Tous les articles par indomemoires

L’incroyable rock, funk et soul 60 & 70’s du Vietnam [Nova Planet]

[ndlr] A lire sur Nova Planet un article de Jean Morel.

L’incroyable rock, funk et soul 60 & 70’s du Vietnam

Des merveilles qui ont survécu miraculeusement à une histoire tourmentée

C’est un récit musical qui est le fruit de conjonctures historiques uniques. Une ère musicale éphémère issue de la rencontre forcée de cultures et dont on aurait pu perdre toutes traces. Cette histoire est celle d’une décennie, de 1965 à 1975, au Vietnam. Une décennie de souffrance, car elle marque à la fois l’intensification et l’enlisement du conflit. C’est en 65 que Lyndon B. Johnson lance en effet l’opération Rolling Thunder, qui déversa un demi-million de tonnes de bombes sur le Vietnam en 38 mois… C’est cette même année que la guerre entre dans un nouveau degré d’horreur avec l’autorisation par le président américain de l’utilisation de napalm. Cette histoire, c’est celle, éphémère, du funk, de la pop du rock et de la soul du Vietnam.

Dans le Vietnam colonisé par les Français pendant un siècle, de 1858 à 1954, et sous contrôle américain pendant la guerre, il s’agit paradoxalement d’une période luxuriante en termes de créativité musicale. Mais pour en mesurer toute l’étendue, il faut prendre un recul nécessaire sur l’histoire multiple et agitée de cette nation, qui se reflète forcément dans la musique.

Lire la suite : Nova Planet

Pham Minh Hoang : Lettre à cœur ouvert

[ndlr] Lettre ouverte du professeur Pham Minh Hoang, ancien prisonnier de conscience, devant le risque d’une déchéance de sa nationalité vietnamienne pour son positionnement pro-démocratique.

 

Lettre à cœur ouvert

Chère communauté Facebook,

Chers amis proches et lointains,

Ce 1er juin 2017, le Consul de France à Saigon, m’a fait venir pour m’annoncer une « très mauvaise » nouvelle : Le gouvernement vietnamien a décidé, le 17 mai, de me déchoir de ma nationalité vietnamienne avec pour effet mon expulsion vers la France. (Je possède la double nationalité franco-vietnamienne)

Encore sous le choc et bouleversé, je vous écris ces quelques lignes. Mon épouse et ma fille sont en larmes depuis qu’elles ont appris la nouvelle. Mon frère (Invalide de guerre handicapé à près de 100%) reste hébété. Notre situation familiale ne permettra pas à ma femme de m’accompagner, car elle doit continuer de soigner sa mère âgée et s’occuper de mon grand frère handicapé. Cela veut dire notre famille devra vivre séparée.

Novembre 1973…

Je me souviens encore comme si c’était hier, je partais étudier à Paris. Alors que l’avion s’élevait dans le ciel de Saigon, je regardais par le hublot me promettant revenir reconstruire notre patrie dévastée par la guerre. Deux ans après, mes aspirations se sont effondrées avec la chute de Saigon, m’obligeant d’embrasser une nouvelle vie, sous un nouveau ciel avec de nouvelles idées. Mais dans mon cœur, je me lancinais de ma Patrie où reste enterré mon cordon ombilical.

Après avoir vécu et travaillé en France, l’idée de revenir au pays a resurgi et j’ai repris mes livres et le chemin de la Faculté pour étudier et acquérir les connaissances utiles pour le Vietnam. De retour au pays en l’an 2000, j’ai lutté pour trouver un poste adapté à l’École Polytechnique de Saigon avec un petit salaire. Après 10 ans d’enseignement, je ne me considère pas comme un bon professeur, mais mon travail est reconnu et je suis perçu comme étant consciencieux et rigoureux. Je me satisfais d’avoir apporté toute mon énergie et ma volonté à transmettre mes connaissances aux étudiants. Lorsque je fus arrêté en 2010 pour avoir alerté sur la situation du pays, j’enseignais les mathématiques sur 5 domaines différents. À ce moment-là, mes capacités et ma créativité étaient exceptionnellement prolixes.

Grâce à l’intervention du gouvernement français, des organisations de défense des Droits de l’homme et du soutien de nombreuses personnes à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, ma peine fut relativement légère : seulement 17 mois d’emprisonnement et 3 ans de résidence surveillée. Seulement après cela, je ne pouvais plus enseigner. Parfois, je projetais d’ouvrir une classe de Français, mais on trouvait mille reproches pour m’en empêcher. Même en 2016, alors que je discutais et échangeais avec des jeunes sur les droits de l’homme, la législation vietnamienne et l’instruction civique, la police est intervenue violemment pour disperser les étudiants et confisquer le matériel électronique. Jusqu’à aujourd’hui, mes différentes plaintes ont fini dans le néant.

Malgré les difficultés et les multiples menaces, j’ai continué et me suis toujours efforcé d’alerter et de contribuer par la discussion à la résolution des problèmes du pays. Mes articles sont critiques, mais toujours modérés, pacifiques, et ne peuvent pas être accusés de nuire à la sécurité nationale. Mais cela ne semble pas suffisant aux autorités communistes. Par divers canaux d’information, je savais que je représentais toujours à leurs yeux une menace potentielle que ni mon attitude modérée et prudente n’ont suffi à calmer, au point de décider de me retirer ma nationalité.

La privation de nationalité va de pair avec mon expulsion. Ce qui veut dire que je n’ai plus le droit de vivre et de mourir dans mon pays natal. Je me souviens de mes discussions avec le Consul de France, en 2010-2011, alors que j’étais en prison. Je lui avais alors précisé que je préférais rester en prison plutôt que d’être expulsé. Il en a pris bonne note et m’a promis de m’aider à obtenir satisfaction.

Aujourd’hui la situation semble avoir changé. L’emprisonnement d’un citoyen français serait mal vu pour les deux gouvernements, aussi ils ont choisi la solution la moins gênante pour les deux parties, mais aussi la plus inhumaine, car plus que quiconque, ils connaissent très bien l’isolement de ma famille.

Avant, derrière les murs de la prison, je pensais que je vivais les heures les plus sombres de la vie d’homme, mais maintenant, je vois qu’il y a une chose encore plus horrible, c’est de ne pas pouvoir vivre dans le pays où tu es né.

À l’heure actuelle, je n’ai reçu aucun papier me signifiant la déchéance de ma nationalité. Je ne peux donc que vous adresser ces quelques lignes en espérant votre compréhension et soutien. Et que vous relayerez cet appel à l’aide à vos amis. Ma famille a aussi contacté un avocat pour chercher à comprendre les motivations de ce jugement. Je viens d’apprendre que la privation de la nationalité est contraire à la législation vietnamienne (voir le document ci-dessous).

Pour conclure cette lettre, je voudrais citer les paroles d’un autre militant qui fut aussi expulsé :

« On peut m’obliger de sortir du Vietnam, mais personne ne pourra sortir le Vietnam de moi »

Pham Minh Hoang, 2 juin 2017

Source : Page Facebook de l’auteur

 

Sur cette affaire, voir également :

  • Vietnam : French-Vietnamese blogger threatened with expulsion, RSF, 07/06/2016. Reporters Without Borders (RSF) is extremely concerned about the Vietnamese government’s declared intention to expel Pham Minh Hoang, an outspoken blogger who has French as well as Vietnamese nationality. RSF condemns this persecution of Hoang and urges the French authorities to give him their support.

Sur son procès en 2011 :

Image « à la une » : Le professeur Phạm Minh Hoàng lorsqu’il enseignait les mathématiques à l’Université Polytechnique de Saigon en 2006 © Facebook Lê Nguyễn Hương Trà.

De l’Indochine coloniale au Viêt-Nam actuel [ASOM]

[ndlr] Parution des actes du colloque de mars 2014 à Paris (programme en ligne et sur Mémoires d’Indochine).

 

L’Académie des sciences d’outre-mer
présente

DE L’INDOCHINE COLONIALE AU VIỆT NAM ACTUEL
sous la direction de Dominique BARJOT et Jean-François KLEIN

Premiers entretiens d’outre-mer
présentés par Pierre GÉNY

Coédité avec les éditions Magellan & Cie, cet ouvrage résulte de la décision des deux gouvernements de la République socialiste du Việt Nam et de la République française de célébrer l’année croisée France-Việt Nam, et Việt Nam-France en 2013-2014.

Tenus à l’Académie des sciences d’outre-mer, les premiers entretiens d’outre-mer ont porté sur le thème de l’Indochine coloniale au Việt Nam d’aujourd’hui. Si le Việt Nam bénéficie de la part de la France d’un souvenir très fort, de l’Empire colonial à la mondialisation actuelle, malgré les événements douloureux de la guerre d’indépendance, il est devenu un acteur de premier plan dans l’économie globalisée, un membre influent de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est et un partenaire de premier plan de la Francophonie.

Fruit de la rencontre des meilleurs spécialistes vietnamiens, francophones et anglophones venus du monde entier, ce livre constitue une mise au point la plus complète possible sur l’état actuel des connaissances issues des travaux de chercheurs confirmés et plus récents. Il témoigne d’une relation franco-vietnamienne apaisée et sereine et d’une vision d’un monde actuel appuyé sur un passé compris et accepté.

Paris : Académie des sciences d’outre-mer, Magellan & Cie, juin 2017
1 vol. (848 p. dont un cahier quadrichromie)
ISBN : 978-2-35074-446-9 (29,90 Euros)

Ouvrage en vente à l’Académie au prix de 29,90 € (renseignements et commandes au Secrétariat, du lundi au vendredi de 14h à 18h).

Source : ASOM

Workshop « Sources et documents pour l’étude du Viêt-Nam : état des lieux et perspectives » [23 mai 2017]

[ndlr] Mise en ligne du programme du Workshop « Sources et documents pour l’étude du Vietnam : état des lieux et perspectives » qui s’est déroulé à Marseille le 23 mai 2017.

Workshop
« Sources et documents pour l’étude du Viêt-Nam : état des lieux et perspectives »

Espace Yves-Mathieu, 3 Place Victor-Hugo, Campus St Charles
Aix Marseille Université, 23 mai 2017, Marseille.

Organisation :

Institut de Recherches Asiatiques (IRASIA, UMR 7306, AMU-CNRS) ; Aix Marseille Université ; Université nationale du Vietnam à Hanoï (VNU Hanoï) en collaboration avec : IAO, Paris VII, INALCO, EPHE.

Présentation

Trente ans après l’ouverture économique du Viêt-Nam depuis 1986, les études vietnamiennes se trouvent à un nouveau tournant. De nouveaux champs de recherche sont ouverts, grâce à l’accès au terrain plus aisé et au développement d’outils informatiques et numériques. L’arrivée d’une jeune génération de chercheurs vietnamiens dont plusieurs ayant soutenu leurs thèses dans des universités étrangères permet également d’envisager des projets de coopération sur de meilleures bases.

Un des éléments clés du renouvellement des recherches sur le Viêt-Nam est la prise en compte, au Viêt-Nam même par la communauté universitaire et scientifique, mais aussi par des décideurs politiques, de la diversité des recherches menées en dehors des frontières sur le pays, ainsi que de la richesse des sources et documents qui se trouvent localisés un peu partout dans le monde. A la richesse des sources s’ajoute la diversité d’approches et de points de vue, en autres en raison des guerres et des déplacements de communautés d’humains. Les humanités numériques sont également en train de changer les conditions de travail des chercheurs, permettant notamment de constituer des équipes internationaux exploitant des corpus partagés et disponibles à distance.

Ce workshop se situe dans la continuité de manifestations scientifiques internationales telle que le 2e Euroviet (Université de Provence, Aix-en-Provence, 1995) et plus récemment le colloque international « Les sources et archives portant sur le Viêt-Nam dans l’histoire moderne et contemporaine » qui s’est tenu à Hanoi en octobre 2016.

Cette journée de travail vise cependant l’objectif d’aller plus loin dans la réflexion sur le sujet. Les intervenants venant de différentes disciplines – histoire, linguistique, sociologie, géographie – croisent leurs sources et leurs approches. Le workshop se veut un espace d’échanges en vue d’élaborer de nouveaux projets de recherche novateurs pour répondre aux appels à projets internationaux. Ces projets pourraient s’articuler avec un projet d’envergure porté par l’Université nationale du Viêt-Nam à Hanoi ; il s’agit du projet de création d’un Centre de documentation sur le Viêt-Nam sur cinq ans qui débute en septembre 2017. Parallèlement à la recherche, la formation de jeunes chercheurs est également prise en compte, notamment par la direction et la co-tutelle de thèses financées dans le cadre de ces projets.

Contact :

NGUYEN Phuong Ngoc, MCF langue et civilisation vietnamiennes
Institut de recherches asiatiques (IRASIA, UMR 7306, AMU-CNRS)
Email : nguyenpngoc@yahoo.fr Tel. : 06 60 08 36 93

Programme prévisionnel :

23 mai 2017 – matin / salle LSH205

9h – Accueil : Allocution d’accueil du directeur de l’IRASIA, Guy Faure

9h30 – 12h Président de séance Guy Faure

9h30-9h45 Nguyễn Kim Sơn, Pr littérature vietnamienne ancienne en caractères chinois, Président de l’Université nationale du Vietnam à Hanoi, “Le projet d’un Centre national de documentation pour les études vietnamiennes porté par le VNU Hanoi”

9h45-10h Corinne Flicker (MCF HDR littérature française, CIELAM, AMU) : « Pour un programme interdisciplinaire et intersectoriel de recherches thématiques sur les archives en langue française au Vietnam »

10h-10h15 Philippe Le Failler (MCF HDR histoire, EFEO et IRASIA), “Les sources et approches pour l’histoire du Vietnam : du 2e Euroviet à Aix-en-Provence en 1995 au colloque international à Hanoi en 2016”

10h15-10h30 Olivia Pelletier (responsable du fonds Indochine, ANOM), “La numérisation de fonds des ANOM : enjeux et perspectives”

10h30-11h discussion

11h-11h15 Pascal Bourdeaux (MCF histoire, EPHE), “Sources et documents pour l’histoire des faits religieux au Vietnam”

11h-15-11h30 François Guillemot (Dr en histoire, IAO, UMR 5062 CNRS), “Humanités numériques et socio-histoire du Viêt-Nam”

11h30-11h45 Đào Đức Thuận (MCF histoire, directeur du département des archives et du office management, USSH, VNU Hanoi), “Les projets de collecte et de numérisation de sources au Vietnam : Archives nationales du Vietnam, Archives du Parti communiste vietnamien et Musée Ho Chi Minh”

11h45-12h discussion

12h-13h Cérémonie de réception de la délégation de l’Université Nationale du Viêt-Nam. Hommage au Professeur Trinh Van Thao, membre fondateur de l’IRSEA, devenu IRASIA en 2012, prix “Etudes vietnamiennes” de la Fondation Phan Châu Trinh (Viêt-Nam) de 2017.

13h-14h Buffet Salle polyvalente LSH

23 mai 2017 – après-midi / salle LSH205

14h30-17h30 Président de séance Philippe Le Failler

14h30-14h45 Marie Gilbert (MCF géographie, Paris VII), “Etudes urbaines : bases de données pour les recherches sur Ho Chi Minh-ville”

14h45-15h Catherine Scornet (MCF sociologie, LPED, AMU-IRD), “Sources et approches pour les études démographiques au Viêt-Nam”

15h-15h15 Đào Huy Linh (MCF linguistique, INALCO), “Les nouveaux outils du linguiste”

15h15-15h30 Alice Vittrant (MCF linguistique, IRASIA), “Projet de recherches sur les Mopiu au Viêt-Nam : constitution de bases de données, conditions d’accès et utilisations”

15h30-15h45 pause café

15h45-16h00 Michel Dolinski (MCF chinois, IRASIA), “Une minorité particulière au Viêt-Nam : l’histoire et la culture des Hoa, ethnie chinoise”

16h00-16h15 Johann Gremon (Dr en histoire, Paris VII), “Histoire des frontières du Viêt-Nam : diversité des sources et approches”

16h15-16h30 Amandine Dabat (Dr en histoire de l’art), “Archives à constituer : les peintures et les documents personnels de Hàm Nghi, empereur d’Annam exilé en Algérie, et de sa famille”

16h30-16h45 Gilles de Gantès (Dr en histoire, IRASIA, AMU-CNRS), “Les campagnes de numérisation et les études coloniales : Gallica pour les études vietnamiennes”

16h45-17h30 Discussion générale

Perspectives dans le cadre du projet du Centre de documentation pour les études vietnamiennes (colloques et workshops, publications, bourses doctorales, campagnes de numérisation).

Grand angle – La déforestation au Vietnam [RdP CgF à HCM-Ville]

[ndlr] A lire sur le bulletin de presse hebdomadaire du Consulat de France à Hô Chi Minh-Ville.

Le Vietnam est un des pays les moins forestiers d’Asie du Sud-Est. L’Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié un rapport qui indique que sur 12,9 M d’hectares officiellement classifiés en forêts, seuls 85 000 Ha sont désormais couverts d’une forêt primaire (vierge), n’ayant jamais subi de dommages liés à une activité humaine.

Le problème est aussi une affaire de représentation historique. Le développement de la riziculture a favorisé la seule vision des gens des plaines et des deltas, qui voient encore les forêts comme un lieu hostile – où l’on trouvait Monsieur Tigre –, au détriment des ethnies forestières pour qui elles forment un espace nourricier dont dépend leur subsistance. De plus, étant perçues dans l’imaginaire collectif comme des sanctuaires de résistance, elles devaient être défrichées.

Depuis l’ouverture économique du pays et l’ère du « doi moi », la sylve est considérée comme une zone pionnière sur laquelle on doit gagner pour étendre les cultures de rente. Dans ce contexte, les préoccupations environnementales ont du mal à mobiliser les autorités.

Les 5 provinces de Tây Nguyên (qui désigne les hauts-plateaux du centre) portent officiellement à elles seules le quart des espaces forestiers nationaux et concentrent aussi les problèmes liés à leur disparition : coupes et feux illégaux, selon la Direction générale de la statistique du Vietnam. Les chercheurs vietnamiens eux-mêmes attribuent à l’État la disparition des trois quarts de la surface forestière.

Centres agricoles, nouvelles zones économiques, politique de sédentarisation et fermes agricoles d’État ont poussé dans le sens du développement des forêts… de caféiers. Les surfaces plantées sont passées de 18 000 à 370 000 Ha ces 20 dernières années, principalement dans le Tây Nguyên. L’arrivée de gens des plaines pour l’exploitation, et la raréfaction des terres et des ressources hydriques qui en découle, créent des tensions entre ces différents groupes de population. Chaque année 23 000 Ha disparaissent officiellement dans les provinces du Tây Nguyên. A l’échelle nationale, 217 000 Ha auraient été défrichés sur la période 2000-2015, d’après Global Forest Watch, menant à un appauvrissement écologique qui semble inéluctable.

Les autorités vietnamiennes ont pris conscience des enjeux sociaux et environnementaux liés à la forêt et souhaitent lutter contre cette déforestation. Elles n’y parviennent encore qu’imparfaitement.

Source : Synthèse de presse du Consulat général de France à Ho Chi Minh Ville : semaine du 20 au 24 mars 2017

Sur ce sujet voir également l’ouvrage de Pamela D. McElwee : Forests are gold : trees, people, and environmental rule in Vietnam (Seattle : University of Washington Press, 2016).

Lê Thanh Nghị, « Report on meetings with Party leaders of eight socialist countries » [1965]

[ndlr] Signalement d’une archive en ligne sur le site du Wilson Center.

North Vietnamese Deputy Prime Minister and Politburo member Le Thanh Nghi recounts his discussions with socialist leaders in the summer of 1965, just as the war in the south was heating up.

“Report on Meetings with Party Leaders of Eight Socialist Countries”

During these talks, in each country we focused on providing to the Party and State leaders internal information on the Vietnamese people’s struggle against the American imperialist aggressors and on our Party Central Committee’s assessments and policies. We provided clear explanations of the plots of the American imperialists, described the victories our struggle has won, and explained our strategic resolve to defeat the American imperialists, to defend the North, liberate the South, and to advance toward the peaceful unification of our country. We described our determined resolve to overcome all difficulties and hardships in order to achieve total victory, and we clearly spelled out the certainty of our victory. We also told the Soviet Union and the Eastern European countries that if Vietnam did not resolutely defeat the American imperialist will to commit aggression, the American imperialists would become aggressive and would try to put their foot on our collective heads. They would escalate their acts of aggression and instigate wars against a number of the other fraternal countries, including even the Eastern European countries. We made careful presentations so that the fraternal countries would understand that we were not using only military measures in our struggle and that we were not rigid and machine-like; instead we made it clear that we have a clear and profound understanding of our nation’s most sacred revolutionary mission, which is also a heavy and glorious international duty for us.

In general, in all eight socialist countries that we visited (China, the Soviet Union, Poland, Germany, Bulgaria, Hungary, Czechoslovakia, and North Korea), the Party and State leaders whom we met all indicated that they agreed with our assessments and our analyses; they agreed with the policies and positions of our Party Central Committee; and they said that they would actively support and help us.

[Handwritten: Brother Tuan will type up an official copy, which should be about 20 pages long]

[Handwritten: 24 copies]

Pour citer ce document :

« Lê Thanh Nghị, ‘Report on Meetings with Party Leaders of Eight Socialist Countries’, » 1965, History and Public Policy Program Digital Archive, 8058 – “Báo cáo của Phó Thủ tướng Lê Thanh Nghị về việc gặp các đồng chí lãnh đạo của Đảng và Nhà nước 8 nước xã hội chủ nghĩa năm 1965,” Phủ Thủ tướng, Vietnam National Archives Center 3 (Hanoi). Obtained by Pierre Asselin and translated by Merle Pribbenow.

https://digitalarchive.wilsoncenter.org/document/134601

Source : Wilson Center Digital Archive

Christopher Goscha : Peace matters [book review]

[ndlr] Signalement de la recension de l’ouvrage de Sophie Quinn-Judge (The Third Force in the Vietnam War: The Elusive Search for Peace, 1954-75) par Christopher E. Goscha. En accès libre pendant quelques jours sur Mekong Review. Lecture vivement conseillée.

Sophie Quinn-Judge landed in central Vietnam in 1973 as a member of the American Friends Service Committee (AFSC). She served in the AFSC-run Rehabilitation Centre in Quang Ngai province until the end of the war in 1975, providing prosthetics and relief help to war-injured civilians coming from all sides of the conflict ripping Vietnam apart. Quinn-Judge grew up in Quaker country in the suburbs of Philadelphia. Although she was not initially a member of this breakaway Protestant faith, she took part in their youth camps as a youngster and felt at home working in the AFSC in France and Vietnam.

The Quakers established the AFSC upon the United States’ entry into the First World War in 1917. The Quakers refused to take part in war as an article of faith. So instead of sending their sons into the trenches of the Western Front, the AFSC mobilised their young people to help civilians hurt and displaced by the conflagration. The AFSC did more than provide humanitarian aid, however. Drawing on centuries of Quaker pacifism, the organisation actively promoted “lasting peace with justice, as a practical expression of faith in action”. Educational programs, youth camps and exchanges helped nurture “the seeds of change and respect for human life that transform social relations and systems”. In 1947, the AFSC received the Nobel Prize for Peace for its humanitarian relief efforts during and after the Second World War and its promotion of world peace. The Quakers continued their work during the Cold War, dispatching people to work in war-torn areas of the Afro-Asian world, including Vietnam.[1]

Quinn-Judge carried these values with her to Quang Ngai, working tirelessly in the rehabilitation centre. Arriving shortly after the signing of the Paris Peace Accords, she also became an advocate of peace. The Paris Agreement, signed by the Vietnamese and US sides in January 1973, called for the creation of a coalition government in South Vietnam that would eventually replace the embattled Republic of Vietnam. The coalition would include members from this state, a host of non-communist religious, neutralist and democratic leaders, as well as the communist-backed National Liberation Front (NLF) and the People’s Revolutionary Government for the south. This southern coalition would then decide the south’s destiny via negotiations with the north.

Lire la suite : Mekong Review

Image « à la une » : With journalists from Van nghe quan doi, Quinn-Judge, far right. Photograph : Claudia Krich © Mekong Review

 

Vietnam Update: The Politics of Life – Call for Papers

[ndlr] Appel à communications.

CALL FOR PAPERS

2017 Vietnam Update: The Politics of Life

20-21 November 2017

Australian National University, Canberra

Vietnamese people often tell their foreign visitors that Vietnam is the most secure place in the world. The country has no terrorists, no political disorder, and the police are second to none. Decades of devastating warfare are long-past. Poverty is declining and incomes are rising in a region with good economic prospects. People in Vietnam appear to fling themselves at life’s everyday challenges with intensity and no little optimism.

But Vietnamese today are questioning ends and means, particularly as they relate to human security; they thirst for transparency and reliable ways to assert control over life. In the country and the city, in material, ideological and psychological realms, and at local, national and regional scales, the ability to feel secure is slipping away. This leads to high system maintenance costs and exhaustion as people exert themselves to amass the means and the trust they require to obtain existential security. Increasingly, questions are being asked as to whether life might be lived in a better way.

This Vietnam Update is dedicated to exploring the politics of life in Vietnam. The organisers call for original research papers that address the following sets of questions:

  1. For many Vietnamese, the most significant risks to life come from their own region as neighbours stake claims and leverage power asymmetries in ways perceived to be detrimental to the very existence of the country. Doubts about co-ordinating mutual security through ASEAN co-exist with concerns about the merits of rapprochement with America. Preoccupations with China manifest in anxieties about encirclement, infiltration, collusion, manipulation and incitement. How are such anxieties given voice and how does the government respond? Online criticisms and protests by activists are met with repression, but throughout the country – both within the government and beyond  – debate rages about how to secure the nation. One of the deepest questions is: who is to be trusted with the nation’s security?
  2. The recent censure and demotion of high level leaders for misconduct or poor performance attests to the openly competitive nature of political power. Party leaders continue to warn about the threats posed by ideological and moral degradation, but are there indications that leaders are being selected according to new standards of meritocratic governance? It has become conventional to tie political outcomes to factional power struggles or a contest over the spoils of patronage but to what extent does politics represent a contest between alternative visions for how the country should be governed and how life is to be lived?
  3. Capitalist market relations are central to gaining access to basic life needs formerly obtained through government programs, state enterprises and co-operatives, or via family, community or customary economies. Market logics influence the supply of housing, land, food, healthcare and education, and most government services attract formal or informal user fees. The pursuit of market efficiencies is linked to precarious livelihoods, indebtedness, and widening social disparities. How are such processes experienced and debated within Vietnamese society? Are there attempts to push back against or mitigate the commoditisation of life?
  4. Technology, industry, science and new production and exchange systems have unleashed material plenty and improved life for tens of millions of people. However, doubts about the benefits of headlong modernisation appear in concerns about the harm done by chemical effluents, carcinogens, pesticides and unsafe food, along with urban expansion, traffic chaos and unsafe workplaces. Agrarian intensification, agricultural commoditisation and land concentration have increased productivity but also engender livelihood insecurities and pose existential threats to rural communities and customary ways of life. In what ways are citizens suturing gaps and controlling such risks through mutual assistance, security from below, or deliberative modes of living and being?
  5. For a number of Vietnamese, the material, spiritual and psychological strains of modern life are such that a retreat into simpler modes of living, equated with the past, offers an appealing alternative. At the same time, tradition is blamed for ills as diverse as corruption, excessive drinking, age, gender and ethnic hierarchies, and doctrinaire thinking. As youths study abroad and gain exposure to the cultures of the world, many are led to wonder: what values and institutions work? Do Vietnamese need a state religion, a prescribed traditional or ‘Western’ culture, civics lessons, or democracy to have the means to obtain security and hold each-other to account?
  6. One of the most intriguing developments in the politics of life come from networks of activists who use media, community affiliations and ties to government insiders and resources to vocally and persistently oppose official development projects, land confiscations and foreign investments considered harmful to human wellbeing. Recent actions range from social media campaigns to sit-ins, flash demonstrations, and the capture of public officials by frustrated villagers. In this workshop we are interested to explore whether the politics of material security represents a singular domain in which citizens may significantly oppose or influence government decisions and development directions through engaging in overt political action perhaps in ways not seen previously in Vietnam.

The organisers are seeking proposals for papers on these themes to be presented at a conference to be held at the ANU, Canberra on 20-21 November 2017.

Proposal Submission:
Interested contributors should send their proposals and a one page CV to Philip Taylor by 20 June 2017. Email: Philip.taylor@anu.edu.au

Each proposal should be no longer than 600 words. The proposal should outline how the paper relates to the issues highlighted in the above sets of questions and the kind of research the paper will be based on. Preference will be given to papers that promise a rich analysis and have an interdisciplinary dimension. The conference organisers will then decide which proposals to accept. We will then extend invitations to the authors of the selected proposals to prepare and present their papers to the conference. The organisers also reserve the right to solicit papers, if necessary, from individuals who did not submit proposals.

Funding for travel and accommodation is available and details will be discussed later with each paper presenter.

Paper Specifications:
The paper itself should be submitted 30 days before the date of the conference.

The paper should not exceed 10,000 words and it should include appropriate bibliography and citations. Each paper should include an abstract of 250 words.

Presentation and Publication:
We envisage about twelve paper presentations during a two day workshop in Canberra on 20-21 November 2017. At the Update each author will have approximately 40 minutes to summarise what her/his paper argues and the evidence used.

The conference will also include presentations about recent political and economic developments in Vietnam.

Organisers request the right of first refusal with regards to publishing the accepted papers, which may be included, subject to any necessary revisions to meet publication requirements, in a refereed book or journal collection that we hope will be published within a year of the conference.

For more information on this Vietnam Update theme or questions about paper proposals please contact Philip Taylor (philip.taylor@anu.edu.au).

Vietnam Update Committee: Huong Le Thu; Phuc To; Ashley Carruthers; Kim Huynh; David Marr; Tana Li; Benedict Kerkvliet; Sango Mahanty.

Changing Lives in Laos: Society, Politics, and Culture in a Post-Socialist State [parution]

[ndlr] Parution d’une nouvelle publication sur le Laos contemporain sous la direction de Vatthana Pholsena et Vanina Bouté. Présentation de l’éditeur.

Changing Lives in Laos:

Society, Politics, and Culture in a Post-Socialist State

Edited by Vanina Bouté and Vatthana Pholsena

Changes in the character of the political regime in Laos after 2000, a massive influx of foreign investment, and disruptions to rural life arising from improved communications and new forms of mobility within and across the borders have produced a major transformation across the country. Witnessing these changes, a group of scholars carried out studies that document the rise of a new social, cultural and economic order. The contributions to this volume draw on original fieldwork materials and unpublished sources, and provide fresh analyses of topics ranging from the structures of power to the politics of territoriality and new forms of sociability in emerging urban spaces.

« In Changing Lives in Laos, Vanina Bouté and Vatthana Pholsena have assembled an invaluable collection of papers on Laos by key established and emerging scholars of the country. While Laos remains under-studied compared to most of the region, these chapters show an increasingly thorough engagement with people and places and a better understanding of the texture of transition and transformation. »
Jonathan Rigg, Department of Geography, National University of Singapore

« This new book on Laos, edited by two leading specialists on this country, features articles by a new generation of historians, anthropologists, geographers and political scientists. Studying state formation, new economic trends, and issues such as the cultural integration of ethnic minorities and rural migration, this interesting book brilliantly demonstrates how in less than fifty years Lao society has been deeply transformed. »
Yves Goudineau, Director of the French School of Asian Studies (EFEO), Chair in Comparative Anthropology of Southeast Asia (Paris)

________________________________________________________ 

CONTENTS
List of Illustrations
1. Introduction
Vanina Bouté and Vatthana Pholsena

PART I: STATE FORMATION AND POLITICAL LEGITIMATION
2. The History and Evolution of the Lao People’s Revolutionary Party
Martin Rathie
3. Shaping the National Topography: The Party-State, National Imageries, and Questions of Political Authority in Lao PDR
Oliver Tappe
4. ‘Special Operation Pagoda’: Buddhism, Covert Operations, and the Politics of Religious Subversion in Cold-War Laos (1957-60)
Patrice Ladwig
5. War Generation: Youth Mobilization and Socialization in Revolutionary Laos
Vatthana Pholsena
6. Socialist Pathways of Education: The Lao in East Germany
Nicole Reichert

PART II: NATURAL RESOURCE GOVERNANCE AND AGRARIAN CHANGE
7. The Poltical Ecology of Upland/Lowland Relationships in Laos since 1975
Olivier Évrard and Ian G. Baird
8. The New ‘New Battlefield’: Capitalizing Security in Laos’ Agribusiness Landscape
Michael B. Dwyer
9. Reaching the Cities: New Forms of Network and Social Differentiation in Northern Laos
Vanina Bouté

PART III: ETHNIC MINORITIES ENGAGING WITH MODERNITY
10. Ethnic Belonging in Laos: A Politico-Historical Perspective
Grégoire Schlemmer
11. Piglets Are Buffaloes: Buddhification and the Reduction of Sacrifices on the Boloven Plateau
Guido Sprenger
12. Rubber’s Affective Economies: Seeding a Social Landscape in Northwest Laos
Chris Lyttleton and Yunxia Li

PART IV: IN SEARCH OF OPPORTUNITIES: MOVING ACROSS AND OUTSIDE THE COUNTRY
13. Migration and Mobility in Laos
Sverre Molland
14. Patterns and Consequences of Undocumented Migration from Lao PDR to Thailand
Kabmanivanh Phouxay
15. Textiles Economy in Laos: From the Household to the World
Annabel Vallard

Bibliography
Contributors
Index

Source : NUS Press

Deux prêtres du diocèse de Vinh sont la cible d’une campagne de diffamation orchestrée par les autorités provinciales

[ndlr] Signalement. Le « bras de fer » continue entre les autorités communistes vietnamiennes et deux paroisses de la communauté catholique de la province de Nghê An entrées en résistance.

Deux prêtres du diocèse de Vinh sont la cible d’une campagne de diffamation orchestrée par les autorités provinciales

Deux prêtres du diocèse de Vinh sont aujourd’hui dans le collimateur des autorités civiles locales. Les deux prêtres, le P. Dang Huu Nam et le P. Nguyên Dinh Thuc, respectivement curés des paroisses de Phu Yên et de Song Ngoc, ont, les mois derniers, pris la tête de la résistance des fidèles catholiques dans leur protestation contre le complexe industriel Formosa, responsable d’une très grave pollution de l’environnement maritime dans la région et contre l’absence ou l’insuffisance d’indemnisation pour certaines des victimes de la catastrophe écologique.

La campagne calomniatrice lancée contre les deux curés de paroisse a été reprise sur tous les médias officiels aussi bien à la télévision, à la radio que sur les journaux contrôlés par le pouvoir. Face à cette attaque sans précédent contre leurs confrères, les membres du clergé local ne sont pas restés sans réaction. Une déclaration signée par de nombreux prêtres a pris leur défense avec vigueur.

Lire la suite : Églises d’Asie, 11/05/2017.

Image « à la une » : Le P. Dang Huu Nam (au centre, mégaphone en main) organise une manifestation pour dénoncer la pollution causée par l’entreprise Formosa © fvpoc.org/RFA.