Archives de catégorie : Articles / Billets

Prince Phetsarath (1890-1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos

Søren Ivarsson and Christopher E. Goscha, « Prince Phetsarath (1890–1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos », Journal of Southeast Asian Studies, 38 (1), Feb. 2007, pp. 55–81.

A biography of Prince Phetsarath highlights how a specific idea about Laos and its culture was formed under French colonial rule and nurtured under the Japanese occupation and its aftermath. During these periods, Phetsarath’s understanding of Lao cultural nationalism was transformed into a political and anticolonial nationalism. While ultimately a study of failure, Phetsarath’s activities show that anticolonial nationalism did not always have to be linked to Communist movements to be ‘revolutionary’, and suggests the importance of taking into account non-revolutionary and non-Communist actors – even members of royal blood – in order to better understand the complexity that went into the making of modern postcolonial states.

Article à lire sur le site de Christopher Goscha (pdf)

Pierre Brocheux : Une histoire croisée – l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945

Le groupe des « Cing Dragons » en France.

Pierre Brocheux, « Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945 », mai 2009.

Publié sur le site Europe Solidaire Sans Frontières

 

 

Sommaire

  • Le tournant de 1914-1918
  • Les « Cinq Dragons »
  • La radicalisation politique
  • Le passage du témoin
  • Les indépendantistes radicaux
  • Conclusion

 

Introduction

L’histoire de l’immigration politique indochinoise, en fait vietnamienne (« annamite » comme l’on disait à l’époque), illustre un transfert d’influences et d’inspirations ainsi que leur incubation. À quelles fins, par quelles méthodes ou médiations, ces transactions politiques s’opèrent-elles et quels en sont les résultats ? Mon article tentera de répondre à ces questions.

C’est à partir de la conquête française que les mouvements migratoires conduisent les Vietnamiens au delà du Siam, de la Malaisie et de la Chine méridionale. La venue en France, exception faite de raisons diplomatiques (la mission Phan Thanh Gian, en 1863, pour recouvrer les provinces de la Basse Cochinchine), est épisodique et elle concerne un petit nombre d’individus. Des résistants à l’invasion française furent exilés à Toulon d’abord, pour être expédiés ensuite, comme main d’œuvre forcée, dans l’île de la Réunion puis aux Antilles, en Guyane (1863-1872) et en Nouvelle Calédonie (1891)1. Plus tard, à l’occasion des expositions universelles et coloniales comme celle de Paris en 1889, en 1900, des artisans, des tireurs de pousse-pousse, des soldats sont « importés » pour faire de la figuration.

Au début du 20è siècle, l’établissement de lignes régulières de transport maritime entre la France et ses possessions d’Extrême-orient sur des paquebots et cargos des sociétés des Messageries Maritimes et des Chargeurs Réunis conduit au recrutement d’un personnel annamite nombreux sans que nous disposions de statistiques exactes. Le cas le plus célèbre est celui du futur Hô Chi Minh qui s’embarqua en 1911 comme aide cuisinier et qui ne posa sac à terre qu’en 1915 ou 1916 en Angleterre après avoir parcouru les océans. Parallèlement à ces allers et venues des navigateurs, des jeunes scolaires commencent à venir en France2.

Le courant qui porte ces jeunes gens vers la France pour leurs études succède, vers 1910, à celui qui, à l’appel du lettré patriote Phan Bội Châu (1867-1940), en conduit au Japon au tournant du 20è siècle (« voyage à l’Est » ou Đông Du). Il est la conséquence de la fermeture de cette dernière voie aux partisans de la modernisation : en effet, en 1908, pour des raisons diplomatiques, après des tractations avec la France, le gouvernement japonais refuse désormais aux Vietnamiens l’accès de ses écoles et Phan Bội Châu est contraint d’aller s’installer en Chine3. En Indochine même, la fermeture momentanée de l’université de Hanoï (récemment constituée de trois écoles supérieures), la suppression du mouvement d’étude et de rénovation culturelle du nord, le Đông Kinh Nghĩa Thục (L’École libre du Tonkin) qui avait des émules, le Duy Tân (modernisation) et le Minh Tân (Lumière nouvelle), dans le centre et le sud du pays, bloquent d’autres issues. Cependant, la modernisation étant à l’ordre du jour, pour les Vietnamiens qui veulent apprendre de l’Occident comme l’ont fait les Japonais et les Chinois, qu’ils soient animés par un idéal désintéressé ou qu’ils visent la promotion sociale notamment en entrant dans le fonctionnariat colonial, il n’y a d’autre alternative que le « voyage à l’Ouest » ou Tây Du.

Le tournant de 1914-1918

Entre 1910 et la « grande guerre » (1914-1918), le nombre total de ces immigrants n’excédait probablement pas une ou deux centaines de personnes. Pour faire la guerre à l’Allemagne, le gouvernement français met à contribution les ressources humaines et matérielles de son empire colonial. En l’occurrence, le tournant du mouvement migratoire a lieu en 1915 lorsque les premiers travailleurs et soldats (lính thợ) indochinois abordent le sol de France : de 1915 à 1919, 42 922 tirailleurs et 49 180 travailleurs sont envoyés en France4. Ce n’est pas de cette population en majorité illettrée (23 234 analphabètes sur 34 715 arrivants en 1915, ils étaient encore 17 308 en 1918) que sont issus les idéologues, les animateurs et les organisateurs du mouvement indépendantiste mais elle fournit les indispensables auxiliaires : relais et boîtes aux lettres (les restaurateurs) agents de liaison et diffuseurs (navigateurs, ouvriers, gens de maison et plus rarement militaires).

Cependant, le pôle où se déroule le débat politique sur l’avenir du Vietnam se met en place avant que n’éclate le premier conflit mondial. Il apparaît autour du lettré Phan Chu (Châu) Trinh, une personnalité déjà connue et reconnue dans son pays pour son opposition à la monarchie « protégée » par le conquérant français. Trinh s’est prononcé pour la modernisation (il est un des acteurs du Duy Tân dans sa province du Quang Nam au centre du VN et il participe aux activités du Đông Kinh Nghĩa Thục à Hanoî) en dénonçant en terme très durs le régime impérial soumis et corrompu et son mandarinat sclérosé et exploiteur du peuple ; par le fait même il accuse le régime et l’administration coloniale française qui « coiffe » et perpétue ce régime en l’utilisant à ses fins de domination et d’exploitation5. En 1908, un soulèvement antifiscal violent a lieu dans le Quang Nam, la responsabilité en est imputée à Phan Châu Trinh qui est condamné à mort ; sa peine ayant été commuée, il est déporté au bagne de Poulo Condor.

Grâce à des amis français, le journaliste Ernest Babut et le commandant Jules Roux qui font intervenir la Ligue des droits de l’homme et du citoyen, Trinh est libéré du bagne et il est admis à résider en France c’est à dire qu’il est exilé en 1911. Il fait connaissance avec son compatriote Phan Văn Trương, répétiteur à l’École des langues orientales de Paris, et tous deux fondent la Fraternité des compatriotes (Hội đổng Bào Thân Aí) en 1912 puis l’Association des patriotes indochinois en 19146. Ces initiatives valent aux deux hommes l’accusation de complot concerté avec le prince Cừơng Để (alors réfugié au Japon et prétendant au trône du Viet Nam) et en collusion avec les Allemands après que la guerre ait éclaté ; Trinh est incarcéré à la Santé et Truong au Cherche-midi, prison militaire, parce que citoyen français, il est mobilisé lorsque la guerre éclate. Les deux hommes sont libérés en 1915 après neuf mois de détention et l’intervention active d’un avocat socialiste, Marius Moutet (au nom lié aux affaires indochinoises jusqu’en 1947), ainsi que du commandant Roux et de la Ligue des droits de l’homme. C’est à ce moment là que Truong est envoyé comme interprète auprès des ouvriers indochinois qui viennent d’arriver à l’arsenal de Toulouse. De son côté, Trinh se voit supprimer l’allocation annuelle de 6 000 francs que lui versait le gouvernement et il doit travailler comme retoucheur photographe, métier auquel il initiera un jeune compatriote, le futur Hồ Chí Minh.

L’exposé de ces détails est nécessaire pour comprendre l’attraction exercée par les deux hommes et les ralliements autour d’eux, en majorité des étudiants. mais également des travailleurs restés en France après la guerre (ouvriers et navigateurs) et les gens de maison (cuisiniers, valets et bonnes que l’on appelait les boys et boyesses) que des coloniaux ont ramenés avec eux de leur séjour en Indochine. Le plus connu de ces intermédiaires est Đăng Văn Thu, navigateur marié avec une Française comme Nguyễn Thế Truyền, il fonde une famille au Havre et ouvre un restaurant qui est à la fois un relais et le « financier » du Parti annamite de l’indépendance ainsi que des journaux (ex. Việt Nam Hôn) que celui ci publie à la fin des années 1920. En même temps ils révèlent les personnalités et les réseaux français qui protégeaient et soutenaient ces immigrés indochinois (M. Moutet, J. Roux, la LDHC, le parti socialiste, les libéraux), d’une façon générale mais non exclusive, la mouvance de gauche ; ces relations forment la trame de la radicalisation progressive dans les années 1920.

Les « Cinq Dragons » (Ngu Long)

Phan Chu Trinh est la personnalité phare, celle qui sert de référence notamment à ses compatriotes qui ont choisi de prendre le chemin de l’Occident, Nguyễn Tất Thanh (Ho Chi Minh) séjournant en Angleterre, avait établi une correspondance (saisie par la police française) avec Phan Chu Trinh avant de franchir le Channel en 19177. Les soupçons, la surveillance et les brimades dont Trinh est l’objet de la part du gouvernement français ne font que renforcer son prestige auprès de ses compatriotes. Après le décès de son jeune fils et la perte de leurs allocations, Trinh réside dans l’appartement de P.V. Truong au 6 Villa des Gobelins, dans le 13è arrondissement de Paris, c’est également le premier domicile de Nguyễn Tất Thành ainsi qu’un lieu de réunions fréquenté par Nguyễn Thế Truyền8. et Nguyễn An Ninh9. Dans cette brève période (1919-1923), les Vietnamiens de Paris ont surnommé le groupe « les cinq Dragons », un premier cercle étroitement surveillé par la police qui y dispose d’un si ce n’est de deux indicateurs.

Les « Dragons » et leurs compatriotes qui gravitent autour d’eux ont un idéal commun : l’indépendance de leur pays et la liberté de leur peuple. Jusqu’en 1919 et mis à part Ninh qui ne s’est pas encore joint aux aînés, ils agissent de concert, ainsi Les Revendications du peuple annamite qui se référent aux Quatorze points du président américain Woodrow Wilson, signés Nguyễn Aí Quốc et portées par Nguyễn Tất Thành à la Conférence de Versailles, sont-ils le fruit de leur concertation. Mais la pétition a certainement été rédigée par Truong qui maîtrisait la langue française au contraire des trois autres, Truyên compris. Il n’empêche que Thanh s’est approprié la signature collective10. Ils estiment que le régime républicain français a une influence positive, c’est en sens que Truong fait une conférence le 18 février 1923 où il compare la domination française à celle que les Chinois ont imposée au Vietnam, à l’avantage de la première par ce que la France inculque l’idéal d’une civilisation du Progrès et des arguments propres à revendiquer la liberté et l’indépendance de leur pays (d’après Đặng Hữu Thụ, op. cit., p.41).

Phan Chu Trinh reste un partisan de changements progressifs et non violents – cela le distingue de son alter ego Phan Boi Châu partisan de la révolution par l’action armée et terroriste — Trinh se fonde sur son expérience personnelle pour faire confiance aux institutions de la république française et pour espérer l’application des idéaux de la révolution de 1789 jusque dans les colonies. Il renouvelle ses attaques contre la monarchie et le protectorat lorsque l’empereur Khai Đinh visite officiellement la France dans l’été 1922. À travers « l’empereur jaune [ un mannequin bien habillé] et son troupeau de mandarins obséquieux…prêts à faire…des singeries » c’est en fait le gouvernement français que Trinh interpelle :

« Depuis environ vingt ans, le peuple annamite modernisé sous l’influence française, au contact d’un gouvernement républicain, ayant divorcé d’avec ses vieilles conceptions de l’ancienne autorité royale, ne veut plus de cette autorité qu’il trouve non seulement tyrannique mais encore injustifiée, d’autant plus que les hommes qui l’ont détenue jusqu’ici comme les mandarins… sont des hommes sans instruction, sans valeur, qu’il considère comme indignes de présider à ses destinées »11.

À son tour, Nguyên Ai Quôc écrit une pièce de théâtre satirique contre le même monarque, Le dragon de bambou, que Léo Poldès (fondateur et animateur du Club du Faubourg) fait représenter à Garches, à la fête du journal communiste L’Humanité, en juin 192212.

La radicalisation politique

Mais les divergences apparaissent et se renforcent au fur et à mesure de l’évolution du monde, de la France et de son empire colonial. La révolution russe d’octobre 1917 et la prise de pouvoir par les bolcheviks se révèle un événement capital parce qu’il est suivi de la fondation de la Troisième Internationale et de son projet de révolution mondiale. La fondation du parti communiste français en 1920 s’inscrit dans la nouvelle logique et dynamique révolutionnaire or le « délégué indochinois » au congrès du PSF à Tours en 1920, Nguyễn Aí Quốc, a voté l’adhésion à l’Internationale communiste par ce que « il y a une chose que j’ai bien comprise : la Troisième Internationale accorde une attention à la libération des colonies… Quant à la Deuxième Internationale, elle ne se préoccupe pas de la question coloniale »13.

Donc, Quôc devient un adepte du socialisme « maximaliste » comme l’on dit à l’époque. En 1919, déjà, il penchait de ce côté là si l’on en croit une note de police : « Au cours de la réunion de Nguyên Ai Quôc, notre agent, Phan Chau Trinh et Khanh Ky, qui eut lieu le 23 décembre , les deux derniers auraient reproché la violence et le manque d’habileté des procédés [du communisme] ; ils auraient déclaré compter sur le Protectorat pour obtenir la réforme qu’ils veulent rapide et profonde… »14. En 1921, Nguyên Ai Quôc quitte le 6 Villa des Gobelins pour le 9 de l’impasse Compoint dans le 17è arrondissement.

Ces divergences qui ne sont pas seulement politiques mais proviennent de la différence de générations, n’empêchent pas Trinh d’exhorter Quôc à rentrer au pays15. Trinh, l’aîné et le réformiste, s’est rendu à l’évidence que la République française n’appliquera pas ses idéaux dans les colonies, il est revenu de ses espoirs et de ses illusions et il s’apprête lui-même à quitter la France ; Truong, que sa qualité de citoyen français ne met pas à l’abri de la discrimination raciale et des brimades, fait le même constat que sa place est dans sa patrie pour y faire bouger les choses. Trinh exprime son amertume dans L’Oeuvre :

« Nous avons toujours cru qu’après cinq années pendant lesquelles la métropole a eu l’occasion de mettre plus d’une fois à l’épreuve notre loyalisme et notre attachement à la cause française, pendant lesquelles nos Indochinois sont venus en foule se ranger dans la tranchée meurtrière à côté de leurs frères français et se sont montrés dignes de leur qualité de fils adoptés, pendant lesquelles du sang annamite a coulé, des biens annamites ont été sacrifiés, un changement politique viendrait nous récompenser de nos efforts… Ce n’est pas par le voyage de l’empereur d’Annam que la République aura le cœur des Annamites »16.

Par ailleurs, le « danger bolchevik » est à l’ordre du jour des États impérialistes et provoque à la fois un raidissement du pouvoir colonial et une reconfiguration de la mouvance anticolonialiste en France comme dans le monde. Le soutien français aux indépendantistes Indochinois se déplace vers l’extrême-gauche. Certes, l’anticolonialisme libéral et humaniste continue d’agir (la LDHC crée une section qui s’occupe des « abus de la colonisation », termes qui dénotent l’absence de mise en cause fondamentale du régime colonial) mais, la même année 1921, le PCF crée une commission coloniale dont font partie N.A. Quôc et N.T. Truyên ainsi qu’ un cercle extérieur : l’Union intercoloniale où les deux Indochinois se retrouvent aux coudes à coudes avec les Malgaches Ralaimongo et Stephany, les Antillais Max Clainville-Bloncourt, Sarrotte, l’Algérien Hadj Ali, et d’autres (en 1923, il y a 18 Annamites sur les 121 membres de l’Union). En décembre 1922, dans une réunion à la 17è section de la fédération de la Seine du PCF, Quôc fait une déclaration significative, il estime que « les franc-maçons et les membres de la Ligue des droits de l’homme font de la collaboration de classe et non de la lutte de classes »17 et il approuve les résolutions du 4è congrès de l’Internationale qui interdit aux communistes d’adhérer à la franc-maçonnerie, à la LDHC et aux organisations anarchistes.

L’apparition du communisme internationaliste, le « péril rouge » pour certains, détermine le réaménagement de l’échiquier politique dans le monde et par conséquent dans l’immigration vietnamienne. C’est par rapport au bolchevisme que les forces politiques, les courants intellectuels définissent leur orientation et leurs prises de position vis à vis de la question coloniale.

En 1923, après avoir joué un rôle important dans la rédaction du Paria18, Quôc part pour Moscou où l’Internationale l’envoie en Chine du sud pour créer une organisation révolutionnaire indochinoise. Nguyên Thê Truyên le remplace dans l’Union intercoloniale et à la rédaction du journal Le Paria (où il entre en conflit personnel avec Max Clainville Bloncourt au sujet de leur prééminence dans l’organisation) jusqu’à ce qu’il démissionne du PCF en 1925. Le parti communiste français et le syndicat CGTU ouvrent aux colonisés les colonnes de leur presse (L’Humanité, La Vie ouvrière, La Revue communiste) et mettent à leur disposition des locaux de réunion (à cet égard, le Cercle international des marins de Marseille, 1927, et de Bordeaux, 1928, créé par la CGTU joue un rôle très important) ainsi que des militants pour accomplir certaines tâches (distribution de tracts sur la voie publique, transport de courrier vers l’Indochine). C’est encore le PC qui se charge d’acheminer des Vietnamiens vers l’Université des travailleurs d’Orient à Moscou (faux passeports, argent, billets de train ou de bateau) par des filières que le Komintern a mis en place (sur 47 élèves Vietnamiens de l’UTO entre 1925 et 1934, quarante viennent de France). Plus tard, Truyên justifiera sa coopération par ce que les communistes français étaient les alliés les plus proches et les plus fiables19. En 1925 et en définitive, le cercle des « Cinq Dragons » disparaît de lui-même après les départs successifs de Nguyên An Ninh, Nguyên Ai Quôc, Phan Van Truong et Phan Chu Trinh20. Mais la relève est d’ores et déjà assurée.

Le passage du témoin

À partir de 1925, la composition de l’immigration vietnamienne en France se modifie, la plupart des soldats lính (dès la signature de l’armistice en novembre 1918) et la majorité des ouvriers thợ a été rapatriée. Mais les navigateurs sont encore nombreux et les effectifs de la population estudiantine augmentent : de 177 en 1924, ils passent à 1 700 en 192921 à la veille du soulèvement de 1930-1931 en Indochine. Ces jeunes gens fréquentent les lycées, les facultés mais aussi des écoles professionnelles et ils sont répartis dans la France entière avec une majorité, 1 100, à Paris, 200 à Aix en Provence, 80 à Montpellier et 110 à Toulouse, le reste à Marseille, Bordeaux et Lyon. Les navigateurs sont nombreux à Marseille, au Havre mais il y en a également à Dunkerque22 et à Bordeaux. Au total il y aurait 5 000 Indochinois dont 3 675 « ont un dossier individuel au ministère des colonies »23.

Les travailleurs comme les étudiants se groupent au sein d’associations à caractère professionnel et/ou mutualiste ; en 1927 la police française en recense sept dont le nombre d’adhérents varie entre 15 et 45024. Les unes sont dirigées ou fonctionnent sous l’influence de militants indépendantistes, d’autres se placent à l’écart de la politique et bénéficient de subventions gouvernementales mais sont l’objet de tentatives de prise en mains par les radicaux.

Cependant, il est impossible de mesurer l’impact réel de la propagande communiste sur les travailleurs. D’un côté l’historiographie vietnamienne monte en épingle l’action des navigateurs mais d’un autre côté, des militants communistes français et vietnamiens eux mêmes, qui à Marseille, qui au Havre, se plaignent de ce que leurs compatriotes préfèrent le jeu et l’opium à la politique, n’assistent pas aux meetings ni ne participent aux actions syndicales sous le prétexte (d’ailleurs admissible) qu’ils ne comprennent pas les discours en français25. Il n’en reste pas moins que le syndicat des cuisiniers dont le siège est au 8 de l’avenue Hoche à Paris, qui revendique 450 adhérents, finance les journaux du Parti de l’indépendance annamite, organise des fêtes dont les revenus sont consacrés à ce financement ou à secourir les victimes de la répression en Indochine. Il est catalogué organisation « nettement communiste » par les autorités. En 1924, un cas significatif est évoqué dans les rapports de police, celui de Hô Trân, engagé comme cuisinier par le vicomte Rivaud de la Raffinière. La vicomtesse, d’abord satisfaite du service de Trân, le licencie par ce qu’elle constate chez lui une « mauvaise volonté croissante », car il lit L’Humanité et Le Paria et tient fréquemment des propos anti-français. Le cuisinier avoue à sa patronne qu’il participe à toutes les manifestations et meetings du PCF et de la CGT et déclare qu’il « n’y a pas de raison pour que seuls les capitalistes recueillent les bénéfices du labeur des travailleurs »26.

Une configuration politique plus diversifiée que précédemment se développe dans ces milieux de l’immigration. Une de ses composantes se pose en continuatrice de l’esprit de la politique de Phan Chu Trinh tandis que les trois autres s’en démarquent par leurs orientations radicales : le Parti annamite de l’indépendance, la section indochinoise du PCF et quelques uns qui sont attirée par l’Opposition ouvrière du parti bolchevik et L. Trotsky.

La première est représentée par le parti constitutionnaliste indochinois animé par deux brillantes personnalités : l’agronome Buì Quang Chiêu et le juriste Dương Văn Giao. Tous deux exposent clairement leur principale aspiration, Chiêu (qui est citoyen français) publie une brochure au titre explicite : France d’Asie, L’Indochine moderne. être ou ne pas être, vers le dominion ; Giao ajoute « nous cherchons à nous entendre avec les Français pour qu’ils nous rendent notre civilisation, nous ne voulons pas les chasser de notre pays mais nous voulons être traités à égalité »27. Ces déclarations ne rassurent pas le gouvernement ni les milieux coloniaux qui qualifient Chiêu « d’agitateur » et considèrent que le « parti constitutionnaliste est, au reste, peut être le plus dangereux par ce qu’il attire de nombreuses personnalités de la métropole par son programme réformiste »28.

Le fait est que le parti constitutionnaliste est soutenu par les socialistes29, certains franc-maçons, mais aussi par les libéraux comme Jules Roux, l’ami de Phan Chu Trinh et avocat du barreau de Tours après avoir quitté l’armée, Léon Werth, Félicien Challaye, les écrivains « coloniaux » Albert de Pouvourville et René Maran (lauréat du prix Goncourt de 1921)30. La réputation du parti « d’être aussi funeste que le parti extrémiste le plus nettement tranchée »31 va accompagner Chiêu et Giao et tous les autres constitutionnalistes en Indochine pendant quelque années encore.

La conjoncture 1925-1931 est fertile en événements dramatiques dont les échos retentissent dans l’immigration indochinoise de France. ils sont contemporains de la « deuxième révolution » chinoise, conduite par Sun Yatsen et le Guomindang, qui se déroule à Canton où Nguyên Ai Quôc forme les militants révolutionnaires Vietnamiens avec le soutien de l’Internationale communiste. En février 1930, ont lieu la révolte de Yên Bay et la fondation du Parti communiste du Vietnam à Hong Kong. Ces deux initiatives des dominés sont contemporaines de l’échec de la « politique d’association franco-indigène » d’Albert Sarraut, promoteur du développement économique et de la « colonisation civilisatrice », échec confirmé lorsque le gouverneur général, le socialiste A. Varenne nommé en 1925, se heurte aux intérêts investis dans la colonie et capitule en fait devant eux. Enfin, elles précèdent de peu le soulèvement populaire qui a pour théâtre le nord Annam et la Cochinchine qui dure approximativement une année (mai 1930-juin 1931) et où, pour la première fois, les communistes vietnamiens mobilisent la population rurale (plusieurs milliers si ce n’est dizaines de milliers de manifestants). Ils sont les ressorts qui font rebondir le mouvement indépendantiste vietnamien.

Lorsque Bui Quang Chiêu et Duong Van Giao retournent au Vietnam à la fin de l’année 1927, leur parti ne fait plus parler de lui en France et le terrain est libre pour l’expansion du Parti annamite de l’indépendance (PAI) et les communistes. Entre temps, Phan Boi Châu est enlevé par la police française de Shanghaï et condamné à mort (en 1925, mais cette peine est commuée en une assignation à résidence à Huê jusqu’à sa mort en 1940). Phan Châu Trinh meurt en 1926 et la population l’honore par de véritables funérailles nationales dans tout le pays. L’effacement de ces deux personnalités emblématiques consacre le passage du témoin à une génération plus jeune.

Les indépendantistes radicaux

En 1926, un fois sorti de l’Union intercoloniale parce que la lutte pour l’indépendance du Vietnam n’est pas l’objectif principal de l’Union, Truyên fonde le Parti annamite de l’Indépendance ; le but du parti est affiché dans le premier numéro de La Nation annamite du 15.1.1927 : « Nous sommes des esclaves qui veulent devenir des hommes libres, nous sommes vingt millions d’opprimés qui veulent former une nation indépendante » (N.T. Truyên). Les statuts du PAI sont déposés à la préfecture de police de Paris le 14 juin 1926 , le siège central est à Paris mais il y a trois sections en province : au Havre, à Bordeaux et à Toulouse.. Il semble qu’une majorité des radicaux se regroupe au sein ou autour du nouveau parti au point que le gouvernement français considère que le parti est « nettement révolutionnaire, très comparable au Kouomintang chinois où les progressistes côtoient les bolcheviks »32. Le parti est dissout en mars 1929. Un certain nombre de militants font le voyage de Moscou où ils entreront à l’Université des travailleurs d’Orient : Bui Cong Trung, Hoang Quang Giu, Bui Ai, Nguyên Thê Vinh, Dang Dinh Tho, Nguyên Thê Thach, pour ne citer que ceux là. D’autres comme Ta Thu Thâu, Huynh Van Phuong rejoindront « l’opposition ouvrière » et seront désignés bientôt comme trotskystes. Les militants du PAI sont très actifs, ils multiplient les meetings , ainsi Truyên lui même fait un tour des villes de Clermont-Ferrand, Bordeaux, Toulouse, Aix en Provence, Grenoble, ce qui fait dire « un peu partout les éléments perturbateurs indochinois gagnent du terrain et deviennent la majorité »33.

Ils publient plusieurs journaux : Việt Nam Hôn (L’Âme du Viet nam), Hôn Việt Nam, Phục Quốc (Restauration nationale), An Nam Hôn (les changements de titres sont la conséquence des interdictions successives). Ils sont différents du Paria en ce qu’ils s’adressent aux seuls Vietnamiens et sont publiés en quốc ngử (transcription romanisée) ou en quôc ngu et français, le VN Hôn porte même une troisième transcription avec les caractères idéographiques chinois. Les colonnes de ces périodiques sont ouvertes même aux constitutionnalistes. À partir de 1928, une presse d’extrême gauche apparaît parallèlement, à titre d’exemples : Lao Nông (Ouvriers et Paysans) publié par le PCF à Paris, le Quốc Tế Lao Đông Vận Tải (l’Internationale des travailleurs des transports) à Marseille et au Havre. Tous ces journaux sont éphémères car ils sont frappés d’interdiction et saisis34. La plupart de ces journaux ou brochures sont expédiés par bateaux vers l’Indochine comme en témoignent les saisies par le service des Contrôles postaux, exemple dans le courant de 1927 : 781 numéros de L’Annam scolaire (édité par les étudiants annamites de Toulouse), 489 puis 993 exemplaires de La nation annamite (revue de l’assemblée générale des étudiants annamites d’Aix en Provence) ainsi que 878 Appel de Jacques Doriot à la jeunesse annamite traduit en quôc ngu35.

Lorsque Truyền retourne dans son pays en compagnie de sa femme française et de ses trois enfants, le PAI, sa presse surtout, sont animés par des jeunes étudiants tels que Tạ Thu Thâu et Trần Văn Thạch qui, sous l’influence du marxisme, vont donner une nouvelle orientation au mouvement indépendantiste Vietnamien en France36. Deux questions vont être au centre des débats surtout dans le milieu estudiantin mais en étant répercutés dans le monde du travail manuel. La première concerne le rôle des intellectuels diplômés : viennent-ils faire des études en France pour retourner dans leur pays et se cantonner dans l’exercice d’une profession qui leur donnera un statut en haut de l’échelle sociale si ce n’est même qu’ils deviendront des agents de l’administration coloniale ? Ou vont-ils se mettre au service de leur nation en contribuant à l’éducation du peuple et en participant à la lutte pour l’indépendance ? Ces questions sur le rôle de l’élite intellectuelle sont débattues dans une presse étudiante vivante en 1927 et 1928 dans deux centres principaux : Toulouse et Aix en Provence. C’est dans cette ville que se tient le Congrès des étudiants annamites en septembre 1927, une initiative des constitutionnalistes qui réunit une centaine de participants et qui établit une communication permanente entre les groupes dispersés à travers la France en même temps qu’une structure d’accueil pour tous les nombreux arrivants. C’est la mise en place d’un terrain d’expansion des idées révolutionnaires.

La deuxième question porte sur le projet révolutionnaire : va-t-il être limité à l’obtention de l’indépendance nationale ou sera-t-il élargi et prolongé par la révolution sociale qui associera le peuple à la direction des affaires ? C’est alors que la relation entre capitalisme et colonialisme est dénoncée, le second étant l’enfant du premier. Selon Tạ Thu Thâu, la bourgeoisie vietnamienne est appelée à évoluer dans l’orbite du capitalisme colonial. Cette thèse concorde avec la ligne politique « classe contre classe » du Komintern et du PCF. De façon corollaire, l’alliance avec la paysannerie est indispensable à la libération nationale et au triomphe de la révolution. À Marseille, l’étudiant en médecine Hồ Tá Khanh exhorte les étudiants et les travailleurs manuels à la bonne entente ; d’une manière générale, la nécessaire action concertée des uns et des autres est évoquée à maintes reprises

S’il est relativement aisée de s’accorder sur le premier point, le second provoque une divergence qui s’accentue et que l’on retrouve dans d’autres mouvements pour l’indépendance des pays colonisés. Au fur et à mesure que l’on s’avance dans le siècle, les positions respectives se durcissent et Nguyên Thê Truyên, à l’occasion d’un bref retour en France en 1934, est attaqué par le journal Vô Sản (Le Prolétaire, n°4, juin 1934). Publié par le PCF, le journal qualifie Truyên de « traître qui fréquente les flics, les fascistes », de surcroît il est le « valet de Bui Quang Chiêu »37.

C’est qu’entre temps des événements dramatiques se sont déroulés en Indochine en 1930 (après quelques préludes en 1929 ) : le Việt Nam Quốc Dân Đảng a provoqué une mutinerie dans la garnison coloniale de Yên Bay, tous les insurgés sont tués pendant la bataille ou sont exécutés après leur capture, tandis que ceux qui se réclament du communisme de la Troisième Internationale et que Nguyễn Aí Quốc vient d’unifier au sein du Parti communiste indochinois, ont pris la tête d’un « soulèvement de masse » dans le nord Annam et en Cochinchine. La répression fait des centaines de victimes et des milliers d’emprisonnés. À Paris, en mars et mai 1930, les militants radicaux manifestent contre la répression de Yên Bay, sur 51 Vietnamiens arrêtés lors de l’inauguration de la Maison de l’Indochine de la Cité universitaire internationale, puis devant le Palais de l’Elysée et au Mur des Fédérés, 19 sont expulsés vers l’Indochine en juin, parmi eux Tạ Thu Thâu (déjà sur des positions trotskystes), Nguyễn Văn Tạo (chargé des questions coloniales auprès du comité central du PCF).

En Cochinchine, le mot d’ordre de confiscation des terres des propriétaires fonciers locaux lancé par les communistes alarment les bourgeois possédants du parti constitutionnaliste et un premier divorce est perçu entre les modérés et les révolutionnaires. La Tribune indochinoise, porte-parole des constitutionnalistes, met alors le doigt sur la résultante des débats au sein de l’immigration en métropole : « au lieu de combattre l’impérialisme comme l’exige le principe fondamental de leur parti, les communistes s’attaquent aux riches propriétaires annamites qui se trouvent comme eux dans la même situation de conquis »38. À partir de 1930, le PCF s’engage plus à fond dans la lutte anticolonialiste notamment contre la répression en Indochine ; L’Humanité consacre un article sur ces événements presque chaque jour, tracts et meetings se multiplient. Un instituteur communiste, Jules Guieyesse, écrit une pièce en trois actes intitulée Bougre de Nhaquê, le groupe artistique prolétarien La Bellevilloise en donne une représentation en décembre 1932 devant 300 personnes. En janvier 1933, 350 personnes assistent à une deuxième représentation au Grand Orient de France, rue Cadet, elle est l’occasion de lever une souscription et de faire signer une pétition pour les emprisonnés d’Indochine. Le mois suivant la pièce est interdite de représentation à la salle des Sociétés savantes, rue Danton, sous l’égide du Secours rouge international, mais le surlendemain elle est montée au siège de la LDHC, rue Jean Dolent39.

Dans les années 1930, les prises de position sont, pour ainsi dire, nettement définies dans le champ politique de l’immigration comme dans celui de l’Indochine elle même. La courte période du Front populaire en France va encore les souligner et accentuer les clivages entre les modérés (les constitutionnalistes et autres réformistes) et les révolutionnaires, entre ceux-ci divisés entre nationalistes et partisans de l’extrême gauche, à l’intérieur de celle-ci où les staliniens et les trotskystes40. s’affrontent après une brève période d’unité d’action au sein du groupe La Lutte41. En France, un certain nombre d’étudiants sympathisent avec, voire rallient les organisations du « Front popu »42. Dans le monde des travailleurs, les rapports de police enregistrent un fait significatif : le Foyer indochinois de Dunkerque (voir supra) est l’objet de dénigrement de la part de deux Annamites qui ont ouvert un restaurant et, fait majeur, en novembre 1938, un groupe tente d’ instaurer l’auto-gestion « nous sommes Annamites, un conseil annamite, nous sommes navigateurs par conséquent ouvriers, il n’y a pas de Français , pas de patrons, c’est la classe ouvrière qui gouverne »43. En décembre 1938, le Foyer ferme ses portes définitivement.

La Seconde guerre mondiale est une étape cruciale des migrations « de masse » des Indochinois en France car, pour les mêmes raisons qu’en 1914-1918, le gouvernement français fait appel aux ressources humaines et matérielles de l’empire colonial. En 1939, le ministre des colonies E. Mandel réclame 80 000 Indochinois, en juin 1940 lorsque la France capitule devant l’Allemagne, il y en a 28 000 (8 000 tirailleurs et 20 000 ouvriers non spécialisés) arrivés sur le sol de France44. Une partie est rapatriée avant que les communications maritimes avec l’Indochine ne soient interrompues mais 15 000 connurent l’occupation allemande parfois dans de très mauvaises conditions matérielles et sanitaires (de 1939 à 1944, 595 sont décédés dont 319 de la tuberculose)45.

Psychologiquement et moralement, on imagine aisément quelles sont les effets de la débâcle et de la défaite de la « Mère France » sur ces hommes. Certains sont carrément abandonnés par leur encadrement français au moment de l’exode46, ensuite ils se retrouvent dans des camps livrés à l’oisiveté (« mère de tous les vices » comme l’on sait), après la capitulation ils sont nombreux à être sans travail et à apparaître comme des concurrents de la main d’œuvre française47. Ils assistent à l’humiliation de leurs maîtres vaincus mais aussi à la résistance qui se développe contre l’occupant ; certains d’entre eux participent à celle ci en combattant dans les maquis, ils paient l’impôt du sang ainsi que Phan Chu Trinh le rappelait aux Français vingt ans plus tôt. Les autorités virent la main du PCF et de la CGT ou encore des militants trotskystes dans les mouvements de revendications de 1945-1946 mais le commandant de la 2e légion indochinoise cantonnée à Bergerac rapporte sa conversation avec l’aumônier catholique, le RP Duu Duong, qui « avoue être absolument convaincu que l’heure a sonné pour l’Indochine de revendiquer son indépendance totale […] il ne s’est pas caché que le matin même il avait dit une messe devant les travailleurs réunis à fin que les vœux des travailleurs annamites soient exaucés ». À la Noël 1945, dix compagnies ou détachements cantonnées dans le sud-ouest de la France entreprennent une grève de la faim contre la guerre d’Indochine naissante48.

Il n’est pas jusqu’aux étudiants « sérieux » qui avaient donné la priorité à leurs études sur les activités militantes qui ne se décident à franchir le pas : en 1946, Nguyễn Ngọc Bích, promotion 1931 de l’École polytechnique, rejoint le Comité de la résistance du Nam bô (Cochinchine) contre les Français, il est capturé. Son compatriote et condisciple à Polytechnique, Hòang Xuân Hãn (promo 1930), adresse alors une lettre ouverte à ses camarades polytechniciens français où il rappelle l’enseignement de leur professeur d’Histoire « Quand vous serez officiers, ingénieurs ou administrateurs dans les colonies, n’oubliez pas qu’il y en est dont l’histoire est aussi belle que la nôtre et dont les hommes ont su défendre leur patrie avec dignité et honneur. Vous respecterez vous- mêmes en estimant et en respectant les sentiments patriotiques de de leurs habitants. L’Annam est de ces pays »49. L’ingénieur de l’École Centrale Trần Đại Nghĩa rejoignit la résistance où il devint général chargé des armements, des médecins et d’autres techniciens firent de même.

Conclusion

Selon la dialectique marxienne, le capitalisme est son propre fossoyeur en créant le prolétariat ouvrier, la même image est applicable au colonialisme. Les dominants ont besoin de travailleurs manuels et intellectuels et de soldats. De leur côté, si les dominés ont besoin de travail, ils aspirent aussi à entrer dans la modernité : ces besoins conduisent les uns et les autres à entrer en relations et à former une configuration transactionnelle. Que cela soit par contrainte ou de plein gré, les colonisés acquièrent les techniques et les savoirs qui avaient doté leurs maîtres d’une supériorité stratégique et ils les retournent contre ceux ci. Nguyễn An Ninh écrivait que « les « retours de France » avaient reçu des mains des Français même l’acte de condamnation du régime imposé par les coloniaux à l’Indochine… Ils combattent ouvertement au nom des idées humanitaires et des principes de 1789 »50. La France, plus que la Chine, fut le laboratoire de la modernisation politique et culturelle du Vietnam parce que l’immigration indochinoise fut un riche bouillon de culture. Cette histoire est simultanément celle d’un moment de la mondialisation et de la nationalisation ou indigénisation de ce même processus, les deux termes contraires d’une même dialectique.

L’ histoire des pérégrinations des colonisés dans la métropole impériale en quête de réponse aux interrogations soulevées par la domination française révèle deux faits : l’ambivalence de la culture impériale française du 20è siècle en même temps que la faculté d’adaptation des Vietnamiens à la nouvelle donne politique et culturelle qu’une puissance étrangère leur imposait. En outre, les interactions et les transactions sont un exemple pertinent pour les tenants de l’histoire croisée ou de l’histoire partagée. Elle est une sortie de l’histoire univoque des rapports colonisés-colonisateurs.

Sources

1. Les documents d’archives utilisées sont référencés dans les notes infra-paginales.

2. livres de souvenirs :

Hồ Hữu Từơng, 41 năm làm bảo (41 ans de journalisme), Saïgon.

Militant trotkyste, il échappa à l’élimination de ses camarades au Vietnam mais il mourut dans les années 1980 au moment où il était libéré d’un camp de rééducation du Vietnam socialiste.

Lê Huu Tho, Itinéraire d’un petit mandarin, Paris, 1997. Accompagna les travailleurs en France en tant qu’ interprète en 1939. Il décrit notamment l’exode de 1940.

Nhất Linh, nom de plume de Nguyễn Từơng Tam, Đi Tây (Le voyage en France). Il séjourna en France en 1930-1931 pour des études de littérature. Écrivain chef de file du mouvement littéraire et artistique Tư Lực Văn Đoàn qualifié de « romantique ». Nationaliste, il fut ministre des affaires étrangères (sans pouvoir) du gouvernement Hồ Chí Minh (1946), réfugié au Sud Vietnam, emprisonné par le gouvernement Ngô Đình Diệm, il se suicida en 1963.

Ngô Văn, Au pays de la cloche fêlée. Tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale, Paris 2000. Militant trotkyste, il échappa lui aussi au Viêt Minh et se réfugia en France en 1948.

Phan Văn Trừơng, Une histoire de conspirateurs annamites à Paris ou la vérité sur l’Indochine, rééditée par les soins de Ngô Văn en 2003, Paris.

Trần Dân Tiên, Những mẫu chuyện về họat đông cửa Hồ Chủ tịch traduit en français Avec le président Hô chi Minh, Hanoï, 1970. Écrit autobiographique de Hô chi Minh.

3. Travaux :

Đặng Hữu Thụ , Thân Thế và sự nghiệp nhà cách mạng Nguyễn Thế Truyền (La personne et l’œuvre du révolutionnaire NTT), Melun, 1993 (Contient de nombreux textes de NTT en français).

Hémery Daniel, « Du patriotisme au marxisme. L’immigration vietnamienne en France (1926-1930) », Le Mouvement social n°90, janvier-mars 1975, p. 3-54.

Huê Tâm Hô Tai, Radicalism and the Origins of the Vietnamese Revolution, Harvard University Press, 1992.

Lê Huu Khoa, Les Vietnamiens en France. Insertion et identité, Paris, 1985.

Rives Maurice, « 1939-1954, les travailleurs indochinois en France », Hommes et Migrations n°1175, avril 1994, p.24-29.

Thu Trang-Gaspard, Nhung Hoat dong cua Phan Chu Trinh (Les activités de PCT), Paris 1983.

Trần Ngươn Phiêu, Phan Văn Hùm, Texas, 2003. Hum fut un intellectuel et militant trotskyste assassiné par le Viêt Minh en 1945.

 

Notes

* Version révisée d’un article paru dans Hommes et Migrations n°1253 en 2005.

  1. R. Derderian, “ The French Conquest of Indochina and the Exile of Vietnamese prisoners”. Il cite, par exemple, 268 Annamites sont acheminés à la Guadeloupe après avoir séjourné à Toulon entre 1866 et 1873 []
  2. L’école Parangon, dépendante de l’Alliance française et installée à Joinville le Pont, était dirigée par André Salles, inspecteur des colonies retraité. Elle accueillit plusieurs jeunes Vietnamiens venus pour préparer le Brevet élémentaire et le Brevet d’enseignement primaire supérieure. Parmi eux, Nguyên Thê Truyên dont nous parlerons plus loin []
  3. Voir G. Boudarel, Phan Boi Châu et la société vietnamienne de son temps, in France-Asie n°199, 1969, ainsi que Mémoires de Phan Boi Châu, trad. et notes de G.B. in France-Asie n°194-195, 1968 []
  4. “Contribution de l’Indochine à l’effort de guerre de la métropole”, 1920, Centre des archives d’Outre-mer (CAOM), fonds Agence FOM 271. Ces chiffres sont inférieurs à ceux des Africains et même des travailleurs chinois []
  5. Phan Chu Trinh (1872-1926). Lettré, reçu aux examens avec le grade de docteur, il fit un bref passage dans le mandarinat puis il en démissionna. Il exposa ses idées dans un Mémoire sur les maux dont souffre le peuple annamite adressé au gouverneur général Paul Beau en 1906 et qui, fait remarquable, fut imprimée dans une publication officielle, le Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient (vol. 7, p.166-175) Il en appelait à la France républicaine pour qu’elle mette fin à la monarchie archaïque et au mandarinat oppressif. Il fut désormais dans le collimateur des autorités []
  6. P.V.Truong (1875-1933) d’une famille tonkinoise (nord VN) de lettrés et mandarins, il eut deux frères déportés à la Guyane pour « complot » contre les Français. Interprète , il vient en France faire des études de droit ; après sa licence il est inscrit comme avocat au barreau de Paris ; en 1922, il est docteur en droit. Il publie en 1928 sa version des événements auxquels il se trouve mêlé en France dans un livre intitulé Une histoire de conspirateurs asiatiques à Paris ou la vérité sur l’Indochine. Il retourne au Vietnam en 1928, mais c’est à Saïgon (sud VN) qu’il réside et travaille jusqu’à son retour en France de 1928 à 1930 où il incarcéré pendant neuf mois pour complot contre t’État. Il retourne à Hanoï où il semble se mettre en retrait de la politique et meurt dans la discrétion, presque dans l’oubli []
  7. Voir Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, Payot 2003 []
  8.  Truyên (1878-1969) est issu d’une famille de lettrés et mandarins du village de Hành Thiên (nord VN). Boursier du gouvernement français, il fait des études à Toulouse et à Paris, il est ingénieur chimiste et licencié ès sciences, licencié en philosophie. Journaliste et militant politique, il prend ses distances vis à vis des communistes et rejoint la mouvance nationaliste. Sollicité par Hô Chi Minh pour devenir vice-président de la République démocratique du Vietnam en 1946, il refuse l’offre. Il se présente plusieurs fois aux élections présidentielles du Sud Vietnam sans succès. et meurt à Saïgon en 1969, la même année que Hô Chi Minh à Hanoï mais avant celui ci []
  9. Ninh (1900-1943), est originaire d’une famille de lettré de Cochinchine. Après avoir obtenu sa licence en Droit à Paris, il retourne au pays dès 1922. Journaliste (La Cloche fêlée) et pamphlétaire pugnace, il mène une action militante intense (il crée son propre parti, s’engage dans des tournées de propagande dans le delta du Mékong) qui le conduit quatre fois en prison et la cinquième fois, en 1937, au bagne de Poulo Condor où il meurt en 1943. Il lutta côte à côte avec les communistes mais n’adhéra jamais à leur parti. Inclassable idéologiquement et politiquement, admirateur de Nietzsche et d’André Gide, Ninh fait figure de révolté et de lutteur indépendant, un patriote qui met l’accent sur la révolution de la culture. Ngo Van relate sa rencontre avec Ninh dans Au pays de la …, p.111-113. Sur cette génération et Ninh en particulier voir Huê Tâm Hô Tai, Radicalism and the Origins… 1992 []
  10. Nguyên Tât Thanh se serait présenté chez le ministre des colonies Albert Sarraut comme étant Nguyên Ai Quôc. En assumant seul ce nom et tous les écrits porteurs de cette signature, Thanh aurait voulu que les autorités cessent de harceler Phan Chu Trinh []
  11. Coupure de L’Oeuvre, sans date, dans fonds Slotfom III/125, dossier 8. La police est sur les dents et le gouvernement fait surveiller non seulement le cercle de Trinh mais aussi les Malgaches et les Antillais de l’Union inter coloniale et même l’artiste-peintre japonais Kyoishi Komatsu (CAOM, Slotfom III/125) []
  12. Entretien avec le journaliste américain Stanley Karnow, Paris, années cinquante, p. 264-265 []
  13. Trân Zân Tiên, Nhung mau chuyên…, p. 12 (récit autobiographique de Hô Chi Minh) []
  14.   Note du 31.12. 1919, dossier Phan Chau Trinh, CAOM, fonds SPCE 371. [Service de protection du Corps expéditionnaire] []
  15. Lettre du 18.2.1922 citée par Thu Trang-Gaspard, Nhung hoat dong…, p. 140 []
  16. Dans Slotfom III/125/8. On ne peut que s’interroger sur le comportement de Phan Chu Trinh : était-il naïf et crédule au point de s’imaginer que les gouvernants français mettraient fin au régime colonial ou se croyait –il tenu de ménager la France par gratitude envers ceux qui l’avaient arraché au bagne et lui avaient donné refuge en France ? []
  17.  Note de l’agent Désiré du 4 janvier 1923, CAOM, Slotfom II/14 []
  18. Quôc écrivit vingt deux articles dans le journal (38 numéros de 1922 à 1926 avec un tirage passé de 2 000 à 5 000 puis 10 0000 exemplaires) qu’il illustra par des dessins et dont il assura la diffusion de façon très active []
  19. Voir sa biographie par Dang Huu Thu Thân Thê và Su Nghiêp…, Paris 1993 []
  20. Lorsqu’ils quittent la France, ces quatre « dragons », animés par une même volonté de s’opposer au régime colonial, ont une orientation politique affirmée : Trinh reste fidèle aux méthodes légales et pacifiques. Il avait demandé, en vain, la nationalité française pour bénéficier des droits de citoyen, agir librement et pour se présenter aux élections de député de la Cochinchine contre le colonialiste F. Outrey. Il met l’accent sur le travail d’éducation du peuple dans un sens républicain et démocratique. Truong intervient comme conseiller juridique en coopération avec l’avocat français Me Monin, l’ami d’A Malraux. Ils éditent le journal La Cloche fêlée où Truong traduit et publie en feuilleton (n°53 à 60) Le Manifeste communiste de K. Marx et F. Engels. Quant à Quôc, il est à Canton après avoir rallié le léninisme à Moscou en 1923 et il fonde le Viêt Nam Thanh Niên Cach mang dông chi Hôi , Association des camarades de la jeunesse révolutionnaire vietnamienne et publie le journal Thanh Niên []
  21.  Chiffres cités par Ngo Van dans Viêt Nam 1820-1945…, p. 69 []
  22.  Dans ce port, le Foyer indochinois, ouvert en 1933 sur une initiative privée, compte une centaine d’adhérents, mais lorsque le Foyer ferme en 1938, seulement une dizaine d’entre eux paient leur cotisation []
  23. Selon une note de la préfecture de police de Paris du 23 janvier 1929, qui précise que la liste est incomplète, CAOM, Slotfom III/6 []
  24. CAOM, Slotfom III/3 []
  25. CAOM, Slotfom V/12. À Marseille, en 1931, un militant critique vivement « l’indifférence de la masse des navigateurs qui ne pensent qu’à boire, manger et dormir sans se préoccuper des intérêts de leur pays opprimé par des conquérants étrangers », Slotfom III/6 []
  26. Note de l’agent Désiré du 11.23. 1924, CAOM, SlotfomII/14 []
  27. Note de l’agent Désiré du 28 juin 1927, CAOM, Slotfom III/3 []
  28. Rapport du ministre des colonies au président du conseil du 2 avril 1927, –ibid.– []
  29. En 1927, à la Chambre des députés, Léon Blum déclare « nous désirons que la législation coloniale s’achemine de plus en plus vers l’indépendance, vers le self-government comme les dominions », cité par Dang Huu Thu dans Nguyên Thê Truyên, thân thê và…, p. 38 []
  30. A. de Pouvourville qui écrit aussi sous le nom de plume Mat Gioi, était un écrivain colonial reconnu, admirateur de la philosophie taoïste et tenant de « l’impérialisme progressiste ». René Maran, administrateur des colonies originaire des Antilles, fit scandale en dénonçant la civilisation des Blancs dans Batouala auquel fut décerné le prix Goncourt en 1921 []
  31.  Le ministre des colonies au Gouverneur général de l’Indochine, 28.9.1927, CAOM, SlotfomIII/2 []
  32. Rapport du ministre des colonies au président du conseil (2.4.1927), AN, 2MIA 241 []
  33. Note du 30.11.1926, CAOM, SPCE 380 []
  34.  Les Archives nationales de France en possèdent les exemplaires enregistrés dans le fonds 7F/13409 []
  35. CAOM, SlotfomV/35-37 []
  36. Ta Thu Thâu devient le principal leader trotskyste en Indochine dans la fin des années 1930, il sera assassiné par le Viet Minh en 1945. Le passage du « patriotisme au marxisme » de 1926 à 1930 est très clairement analysé par D. Hémery dans Le Mouvement social n°90, janvier-mars 1975, p. 3-54 []
  37. CAOM, SPCE 380. Les détracteurs de Truyên saisissent alors l’opportunité de rappeler qu’il est le petit-fils d’un mandarin, vice-gouverneur de la province de Thai Binh, victime d’un attentat à la bombe perpétré en 1913 par un résistant, partisan de Phan Boi Châu []
  38. du 15 novembre 1929 []
  39. Une autre représentation était prévue à Saint Denis en présence de J. Doriot, maire de la ville, mais a-t-elle eu lieu ? CAOM, Slotfom III/140 []
  40.  En août 1932, 300 exemplaires d’un tract intitulé « la bande trotskyste jette son masque contre-révolutionnaire » sont distribués à Marseille, CAOM, Slotfom V/13. En 1936, Ngô Van Xuyêt et Luu Sanh Hanh déclarent que leur groupe était en relation avec le groupe bolchevik-léniniste de France de Me Gérard Rosenthal et de Pierre Naville, CAOM, Slotfom III/140. L’étudiant en mathématiques Hô Huu Tuong et celui en philosophie Phan Van Hum adhérent à la Ligue communiste indochinoise en relations avec le groupe des syndicalistes A. Rosmer, P. Monatte, R. Molinier et P. Franck. Voir Hô Huu Tuong, 41 nam… et la biographie de Hum par Trân Nguon Phiêu []
  41. Voir D. Hémery, Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial… []
  42. Par exemple, les archives nous apprennent qu’en 1937, deux étudiants en Droit Nguyên Huu Tho et Pham Van Bach, se voient refuser la naturalisation française à cause de leurs sympathies politiques de gauche. Dans les années 1960, le premier sera le président du Front national de libération du Sud Viet Nam et le second le président de la Cour suprême de la République démocratique du Viet Nam []
  43. CAOM, Slotfom III/50 []
  44. Plus de 16 000 d’entre eux sont employés dans les poudreries, usines d’armement et arsenaux de la marine où leurs rendements sont jugés « excellents » et même « meilleurs que celui des ouvriers français » par leurs employeurs selon le rapport de l’inspecteur des colonies Carbon-Ferrière, CAOM, Slotfom X/51 []
  45. Pour une étude globale de la question, voir M. Rives, “1939-1954, les travailleurs indochinois en France”, Hommes et Migrations, n°1175, 1994, p. 24-29 []
  46. Voir les souvenirs de Lê Huu Tho, Itinéraire d’un… []
  47. Le même problème se retrouve chez les navigateurs : à Marseille en octobre 1943, 18 sont embarqués mais 80 sont à terre et 29 ont charge de famille, épouse française et deux à quatre enfants, CAOM, Slotfom III/50 []
  48. CAOM, SlotfomX/82 []
  49. Citée intégralement par Anousheh KARVAR dans La formation des élites scientifiques et techniques étrangères à l’École polytechnique aux 19è et 20è siècles, thèse de doctorat , 1997, p. 240 []
  50. La France en Indochine, avril 1925 (un exemplaire de la brochure à la BDIC-Nanterre). Ninh eut l’idée de faire suivre le titre de son journal La Cloche fêlée de la mention “organe de propagande des idées françaises” d’après Hô Huu Tuong, 41 nam… p. 24 []

Phạm Quỳnh : Franc-Maçon francophile et nationaliste

[ndlr] Figure emblématique de l’élite vietnamienne sous la colonisation, Pham Quynh tenta une synthèse du meilleur de la France et du Viêt Nam. Cette prise de position politique inconfortable face au colonialisme brutal et au nouveau radicalisme vietnamien lui coûta la vie en 1945.

Né en 1892, bientôt orphelin, ses études le mènent à l’école des interprètes de Hanoï, dont il sort premier de sa promotion en 1908. Culturellement Pham Quynh est un métis, formé par le système occidental, il se donne une solide culture vietnamienne et chinoise. A la veille de 1914, il fait la découverte du journalisme aux côtés de son aîné Nguyen Van Vinh, directeur de la revue moderniste Dong Duong Tap Chi. En 1917, avec l’appui de Louis Marty, il crée la revue Nam Phong pour vulgariser en vietnamien les éléments fondamentaux de la culture occidentale. Parallèlement, il rédige des articles en français pour le journal France Indochine et devient chargé de cours, en 1924, à l’université de Hanoï. En 1925, Pham Quynh se fait initier. Jusqu’alors les loges indochinoises ont été réticentes à accueillir des autochtones, mais à cette date la loge « Confucius 111 » du DH vient d’être fondée à Hanoï avec des Annamites. (Ainsi pour devenir Franc-Maçon Ho Chi Minh a profité de son séjour à Paris pour se faire initier au GODF). Le Gouverneur Varenne, lui-même Franc-Maçon, se déclarant favorable à cette orientation, Pham Quynh  adhère à la loge puis à « La Fraternité du Tonkin », il sera un temps Franc-Maçon. Presque en même temps il s’inscrit à la Ligue des Droits de l’Homme. En 1932 sept des officiers de la loge DH sont Vietnamiens, l’année suivante le Vénérable est Pham Huy Luc, son ami, directeur de revue et homme politique.

Les préoccupations, que Pham Quynh exprime en loge, portent sur les sentiments anti-français qui se développent et le choc de la révolution chinoise, sur le fait qu’un modéré comme lui devienne suspect. Il se fait l’avocat de la rédaction d’une Constitution pour le pays et devient, dans le Vietnam Nord, le symbole du réformisme. Il attire l’attention sur le phénomène socio-politique qui se développe : des Vietnamiens de retour de France (étudiants, ouvriers, soldats) et de l’école française donnent des idées d’émancipation. En 1932, le jeune Empereur Bao Daï, de retour de ses études en France, fait appel à lui. Il devient, de 1932 à 1945, tour à tour : Ministre de l’Instruction Publique, Ministre de l’Intérieur et Premier Ministre. En tant que principal personnage du gouvernement impérial et son idéologue, il défend la monarchie, l’indépendance et le dialogue avec la France. Il dénonce les dangers de l’acculturation et voit la renaissance vietnamienne grâce à une culture nationale rénovée.

Le 11 mars 1945 il paraphe, avec Bao Daï, l’Indépendance du Vietnam puis, trop lié à l’ancien système, il laisse sa place à Tran Trong Kim, ancien de l’école des interprètes, enseignant et lui aussi un temps Franc-Maçon. Le 23 août 1945 Pham Quynh est arrêté et sa famille apprendra des semaines plus tard sa mort sans que les circonstances de son assassinat soient élucidées. Il avait écrit de lui-même : « Je suis un homme de transition. Sincère ami de la France, on me reproche de cacher sous ma francophilie de façade un nationalisme exacerbé. Patriote Vietnamien, on m’accuse de trahir ma patrie en pactisant avec le conquérant

Extrait de : Georges Odo, La franc-maçonnerie dans les colonies, 1738-1960, Paris, Editions maçonniques de France, Encyclopédie maçonnique, coll. Histoire, 2001.

Source : Franc-Maçonnerie / Francs-Maçons célèbres

* * *

Phạm Quỳnh (ca. 1894-1945) was a scholar, critic and translator.

He was born in Hanoi and died in Huế. One of the defining figures of Vietnamese literature, a towering model for later generations of scholars and writers, he helped to modernize the language, encouraged the writing of short stories and novels, and the anthologizing of folk poetry. He was the editor of the hugely influential journal Nam Phong, which lasted for 210 issues from 1917 until 1932.

He wrote about ca dao in 1922: « Even though our oral literature has not been recorded in any book, I will insist that it is a very rich one, richer, perhaps, than any other country. Although it is not without its crudeness, this oral literature is also profoundly resonant; one can say that the wisdom, morals, and aesthetics of our common folks are all contained within these idioms. » Warning Vietnamese writers against composing in French, he wrote: « In borrowing someone’s language, you are also borrowing his ideas, literary techniques–even his emotions and customs. » After centuries of writing in Chinese, the Vietnamese had produced no Li Po, he pointed out, and writing in French, it is unlikely that they will ever produce a Victor Hugo or a Anatole France. After reading a story in French, Phạm Quỳnh suggested, as an exercise, to try retelling it to one’s wife in Vietnamese.

He translated tirelessly, from Maupassant, Pierre Loti, and Alfred de Vigny, among many others, wrote travel pieces, scholarly articles and books about everyone from Voltaire, Jean Jacques Rousseau, Descartes, to Confucius. His principle books include Văn minh luận, Ba tháng ở Paris, Văn học nước Pháp, Chính trị nước Pháp, Khảo về tiểu thuyết, Lịch sử thế giới, Lịch sử và học thuyết Voltaire, Phật giáo đại quan, Cái quan niệm của người quân tử trong Đạo Khổng and the five-volume Thượng Chi Văn tập.

He was also active politically, advocating gradual Vietnamese independence within the French union. From 1932 onward, he worked with emperor Bảo Đại, a weak figure tolerated by the French. Phạm Quỳnh’s compromised stance towards the French, his lack of militancy, is revealed in this famous saying: « As long as [Nguyễn Du’s epic poem] Kim Van Kieu remains, our language remains, our nation remains. » On August 23, 1945, he was captured by the Việt Minh, along with Ngô Đình Khôi (brother of Ngô Đình Diệm, future president of South Vietnam) and his son. All three were killed on September 6, 1945. Phạm Quỳnh’s body was only found 11 years later, in Hắc Thú [Black Beast] forest, near Huế.

On the centenary of his death, the publisher An Tiêm (Paris) released a collection of his writing, Kỷ niệm 100 năm ngày sinh Phạm Quỳnh (1892~1992), edited by Phạm Thị Hoàn.

Linh Dinh started this entry.

Source : Viet Nam Literature Project

Bui Tran Phuong : Souvenirs de collégiennes vietnamiennes

Signalement d’article. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015. Les étudiants du séminaire peuvent lire cet article via le portail de l’ENS de Lyon.

Résumé de l’article

Nguyễn Khoa Diệu Biên, née en 1924, conserve un « livre de dédicaces » depuis plus d’un demi-siècle. Dans ce cahier de collégiennes, on peut lire le plaisir de « revivre le bonheur révolu » des années de jeunesse dans l’un des trois collèges de jeunes filles du Việt Nam sous la colonisation française. Témoignage privilégié confronté à des récits autobiographiques ou à des entretiens directs, il révèle des effets encore insuffisamment évoqués de la scolarisation : l’ouverture à la culture occidentale, l’acquisition et l’affirmation d’une autre personnalité et, en même temps, les liens que ces collégiennes gardaient avec l’environnement social et culturel vietnamien ainsi que les soucis patriotes, l’engagement politique anticolonialiste qu’elles partageaient avec la majorité de l’élite intellectuelle.

Souvenirs of Vietnamese middle-school girl students

Nguyễn Khoa Diệu Biên (born in 1924) kept a “signing book” for over half a century. In this book schoolgirls could “relive the happiness” of their youthful years in one of Viet Nam’s three girls’ colleges under French colonization. This privileged testimony is confronted with others collected through interviews or autobiographical narratives. It reveals relatively unexplored aspects of still colonial schooling: the openness to Western culture, the acquisition and assertion of another personality and, at the same time the links that teose schoolgirls kept with the Vietnamese social and cultural environment as well as the patriotic, anticolonialist political commitment they shared with most of the intellectual elite.

Bui Tran Phuong

Phuong Bùi Trân a créé et enseigné pendant une dizaine d’années le cours d’histoire des femmes vietnamiennes au sein de la Faculté des Études sur la femme, fondée en 1992. Après une thèse d’histoire soutenue à l’université Lyon 2, elle s’investit actuellement dans la formation d’équipes transnationales de recherche sur les femmes et le genre. Le premier thème choisi par le Centre de recherche Genre et société de l’université Hoa Sen (Hô Chi Minh ville, Việt Nam) est « Femmes et guerres », qui fera l’objet d’un colloque international en octobre 2011. Phượng Bùi Trân s’intéresse plus particulièrement à l’histoire genrée du modernisme et à l’histoire du féminisme vietnamien.

Référence papier

Phuong Bui Tran, « Souvenirs de collégiennes vietnamiennes », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, 33 | 2011, 211-221.

Référence électronique

Phuong Bui Tran, « Souvenirs de collégiennes vietnamiennes », CLIO. Histoire, femmes et sociétés [En ligne], 33 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 29 septembre 2012. URL : http://clio.revues.org/10078 ; DOI : 10.4000/clio.10078

Source : CLIO

Les Hmong du Laos 1945-1975 – mémoire IEP de Tiphanie Grall

Le général Vang Pao (1929-2011)

Les Hmong du Laos 1945-1975. Leur engagement dans les guerres d’Indochine aux côtés des Occidentaux : enjeux et réalités

Genèse du sujet

Les Hmong sortent de l’anonymat

L’existence du peuple hmong demeurait encore largement ignorée du grand public il y a seulement une trentaine d’années. Ce n’est que dans les années 1970, alors que la guerre que menaient les Américains au Vietnam touchait à sa fin, que les Hmong firent leur apparition en toile de fond des débats géopolitiques internationaux, en raison du rôle qu’ils avaient tenu auprès des Etats-Unis en lutte contre la progression du communisme dans la péninsule indochinoise.

Au fur et à mesure que la Maison Blanche se trouvait contrainte de révéler la réalité de l’action américaine en Indochine, les circonstances de l’intervention parallèle américaine au Laos devinrent, sous la plume des journalistes et reporters de guerre présents sur place, « une guerre secrète » que la CIA menait contre les communistes avec l’aide de minorités ethniques de la région. Ces révélations alimentèrent les polémiques quant à la véracité de ces suppositions et projetèrent les Hmong sur le devant de la scène internationale. En effet, la plupart des combattants ayant servi dans les rangs de cette armée secrète utilisée par la CIA étaient des Hmong (1). Pour Mai Na M. Lee, ces débats ont eu pour conséquence de faire des Hmong une des minorités les plus connues du sud-est asiatique.

Peu à peu, à partir du milieu des années soixante-dix, la littérature concernant les guerres d’Indochine se fait de plus en plus fournie et le rôle des Hmong, parmi celui d’autres minorités ethniques montagnardes, y est largement évoqué. Il est alors également plus communément établi que les Hmong, avant de s’engager, pour certains, aux côtés des Américains, ont joué un rôle similaire auprès des Français, impliqués vingt ans plus tôt dans la première guerre d’Indochine.

Réflexions personnelles

J’ai personnellement eu connaissance de l’existence du peuple hmong il y a deux ans lors de la réalisation d’une présentation orale sur les minorités ethniques d’Asie du sud-est. A cette fin, j’ai lu l’ouvrage de Jane Hamilton-Merritt, Tragic Mountains, qui m’a plus particulièrement éclairée sur le rôle joué par les Hmong auprès des Français, puis des Américains durant les trente années de guerre quasi-incessantes qu’a connu l’Indochine en général, et plus particulièrement le Vietnam, entre 1945 et 1975.

L’idée d’approfondir cette question dans le cadre d’un mémoire m’est venue lors d’un voyage au Vietnam, en janvier de cette année, et très précisément suite à la visite du musée de la guerre d’Ho Chi Minh ville. On peut y voir de nombreux vestiges de la guerre américaine au Vietnam – photographies, matériel de guerre…- et des touristes américains s’y presser en grand nombre. M’interrogeant sur la perception actuelle et mutuelle des anciens protagonistes de cette guerre trente ans seulement après son terme, j’ai eu envie de réaliser un travail portant sur cette période de l’histoire des relations internationales, et plus particulièrement sur cette alliance improbable entre un peuple vivant reclus dans les montagnes du nord de l’Indochine et deux puissances mondiales, qui à première vue, étaient supposées vaincre sans mal les mouvements communistes de libération nationale.

Réf. : Tiphanie Grall, Les Hmong du Laos 1945-1975. Leur engagement dans les guerres d’Indochine aux côtés des Occidentaux : enjeux et réalités, Mémoire de fin d’études à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon 4ème année Section INTER, 2ème année Diplôme du Monde Extrême Oriental Contemporain. Séminaire Asie dirigé par M. Corcuff. 16 juin 2006, 94 p.

A lire sur Doc. SciencesPo Lyon

A télécharger en pdf

Malcolm Browne, Horst Fass and Roy Essoyan: the men who documented the Vietnam War

© 1963 Associated Press

Former Associated Press correspondent and photographer Malcolm Browne, best known for his award-winning image of a Vietnamese Buddhist monk who set himself ablaze in political protest, has died aged 81. Browne’s death follows the recent passing of Associated Press writer Roy Essoyan, correspondent George Esper, and photographer Horst Faas. All were part of the same generation of journalists who documented the Vietnam War. Here, we celebrate their work.

Browne (above), Saigon correspondent for the Associated Press, poses in front of his photo of a Vietnamese Buddhist monk’s fiery suicide after the image was selected as the world’s best news picture of the year at the Seventh World Press Photo contest in The Hague, Netherlands in 1963.

Source et galerie complète : The Telegraph

Preserving Khmer Rouge Archives

A sketch of Khmer Rouge weapons. From the Santebal Archive of the Khmer Rouge collection at the Center for Research Libraries.

by Richard Richie ///

Early in 1998, the Southeast Asia Collection of Yale University Library was invited by Professor Ben Kiernan, Director of the Cambodian Genocide Program at Yale University’s Center for International and Area Studies, and Mr. Youk Chhang, Director of the Documentation Center of Cambodia in Phnom Penh, to collaborate on an urgent project to preserve and copy the records of the Khmer Rouge state police archives, or Santebal. Discovered in the Ministry of the Interior of the Royal Cambodia Government in 1996, the Santebal materials were being held temporarily at the Documentation Center. An original plan to digitize the documents was abandoned early on due to slow progress caused by an undependable power supply at the Documentation Center and outdated scanners and computers.

Preserving Secret Police Files

With the documents turning brittle and their future uncertain, project planners searched for alternative solutions. They also feared that ex-Khmer Rouge cadres might discover the secret Documentation Center location and attempt to destroy the archives to prevent future criminal investigations. Given the circumstances, they narrowed the immediate objectives to the bare essentials: to make use copies for the Documentation Center and to make preservation copies for safe keeping outside of Cambodia.

Paul Conway, head of the Preservation Department of the Yale University Library, recommended establishing a microfilm production facility at the Documentation Center as a tested and familiar preservation method. The project was presented for cooperative funding to the Southeast Asia Microform Project at CRL’s annual meeting in the spring of 1998 and received support from CRL and the Echols Collection at Cornell University Library. The decision was then made to preserve the resulting microfilms at Yale University, and to make a microfilm copy of the archive available to scholars and researchers at North American universities by interlibrary loan through the Center for Research Libraries.

As Curator for the Southeast Asia Collection, I was trained to operate the World War II vintage Recordak Portable Micro-File Machine with Model E camera and the special lighting to be used at the Documentation Center. In May 1998 I traveled to Phnom Penh to set up a filming lab and train one person from the Documentation Center. The project went awry almost immediately due to overheating equipment, which was intensified by tropical temperatures and the need for a closed room. However, the combination of a portable back-up generator and an air conditioning unit resolved the big challenges and permitted microfilmers to shoot the first batch and send it to Connecticut for testing and processing.

Preserving Additional Documentation

With the Santebal Collection successfully microfilmed in 1999, other collections held by the Documentation Center that dealt with Khmer Rouge atrocities and governance were approved for filming with additional support from the SEAM membership and Cornell University. Final filming for the project was completed in January, 2005. The many collections preserved through this initiative are described below. The entire microfilm archive is now available for loan from the Center for Research Libraries. See Requesting Materials.

Santebal Collection BBKK (I Collection) and BBKKH (J Collection). Reels 1-115.

Includes biographies of members of the Khmer Rouge organization who held positions of authority from the district (srok) level upwards, including regional (damban), zone (phumipeak) and center (mocchim) officials, and all officers of the Khmer Rouge armed forces from company (kong anousena thom) level and above. Many of these biographies of demoted authorities were forced confessions written under torture in the Tuol Sleng Prison. The collection also includes confessions of Khmer Rouge victims and communications between members of the Khmer Rouge leadership.

D Collection. Reels 116-156, 214-410.

General Khmer Rouge documents including secondary literature on the Khmer Rouge regime and surviving primary documents containing records of the Khmer Rouge prison at Krang Ta Chan in Takeo Province. The collection also includes the Anlong Veng collection of post-Khmer Rouge materials as well as textbooks from the third and fourth class levels for Democratic Kampuchea primary schools.

Lon Nol Dossiers (L Collection). Reels 157-213

Intelligence documents from the Lon Nol regime relating to military events and issues dealing with Khmer Rouge prisoners of war. These communications contain lists and titles of Lon Nol’s military police officers and soldiers, confessions by Khmer Rouge prisoners of war, individual communications between Lon Nol officers, reports by these officers, assignment reports, and personal files of secret agents of the Lon Nol government.

Khmer Rouge Notebooks (K Collection). Reels 1-39 (New Series)

Biographies of Khmer Rouge cadres and prisoners contained in the personal notebooks of Khmer Rouge prison guards. Collected from Tuol Sleng Prison, the notebooks include information on political training; medical training; military training; revolutionary songs, poems, and slogans; as well as personal accounts and meeting minutes from the prison.

Renakse Collection (R Collection). Reels 40-72 (New Series)

Contains petitions by Cambodians to the Peoples’ Republic of Kampuchea to oust the Khmer Rouge from Cambodia’s seat at the United Nations.

 

Richard Richie
Yale University Library

Source : Focus on Global Resources, Fall 2005, Vol. 25, No. 1.

Au Vietnam, sur les traces de Marie Ier, roi des Sédangs – par Jean-Louis Tremblais

En 1888, sur les hauts plateaux du Vietnam, Marie-Charles David de Mayréna se fit élire roi des Sédangs, une tribu insoumise et invaincue. Histoire de l’aventurier méconnu qui fascina et inspira André Malraux.

Kon Tum, sur les hauts plateaux du Vietnam, à un jet de pierre du Cambodge et du Laos. En ce lundi pascal, la foule se presse aux abords de la cathédrale de l’Immaculée Conception.

Un surprenant édifice en bois de fer (imputrescible), bâti sur pilotis, au toit pointu comme celui des rongs, les maisons communautaires des tribus locales. L’œuvre des missionnaires français, venus évangéliser ces peuplades animistes et idolâtres il y a cent cinquante ans. Pour mieux propager leur foi, les soldats du Christ se sont adaptés à leurs ouailles. Dans l’architecture religieuse comme dans la liturgie catholique: servie en plein air par le padre Paulo, la messe est dite en bahnar et en djarai, langues des deux ethnies majoritaires du diocèse.

Des bonnes sœurs en tunique bleue animent le chœur tandis que des jeunes filles aux pieds nus dansent en inclinant les mains, à la façon des apsaras. Avec une foi intacte et touchante, l’assistance reprend à pleins poumons des couplets en dialecte autochtone, d’où n’émerge que l’intraduisible, comme Jérusalem ou alléluia. Une fois l’assistance dispersée, rendez-vous est pris avec le père Paulo. Il connaît tout sur l’implantation des missionnaires chez les Moïs (1).

En revanche, un sourire gêné et des yeux ronds accueillent la question qui nous amène en ces lieux: «Connaissez-vous Marie Ier, qui fut roi des Moïs en 1888?» Non, il ne connaît pas notre héros. Visiblement, le curé est sincère. On ne peut le blâmer de cette lacune. Qui se souvient de l’épopée aussi fulgurante que pathétique de l’aventurier français Marie-Charles David de Mayréna (1842-1890)? Peu de gens, mais ceux qui se sont penchés sur la geste de ce condottiere sont restés captivés, fascinés, envoûtés.

André Malraux, qui l’appelait son «fantôme de gloire», s’en inspira fortement dans La Voie royale (où Perken est son double évident). Il lui consacra ensuite un roman inachevé et intitulé Le Règne du Malin. Surtout, il rêva toujours d’en faire un film qui, s’il avait vu le jour, aurait rejoint dans la légende du septième art L’Homme qui voulut être roi et Apocalypse Now.

Ancien officier chez les spahis, séducteur hors pair et duelliste redouté

Tout commence au printemps 1888 à Saïgon, rue Catinat (rebaptisée Dong Khoi – «soulèvement populaire» – par les communistes, après 1975), quelque part entre les Messageries Maritimes et l’Hôtel Continental.

Dans la moiteur de l’Asie, sur une terrasse de café, un bel homme de forte stature (1,82 m, ce qui est immense pour l’époque), habillé avec recherche sinon dandysme (c’est un admirateur de Barbey d’Aurevilly), sirote une absinthe en échafaudant les plans de sa future expédition, indifférent aux regards explicites que lui jettent les Européennes de la colonie. A 46 ans, Marie-Charles David de Mayréna s’apprête à jouer le coup de sa vie, pourtant déjà bien remplie. Car le gaillard n’est pas un béjaune.

Ex-officier chez les spahis (il a participé à l’annexion de la Cochinchine), familier des Grands Boulevards et des cabarets parisiens, séducteur invétéré, duelliste éprouvé (il a occis un fâcheux à l’épée), affairiste indélicat et journaliste intermittent, il a quitté l’Europe en 1885. Non sans avoir soutiré de l’argent au richissime baron Seillière pour financer une exploration scientifique dans le sultanat d’Aceh, en Indonésie.

Entre-temps, il a débarqué à Saïgon, surnommé le «Paris de l’Orient», gardé le pécule et changé de projet. Son grand dessein: fédérer les ethnies des montagnes, le pays moï, sauvage et hostile. Une mosaïque de peuples rétifs à toute forme de civilisation, qui croient aux esprits de la forêt, vivent de la chasse et passent leur temps à se faire la guerre, notamment pour s’approvisionner en esclaves.

À part quelques intrépides missionnaires installés à Kon Tum, nul Français n’ose s’y aventurer. Trop dangereux, trop insalubre. C’est justement ce qui plaît à Mayréna. Cette absence de fonctionnaires et de militaires lui laisse le champ libre. Une terra incognita dont lui, qui rêve à Cortès et à Pizarre, sera le conquistador.

Outre sa capacité de persuasion, son bagout et son panache, il a de la chance. En effet, le Siam – conseillé par les Anglais et les Prussiens – convoite cet hinterland moï qui lui assurerait le contrôle de la rive orientale du Mékong. Cette perspective inquiète Paris, qui rechigne néanmoins à y envoyer la troupe. Ce serait diplomatiquement explosif.

Aussi, lorsque Mayréna, que les rapports de police présentent comme un trafiquant d’armes et un aigrefin mythomane, a proposé ses offres au gouverneur général d’Indochine, celui-ci a sauté sur l’occasion et lui a donné un feu orange: en cas de succès, la zone passera dans le giron de la France ; en cas d’échec, l’aventurier sera désavoué. Bref, une mission officieuse dont l’administrateur en chef de la colonie n’a pas mesuré les conséquences. Car le sieur Mayréna va réussir au-delà de toute espérance. Ô combien!

Avec une colonne de 80 coolies et 15 tirailleurs annamites, sa congaï de Saïgon – une Vietnamienne qu’il présente comme une princesse chame (2) – et un acolyte douteux dénommé Mercurol, ancien croupier, il va se frayer un chemin à travers la jungle et s’y tailler un royaume. S’appuyant sur les missionnaires catholiques de Kon Tum, il sillonne la brousse à dos d’éléphant, court de rong en rong, palabre pendant des journées, prête le serment de l’alcool de riz (bu en commun dans de grandes jarres avec de longues pailles), défie et défait les réticents ou les mécontents en combat singulier. Sa bravoure n’a d’égale que sa rouerie.

Sous son uniforme de fantaisie – pantalon blanc, dolman bleu aux manches galonnées d’or -, il porte une cotte de mailles sur laquelle les fléchettes au curare viennent se briser. Imprégnés de surnaturel, les Moïs pensent que ce géant barbu, qui ne craint rien ni personne, est un demi-dieu, qui jouit de la protection des génies.

Le royaume de Marie Ier est doté de tous les attributs de la souveraineté

En six mois, son audace et son charisme aboutissent à ce prodige dont toute l’Indochine va bientôt faire des gorges chaudes: Mayréna se fait élire roi des Sédangs (les plus redoutables et les plus belliqueux de tous les Moïs qu’il fédère), sous le nom de Marie Ier. Son énergie est inépuisable.

Il rédige une Constitution (où l’esclavage et le sacrifice humain sont prohibés) et dote son jeune Etat de tous les attributs de souveraineté. Un drapeau azur frappé d’une croix de Malte blanche avec une étoile rouge en son centre. Une devise: «Jamais cédant, toujours s’aidant» (on admirera le jeu de mots avec Sédangs).

The Sedang flag of 1888-1890 and 1997 to present (recently rediscovered).
Source : http://www.sedang.org

Crée une douane, une poste, des timbres, des décorations: l’ordre royal sédang, l’ordre du Mérite sédang et l’ordre de Sainte-Marguerite. Crée une armée de 20.000 hommes équipée de Remington et d’arbalètes, avec laquelle il affronte les insoumis en bataille rangée et aux cris de: «Dieu, France, Sédang!» Du village de Kon Jari, il fait sa «capitale» et instaure une étiquette digne de Versailles.

Sa concubine annamite se voit promue reine des Sédangs ; Mercurol, qui est un peu son Sancho Pança, hérite du titre de marquis d’Hénoui! Ce qui est inouï… Une monarchie d’opérette? Bien sûr. Mais Marie Ier y croit.

A tel point qu’en 1889, il se rend à Paris pour rencontrer le président Sadi Carnot et lui demander en grande pompe de reconnaître le royaume sédang. Marie Ier, en tenue d’apparat, décorations pendantes, jamais en manque d’anecdotes pittoresques, devient la mascotte des salons. Pour survivre (car il est à sec, comme toujours), il vend des titres de propriété ou d’exploitation sur son royaume, des médailles, des baronnies, des duchés et des comtés fantaisistes.

Mais Mayréna agace en haut lieu. Tandis qu’il parade en métropole, l’administration démantèle son royaume en loucedé. Sur ordre de Paris, les envoyés de la République sont venus dans tous les villages moïs afin de récupérer les drapeaux de Marie Ier et les remplacer par des étendards tricolores. Vexé, le monarque déchu tente une ultime parade. Il réussit à convaincre un industriel belge de financer une opération visant à récupérer «ses terres» avec des mercenaires recrutés en Malaisie.

Entreprise qui échoue lamentablement à l’escale de Singapour, où Mayréna apprend du consulat qu’il est interdit de séjour en Indochine. Exilé sur l’île malaise de Tioman, où il collecte des nids d’hirondelle pour les marchands chinois, le roi des Sédangs ne survivra pas à l’affront.

Le 11 novembre 1890, abandonné de tous sauf de son chien, il meurt. Une mort brutale, à l’image de son existence. Morsure de serpent pour les uns, suicide au poison pour les autres. Sic transit gloria mundi.

A Kon Jari, siège de son trône éphémère, nous avons vainement cherché trace de son règne: un souvenir, un témoignage, une relique, un objet. Une arbalète, un carquois, des fléchettes nous auraient suffi. Les armes de la défunte armée de Sa Glorieuse Majesté, en quelque sorte.

Mais des antiquaires fortunés venus de Saïgon en 4 x 4 ont tout racheté cash, nous racontent les villageois. Et dans le rong de Kon Jari, entre un gong de bronze et un crâne de buffle, ce n’est pas le portrait de Marie Ier qui est affiché mais celui d’Hô Chi Minh. Rien, il ne reste rien de Marie-Charles David de Mayréna. Juste un songe évanoui…

(1) Le terme Moï, qui signifie «sauvage» en vietnamien, désigne – indistinctement et péjorativement – les ethnies de la chaîne annamitique: Bahnars, Rhadés, Djarais, Sédangs, M’nongs, etc. Habitants originels de l’Indochine, ils furent progressivement repoussés dans les montagnes par les Viets du Tonkin et d’Annam (qui constituent 86 % de la population actuelle).

(2) Le royaume du Champa, dont les cités sacrées comme My Son rivalisent en beauté avec Angkor, était de religion hindouiste et parlait le sanskrit. Cité par Marco Polo, il fut anéanti au XIVe siècle par l’expansionnisme sino-annamite.

Source : Le Figaro

Au Cambodge aussi la BD raconte le génocide – par Laureline Karaboudjan

[ndlr] Article intéressant sur le rôle pédagogique de la bande dessinée pour exorciser les génocides contemporains et sensibiliser un large public au devoir de mémoire. « La bande dessinée est un outil formidable pour lutter contre l’oubli des crimes contre l’humanité » rappelle Laureline Karaboudjan.

 

Le procès de Douch, ancien dirigeant khmer rouge génocidaire, vient de s’achever. Au Cambodge, comme pour le Rwanda, l’ex-Yougoslavie ou Auschwitz, la bande-dessinée sert le travail de mémoire.

Avec le procès de Douch, qui s’est achevé lundi dernier par la condamnation à 35 ans de prison de l’ancien responsable du camp S-21, le génocide cambodgien est revenu sur le devant de l’actualité. Cet épisode terrible de l’histoire du Cambodge, entre 1975 et 1979, durant lequel près de 2 millions de personnes périrent, n’est pas très bien connu en France. L’amateur de bandes-dessinées peut pourtant trouver facilement matière pour mieux réviser son Histoire. Car le génocide cambodgien, comme d’autres événements historiques similaires, à commencer par la Shoah, a suscité l’attention d’auteurs du neuvième art, déterminés à utiliser les cases et les bulles pour témoigner des événements.

L’œuvre la plus connue sur le génocide perpétré par les Khmers Rouges est la trilogie signée par Séra, Impasse et rouge, L’eau et la terre et Lendemains de cendres. Si le premier ouvrage n’aborde pas directement le génocide, se concentrant sur la guerre civile au Cambodge, le second album y est directement dédié. A travers différents récits l’auteur tente de donner une image plurielle et donc la plus juste possible des événements. On retrouve d’ailleurs ce procédé de  la mosaïque de témoignages et des histoires entremêlées dans de nombreuses bandes dessinées consacrées à des génocides. L’album a été récemment traduit en khmer et distribué au Cambodge. Comme son nom l’indique, la troisième bande dessinée parle de l’après-génocide. Toute l’œuvre de Séra est minutieusement documentée d’archives et de témoignages, un trait également commun à de nombreuses BD mémorielles du même type.

On ne badine pas avec les génocides.

A propos de Pol Pot et de sa bande, j’avais déjà eu l’occasion de vous parler un peu de Palaces, de Simon Hureau. A l’occasion d’un voyage dans le pays, l’auteur tient un carnet de croquis comme le font beaucoup de ses condisciples dès qu’ils bourlinguent. Mais là où l’on retrouve souvent un peu de tout, des “choses vues” à l’intérêt divers, Hureau se concentre sur les hôtels abandonnés dont il croise la route, et qui servaient de lieux de détention et de torture aux Khmers Rouges. Trente ans après, le sile nce y est toujours aussi glaçant et le dessinateur, à travers de funestes encres et lavis, m’a donné la chair de poule.

Lire la suite : Le blog BD de Laureline Karaboudjan

La BD khmère peut-elle renaître de ses cendres ? – par Adrien Legal

Florissante dans les années 1960, la bande dessinée khmère s’est brutalement arrêtée avec la période khmère rouge. Aujourd’hui, de nouveaux dessinateurs cambodgiens reprennent le flambeau.

Des paysages bucoliques de la campagne cambodgienne, des tableaux édifiants sur la chute du régime de Pol Pot… En visitant l’atelier d’Uth Roeun, dans les locaux de l’Association des amis des artistes cambodgiens, on peine à croire que cet homme âgé de 65 ans était, dans les années 60, un des pionniers les plus brillants de la bande dessinée cambodgienne. Et pourtant : dans les allées du marché O’Russey, à Phnom Penh, entre deux stands de quincaillerie, les étals des librairies de fortune témoignent de cet âge d’or du neuvième art cambodgien. Certes, ces brochures souples, photocopiées et imprimées avec de l’encre de mauvaise qualité sur du papier récupéré ne ressemblent en rien aux standards de la BD franco-belge ou japonaise. Mais dans le Cambodge de l’avant-guerre, l’existence de ces albums au prix très abordable et l’effet de curiosité ont permis au genre de se populariser très rapidement. «Ma première BD date de 1963, se souvient Uth Roeun. C’était un petit tirage de 500 exemplaires, le dessin n’était pas très bon car j’étais très pressé. J’avais hâte qu’il y ait enfin une bande dessinée khmère et je voulais compter parmi les premiers auteurs. À l’époque, je lisais beaucoup de récits d’aventures étrangers, comme ceux des éditions Marabout, que l’on trouvait facilement à Phnom Penh. »

Couleur hindoue ou chinoise

À l’époque, en effet, les albums européens étaient facilement accessibles : « Il y avait plusieurs magasins de location à Phnom Penh, se rappelle Alain Daniel, aujourd’hui docteur ès langue et littérature khmères et collectionneur de bandes dessinées. Les aventures de Buck Dany, par exemple, étaient très populaires, notamment l’album Alerte en Malaisie, qui faisait référence au prince Sihanouk… Les jeunes Cambodgiens étaient très soigneux, les albums restaient en bon état. » En feuilletant ces albums, l’influence franco-belge n’est pas évidente. Certes, à la différence des romans illustrés thaïlandais, le texte se loge parfois dans des bulles au lieu de sous-titrer l’image. Comme dans la bande dessinée indonésienne, chaque planche contient deux à trois cases. Le graphisme, lui, s’inspire du cinéma indien et se met au service d’une vision idéalisée du Cambodge et de la société khmère. Quant aux thèmes abordés, ils restent dans la veine du roman de l’époque : des récits traditionnels ou des histoires d’amour pour l’essentiel. « Les bandes dessinées emploient des scénarios imagés, écrit Khing Hoc Dy, spécialiste de la littérature classique du Cambodge, dans un livre publié en 1993 (1). Ce sont toujours des histoires exotiques, c’est-à-dire à couleur hindoue ou chinoise. Dans ce dernier cas, on réutilise souvent des clichés imprimés auparavant avec un texte chinois, en traduisant les paroles en khmer. » Les auteurs ne cherchent pas, de toute façon, à exprimer des sentiments personnels à travers leur crayon : « Il n’y avait pas vraiment de message, indique Uth Roeun. Il s’agissait d’offrir un divertissement, je n’essayais pas de provoquer quelque chose de particulier chez le lecteur. »

De la politique entre les cases

Survient le coup de tonnerre du 18 mars 1970 : le prince Sihanouk est renversé et le général Lon Nol proclame la République khmère, régime soutenu par les États-Unis. Soucieux de donner une image de respectabilité, le nouveau pouvoir cherche à obtenir le soutien des intellectuels et de nombreux artistes se rallient – par conviction ou obligation – aux idées du nouveau gouvernement. L’influence est perceptible dans la BD, et notamment dans la réinterprétation de l’histoire d’un conte traditionnel par Uth Roeun. L’histoire de Chey, analysée par Alain Daniel (2), était alors un roman controversé : elle raconte la vie d’un jeune serviteur qui, par désir de revanche sociale, ridiculise ses maîtres en exécutant au pied de la lettre les ordres qu’il reçoit d’eux. Le conte est suffisamment subversif pour que d’autres contes soient publiés dans le but clair de démolir le mythe : dans une série de romans intitulés A-Chey, l’insolence du personnage est réinterprétée comme de la stupidité et de la maladresse. Le nouvelle édition de Chey, dans les années 1970, Uth Roeun le présente comme un fervent patriote, espiègle sans être vraiment impertinent. L’insolence transparaît davantage dans le graphisme que dans le scénario : dès la première page, le personnage regarde le lecteur droit dans les yeux en croisant les bras – une première dans la BD khmère. En revanche, « la sombre description d’un peuple chinois écrasé par l’absolutisme royal est une claire concession aux idées en cours à l’époque […] de la République khmère », écrit Alain Daniel.

Survivre grâce au dessin

En 1975, le régime républicain s’effondre et les Khmers rouges prennent le pouvoir. Le secteur de l’édition, déjà en difficulté en raison de l’envolée du coût du papier, s’arrête brutalement. Alors que les artistes sont exécutés ou meurent dans les camps de travail par dizaines, Uth Roeun doit sa survie à sa capacité de dessiner des plans de canaux et de digues pour les grands travaux en cours. Dans ce contexte de pénurie absolue, de nombreux albums sont détruits : « Ils servaient parfois à allumer le feu ou à rouler des cigarettes, comme les autres livres, indique Alain Daniel. Mais il n’y a pas eu de volonté délibérée de supprimer la BD. » Dans les années 1980, après la chute du régime de Pol Pot, l’expression artistique reprend timidement avec les survivants. Les nouvelles oeuvres, produites en vitesse pour assurer un petit revenu aux auteurs, est de faible qualité. La littérature de l’époque, surveillée de près par le gouvernement communiste de Heng Samring, se doit de célébrer l’amitié khméro-vietnamienne, et valorise le thème de l’émancipation des femmes par le travail. « La BD, à la différence des autres genres romanesques, n’était pourtant pas très surveillée », relève Alain Daniel. Certains artistes, comme Em Satya, parviennent à sortir du nombre. La technique européenne de la ligne claire, la plus apte à être lisible après une reproduction de faible qualité, connaît avec eux un regain de popularité. L’ouverture du pays, dans les années 1990, ne permet pas au genre de trouver une nouvelle jeunesse. Avides de modernité, les Cambodgiens se tournent massivement vers la télévision au détriment de la littérature. L’absence de réglementation effective du droit d’auteur rend toute aventure éditoriale risquée : « Je ne connais aucun auteur qui arrive à vivre de la BD au Cambodge, note John Weeks, de la maison d’édition Our Books, soutenue par plusieurs ONG. Il n’y a pas de débouchés commerciaux suffisants. Nous ne savons même pas si nous pouvons mettre nos archives à disposition du public sans courir le risque de la copie pirate. »

Une bulle d’air ?

Pourtant, sous l’impulsion de la coopération française, des ateliers sont organisés pour donner de nouvelles couleurs à la BD khmère. Le 18 mars, le Centre culturel français exposera les travaux de six dessinateurs entraînés par l’École des Beaux-arts de Battambang, le Phare Ponleu Selpak. Les albums de deux d’entre eux seront publiés à cette occasion. En 2007, le projet de valorisation de l’écrit en Asie du Sud-est (Valease) avait donné naissance à une anthologie de la nouvelle bande dessinée khmère, intitulée (Re)Générations (3) et mettant en avant de jeunes auteurs. De qualité variable, les planches présentaient des scènes quotidiennes de la société khmère. Séra, dessinateur d’origine cambodgienne, les accompagne dans leurs efforts et espère les voir prendre la relève des maîtres des années 1960 (voir interview). Lui a grandi au Cambodge, avant de quitter le pays à l’âge de 13 ans, au moment de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges. À l’ambassade de France, où il trouve refuge avant d’être évacué, il emporte deux albums avec lui : La Mine de l’Allemand perdu et Le Spectre aux balles d’or, onzième et douzième tomes des aventures de Blueberry.

Adrien Legal

(1) Khing hoc Dy, Écrivains et expressions littéraires au Cambodge au XXe siècle, vol. 2, L’Harmattan, 1993, p.186.
(2) Alain Daniel, Une réinterprétation de l’histoire de Chey, in Cahiers de l’Asie du Sud-Est, Langues O, 1991, p.1999.
(3) Re(Générations), la nouvelle bande dessinée khmère, Bibliothèque nationale du Cambodge, 2007. Lire aussi : The Awakening, Globe, juin 2007, p.60.

Trois questions à Séra
Auteur des albums L’eau et la Terre et Lendemains de Cendres sur la tragédie de l’histoire cambodgienne (Delcourt)

Depuis 2007 et la publication du premier album Re(Générations), les dessinateurs cambodgiens ont-ils trouvé leurs marques ?
Après plus d’un an d’atelier, on constate un travail plus abouti, une progression dans la technique et dans la compréhension du langage. Les travaux ont gagné en qualité narrative et expriment des choses plus personnelles. Il en est ainsi des deux albums qui seront publiés, celui de Sereyroth, jeune homme d’une vingtaine d’années, dont l’inspiration est imprégnée de la culture d’aujourd’hui, et qui raconte dans un récit muet de quarante pages intitulé Au commencement une fable sur l’homme et la femme, dans la lignée occidentale. L’autre, signé par la dessinatrice Nguon Sakâl, s’intitule Nos Coeurs et raconte une histoire d’amour où une troisième personne souffre, avec un style très khmer dans le récit.

La BD peut-elle redevenir une activité rentable au Cambodge ?
Aujourd’hui, la seule façon pour un dessinateur de vivre est de travailler pour les ONG sur des supports institutionnels. Ce qui est produit me laisse un peu sur ma faim : l’expression est trop encadrée et le dessin très impersonnel. Les responsables de ces éditions, qui veulent simplifier le message à faire passer, devraient avoir une vision moins étriquée et laisser plus de liberté en passant les commandes.

L’art de la caricature n’est pas tellement prisé dans les journaux cambodgiens…
Avant la guerre, elle existait très largement. Ça reviendra, je suis confiant. Le dessin a toujours eu une place conséquente dans les journaux cambodgiens.

Source : Gavroche Magazine