Archives de catégorie : Articles / Billets

Les Hmong du Laos 1945-1975 – mémoire IEP de Tiphanie Grall

Le général Vang Pao (1929-2011)

Les Hmong du Laos 1945-1975. Leur engagement dans les guerres d’Indochine aux côtés des Occidentaux : enjeux et réalités

Genèse du sujet

Les Hmong sortent de l’anonymat

L’existence du peuple hmong demeurait encore largement ignorée du grand public il y a seulement une trentaine d’années. Ce n’est que dans les années 1970, alors que la guerre que menaient les Américains au Vietnam touchait à sa fin, que les Hmong firent leur apparition en toile de fond des débats géopolitiques internationaux, en raison du rôle qu’ils avaient tenu auprès des Etats-Unis en lutte contre la progression du communisme dans la péninsule indochinoise.

Au fur et à mesure que la Maison Blanche se trouvait contrainte de révéler la réalité de l’action américaine en Indochine, les circonstances de l’intervention parallèle américaine au Laos devinrent, sous la plume des journalistes et reporters de guerre présents sur place, « une guerre secrète » que la CIA menait contre les communistes avec l’aide de minorités ethniques de la région. Ces révélations alimentèrent les polémiques quant à la véracité de ces suppositions et projetèrent les Hmong sur le devant de la scène internationale. En effet, la plupart des combattants ayant servi dans les rangs de cette armée secrète utilisée par la CIA étaient des Hmong (1). Pour Mai Na M. Lee, ces débats ont eu pour conséquence de faire des Hmong une des minorités les plus connues du sud-est asiatique.

Peu à peu, à partir du milieu des années soixante-dix, la littérature concernant les guerres d’Indochine se fait de plus en plus fournie et le rôle des Hmong, parmi celui d’autres minorités ethniques montagnardes, y est largement évoqué. Il est alors également plus communément établi que les Hmong, avant de s’engager, pour certains, aux côtés des Américains, ont joué un rôle similaire auprès des Français, impliqués vingt ans plus tôt dans la première guerre d’Indochine.

Réflexions personnelles

J’ai personnellement eu connaissance de l’existence du peuple hmong il y a deux ans lors de la réalisation d’une présentation orale sur les minorités ethniques d’Asie du sud-est. A cette fin, j’ai lu l’ouvrage de Jane Hamilton-Merritt, Tragic Mountains, qui m’a plus particulièrement éclairée sur le rôle joué par les Hmong auprès des Français, puis des Américains durant les trente années de guerre quasi-incessantes qu’a connu l’Indochine en général, et plus particulièrement le Vietnam, entre 1945 et 1975.

L’idée d’approfondir cette question dans le cadre d’un mémoire m’est venue lors d’un voyage au Vietnam, en janvier de cette année, et très précisément suite à la visite du musée de la guerre d’Ho Chi Minh ville. On peut y voir de nombreux vestiges de la guerre américaine au Vietnam – photographies, matériel de guerre…- et des touristes américains s’y presser en grand nombre. M’interrogeant sur la perception actuelle et mutuelle des anciens protagonistes de cette guerre trente ans seulement après son terme, j’ai eu envie de réaliser un travail portant sur cette période de l’histoire des relations internationales, et plus particulièrement sur cette alliance improbable entre un peuple vivant reclus dans les montagnes du nord de l’Indochine et deux puissances mondiales, qui à première vue, étaient supposées vaincre sans mal les mouvements communistes de libération nationale.

Réf. : Tiphanie Grall, Les Hmong du Laos 1945-1975. Leur engagement dans les guerres d’Indochine aux côtés des Occidentaux : enjeux et réalités, Mémoire de fin d’études à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon 4ème année Section INTER, 2ème année Diplôme du Monde Extrême Oriental Contemporain. Séminaire Asie dirigé par M. Corcuff. 16 juin 2006, 94 p.

A lire sur Doc. SciencesPo Lyon

A télécharger en pdf

Malcolm Browne, Horst Fass and Roy Essoyan: the men who documented the Vietnam War

© 1963 Associated Press

Former Associated Press correspondent and photographer Malcolm Browne, best known for his award-winning image of a Vietnamese Buddhist monk who set himself ablaze in political protest, has died aged 81. Browne’s death follows the recent passing of Associated Press writer Roy Essoyan, correspondent George Esper, and photographer Horst Faas. All were part of the same generation of journalists who documented the Vietnam War. Here, we celebrate their work.

Browne (above), Saigon correspondent for the Associated Press, poses in front of his photo of a Vietnamese Buddhist monk’s fiery suicide after the image was selected as the world’s best news picture of the year at the Seventh World Press Photo contest in The Hague, Netherlands in 1963.

Source et galerie complète : The Telegraph

Preserving Khmer Rouge Archives

A sketch of Khmer Rouge weapons. From the Santebal Archive of the Khmer Rouge collection at the Center for Research Libraries.

by Richard Richie ///

Early in 1998, the Southeast Asia Collection of Yale University Library was invited by Professor Ben Kiernan, Director of the Cambodian Genocide Program at Yale University’s Center for International and Area Studies, and Mr. Youk Chhang, Director of the Documentation Center of Cambodia in Phnom Penh, to collaborate on an urgent project to preserve and copy the records of the Khmer Rouge state police archives, or Santebal. Discovered in the Ministry of the Interior of the Royal Cambodia Government in 1996, the Santebal materials were being held temporarily at the Documentation Center. An original plan to digitize the documents was abandoned early on due to slow progress caused by an undependable power supply at the Documentation Center and outdated scanners and computers.

Preserving Secret Police Files

With the documents turning brittle and their future uncertain, project planners searched for alternative solutions. They also feared that ex-Khmer Rouge cadres might discover the secret Documentation Center location and attempt to destroy the archives to prevent future criminal investigations. Given the circumstances, they narrowed the immediate objectives to the bare essentials: to make use copies for the Documentation Center and to make preservation copies for safe keeping outside of Cambodia.

Paul Conway, head of the Preservation Department of the Yale University Library, recommended establishing a microfilm production facility at the Documentation Center as a tested and familiar preservation method. The project was presented for cooperative funding to the Southeast Asia Microform Project at CRL’s annual meeting in the spring of 1998 and received support from CRL and the Echols Collection at Cornell University Library. The decision was then made to preserve the resulting microfilms at Yale University, and to make a microfilm copy of the archive available to scholars and researchers at North American universities by interlibrary loan through the Center for Research Libraries.

As Curator for the Southeast Asia Collection, I was trained to operate the World War II vintage Recordak Portable Micro-File Machine with Model E camera and the special lighting to be used at the Documentation Center. In May 1998 I traveled to Phnom Penh to set up a filming lab and train one person from the Documentation Center. The project went awry almost immediately due to overheating equipment, which was intensified by tropical temperatures and the need for a closed room. However, the combination of a portable back-up generator and an air conditioning unit resolved the big challenges and permitted microfilmers to shoot the first batch and send it to Connecticut for testing and processing.

Preserving Additional Documentation

With the Santebal Collection successfully microfilmed in 1999, other collections held by the Documentation Center that dealt with Khmer Rouge atrocities and governance were approved for filming with additional support from the SEAM membership and Cornell University. Final filming for the project was completed in January, 2005. The many collections preserved through this initiative are described below. The entire microfilm archive is now available for loan from the Center for Research Libraries. See Requesting Materials.

Santebal Collection BBKK (I Collection) and BBKKH (J Collection). Reels 1-115.

Includes biographies of members of the Khmer Rouge organization who held positions of authority from the district (srok) level upwards, including regional (damban), zone (phumipeak) and center (mocchim) officials, and all officers of the Khmer Rouge armed forces from company (kong anousena thom) level and above. Many of these biographies of demoted authorities were forced confessions written under torture in the Tuol Sleng Prison. The collection also includes confessions of Khmer Rouge victims and communications between members of the Khmer Rouge leadership.

D Collection. Reels 116-156, 214-410.

General Khmer Rouge documents including secondary literature on the Khmer Rouge regime and surviving primary documents containing records of the Khmer Rouge prison at Krang Ta Chan in Takeo Province. The collection also includes the Anlong Veng collection of post-Khmer Rouge materials as well as textbooks from the third and fourth class levels for Democratic Kampuchea primary schools.

Lon Nol Dossiers (L Collection). Reels 157-213

Intelligence documents from the Lon Nol regime relating to military events and issues dealing with Khmer Rouge prisoners of war. These communications contain lists and titles of Lon Nol’s military police officers and soldiers, confessions by Khmer Rouge prisoners of war, individual communications between Lon Nol officers, reports by these officers, assignment reports, and personal files of secret agents of the Lon Nol government.

Khmer Rouge Notebooks (K Collection). Reels 1-39 (New Series)

Biographies of Khmer Rouge cadres and prisoners contained in the personal notebooks of Khmer Rouge prison guards. Collected from Tuol Sleng Prison, the notebooks include information on political training; medical training; military training; revolutionary songs, poems, and slogans; as well as personal accounts and meeting minutes from the prison.

Renakse Collection (R Collection). Reels 40-72 (New Series)

Contains petitions by Cambodians to the Peoples’ Republic of Kampuchea to oust the Khmer Rouge from Cambodia’s seat at the United Nations.

 

Richard Richie
Yale University Library

Source : Focus on Global Resources, Fall 2005, Vol. 25, No. 1.

Au Vietnam, sur les traces de Marie Ier, roi des Sédangs – par Jean-Louis Tremblais

En 1888, sur les hauts plateaux du Vietnam, Marie-Charles David de Mayréna se fit élire roi des Sédangs, une tribu insoumise et invaincue. Histoire de l’aventurier méconnu qui fascina et inspira André Malraux.

Kon Tum, sur les hauts plateaux du Vietnam, à un jet de pierre du Cambodge et du Laos. En ce lundi pascal, la foule se presse aux abords de la cathédrale de l’Immaculée Conception.

Un surprenant édifice en bois de fer (imputrescible), bâti sur pilotis, au toit pointu comme celui des rongs, les maisons communautaires des tribus locales. L’œuvre des missionnaires français, venus évangéliser ces peuplades animistes et idolâtres il y a cent cinquante ans. Pour mieux propager leur foi, les soldats du Christ se sont adaptés à leurs ouailles. Dans l’architecture religieuse comme dans la liturgie catholique: servie en plein air par le padre Paulo, la messe est dite en bahnar et en djarai, langues des deux ethnies majoritaires du diocèse.

Des bonnes sœurs en tunique bleue animent le chœur tandis que des jeunes filles aux pieds nus dansent en inclinant les mains, à la façon des apsaras. Avec une foi intacte et touchante, l’assistance reprend à pleins poumons des couplets en dialecte autochtone, d’où n’émerge que l’intraduisible, comme Jérusalem ou alléluia. Une fois l’assistance dispersée, rendez-vous est pris avec le père Paulo. Il connaît tout sur l’implantation des missionnaires chez les Moïs (1).

En revanche, un sourire gêné et des yeux ronds accueillent la question qui nous amène en ces lieux: «Connaissez-vous Marie Ier, qui fut roi des Moïs en 1888?» Non, il ne connaît pas notre héros. Visiblement, le curé est sincère. On ne peut le blâmer de cette lacune. Qui se souvient de l’épopée aussi fulgurante que pathétique de l’aventurier français Marie-Charles David de Mayréna (1842-1890)? Peu de gens, mais ceux qui se sont penchés sur la geste de ce condottiere sont restés captivés, fascinés, envoûtés.

André Malraux, qui l’appelait son «fantôme de gloire», s’en inspira fortement dans La Voie royale (où Perken est son double évident). Il lui consacra ensuite un roman inachevé et intitulé Le Règne du Malin. Surtout, il rêva toujours d’en faire un film qui, s’il avait vu le jour, aurait rejoint dans la légende du septième art L’Homme qui voulut être roi et Apocalypse Now.

Ancien officier chez les spahis, séducteur hors pair et duelliste redouté

Tout commence au printemps 1888 à Saïgon, rue Catinat (rebaptisée Dong Khoi – «soulèvement populaire» – par les communistes, après 1975), quelque part entre les Messageries Maritimes et l’Hôtel Continental.

Dans la moiteur de l’Asie, sur une terrasse de café, un bel homme de forte stature (1,82 m, ce qui est immense pour l’époque), habillé avec recherche sinon dandysme (c’est un admirateur de Barbey d’Aurevilly), sirote une absinthe en échafaudant les plans de sa future expédition, indifférent aux regards explicites que lui jettent les Européennes de la colonie. A 46 ans, Marie-Charles David de Mayréna s’apprête à jouer le coup de sa vie, pourtant déjà bien remplie. Car le gaillard n’est pas un béjaune.

Ex-officier chez les spahis (il a participé à l’annexion de la Cochinchine), familier des Grands Boulevards et des cabarets parisiens, séducteur invétéré, duelliste éprouvé (il a occis un fâcheux à l’épée), affairiste indélicat et journaliste intermittent, il a quitté l’Europe en 1885. Non sans avoir soutiré de l’argent au richissime baron Seillière pour financer une exploration scientifique dans le sultanat d’Aceh, en Indonésie.

Entre-temps, il a débarqué à Saïgon, surnommé le «Paris de l’Orient», gardé le pécule et changé de projet. Son grand dessein: fédérer les ethnies des montagnes, le pays moï, sauvage et hostile. Une mosaïque de peuples rétifs à toute forme de civilisation, qui croient aux esprits de la forêt, vivent de la chasse et passent leur temps à se faire la guerre, notamment pour s’approvisionner en esclaves.

À part quelques intrépides missionnaires installés à Kon Tum, nul Français n’ose s’y aventurer. Trop dangereux, trop insalubre. C’est justement ce qui plaît à Mayréna. Cette absence de fonctionnaires et de militaires lui laisse le champ libre. Une terra incognita dont lui, qui rêve à Cortès et à Pizarre, sera le conquistador.

Outre sa capacité de persuasion, son bagout et son panache, il a de la chance. En effet, le Siam – conseillé par les Anglais et les Prussiens – convoite cet hinterland moï qui lui assurerait le contrôle de la rive orientale du Mékong. Cette perspective inquiète Paris, qui rechigne néanmoins à y envoyer la troupe. Ce serait diplomatiquement explosif.

Aussi, lorsque Mayréna, que les rapports de police présentent comme un trafiquant d’armes et un aigrefin mythomane, a proposé ses offres au gouverneur général d’Indochine, celui-ci a sauté sur l’occasion et lui a donné un feu orange: en cas de succès, la zone passera dans le giron de la France ; en cas d’échec, l’aventurier sera désavoué. Bref, une mission officieuse dont l’administrateur en chef de la colonie n’a pas mesuré les conséquences. Car le sieur Mayréna va réussir au-delà de toute espérance. Ô combien!

Avec une colonne de 80 coolies et 15 tirailleurs annamites, sa congaï de Saïgon – une Vietnamienne qu’il présente comme une princesse chame (2) – et un acolyte douteux dénommé Mercurol, ancien croupier, il va se frayer un chemin à travers la jungle et s’y tailler un royaume. S’appuyant sur les missionnaires catholiques de Kon Tum, il sillonne la brousse à dos d’éléphant, court de rong en rong, palabre pendant des journées, prête le serment de l’alcool de riz (bu en commun dans de grandes jarres avec de longues pailles), défie et défait les réticents ou les mécontents en combat singulier. Sa bravoure n’a d’égale que sa rouerie.

Sous son uniforme de fantaisie – pantalon blanc, dolman bleu aux manches galonnées d’or -, il porte une cotte de mailles sur laquelle les fléchettes au curare viennent se briser. Imprégnés de surnaturel, les Moïs pensent que ce géant barbu, qui ne craint rien ni personne, est un demi-dieu, qui jouit de la protection des génies.

Le royaume de Marie Ier est doté de tous les attributs de la souveraineté

En six mois, son audace et son charisme aboutissent à ce prodige dont toute l’Indochine va bientôt faire des gorges chaudes: Mayréna se fait élire roi des Sédangs (les plus redoutables et les plus belliqueux de tous les Moïs qu’il fédère), sous le nom de Marie Ier. Son énergie est inépuisable.

Il rédige une Constitution (où l’esclavage et le sacrifice humain sont prohibés) et dote son jeune Etat de tous les attributs de souveraineté. Un drapeau azur frappé d’une croix de Malte blanche avec une étoile rouge en son centre. Une devise: «Jamais cédant, toujours s’aidant» (on admirera le jeu de mots avec Sédangs).

The Sedang flag of 1888-1890 and 1997 to present (recently rediscovered).
Source : http://www.sedang.org

Crée une douane, une poste, des timbres, des décorations: l’ordre royal sédang, l’ordre du Mérite sédang et l’ordre de Sainte-Marguerite. Crée une armée de 20.000 hommes équipée de Remington et d’arbalètes, avec laquelle il affronte les insoumis en bataille rangée et aux cris de: «Dieu, France, Sédang!» Du village de Kon Jari, il fait sa «capitale» et instaure une étiquette digne de Versailles.

Sa concubine annamite se voit promue reine des Sédangs ; Mercurol, qui est un peu son Sancho Pança, hérite du titre de marquis d’Hénoui! Ce qui est inouï… Une monarchie d’opérette? Bien sûr. Mais Marie Ier y croit.

A tel point qu’en 1889, il se rend à Paris pour rencontrer le président Sadi Carnot et lui demander en grande pompe de reconnaître le royaume sédang. Marie Ier, en tenue d’apparat, décorations pendantes, jamais en manque d’anecdotes pittoresques, devient la mascotte des salons. Pour survivre (car il est à sec, comme toujours), il vend des titres de propriété ou d’exploitation sur son royaume, des médailles, des baronnies, des duchés et des comtés fantaisistes.

Mais Mayréna agace en haut lieu. Tandis qu’il parade en métropole, l’administration démantèle son royaume en loucedé. Sur ordre de Paris, les envoyés de la République sont venus dans tous les villages moïs afin de récupérer les drapeaux de Marie Ier et les remplacer par des étendards tricolores. Vexé, le monarque déchu tente une ultime parade. Il réussit à convaincre un industriel belge de financer une opération visant à récupérer «ses terres» avec des mercenaires recrutés en Malaisie.

Entreprise qui échoue lamentablement à l’escale de Singapour, où Mayréna apprend du consulat qu’il est interdit de séjour en Indochine. Exilé sur l’île malaise de Tioman, où il collecte des nids d’hirondelle pour les marchands chinois, le roi des Sédangs ne survivra pas à l’affront.

Le 11 novembre 1890, abandonné de tous sauf de son chien, il meurt. Une mort brutale, à l’image de son existence. Morsure de serpent pour les uns, suicide au poison pour les autres. Sic transit gloria mundi.

A Kon Jari, siège de son trône éphémère, nous avons vainement cherché trace de son règne: un souvenir, un témoignage, une relique, un objet. Une arbalète, un carquois, des fléchettes nous auraient suffi. Les armes de la défunte armée de Sa Glorieuse Majesté, en quelque sorte.

Mais des antiquaires fortunés venus de Saïgon en 4 x 4 ont tout racheté cash, nous racontent les villageois. Et dans le rong de Kon Jari, entre un gong de bronze et un crâne de buffle, ce n’est pas le portrait de Marie Ier qui est affiché mais celui d’Hô Chi Minh. Rien, il ne reste rien de Marie-Charles David de Mayréna. Juste un songe évanoui…

(1) Le terme Moï, qui signifie «sauvage» en vietnamien, désigne – indistinctement et péjorativement – les ethnies de la chaîne annamitique: Bahnars, Rhadés, Djarais, Sédangs, M’nongs, etc. Habitants originels de l’Indochine, ils furent progressivement repoussés dans les montagnes par les Viets du Tonkin et d’Annam (qui constituent 86 % de la population actuelle).

(2) Le royaume du Champa, dont les cités sacrées comme My Son rivalisent en beauté avec Angkor, était de religion hindouiste et parlait le sanskrit. Cité par Marco Polo, il fut anéanti au XIVe siècle par l’expansionnisme sino-annamite.

Source : Le Figaro

Au Cambodge aussi la BD raconte le génocide – par Laureline Karaboudjan

[ndlr] Article intéressant sur le rôle pédagogique de la bande dessinée pour exorciser les génocides contemporains et sensibiliser un large public au devoir de mémoire. « La bande dessinée est un outil formidable pour lutter contre l’oubli des crimes contre l’humanité » rappelle Laureline Karaboudjan.

 

Le procès de Douch, ancien dirigeant khmer rouge génocidaire, vient de s’achever. Au Cambodge, comme pour le Rwanda, l’ex-Yougoslavie ou Auschwitz, la bande-dessinée sert le travail de mémoire.

Avec le procès de Douch, qui s’est achevé lundi dernier par la condamnation à 35 ans de prison de l’ancien responsable du camp S-21, le génocide cambodgien est revenu sur le devant de l’actualité. Cet épisode terrible de l’histoire du Cambodge, entre 1975 et 1979, durant lequel près de 2 millions de personnes périrent, n’est pas très bien connu en France. L’amateur de bandes-dessinées peut pourtant trouver facilement matière pour mieux réviser son Histoire. Car le génocide cambodgien, comme d’autres événements historiques similaires, à commencer par la Shoah, a suscité l’attention d’auteurs du neuvième art, déterminés à utiliser les cases et les bulles pour témoigner des événements.

L’œuvre la plus connue sur le génocide perpétré par les Khmers Rouges est la trilogie signée par Séra, Impasse et rouge, L’eau et la terre et Lendemains de cendres. Si le premier ouvrage n’aborde pas directement le génocide, se concentrant sur la guerre civile au Cambodge, le second album y est directement dédié. A travers différents récits l’auteur tente de donner une image plurielle et donc la plus juste possible des événements. On retrouve d’ailleurs ce procédé de  la mosaïque de témoignages et des histoires entremêlées dans de nombreuses bandes dessinées consacrées à des génocides. L’album a été récemment traduit en khmer et distribué au Cambodge. Comme son nom l’indique, la troisième bande dessinée parle de l’après-génocide. Toute l’œuvre de Séra est minutieusement documentée d’archives et de témoignages, un trait également commun à de nombreuses BD mémorielles du même type.

On ne badine pas avec les génocides.

A propos de Pol Pot et de sa bande, j’avais déjà eu l’occasion de vous parler un peu de Palaces, de Simon Hureau. A l’occasion d’un voyage dans le pays, l’auteur tient un carnet de croquis comme le font beaucoup de ses condisciples dès qu’ils bourlinguent. Mais là où l’on retrouve souvent un peu de tout, des “choses vues” à l’intérêt divers, Hureau se concentre sur les hôtels abandonnés dont il croise la route, et qui servaient de lieux de détention et de torture aux Khmers Rouges. Trente ans après, le sile nce y est toujours aussi glaçant et le dessinateur, à travers de funestes encres et lavis, m’a donné la chair de poule.

Lire la suite : Le blog BD de Laureline Karaboudjan

La BD khmère peut-elle renaître de ses cendres ? – par Adrien Legal

Florissante dans les années 1960, la bande dessinée khmère s’est brutalement arrêtée avec la période khmère rouge. Aujourd’hui, de nouveaux dessinateurs cambodgiens reprennent le flambeau.

Des paysages bucoliques de la campagne cambodgienne, des tableaux édifiants sur la chute du régime de Pol Pot… En visitant l’atelier d’Uth Roeun, dans les locaux de l’Association des amis des artistes cambodgiens, on peine à croire que cet homme âgé de 65 ans était, dans les années 60, un des pionniers les plus brillants de la bande dessinée cambodgienne. Et pourtant : dans les allées du marché O’Russey, à Phnom Penh, entre deux stands de quincaillerie, les étals des librairies de fortune témoignent de cet âge d’or du neuvième art cambodgien. Certes, ces brochures souples, photocopiées et imprimées avec de l’encre de mauvaise qualité sur du papier récupéré ne ressemblent en rien aux standards de la BD franco-belge ou japonaise. Mais dans le Cambodge de l’avant-guerre, l’existence de ces albums au prix très abordable et l’effet de curiosité ont permis au genre de se populariser très rapidement. «Ma première BD date de 1963, se souvient Uth Roeun. C’était un petit tirage de 500 exemplaires, le dessin n’était pas très bon car j’étais très pressé. J’avais hâte qu’il y ait enfin une bande dessinée khmère et je voulais compter parmi les premiers auteurs. À l’époque, je lisais beaucoup de récits d’aventures étrangers, comme ceux des éditions Marabout, que l’on trouvait facilement à Phnom Penh. »

Couleur hindoue ou chinoise

À l’époque, en effet, les albums européens étaient facilement accessibles : « Il y avait plusieurs magasins de location à Phnom Penh, se rappelle Alain Daniel, aujourd’hui docteur ès langue et littérature khmères et collectionneur de bandes dessinées. Les aventures de Buck Dany, par exemple, étaient très populaires, notamment l’album Alerte en Malaisie, qui faisait référence au prince Sihanouk… Les jeunes Cambodgiens étaient très soigneux, les albums restaient en bon état. » En feuilletant ces albums, l’influence franco-belge n’est pas évidente. Certes, à la différence des romans illustrés thaïlandais, le texte se loge parfois dans des bulles au lieu de sous-titrer l’image. Comme dans la bande dessinée indonésienne, chaque planche contient deux à trois cases. Le graphisme, lui, s’inspire du cinéma indien et se met au service d’une vision idéalisée du Cambodge et de la société khmère. Quant aux thèmes abordés, ils restent dans la veine du roman de l’époque : des récits traditionnels ou des histoires d’amour pour l’essentiel. « Les bandes dessinées emploient des scénarios imagés, écrit Khing Hoc Dy, spécialiste de la littérature classique du Cambodge, dans un livre publié en 1993 (1). Ce sont toujours des histoires exotiques, c’est-à-dire à couleur hindoue ou chinoise. Dans ce dernier cas, on réutilise souvent des clichés imprimés auparavant avec un texte chinois, en traduisant les paroles en khmer. » Les auteurs ne cherchent pas, de toute façon, à exprimer des sentiments personnels à travers leur crayon : « Il n’y avait pas vraiment de message, indique Uth Roeun. Il s’agissait d’offrir un divertissement, je n’essayais pas de provoquer quelque chose de particulier chez le lecteur. »

De la politique entre les cases

Survient le coup de tonnerre du 18 mars 1970 : le prince Sihanouk est renversé et le général Lon Nol proclame la République khmère, régime soutenu par les États-Unis. Soucieux de donner une image de respectabilité, le nouveau pouvoir cherche à obtenir le soutien des intellectuels et de nombreux artistes se rallient – par conviction ou obligation – aux idées du nouveau gouvernement. L’influence est perceptible dans la BD, et notamment dans la réinterprétation de l’histoire d’un conte traditionnel par Uth Roeun. L’histoire de Chey, analysée par Alain Daniel (2), était alors un roman controversé : elle raconte la vie d’un jeune serviteur qui, par désir de revanche sociale, ridiculise ses maîtres en exécutant au pied de la lettre les ordres qu’il reçoit d’eux. Le conte est suffisamment subversif pour que d’autres contes soient publiés dans le but clair de démolir le mythe : dans une série de romans intitulés A-Chey, l’insolence du personnage est réinterprétée comme de la stupidité et de la maladresse. Le nouvelle édition de Chey, dans les années 1970, Uth Roeun le présente comme un fervent patriote, espiègle sans être vraiment impertinent. L’insolence transparaît davantage dans le graphisme que dans le scénario : dès la première page, le personnage regarde le lecteur droit dans les yeux en croisant les bras – une première dans la BD khmère. En revanche, « la sombre description d’un peuple chinois écrasé par l’absolutisme royal est une claire concession aux idées en cours à l’époque […] de la République khmère », écrit Alain Daniel.

Survivre grâce au dessin

En 1975, le régime républicain s’effondre et les Khmers rouges prennent le pouvoir. Le secteur de l’édition, déjà en difficulté en raison de l’envolée du coût du papier, s’arrête brutalement. Alors que les artistes sont exécutés ou meurent dans les camps de travail par dizaines, Uth Roeun doit sa survie à sa capacité de dessiner des plans de canaux et de digues pour les grands travaux en cours. Dans ce contexte de pénurie absolue, de nombreux albums sont détruits : « Ils servaient parfois à allumer le feu ou à rouler des cigarettes, comme les autres livres, indique Alain Daniel. Mais il n’y a pas eu de volonté délibérée de supprimer la BD. » Dans les années 1980, après la chute du régime de Pol Pot, l’expression artistique reprend timidement avec les survivants. Les nouvelles oeuvres, produites en vitesse pour assurer un petit revenu aux auteurs, est de faible qualité. La littérature de l’époque, surveillée de près par le gouvernement communiste de Heng Samring, se doit de célébrer l’amitié khméro-vietnamienne, et valorise le thème de l’émancipation des femmes par le travail. « La BD, à la différence des autres genres romanesques, n’était pourtant pas très surveillée », relève Alain Daniel. Certains artistes, comme Em Satya, parviennent à sortir du nombre. La technique européenne de la ligne claire, la plus apte à être lisible après une reproduction de faible qualité, connaît avec eux un regain de popularité. L’ouverture du pays, dans les années 1990, ne permet pas au genre de trouver une nouvelle jeunesse. Avides de modernité, les Cambodgiens se tournent massivement vers la télévision au détriment de la littérature. L’absence de réglementation effective du droit d’auteur rend toute aventure éditoriale risquée : « Je ne connais aucun auteur qui arrive à vivre de la BD au Cambodge, note John Weeks, de la maison d’édition Our Books, soutenue par plusieurs ONG. Il n’y a pas de débouchés commerciaux suffisants. Nous ne savons même pas si nous pouvons mettre nos archives à disposition du public sans courir le risque de la copie pirate. »

Une bulle d’air ?

Pourtant, sous l’impulsion de la coopération française, des ateliers sont organisés pour donner de nouvelles couleurs à la BD khmère. Le 18 mars, le Centre culturel français exposera les travaux de six dessinateurs entraînés par l’École des Beaux-arts de Battambang, le Phare Ponleu Selpak. Les albums de deux d’entre eux seront publiés à cette occasion. En 2007, le projet de valorisation de l’écrit en Asie du Sud-est (Valease) avait donné naissance à une anthologie de la nouvelle bande dessinée khmère, intitulée (Re)Générations (3) et mettant en avant de jeunes auteurs. De qualité variable, les planches présentaient des scènes quotidiennes de la société khmère. Séra, dessinateur d’origine cambodgienne, les accompagne dans leurs efforts et espère les voir prendre la relève des maîtres des années 1960 (voir interview). Lui a grandi au Cambodge, avant de quitter le pays à l’âge de 13 ans, au moment de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges. À l’ambassade de France, où il trouve refuge avant d’être évacué, il emporte deux albums avec lui : La Mine de l’Allemand perdu et Le Spectre aux balles d’or, onzième et douzième tomes des aventures de Blueberry.

Adrien Legal

(1) Khing hoc Dy, Écrivains et expressions littéraires au Cambodge au XXe siècle, vol. 2, L’Harmattan, 1993, p.186.
(2) Alain Daniel, Une réinterprétation de l’histoire de Chey, in Cahiers de l’Asie du Sud-Est, Langues O, 1991, p.1999.
(3) Re(Générations), la nouvelle bande dessinée khmère, Bibliothèque nationale du Cambodge, 2007. Lire aussi : The Awakening, Globe, juin 2007, p.60.

Trois questions à Séra
Auteur des albums L’eau et la Terre et Lendemains de Cendres sur la tragédie de l’histoire cambodgienne (Delcourt)

Depuis 2007 et la publication du premier album Re(Générations), les dessinateurs cambodgiens ont-ils trouvé leurs marques ?
Après plus d’un an d’atelier, on constate un travail plus abouti, une progression dans la technique et dans la compréhension du langage. Les travaux ont gagné en qualité narrative et expriment des choses plus personnelles. Il en est ainsi des deux albums qui seront publiés, celui de Sereyroth, jeune homme d’une vingtaine d’années, dont l’inspiration est imprégnée de la culture d’aujourd’hui, et qui raconte dans un récit muet de quarante pages intitulé Au commencement une fable sur l’homme et la femme, dans la lignée occidentale. L’autre, signé par la dessinatrice Nguon Sakâl, s’intitule Nos Coeurs et raconte une histoire d’amour où une troisième personne souffre, avec un style très khmer dans le récit.

La BD peut-elle redevenir une activité rentable au Cambodge ?
Aujourd’hui, la seule façon pour un dessinateur de vivre est de travailler pour les ONG sur des supports institutionnels. Ce qui est produit me laisse un peu sur ma faim : l’expression est trop encadrée et le dessin très impersonnel. Les responsables de ces éditions, qui veulent simplifier le message à faire passer, devraient avoir une vision moins étriquée et laisser plus de liberté en passant les commandes.

L’art de la caricature n’est pas tellement prisé dans les journaux cambodgiens…
Avant la guerre, elle existait très largement. Ça reviendra, je suis confiant. Le dessin a toujours eu une place conséquente dans les journaux cambodgiens.

Source : Gavroche Magazine

Vietnamese Political Studies and Debates on Vietnamese Nationalism – by Tuong Vu

Does a Vietnamese nation exist? Is it an ancient entity, or a modern invention? Is national consciousness to be found only among political elites, or do the masses also hold such sentiments? What is the nature of Vietnamese nationalism: is it a psychological sense of patriotism, an anticolonial ideology, or a quest for political power? What is the Vietnamese national character? What is the relationship between Vietnamese nationalism and communism? This review of the state of Vietnamese political studies (1) in the United States since the 1950s finds that these questions have preoccupied scholars of Vietnamese politics and political history more than any other topic.

Over the last fifty years, the field has undergone two growth spurts, one in the mid 1960s and the other since the mid 1980s. The first took place as the United States deepened its involvement in Vietnam, while the second occurred at the end of the Cold War. At both turning points the fieldexpanded rapidly, both in quantitative and qualitative terms, reflecting the profound impact of political events on scholarship. At the same time, the growth spurts foreshadowed shifts in the substantive debates on the Vietnamese nation and nationalism. In particular, before the mid 1960s debates were implicit and mild in tone. Diverse views existed, but pessimism about the Vietnamese nation and doubts about its unifying power and moral character were pervasive. Despite the belief in the modern origins of nations that was prevalent among social scientists at the time, in Vietnamese Studies only a few believers in Vietnam as an ethnic nation existed. At the same time, some adopted an alternative concept that defined the Vietnamese nationality not along the primordial-modern dimension but as a communal identity to be found at the village level. And as for Vietnamese nationalism, most analysts viewed it as contradicting and being threatened by communism.

As the war escalated and the field experienced its first growth spurt after the mid 1960s, the tone of debate became increasingly combative and its character more polemic. The earlier pessimism was replaced in this new, more sophisticated scholarship by an optimism about the Vietnamese nation. This nation was now seen primarily as an ethnic group whose identity had been shaped over the centuries out of repeated resistance to foreign invasions. There was also a new belief in the possible affinity for and benefit of an alliance between nationalism and communism. Reflecting an important trend in the social sciences and the normative concerns of analysts, Vietnamese nationalism was now conceptualized simply as anticolonialism. Overall, the new scholarship of this period made major contributions to the understanding of Vietnamese politics, but it was also highly partisan—that is, its arguments and evidence were often deployed in not-so-subtle ways to justify certain policy positions. While no scholarship can ever be free of ideological biases, these were more pronounced and sometimes explicitly proclaimed in works written during this period.

Since the early 1980s, as the field gathered steam for a second expansive phase, the debates have become less polemic and ideological. New ways to conceptualize the Vietnamese nation have emerged that challenge earlier thinking. The existence and power of the Vietnamese nation are no longer assumed or denied in a simplistic manner, while the processes by which the nation was created or sustained receive a new scrutiny. In sync with developments in social science theory, the Vietnamese nation is now primarily viewed as a modern social construct or cultural artifact. Vietnamese nationalism is treated not only as resistance to foreign rule but also as a cover for power politics. The affinity between communism and nationalism is rejected. A welcome development is the more direct engagement of Vietnam scholarship of this third period with broad theories in the social sciences. By productively applying these theories to old questions or by using Vietnamese cases to criticize them, current scholarship gives the topic a renewed salience and offers new vistas for future exploration.

This review is organized into three parts, corresponding to the three periods the field has experienced. In each part, I will begin by discussing political events, theoretical trends in the social sciences—especially regarding the study of nations and nationalism—and trends in related fields such as Asian or Southeast Asian Studies. The bulk of each section is devoted to the debates on questions about the Vietnamese nation and nationalism. In the conclusion I will speculate about future trends in the field, which appears to be moving away from these questions. Three areas of potential fruitful research are suggested, including changing Vietnamese loyalties in the era of globalization, the ethnic dimension of the modern Vietnamese nation, and the relationship between nationalism, socialism, and state building in the Democratic Republic of Vietnam (DRV) during the war.

Read more on pdf

Ref. : Journal of Vietnamese Studies 2: 2 (August 2007), pp. 175-230.

Tuong Vu (Visiting Research Fellow, Project on Democracy and Development; September 2011–June 2012). Vu is an associate professor in the Department of Political Science at the University of Oregon.  His research interests include state formation and development, the politics of nationalism, the role of ideology and identity in domestic and international conflicts, and the role of communist ideology in the Vietnamese revolution.  He is the author of Paths to Development in Asia, South Korea, Vietnam, China, and Indonesia (2010) and coeditor of Dynamics of the Cold War in Asia: Ideology, Identity, and Culture (2009). While at Princeton, Vu will work on two projects: a book that examines the role of ideology in the Vietnamese revolution as a case of radical politics in the periphery, and a paper that examines the role of capital and coercion in the formation of modern East Asian states. Ph.D. University of California, Berkeley.

See Tuong Vu profile

Jeunesses de première ligne 1945

On connaît peu de choses sur l’histoire des Jeunesses de Première ligne créée à Huê sous le gouvernement Tran Trong Kim et dirigée par Phan Anh, le ministre de la Jeunesse. Alors que le soixantième anniversaire de leur création a été célébré à Huê en 2005, l’écrivain francophone Huu Ngoc revient sur les grandes étapes de l’histoire de ce mouvement de jeunesse qui joua un rôle décisif lors de la prise du pouvoir du Viêt Minh à Huê au mois d’août 1945. Il se remémore l’action de trois d’entre eux.

Le lecteur pardonnera la rhétorique habituelle des intellectuels communistes de la RSVN lorsqu’ils évoquent cette période cruciale de l’histoire du Viêt Nam (« gouvernement fantoche », « d’obédience japonaise »), qui ne sert qu’à valoriser l’antagonisme développé et entretenu par la pensée communiste.

Jeunesse de première ligne 1945 (par Huu Ngoc)

L’Ecole de la jeunesse de première ligne a duré à peine deux mois, juillet – août 1945. Mais son mérite est d’avoir pu rassembler de jeunes intellectuels dynamiques et motivés par le désir d’œuvrer pour l’indépendance nationale, leur insuffler la confiance en eux-mêmes et en l’avenir du pays.

La Truong thanh niên tiên tuyên (TNTT = École de la jeunesse de Première ligne) a vécu à peine deux mois (juillet – août 1945), mais les exploits patriotiques de ses membres pèsent lourd dans l’histoire contemporaine du Vietnam. Le Comité populaire de Huê vient de consacrer ses locaux (dans l’enceinte de la Compagnie du parc de la ville) « vestige historique national ». Si étrange que cela puisse paraître, cette institution fut créée sous l’égide du gouvernement fantoche Bao Dai-Trân Trong Kim d’obédience japonaise… Et les Japonais qui avaient occupé le Vietnam depuis 1940, avaient comme ennemi irréductible le Viêt Minh, ligue luttant pour l’indépendance nationale dirigée par Hô Chi Minh. Un paradoxe politique à élucider.

En septembre 1939, éclate la Seconde Guerre mondiale. En juin 1940, les nazis occupent la France. Quelques mois après, les Japonais prennent le Vietnam, gardant à leur service l’administration coloniale française relevant de Vichy. Le 9 mars 1945, sentant la fin toute proche de l’empire, ils renversent le régime français pour le remplacer. Ils accordent une pseudo-indépendance nationale au Vietnam, faisant de Bao Dai un roi d’obédience japonaise.

C’est dans ces circonstances que le ministre de la jeunesse Phan Anh (du cabinet Trân Trong Kim créé par Bao Dai) a fondé l’Ecole TNTT qui rassemble des étudiants venus à Huê après la fermeture de l’Université de Hanoi. L’avocat Phan Anh a joui d’un grand prestige parmi l’élite intellectuelle à cause de ses activités sociales et culturelles. Il est secondé dans la TNTT par Ta Quang Buu, mathématicien et physicien célèbre pour son érudition et son leadership du scoutisme. Ces deux intellectuels patriotes sont assez perspicaces politiquement pour savoir que le gouvernement Bao Dai-Trân Trong Kim ne peut durer, puisque l’Empire japonais est à deux doigts de s’effondrer. Mais ils profitent de son ombrelle officielle pour se doter d’un atout dans l’attente de proches bouleversements nationaux et internationaux : la capitulation de Tokyo, le débarquement allié pour le désarmement des troupes nipponnes, la reconquête française probable du Vietnam. Il s’agit pour eux de former rapidement des cadres militaires prêts à parer à toute éventualité en affichant un programme de formation de la jeunesse en général. Pour ne pas éveiller les soupçons japonais, l’administration de la TNTT est confiée à Phan Tu Lang, commandant en chef des maigres forces armées royales Bao An binh du Trung Ky (Centre Vietnam), un ancien officier de formation française.

La TNTT a duré à peine deux mois, juillet – août 1945. Mais son mérite est d’avoir pu rassembler de jeunes intellectuels dynamiques et motivés par le désir d’œuvrer pour l’indépendance nationale, leur insuffler la confiance en eux-mêmes et en l’avenir du pays. Phan Anh et Ta Quang Buu, dès l’ouverture de l’école, leur ont affirmé qu’ils seront libres de choisir leur voie à la sortie, selon l’appel de leur conscience.

Tokyo accepte la reddition inconditionnelle en mai 1945. La Révolution populaire dirigée par le patriote de renom Nguyên Ai Quôc (Hô Chi Minh) éclate le 19 août 1945, à Hanoi. Son organisation Viêt Minh a conquis le consensus populaire depuis 1941 grâce à une lutte intransigeante contre les Japonais et les Français occupant le pays. Le 2 septembre 1945, Hô Chi Minh proclame l’indépendance du Vietnam.

Les jeunes révolutionnaires

L’occasion attendue par la TNTT est arrivée. Point étonnant que tous ses membres se rallient à la révolution dès la première heure.

Phan Anh et Ta Quang Buu sont devenus par la suite de brillants ministres du nouveau régime, le premier avec l’économie et le commerce, le second avec l’enseignement supérieur. Phan Tu Lang sera colonel de l’Armée populaire.

Le 23 août 1945, le Comité insurrectionnel de Huê se présente devant la population. Le service de sécurité est assuré par les étudiants de la TNTT qui, à cette occasion, se muent en forces armées révolutionnaires.

Le 23 août 1945, un groupe de la TNTT commandé par Nguyên Thê Luong, capture à temps un commando français dirigé par le commandant Castellan parachuté sur Hiên Si. Ce dernier est chargé par de Gaulle de contacter les éléments pro-français afin de préparer le retour de l’administration coloniale.

La TNTT est présente à la cérémonie d’abdication de Bao Dai en faveur du pouvoir révolutionnaire. Un TNTT, Hoàng Xuân Binh, est nommé officier d’ordonnance de Bao Dai pour l’accompagner à Hanoi où le souverain déchu participera au gouvernement Hô Chi Minh en tant que haut conseiller.

Les TNTT reçoivent la mission urgente de constituer vingt-cinq unités de la nouvelle Armée de Libération (section Thuân Hoa), placées sous leur commandement. Pour habiller mille combattants, ils ont recours à l’aide de petits commerçants de Huê. Quant aux armes et autre matériel, ils les prennent dans les dépôts japonais et français.

Des figures connues

Quand les troupes françaises débarquent au Sud, des centaines de ces combattants de Huê sont présents sur les fronts de Nha Trang et Saigon pour coopérer avec les forces armées locales. La guerre franco-vietnamienne se généralise. Les TNTT vont s’illustrer sur tous les fronts du Nord, du Sud au sein de l’Armée populaire devenue nationale. Huit TNTT portent les galons de général.

J’ai connu personnellement trois TNTT. Hoàng Xuân Binh, ancien étudiant en médecine, participait à la résistance dans le maquis du Sud. Il fut fait prisonnier par un lieutenant français. Homme de cœur, ce dernier avait de l’estime pour le jeune patriote et trouva un moyen pour le faire s’évader. Ils devaient se revoir après plusieurs décennies pour devenir de bons amis.

Dang Van Viêt, ancien étudiant en médecine aussi, ce fils d’une famille de grands mandarins et propriétaires fonciers a rejoint de bonne heure le Viêt Minh. Il a fait une centaine de combats et reçu sept blessures. Surnommé Tigre gris de la RC4 par les troupes français, il fut leur terreur à cause de ses attaques foudroyantes contre leurs garnisons et leurs convois. Dans le civil, ce colonel est devenu un brillant ingénieur.

Cao Van Khanh, enseignait avec moi dans un lycée privé de Huê de 1942 à 1945. Homme de devoir et très désintéressé, ce général s’est fait un nom comme brillant stratège, bras droit de Vo Nguyên Giap lors de la campagne du Sud Vietnam mettant fin à la guerre.

Dans le civil, d’autres TNTT ont réalisé des exploits dans des branches d’activité scientifique et culturelle, dorant le blason de la TNTT.

Huu Ngoc / CVN

Publié le 05/05/2012 sur le site Le Courrier du Vietnam