Archives de catégorie : Articles / Billets

Les trois vagues de la littérature vietnamienne contemporaine traduite en français

Le choix des traductions d’ouvrages étrangers vers le français est toujours lié à une conjoncture économique ou politique. Volonté politique de faire passer un message, véritable engouement pour des auteurs persécutés, opportunité pour un éditeur de réaliser un coup littéraire, la littérature vietnamienne traduite en français n’échappe pas à ces paramètres. Le second point porte sur la question des traductrices et traducteurs avec ce pré-requis fondamental : connaître en profondeur les deux langues, leurs subtilités  et les cultures des deux pays.

Afin de faciliter l’accès aux références littéraires vietnamiennes traduites en langue française, ce billet destiné aux étudiants du séminaire propose une liste des principaux auteurs et de leurs œuvres traduites (classement par auteurs A-Z). Nous nous limiterons dans cet aperçu aux romans et récits vietnamiens contemporains (XX et XXIe siècles) tout en gardant à l’esprit que la littérature populaire mériterait à elle seule un autre billet. Pour un panorama général de la littérature classique traduite on se reportera aux anthologies publiées dans les années 1970 à Hanoi et rééditées en France chez Philippe Picquier1.

L’analyse de ce corpus d’un peu plus d’une centaine de titres démontre que l’histoire éditoriale dépend en grande partie du choix des traducteurs et de la volonté des éditeurs de créer des collections dédiées à l’Asie et/ou en particulier au Viêt-Nam. Les traductions de ce corpus peuvent être divisées en trois grandes vagues correspondant à trois époques différentes : celle de la guerre, celle de l’après-guerre (en particulier du Renouveau) et celle de la mondialisation. Quatre grandes collections se partagent l’essentiel des auteurs mais seule une poignée d’auteurs ont bénéficié de cet éclairage sur l’ensemble de leurs œuvres.

L’individu opprimé ou contraint : les traductions au service de l’État-Parti

La première vague de traductions françaises est le fait des éditions des Langues étrangères à Hanoi. Elles sont éditées à partir de la fin des années 1950 lorsque la RDVN a repris le contrôle de Hanoi. Georges Boudarel apparaît comme étant l’un des principaux français liés au service de traduction et de propagande de l’État-Parti. A cette époque, la grande vague littéraire des années 1932-1945 ne fait pas l’objet de nombreuses traductions2. Néanmoins, grâce à Boudarel, des textes de Ngo Tat To, Nam Cao ou Nguyen Cong Hoan, auteurs réalistes, sont parvenus jusqu’en France et devenus des classiques. Dans les anthologies publiées jusqu’au milieu des années 1980, les auteurs les plus importants du Tu Luc Van Doan (Groupe littéraire autonome), notamment Nhat Linh ne sont pas présents. Ayant fait le choix de la résistance à la fois anti-française et anti-communiste ces auteurs sont exclus du panthéon officiel. Leurs œuvres sont considérées comme « bourgeoises », individualistes ou « réactionnaires ». L’individu doit s’effacer au profit de l’effort collectif de construction du socialisme et de la résistance patriotique. L’individu opprimé par la colonisation française est une figure marquante de la littérature traduite des années cinquante.

Les sentiments les plus profonds, les aspirations, les rêves, la façon de vivre et de combattre de ses compatriotes et des combattants de libération trouvent sous sa plume une vivante expression. Pour être riche en couleur locale ses oeuvres n’en sont pas moins empreintes de caractère national. Aussi sont-elles aimées des lecteurs sud-vietnamiens qu’elles ont contribué à exalter tout au long des années de lutte pleines d’abnégation, d’héroïsme et de grandeur contre les agresseurs yankees. (à propos de Nguyen Sang par les éditions Giai Phong, 1969).

Sur la production littéraire publiée au Sud, très peu de textes sont traduits vers le français. Toute une littérature éditée pendant la guerre d’Indochine reste à ce jour inconnue du public français3. La coupure culturelle avec l’ancien colonisateur apparaît plus radicale qu’au Nord. Dans le contexte du pays divisé à partir de 1954, les traductions françaises de nouvelles vietnamiennes éditées au Sud pendant la guerre sont surtout le fait des éditions Giai Phong, un organe de propagande du Front national de libération au Sud. On doit à cette maison d’édition les ouvrages Le peigne d’ivoire, Hon dat, etc. ou des témoignages politiques sur le régime de Saigon. Tout ce qui est publié sur le plan littéraire est au service de la cause patriotique et la plupart du temps, logique de la Guerre froide, la littérature de propagande est éditée à Pékin.

Renouveau et exil, un souffle de liberté

La seconde vague de traduction, la plus importante, est intimement liée à la politique de Renouveau de l’État réunifié. Décrétée en décembre 1986 lors du VIe Congrès du PCV, l’ouverture culturelle permet à de nombreux auteurs de publier des textes à contre-courant de l’idéalisme révolutionnaire mis en avant pendant la période de la guerre. C’est le retour en force de l’individu. En France, la réception de ces nouvelles œuvres est particulièrement importante. Les éditions des Femmes prennent l’initiative, dès le début des années 1990, de publier Duong Thu Huong et Pham Thi Hoai, deux grandes écrivaines de la vague de Renouveau. Une collection dédiée au Viêt-Nam est fondée aux éditions Philippe Picquier. Dirigée par le traducteur et écrivain Phan Huy Duong, les romans et nouvelles de Bao Ninh, Duong Thu Huong, Nguyen Huy Thiep ou Phan Thi Vang Anh sont largement diffusés en France et trouvent leur public. Outre le fait qu’il s’agit d’éditions soignées aux couvertures illustrées avec goût, Picquier développe rapidement une édition de poche rendant encore plus accessible les meilleurs ouvrages traduits.

Là-bas, la terre, les hommes sont encore imbibés de la violence de ce siècle. Dans cette argile douloureuse, certains, obstinément, cherchent à moduler une silhouette, un visage, celui de la mémoire assumée, dépassée, celui de l’avenir, celui de l’humain. Ils s’appellent Nguyen Huy Thiep, Duong Thu Huong, Luu Quang Vu, Pham Thi Hoai… (Phan Huy Duong, La renaissance littéraire au Viêt-Nam, juin 1990)

Les éditions de l’Aube, dans la foulée, au sien de la collection « Regards croisés » mettent sur pieds une série Vietnam dirigée par Phan The Hong. Celui-ci traduit des textes souvent en collaboration avec Janine Gillon. De nombreuses traductions des romans et nouvelles de Nguyen Huy Thiep, un des plus grands auteurs de la nouvelle littérature, sont éditées et rééditées en poche. Pendant une décennie (1990-2000), ces deux collections vont faire connaître en France les principaux auteurs du Renouveau littéraire vietnamien. En particulier, Philippe Picquier éditent en 1994 et 1996 deux recueils de nouvelles rassemblant le meilleur de la production littéraire vietnamienne d’alors. Le retour de l’individu, la critique du collectif, du mensonge et de l’absurdité du régime sont alors au cœur d’une littérature qui respire la société qu’elle décrit.

Le second volet de la littérature traduite post-1975 est incarné par les auteurs exilés comme Duyên Anh. Considéré comme un auteur dangereux, ce dernier s’est exilé en France. Il bénéficie du soutien de quelques amis qui décident de faire traduire deux titres chez Belfond puis d’autres chez Fayard. Ses récits témoignent d’une autre vision sur le Viêt-Nam communiste (guerre civile, oppression et exil).

Une nouvelle vague post-moderne

La dernière vague de traductions voit le jour dans au milieu des années 2000. Elle est initiée par la venue d’une nouvelle collection vietnamienne aux éditions Riveneuve dirigée par Doan Cam Thi, enseignante et chercheuse à l’Inalco. Le retour de l’individu très présent dans la littérature du Dôi Moi a poursuivi sa route jusqu’aux extrêmes. La nouvelle littérature nous fait basculer dans l’effondrement de l’individu, parfois signifié par le suicide, dans le virtuel et l’expressionnisme. Une nouvelle génération s’impose incarnée par les auteurs fétiches étudiés également par Doan Cam Thi. Sa collection entend donner du sens à cette nouvelle génération qui, détachée de la guerre, explore « la pluralité des voies de l’écriture ». Pour ce faire, sa collection désenclave la littérature vietnamienne, lui offre son espace, désormais, transnational. Les Éditions de la Frémillerie, la seconde maison qui consacre une grande partie de son catalogue à la littérature vietnamienne contemporaine propose un choix plus éclectique. Son catalogue balaie des œuvres classiques et des romans historiques dont la remarquable saga familiale Le temps des génies invincibles4.

La génération de Bao Ninh et Duong Thu Huong était désenchantée ; la génération suivante, elle, n’a plus aucune illusion et vit sans aucun repère, sans aucun idéal. Elle découvre brusquement que le Vietnam n’est pas unique, que ce n’est qu’un pays parmi d’autres, perdu dans le vaste monde. La question est de savoir comment figurer dans la nouvelle configuration du monde ? (Doan Cam Thi, entretien dans Les Lettres Françaises, n° 147, 13 avril 2017, p. II).

Pour des raisons sans doute liées aux droits d’auteurs et au lectorat potentiel, les éditions Picquier et de L’Aube ont depuis une bonne décennie cessée de publier de nouvelles œuvres traduites du vietnamien. Les locomotives de la littérature vietnamienne contemporaine, incarnées par le trio Bao Ninh, Duong Thu Huong, Nguyen Huy Thiep, peuvent-elles amener les lecteurs à lire d’autres auteurs ? Renaissance dans les années 1990 puis essoufflement, la littérature traduite est aujourd’hui concurrencée par les autres littératures d’Asie, chinoises, japonaises ou sud-coréennes. Dans ce contexte, l’existence de collections spécifiquement dédiées au Viêt-Nam est une véritable gageure. Exprimons ici notre reconnaissance à la dizaine de traducteurs/trices qui ont su repérer et amener jusqu’à nos yeux les auteurs les plus importants du Renouveau5.

En guise de conclusion : des absences à combler, une découverte à poursuivre

Plusieurs remarques peuvent être faite sur le corpus compilant ces différentes vagues de traductions. On observe un grand absent : la génération 1932-1945. Pourtant si importante dans la construction littéraire vietnamienne, elle est encore assez très peu présente. Malgré les efforts de quelques amoureux de la culture vietnamienne comme Dang Quoc Co, Mme Nguyen Quy Toan ou Nghiem Xuan Viet, peu de traductions sont arrivées jusqu’à nous6. L’exemple des auteurs Nhât linh et Khai Hung est criant à cet égard. Deux romans ont été traduits sur les dizaines qu’ils ont écrits ou co-écrits. De même, le grand maître du reportage social, l’écrivain Vu Trong Phung (1912-1939) n’a eu qu’un seul titre de traduit7. De nombreux auteurs sont restés dans l’ombre et restent à ce jour inconnus du public francophone comme ceux de la génération de la guerre d’Indochine déjà signalés. Alors que le pays était encore divisé, et empreint à une guerre civile décuplée par la Guerre froide, peu d’auteurs de la République du Sud ont été traduits. Le public francophone ne connaît rien de Nguyen Thi Hoang, Phan Nhat Nam, Son Nam, The Uyen, Vo Phien. Quelques textes de ces auteurs ont été publiés aux États-Unis dans un recueil sous la direction de Nguyen Ngoc Bich8. De l’autre côté du 17e Parallèle d’autres auteurs de la RDVN mériteraient d’être également mieux connus : Luu Quang Vu, Ma Van Khang, Nguyen Khai, Nguyen Minh Chau ou encore To Hai dont nous ne connaissons ici que Les aventures de grillon, un ouvrage destiné à un jeune public9.

Le paysage des traductions françaises n’est cependant pas maigre notamment sur la période post-Renouveau. Les lecteurs peuvent se faire une idée des grandes questions sociales et existentielles qui traversent le pays depuis la fin de la guerre, sur son entrée dans la mondialisation et dans l’effervescence économique de l’Asie d’aujourd’hui. Les passions internes vietnamiennes, les goûts et les affections psychologiques d’un monde très malmené au cours du XXe siècle sont à portée de lecture.

FG

Image « à la une » : couverture des traductions de Bao Ninh, Phan Honh Nhien et Duong Thu Huong © DR

★ ★ ★

Corpus « Romans / Littérature »

NB : Si l’ouvrage est disponible à l’IAO, la cote est signalée. Le lien que nous indiquons vers l’identifiant pérenne de la notice du SUDOC correspond à la première édition. Nous remercions Nguyen Giang Huong, responsable des collections vietnamiennes à la BNF, pour les compléments apportés à cette liste. Une mise à jour est prévue. Le lien vers la notice du Sudoc renvoie à la première édition.

Tableau : les principaux traducteurs/trices et leurs auteurs

Noms des Traducteurs Auteurs traduits et/ou courant
Boudarel, Georges Nam Cao, Nguyen Cong Hoan, To Hoai
Bouillé, Yves Thuan, Vu Dinh Giang
Clanet, Alain Chu Lai
Doan Cam Thi Duong Huong, Nguyet Viet Ha, Phan Hon Nhien, Thuan, nouvelle littérature des années 2000
Editions en langues étrangères & Giai Phong & Union des femmes Anh Duc, Nguyen Sang… la littérature de la résistance sudiste, Le Minh Khue et les auteurs de la RDVN pendant la guerre
Gillon, Janine Nguyen Quang Thieu, Thuan, Vu Bao, Vu Trong Phung
Kuhnen de La Coeuillerie, Simone Vu Hoang Chuong
Le Van Chat Nguyen Hong
Lefèvre, Kim Duong Thu Huong, Nguyen Huy Thiep, Phan Thi Vang Anh
Nguyen Duc Nguyen Tuan, Son Nam, Thach Lam
Nguyen Phuong Ngoc Tan Da
Phan Huy Duong Bao Ninh, Bui Minh Quoc, Duong Thu Huong, Tran Vu
Phan The Hong Vu Trong Phung
Phuong Dang Tran Duong Thu Huong, Nam Dao
Poisson, Emmanuel Duong Huong, Phong Diep
Prévot, Marina Khai Hung & Nhat Linh, Ly Lan, Ngo Tu Lap
Ripault, Ghislain Duyen Anh
Rose, Sean James Khanh Truong, Nguyen Huy Thiep
Tam Quy Nhat Linh
Tay Ha Bui Ngoc Tan, Le Lan Anh
Thuy Khue Nguyen Huy Thiep
Tran Van Nghiem Duyen Anh

Anh Đức (1935-2014) (Bui Duc Ai)

La jeune femme de Bai Sao, roman, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1961. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/178527637

Hon dat, roman, [sans mention de traducteur], Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1968. Prix littéraire Nguyen Dinh Chieu 1960-1965. Cote IAO : 750AV.08/143BOU. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/090408284

Bảo Ninh (1952-)

Le chagrin de la guerre (Nỗi buồn chiến tranh), roman traduit du vietnamien par Phan Huy Duong, Arles, Philippe Picquier, 1994 (Picquier Poche, 1997, rééd. 2010). Cote IAO : 750AV.03/295. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/00342829X

Bình Nguyên Lộc (1914-1987)

La forêt des palétuviers (Rừng măm), traduit par Nghiêm Xuân Việt, Ðặng Quốc Cơ, Mme Nguyễn Quý Toàn), Paris, L’Harmattan, 2008. Texte vietnamien avec version française en regard. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/122965906

Bùi Minh Quốc (1940-)

En un instant, une vie, nouvelles, traduites du vietnamien par Phan Huy Đường, Arles, Philippe Picquier, coll. « Vietnam », 1997. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/035860170

Bùi Ngọc Tấn (1934-2014)

Une vie de chien [« Truyên ngan », nouvelles], traduction de Dang Tran Phuong, Nguyên Ngoc Giao, Vu Van Luan… [et al.], La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2007 (L’Aube poche, 2011). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/113781385

La Mer et le Martin-pêcheur (Biển và chim bói cá), traduction de Tây Hà, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2011. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/15732236X

Une histoire racontée en l’an 2000 (Chuyện kể năm 2000), traduction de Tây Hà, Paris, Éditions Infoprax, 2012.

Conte pour les siècles à venir, traduction de Tây Hà, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2013. Cote IAO : 750AV.15/123. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/171257324

Chu Lai (1946-)

Rue des soldats (Pho), roman traduit du vietnamien par Alain Clanet, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2003 (L’Aube poche, 2004). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/070740682

Le mendiant du passé, roman (An mày di vang), traduit du vietnamien et arrangements d’Alain Claret, Cao Thi Lan Huong et Jacqueline Pouchou, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2007. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/117437336

Dạ Ngân (1952-)

Une bien modeste famille (Gia đình Bé Mọn), traduit du vietnamien par Charlotte Dang, Paris, Éditions Intervalles, coll. « Sémaphores », 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/180713515

 

Duyên Anh (Vũ Mộng Long, 1935-1997)

Sur cet auteur voir le témoignage de Ghislain Ripault, l’un de ses traducteurs.

Poèmes de prison, traduit du vietnamien par Pierre Pierre Tran Van Nghiêm avec la collaboration de Ghislain Ripault, Paris, autoédition, 1984.

Un Russe à Saïgon (Một người Nga ở Sài Gòn), roman traduit du vietnamien par Jean Maïs et Ghislain Ripault, Paris, Pierre Belfond, coll. « Littératures étrangères », 1986. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/054135109

La colline de Fanta (Đồi Fanta), roman traduit du vietnamien par Pierre Tran Van Nghiêm et Ghislain Ripault, Paris, Pierre Belfond, coll. « Littératures étrangères », 1988. Réédité chez Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1995. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/02216152X

Les enfants de Thai Binh [1]. Nostalgies provinciales, roman traduit du vietnamien par Pierre Tran Van Nghiêm et Ghislain Ripault, Paris, Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1993. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/035929332

Les enfants de Thai Binh [2]. Dans la tourmente, roman traduit du vietnamien par Pierre Tran Van Nghiêm et Ghislain Ripault, Paris, Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1994.

Les enfants qui rêvaient de traverser la mer, roman traduit du vietnamien par Pierre Trân Van Nghiêm et Ghislain Ripault, Paris, Seuil, coll. Seuil jeunesse, 1999. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/049358162

Duong Huong (1949-)

L’embarcadère des femmes sans mari (Bên không chông), préface et traduction par Cam-Thi Doan Poisson et Emmanuel Poisson, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2002 (L’Aube Poche, 2003, rééd. 2007). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/066823471

Dương Thu Hương (1947-)

Le retour, [suivi de Ut Mien et de Le facteur], Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. « Hibiscus », 1981. Cote IAO : 750AV.08/495BOU. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/090449347

Histoire d’amour racontée avant l’aube (Chuyện tình kể trước lúc rạng đông), roman traduit du vietnamien et postface par Kim Lefèvre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Littérature », 1991 et 1993 (L’Aube poche, 1995, 2001). Cote IAO : 750AV.03/1218w. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/012493627

Les paradis aveugles (Những thiên đường mù), préface de Michèle Manceaux, roman traduit du vietnamien par Phan Huy Duong, Paris Éditions des Femmes, 1991 et 2005. Réédité chez Sabine Wespieser, 2012 dans une nouvelle édition et le Livre de Poche, 2014. Publié également dans Œuvres (Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2008). Cote IAO : 750AV.08/6BOU. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/002473755

Roman sans titre (Tiểu thuyết vô đề), roman traduit du vietnamien par Phan Huy Duong, Paris, Éditions des Femmes, 1992 et 1994. Réédité chez Sabine Wespieser, 2010 et le Livre de Poche, 2013. Publié également dans Œuvres (Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2008). Cote IAO : 750AV.14/190. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/002564572

Au-delà des illusions (Bên kia bờ ảo vọng), Arles, Philippe Picquier, coll. « Vietnam », 1996 (Picquier poche, 2000). Publié également dans Œuvres (Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2008). Cote IAO : 750AV.08/7BOU. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/003927016

Myosotis, roman traduit du vietnamien par Phan Huy Duong, Mas-de-Vert, Philippe Picquier, coll. « Vietnam », 1998 (Picquier poche, 2001). Cote IAO : 750AV.03/1071. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004463315

Terre des oublis, roman traduit du vietnamien par Phan Huy Duong, Paris, Sabine Wespieser, 2005 (+ 2006, 2007, 2008). Réédité chez le Livre de Poche, 2007 (+ 2009, 2012). Publié également dans Œuvres (Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2008). Cote IAO : 750AV.14/188. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/095834834

Itinéraire d’enfance (Hành trình ngày thơ ấu), roman traduit du vietnamien par Phuong Dang Tran, Paris, Sabine Wespieser, 2007 (+ 2008, 2009), réédité par Le Mans, Editions Libra Diffusio, 2008 puis chez le Livre de Poche, 2009. Cote IAO : 750AV.14/187. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/115527257

Au Zénith, roman traduit du vietnamien par Phuong Dang Tran, Paris, Sabine Wespieser, 2009. Cote IAO : 750AV.14/189. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/130794821

Sanctuaire du cœur, roman traduit du vietnamien par Phuong Dang Tran, Paris, Sabine Wespieser, 2011. Réédité chez le Livre de Poche, 2012. Cote IAO : 750AV.14/191. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/154325163

Les collines d’eucalyptus, roman traduit du vietnamien par Phuong Dang Tran, Paris, Sabine Wespieser, 2014. Cote IAO : 750AV.14/192. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/175298157

Hồ Anh Thái (1960-)

Aventures en Inde, traduit du vietnamien par Marina Prévot ; préface de Christian Petr, Paris, Éditions Kailash, coll. « Grains de riz », 2000. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/050105337

L’île aux femmes (Người đàn bà trên đảo), roman traduit du vietnamien par Janine Gillon et Phan The Hong ; préface de Janine Gillon, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1997 (L’Aube poche, 2000). Cote IAO : 750AV.03/1219. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/034389679

Hoàng Minh Tường (1948-)

Le temps des génies invincibles (Thời của thánh thần), roman traduit du vietnamien par Hiệu Constant, Catherine Frémont, Lê Ngọc Diệp, Paris, Éditions de la Frémillerie, 2014. Cote IAO : 750AV.14/197. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/183156803

Hoàng Ngọc Phách (1896-1973)

Un cœur pur, le roman de Tố Tâm, traduit du vietnamien, présenté et annoté par Michèle Sullivan et Emmanuel Lê Ốc Mạch, Paris, Gallimard, Coll. « Connaissance de l’Orient : série vietnamienne », 2006. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/104450010

Huy Cận (1919-2005)

Marées de la mer orientale, choix de poèmes trad. du vietnamien par Paul Schneider, Paris, La Différence, 1994. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/007458304

Khái Hưng (1896-1947)

Dep, Belle : roman, traduit du vietnamien par Marie Colombe Bach Phan, Paris, S3BaeL Bach, 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/181917173

Khái Hưng (1896-1947) et Nhất Linh (1906-1963)

Tu dois vivre (Anh phai song), nouvelles traduites du vietnamien et présentées par Marina Prévot, préface de Đinh Trọng Hiếu, Paris, Éditions You Feng, édition bilingue, 1994. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/019425317

Khánh Truong (1948-)

Est-ce que tu m’aimes ?, récits traduits du vietnamien par Phan Huy Duong et Sean James Rose, Arles, Philippe Picquier, coll. Vietnam, 1997. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004147537

Lê Lan Anh (1958-)

En terre ennemie, roman, traduit du vietnamien par Tây Hà. Cote IAO : 750AV.14/67. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/170181057

Lê Minh Khuê (1949-)

(et alii), Lointaines étoiles, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1973. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/005736366

Lưu Quang Vũ (1948-1988)

L’âme de Truong Ba dans la peau du boucher (Hon Truong Ba, da hang thit), traduit du vietnamien par Nguyen Thi Truong Yen et Dang Van Chau, s.l., s.n., 1991. Tapuscrit inédit.

Lý Lan (1957-)

J’ai rêvé d’une montagne (Chiêm bao thay nui), traduit du vietnamien par Marina Prévot, TP. HCM, Giao Duc, 2006. Édition bilingue. Textes en vietnamien et en français. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/133438449

Ma Văn Kháng (1936-)

« Mère et fille », in Vivre dans un temps à deux dimensions, Hanoi, Editions en langues étrangères, coll. Hibiscus, Contes légendes récits du Vietnam, passé et présent, 1983, p. 47-67.

Mai Kim

Le Fleuve rouge, roman,  traduit du vietnamien par Nicolas Fouquet, [La Rochelle], Saïgon graphic, 2005.

Nam Cao (1917-1951)

Tchi Phéo, [et] autres nouvelles, traduction de Lê Van Lap et Georges Boudarel, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1960. Seconde édition illustrée à Hanoi, Fleuve Rouge, 1983 avec une introduction de Nguyen Dinh Thi, illustrations de Ta Luu. Réédité en France sous le titre Chi Pheo, paria casse-cou et autres nouvelles, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1997 (L’Aube poche, 2005). Cote IAO : 750AV.08/15BOU. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/156842513

Chi Pheo, nouvelle traduction dans Alice Kahn et Janine Toroni (dir.), Nouvelles du Vietnam…, Pantin, Le Temps des cerises, 1999. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/048987700

Nam Dao

L’écho du gong, roman, traduit du vietnamien par Dang Tran Phuong, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2006. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/110037332

Ngô Tự Lập (1962-)

The gioi và tôi / L’univers et moi, textes originaux et traductions en regard, illustrations originales de Dominique de Miscault, Hanoi, Văn Hoa, 2000.

Une tempête hors saison, recueil de nouvelles, traduit du vietnamien par Marina Prévot, Paris, Les Éditions de la Frémillerie, 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/182813800

Nguyễn Bình Phương (1965-)

A l’origine (Thoạt kỳ thủy), roman traduit du vietnamien par Danh Thành Do-Hurinville, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/181310317

Nguyễn Danh Lam (1972-)

A contre-courant, roman, traduit du vietnamien par Doan Cam Thi, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/182765245

Nguyen Dinh Chinh

Mais avec tant d’oublis, roman traduit du vietnamien par Nguyễn Văn Sự ; avec la collaboration de Janine Gillon ;  préface par Janine Gillon, Hanoi, The Gioi, 2001.

Nguyên Gia Nùng (1937-)

Les petites histoires sur Yersin (Những mẩu chuyện về Yersin), récits traduits du vietnamien par Pham Duc Su, Pham Phuong Hanh Thao ; relecture par Lucie Loyon, Nha Trang, Association des admirateurs de Yersin / Hanoi, Maison d’édition du monde, 2012. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/170553566

Nguyen Hong

Jours d’enfance et autres récits, traduits du vietnamien par Le Van Chat, Hanoi, Editions en langues étrangères, 1963. Cote IAO : 750AV.08/155BOU

Nguyễn Huy Thiệp (1950-)

Un général à la retraite, nouvelles traduites du vietnamien par Kim Lefèvre, avant-propos de Bach Thai Quoc, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1990 (L’Aube poche, 1994, 2001, 2003, 2008, nouvelle édition revue et annotée par Thuy Khuê, 2015). Cote IAO : 750AV.08/9BOU. Notice Sudoc [nouvelle édition] : http://www.sudoc.fr/184616565

Le cœur du tigre (Trai tim ho), traduit du vietnamien par Kim Lefèvre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1993 (L’Aube poche, 1995, nouvelle éd., 2010). Cote IAO : 750AV.03/137. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/018744990

« Nostalgie de la campagne », nouvelle traduite du vietnamien par Kim Lefèvre, La Nouvelle Revue Française, n° 502, novembre 1994, p. 29-53.

Les démons vivent parmi nous, traduit du vietnamien par Kim Lefèvre avec l’aide de la maison Antoine Vitez, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, L’Aube poche, 1996. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/006135161

La vengeance du loup, traduit du vietnamien par Kim Lefèvre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1997 (L’Aube poche, 2002, 2008). Cote IAO : 750AV.08/10BOU. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004138201

Une petite source douce et tranquille, suivi de Les démons vivent parmi nous, théâtre traduit du vietnamien par Kim Lefèvre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2002. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/074734857

Conte d’amour un soir de pluie, nouvelles, traduites du vietnamien par Kim Lefèvre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1999 (L’Aube poche, 2000, 2005, 2010). Cote IAO : 750AV.03/1216. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/049135546

Le doux murmure d’une petite source ou Une petite source tranquille, traduit du vietnamien par Kim Lefèvre, Montpellier, Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale, [2001?]. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/070387532

L’or et le feu, nouvelles, préface et traduction du vietnamien par Kim Lefèvre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2002 (L’Aube poche, 2003). Cote IAO : 750AV.03/1220. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/06083921X

A nos vingt ans (Tuôi hai muoi yêu dâu), préfacé et traduit du vietnamien par Sean James Rose, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2005 (L’Aube poche, 2006, 2011). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/084721537

Mon oncle Hoat et autres nouvelles, traduites du vietnamien, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2008 (L’Aube poche, 2010). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/122755022

Mademoiselle Sinh, nouvelles traduites du vietnamien par Thuy Khuê en collaboration avec Marion Hennebert, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2010. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/14731075X

Crime, amour et châtiment, nouvelles traduites du vietnamien par Philippe Dumont et Tường Vi Rigal, Kim Lefèvre, Sean James Rose, Thụy Khuê ; édition entièrement revue et annotée par Thụy Khuê avec la collaboration de Marion Hennebert, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2012. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/161657664

Nguyễn Khac Truong (1946-)

Des fantômes et des hommes, roman traduit du vietnamien par Phan Thê Hong ; avec la collaboration de Janine Gillon ; préfacé par Janine Gillon, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1996. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/026507374

Nguyễn Ngọc

Noup, le héros des montagnes, traduction de Ðào-Trong Sót et de Georges Boudarel, Hanoi, Editions en langues étrangères, 1959. Réédité en 1966 par le Bureau des écrivains afro-asiatiques. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/083588531

Nguyễn Ngọc Tư (1976-)

La rizière sans fin, nouvelles, traduites par Tây Hà, Paris, Infoprax, 2013.

Immense comme la mer, nouvelles, traduites du vietnamien par Tây Hà, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2015. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/183963148

Nguyễn Quang Lập (1956-)

Fragments de vie en noir et blanc (Những mảnh đời đen trắng), roman traduit du vietnamien par Kim Lefèvre, Arles, Philippe Picquier, coll. Vietnam, 1998. Notice sudoc : http://www.sudoc.fr/004422694

Nguyễn Quang Sáng (1932-2014), Nguyễn Sáng

Le cabaret au patron muet, nouvelles, Sud Viêt-Nam, Éditions Giai Phong, 1969. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/025012371

Nguyễn Quang Thân (1936-)

Au large de la terre promise, roman traduit du vietnamien par Anh Bayard, Arles, Philippe Picquier, coll. « Vietnam », 1997. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/029929644

Nguyễn Quang Thiều (1957-)

(et alii) La fille du fleuve et autres nouvelles, traduction du vietnamien par Janine Gillon et Phan The Hong, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1997 (L’Aube poche, 2001, 2006). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004341775

La petite marchande de vermicelles, nouvelles traduites du vietnamien, revues par Janine Gillon, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1998 (L’Aube poche, 2001, 2006). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004422619

 

Nguyễn Thi (1928-1968)

Au village Trung Nghia, roman, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1977. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/174667922

Nguyễn Tuân (1910-1987)

La pagode du luth (Chùa Đàn), traduit et annoté par Nguyễn Đức, Paris, Les Éditions de la Frémillerie, 2010. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/144670127

Nguyen Vien

Si tu as un secret à partager, envoie-le moi par e-mail, roman ouvert, traduit du vietnamien par Tây Hà, Paris, Éditions Infoprax, 2016.

Nguyễn Việt Hà (1962-)

Une opportunité pour Dieu (Co hoi cua chua), roman traduit du vietnamien par Doan Cam Thi, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2013. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/169888614

Nhã Ca (1939-)

Les canons tonnent la nuit (Đêm nghe tiếng đại bác), roman traduit du vietnamien par Liêu Truong, Arles, Philippe Picquier, coll. « Vietnam », 1997. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004235002

Nhất Linh (1906-1963)

Solitude, traduit du viêtnamien par Tâm Qùy, Paris, You Feng, 2006. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/117111651

Nhât Tuân (1942-)

Retour à la jungle, roman (Đi về nơi hoang dã), traduit du vietnamien par Dang Tran Phuong et Phan Huy Duong, Arles, Philippe Picquier, 2002. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/061498041

Phạm Quất

Le rêve du papillon, roman, Paris, Unesco / Sudestasie, Collection UNESCO d’oeuvres représentatives, Série vietnamienne, 1997. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/052250199

Phạm Thị Hoài (1959-)

La messagère de cristal, roman numéro I, traduit du vietnamien par Phan Huy Duong, Paris, Des Femmes, 1991. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/002291215

Menu de dimanche, nouvelles, traduction de l’allemand par Colette Kowalski, Arles, Actes Sud, 1997. Nouvelles traduites à la demande de l’auteur, à partir de la version allemande du texte vietnamien. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/004164296

Phan Hồn Nhiên (1972-)

Cheval d’acier, roman, traduit du vietnamien par Doan Cam Thi, Paris, Riveneuve, 2015. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/190357762

Phan Thị Vàng Anh (1968-)

Quand on est jeune, récits traduits du vietnamien par Kim Lefèvre, Arles, Philippe Picquier, 2006. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/102500185

Phong Điệp

Delete, Phong Diep et Nguyen Viet Ha ; traduit du vietnamien par Emmanuel Poisson, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2013. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/178710482

Phùng Quán (1931-1995)

Un poète se raconte, textes choisis, traduits du viêtnamien et annotés par Frédéric Pham, Paris, L’Harmattan, 2009. Tome I, Sur le chemin du vrai ; Tome II, Ami, je veux t’inviter chez moi. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/139994459

Sơn Nam (1926-)

Les senteurs des forêts de Camau, traduit par Nguyên Đức, Paris, Les Éditions de la Frémillerie, 2011. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/167199269

Tản Đà (1889-1939)

Le petit rêve, roman, traduit du vietnamien par Nguyen Phuong Ngoc, Fuveau, Descrecenzo éditeurs, coll. « Roman », 2017. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/200564900

Thạch Lam (1910-1942)

Hanoi aux trente-six quartiers, traduit et annoté par Nguyên Đức, Paris, Les Éditions de la Frémillerie, 2009. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/137307101

Thuân (1967-)

Chinatown, traduit du vietnamien par Doan Cam Thi, Paris, Editions du Seuil, 2009. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/131863908

T. a disparu, traduit par Doan Cam Thi, Paris, Riveneuve, 2012. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/166426067

L’ascenseur de Saïgon, roman traduit du vietnamien par l’auteure et Janine Gillon, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2013. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/170527530

Paris 11 août, roman, traduit du vietnamien par Yves Bouillé, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/182661911

Tô Hoài (1920-2014)

Récits du pays Thai, traduits par Georges Boudarel, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1958. Deuxième édition révisée, 1961. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/153134186

Les aventures de grillon, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1963. Réédité en France par les Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1997 (L’Aube poche, 2002). Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/019713002

Légende de l’enfant-génie Giong, récit de Tô Hoài, illustrations de Mai Long, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1979.

Trần Đăng Khoa (1958-)

37 poèmes, ouvrage bilingue vietnamien-français, Images de Dominique de Miscault ; adaptation française de Michèle Sullivan et Hoàng Thị Phượng, Hanoi, NXB Hoi Nha Van, 2011.

Tran Vu (1962-)

Sous une pluie d’épines, nouvelles, traduites du vietnamien par Phan Huy Duong, Paris, Flammarion, 1998.

Vân Hoa

Clair de terre, clair de lune, texte vietnamien et traduction française en regard, Saint-Denis, Édilivre, 2015.

Vo Huy Tâm (1926-2006)

La braise sous la cendre, roman, traduction [du vietnamien] de Nguyên Dinh Khạ et Georges Boudarel, Hanoi, Editions en langues étrangères, 1961.

Vũ Bão (1931-2006)

Le héros qui pissait dans son froc et autres nouvelles, traduites du vietnamien par les professeurs de français de l’université de Hanoi avec la complicité de Janine Gillon, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 1996. Vu Bao et autres nouvellistes. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/02625655X

Vũ Đình Giang

Parallèles, roman traduit du vietnamien par Yves Bouillé, Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2014. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/17930254X

Vũ Hoàng Chương (1916-1976)

Tam tinh nguoi dep / Les vingt huit étoiles, traduits du vietnamien par Simone Kuhnen de La Coeuillerie ; préface de Lionello Fiumi, Saigon, Editions Nguyen Khang, 1961.

Nouveaux poèmes, tân thi, versions françaises de Simone Kuhnen de La Coeuillerie, Saigon, Nam-Chi Tung-Thu, 1970.

Vũ Trọng Phụng (1912-1939)

Le fabuleux destin de Xuân le rouquin (Số đỏ), roman traduit du vietnamien par Phan Thế Hồng et Janine Gillon, Hanoi, Éditions The Gioi, 1998. Ce roman a été réédité par les Éditions de l’Aube, coll. « Regards croisés », 2007. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/045681007

Vũ Tú Nam (1929-)

« Vivre dans un temps à deux dimensions », in Vivre dans un temps à deux dimensions, Hanoi, Editions en langues étrangères, coll. Hibiscus, Contes légendes récits du Vietnam, passé et présent, 1983, p. 3-47. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/114008469

Xuân Quynh

Neu ngay mai, traduit par Nguyễn Minh Phương & Ðặng Trân Thuong ; avec la collaboration de Dr Lưu Khánh Thơ ; préface de Pierre Enckell ; illustrations de Nguyễn Tho Tưong̣, Hanoi, Argentat, Editions The Gioi / Association Fleuve rouge, Mékong, Corrèze, 2010. Notice Sudoc : http://www.sudoc.fr/14992707X

Collectif, recueils de nouvelles :

Au rez-de-chaussée du paradis, récits vietnamiens 1991-2003, réunis, traduits et présentés par Doan Cam Thi, Arles, Philippe Picquier, 2005 (Picquier poche, 2007).

En traversant le fleuve, récits traduits du vietnamien par Phan Huy Duong, Arles, Philippe Picquier, 1996. Contient :

Nguyên Quang Lâp : « Il était une fois »
Trân Thùy Mai : « Une vieille histoire »
Minh Khuê : « Tony D., le G. I. »
Phan Thi Vàng Anh : « Pluie »
Vo Thi Hao : « La Danse de l’enfer »
Mai Nguyên : « Quelle chance ! »
Dô Kh. : « Un matin entre les tombes »
Khanh Truong : « A l’orée de la plaine »
Ngoc Khôi : « Derrière la bananeraie »
Cung Tich Biên : « En traversant le fleuve »

 

Guillemin, Alain (coord.), « Vietnam, le destin du lotus », Riveneuve Continents, n° 12, automne 2010. Cote IAO : 750AV.11/124

Kahn, Alice et Toroni, Janine (dir.), Nouvelles du Vietnam. A propos de la prose vietnamienne, essai, introduction de Charles Fourniau, textes de Nam Cao, Tran Cong Tan, Thanh Que, Nguyen Manh Tuan, Ly Bien Cuong, Nguyen Huy Thiep, Le Van Thao, Vo Quang, Doan Gioi, Nguyen Sang, Pantin, Le Temps des cerises, 1999.

La couleur de la mer et autres nouvelles, Hanoi, Editions en langues étrangères, coll. Hibiscus, 1985. Cote IAO : 750AV.08/161BOU

Le peigne d’ivoire, nouvelles, Sud Viêt-Nam, Éditions Giai Phong, 1967.

Nguyễn Thi, Nguyễn Sang, Dương Thị Minh Hương… [et al.], Le bosquet des oiseaux, récits et nouvelles du Sud Vietnam (1960-1970), Sud Viêt-Nam, Éditions Giai Phong, 1970.

Le serment au clair de lune, recueil de nouvelles, traduites du vietnamien par Nguyen Binh Thanh avec la participation de Minh Yen et Clémentine Dujon, Hanoi, Editions The Gioi, 1997, édition bilingue.

Piste de montagne, nouvelles, Hanoi, Edité par l’Union des Femmes du Viêt Nam, 1970. Avec Bich Thuan, Nguyen Kien, Tô Hoang, Ma Van Khang, Nguyen Thu Nhu Trang, Huu Mai.

Terre des éphémères, récits traduits du vietnamien par Phan Huy Duong, Arles, Philippe Picquier, 1994. (Picquier poche, 1997).

Une orange dans la main et autres nouvelles, Hanoi, Editions en langues étrangères, coll. Hibiscus, 1985. Cote IAO : 750AV.08/162BOU

Voir aussi la collection Hibiscus aux éditions en langues étrangères publiée à Hanoi dans les années 1980 :

  • Après l’inondation (1982) avec Nguyen Manh Tuan, Ngo Thi Kim Cuc + un conte vietnamien
  • Des années après (1983) avec Nguyen Minh Chau, Le Hien.
  • Des myriades de lumières (1981) avec Hoang Phu Ngoc Tuong, Trinh Cong Son + une légende vietnamienne.
  • Fleurs « Hai Son » (1980) avec Dang Ai, Nhat Tuan, Nguyen Trong Tao.
  • La lumière qui ne s’éteint pas (1982) avec Le Hang, Thai Ba Loi.
  • Les deux vieillards de la plaine des Joncs (1984) avec Nguyen Khai, Pham Thi Minh Thu, Ngo Thi Kim Cuc.
  • Les sables blancs (1981) avec Vu Huu Ai, Nguyen Thanh Long, Song Ban.
  • Les volets verts (1984)
  • Loin de la ville (1984) avec Nguyen Manh Tuan, Thanh Que.
  • Orchidées des forêts brûlées (1982) avec Minh Loi, Cao Tien Le, Pham Hoa.
  • Vivre dans un temps à deux dimensions (1983) avec Vu Tu Nam, Ma Van Khang + une légende vietnamienne.

 

Récits de guerre, témoignages (quelques exemples)

[collectif], Lettres du Sud Viêt-Nam, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1963.

[collectif], Glorieuses filles du Viêt Nam, [s.l.] édité par l’Union des Femmes du Viêt-Nam, 1974.

Diem Chau, Le Tat Huu, Thai Lang… [et al.], Le crépuscule de la violence, poèmes, nouvelles, témoignages d’une guerre, traduit du vietnamien par Nguyen Ngoc Lan et Le Hao, Saigon, Éditions Trinh Bay, 1970.

Sur la piste Ho Chi Minh, Hanoi, éditions en langues étrangères, 1982. Avec les contributions de Dan Hong, Duong Thi Xuan Quy et Tu Son, Dao Vu, Thao Truong, Do Chu, Cao Tien Le, Chu Van, Trung Dinh, Thai Ba Loi, Tran Chinh Vu, Xuan Thieu, Minh Loi, Pham Hoa, Nguyen Thi Dao Tinh, Nguyen Minh Chau, Nguyen Khai.

Ðặng Thùy Trâm (1943-1970)

Les carnets retrouvés, 1968-1970, traduit du vietnamien par Jean-Claude Garcias ; introduction de Frances Fitzgerald, Arles, Philippe Picquier, 2010 (Picquier poche, 2012).

Đặng Văn Việt

Souvenirs d’un colonel Viêt Minh, portrait [1945-2005], traduit du vietnamien par Le Quang Long et Dang Van Viet ; adaptation française de Cyril Bondroit ; préface de Charles-Henry de Pirey, Paris, Indo éditions, 2006.

Hữu Mai (1926-)

Portrait du combattant vietnamien, Hanoi, Éditions en langues étrangères, coll. « Fleuve rouge », 1984.

Lê Cao Dài

C’était au Tây Nguyên, journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien 1965-1973, traduit du vietnamien par Nguyen Thi Nga, Hanoi, Editions The Gioi, coll. « Mémoires de guerre », 2006.

Lê Văn Chất

Guerre non déclarée au Sud Viêt-Nam, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1962.

Lưu Trọng Lân (1930-)

« Le Dien Bien Phu de l’air ». Une victoire de la détermination et de l’intelligence des Vietnamiens, traduit de Nguyễn Thị Nga avec la participation de Pierre Darriulat, Hanoi, The Gioi, 2006.

Ngô Van Chiêu

Journal d’un combattant Viêt-Minh, traduit et adapté par Jacques Despuech, Paris, Editions du Seuil, 1955.

Nguyễn Bắc

Au cœur de la ville captive. Souvenirs d’un agent du Viêt-Minh infiltré à Hanoi, récit traduit du vietnamien et présenté par Philippe Papin, Paris, Arléa, 2004.

Nguyen Dinh Thi

Front du ciel (Mặt trận trên cao), roman, adaptation française et présentation de Madeleine Riffaud, Paris, Julliard, 1968.

Nguyễn Khải (1930-2008)

Ceux de Conco, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1966.

Nguyen Sinh (1935-) et Vu Ky Lan

Au 17e Parallèle, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1982.

Pham Minh Hien & Nguyen Van Huy

Loques de vie, traduction succincte du vietnamien revue par Phan Minh Hiên, Paris, L’Harmattan, 2000.

Pham Thanh Tam (1935-)

Carnet de guerre d’un jeune Viêt-minh à Diên Biên Phu, 21 février-28 août 1954, édité par Sherry Buchanan, [traduit du vietnamien à l’anglais par Nguyên Van Ha, traduit de l’anglais par Sherry Buchanan et Clémence Jacquinet] ; [préface de Stéphane Audouin-Rouzeau] ; [avant-propos de Jessica Harrison-Hall], Paris, Armand Colin, coll. « Le fait guerrier », 2011.

Phan Boi Châu

Mémoires, traduction de la version en quôc ngu ; présentation et annotations de Georges Boudarel, Paris, Association pour une meilleure connaissance de l’Asie, 1970.

Trần Mai Nam (1926-2007)

De Hue au 17e Parallèle, relation de voyage, traduite par Le Van Chat, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1968

Võ Nguyên Giáp (1911-2013) [extraits]

Guerre du peuple, armée du peuple, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1961.

Dien Bien Phu, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1962, 2e éd. ; 3e édition revue et augmentée en 1964.

Des journées inoubliables, Hanoi, Editions The Gioi, 1994, 2e éd.

Le haut commandement et le printemps de la victoire. Mémoires rédigés par Pham Chi Nhân, traduction de Nguyen Thi Nga avec la participation de Pierre Darriulat, Hanoi, Editions The Gioi, 2008.

Vu Hung

L’éléphant-combattant et son cornac, traduit [du vietnamien par] Vu Quy Vy et Le Van Chat, Hanoi, Éditions en langues étrangères, 1977.

Notes

  1. Voir en particulier Nguyen Khac Vien et Huu Ngoc (éd. établie par), Mille ans de littérature vietnamienne. Une anthologie, Arles, Éditions Philippe Picquier, 1996 []
  2. Sur cette littérature, voir Bui Xuan Bao, Le roman vietnamien contemporain, 1925-1945, Saigon, Tu-sach Nhân-van Xa-hôi, 1972 []
  3. Voir sur ce sujet l’ouvrage de Nguyen Van Sam, Van chuong Nam Bo và cuoc kháng Pháp, 1945-1950 [La littérature du Sud et la résistance anti-française, 1945-1950], Saigon, Lua Thien, 1972, réédité en Californie chez Xuân Thu, 1988 []
  4. Cet ouvrage paru en 2008 a été retiré de la vente quelques jours après sa sortie []
  5. Des initiatives ont parfois été prises sur le plan académique. Ainsi, un petit groupe de traduction nommé Hoa Tiên et fondé sous la direction de Phan Thanh Thuy et de Marina Prévot à la section vietnamienne de l’université Paris 7 a, pendant quelques années, traduit et publié dans le Cahier d’Études Vietnamiennes des nouvelles d’écrivains peu connus : par exemple Binh Nguyen Loc dans le n° 14, p. 17-35 ou Le Vinh Hoa, n° 12, p. 23-30. Notons que d’autres traductions de nouvelles ont été publiées dans des revues politiques ou culturelles comme les Carnets du Viêt-Nam, Cyclo, Dien Dan – Forum ou Doan Ket []
  6. On leur doit cette courte compilation de nouvelles intitulée : Vietnam, récits du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2007 []
  7. Son célèbre roman Le fabuleux destin de Xuân le rouquin édité à Hanoi en 1936 puis réédité à Saigon en 1957 []
  8. Nguyen Ngoc Bich (ed.), War and exile. A Vietnamese anthology, East Coast U.S.A., Vietnamese Pen Abroad, 1989 []
  9. Des traductions partielles des œuvres de ces auteurs sont néanmoins disponibles dans l’anthologie Mille ans de littérature vietnamienne, op. cit. et dans le tome IV de l’Anthologie de la littérature vietnamienne, de 1945 à nos jours, publié à Hanoi en 1977 []

Viêt-Nam : le pouvoir, la dissidence et le spectre de l’étranger – par Louis Raymond

[ndlr] Nous publions cette tribune libre de Louis Raymond sur les rapports entre le pouvoir communiste vietnamien et les enjeux soulevés par la dissidence intérieure.

Viêt-Nam : le pouvoir, la dissidence et le spectre de l’étranger

 

Juillet 2017

Nguyen Ngoc Nhu Quynh, blogueuse vietnamienne originaire de Nha Trang et écrivant sous le pseudonyme de Me Nam (la mère des champignons), a été condamnée le 28 juin 2017 par le tribunal populaire de la province de Khanh Hoa à une peine de 10 ans de prison ferme, en vertu de l’article 88 du code pénal, qui définit les « crimes de propagande contre l’Etat ». Elle avait été arrêtée à son domicile le 10 octobre 2016, dans ce qui avait tout l’air d’être une réaction mécanique des autorités de son pays à l’agitation qui avait cours.

Les difficiles mouvements de la société civile

En avril 2016, un très grave scandale environnemental dans le centre-nord du pays avait fait naître un mouvement social. La définition de la société civile vietnamienne a toujours été difficile, tant certaines associations et organisations non-gouvernementales politisées ont tenu le haut du pavé dans les manifestations d’opposition au Parti Communiste Vietnamien (PCV) dans les dix dernières années. Cette fois néanmoins, c’était une frange plus large de la population, urbaine et éduquée, qui était descendue dans les rues, émue par la pollution aux métaux lourds de la mer provoquée par les rejets d’une aciérie de la société taïwanaise Formosa Plastics. L’écosystème marin en avait été lourdement affecté, à raison du spectacle désolant de milliers de tonnes de poissons échoués sur plus de 300 kilomètres de côtes. Le dilemme avait été cruel pour les autorités. Un des responsables taïwanais de la communication de l’usine l’avait alors résumé dans une formule relevant de la provocation froide : « entre les poissons et l’acier, il faut choisir ». Entre les 10 milliards de dollars investis dans une province enclavée du centre du pays et la survie de l’économie littorale traditionnelle, le choix d’un pays cherchant à se développer à tout prix avait été fait, sans compter que les services provinciaux compétents avaient su profiter de l’affaire. Mais cela n’avait guère plu à une jeunesse éduquée qui percevait dans la question environnementale un type de revendications lui permettant d’être entendue tout en évitant la confrontation avec le PCV sur les sujets qui fâchent (la nature du régime, la relation avec le grand frère chinois, etc.). Les premières protestations, celles du mois de mai 2016 dans les grandes villes, avaient été jugulées avec une application toute militaire. Le mouvement était alors revenu vers le lieu où le premier acte de ce drame s’était noué : la province de Ha Tinh, à 400 kilomètres au sud de Hanoï, où est située l’usine pollueuse. L’église catholique vietnamienne avait vu certains membres de son clergé s’investir dans la défense des victimes. Le 2 octobre 2016, un rassemblement d’environ 5000 personnes avait ainsi eu lieu devant l’usine pollueuse et des prêtres catholiques, souvent des « curés de campagne », avaient pris la parole à la tribune. Me Nam pour sa part, même si elle n’y assistait pas personnellement, avait voulu, comme toute une génération de blogueurs et d’activistes vietnamiens ayant fait leurs gammes sur le web 2.0, s’en faire l’écho, si ce n’est le porte-voix.

Il pleuvait à torrents à Ho Chi Minh-Ville en juin 2017, ce qui avait quelque chose d’étonnant pour un mois de la saison sèche. Mais le spectacle était ailleurs. On se passionnait pour un procès de droit commun, opposant la « reine de beauté » Phuong Nga  à l’homme d’affaires Cao Toan My sur fond de chantage financier et de mariage mal conclu, procès dont la publicité médiatique avait quelque chose d’outrancier. A 400 kilomètres plus au nord avait pourtant lieu simultanément un procès qui devait confirmer le virage autoritaire du régime, amorcé depuis le XIIè congrès du PCV en janvier 2016. Me Nam était condamnée à dix ans de prison ferme, dans la relative indifférence de la population. Voilà une peine dont la sévérité surprend jusqu’à l’observateur habitué à recevoir, à un rythme hebdomadaire, la nouvelle d’une bastonnade d’activiste ou l’arrestation d’un vieil écrivain, comme cela avait été le cas de Nguyen Quang Lap à la fin de l’année 2014. Pour « Propagande contre l’Etat » ou « Abus des libertés démocratiques » (les « crimes » définis respectivement par les articles 88 et 258 du code pénal), les peines ont en moyenne été comprises, dans les dix dernières années, entre trois et six ans de prison. Dix ans, c’est long. C’est long pour une femme de 38 ans, mère de deux enfants en bas âge. C’est encore plus long pour une personne qui n’a fait, somme toute, qu’exprimer ses vues par écrit. Le Vietnam est assurément un pays plus complexe que le laissent penser les rapports de Human Rights Watch ou de Reporters sans frontières, qui tendent à présenter la situation des droits de l’homme en établissant des listes sans faire état des logiques politiques. Il en reste que, même en tentant de se refuser au simplisme de traitement, il y a un devoir moral à souligner l’injustice de cette condamnation.

Le retour des vieux fantômes

Si les affaires ayant trait à la question des droits de l’homme et de la liberté d’expression sont courantes, celle-ci doit bien être comparée aux plus emblématiques : la condamnation de M. Tran Huynh Duy Thuc, dissident ayant proposé une opposition intellectuellement construite au monopole du pouvoir par le PCV, à 16 ans de prison. Il avait été jugé à Ho Chi Minh-Ville  en janvier 2010 en même temps qu’un avocat, M. Le Cong Dinh, qui a lui passé plus de quatre ans en prison avant d’être placé sous résidence surveillée en 2015. L’arrestation en 2014, puis la condamnation en mars 2016, du blogueur Anh Ba Sam (Nguyen Huu Vinh, de son vrai nom) et de son assistante Nguyen Thi Minh Thuy, à respectivement cinq et trois ans de prison. Le blogueur Nguyen Van Hai (Dieu Cay) avait lui écopé de douze ans de prison, en septembre 2012, avant d’être relâché et exfiltré vers les États-Unis en 2014. L’avocat Cu Huy Ha Vu avait passé quatre ans en détention entre 2010 et 2014, avant d’être lui aussi relâché puis exfiltré aux États-Unis pour raisons de santé. Enfin, un professeur de mathématiques franco-vietnamien né en 1955, Pham Minh Hoang, avait passé 17 mois en prison entre 2010 et 2012, pour « activités visant à saper l’autorité de l’Etat ». Le 17 mai dernier, une décision signée par le Président de la République vietnamienne, M. Tran Dai Quang, l’a déchu de sa nationalité. Il a été expulsé du territoire le 25 juin dernier et se trouve actuellement à Paris. Il y a, au total en 2017, plus de cent personnes actuellement emprisonnées au Vietnam pour des raisons politiques.

Il existe un lien, supposé ou réel, entre ces diverses affaires : les relations de la dissidence vietnamienne avec les partis vietnamiens de l’étranger, et tout particulièrement celui dit de la « réforme » : le Viêt Tân. Fondé au début des années 1980 par un ancien amiral de la République du Vietnam (la République de Saïgon avant 1975), ce parti n’a officiellement abandonné la lutte armée qu’au milieu des années 2000 et est toujours considéré par Hanoï comme une organisation terroriste. Il dispose d’appuis puissants aux États-Unis, y compris au Congrès à travers la représentation du 39ème district de Californie, et de réseaux en Europe et en Asie du Sud-Est au sein des diasporas. Ainsi, le professeur Hoang n’en était pas simplement un membre revendiqué après avoir adhéré en France à cette organisation ; il en était le représentant officiel à Ho Chi Minh-Ville1. Quant à Tran Huynh Duy Thuc et Le Cong Dinh, il leur était reproché des rencontres qu’ils auraient faites en Thaïlande, à Phuket et Pattaya, au mois de mars 2009, avec des Vietnamiens de la diaspora militant activement dans des partis politiques qui ne tiennent pas exactement Hô Chi Minh pour l’oncle de la nation.

Et voilà que nous sommes témoins de l’agitation d’un vieux spectre. Celui d’une guerre entre Vietnamiens qui avait duré longtemps et dans laquelle les divers acteurs jouissaient de liens avec les puissances étrangères. L’historiographie montre, en s’appuyant sur de nouvelles sources accessibles seulement depuis une quinzaine d’années, que le Nord était bien plus soutenu par la Chine et l’URSS qu’on ne le croyait. Quant au Sud et à l’intervention américaine, c’est un procès qui, contrairement à la dimension expéditive des procès politiques vietnamiens de notre époque, n’aura jamais fini de s’instruire, au moins en apparence.

Me Nam avait-elle des liens avec le Viêt Tân ? Non, pas à première vue. Mais elle était membre d’un réseau, le « réseau des blogueurs vietnamiens » (Mang Luoi Blogger VN), qui s’affichait comme clairement proche et favorable à la politique américaine d’influence dans leur pays, souvent à coup de selfies pris « spontanément » avec tel ou tel diplomate, et qui pouvaient se retrouver publiés dans Voice of America ou la BBC dans la journée même. Une partie de la dissidence actuelle, qui va au-delà des héritiers de la défunte République du Sud, se montre en effet séduite par le discours catéchisant développé par les missionnaires du Département d’État. A tel point que l’on trouvait encore en 2014-2015, chez de vieux membres du PCV devenus critiques entre temps, des défenseurs ardents du projet de partenariat trans-pacifique (TPP) de M. Barack Obama, car ils y voyaient le moyen d’échapper à l’influence de la Chine. L’Ambassade des États-Unis prend systématiquement position sur toute violation apparente des droits de l’homme au Vietnam, mais leur pays ne souhaite officiellement plus renverser le régime de Hanoï. C’est en tout cas ce qu’aurait assuré M. Obama au Secrétaire général du PCV, M. Nguyen Phu Trong, dans le bureau ovale en juillet 2015. Pour autant, ils continuent à appuyer (certes plus politiquement que financièrement), certaines organisations que le PCV considèrent ouvertement comme ennemies. Parmi celles-ci, le Viêt Tân. Ce parti n’a assurément pas la haute main sur toute la dissidence mais il est un épouvantail pratique à agiter. Il sert surtout à discréditer toute velléité d’organisation autonome de la société civile, comme ce fut le cas en mai 2016 où un communiqué de presse du ministère de la sécurité publique faisait état que les manifestations à propos du scandale Formosa comme « organisées par les terroristes du Viêt Tân »2, après que certains des représentants de ce parti ont eu des contacts avérés avec les manifestants. Il reste à observer si M. Donald Trump, qui a rencontré l’actuel Premier ministre Nguyen Xuan Phuc à deux reprises, se place ou non dans la continuité de son prédécesseur sur ces questions.

Néanmoins, il n’est pas moins évident que l’idée de la main de l’étranger fait bondir de leur fauteuil d’osier les vieux Léninistes de la place Ba Dinh à Hanoï. L’ingérence étrangère, ou plutôt occidentale, hâte la police politique dans le déroulement de son calendrier répressif. En ce sens, les diverses visites rendues par des diplomates occidentaux, américains ou européens, au domicile de Me Nam dans les mois ou les semaines qui avaient précédé son arrestation, ne l’ont peut-être pas aidée. Depuis sa condamnation, il court à Ho Chi Minh-Ville la rumeur qu’elle pourrait être, après quelques mois de prison, exfiltrée vers les États-Unis. Cela est tout à fait plausible au regard du fait qu’elle a récemment été désignée, en mars 2017, comme récipiendaire du prix « International Women of Courage » par Mme Melania Trump, et qu’il s’agit d’une pratique à laquelle le Département d’État américain ne rechigne pas. L’un des deux derniers exfiltrés en date, le blogueur précédemment mentionné Nguyen Van Hai (Dieu Cay), avait été pris en photo à son arrivée sur le sol américain avec un drapeau jaune à bande rouges de la République du Sud avant 1975. Ce symbole, qui a pu embarrasser M. Hai car il est apparu dans le cadre des photographies de presse sans son consentement, est l’un des points de crispation du PCV.

Un pays qui a changé de visage depuis le XIIème congrès du PCV

Le XIIème congrès du PCV, qui s’est tenu en janvier 2016, a été, avec l’éviction du Premier ministre Nguyen Tan Dung, une véritable rupture. La plupart des commentateurs, y compris vietnamiens, s’attendaient pourtant à le voir briguer de nouveau l’un des quatre postes clef du régime. En l’occurrence, il se disait dans les milieux informés qu’il était en mesure de devenir Secrétaire général du Parti et d’organiser une fusion de cette fonction avec celle de Président de la République, afin de créer un régime centré autour d’un homme fort, à l’instar du pouvoir dont dispose M. Xi Jinping en Chine populaire. C’était sous-estimer la spécificité du pouvoir vietnamien, plus collégial qu’ailleurs, et la capacité d’alliance des factions opposées à un Premier ministre puissant, mais qui était loin de faire l’unanimité. Ainsi, M. Tran Dai Quang, jusqu’alors ministre de la sécurité publique, et M. Nguyen Phu Trong, Secrétaire général depuis 2011, ont conclu un pacte qui a permis l’éviction de l’encombrant M. Dung, que plusieurs procès d’hommes d’affaires de son réseau entre 2012 et 2015 n’avaient su déstabiliser. M. Tran Dai Quang est devenu Président de la République et M. Trong est enfin « entré en fonctions » avec le renouvellement de son mandat, tandis que M. Dung était condamné à tenter, du mieux qu’il pouvait, de recaser ses séides dans le nouvel organigramme gouvernemental. Mais cette soudaine convergence de vues entre les gardiens du temple de l’orthodoxie et des policiers manifestant une tendance à l’autoritarisme devait nécessairement avoir des conséquences pour les orientations du pays.

Le Vietnam est à la recherche d’un équilibre entre trois grandes puissances que sont les États-Unis, la Chine et la Russie, tout en jouant de son appartenance régionale à l’association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). Cet exercice de funambulisme diplomatique avait néanmoins souvent été résumé en une opposition entre les pro-américains, dont le chef de file putatif était M. Dung, et les pro-chinois, emmenés par M. Trong. Il s’agissait là d’un simplisme dont la séduction avait pu opérer jusque dans les rangs de la dissidence, mais qui ne prenait pas en compte la complexité de la nature du pouvoir.

Dung disposait effectivement de liens avérés avec les États-Unis, qu’il entretenait, au-delà des usages diplomatiques, via les affaires de sa famille. Sa fille, Mme Nguyen Thanh Phuong, est en effet à la tête d’une banque très influente à Ho Chi Minh-Ville, bien nommée Viet Capital3. Elle a épousé un citoyen américain d’origine vietnamienne, M. Henry Nguyen, qui dirige pour sa part un fonds d’investissement très actif dans les médias et les nouvelles technologies en Asie du Sud-Est, IDG Venture. Il était de notoriété publique que le couple avait des liens privilégiés avec les milieux d’affaires américains, qui leur avait permis, entre autres, d’obtenir la licence pour ouvrir les premiers restaurants MacDonalds au Vietnam en 2013. M. Dung, néanmoins, n’avait pas mis tous ses œufs dans le même panier : il fréquentait toutes sortes d’hommes et de femmes d’affaires ayant commencé leurs activités en Russie, en Europe de l’Est, en Chine, ou simplement à l’intérieur des frontières depuis le milieu des années 1990. Ancien gouverneur de la banque centrale vietnamienne avant d’accéder au devant de la scène politique, il avait su jouer de la baguette magique pour faire disparaître certaines dettes douteuses d’entrepreneurs afin de gagner sur eux de l’influence. Naturellement, l’art de la relation voulait qu’à terme, les faveurs soient rendues.

Trong, pour sa part, avait été le rédacteur en chef de la revue « Communisme » (Tap Chi Cong San), et à ce titre un théoricien du pouvoir, avant de faire de la politique. Son intérêt intellectuel pour la Chine n’est pas une soumission, comme voudraient le faire croire un peu trop rapidement certains dissidents anti-chinois. Mais il est sujet à une forme de fascination de la puissance qu’a su développer le grand frère : il veut rendre immuable le système du Parti unique et croit fermement, bon lecteur de Lénine, que les institutions doivent être disciplinées et tenir la société dans le creux de leur main. Nul doute qu’il a observé avec attention les campagnes anti-corruption menées par M. Xi Jinping et qu’il s’était délecté du feuilleton de l’affaire Bo Xilai4. Il en reste que, malgré le prestige, théoriquement suprême, de la fonction qu’il occupe depuis 2011, l’activité débordante de l’ancien Premier ministre l’avait conduit à devoir prendre son mal en patience.

Derrière les débats sur le TPP et les enjeux territoriaux en mer de Chine méridionale, voilà bien ce qui s’était tramé en coulisses du XIIème congrès du PCV. Alors, celui qui en est sorti vainqueur a eu beau jeu et grand intérêt à sécuriser sa victoire en essayant de neutraliser au plus vite les réseaux clientélistes de son adversaire. L’aide de la sécurité publique, qui réside désormais, en la personne de M. Tran Dai Quang, au palais présidentiel, a été bienvenue. Entre 2016 et 2017, une campagne anti-corruption très agressive a été menée. Elle visait, sans que cela fût jamais ouvertement explicité, les réseaux de M. Dung. La principale victime à ce jour est l’ancien ministre des transports devenu entre temps secrétaire municipal du Parti à Ho Chi Minh-Ville, M. Dinh La Thang. Cet ancien président-directeur général du groupe pétrolier national PetroVietnam devait en grande partie sa carrière à l’ancien Premier ministre. Après plusieurs arrestations (dont certaines, ratées, avait conduit à la fuite des suspects à l’étranger) et de très insistants bruits de couloir pendant plus de six mois, M. Dinh La Thang a été démis de ses fonctions de dirigeant de la plus grande ville du pays et exclu du bureau politique en avril 20175. La prochaine cible de cette campagne pourrait être la fille de l’ancien Premier ministre en personne, après qu’elle a été mise en cause dans une obscure transaction de rachat d’une filiale de l’opérateur téléphonique MobiFone, transaction dans laquelle sa banque avait joué le rôle de conseil. En Chine, la dernière campagne anti-corruption avait été appelée « frapper les tigres, tuer les mouches ». Au Vietnam, tigres et mouches se savent désormais en danger.

La tentation de l’oppression

Nguyen Phu Trong et Tran Dai Quang ont désormais les mains libres pour mettre en œuvre leur projet politique, qui est une réhabilitation de l’autorité de l’État et du Parti dans une société gangrenée par la corruption et où la défiance envers les institutions est généralisée. Ils veulent faire le ménage et ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Rapidement après le congrès de 2016, ils ont durci le contrôle sur les organes de presse et mis violemment au pas les blogueurs, lanceurs d’alerte et autres journalistes indépendants qui avaient eu l’indécence de vouloir se faire entendre. La condamnation de Me Nam n’est pas un cas isolé. Depuis 2016, le rythme des arrestations et des violences s’est accru et les victimes n’en sont pas seulement celles et ceux qui avaient des liens avec les États-Unis.

L’appel, lancé en avril 2006, du groupe d’activistes du « Bloc 8406 » pour les libertés démocratiques au Vietnam avait trouvé une certaine résonance, car l’accès à internet et la naissance des réseaux sociaux permettaient une circulation de l’information plus rapide et l’accès à d’autres sources que celles contrôlées par le ministère de l’information et de la communication. Depuis, en une dizaine d’années, un système de contre-information et de réponse à la censure s’était développé sur les réseaux sociaux, et tout particulièrement Facebook, qui compte plus de 40 millions d’utilisateurs dans le pays. Les blogs et la divulgation d’informations ont permis des avancées réelles, notamment la prise de conscience de la corruption des élites6. Ils ont aussi permis qu’un débat s’amorce autour de la question des libertés publiques. Pour le Parti, c’était un risque, au moment où avaient lieu les printemps arabes. Alors, il a été décidé de développer, au sein du ministère de la sécurité publique, une unité de « riposte » sur internet. Comme en Chine, des « fonctionnaires de l’opinion » sont payés à scruter les réseaux sociaux et à répondre systématiquement aux nouvelles déplaisantes avec l’argumentaire produit au préalable par les autorités. Six ans plus tard, M. Trong semble s’être lassé de cette guerre numérique et veut envoyer un signal fort à quiconque voudrait placer trop haut et trop fort ses espoirs en une transition démocratique à la birmane.

L’Etat-Parti se sent menacé à l’extérieur, avec la militarisation menée par la Chine des archipels Spratley et Paracels. Pour cela, il veut se montrer impitoyable avec toutes les menaces qu’il perçoit à l’intérieur. Les blogueurs et les activistes d’abord, mais aussi l’armée populaire, qui avait commencé à prendre un peu trop son indépendance en développant des affaires économiques propres. Du côté de la place Ba Dinh, on se montre aussi très attentif à ce qu’il se passe dans le monde. Au renforcement du pouvoir de M. Erdogan en Turquie après le coup d’État raté de juillet 2016, à l’arrestation de M. Navalny en Russie, et bien sûr, aux manœuvres institutionnelles de M. Xi en Chine. M. Trong a froidement analysé le discrédit des démocraties électorales et la perte de prestige de l’Occident après le Brexit et l’élection de M. Donald Trump. Il a préparé sa réplique, si quelqu’un venait jamais à lui faire une remarque sur le durcissement de son régime.

Une diplomatie des droits de l’homme ?

Un diplomate belge autrefois en poste à Hanoï s’étonnait que, à la pause café d’un séminaire sur la torture organisé par son Ambassade et avec le soutien de l’Union européenne, dans le but de convaincre le ministère de la sécurité publique de l’inhumanité de cette pratique, les policiers vietnamiens se montrent hilares. Assurément, il y a ce qu’on fait semblant de dire et ce qu’on dit vraiment, et les communistes vietnamiens, qui ont vaincu la France, l’Amérique et la Chine au cours du même siècle, n’aiment pas beaucoup qu’on leur donne des leçons. Une diplomatie des droits de l’homme de la protestation et de l’affichage n’est guère efficace ; c’est pourtant ce à quoi beaucoup s’obstinent. Le Vietnam est un pays en développement, et la seule façon d’obtenir de ses dirigeants une autre réaction qu’une indifférente politesse, est de parler d’affaires et de signatures de contrats. Le projet d’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Vietnam, dont le texte doit encore être ratifié par certains parlements des États membres, offre une opportunité de négociation sur ces questions. C’est risqué, bien sûr ; cela pourrait conduire les Vietnamiens à « spéculer » sur leur réserve de prisonniers politiques, à en faire une monnaie d’échange. En parallèle d’une réflexion sur l’ingérence et sur la cohérence de la diplomatie des États membres, les Européens doivent être conscients de ce risque de dévoiement s’ils souhaitent se livrer à ce jeu, après, notamment, que le dissident Dang Xuan Dieu, lui aussi membre du Viêt Tân, a été accueilli en France à la fin de l’année 2016. Sans réflexion stratégique, ils n’auront plus, à terme, qu’une importance toute relative, et devront faire des concessions de plus en plus vexatoires face à un PCV qui est déterminé à ne plus subir la loi du plus fort dans les relations internationales7.

Conclusion

La condamnation de Me Nam, et la recrudescence de la répression à l’endroit des blogueurs, s’inscrit dans un contexte plus large. Le secrétaire général du Parti, M. Nguyen Phu Trong veut reprendre la main dans son deuxième mandat, après avoir été dans l’ombre de Nguyen Tan Dung entre 2011 et 2016. Son projet politique, pour lequel il s’appuie sur le Président Tran Dai Quang, est de réhabiliter l’autorité du Parti et de l’Etat, qu’il estime avoir été mise à mal par la corruption et une gestion économique très approximative dans les quinze dernières années. Il veut aller vers un régime autoritaire, dans le respect des valeurs asiatiques, où le PCV se maintient au pouvoir. Dans une certaine mesure, l’élite dirigeante vietnamienne lorgne désormais du côté de Singapour. Par ailleurs, adopter une position morale sur la question de la répression peut être une attitude dangereuse, car ce serait oublier de prendre en compte que les « dissidents » appartiennent à des réseaux d’intérêts, dont certains sont très liés aux Etats-Unis. Une diplomatie qui ignore, naïvement ou à dessein, à la fois la nature du régime (policier, léniniste, organisé) et la nature de l’opposition, se condamne à être bernée par les deux parties, comme cela a pu être le cas des chancelleries diplomatiques européennes ces dernières années.

 

 

Louis Raymond est un ancien étudiant du Master ASIOC de l’ENS de Lyon. Après deux années au Consulat général de France à Ho Chi Minh-Ville, il travaille désormais comme journaliste indépendant.

Image « à la une » : La blogueuse et activiste sociale Nguyen Ngoc Nhu Quynh alias « Mère champignon » lors de la campagne « C’est notre droit de savoir » © 2015 Me Nam

Notes

  1. L’article du journal « Le Monde » daté du 21 juillet 2017 omet de mentionner ce fait, alors même que la photo d’illustration à cet article est un rassemblement du Viêt-Tân ayant eu lieu au Kremlin-Bicêtre le 25 juin 2017 []
  2. Lire notamment l’article de Tuoi Tre en anglais, représentatif des publications dans la presse en langue vietnamienne : http://tuoitrenews.vn/society/34802/terrorist-group-responsible-for-recent-rallies-in-ho-chi-minh-city-police []
  3. Elle aurait quitté ses fonctions de direction à la tête de Viet Capital au cours du mois de juin 2017 []
  4. En 2012, suite à plusieurs affaires troubles impliquant son épouse, le chef du Parti communiste de la ville de Chongqing et ancien ministre du commerce est démis de ses fonctions. Il est condamné l’année suivante à la prison à perpétuité []
  5. Il a été remplacé à ce poste par M. Nguyen Thien Nhan []
  6. Un cas particulièrement édifiant est le blog « Chân Dung Quyên Luc » – « Le portrait du pouvoir », apparu en ligne en 2013, mais qui n’a eu une période d’activité que de quelques mois []
  7. Le « kidnapping » d’un ex-magnat vietnamien du pétrole, M. Trinh Xuan Thanh, en plein centre de Berlin quelques jours après la rédaction de cet article peut être compris dans ce sens []

Vers une nouvelle approche du passé contemporain vietnamien ?

[ndlr] Signalement de deux nouvelles approches du passé récent vietnamien dans le volume 15 d’une histoire globale du Viêt-Nam des origines à l’an 2000 (plus de 10.000 pages) dirigée par l’Institut d’Histoire.

  • La guerre sino-vietnamienne de 1979 bénéficie de plus de place dans l’histoire officielle et prend désormais l’appellation de « guerre d’invasion » (chiến tranh xâm lược) ;
  • Les États non communistes respectivement État du Viêt-Nam (Quốc gia Việt Nam, 1948-1955) et République du Viêt-Nam (Việt Nam cộng hòa, 1955-1975) ne sont plus qualifiés de « pouvoir fantoche » (ngụy quyền), d’armée fantoche (ngụy quân) », termes discriminants récurrents dans de nombreux ouvrages édités en RSVN. Les appellations autorisées sont  « régime de Saigon » (chính quyền Sài Gòn), « armée de Saigon » (quân đội Sài Gòn) et plus généralement les appellations officielles de ces deux États.

Ce changement d’appréciation qui peut paraître anodin a pourtant deux avantages selon l’historien Le Trung Tinh : atténuer les blessures vietnamiennes après la guerre et avoir un impact positif dans la reconnaissance sur le plan international des revendications vietnamiennes sur les Paracels et les Spratleys.

Pourtant, les organes de presse tenus par l’Armée et le Parti n’ont pas mis un arrêt à l’utilisation de l’ancienne terminologie « ngụy quân, ngụy quyền » dans les articles consacrés à la guerre de réunification du pays. Il faudra sans doute du temps pour déshabituer les auteurs de cette pratique discriminatoire pour bien des familles. Nommer l’ennemi dans les situations de guerre civile ou de guerres coloniales est souvent une affaire délicate qui peut prendre des décennies (en France nous avons les exemples de l’État français de Vichy et de la guerre d’Algérie). Plus de quarante ans après le conflit, une partie influente au sein du Parti communiste vietnamien soutient la politique de réconciliation, considérant qu’elle est une des clés du développement du pays.

Ce premier pas vers une meilleure considération du passé est un signe positif. Un geste politique officiel du Politburo vietnamien se fait désormais attendre…

FG, MàJ 24/08/2017

Việc từ bỏ cách gọi « ngụy quân », « ngụy quyền » và công nhận Việt Nam cộng hòa như một chính quyền độc lập là một bước tiến quan trọng trong việc hàn gắn những vết thương của người Việt sau chiến tranh.

Mặt khác điều này có những tác động tích cực đối với việc giải quyết tranh chấp trên Biển Đông, cụ thể là hai quần đảo Hoàng Sa, Trường Sa bằng công pháp quốc tế.

TS Lê Trung Tĩnh

Voir les articles :

Lê Trung Tĩnh, « Thừa nhận Việt Nam cộng hòa là bước tiến quan trọng », Tuổi Trẻ, 20/08/2017. TTO – “Việt Nam cộng hòa và trước đó là Quốc gia Việt Nam là một thực thể chính trị mà Hiệp định Genève 1954 có nhiều nước trong đó Trung Quốc và Việt Nam dân chủ cộng hòa đã ký, công nhận ».

Lire la suite : Tuổi Trẻ

Hoàng Phương, « Chiến tranh xâm lược của Trung Quốc được đưa trong sách Lịch sử Việt Nam », VnExpress, 19/08/2017. Cuộc chiến tranh biên giới phía Bắc được nói đến nhiều hơn trong bộ sử đồ sộ mới công bố với tên gọi chiến tranh xâm lược.

Ngày 18/8, Viện Hàn lâm Khoa học Xã hội Việt Nam giới thiệu, phát hành các bộ sách trọng tâm về lịch sử, văn hoá, biển đảo. Đồ sộ và gây chú ý nhất là bộ Lịch sử Việt Nam bao quát nền lịch sử nước ta từ khởi thuỷ đến năm 2000 do Viện Sử học Việt Nam biên soạn, trên cơ sở Chương trình nghiên cứu trọng điểm cấp Bộ.

Chia sẻ với báo giới bên lề buổi giới thiệu, PGS TS Trần Đức Cường, nguyên Viện trưởng Viện Sử học, Chủ tịch Hội khoa học lịch sử Việt Nam, tổng chủ biên bộ sách chia sẻ đây là tâm huyết của nhiều thế hệ cán bộ sử học. Hơn 30 nhà nghiên cứu sử học mất 9 năm để biên soạn bộ sử 15 tập, dày gần 10.000 trang này.

Lire la suite : VnExpress

Lire l’analyse du journaliste indépendant Pham Chi Dung :

Image « à la une » : sortie officielle de la collection de l’Histoire du Viêt-Nam en 15 volumes publiée par les éditions des Sciences sociales (Nhà xuất bản Khoa học Xã hội ) © 2017 H. P.

App-learning on Khmer Rouge History – 25 juillet 2017 – Bophana Center

[ndlr] Annonce du Centre Bophana à Phnom Penh.

App-learning on Khmer Rouge History

Dear Sir/Madam,

You are cordially invited to the Inauguration Ceremony of the educational smart-device application created in the framework of “App-learning on Khmer Rouge History” by Bophana Center. The ceremony will be held on Tuesday, July 25th, 2017 at 5 p.m. at the Bophana Center. At the ceremony and onwards, you can download the created application for free of charge.

Please RSVP to the invitation below by email to: communication@bophana.org

We look forward to welcoming you!

Sincerely yours,
Bophana Center

Liu Xiaobo (1955-2017)

[ndlr] Au sujet de la mort du dissident Liu Xiaobo (1955-2017), prix Nobel de la paix en 2010.

Compilation d’écrits choisis de Liu Xiaobo publiée en France en 2011.

Comité Nobel. La Chine porte «une lourde responsabilité» dans la mort «prématurée» de Liu Xiaobo en l’ayant privant de soins médicaux adaptés, a estimé jeudi le comité Nobel norvégien, qui avait distingué le dissident en 2010. «Nous trouvons profondément troublant que Liu Xiaobo n’ait pas été transféré dans un établissement où il aurait pu recevoir un traitement médical adéquat avant que sa maladie n’entre en phase terminale», a déclaré la présidente du comité, Berit Reiss-Andersen.

Deux anciens prisonniers de conscience vietnamiens lui rendent hommage :

Paulus Lê Sơn : Lưu Hiểu Ba đi xa nhưng tinh thần còn mãi, CTM Media, 15/07/2017.

Phạm Minh Hoàng, Từ Lưu Hiểu Ba nhớ về Đinh Đăng Định, FB Phạm Minh Hoàng, 14/07/2017.

Image « à la une » : Le livre de condoléances à la mémoire de Liu Xiaobo, installé à l’extérieur du Bureau de liaison chinois à Hongkong, le 13 juillet 2017 © ISAAC LAWRENCE / AFP

Pham Minh Hoang : au Vietnam, « nous vivons dans une dictature » [Exclu RFI]

[ndlr] Expulsé du Viêt-Nam pour ses activités pro-démocratiques après avoir été déchu de sa nationalité vietnamienne, le mathématicien Pham Minh Hoang a été interviewé par Juliette Gheerbrant pour Radio France Internationale (RFI).

Le dissident franco-vietnamien Pham Minh Hoang est arrivé à Paris dimanche 25 juin après avoir été privé de sa nationalité vietnamienne et expulsé du pays par le régime à parti unique. Une mesure qualifiée de violation patente des droits de l’homme par Human Rights Watch. Le Vietnam est un pays où les opposants sont fréquemment emprisonnés, mais le blogueur et ancien professeur de mathématiques de 62 ans est le premier à se voir retirer sa nationalité. Pham Minh Hoang n’a pas eu le temps de saluer sa famille quand la police a fait irruption chez lui samedi soir pour le conduire à l’aéroport. RFI a recueilli son témoignage.

[extrait]

La vie des militants au Vietnam est infernale, si vous vous engagez vous devez savoir que votre vie sera menacée, la vôtre, celle de votre famille, de vos proches. Vous vivez sous pression permanente. Si vous trouvez un emploi, on utilisera tous les moyens que vous soyez mis à la porte. Si vous trouvez un logement, le propriétaire vous rendra très vite la caution et annulera le bail.

Et si ces moyens restent sans effet, on utilisera la force. Vous serez attaqué physiquement, brutalisé, traité comme une bête. […]

Lire l’interview : RFI

Pour en savoir plus sur cette expulsion illégale :

Image « à la une » : protestation de Pham Minh Hoang © TNT Radio

Le lourd silence de la mer vietnamienne : « La mer morte » de Nguyên Công Nhân

Art et autoritarisme ne font pas bon ménage en République socialiste du Viêt-Nam. Une œuvre et son auteur ont fait l’objet d’une confiscation et d’une sanction disciplinaire de la part de l’Association des Lettres et Arts de la province de Tra Vinh dans le sud du pays. L’œuvre picturale incriminée, intitulée « La mer morte » de l’artiste Nguyên Công Nhân, fait référence au scandale écologique de la pollution maritime de la société taïwanaise Formosa. C’est un tableau figuratif comme il en existe des milliers d’autres… mais celui-ci déclenche une gêne, une inquiétude, un brouillage entre rêve et réalité, un dialogue silencieux entre ciel et mer.

On observe au premier plan une femme ramassant des poissons morts, une image directement inspirée d’une photographie prise lors de la pollution maritime au Centre du Viêt-Nam1. L’image de cette femme accroupie occupe une grande partie du tableau. Au second plan, on distingue nettement en haut à gauche une forme allongée : une jeune femme vêtue de blanc, couleur de la mort, semble flotter sur les eaux. Le symbole est fort, le cadavre fantomatique de l’océan. De l’image se dégage une impression de silence puis de malaise. L’océan habité par la mort déverse son chargement de poissons morts que cette femme, les yeux baissés, récupère… dubitative. Elle est plongée dans ses pensées et ne paraît pas se rendre compte du danger qui l’a déjà enveloppée. La mort est là, dans un bleu vert envahissant, conférant une unité de ton et de couleur au tableau.

La position de la jeune fille morte est particulièrement frappante. Son cadavre flotte dans la partie gauche du tableau, derrière le chapeau conique, comme si il était intégré dans les pensées de la femme de pêcheur. Qui est cette femme ? Est-ce la fille de la femme au chapeau conique ? Positionné horizontalement, le corps ne brise pas la ligne d’horizon. Seule la tête, oreilles dégagées et cheveux noirs plongés dans l’eau, apparaissent. Le reste du corps est comme recouvert d’un linceul blanc. Un croissant de lune éclaire la scène renforçant le caractère funèbre de l’œuvre.

« Biển chết » du peintre Nguyễn Nhân © DR

Les autorités n’ont pas apprécié cette charge à la fois symbolique et politique. Le 1er juin 2017, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh émanation du Comité populaire de Tra Vinh (et donc instance de l’Etat-Parti au niveau local) publiait une Décision disciplinaire contre l’artiste. Ce dernier recevait un avertissement doublé d’une mise à l’épreuve d’un an. En outre, le troisième prix qu’il avait reçu en 2016 de la province de Tra Vinh pour cette œuvre lui fut retiré et l’artiste fut sommé de rembourser les gratifications et récompenses liées à ce prix. Officiellement la raison de cette confiscation et de cette mesure disciplinaire ne serait liée qu’à un non respect du droit d’auteur et non à un quelconque tabou lié à l’affaire Formosa. Or, pour l’artiste, il s’agit bien d’une censure a posteriori. L’autorisation d’exposer avait été donnée par l’Association des Lettres et Arts du Viêt-Nam après un contrôle effectif. De plus, l’auteur de la photographie n’avait pas porté plainte contre l’artiste pour cette œuvre dérivée. Réfutant toute violation de droits d’auteurs l’artiste défend son droit à l’adaptation à partir d’une photo de presse :

« J’insiste, j’ai seulement emprunter cette image pour composer un travail pictural personnel et je n’ai pas juste recopié l’image. Cette photo que j’ai trouvé dans la presse représente une femme de pêcheur ramassant chaque poisson mort échoué sur la plage, alors que dans ma peinture il y a aussi une jeune fille morte sous un clair de lune au milieu de l’océan. Ces deux images sont complètement différentes. Donc, on « m’oblige » à dire que j’ai violé le droits d’auteur alors que je ne l’ai pas fait. Je suis prêt à rendre le prix, mais je n’accepte pas cette accusation de violation du droit d’auteur. »2.

Le 3 juillet prochain, l’Association des Lettres et des Arts de Tra Vinh doit organiser une conférence de presse au sujet de cette affaire qui secoue le monde des artistes. Et ce d’autant plus que l’Association des Lettres et des Arts du Viêt-Nam (au niveau national) a condamné l’acte confiscatoire, jugé contraire à la loi, de sa filiale de Tra Vinh.

Nous avons, vu de France, peu l’occasion de connaître les œuvres récentes liées au drame de Formosa. L’occasion nous est donné par cette mesure disciplinaire. Rien de mieux pour un auteur qu’une publicité de cet ordre pour donner résonance à son œuvre. C’est chose faite.

FG, 01/07/2017.

En haut : la photographie publiée dans le quotidien Thanh Niên et en bas : l’interprétation artistique de Nguyên Nhân © DR

Pour en savoir plus :

L’artiste (au milieu) et son tableau © VnExpress

Notes

  1. Cette inspiration non dissimulée a servi de prétexte pour attaquer l’artiste pour non respect des droits d’auteurs []
  2. Lùm xùm “án kỷ luật” đối với tác giả bức tranh “Biển chết” ở Trà Vinh, Dân Tri, 29/06/2017 []

Pierre Brocheux : Paris, Moscou, Hanoï : Hồ Chí Minh et les droits de l’homme

[ndlr] Communication de Pierre Brocheux. Reproduite sur Mémoires d’Indochine avec son aimable autorisation.

 

Paris, Moscou, Hanoï : Hồ Chí Minh et les droits de l’homme

Pierre Brocheux

Résumé :

À Hanoi, le 2 septembre 1945, Hồ Chí Minh proclame la naissance de la République démocratique du Viêt Nam. Son discours débute par l’invocation des droits de l’homme en se référant à la Déclaration de l’indépendance américaine (4 juillet 1776) et à la Déclaration française (26 août 1789). En suivant le parcours du lutteur de l’indépendance nationale au dirigeant d’un état se réclamant du socialisme de type soviétique, Hô Chi Minh a-t-il toujours  placé les droits de l’homme  des « révolutions atlantiques », dans son horizon politique ou les droits ne furent-ils qu’une arme tactique dans sa lutte contre la domination coloniale française ?  Lorsqu’il parlait des droits de l’homme, à quel système de valeurs pensait-il ? A-t-il exposé ses conceptions ?

Le 2 septembre 1945, Hồ Chí Minh proclame la République démocratique du Viêt Nam, état indépendant ; sa déclaration se réfère à la déclaration des droits de l’homme de la Déclaration de l’indépendance américaine et à la Déclaration française de 1789. Mais il précise aussitôt que la France a trahi les droits de l’homme en soumettant les Vietnamiens à sa domination et que le régime colonial  a démenti la devise de la république française : Liberté – Égalité – Fraternité, de façon permanente. La double référence à l’histoire n’était pas innocente car les événements passés que Hồ Chí Minh évoquait, concordaient avec la situation de la fin 1945 : les colonies anglaises d’Amérique s’étaient révoltées contre la Couronne britannique et le Viêt Nam venait de rejeter le joug de la France, simultanément la monarchie viêt séculaire venait d’être abolie (abdication de l’empereur Bảo Đại) comme le fut celle de France en 1792 après l’abolition de la « féodalité » (4 août 1789).

En 1925, il explicita ses accusations dans un pamphlet intitulé Le procès de la colonisation française où il dénonçait le paradoxe flagrant de la France, patrie des droits de l’homme et état impérial conquérant.  Le 9 novembre 1946, l’Assemblée nationale de la République démocratique du Viêt Nam adopta la première constitution qui comportait un préambule où les droits de l’homme étaient affirmés1. Cependant, cette constitution fut élaborée à la veille de la guerre franco-vietnamienne qui ne  favorisa pas  – c’est le moins que l’on puisse dire – son application. Lorsque le conflit militaire de neuf ans prit fin, l’état dont Hồ Chí Minh avait pris la tête  afficha clairement des objectifs révolutionnaires qui conduisit à une deuxième guerre, celle de l’unification du pays et de l’instauration d’un état socialiste de type soviétique (1976).

L’intérêt du sujet tient à sa contemporanéité parce qu’il concerne la nature et le fonctionnement du régime politique de la République socialiste du Viêt Nam ainsi que les facteurs potentiels de démocratisation.

Hồ Chí Minh fait connaissance avec les droits de l’homme

1. Le séjour en France de 1917/1919 à 1923

Le jeune Nguyễn Tất Thành, qui se fit appeler Nguyễn Aí Quốc en 1919 puis Hồ Chí Minh en 1942, a édifié sa personnalité au cours d’une trentaine d’années passées hors de sa patrie. Suivre ses pérégrinations nous éclaire en tenant compte du fait qu’Hô Chi Minh était un homme d’action et un pragmatique.  La théorie n’était pas son fort et je m’avance à  dire qu’il se méfiait d’elle. Il faut donc nous reporter aux témoignages de ceux qui furent ses proches et aux nombreuses anecdotes qui ont été recueillies et publiées à des fins d’édification. Dans son parcours, Hồ Chí Minh rencontra les droits de l’homme tels qu’ils sont définis dans la philosophie politique occidentale et placés en exergue dans les régimes politiques qui s’y référent.

Très tôt, dès  l’enfance, il prend conscience que son pays est sous le joug étranger, mais la domination française présente un caractère ambiguë que révèle la sévère répression qui s’abat sur le mouvement des lettrés modernistes.  Une des principales figures de ce mouvement, le lettré Phan Châu Trinh est accusé  d’avoir fomenté la révolte fiscale dans la province du Quảng Nam en 1908, il est condamné à mort, mais sa peine commuée, il est déporté au bagne de Poulo Condor. Ses amis français de la Ligue des droits de l’homme (il y avait plusieurs sections de la LDH en Indochine) obtiennent qu’il soit exilé en France où il continue d’exprimer librement ses opinions contre la monarchie, le mandarinat et, indirectement, le protectorat français. Par exemple, il prend à partie, publiquement  et irrespectueusement l’empereur Khải Định qui est en visite officielle en France en 1922.

En 1914, il est emprisonné pendant quelques mois ainsi que son compatriote et mentor Phan Văn Trường pour complot en collusion avec l’Allemagne. L’accusation n’étant pas fondée, les deux hommes sont libérés en 1915 sur l’intervention de la Ligue des droits de l’homme2.

À la fin de la guerre, les deux hommes sont rejoints par Nguyễn Tất Thành, Nguyễn Thế Truyền et Nguyễn An Ninh.  Ce groupe rédige les Revendications du peuple annamite, sous la signature collective « Nguyễn Aí Quốc ». Thành saisit l’occasion de la tenue de  la Conférence de la Paix à Versailles en 1919 (où le président Woodrow Wilson avait inscrit l’autodétermination des peuples dans ses fameux « Quatorze points ») pour porter les « Revendications » à la connaissance des délégués. Jusqu’à la dispersion du groupe connu sous le nom « les cinq dragons », de 1923 à 1925, ces cinq hommes qui sont étroitement surveillés et parfois harcelés par la police, poursuivent leurs activités militantes de manière ouverte et publique. Ils sont soutenus et protégés par la mouvance anticolonialiste française, de la Ligue des droits de l’Homme aux partis socialiste et communiste. Nguyễn Tất Thành est donc parfaitement informé de cette situation, il adhère au parti socialiste puis au parti communiste français (1920) en sachant que cette appartenance lui confère une relative immunité légale et pratique.

Des cinq hommes, celui qui se fait appeler désormais Nguyễn Aí Quốc, choisit la voie révolutionnaire pour reconquérir l’indépendance de son pays tandis que les autres ont toujours foi dans le réformisme et l’action légale. Nguyễn Aí Quốc rejoint Moscou où il se met au service de la IIIème Internationale parce qu’il estime que la révolution est plus apte que les réformes et le légalisme à mettre en application les droits de l’homme. À compter de cette période, il est clair que Quốc accorde la priorité et la prééminence au droit des peuples à l’autodétermination sur les droits des individus, un choix clairement déterminé par sa condition de colonisé.

2. Les moments soviétiques (1923-1924 et 1934-1938) sont déterminants pour plusieurs raisons

L’adhésion à la révolution d’Octobre 1917 et au léninisme implique davantage que modifier l’ordre de priorité des droits de l’homme ou les hiérarchiser : elle fait reconnaître le droit des travailleurs et celui des peuples. En outre, le léninisme exalte le rôle historique d’une classe sociale, le prolétariat3. Cette conception est-elle compatible avec la philosophie libérale universaliste des droits de l’homme issue du mouvement intellectuel de l’Europe du XVIIIème siècle4. Karl Marx refusait d’admettre l’existence et l’universalité du droit naturel et il insistait sur le contexte social et historique, il n’envisageait l’homme qu’en tant qu’il fait partie d’une société déterminée. Les philosophes confucianistes, particulièrement Xun zi (341-305 a.c.), ne sont pas loin5.

La conception que l’homme « n’existe que par les autres » (Marcel Mauss) est capitale aux yeux de Nguyễn Aí Quốc qui lors de son premier court séjour à Moscou (1923-1924) ne manque pas de revendiquer sa formation confucéenne6. Lorsqu’il est à Moscou, et, à chaque fois qu’il en a l’occasion, il marque la différence vis à vis de ses camarades occidentaux en affirmant l’antériorité du confucianisme progressiste (qu’il distingue du conservateur). Pour lui, Confucius fut le premier humaniste, le premier  internationaliste (« les hommes sont frères sur les quatre océans ») et le premier socialiste (partage égalitaire du terroir de la communauté villageoise). Mais il écrit également que la lutte des classes n’est pas la même en Asie qu’en Europe7 : dans les sociétés d’Asie, les disparités socio-économiques sont faibles par rapport à celles de l’Occident capitaliste et industriel. Les révolutionnaires asiatiques doivent prendre en compte ces spécificités. Quốc adhère à une doctrine révolutionnaire qui invoque les droits de l’homme comme ceux de la philosophie des droits naturels mais il s’est mis au service d’une organisation révolutionnaire qui se réclame d’une doctrine exclusive : la lutte des classes et la dictature du prolétariat. L’aspiration à la démocratie y est inévitablement contrariée et le respect des libertés individuelles y est aléatoire sinon impossible. Quốc est pris au piège inévitable où étaient tombés les révolutionnaires français comme Saint Just, partisan tout à la fois de la démocratie souveraine et de la dictature révolutionnaire.

Antoine Louis Léon de Saint-Just (1767-1794, guillotiné avec Robespierre)

Aussi, lorsque Quốc invoque les valeurs liberté et égalité,  la liberté n’est pas celle de l’individu mais c’est la liberté du peuple, de la nation. Autrement dit la liberté collective, l’indépendance nationale.

Le droit à l’égalité est également un droit primordial qui le conduit à faire l’éloge du kolkhoze qui, dans la vision qu’il en eut, est l’application du droit au travail, où les paysans ont le même statut, jouissent de mêmes revenus, du même niveau de vie, où leurs enfants bénéficient du droit à l’éducation. Plus tard, lorsqu’il est incarcéré à l’hôpital de la prison britannique de Hong Kong, une infirmière chinoise  lui demande « qu’est ce que le communisme ? », Quốc lui répond que c’est d’abord l’égalité, « vous portez une collerette bleue et l’infirmière-chef anglaise une collerette rouge, dans le régime communiste il n’y aura pas deux collerettes de couleur différente pour marquer la hiérarchie »8.

Ces anecdotes confirment ce qu’il écrivait en 1921 :

L’Asiatique – bien que considéré par les Occidentaux comme arriéré – comprend pourtant mieux la nécessité d’une réforme totale de la société présente. Et voici pourquoi […] le Grand Confucius préconisa l’Internationale, prêcha l’égalité de fortune […]. L’égalité annule la pauvreté […].  Son disciple Mencius continua sa doctrine, il traça un plan détaillé d’organisation de la production et de la consommation. La protection et le développement d’une saine enfance, l’éducation et l’obligation au travail des adultes, la condamnation sévère du parasitisme, le repos des vieillards, rien ne fut négligé dans sa thèse9

Les séjours à Moscou permettent à Quốc d’observer, une fois de plus, le décalage entre  théorie et réalité ; quel que soit le régime politique du pays dans lequel il séjourne, il ne peut pas ne pas remarquer que la réalité ne concorde pas avec les idéaux affichés. Dans le premier séjour, il attribue l’écart aux facteurs objectifs : « l’encerclement capitaliste » qui oblige les révolutionnaires à défendre la jeune république des soviets et à établir un régime d’exception, les difficultés économiques, la déstructuration de la société. Mais au cours du deuxième séjour (1934-1938) qui correspond à la période des grandes purges staliniennes dont il manque de peu d’être la victime, il n’est pas davantage aveugle et sourd devant ce qui se passe.  Son silence sur cette période laisse supposer qu’il admet que la fin justifie les moyens et/ou, son but prioritaire étant l’indépendance de son pays, il lui faut suspendre l’application des droits de l’homme.  Pour réaliser son dessein, il a un besoin absolu de l’Internationale et de l’Union soviétique10.

Cela ne l’empêche pas d’écrire que la constitution soviétique de 1936 est « la meilleure du monde », en quoi il ne fait que répéter Staline qui passait pour le principal inspirateur ou rédacteur. Il convient de noter que la nouvelle constitution soviétique proclamait les droits de l’homme mais les assortissait des devoirs des citoyens envers l’État et le Parti (la constitution française de l’An III/1795 associait, elle aussi, des droits et des devoirs).

Pour Nguyễn Aí Quốc, les aspects négatifs de l’Union soviétique sont imputables au fait que la révolution est trop récente pour produire ses aspects positifs. S’adressant à ses trois compatriotes délégués au 7ème congrès du Comintern (1935) au cas où ils rencontreraient des bandes de bezprizorniki, jeunes sans surveillance et souvent délinquants ainsi que d’autres aspects « négatifs » de la réalité soviétique, il leur rappelle que l’URSS « revient de loin » et que, de toutes manières, la « situation des colonisés en Indochine est pire »11. Trente ans plus tard, si l’on en croit Hoàng Tung12, Hồ Chí Minh admettait qu’il savait à quoi s’en tenir sur la dictature de Staline et de Mao Zedong mais qu’il considérait l’unité du camp socialiste comme primordial, la libération nationale l’emportant sur toute autre objectif.

3. En contrepoint de sa confrontation avec la dure réalité soviétique, Nguyễn Aí Quốc fit deux expériences contrastées : celle du régime pénal britannique (1931-1934) et celle des geôles chinoises de la province du Guanxi (1942-1943)

Dans le premier cas, incarcéré dans la prison de Hong Kong après que les réseaux de la IIIème Internationale en Extrême-Orient fussent tombés dans un coup de filet de la police anglaise (1931), Quốc bénéficia de l’habeas corpus (notion qui existait dans le droit britannique mais pas dans le droit français).  La garantie juridique de la liberté individuelle lui évita l’extradition demandée par le gouvernement général de l’Indochine, de sorte qu’il échappa à la peine capitale qui avait été requise contre lui par un tribunal du protectorat d’Annam. Non content de le préserver d’un sort fatal, le gouverneur britannique exfiltra Nguyễn Aí Quốc vers la Chine d’où il rejoignit Moscou en 193413.

Dans un second épisode de sa vie aventureuse, Quốc fut arrêté par la police nationaliste chinoise en août 1942, il passa une année dans les prisons de la province du Guanxi, dans des conditions éprouvantes qui lui fournirent matière à rédiger ses Carnets de prison. On peut imaginer que s’il ne cultiva pas la nostalgie de la prison Victoria de Hong Kong, il fit des comparaisons à l’avantage des geôles impérialistes14

4. Les droits de l’homme pendant les trente années de la tragédie vietnamienne (1945-1975), ont-ils été mis de côté voire oubliés ou leur application a-t-elle été ajournée jusqu’à la restauration de la paix, de la prospérité économique et de la stabilité sociale et politique ? Entretemps, ont-ils servi d’idées-force au mouvement d’indépendance et d’alibi à un pouvoir d’exception ?

On ne peut nier le poids décisif des conditions objectives dans la définition et l’application des doctrines philosophiques, des aspirations des peuples, Emmanuel-Joseph Sieyès (1748-1836) a exprimé le fait en une phrase « Pourquoi transporter les hommes sur le haut d’une montagne et de là, leur montrer tout le domaine de leurs droits puisqu’on est obligé ensuite de les en faire redescendre pour les placer dans l’ordre politique où ils doivent trouver des limites à chaque pas ? »15.

Hồ Chí Minh et les droits de l’homme  dans la mémoire de Vũ Đình Hoè

À ma connaissance, le seul témoignage qui évoque Hồ Chí Minh et sa conception des droits de l’homme, est celui de Vũ Đình Hoè (1912-2011). Juriste, formé à l’université de Hanoi, il fut représentatif de l’intelligentsia vietnamienne qui émergea dans les années 1930 et 1940. Il anima un groupe d’intellectuels dont plusieurs juristes qui publiait la revue Thanh Nghị (1941-1945)16.  Celle ci traitait principalement des questions de société, d’économie et de culture générale du Viêt Nam contemporain. Lors de la révolution  d’août 1945, le groupe rallia le Viêt Minh (organisation frontiste dirigée par le Parti communiste indochinois). Il se transforma en Parti démocrate du Viêt Nam (Đảng Dân Chủ Việt Nam) auquel Hồ Chí Minh assignait un rôle  précis au sein du Viet Minh/Liên Viêt : représenter la fraction de la bourgeoisie moderniste, les « experts » pour éduquer, éclairer les révolutionnaires professionnels, les cấn bộ politiques et équilibrer la balance des pouvoirs.

Vũ Đình Hoè accepta  le poste de ministre de l’éducation nationale dans le gouvernement provisoire d’Hồ Chí Minh puis il devint le ministre de la justice en 1946 jusqu’en 1960. Il fut un conseiller de confiance de Hồ Chí Minh pendant toute la durée de la résistance antifrançaise dans la haute région du Nord Vietnam et après le retour du gouvernement de la République démocratique du Vietnam à Hanoï17.

Vũ Đình Hòe (1912-2011), ministre de la justice de la RDVN de 1946 à 1960 © DR

Vũ Đình Hoè nous confirme quatre idées-clefs que Hồ Chí Minh n’eut de cesse de répéter : il n’est pas concevable d’isoler les individus de leur société et de leur culture, l’indépendance nationale (la liberté collective) est la condition sine qua non de la liberté individuelle, les hommes ont des droits et des devoirs, le Droit est inséparable de la Morale.

Cependant, en plusieurs occasions, et dans des circonstances précises, Hồ Chí Minh chargea Vũ Đình Hoè de corriger des « erreurs », un euphémisme qui désigne des abus de pouvoir, les actes et les effets de la coercition violente induite dans le communisme de guerre.  Par exemple, Vũ Đình Hoè livre le récit de la mission qu’il accomplit après l’échec de l’opération Léa que le commandement français déclencha en octobre 1947 pour capturer le gouvernement de la résistance dans la région de Bac Kan.

Ses pérégrinations pédestres de 3.000 kilomètres durèrent quatre mois. Il vérifia que les prisonniers français étaient bien traités18 ; il enquêta sur le « zèle » d’un cadre de la Sécurité, « esprit borné, coupé de la population, procédant à des arrestations sans preuves, faisant disparaître certains détenus », il présenta à la population et aux victimes de l’arbitraire, les excuses du gouvernement19.

Vũ Đình Hoè cite un autre exemple significatif : pendant la résistance anti-française, un médecin, le Dr Trần Hữu Tước, refusait de participer aux séances collectives de critique et d’autocritique (Chỉnh huấn), aux plaintes répétées des dirigeants de la Zone III, « Oncle Hồ répondait avec placidité le chỉnh huấn repose entièrement sur le libre consentement. Si quelqu’un le refuse il ne doit pas y être contraint »20.

Par conséquent, Vũ Đình Hoè témoigne que les droits de l’homme dans leur déclinaison collective comme dans leur déclinaison individuelle, étaient au centre des préoccupations de Hồ Chí Minh mais de façon indissociable du dessein ultime que cet homme voulait accomplir : la restauration de l’indépendance de sa patrie et de l’État national. Lorsqu’en 1986,  le secrétaire général du Parti communiste décréta le Đổi Mới ou Rénovation, dont les commentateurs étrangers ne relevèrent que le volet économique, la parole fut libérée dans tous les domaines y compris dans la culture et la politique21.

Le Bicentenaire de la révolution française en 1989 fut l’occasion d’une reprise de la parole par les partisans d’une rénovation politique approfondie qui se référa à la Révolution et particulièrement à la Déclaration de 1789.  Vũ Đình Hoè  rappela en maintes occasions que Hồ Chí Minh insistait pour que les gouvernants vietnamiens ne perdent jamais de vue cette référence : « Aujourd’hui, il s’agit de mettre en application ces principes universels que Hồ lui même avait enseigné en 1946. Aujourd’hui nous devons suivre cette orientation et fonder sur le Droit un socialisme-démocratie, abandonner pour toujours et sans regret le monstre Socialisme-État , le Socialisme-Féodalisme »22.

Hô Chi Minh et sa conception des droits de l’homme

En se présentant comme l’héritier et le porte-parole des idées cardinales du président Hồ Chí Minh, en matière des droits de l’homme, Vũ Đình Hoè  confirme le pragmatisme de la démarche hochiminienne. Celle ci nous permet de supposer que l’adhésion au marxisme-léninisme, à son idéologie exclusive (lutte des classes et dictature du prolétariat) était fortement contrebalancée par l’empreinte plus profonde de la culture humaniste sino-vietnamienne23. Cette dernière valut à Hồ Chí Minh d’être fortement critiqué par des camarades ‘’purs et durs’’ et d’être écarté du pouvoir décisionnaire à partir des années 1960. Mais elle éclaire également la décision du parti-État d’engager le pays dans la voie de la réforme, Đổi Mới, en 1986, une politique d’ouverture dont les commentateurs étrangers et vietnamiens ignorent ou cachent le registre culturel et politique24.

Lorsque Nguyễn Aí Quốc écrivait que faire de la lutte de classes le moteur de l’Histoire repose sur les analyses des sociétés européennes, or, ajoutait-il, « qu’est ce que l’Europe ? Ce n’est pas toute l’humanité […] il faut envisager de réviser le marxisme, quant à ses assises historiques, l’affermir par l’ethnologie orientale »25, il se situait dans une logique syncrétique qui le conduisit à associer Marx, Mencius, Jésus dans une vision humaniste que l’on peut qualifier de générique. En ce sens, Hồ Chí Minh apparaît comme un passeur de la modernité dans le Viêt Nam du XXe siècle.

Pierre Brocheux

Notes

  1. Stein Tonnesson, « Ho Chi Minh’s First Constitution (1946) »,  exposé présenté à la International  Conférence on Vietnamese Studies and the Enhancement of International Cooperation, Hanoï, juillet 1998 ; B. Fall, Le Viet-Minh, La République démocratique du Viêt-Nam. 1945-1960, Paris, 1960, p. 51-59. Les constitutions de 1956, 1960, 1980 qui ont précédé celle, dernière en date, de 1992, sont clairement élaborées dans des conjonctures où guerres chaudes (locales, régionales) et Guerre froide sont emboîtées []
  2. P. Brocheux, ‘’Phan Văn Trường, 1876-1933, Acteur d’une histoire partagée’’, Moussons, 1/2015 []
  3.  Lors du débat, en 1956,  sur la réforme constitutionnelle en RDVN, Trần Huy Liệu, président de la commission déclara « il est nécessaire que l’on comprenne clairement à quelles classes appartient le pouvoir et par quelles classes l’État doit être dirigé (…). Il se fonde sur l’union entre ouvriers et paysans et il est dirigé par la classe ouvrière… », cité par B. Fall, op. cit., p. 55 []
  4. le mouvement des Lumières n’était pas univoque, les idées de Marx se rattachaient à la tradition de John Locke et J.-J. Rousseau et non à celle de Thomas Hobbes et Jeremy Bentham ? []
  5. voir Philosophes confucianistes, p. 611-688, La Pléiade, Gallimard, Paris, 2009. Les historiens considèrent Xunzi comme le maître des Légistes qui « accordaient la primauté aux intérêts de l’État » (Anne Cheng) []
  6. L’entretien avec l’écrivain Ossip Mandelstam dans Ogoniok, 23/12/1923, n’est pas reproduit dans Tòan Tập [Oeuvres complètes], mais il l’est dans Hô Chi Minh. Textes 1914-1969, A. Ruscio édit., Paris, L’Harmattan, 1990, p. 54-57 []
  7. P. Brocheux, Hô Chi Minh, Presses de Sciences Po, Paris, 2000 ou Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, Payot, Paris, 2003. Sur ce dernier point, en particulier, voir  Ho Chi Minh. Textes, op. cit., p. 69-74. []
  8. Voir les deux récits à caractère autobiographique, notamment T. Lan, Vừa đi đương vừa kể chuyện (Causeries chemin faisant), Hanoï 1963 ; Trần Dân Tiên, Những mâu chuyện về hoạt động của Hồ chủ tịch (Récits des activités du président Hô Chi Minh), Hanoi, 1948 []
  9.  Sous le titre « Indochine » dans Revue communiste n°15, 15 mai 1921, reproduit dans Ho Chi Minh. Textes…, op.cit., p. 34-35 []
  10. Entretien avec C. Fenn, Trial runs to Domesday, cité dans Ho Chi Minh. A Life, de W. Duiker, p. 238-239 []
  11. T. Lan, op. cit. []
  12. in Những Kỷ Niệm về Bắc Hồ, Hanoi, Éditions politiques d’État, 2002.  Hoàng Tung, était membre du  comité central du parti communiste, mais il assistait régulièrement aux réunions du Bureau politique (instance suprême du parti) en tant que responsable à la propagande et rédacteur en chef du Nhân Dân de 1951 à 1982. La brochure fut retirée de la vente et brûlée mais entretemps elle fut téléchargée sur le Web []
  13. Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, op. cit., p. 92-94 ; tous les détails de l’imbroglio juridique sont exposés par Lady Borton, The Legal Case of Nguyen Ai Quôc in Hong Kong, 1931-1933 (documents and photographs), Hanoi, éditions Thê Gioi, 2006 []
  14. Ibid., p. 122-125 []
  15. Législateur français, Sieyès a traversé la tourmente révolutionnaire, le Consulat, l’Empire , la Restauration et la monarchie de Juillet . Il « passa entre les gouttes » et à ceux qui lui demandaient « que faisiez vous ? » « j’ai vécu » répondait-il []
  16. Inspiré du Qing Yi (‘’Jugements purs’’), nom porté à partir du IIème siècle p.c, par  un mouvement protestataire de lettrés chinois qui s’opposaient à l’influence grandissante des eunuques comme conseillers des empereurs chinois. Dans les moments de crise, au cours de l’histoire de Chine jusqu’au XIXème siècle, le mouvement dit Qing Yi réapparut jusqu’à l’époque où, face aux défis de l’agression impérialiste occidentale, des lettrés comme Kang Yeouwei (1857-1928) remirent en cause la Tradition ; voir Anne Cheng, Histoire de la pensée chinoise, Paris, Seuil, 1997 ; P. Brocheux, ‘’La revue Thanh Nghị : un groupe d’intellectuels vietnamiens confrontés aux problèmes de leur nation. 1941-1945’’ in Revue d’Histoire moderne et contemporaine n°2/1987, p. 317-331 []
  17. Il a évoqué ses souvenirs de la période 1945-1960 dans 1) Thanh Nghị. Hồi Ký, Hanoï 1999  2) Hồi Ký Vũ Đình Hòe, Hanoï, 1994 3) Pháp Quyền Nhân Nghĩa Hồ Chí Minh, Hanoi, 2001 suivi d’une 2e version augmentée, Ho Chi Minh-ville, 2008 ; correspondance et entretien avec P. Brocheux en 1990, 2002 et  2003 []
  18. Henri Morché, président de la Cour d’appel de Hanoi et sa famille, pris en otages le 19 décembre à Hanoi, y était détenu []
  19. Pháp Quyền Nhân Nghĩa… op. cit., p. 130-133.  Pour moi le titre est difficilement traduisible en français, il pourrait être Les droits de l’homme selon Hô Chi Minh, ou la conception hochiminienne des droits de l’homme… []
  20. in Vũ Đình Hoè, Ibid., p. 308 []
  21.  P. Brocheux, ‘’Vietnam, une sortie à petits pas’’ in Les communismes d’Asie : mort ou métamorphoses ? (dir. J-L Domenach et F. Godement), Éditions Complexe, 1994, p. 71-89 []
  22. Hai Trăm Năm Cách Mạng Pháp, p. 121, Tp. Ho Chi Minh 1989 ; propos renouvelé dans un entretien avec P. Brocheux en 2003 []
  23. dont l’union nationale, đoàn kết fut la traduction stratégique sous le nom de Việt Minh / Liên Việt []
  24. Pierre Brocheux, « Vietnam 1994 : une société en mouvement » in Approches Asie, n°12, p. 31-49, 1994 []
  25. « Rapport sur le Tonkin, l’Annam et la Cochinchine » dans Ho Chi Minh. Textes… op. cit., p. 69-74 []

The Republic of Ngô Đình Diệm: Birth, Rituals, and Nationalism – Coord. Dieu Nguyen

[ndlr] Programme du panel sur la Première République du Viêt-Nam.

Panel presentation :

The Republic of Vietnam, founded in 1955, has attracted an intense scholarly scrutiny dominated by North American works which focus on the question of the Vietnam War. Our panel, though addressing the same political phenomenon, stresses the socio-cultural and individual angle. Ninh Xuan Thao takes us to the final year of the State of Vietnam. Nguyen Thi Dieu opens a window into the Diệm-imposed rituals of commemoration of the Republic’s first anniversary that reflected a certain conception of the Vietnamese nation. Pascal Bourdeaux introduces the Vietnamese sculptor, Paul Nguyen Van The, author of the Trung Queens statue, and discusses the artist’s familial archives. François Guillemot addresses the suicide of the novelist, Nhat Linh, contextualizing it within the framework of non-Communist nationalism. Nguyen Phuc Anh presents the Vietnamese priest-philosopher, Luong Kim Dinh, who articulated a much contested and largely forgotten civilizational formulation.  

★ ★ ★

 

Résumé du panel :

La République du Vietnam fondée en 1955 a fait l’objet d’une intense recherche dominée par les spécialistes Nord-Américains qui ont examiné ce phénomène politique principalement sous l’angle du conflit américain. Notre panel traite du même phénomène politique mais adopte une approche qui privilège le socio-culturel et le singulier. Ninh Xuan Thao nous fait revenir à la période charnière de « la dernière année d’existence de l’Etat du Vietnam (1954-1955).» Nguyen Thi Dieu montre comment les rites imposés par le régime Ngô lors de la célébration du premier anniversaire de la République reflètent une certaine vision de la nation vietnamienne. Pascal Bourdeaux nous parle du sculpteur Nguyen Van The, auteur de la statue des Reines Trung et présente les archives familiales ; François Guillemot revisite la question du suicide de l’écrivain Nhat Linh dans le contexte d’“un nationalisme non-communiste.” Nguyen Phuc Anh évoque Luong Kim Dinh, prêtre-philosophe vietnamien, auteur d’une formulation civilisationnelle originale aujourd’hui méconnue et oubliée.

Subject : : Panel
Language of text : English
For presentations in a panel: name of the coordinator : Coordinator : Nguyễn Thị Điểu (Department of History, Temple University, Philadelphia, PA, USA)
Topics : H – The Republic of Ngô Đình Diệm: Birth, Rituals, and Nationalism
Keywords : Bảo Đại ; Lương Kim Định ; Ngô Đình Diệm ; Nguyễn Văn Thế ; Nhất Linh ; State of Vietnam ; Republic ; Việt ; Hòa Hảo ; Cao Đài ; Bình Xuyên ; nationalism ; identity ; arts ; literature ; philosophy ; rites ; commemoration

Programme

 

Source : Congrès Asie 2017

Image « à la une » : Cảnh sát và dân chúng biểu tình ủng hộ chính phủ Ngô Đình Diệm 9-1963. © 1963 Life sur Blog : Một số hình ảnh cũ đảo chánh năm 1963

 

Où est passé R49 ? [Opération Fluxus]

L’agent R49 a disparu. Il était dans son bureau vendredi matin puis il est parti sans prévenir. Il était en train d’écrire un article sur la disparition de l’écrivain Nht Linh (7 juillet 1963) puis il a relu des passages de L’Affaire allemande, une brochure de presse publiée par Libération sur le groupe Baader-Meinhof en 1977. Où est passé R49 ?

Dans cette enclave étroite et foisonnante où il a résidé 4217 jours, il a laissé quelques traces à la postérité et autant d’indices pour le retrouver : le Temple de la littérature à Hanoi sur un calendrier, deux femmes parachutistes de l’ARVN, Hồ Chí Minh en chef d’orchestre, une image de la ville de Huế dévastée en 1968, des enfants courant après un camion sur une route du Nord Viêt-Nam photographiés par Roger Pic, une traduction vietnamienne de Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche, une invitation au théâtre de l’œuvre Les paradis aveugles de Dương Thu Hương sur la réforme agraire radicale en RDVN… Une série de visages vietnamiens : Nguyễn Thái Hc le fondateur du parti national guillotiné à Yên Bái par les Français le 17 juin 1930, la chanteuse L Thu en couverture d’un 45t, le journaliste politique Trần Vit Sơn, une « guerillera » décorée, Nguyễn Thị Kim Huế, l’icône des Jeunesses de choc (TNXP)… D’autres encore, Hoàng Đo, le théoricien du groupe littéraire « Propre forces », Trương Tử Anh, fondateur du parti Đi Vit, Mme Đặng Thị Khiêm, femme d’affaires et militante politique, le général Võ Bẩm, initiateur des opérations sur la Piste Hồ Chí Minh, le portrait d’une jeune femme souriante photographiée au Palais de la Réunification à Saigon, le dessin de Petite Étoile… Au loin, Phénoménologie de l’esprit révolutionnaire de Vittorio Mathieu…

Qui connaît la vérité ? Guan Yu (關羽) le maître de la guerre du temps des Trois royaumes ? Et les trois génies taoïstes (Phúc Lộc Thọ, 福 祿 壽, Bonheur, Prospérité, Longévité), que savent-ils vraiment ? Et ces trois autres qu’ont-ils vu ? Lui, le dragon de rouille et de fer qui se tient près de la porte le sait, mais il ne dira rien… R49 ne reviendra plus sous cette forme mais il reviendra. Soyez-en sûrs. Adieu R49.

FG (texte et photos)