l’avènement de la RDVN le 2 septembre 1945. Au même titre de l’ex-empereur Bảo Đại, il est nommé « conseiller suprême » du gouvernement Hồ Chí Minh. Alors que le pays se déchire, il devient le chef des fiefs de Bùi Chu – Phát Diệm (Giáo khu Bùi Chu – Phát Diệm tự trị) d’où il dirige une force d’autodéfense. Opposé aussi bien aux Français qu’au Viêt-Minh il tente de préserver l’autonomie des évêchés du Nord avant de rejoindre le combat du côté de l’État de Bảo Đại entre 1950 et 1954. Il rejoint le Sud après la guerre d’Indochine comme des centaines de milliers de réfugiés catholiques qu’il continue à soutenir et à inspirer pendant la période républicaine.


Trần Văn Hữu (1896-1984)

Citoyen français de Cochinchine. Chef du Gouvernement provisoire du Sud Viêt-Nam en 1948-1949. Président du conseil de l’État du Viêt-Nam (Bảo Đại) de mai 1950 à 1952, il s’emploie à consolider l’indépendance et à développer l’armée nationale. Il cède son poste à son ministre de l’intérieur Nguyễn Văn Tâm en juin 1952, désigné pour renforcer la répression contre le communisme. De retour en France après la guerre d’Indochine, Hữu milite pour une solution neutraliste pendant la guerre américaine.


Lê Văn Viễn (Bảy Viễn, 1904-1972)

Membre de la pègre d’un regroupement de hameau dit Bình Xuyên au sud de Cholon, il devient le chef d’une bande éponyme. Ancien prisonnier évadé du bagne de Poulo-Condore, il rallie le Viêt-Minh en 1945 puis s’en sépare pour rejoindre le Front National Unifié visant à contrer Nguyễn Bình, l’envoyé d’Hồ Chí Minh au Sud. Rallié au Viêt-Nam de Bảo Đại en 1948, il est nommé général et contrôle également Le Grand Monde à Cholon, une maison de jeux réputée. Nommé à la tête de la police à Saigon en 1954, il est évincé par la force par le gouvernement de Ngô Đình Diệm qui entend rétablir l’ordre au Sud au printemps 1955. Il s’exile en France et y demeure jusqu’à sa mort en 1972. L’écrivain Pierre Darcourt (1977) a écrit la biographie de ce personnage haut en couleurs.


Nguyễn Hữu Trí (1905-1954)

Mandarin nationaliste, gouverneur de la province de Thái Bình en 1945 puis Gouverneur du Nord Viêt-Nam sous l’État national de Bảo Đại à deux reprises en 1949 et en 1952. Membre important du parti Đại Việt (ĐVQDĐ), il rédige un « livre jaune » contre la France dans lequel il réaffirme la nécessité d’une indépendance véritable. Il décède subitement en 1954 d’un probable assassinat.


★ ★ ★

République Démocratique du Viêt-Nam (Việt Nam Dân chủ Cộng hòa, 1945-1976)

Phan Khôi (1887-1959)

Ecrivain, journaliste renommé, figure importante du mouvement de dissidence intellectuelle dit « Humanisme & Belles Œuvres » (Nhân Văn – Giai Phẩm, nom de deux revues) qui s’affirme en RDVN en 1956. Il est l’auteur d’une chronique parabolique célèbre intitulée « Ông bình vôi » (Monsieur le pot de chaux) critiquant Hồ Chí Minh et les hauts cadres du Parti. Ses oeuvres journalistiques ont été compilées et éditées par le chercheur Lai Nguyen An en 2003 et 2006.


Hồ Chí Minh (Nguyễn Sinh Cung, 1890-1969)

Révolutionnaire communiste, anticolonialiste, indépendantiste et agent du Komintern. Adopte de nombreux pseudonymes lors de son long parcours révolutionnaire (Nguyễn Tất Thành, Nguyễn Ái Quốc, Lý Thụy, Lucius). Il débute sa carrière politique en France au sein du groupe des « Cinq dragons » puis, épousant les thèses de Lénine sur la lutte contre le colonialisme, il se rend en URSS à la fin de l’année 1923. En tant qu’agent du Komintern et révolutionnaire professionnel, il organise les réseaux communistes en Indochine. Il fonde le Thanh Niên en 1925 à Canton mais doit quitter la Chine en 1927 lors de la répression du GMD contre les communistes. De retour de Moscou, son objectif est d’unifier les factions communistes vietnamiennes. Fondateur du PCI en septembre 1930 et du front Viêt-Minh en mai 1941, il accède au pouvoir lors de la Révolution d’août en 1945. Il proclame l’indépendance du Viêt-Nam et fonde la République Démocratique du Viêt-Nam le 2 septembre 1945 à Hanoi sur la place Ba Đình. Président de la RDVN de 1945 jusqu’à sa mort le 3 septembre 1969. Objet d’un culte de la personnalité dès les années 1950, il reste la figure politique la plus populaire et la plus controversée en RSVN. Son corps embaumé repose dans un mausolée place Ba Đình à Hanoi contrairement à ses propres vœux exprimées dans son testament. De nombreuses biographies ont été publiées sur le leader de la révolution vietnamienne et président de la RDVN, on notera celle des historiens Pierre Brocheux (2003) traduite et publiée chez Cambridge University Press en 2007, celle de William Duiker (2000) ainsi que la biographie illustrée de Daniel Hémery (1990) rééditée en 2013 et l’ouvrage critique collectif Ho Chi Minh, l’homme et son héritage (1990).


Phạm Văn Đồng (1906-2000)

Révolutionnaire communiste, proche collaborateur de Hồ Chí Minh. Dirige la délégation de la RDVN aux conférences de Fontainebleau (1946) et de Genève (1954). Premier ministre de la RDVN de 1955 à 1976. Chef du gouvernement de la RSVN après la réunification jusqu’en 1986. Ainsi, il dirige le gouvernement communiste pendant plus de trente ans. Il est aujourd’hui critiqué pour avoir validé une directive chinoise de 1958 sur l’espace maritime englobant les Paracels.


Trường Chinh (Đặng Xuân Khu, 1907-1988)

Dirigeant communiste, principal théoricien du parti. Secrétaire général du PCI à partir de mai 1941 puis du Lao Động entre 1951 et 1956 (soit pendant 15 ans). Auteur du célèbre texte La résistance vaincra, regroupant une série d’articles parus à l’origine dans la revue du parti Sự Thật (La Vérité) du 4 mars au 1er août 1947. Pro-chinois, il est le maître d’œuvre de la réforme agraire radicale avant d’être écarté de la direction du parti. Président de l’Assemblée nationale de la RDVN en 1960. Chef de l’État de la RSVN de juillet 1981 à juin 1987. Incarne la ligne dure du PCV et la ligne maoïste dans les années soixante. Paradoxalement, il est favorable aux réformes du Đổi Mới (Renouveau) en 1986 à la fin de sa vie.


Lê Duẩn (1907-1986)

Dirigeant communiste, resté au Sud après 1954, il coordonne les activités communistes au Sud jusqu’en 1957. De retour à Hanoi, il préconise la reprise de la lutte pour la réunification, ligne que le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (ancien PCI) adopte en mai 1959. Il devient secrétaire général du Lao Động en 1960 jusqu’en 1975, puis sous la RSVN jusqu’à sa mort en 1986 (soit pendant presque 26 ans), date à laquelle Trường Chinh le remplace. Principal modérateur entre partisans de Moscou et de Pékin au sein de l’appareil communiste surtout après la mort de Hồ Chí Minh. Considéré aujourd’hui comme le principal acteur politique de la guerre de réunification. Il théorise « le droit de maître collectif » lors de la collectivisation au Sud après 1975.


Nguyễn Mạnh Tường (1909-1997)

Juriste, enseignant et chercheur. Étudiant très brillant, il obtient à l’âge de 23 ans deux doctorants à la suite (l’un en droit annamite et l’autre en lettres françaises). De retour au Viêt-Nam, il enseigne la littérature au Lycée du Protectorat. Après la révolution d’août, il dirige la section de la littérature occidentale à la Faculté des Lettres. Il est nommé par Hồ Chí Minh pour participer à la Conférence de Dalat d’avril 1946. Après la Guerre d’Indochine, il publie une critique de la réforme agraire radicale demandant l’application de l’État de droit et de la démocratie. Cette prise de position politique lui vaut de perdre tous ses droits. « Excommunié » par le Parti, il subit un exil intérieur à Hanoi pendant des décennies. Il a publié un témoignage intitulé Hanoi 1954-1991, procès d’un intellectuel, sur cette expérience


Nguyễn Bình (Nguyễn Phương Thảo, 1908/1910?-1951)

Général Viêt-Minh, ancien membre du VNQDĐ, chef de la résistance armée Viêt-Minh au Sud, il dirige les attentats terroristes à Saigon pendant la résistance anti-française. Il échoue à unifier la résistance Viêt-Minh au Sud, poussant même les partisans religieux caodaïstes et Hòa Hảo à rallier le camp de la contre-insurrection. Sur le chemin du retour vers le nord, il est assassiné en 1951 dans un maquis. Sur ce général au parcours atypique, voir l’étude biographique de Christopher Goscha dans Naissance d’un État-Parti (2004), pp. 325-353.


Tạ Quang Bửu (1910-1986)

Chef du mouvement scout au centre Viêt-Nam en 1945. Il rejoint le Viêt-Minh et devient ministre de la Défense nationale de la RDVN en 1948. Il signe les accords de Genève pour la RDVN en juillet 1954. Ministre de l’enseignement professionnel de 1965 à 1976 en RDVN.


Lê Đức Thọ (Phan Đình Khải, 1911-1990)

Dirigeant communiste, diplomate, membre du bureau politique depuis 1954. Il dirige la délégation de la RDVN lors des pourparlers de paix de mai 1968 à janvier 1973. A la suite de l’Accord de Paris (janvier 1973), il est élu prix Nobel de la paix avec Kissinger mais rejette le prix estimant que « la paix n’a pas été réellement établie ». La guerre reprend jusqu’à la chute de Saigon le 30 avril 1975. Il dirige des attaques dans le Sud et participe à la préparation de l’offensive finale. Il incarne de ce fait la politique duale du Lao Động pendant la guerre, « négocier tout en frappant ».


Trần Văn Giàu (1911-2010)

Révolutionnaire professionnel communiste puis enseignant chercheur. Dirigeant communiste au Sud en 1945, organise la prise du pouvoir par le Viêt-Minh à Saigon le 25 août 1945. Ses mémoires inédites sont publiées en ligne en 2010 (Dien Dan Forum).


Võ Nguyên Giáp (1911-2013)

Enseignant, résistant anticolonialiste puis chef militaire, le plus célèbre des généraux du Viêt-Minh, stratège de la bataille victorieuse de Điện Biên Phủ en 1954 et de plusieurs offensives de l’armée populaire pendant la guerre d’Indochine. Après la révolution d’août, en tant que ministre de l’intérieur, il organise à l’épuration des nationalistes non communistes en 1945-1946. Responsable des offensives contre le Sud Viêt-Nam pendant la guerre américaine, il est un des principaux stratèges de l’Offensive du Tết en 1968 (politique, militaire et diplomatique). Ecarté de la direction de la guerre après l’échec de l’offensive de Pâques (à la soviétique) en 1972. Figure historique et emblématique du Viêt-Nam communiste, des funérailles nationales ont été décrétées à sa mort à l’âge de 102 ans en octobre 2013. Pour comprendre les différentes facettes de ce général sans égal, voir la biographie que lui a consacré Georges Boudarel (1977) et plus récemment celle de Cecil B. Currey (1997).


Nguyễn Chí Thanh (1914-1967)

Militaire, homme politique et stratège. Responsable du Service politique de l’Armée populaire de la RDVN à partir de 1950. Préconise l’action politique au Sud après 1954. De 1965 jusqu’à sa mort soudaine en 1967, il dirige l’Armée populaire au Sud.


Thụy An (Lưu Thị Yến, 1916-1989)

Femme de lettres, elle gère plusieurs journaux dédiés aux femmes : Đàn Bà Mới (Sài Gòn), Phụ Nữ Tân Văn (Sài Gòn), Đàn Bà (Hà Nội). Elle dirige l’agence vietnamienne d’information Việt Tấn Xã et mène des reportages de guerre. Compagne d’un cadre important du parti national (VNQDĐ), elle est condamnée en tant qu’ « espionne » et « réactionnaire » au procès des intellectuels des journaux Humanisme et Belles Œuvres en 1960. Libérée en 1973 lors d’une grâce liée aux Accords de Paris, elle s’installe à Saigon.


Trần Đức Thảo (1917-1993)

Philosophe marxiste, anticolonialiste. Élève de l’ENS à Paris, il débute ses études de philosophie en explorant la phénoménologie de Husserl puis le marxisme. Il est l’auteur d’un essai remarqué qui rapproche les deux pensées : Phénoménologie et matérialisme dialectique (1951). Proche du PCF, il est emprisonné en 1945 pour son soutien au gouvernement de Hồ Chí Minh. Il rédige des articles dans les Temps Modernes au début de la guerre d’Indochine. Il retourne au Viêt-Nam en 1951 pour se mettre au service du communisme vietnamien alors sous l’influence du maoïsme. Critique vis-à-vis du Parti lors de l’affaire des revues Humanisme et Belles Œuvres (1956), il doit faire son autocritique en 1958 et subir un exil intérieur comme l’avocat Nguyễn Mạnh Tường . Il est autorisé à rejoindre Paris en 1991 et, malade, meurt deux ans plus tard après avoir exprimé des regrets sur son engagement communiste (Phan Ngoc Khue, 2014). Son œuvre a fait l’objet d’un colloque à l’ENS en 2012 et a été réédité en France (2013) et au Viêt-Nam.


Văn Tiến Dũng (1917-2002)

Général de l’Armée Populaire. Chef d’Etat-Major et commissaire politique en 1953. Responsable de la défense aérienne de la RDVN, de l’entretien de la piste Hô Chi Minh et des opérations au Laos pendant la « guerre américaine ». Supervise avec Võ Nguyên Giáp l’offensive de Pâques en 1972 et la « campagne Hô Chi Minh » en 1975. Il a publié ses mémoires dès 1979 sous le titre Et nous prîmes Saigon.


Trần Văn Trà (1919-1996)

Général de l’Armée populaire du Viêt-Nam. Dirigea la guerre au Sud de 1963 à 1975. Vice-ministre de la Défense de la RSVN de 1978 à 1982. Dans ses mémoires, il a posé une regard critique sur la stratégie militaire pour conquérir le Sud. Considéré comme le principal artisan de la prise de Saigon. Ses mémoires sur la fin de la guerre ont été traduite par les l’armée américaine et mises en ligne (PDF).


Bùi Tín (Né en 1927)

Journaliste puis dissident vietnamien, ancien vice-rédacteur en chef du quotidien du peuple (Nhân Dân, le journal officiel du Parti communiste du Vietnam). Il rejoint le Viet Minh en 1945 et exerce en tant que journaliste pour le journal de l’Armée populaire du Vietnam. Il sert au sein l’état-major de l’armée nord-vietnamienne pendant la guerre du Viêt-Nam et s’occupe de la question des prisonniers de guerre américains. Durant la prise de Saigon le 30 avril 1975, il fait partie de l’unité nord-vietnamienne qui reçoit la reddition de Dương Văn Minh, dernier dirigeant de la RVN (Sud). En 1990, Bùi Tín quitte son pays pour vivre en exil à Paris et exprimer publiquement ses critiques vis-à-vis du régime. Il publie plusieurs ouvrages en vietnamien qui font sensation dans lequel il dénonce l’appareil totalitaire communiste. Dissident pro-démocrate, il continue aujourd’hui à donner son avis sur l’évolution du Viêt-Nam à travers son propre blog sur VOA. Un de ses ouvrages a été traduit en français sous le titre Vietnam, la face cachée du régime (1999).


Đặng Thùy Trâm (1943-1970)

Femme médecin et chirurgien opérant sur le front de guerre. Elle soigne les blessés de l’armée populaire dans un dispensaire de la province de Quảng Ngãi. Elle retranscrit ses émotions personnelles sur la violence de la guerre dans un carnet de bord qui est retrouvé aux États-Unis trente ans plus tard. Publié comme un témoignage historique de grande valeur et promu par l’État-Parti pour valoriser l’esprit de sacrifice de la jeunesse pendant la guerre, l’ouvrage devient un best-seller international (traduction française en 2010). En 2009, le cinéaste Đặng Nhật Minh réalise sur Trâm un film hommage intitulé Đừng Đốt (« Ne pas brûler »).


La Thị Tám (Née en 1949), membre des Jeunesses de choc (Thanh Niên Xung Phong) en 1967. Pendant la « guerre américaine », elle surveille le carrefour de Đồng Lộc, noeud stratégique vers la Piste Hồ Chí Minh, dans la province de Hà Tĩnh. Elle reçoit la distinction d' »héroïne des Forces armées populaires » en 1969 pour sa bravoure.


★ ★ ★

République du Viêt-Nam (Việt Nam Cộng hòa – Sud, 1955-1975)

Thích Quảng Đức (1897-1963)

Vénérable bouddhiste, né Lâm Văn Tức en 1897, originaire de la province de Khanh Hoa au centre. Pratiquant dès l’âge de 7 ans, il consacre sa vie à l’étude du bouddhisme. Moine à 20 ans, il s’isole lors d’une retraite de trois ans après son ordination. Il s’immole par le feu à Saigon le 11 juin 1963 pour s’opposer à la politique répressive du gouvernement de Ngô Đình Diệm contre les bouddhistes. L’image de cette immolation (Malcom Browne, prix Pulitzer et 1963),  fait le tour du monde et la crise bouddhiste précipite la chute du clan des Ngô et de l’appareil diemiste. Sur le remake italien de cette immolation, voir notre billet.

Immolation du vénérable Quang Duc à Saigon le 11 juin 1963 © AP Malcolm Browne

Jean-Baptiste Ngô Đình Diệm (1901-1963)

Mandarin nationaliste et catholique, originaire de Huê. Ministre de l’empereur Bảo Đại en 1932, démissionne en 1933. Il se rend aux États-Unis au début des années cinquante. De retour au Viêt-Nam, il prend la direction du dernier gouvernement de Bảo Đại en juin 1954. Un an plus tard à la suite d’un référendum populaire douteux, il devient Chef d’État de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) qu’il fonde le 26 octobre 1955. Il met en place une politique anticommuniste de contre-insurrection avec les Agrovilles en 1959 et les Hameaux stratégiques en 1961. Très contesté au sein même du camp nationaliste, il est assassiné en novembre 1963 avec son frère Nhu à la suite de la violente crise bouddhiste. Sa diparition plonge le Sud Viêt-Nam dans une période de chaos et de troubles politiques pendant trois ans. Pour une biographie plus complète voir Ngo Dinh Diem (par Kelsey Leonard – Cold War Museum). Son rôle est aujourd’hui mieux évalué par les historiens (Catton, 2002 ; Chapman, 2013 ; Jacobs, 2006 ; Miller, 2013).


Trần Văn Hương (1904-1981)

Professeur et homme politique. Premier ministre au Sud Viêt-Nam en 1964-1965 et en 1968-1969. Nommé par Nguyễn Văn Thiệu vice-président de la République en 1971. Chef d’Etat de la République du Viêt-Nam en avril 1975 quelques jours (21-28 avril) avant la chute de Saigon. Il cède sa place à Dương Văn Minh.


Trần Văn Văn (1908-1966)

Homme politique et entrepreneur, originaire de Thốt Nốt (province de Long Xuyên) dans le delta du Mékong. Diplômé de HEC (Paris) puis de Oxford, il retourne au Viêt-Nam et se marie en 1940 avec la nièce de Bùi Quang Chiêu. En 1945, il est directeur de cabinet du ministre de l’économie du gouvernement Trần Trọng Kim puis en 1949 est nommé responsable des affaires économiques du premier gouvernement Bảo Đại. Pendant la période de la République du Viêt-Nam de Ngô Đình Diệm, il est cosignataire du manifeste du « groupe Caravelle » qui demande la démocratisation du régime. Il incarne la tentative de construction d’un pouvoir civil après les années chaotiques qui suivent le renversement du Président Diệm.  Combattu autant par les résistants communistes que les militaires sud-vietnamiens, il est assassiné par un commando Viêt-Công le 7 décembre 1966 alors qu’il se rend à l’Assemblée nationale. Particularité familiale : son oncle Bùi Quang Chiêu a été assassiné par le Viêt-Minh en 1945 et son fils Trần Văn Bá, résistant anticommuniste, a été exécuté en janvier 1985. Notice biographique sur le site qui lui est dédié. Le chercheur américain Ryan Nelson lui a consacré un mémoire de recherche en 2013.


Nguyễn Hữu Thọ (1910-1996)

Avocat, principal dirigeant du FNL du Sud Viêt-Nam à partir de 1961 lors de sa libération de prison. Il incarne la branche intellectuel du Front de libération. Nommé vice-président de la RSVN en 1976. Après la mort de Tôn Đức Thắng, il devient Président par intérim de la RSVN pendant environ un an (avril 1980-juillet 1981).


Ngô Đình Nhu (1911-1963)

Frère du Président Ngô Đình Diệm dont il est le conseiller politique. Ancien archiviste à Dalat. Théoricien du régime et chef du parti d’élite Cn Lao (Parti Révolutionnaire Personnaliste du Travail). Assassiné en novembre 1963 avec son frère Diệm.


Dương Văn Minh (1916-2001)

Homme politique et militaire de carrière. Membre du Conseil militaire révolutionnaire qui renverse le régime de Ngô Đình Diệm en novembre 1963. Principal acteur de la « troisième force » pendant la guerre américaine. Dernier chef d’Etat de la République du Viêt-Nam à partir du 28 avril 1975. Remet le pouvoir aux cadres communistes du Nord le jour de la capitulation de Saigon le 30 avril 1975.


Trần Văn Đôn (André,  1917-1998)

Né à Bordeaux. Militaire de carrière. Général de l’ARVN. Il participe au coup d’État contre Ngô Đình Diệm et devient Commandant en chef de l’ARVN en 1963. Vice-Premier ministre et ministre de la Défense en avril 1975 (remplace Trần Thiện Khiêm). Il quitte le Viêt-Nam fin avril 1975 pour les États-Unis puis la France. Il rédige un récit personnel de la guerre publié en anglais en 1978 (Notre guerre sans fin) puis traduit en français sous le titre Les guerres du Vietnam (1985). Voir ses différentes fonctions dans l’armée sur sa fiche en ligne (site General Hieu).


Nguyễn Thị Định (1920-1992)

Femme militaire, membre du FNL du Sud Viêt-Nam, elle est surnommée la « générale Định ». Elle dirige une unité de combattante, « l’armée des cheveux longs » qui fait la réputation et forge le mythe de la résistance dans la province de Bến Tre. Décédée en 1992, elle obtient le titre d’héroïne des Forces armées populaires en 1995. Ses mémoires éditées pendant la guerre (1969) ont été traduites en anglais et publiées chez Cornell University (1976).


Nguyễn Văn Thiệu (1923-2001)

Militaire de carrière, homme d’État. Général, vice-président du Conseil en 1965 avec Nguyễn Cao Kỳ. Président de la Seconde République du Viêt-Nam en 1967, réélu en 1971. Lâché par les Américains, il démissionne le 21 avril 1975 et s’exile à Taïwan. Il décède à Boston en septembre 2001 après 26 ans d’exil. Voir son portrait par Jean-Claude Pomonti dans Le Monde (2001).


Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngô Đình Diệm et reste emprisonné jusqu’à sa chute. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Lès Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille. Sur le FULRO voir l’étude de Po Dharma (2006).


Nguyễn Ngọc Huy (1924-1990)

Intellectuel nationaliste, théoricien, professeur. Rénovateur de la « Doctrine de la Survivance du Peuple ». Membre du Đại Việt QDĐ depuis 1945, il est en charge de la propagande et de la formation des cadres.  Fondateur du Parti néo Đại Việt (Tân Đại Việt) en 1964 puis du Mouvement National Progressiste en 1969. Il est l’un des inspirateurs de la constitution de la seconde République du Viêt-Nam en 1967. Activiste anticommuniste en exil après 1975 au sein de l’Alliance pour la Démocratie au Viêt-Nam. Sur sa vie politique, voir notre chapitre « An Intellectual through Revolution, War, and Exile. The Political Commitment of Nguyen Ngoc Huy (1924-1990) », in Nathalie Huynh Chau Nguyen (ed.), New Perceptions of the Vietnam War. Essays on the War, the South Vietnamese Experience, the Diaspora and the Continuing Impact, Jefferson (NC), McFarland, 2015, pp. 41-71.


Trần Lệ Xuân, dite Mme Nhu (1924-2011)

Figure charismatique de la République du Viêt-Nam sous le régime de Ngô Đình Diệm. Epouse de Ngô Đình Nhu, frère du Président Diệm, elle dirige le mouvement de solidarité des femmes (Phong trào Liên đới Phụ nữ), fondé en 1958. Elle choque une partie de l’opinion publique lorsqu’elle fustige l’action des bonzes qui s’immole par le feu en parlant de « barbecue » en 1963. A la suite de l’assassinat de son mari et du Président Ngô Đình Diệm, elle s’exile à Rome jusqu’à la fin de ses jours. Une biographie intitulée Finding the Dragon Lady a été publiée en 2013 et des mémoires posthumes intitulée « Le caillou blanc » ont été éditée par sa famille la même année.


Trần Thiện Khiêm (1925-2004)

Général, homme politique de la République du Viêt-Nam (1955-1975). Il participe au coup d’État contre Ngô Đình Diệm en 1963. Cumule de nombreuses fonctions politiques et militaires à partir de 1964. Ministre de l’intérieur du gouvernement de Trần Văn Hương en 1968 puis vice-Premier ministre en 1969. Premier-ministre et ministre de la Défense de 1969 à 1975. Il démissionne en avril 1975 et s’exile aux États-Unis.


Nguyễn Khánh (1927-2013)

Militaire, acteur du renversement de Ngô Đình Diệm en 1963 puis de Dương Văn Minh en 1964. Il est lui-même renversé par les « jeunes Turcs » Nguyễn Văn Thiu et Nguyễn Cao Kỳ en février 1965. En exil pendant de longues décennies, il prend en 2005 la présidence du « Gouvernement provisoire du Viêt Nam libre ». Voir notre billet biographique sur ce carnet de recherche.


Nguyễn Thị Bình (Née en 1927)

Femme politique, diplomate. Résistante du FNL dont elle devient membre du Comité central en 1962. Spécialiste des relations extérieures du FNL, elle représente le mouvement de résistance à la Conférence de Paris. Après la réunification, elle devient ministre de l’Éducation de la RSVN de 1976 à 1987 puis vice-présidente de la RSVN de 1992 à 2002.


Nguyễn Văn Bông (1929-1971)

Homme politique et enseignant, originaire de la province de Tin Giang dans le Sud. Il fait ses études en France, obtient une licence de Droit puis un doctorat en Sciences Politiques. De retour au Viêt-Nam (Sud) en 1963, il enseigne ces deux disciplines et, après le renseignement du régime diemiste, il prend la direction de l’Institut National d’Administration. A la fin de l’année 1968, il fonde avec Nguyễn Ngọc Huy le Mouvement National Progressiste (Phong trào Quốc gia Cấp tiến), opposé au régime militaire. Cible du Viêt-Công, il est victime d’une première tentative d’assassinat à la bombe en 1968 puis d’une seconde le 10 novembre 1971 où il trouve la mort. Sa disparition met définitivement fin aux possibilités d’un gouvernement civil au Sud.


Nguyễn Cao Kỳ (1930-2011)

Militaire de carrière, homme d’État. Général d’aviation, premier ministre de la République du Viêt-Nam près le coup d’État de 1965. Nommé Vice-président de la République après les élections de 1967. Exilé aux États-Unis après 1975. Il retourne en voyage au Viêt-Nam en 2005 où il est reçu officiellement. Il décède en Malaisie.


Ngô Bá Thành (Née Phạm Thị Thanh Vân, 1931-2004)

Juriste et femme politique. Elle fait de brillantes études de Droit en France où elle soutient une thèse en droit comparé et poursuit des recherches dans ce domaine à Paris. Pendant la période de la guerre, elle incarne la « troisième force » pacifiste et préside le Comité des femmes pour le droit à la vie (Ủy ban Phụ nữ đòi quyền sống) en 1970. Après la réunification, elle est nommée vice-présidente de l’Association des Juristes du Viêt-Nam (Hội luật gia Việt Nam), assure d’autres fonctions au sein du Front de la Patrie (Mặt trận Tổ quốc Việt Nam) et en tant que député au sein de l’Assemblée nationale.


Nhất Chi Mai (1934-1967)

Enseignante bouddhiste, elle participe au groupe « de la Jeunesse pour le service social » (Thanh niên phụng sự xã hội) pendant la guerre. Elle se suicide par le feu le 16 mai 1967 à Saigon pour protester contre la guerre et la division entre les différentes religions.


Nhã Ca (Trần Thị Thu Vân, née en 1939)

Écrivaine originaire de Huế. Elle publie des romans sur la guerre et la jeunesse à partir des années soixante. Elle devient célèbre avec son témoignage sur les massacres de Huế perpétrés par le FNL (Viêt-Công) en 1968. Après la réunification, elle est classée parmi les auteurs dangereux liés à la guerre psychologique. Elle est emprisonnée tout comme son mari avant de prendre le chemin de l’exil. Éditrice du Vit Báo en Californie, elle est une figure majeure du journalisme de la communauté vietnamienne aux États-Unis. Son ouvrage Giải khăn sô cho Huế (Portons le deuil de Huê) a été traduit pour la première fois en anglais en 2014 et présenté par Olga Dror.


Khánh Ly (Née en 1945)

Chanteuse, interprète renommée. Elle débute sa carrière au Sud Viêt-Nam pendant la guerre. Accompagnant le compositeur Trịnh Công Sơn, elle devient une des figures marquantes de la musique contestataire dite « jaune » (nhc vàng). Les chansons de ce couple de musiciens critiquent la violence de la guerre et prône l’idéal d’un pays réunifié en paix. Après la chute de Saigon, elle s’exile aux États-Unis et chante pour les Boat People. Encore très populaire, elle retourne au Viêt-Nam pour une série de concerts en 2014. Voir notre article sur notre carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.


Võ Thị Thắng (1945-2014)

Membre du FNL Sud Viêt-Nam à l’âge de 16 ans, elle infiltre le mouvement étudiant puis ouvrier et intègre les commandos de la lutte armée à Saigon. Arrêtée en 1968 lors de l’offensive du Têt, elle est condamnée à vingt ans de prison pour terrorisme. Après la guerre, elle dirige le Service général du tourisme tout en étant députée à l’Assemblée nationale.


Quách Thị Trang (1948-1963)

Collégienne et bouddhiste, elle milite contre le régime de Ngô Đình Diệm. Elle est tuée à l’âge de quinze ans lors d’une manifestation violemment réprimée le 28 août 1963 en pleine crise bouddhiste. Elle devient une figure icônique de la lutte des bouddhistes du Sud. En 1964, une statue commémorative est érigée sur la place qui porte son nom en face du marché central de Saigon. Cette statue a été depuis déplacée (voir sur Virtual Saigon).


Le Ly Hayslip (Phùng Thị Lệ Lý, née en 1949)

Écrivaine, elle retrace son destin tragique pendant la guerre et en exil aux États-Unis dans deux recueils de mémoires. Ceux-ci servent de trame au film Entre ciel et terre d’Oliver Stone (1993). Prise dans les affres de la guerre civile, c’est la voix d’une paysanne pauvre du centre du Viêt-Nam qui voit son sort basculer dans le Sud entre terrorisme Viêt-Công et répression républicaine. Victimes de violences, elle se prostitue et trouve refuge auprès d’un GI américain qui se suicide après la guerre. De retour au Viêt-Nam dans sa famille, Lê Ly incarne la réconciliation « vu d’en bas » entre Vietnamiens dans les années 1990.


Phan Thị Kim Phúc (Née en 1963)

Figure iconique d’une enfant dans la guerre, Kim Phúc devient célèbre suite à la photographie de Nick Út (Huỳnh Công Út). Le 8 juin 1972, avec un groupe d’enfants, elle est prise dans un bombardement aérien qui déverse du napalm. Son corps est sévèremment brûlé. Témoignage de la violence de la guerre, ce cliché change à jamais son destin. Kim Phúc après avoir été utilisée par la propagande du régime communiste se réfugie au Canada où elle fonde une famille. Elle est ambassadrice de la paix pour l’Unesco depuis 1997.

8 juin 1972. Kim Phúc, centre gauche, court nue sur une route près de Trang Bang après une attaque au napalm de la Force aérienne sud-vietnamienne (Nick Ut / The Associated Press).

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Lès Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.


★ ★ ★

République Socialiste du Viêt-Nam (Cộng hòa Xã hội chủ nghĩa Việt Nam, Viêt-Nam réunifié depuis juillet 1976)

Nguyễn Văn Linh (Nguyễn Văn Cúc, alias Mười Cúc, 1913/15?-1998)

Révolutionnaire communiste et homme politique. Membre du PCI depuis 1936. A partir de 1945 et surtout pendant la guerre, il assume plusieurs fonctions clés au Sud notamment celle de secrétaire puis vice-secrétaire du « Cục R », le Comité central du Parti au Sud (Trung ương Cục miền Nam). Il est chargé de l’administration du Sud après la réunification puis prend le poste de secrétaire du PCV pour Hô Chi Minh-Ville. Il préside le VIe congrès du PCV instaurant la politique de Renouveau économique (Đổi Mới) en décembre 1986 dont il est au départ un ardent défenseur. Secrétaire général du PCV de 1986 à 1991. En 1987, il invite les écrivains et les intellectuels à « ne plus courber la plume ».


Võ Văn Kiệt (Phan Văn Hòa, alias Sáu Dân, 1922-2008)

Révolutionnaire communiste et homme politique de premier plan. Membre du PCI depuis 1939. Après les Accords de Genève en 1954, il devient membre du Comité de Pays au Sud (Xứ ủy Nam Bộ). Il est en charge à partir de 1959 de la zone T.4 (Saigon – Giadinh) puis membre du Comité central pour la Sud de 1973 à 1975. Après la réunification, il préside le Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville. Membre du Polit-buro, il occupe plusieurs hautes-responsabilités au sein de l’État-Parti : député de l’Assemblée nationale, responsable de la planification étatique, président du Conseil des ministres, Premier ministre de la RSVN (1988 par intérim puis 1991-1997). Sous sa mandature, il promeut le Renouveau endossant le rôle d’ingénieur général (« tổng công trình sư ») des multiples projets. En 2005, il fait un bilan contrasté de la guerre civile et met en avant dans plusieurs entretiens le patriotisme au dessus du parti et la question de la liberté de la presse. Il décède à l’hôpital à Singapour en 2008.


Lê Khả Phiêu (Né en 1931)

Dirigeant communiste, général d’armée. Commissaire politique dans l’armée pendant une longue période, il est responsable du Service politique général (Tổng cục Chính trị) de l’armée populaire en 1991. Secrétaire général du PCV de décembre 1997 à avril 2001. Il incarne le retour de l’orthodoxie après dix ans de Renouveau et s’attache à la lutte contre la corruption pendant son mandat.


Hoàng Cơ Minh (1935-1987)

Militaire de carrière. Vice-amiral de l’Armée de la République du Viêt-Nam (Sud) avant 1975. Exilé aux Etats-Unis après la chute de Saigon, il organise et prend la tête du Front National Unifié de Libération du Viêt-Nam (Mặt Trận Quốc Gia Thống Nhất Giải Phóng Việt Nam), un mouvement de résistance armée anticommuniste. Il est tué au Sud du Laos en 1987 lors d’une tentative d’infiltration au Viêt-Nam dénommée la « marche vers l’Est ».


Nông Đức Mạnh (Né en 1940)

Membre de l’ethnie minoritaire Tay. Président de l’Assemblée nationale de 1992 à 2001. Nommé Secrétaire général du PCV de 2001 à 2011. Membre permanent du Bureau politique du PCV depuis 1998. La rumeur le présente comme le fils d’Hồ Chí Minh ce qu’il a toujours nié en répondant par cette boutade « au Viêt-Nam, tout le monde est un enfant de l’Oncle Hồ« .


Trần Văn Bá (1940-1985)

Etudiant nationaliste. Ancien Président de l’Association Générale des Vietnamiens de Paris (AGEVP), il rentre au Viêt-Nam pour intégrer la résistance anticommuniste. Chargé des opérations militaires au sein du Front Unifié des Forces Patriotiques de Libération du Viêt Nam (Mặt trận Thống nhất các Lực lượng Yêu nước Giải phóng Việt Nam). Arrêté lors de l’opération de contre-espionnage CM12 en 1984, il est condamné à mort à l’issue d’un procès médiatique à Hô Chi Minh-Ville. Fusillé en janvier 1985, son corps n’a jamais été rendu à la famille. Un site tenu par son frère lui est dédié.


Dương Thu Hương (Née en 1947)

Femme de lettres et dissidente politique. Née dans la province de Thái Bình en RDVN, elle participe à la guerre du Viêt-Nam dans un groupe d’artistes qui a pour mission de « Chanter plus fort que les bombes » (Tiếng hát át tiếng bom). Figure importante de la littérature du Renouveau, elle publie des romans qui dérange l’orthodoxie du régime communiste. Elle est expulsée du PCV en 1991 puis emprisonnée avant d’être libérée sous la pression internationale. Elle s’exile à Paris en 2006 et poursuit depuis sa lutte contre la dictature.


Phạm Th Hoài (Née en 1960)

Femme de lettres, romancière, traductrice et figure intellectuelle renommée de la diaspora vietnamienne. Elle fait partie de nouvelles figures de la renaissance littérature sous le Renouveau. Surveillée par le régime communiste, elle quitte le Viêt-Nam pour poursuivre son métier. Depuis l’Allemagne où elle réside, elle fonde le forum Talawas (2001-2010) dédié aux débats intellectuels puis le site Pro/Contra (2010-2014).


[à suivre]

FG, 20/03/2017. MàJ 13.04/2017.

Premier volet de la série « Clés du Viêt-Nam contemporain » :