Tous les articles par indomemoires

Plongée biographique dans l’histoire du Viêt-Nam contemporain – Mémento

[ndlr] Dans ce second volet « Clés du Viêt-Nam contemporain », dédié aux étudiant.es, nous proposons une plongée biographique dans l’histoire tumultueuse du Viêt-Nam au XXe siècle, un siècle vietnamien marqué par la domination coloniale, la lutte pour l’indépendance, la révolution, la guerre de réunification puis le redressement économique avec le Renouveau.

Pour accompagner notre cours mais également offrir aux lecteurs/trices de ce carnet de recherche quelques repères biographiques sur des personnalités vietnamiennes du XXe siècle, nous proposons une sélection de notices volontairement courtes. Ce choix qui n’a rien d’exhaustif et n’a pas valeur démonstrative vise avant tout à faire surgir quelques figures clés rencontrées au cours des différentes périodes historiques que nous étudions. D’une façon générale, ces portraits s’inscrivent dans l’histoire politique et culturelle. Pour approfondir les données succinctes proposées ici, on se reportera aux encyclopédies en ligne. De même, pour les personnalités étrangères évoquées tout au long de cours (française : Bollaert, De Lattre, Mendès France, Sainteny… ; américaine : Kennedy, Nixon… ; chinoise : Chen Geng, Lu Han, Luo Guibo, Wei Guoqing… britannique : Lord Mountbatten… ; cambodgien : Sihanouk, Lon Nol… ; laotien…) on se reportera prioritairement aux notices du dictionnaire en ligne de Christopher Goscha sur le portail La Guerre d’Indochine (UQÀM) et aux notices d’autres encyclopédies en ligne.

Les notices sont classées chronologiquement par périodes liées à la formation des États-nations puis, au sein de chaque période, par ordre chronologique (à partir de la date de naissance de chaque personnalité). Notons que les dates de naissances présentent parfois des différences (de un, deux ans, voire plus) suivant les encyclopédies. Cela tient au fait que les actes de naissance étaient enregistrés tardivement auprès des services civils et que ces dates reposent sur des sources difficiles à vérifier. Nous nous appuierons sur celles proposées par le dictionnaire biographique de Nguyen Q. Thang et Nguyen Ba The (réédition de 2006).

Comme pour la plupart des histoires nationales, la figure des « grand hommes » domine largement cette sélection de près de cent personnalités. Nous avons néanmoins introduit vingt portraits de femmes qui ont marqué le XXe siècle vietnamien.

Les notices seront complétées et corrigées au fil du temps. Nous ajouterons également quelques références bibliographiques (articles ou ouvrages) renvoyant les lecteurs/trices à des travaux académiques publiés et/ou disponibles sur la toile (portails Persée, Cairn, Revue.org …).

★ ★ ★

Héros/héroïnes populaires

Deux sœurs Trưng (12?-43)

Les deux soeurs Trưng (ou Dames Trưng), respectivement Trưng Trắc (徵側) et Trưng Nhị (徵貳) sont deux héroïnes de l’histoire vietnamienne. A la tête d’une armée, elles mènent une insurrection antichinoise pendant trois ans entre 40 et 43 et libèrent le Giao Chi, ce qui deviendra le nord du Viêt-Nam. Leur règne est  court car la contre offensive chinoise menée par le général Ma Yuan (馬援) écrase finalement l’insurrection. Pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi, elles se suicident en l’an 43. Auréolées de plusieurs légendes sur leur bravoure et ardeur au combat, elles font l’objet d’un culte et symbolise la lutte pour l’indépendance vietnamien.


Trần Hưng Đạo (né Trần Quốc Tuấn, 1226-1300)

Héros national. Général, grande figure historique de la dynastie des Trần (1225-1400). Il repousse trois offensives mongoles contre le Đại Việt (ancien Viêt-Nam) au XIIIème siècle. Son nom reste le symbole de la résistance nationale à l’envahisseur étranger et de la stratégie militaire. Vénéré comme une divinité populaire, son culte a été étudié par Pham Quynh Phuong (2009).


★ ★ ★

Dernière dynastie impériale : Dynastie des Nguyễn Phước (Nguyễn Phúc)

Gia Long (Nguyễn Phúc Ánh, 1762-1820)

Premier empereur de la dynastie des Nguyễn, dernière dynastie impériale (1802-1945). Gia Long unifie le territoire vietnamien sous la forme de « S » et le nom que nous lui connaissons aujourd’hui. Pour conquérir le pouvoir sur les Tây Son, il s’appuie sur des soutiens militaires français et siamois. Après la victoire, il réorganise son pays, installe la capitale à Huế (Phú Xuân), consolide l’armée et la marine et développe l’économie. Il réactive le confucianisme comme doctrine d’État pour affirmer son autorité.


Tự Đức (Nguyễn Phúc Hồng Nhậm, 1829-1883)

Quatrième empereur de la dynastie des Nguyễn. Durant son règne de 1847 à 1883, il doit faire face à une forte contestation intérieure, au défi du catholicisme et à l’agression de la France. La perte de l’ensemble des territoires du delta du Mékong, future Cochinchine, en 1867 marque le déclin de l’empire vietnamien. Dès 1862, il appelle ses compatriotes à la résistance. Sur le déclin de la dynastie des Nguyen, voir l’étude de référence de l’historien Nguyen The Anh (1992).


Hàm Nghi (Nguyễn Phúc Ưng Lịch, 1871-1944)

Jeune Empereur du Viêt-Nam, il est la figure emblématique du mouvement de résistance « Cn Vương » (Aide au Roi). Il rejoint la résistance à l’âge de quatorze ans. Capturé dans le maquis, il est ramené à Saigon puis exilé en Algérie française en décembre 1888, où il demeure jusqu’à la fin de ses jours. A partir des archives familiales, son arrière petite-fille Amandine Dabat a soutenu en 2015 une thèse en histoire de l’art intitulée : « Hàm Nghi (1871-1944)  Empereur en exil, artiste à Alger« .


Cường Để (1882-1951)

Prince, descendant direct de l’empereur Gia Long. Il mène son combat anticolonial depuis son exil au Japon et en Chine auprès de Phan Bội Châu. En 1939, il fonde l’armée du Phục Quốc qui attaque Langson en septembre 1940. Malgré quelques soutiens japonais, après le coup du 9 mars 1945, ces derniers ne lui offrent pas de retour sur le trône qu’il espérait. Une biographie a été publié par la chercheuse Tran My-Van (2005) sur le destin singulier de ce prince qui a manqué son rendez-vous avec l’histoire.


Duy Tân (Nguyễn Phúc Vĩnh San, 1900-1945)

Empereur du Viêt-Nam en 1907. Déposé par les Français en 1916 à cause de ses sympathies nationalistes, déporté et exilé à la Réunion. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’engage dans les Forces Françaises Libres. Il revient sur le devant de la scène lorsque le Général de Gaulle décide de le replacer sur le trône vietnamien. Mais il décède le 26 décembre 1945 dans un accident d’avion, une disparition soudaine qui met fin à la « Solution Duy Tân ». Une biographie a été publiée en 2001 par Nguyen Phuoc Bao Vang, un descendant de la famille.


Bảo Đại (Nguyễn Phúc Vĩnh Thụy, 1913-1997)

Dernier Empereur du Viêt-Nam de la dynastie des Nguyễn (1802-1945). Il règne à partir de 1932 et entreprend la réforme du système impérial mais il se heurte rapidement au conservatisme colonial sur la question de la Cochinchine. Il abdique en faveur du front Viêt-Minh à la fin du mois d’août 1945. Il devient conseiller suprême de la RDVN avant de s’exiler à Hong Kong en mars 1946. Chef de l’État du Viêt-Nam (Quc Gia Việt Nam), État associé à l’Union Française entre 1948 et 1954. Il décède à Paris en 1997 après un long exil en France. L’ex-empereur a publié ses mémoires en français sous le titre Le Dragon d’Annam (1979), non rééditée à ce jour.


★ ★ ★

Domination française (Tonkin, Annam, Cochinchine, 1858-1954)

Phan Thanh Giản (1796-1867)

Mandarin de la cour de l’Empereur Tự̣ Đức, diplomate. Il conduit la délégation vietnamienne en France pour re-négocier la perte des trois provinces orientales du Sud (1863). Nommé Vice-roi des trois provinces occidentales du Sud, il se suicide après la conquête militaire française sur ces trois provinces. Le numéro de la revue d’histoire éditée à Saigon (Tập san sử đ̣ịa) consacré à ce grand mandarin a été réédité en 2015. Un essai biographique a été publié par Le Thanh Tuong à Hanoi en 1938 et Phan Thi Minh Lê (2002) a étudié les années décisives de la fin de sa vie


Nguyễn Tri Phương (1800-1873)

Général de la dynastie des Nguyễn. Il dirige l’armée impériale dans les combats contre la colonisation française du Viêt-Nam. Il mène la résistance à Danang en 1858, à Saigon en 1861 (bataille de Kỳ Hòa) et enfin à Hanoi en 1973. Blessé et capturé, il se laisse mourir de faim sur un constat d’échec.


Pétrus Trương Vĩnh Ký (1837-1898)

Érudit catholique, professeur au collège des Interprètes à Saigon. Auteur de 130 ouvrages sur la langue et la culture vietnamienne. On lui attribue la maîtrise de 14 langues.  Il fait partie de l’ambassade vietnamienne dirigée par Phan Thanh Gin envoyée en France pour renégocier le traité de Saigon. Sa proximité avec l’administration française et ses nombreuses décorations pour services rendus ont longtemps provoqué son rejet de l’historiographie officielle. En janvier 2017, un ouvrage sous la direction du chercheur Nguyễn Đình Đầu (Trương Vĩnh Ký, nỗi oan thế kỷ) retraçant la vie et l’œuvre de cet érudit a été censuré par le PCV. Une biographie sur cet auteur a été publiée par Jean Bouchot dès 1925.


Tôn Thất Thuyết (1839-1913)

Grand madarin à la cour de Huế. Régent avec Nguyễn Văn Tường à la mort de Tự Đức. Il place Hàm Nghi sur le trône puis organise la résistance anti-française du Cn Vương après la prise de Huế en 1885. En 1887, il s’exile en Chine et y demeure jusqu’à sa mort. Un ouvrage biographique a été publié à Hanoi en 1998 sous la direction de l’historien Đinh Xuân Lâm.


Phan Đình Phùng (1844/47?-1895)

Résistant anticolonialiste, figure historique du Mouvement d’Aide au Roi (Cần Vương). Chef militaire de la résistance anti-française pendant dix ans de 1886 à 1895 dans le Centre du pays. Il décède dans le maquis en décembre 1895. Sa disparition porte un coup sévère au mouvement de résistance. Dao Trinh Nhat a publié la première biographie en vietnamien sur ce résistant (rééditée depuis).


Lương Văn Can (Lương Ngọc Can, 1854-1927)

Lettré moderniste, un des fondateurs de l’École gratuite du Tonkin (Đông Kinh Nghĩa Thục / 東京義塾) en 1907 à Hanoi. Soupçonné par la Sûreté coloniale d’entretenir des liens avec l’organisation du révolutionnaire Phan Bội Châu, il est incarcéré et exilé au Cambodge pendant huit ans.


Hoàng Hoa Thám (1858-1913)

Surnommé le « pirate » dans un ouvrage de Paul Chack, connu aussi sous le nom de Đề Thám (Maréchal Thám) ou celle de « le tigre du Yên Thế », cet insurgé nationaliste mène la résistance antifrançaise au sein du Cần Vương (Aide au Roi) dans le Tonkin à partir de 1884. Ses troupes pratiquent la guérilla, le camouflage, l’économie des forces, une stratégie dont s’inspire plus tard les partisans du Viêt-Minh. Après avoir traité avec les Français pour sa réédition, il obtient une zone autonome de six cantons. Puis il reprend le combat anticolonial en 1905 dans le sillage de Phan Bội Châu jusqu’en 1913, date de son assassinat. Une biographie sur le Đề Thám a été publiée par Claude Gendre (2009), ouvrage recensé par Jean-Pierre Renaud sur le site Études coloniales.


Sương Nguyệt Anh (1864-1921)

Née Nguyễn Thị Khuê, femme de lettres, poétesse et journaliste, fille du lettré Nguyễn Đình Chiểu (Đồ Chiểu). En 1906-1908, elle soutient le mouvement Đông Du initié par Phan Bi Châu. Elle fonde en 1918 à Saigon le premier journal dédié aux femmes intitulé Nữ giới chung  (La cloche du genre féminin, voir illustration), suspendu par les autorités coloniales la même année. Elle décède en janvier 1921 à l’âge de 58 ans.


Phan Bi Châu (1867-1940)

Lettré moderniste, révolutionnaire, grande figure du mouvement nationaliste. Il opte pour la solution radicale contre le gouvernement colonial (résistance armée et renversement du régime colonial). Organisateur du « Voyage vers l’Est » (Đông Du) où 200 jeunes nationalistes sont envoyés en formation au Japon. Fondateur de l’Association pour le Renouveau du Viêt-Nam en 1904 (Việt Nam Duy Tân Hi) puis de l’Association de Restauration du Viêt-Nam en 1912 (Việt Nam Quang Phục Hi) et enfin d’un Parti national du Viêt-Nam en 1924 (existence éphémère). Arrêté sur dénonciation en 1925, il est d’abord condamné à mort par le régime colonial puis sa peine est commuée en assignation à résidence jusqu’à sa mort à Huế (1940). Auteur de nombreux écrits, il est considéré comme le père du nationalisme révolutionnaire vietnamien. Ces œuvres complètes (toàn tp) ont été éditées en 1990 à Huế en 10 vol. et ont été rééditées depuis. Ses mémoires ont été traduites en français et annotées par Georges Boudarel (1969). Une traduction anglaise a été éditée par l’historien Vinh Sinh (1999). Le chercheur indépendant Yves Le Jariel (2008) lui a consacré une biographie.


Gilbert Trần Chánh Chiếu (Gibert Chiếu, 1868-1919)

Écrivain, journaliste, entrepreneur et réformiste. Il fonde la société Minh Tân en Cochinchine dans le but de rassembler des fonds pour ses activités politiques. Proche du révolutionnaire Phan Bi Châu, il promeut le volet économique du Duy Tân (Rénovation) qui doit permettre au Viêt-Nam de recouvrir son indépendance. Placé sous surveillance, il est arrêté à plusieurs reprises : en 1908 pour ses liens avec le Đông Du puis en 1917 pour son soutien à Phan Xích Long (Phan Phát Sanh) un chef insurgé charismatique coordonnateur des sociétés secrètes au Sud.


Nguyễn Hải Thần (1870?-1951/54?)

Révolutionnaire, nationaliste. Vieil ami de Phan Bi Châu, réfugié en Chine depuis 1912. Il prend en 1942 la tête de la Ligue Révolutionnaire du Viêt-Nam (Đồng Minh Hi ou ĐMH), organisation soutenue par le GMD. De retour au Viêt-Nam en septembre 1945, il conteste la mainmise du Viêt-Minh sur le gouvernement et parvient à être nommé d’office vice-président du Gouvernement d’Union en janvier 1946. Au cours de la même année, il se réfugie de nouveau en Chine pour échapper à la répression du Viêt-Minh où il reste jusqu’à sa mort.


Phan Châu Trinh (1872-1926)

Lettré moderniste, nationaliste réformateur, partisan d’une solution pacifique pour accéder à l’indépendance. Il participe à l’aventure de l’École libre du Tonkin (Đông Kinh Nghĩa Thục) en 1907 à Hanoi et soutient l’agitation anti-fiscale de 1908 dans le Centre du pays. Son combat politique lui vaut d’être condamné à mort par le régime colonial puis déporté à Poulo-Condore et enfin d’être assigné à résidence suite aux vives protestations de la Ligue des Droits de l’Homme. Il est exilé en France en 1911 et organise le combat anti-colonial au sein du groupe des « Cinq Dragons ». De retour au Viêt-Nam en 1925, il poursuit sa lutte pour une réforme républicaine, milite pour l’amnistie de Phan Bi Châu mais décède un an plus tard. Son enterrement donne lieu à des manifestations populaires dans tout le pays. Auteur de nombreux écrits politiques, il est considéré comme le père de l’idéal démocratique. Ces œuvres ont été éditées en 3 volumes en 2005 à Danang et quelques textes politiques ont été traduits en anglais et présentés par l’historien Vinh Sinh (2009).


Bùi Quang Chiêu (1873-1945)

Homme politique et journaliste, premier ingénieur agronome vietnamien formé à Paris. Fondateur du journal La Tribune indigène en 1917 et du Parti Constitutionnaliste, de tendance réformiste, en 1919. Notable intégré au système colonial dans les années 1930. Il est exécuté par le Viêt-Minh en septembre 1945 ainsi que ses cinq enfants.


Kỳ Đồng (奇童) (Nguyễn Văn Cẩm, 1875-1929)

Inspirateur d’une insurrection au Tonkin à la fin du XIXe siècle. Vénéré par les paysans pour son intelligence et son savoir, celui que l’on surnomme « l’enfant merveilleux » mène une révolte contre la citadelle de Nam Dinh en 1887. Pour l’écarter de la rébellion, il bénéficie d’une bourse française et est envoyé à Alger de 1887 à 1896. De retour au pays, il refuse le mandarinat et décide de se rapprocher des terres du nationaliste Đề Thám. Il est rejoint par près de trois mille partisans qui voit en lui un génie messianique qui mettra fin à la colonisation. Il est exilé aux Iles Marquises. Il se lie d’amitié avec Paul Gauguin et décède à Papeete en 1929. Une brève généalogie a été publiée en 2015 dans La Dépêche de Tahiti.


Phan Văn Trường (1875-1933)

Écrivain anticolonialiste. Un des artisans du groupe des « Cinq Dragons » à Paris regroupant Phan Châu Trinh, Nguyễn Thế Truyền, Nguyễn Tất Thành (futur Hồ Chí Minh) et Nguyễn An Ninh. Auteur de nombreux textes anti-colonialistes, sans doute le rédacteur du Procès de la colonisation française (paru en 1925) signé du nom collectif « Nguyễn Ái Quốc » (Nguyen le patriote). Sur cette personnalité voir l’article de l’historien Pierre Brocheux, « Phan Văn Trương, 1876-1933. Acteur d’une histoire partagée » (Moussons, 24, 2014).


Huỳnh Thúc Kháng (1876-1948)

Patriote, journaliste et homme d’État. Il est un des leaders du mouvement de Modernisation (Duy Tân) en Annam. Arrêté, il est déporté au bagne de Poulo Condore de 1908 à 1919. En 1927, il fonde à Huế le journal Tiếng Dân (sous-titré : « La voix du peuple ») qui paraît régulièrement jusqu’à son interdiction en 1943. En juin 1946, il est nommé président par intérim de la RDVN lorsque Hồ Chí Minh se rend en France pour la conférence de Fontainebleau. Il devient ensuite le ministre de l’Intérieur de la RDVN (1946-1947) jusqu’à sa mort en 1947.


Đạm Phương nữ sử (1881-1947/48?)

Née Tôn Nữ Đồng Canh, poétesse, journaliste et activiste sociale en faveur des femmes, petite-fille de l’Empereur Minh Mang. Journaliste célèbre, elle publie plus de 200 articles dans plusieurs revues intellectuelles de l’époque. Son premier article paraît en 1918 dans la revue Nam Phong (Vent du Sud) de Phạm Quỳnh. En 1926, elle fonde à Huế la première association d’éducation pour les femmes « Nữ công học Hội Huế », mais elle est arrêtée deux ans plus tard pour ses liens avec le parti révolutionnaire Tân Vit. Elle publie plusieurs ouvrages sur l’éducation. Sur l’action éducative de cette femme voir la thèse en ligne de l’historienne Bui Tran Phuong (2008).


Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936)

Journaliste, traducteur et écrivain de renom. Rédacteur en chef de plusieurs périodiques importants : Đại Nam Đăng Cổ Tùng Báo, Lục Tỉnh Tân Văn, Đông Dương tạp chí, Notre Journal, Notre Revue, Annam Nouveau. En particulier, il exprime ses idées modernistes à travers la Revue Indochinoise. Il participe à L’École libre du Tonkin à Hanoi en 1907. Son œuvre contribue beaucoup à l’essor de la langue et de la littérature moderne vietnamienne. Sur cet auteur voir l’article en ligne de l’historien Christopher Goscha (2001).


Phạm Quỳnh (1892-1945)

Écrivain, essayiste et journaliste de renom. Entre dans le Cabinet de l’Empereur Bảo Đại en 1932, puis devient ministre du gouvernement impérial. Il dirige la revue d’idées Nam Phong (Vent du Sud) entre 1917 et 1932 et fonde l’AFIMA en 1919 (Association pour la Formation Intellectuelle et Morale des Annamites). Il est assassiné par le Viêt-Minh en 1945. Auteur de nombreux essais en vietnamien et en français. Ses œuvres ont été partiellement éditées à Saigon, puis aux États-Unis, en France (Ý Vit, 1985, ses essais en français) et enfin en RSVN.


Phạm Hồng Thái (1896-1924)

Activiste révolutionnaire de la Société des Cœurs (Tâm Tâm Xã). Il tente d’assassiner le gouverneur général de l’Indochine Martial Merlin en Chine du Sud en juin 1924. L’attentat à la grenade échoue mais cinq Français sont tués. Arrêté par la Sûreté, Thái s’échappe et se noie dans la Rivière des Perles (珠江) dans sa fuite. Cette action terroriste donne le ton du nouveau radicalisme de la jeunesse.


Dương Quảng Hàm (1898-1946)

Enseignant et chercheur en littérature. De 1920 à 1946, il enseigne à l’école Bưởi (Lycée du Protectorat) qu’il dirige après la Révolution d’août. Il est l’auteur du premier recueil en quốc ngữ de textes littéraires vietnamiens. Intitulé Việt Nam văn học sử yếu (Abrégé d’histoire de la littérature vietnamienne, 1941), considéré comme un ouvrage de référence, il a été souvent réédité. Pendant plus de vingt ans, il publie des études et des articles sur la littérature et l’histoire de son pays. Il disparaît le 19 décembre 1946, probablement assassiné. Comme d’autres intellectuels de son époque (Đào Duy Anh, Nguyễn Văn Tố, Trần Trọng Kim…), il incarne la réappropriation par les Vietnamiens de leur propre histoire et de leur culture.


Nguyễn An Ninh (1900-1943)

Écrivain et journaliste anticolonialiste. Il se rend en France en 1920 pour poursuivre ses études de droit où il rejoint le groupe des « Cinq dragons ». De retour à Saigon, il fonde le journal La Cloche Fêlée en 1923 et organise en 1926-1927 le Parti des Aspirations de la Jeunesse (Thanh niên Cao vọng Đảng). Déporté au bagne de Poulo-Condore pour ses activités politiques, il y meurt le 14 août 1943.


Nguyễn Thái Học (1901/04?-1930)

Enseignant, révolutionnaire, nationaliste. Un des fondateurs et chef du Parti National du Viêt-Nam (VNQDĐ). Il lance l’insurrection générale du VNQDĐ en février 1930 au Tonkin. Fait prisonnier par les Français, il est guillotiné à Yên Bái avec douze autres révolutionnaires le 17 juin 1930. Cette journée noire fait l’objet d’une commémoration annuelle par le VNQDĐ en exil. L’ouvrage biographique que lui avait consacré Nhượng Tống en 1949 (éditions Tân Vit) a été réédité en RSVN en 2014.


Nguyễn Tường Tam (alias Nhất Linh, 1905-1963)

Écrivain et journaliste de renom, fondateur du groupe Tự Lực Văn Đoàn (Groupe Littéraire Autonome) en 1933. Auteurs de nombreux romans modernes. A partir de 1938, fondateur du parti Đại Việt Dân Chính (Parti Populaire du Dai Viêt), démantelé par la Sûreté coloniale en 1941. Il rejoint le VNQDĐ du Yunnan lors de son exil en Chine. De retour au Viêt-Nam après la révolution d’août 1945, il devient Ministre des Affaires Étrangères du Gouvernement d’union de janvier 1946 dirigé par Hồ Chí Minh. Il reprend le chemin de l’exil en juin 1946 pour échapper à la répression du Viêt-Minh. Participe à la fondation d’un Front nationaliste à Nankin en 1947 puis abandonne la politique. Il reprend ses activités littéraires au Sud. Il se suicide le 7 juillet 1963 à Saigon en signe de protestation contre la dictature de Ngô Đình Diệm. La plupart de ses œuvres littéraires ont été rééditées en RSVN sauf les romans à thèse politique, réédités aux États-Unis.


Nguyễn Tường Long (alias Hoàng Đạo, 1906-1948)

Écrivain, romancier et théoricien du groupe littéraire autonome. Il publie à partir de 1936 dans Ngày Nay [Temps Actuels], l’hebdomadaire du groupe, la nouvelle doxa de la jeunesse : « Dix points à méditer ». Ce manifeste exhorte la jeunesse à se moderniser, à cultiver autant son esprit que son corps. Il s’engage en politique dans le Đại Việt Dân Chính de son frère Tam en 1939. Arrêté en 1941, il est emprisonné jusqu’en 1943. Alors qu’il est en exil dans la province de Canton, il meurt subitement dans un train au mois d’août 1948.


Tạ Thu Thâu (1906-1945)

Révolutionnaire trotskiste. Ancien « retour de France » (1926-1930) et ancien prisonnier du bagne de Poulo Condore, il fonde et dirige le groupe et le journal La Lutte dans les années 1936-1937. Assassiné par le Viêt-Minh à Quảng Ngãi en 1945. Une demande pour la réhabilitation des trotskistes vietnamiens faite en 1956 en RDVN est restée sans réponse tout comme celle renouvelée en 1988 en France auprès des autorités vietnamiennes.


Nguyễn Thị Giang (Cô Giang, 1906–1930)

Révolutionnaire anticolonialiste, membre du Parti national (VNQDĐ). Par le biais de sa grande soeur Cô Bắc (Nguyễn Thị Bắc), elle intègre le Parti national et devient l’épouse de Nguyễn Thái Học, le chef du Parti. Elle fait le serment de suivre son mari dans la mort si celui-ci devait être pris et exécuté. Elle est nommé secrétaire générale du VNQDĐ. Elle est également en charge avec sa sœur de l’agit-prop et des liaisons entre les différentes cellules du parti au Tonkin. Lors de l’insurrection de de février 1930, elle s’occupe du transport des armes par train de Phú Thọ à Yên Bái. L’insurrection est violemment réprimée et son époux est guillotiné le 17 juin 1930 en compagnie de 12 autres camarades de Parti. Témoin de cette exécution, Cô Giang se suicide le lendemain (à l’âge de 24 ans) avec le pistolet que lui avait offert Nguyễn Thái Học. A l’occasion de ce sacrifice, le révolutionnaire Phan Bi Châu, assigné à résidence à Huế, lui dédie une oraison funèbre restée célèbre.


Nguyễn Thị Minh Khai (1910-1941)

Révolutionnaire communiste, elle devient membre du PCI en 1930. Elle se rend en URSS puis à Hong Kong où elle est arrêtée pour ses activités politiques. Elle est libérée en 1934 et reprend ses activités à Moscou au sein du Komintern. En 1936, elle dirige la section du PCI à Saigon-Cholon en Cochinchine. Elle est arrêtée en 1940 lors d’une réunion du Comité du Sud (PCI) qui prépare l’insurrection du Nam Kỳ. Elle est emprisonnée à Saigon. Après la répression du mouvement insurrectionnel communiste de 1940 au Sud, elle est condamnée à mort et exécutée à Hóc Môn le 28 août 1941.


Vũ Trọng Phụng (1912-1939)

Écrivain et journaliste vietnamien auteur de nombreux reportages sociaux sur la prostitution, sur la santé publique, sur les moeurs, sur l’occidentalisation de la jeunesse. Par ses prises de positions sur la colonisation, le communisme ou le capitalisme, il est considéré comme un précurseur du républicanisme (Zinoman, 2014). Jugés outranciers ou impudiques ses œuvres sont bannies de la RDVN à partir de 1960. Elles sont finalement rééditées et l’auteur redécouvert à partir de 1986 grâce à la politique Renouveau.


Huỳnh Phú Sổ (1919-1947)

Fondateur et chef spirituel du bouddhisme rénové Hòa Hảo (Phật giáo Hòa Hảo) qui voit le jour dans le delta du Mékong en 1939. Celui que la Sûreté coloniale surnomme « le bonze fou » rassemble par son charisme et ses prêches des centaine de milliers d’adeptes. Fondateur et dirigeant du Parti Social-Démocrate du Viêt-Nam (Việt Nam Dân chủ Xã hội Đảng, en abrégé Dân Xã) à partir du 21 septembre 1946. « Représentant spécial » du Viêt-Minh au Sud, il est jugé, condamné à mort et assassiné par cette organisation en 1947. Il devient la figure iconique du bouddhisme rénové.


Trần Trung Lập (? – 1940)

Révolutionnaire affilié au Phục Quốc du prince Cường Để. Il participe à la révolte de Lương Ngọc Quyến à Thái Nguyên en 1917. Après l’échec de cette insurrection lors de laquelle Quyến est tué, il s’enfuit en Chine où il suit une formation militaire. Avec l’armée de Restauration nationale (Kiến Quốc Quân), composé de deux milles soldats, il attaque et occupe Langson en septembre 1940 à la suite des Japonais. Lâché par ces derniers, il est arrêté par les Français et exécuté en décembre 1940.


★ ★ ★

Empire du Viêt-Nam (Đế Quốc Việt Nam, 1945)

Trần Trọng Kim (1882-1953)

Lettré, professeur, historien et homme d’État. Chef du premier Cabinet de l’Empire du Viêt-Nam (indépendant mais sous occupation japonaise) entre le 17 avril et août 1945. Auteur d’une Histoire abrégée du Viêt-Nam (Việt Nam sử lược / 越南史略, 1919) encore rééditée de nos jours. Ses mémoires ont été publiées à Saigon seize ans après sa mort en 1969.


Nguyễn Xuân Tiếu (?-1973)

Nationaliste révolutionnaire, fondateur du Parti National Socialiste du Đại Việt (Đại Việt Quốc gia Xã hội) en 1936, acteur important sur la scène politique entre mars et août 1945. Optant pour la protection japonaise, il échoue dans la prise du pouvoir d’août 1945. Il décède à Saigon en 1973.


Nguyễn Thị Sương (Mme Hồ Vĩnh Ký, 1910-1945)

Femme médecin. Elle fait ses études de médecine en France et retourne dans son pays en 1935 pour enseigner à la Faculté de Médecine à Hanoi. Sa famille s’installe en Cochinchine en 1943. Elle devient dirigeante des « Femmes d’Avant-Garde », mouvement fondé en juillet 1945 à Saigon et lié aux Jeunesses d’Avant-Garde. Assassinée par le Viêt-Minh avec son époux sur ordre du général Nguyễn Bình.


Trương Tử Anh (1914-1946?)

Fondateur et chef du Parti National du Đại Việt (Đại Việt Quốc Dân Đảng, en abrégé Đại Việt). Premier théoricien de la doctrine de la « Survivance du Peuple » (Chủ nghĩa dân tộc sinh tồn) qui se présente comme une arme idéologique à la fois contre le colonialisme et contre le communisme. Suite à un différent avec Nguyễn Xuân Tiếu, il échoue dans la prise du pouvoir d’août 1945. Il dirige secrètement le Front des Partis nationalistes (Front QDĐ : VNQDĐ + Đại Việt) en 1945-1946. Recherché par la Sûreté Viêt-Minh, il est arrêté en décembre 1946 et disparaît. Sur l’histoire de ce parti et de son leader, voir notre étude Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam (2012).


Lý Đông A (Nguyễn Hữu Thanh, 1921-1946-47?)

Nationaliste, révolutionnaire et philosophe. Lettré de formation, à l’âge de quinze ans, il se rapproche de Phan Bội Châu dont il épouse les thèses révolutionnaires. Lors d’une retraite dans une pagode, il élabore une pensée humaniste originale (Chủ nghĩa Duy dân) pour libérer son pays de la colonisation. Il participe à l’affaire de Langson en septembre 1940 et s’enfuit en Chine pour échapper à la répression coloniale. Il fonde et dirige en 1943 le Đại Việt Duy Dân Đảng (Parti Humaniste du Grand Viêt-Nam) et organise un maquis nationaliste dans la province de Hòa Bình. Pour asseoir son pouvoir dans cette province, les forces du Viêt-Minh attaquent ce parti en 1945-1946 et Lý Đông A est tué lors des combats sans doute à la fin de l’année 1946. Ses œuvres ont été publiées à Saigon en 1969.


★ ★ ★

République de Cochinchine (Cộng hòa tự trị Nam Kỳ, Sud, 1946-1948)

Nguyễn Văn Thinh (1888-1946)

Médecin et homme politique, membre du Parti constitutionnaliste en 1926. Il fonde un parti Démocrate en 1937. Chef du premier gouvernement sudiste de la République Autonome de Cochinchine (Cộng hòa tự trị Nam Kỳ) en juin 1946. L’impasse politique de ce projet le pousse au suicide le 10 novembre 1946.


Nguyễn Văn Xuân (1892-1989)

Général, citoyen français, officier de carrière. Chef du Gouvernement du Sud Viêt-Nam (Cochinchine) en 1947 puis Chef du Gouvernement Central Provisoire en 1948. Signataire des Accords de la baie d’Along avec Émile Bollaert en juin 1948. Chef du Gouvernement provisoire du Sud Viêt-Nam (1948) puis Vice-président et ministre de la défense du premier gouvernement de Bảo Đại en 1949. Écarté du pouvoir, il retourne en France.


Lê Văn Hoạch (1896-1978)

Politicien d’obédience caodaïste, autonomiste cochinchinois. Ancien chef de police à Cantho. Il succède à Nguyễn Văn Thinh (suicidé) à la tête de la République autonome de Cochinchine pendant quelques mois en 1946 avant de céder la place à Nguyễn Văn Xuân qui engage le processus de fusion de la Cochinchine au sein de l’État du Viêt-Nam. Le gouvernement de Cochinchine devient alors le Gouvernement provisoire du Sud Viêt Nam. De formation médicale, Hoạch est nommé ministre de la santé au sein du gouvernement de Nguyễn Văn Tâm en 1952.


★ ★ ★

État du Viêt-Nam (Quốc gia Việt Nam, 1948-1955)

Hộ pháp Phạm Công Tắc (1890-1959)

Dignitaire caodaïste, patriote. En 1908, il participe au mouvement de Rénovation au Sud dans l’association Minh Tâm de Gilbert Chiếu. Au début des années vingt, il épouse la vague de spiritisme qui se répand au Sud puis il participe à la fondation de la religion caodaïste dont il devient l’un des plus importants dignitaires. Il est nommé Pape du Caodaïsme en 1935. Pendant l’occupation japonaise, se méfiant de la popularité de cette nouvelle religion chez les paysans, les Français l’exilent à Madagascar ainsi d’autres dignitaires. De retour au Viêt-Nam en 1946, Phạm Công Tắc combat à la fois le Viêt-Minh et les Français avant de rejoindre le camp de Bảo Đại (État du Viêt-Nam). Son organisation militaire entre en conflit avec le régime de Ngô Đình Diệm en 1955 lors de la « bataille de Saigon ». Il prend la route de l’exil vers le Cambodge où il réside jusqu’à son décès.


Nguyễn Văn Tâm (1895-1990)

Ancien cadre de l’administration coloniale, il est citoyen français en 1927. Réputé pour avoir écraser l’insurrection communiste avec brutalité en 1940, il est surnommé le « tigre de Cai Lậy« . Chef du Gouvernement de l’État du Viêt-Nam en 1952-1953. Il organise les élections municipales en janvier 1953 et promeut l’État social voulu par Bảo Đại. Son action reste limitée car il peine à obtenir le soutien des « Cinq grands » qui le juge trop pro-français. Il lutte notamment contre l’influence du Đại Việt (ĐVQDĐ) et de son mouvement de jeunesse (Thanh Niên Bảo Quốc Đoàn).


Tađêô Lê Hữu Từ (1896-1967)

Évêque catholique, patriote, il soutien l’avènement de la RDVN le 2 septembre 1945. Au même titre de l’ex-empereur Bảo Đại, il est nommé « conseiller suprême » du gouvernement Hồ Chí Minh. Alors que le pays se déchire, il devient le chef des fiefs de Bùi Chu – Phát Diệm (Giáo khu Bùi Chu – Phát Diệm tự trị) d’où il dirige une force d’autodéfense. Opposé aussi bien aux Français qu’au Viêt-Minh il tente de préserver l’autonomie des évêchés du Nord avant de rejoindre le combat du côté de l’État de Bảo Đại entre 1950 et 1954. Il rejoint le Sud après la guerre d’Indochine comme des centaines de milliers de réfugiés catholiques qu’il continue à soutenir et à inspirer pendant la période républicaine.


Trần Văn Hữu (1896-1984)

Citoyen français de Cochinchine. Chef du Gouvernement provisoire du Sud Viêt-Nam en 1948-1949. Président du conseil de l’État du Viêt-Nam (Bảo Đại) de mai 1950 à 1952, il s’emploie à consolider l’indépendance et à développer l’armée nationale. Il cède son poste à son ministre de l’intérieur Nguyễn Văn Tâm en juin 1952, désigné pour renforcer la répression contre le communisme. De retour en France après la guerre d’Indochine, Hữu milite pour une solution neutraliste pendant la guerre américaine.


Lê Văn Viễn (Bảy Viễn, 1904-1972)

Membre de la pègre d’un regroupement de hameau dit Bình Xuyên au sud de Cholon, il devient le chef d’une bande éponyme. Ancien prisonnier évadé du bagne de Poulo-Condore, il rallie le Viêt-Minh en 1945 puis s’en sépare pour rejoindre le Front National Unifié visant à contrer Nguyễn Bình, l’envoyé d’Hồ Chí Minh au Sud. Rallié au Viêt-Nam de Bảo Đại en 1948, il est nommé général et contrôle également Le Grand Monde à Cholon, une maison de jeux réputée. Nommé à la tête de la police à Saigon en 1954, il est évincé par la force par le gouvernement de Ngô Đình Diệm qui entend rétablir l’ordre au Sud au printemps 1955. Il s’exile en France et y demeure jusqu’à sa mort en 1972. L’écrivain Pierre Darcourt (1977) a écrit la biographie de ce personnage haut en couleurs.


Nguyễn Hữu Trí (1905-1954)

Mandarin nationaliste, gouverneur de la province de Thái Bình en 1945 puis Gouverneur du Nord Viêt-Nam sous l’État national de Bảo Đại à deux reprises en 1949 et en 1952. Membre important du parti Đại Việt (ĐVQDĐ), il rédige un « livre jaune » contre la France dans lequel il réaffirme la nécessité d’une indépendance véritable. Il décède subitement en 1954 d’un probable assassinat.


★ ★ ★

République Démocratique du Viêt-Nam (Việt Nam Dân chủ Cộng hòa, 1945-1976)

Phan Khôi (1887-1959)

Ecrivain, journaliste renommé, figure importante du mouvement de dissidence intellectuelle dit « Humanisme & Belles Œuvres » (Nhân Văn – Giai Phẩm, nom de deux revues) qui s’affirme en RDVN en 1956. Il est l’auteur d’une chronique parabolique célèbre intitulée « Ông bình vôi » (Monsieur le pot de chaux) critiquant Hồ Chí Minh et les hauts cadres du Parti. Ses oeuvres journalistiques ont été compilées et éditées par le chercheur Lai Nguyen An en 2003 et 2006.


Hồ Chí Minh (Nguyễn Sinh Cung, 1890-1969)

Révolutionnaire communiste, anticolonialiste, indépendantiste et agent du Komintern. Adopte de nombreux pseudonymes lors de son long parcours révolutionnaire (Nguyễn Tất Thành, Nguyễn Ái Quốc, Lý Thụy, Lucius). Il débute sa carrière politique en France au sein du groupe des « Cinq dragons » puis, épousant les thèses de Lénine sur la lutte contre le colonialisme, il se rend en URSS à la fin de l’année 1923. En tant qu’agent du Komintern et révolutionnaire professionnel, il organise les réseaux communistes en Indochine. Il fonde le Thanh Niên en 1925 à Canton mais doit quitter la Chine en 1927 lors de la répression du GMD contre les communistes. De retour de Moscou, son objectif est d’unifier les factions communistes vietnamiennes. Fondateur du PCI en septembre 1930 et du front Viêt-Minh en mai 1941, il accède au pouvoir lors de la Révolution d’août en 1945. Il proclame l’indépendance du Viêt-Nam et fonde la République Démocratique du Viêt-Nam le 2 septembre 1945 à Hanoi sur la place Ba Đình. Président de la RDVN de 1945 jusqu’à sa mort le 3 septembre 1969. Objet d’un culte de la personnalité dès les années 1950, il reste la figure politique la plus populaire et la plus controversée en RSVN. Son corps embaumé repose dans un mausolée place Ba Đình à Hanoi contrairement à ses propres vœux exprimées dans son testament.


Phạm Văn Đồng (1906-2000)

Révolutionnaire communiste, proche collaborateur de Hồ Chí Minh. Dirige la délégation de la RDVN aux conférences de Fontainebleau (1946) et de Genève (1954). Premier ministre de la RDVN de 1955 à 1976. Chef du gouvernement de la RSVN après la réunification jusqu’en 1986. Ainsi, il dirige le gouvernement communiste pendant plus de trente ans. Il est aujourd’hui critiqué pour avoir validé une directive chinoise de 1958 sur l’espace maritime englobant les Paracels.


Trường Chinh (Đặng Xuân Khu, 1907-1988)

Dirigeant communiste, principal théoricien du parti. Secrétaire général du PCI à partir de mai 1941 puis du Lao Động entre 1951 et 1956 (soit pendant 15 ans). Auteur du célèbre texte La résistance vaincra, regroupant une série d’articles parus à l’origine dans la revue du parti Sự Thật (La Vérité) du 4 mars au 1er août 1947. Pro-chinois, il est le maître d’œuvre de la réforme agraire radicale avant d’être écarté de la direction du parti. Président de l’Assemblée nationale de la RDVN en 1960. Chef de l’État de la RSVN de juillet 1981 à juin 1987. Incarne la ligne dure du PCV et la ligne maoïste dans les années soixante. Paradoxalement, il est favorable aux réformes du Đổi Mới (Renouveau) en 1986 à la fin de sa vie.


Lê Duẩn (1907-1986)

Dirigeant communiste, resté au Sud après 1954, il coordonne les activités communistes au Sud jusqu’en 1957. De retour à Hanoi, il préconise la reprise de la lutte pour la réunification, ligne que le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (ancien PCI) adopte en mai 1959. Il devient secrétaire général du Lao Động en 1960 jusqu’en 1975, puis sous la RSVN jusqu’à sa mort en 1986 (soit pendant presque 26 ans), date à laquelle Trường Chinh le remplace. Principal modérateur entre partisans de Moscou et de Pékin au sein de l’appareil communiste surtout après la mort de Hồ Chí Minh. Considéré aujourd’hui comme le principal acteur politique de la guerre de réunification. Il théorise « le droit de maître collectif » lors de la collectivisation au Sud après 1975.


Nguyễn Mạnh Tường (1909-1997)

Juriste, enseignant et chercheur. Étudiant très brillant, il obtient à l’âge de 23 ans deux doctorants à la suite (l’un en droit annamite et l’autre en lettres françaises). De retour au Viêt-Nam, il enseigne la littérature au Lycée du Protectorat. Après la révolution d’août, il dirige la section de la littérature occidentale à la Faculté des Lettres. Il est nommé par Hồ Chí Minh pour participer à la Conférence de Dalat d’avril 1946. Après la Guerre d’Indochine, il publie une critique de la réforme agraire radicale demandant l’application de l’État de droit et de la démocratie. Cette prise de position politique lui vaut de perdre tous ses droits. « Excommunié » par le Parti, il subit un exil intérieur à Hanoi pendant des décennies. Il a publié un témoignage intitulé Hanoi 1954-1991, procès d’un intellectuel, sur cette expérience


Nguyễn Bình (Nguyễn Phương Thảo, 1908/1910?-1951)

Général Viêt-Minh, ancien membre du VNQDĐ, chef de la résistance armée Viêt-Minh au Sud, il dirige les attentats terroristes à Saigon pendant la résistance anti-française. Il échoue à unifier la résistance Viêt-Minh au Sud, poussant même les partisans religieux caodaïstes et Hòa Hảo à rallier le camp de la contre-insurrection. Sur le chemin du retour vers le nord, il est assassiné en 1951 dans un maquis.


Tạ Quang Bửu (1910-1986)

Chef du mouvement scout au centre Viêt-Nam en 1945. Il rejoint le Viêt-Minh et devient ministre de la Défense nationale de la RDVN en 1948. Il signe les accords de Genève pour la RDVN en juillet 1954. Ministre de l’enseignement professionnel de 1965 à 1976 en RDVN.


Lê Đức Thọ (Phan Đình Khải, 1911-1990)

Dirigeant communiste, diplomate, membre du bureau politique depuis 1954. Il dirige la délégation de la RDVN lors des pourparlers de paix de mai 1968 à janvier 1973. A la suite de l’Accord de Paris (janvier 1973), il est élu prix Nobel de la paix avec Kissinger mais rejette le prix estimant que « la paix n’a pas été réellement établie ». La guerre reprend jusqu’à la chute de Saigon le 30 avril 1975. Il dirige des attaques dans le Sud et participe à la préparation de l’offensive finale. Il incarne de ce fait la politique duale du Lao Động pendant la guerre, « négocier tout en frappant ».


Trần Văn Giàu (1911-2010)

Révolutionnaire professionnel communiste puis enseignant chercheur. Dirigeant communiste au Sud en 1945, organise la prise du pouvoir par le Viêt-Minh à Saigon le 25 août 1945. Ses mémoires inédites sont publiées en ligne en 2010 (Dien Dan Forum).


Võ Nguyên Giáp (1911-2013)

Enseignant, résistant anticolonialiste puis chef militaire, le plus célèbre des généraux du Viêt-Minh, stratège de la bataille victorieuse de Điện Biên Phủ en 1954 et de plusieurs offensives de l’armée populaire pendant la guerre d’Indochine. Après la révolution d’août, en tant que ministre de l’intérieur, il organise à l’épuration des nationalistes non communistes en 1945-1946. Responsable des offensives contre le Sud Viêt-Nam pendant la guerre américaine, il est un des principaux stratèges de l’Offensive du Tết en 1968 (politique, militaire et diplomatique). Ecarté de la direction de la guerre après l’échec de l’offensive de Pâques (à la soviétique) en 1972. Figure historique et emblématique du Viêt-Nam communiste, des funérailles nationales ont été décrétées à sa mort à l’âge de 102 ans en octobre 2013. Pour comprendre les différentes facettes de ce général sans égal, voir la biographie que lui a consacré Georges Boudarel (1977) et plus récemment celle de Cecil B. Currey (1997).


Nguyễn Chí Thanh (1914-1967)

Militaire, homme politique et stratège. Responsable du Service politique de l’Armée populaire de la RDVN à partir de 1950. Préconise l’action politique au Sud après 1954. De 1965 jusqu’à sa mort soudaine en 1967, il dirige l’Armée populaire au Sud.


Thụy An (Lưu Thị Yến, 1916-1989)

Femme de lettres, elle gère plusieurs journaux dédiés aux femmes : Đàn Bà Mới (Sài Gòn), Phụ Nữ Tân Văn (Sài Gòn), Đàn Bà (Hà Nội). Elle dirige l’agence vietnamienne d’information Việt Tấn Xã et mène des reportages de guerre. Compagne d’un cadre important du parti national (VNQDĐ), elle est condamnée en tant qu’ « espionne » et « réactionnaire » au procès des intellectuels des journaux Humanisme et Belles Œuvres en 1960. Libérée en 1973 lors d’une grâce liée aux Accords de Paris, elle s’installe à Saigon.


Trần Đức Thảo (1917-1993)

Philosophe marxiste, anticolonialiste. Élève de l’ENS à Paris, il débute ses études de philosophie en explorant la phénoménologie de Husserl puis le marxisme. Il est l’auteur d’un essai remarqué qui rapproche les deux pensées : Phénoménologie et matérialisme dialectique (1951). Proche du PCF, il est emprisonné en 1945 pour son soutien au gouvernement de Hô Chi Minh. Il rédige des articles dans les Temps Modernes au début de la guerre d’Indochine. Il retourne au Viêt-Nam en 1951 pour se mettre au service du communisme vietnamien alors sous l’influence du maoïsme. Critique vis-à-vis du Parti lors de l’affaire des revues Humanisme et Belles Œuvres (1956), il doit faire son autocritique en 1958 et subir un exil intérieur comme l’avocat Nguyen Manh Tuong. Il est autorisé à rejoindre Paris en 1991 et, malade, meurt deux ans plus tard après avoir exprimé des regrets sur son engagement communiste (Phan Ngoc Khue, 2014). Son œuvre a fait l’objet d’un colloque à l’ENS en 2012 et a été réédité en France (2013) et au Viêt-Nam.


Văn Tiến Dũng (1917-2002)

Général de l’Armée Populaire. Chef d’Etat-Major et commissaire politique en 1953. Responsable de la défense aérienne de la RDVN, de l’entretien de la piste Hô Chi Minh et des opérations au Laos pendant la « guerre américaine ». Supervise avec Võ Nguyên Giáp l’offensive de Pâques en 1972 et la « campagne Hô Chi Minh » en 1975. Il a publié ses mémoires dès 1979 sous le titre Et nous prîmes Saigon.


Trần Văn Trà (1919-1996)

Général de l’Armée populaire du Viêt-Nam. Dirigea la guerre au Sud de 1963 à 1975. Vice-ministre de la Défense de la RSVN de 1978 à 1982. Dans ses mémoires, il a posé une regard critique sur la stratégie militaire pour conquérir le Sud. Considéré comme le principal artisan de la prise de Saigon. Ses mémoires sur la fin de la guerre ont été traduite par les l’armée américaine et mises en ligne (PDF).


Bùi Tín (1927-)

Journaliste puis dissident vietnamien, ancien vice-rédacteur en chef du quotidien du peuple (Nhân Dân, le journal officiel du Parti communiste du Vietnam). Il rejoint le Viet Minh en 1945 et exerce en tant que journaliste pour le journal de l’Armée populaire du Vietnam. Il sert au sein l’état-major de l’armée nord-vietnamienne pendant la guerre du Viêt-Nam et s’occupe de la question des prisonniers de guerre américains. Durant la prise de Saigon le 30 avril 1975, il fait partie de l’unité nord-vietnamienne qui reçoit la reddition de Dương Văn Minh, dernier dirigeant de la RVN (Sud). En 1990, Bùi Tín quitte son pays pour vivre en exil à Paris et exprimer publiquement ses critiques vis-à-vis du régime. Il publie plusieurs ouvrages en vietnamien qui font sensation dans lequel il dénonce l’appareil totalitaire communiste. Dissident pro-démocrate, il continue aujourd’hui à donner son avis sur l’évolution du Viêt-Nam à travers son propre blog sur VOA. Un de ses ouvrages a été traduit en français sous le titre Vietnam, la face cachée du régime (1999).


Đặng Thùy Trâm (1943-1970)

Femme médecin et chirurgien opérant sur le front de guerre. Elle soigne les blessés de l’armée populaire dans un dispensaire de la province de Quảng Ngãi. Elle retranscrit ses émotions personnelles sur la violence de la guerre dans un carnet de bord qui est retrouvé aux États-Unis trente ans plus tard. Publié comme un témoignage historique de grande valeur et promu par l’État-Parti pour valoriser l’esprit de sacrifice de la jeunesse pendant la guerre, l’ouvrage devient un best-seller international (traduction française en 2010). En 2009, le cinéaste Đặng Nhật Minh réalise sur Trâm un film hommage intitulé Đừng Đốt (« Ne pas brûler »).


La Thị Tám (Née en 1949), membre des Jeunesses de choc (Thanh Niên Xung Phong) en 1967. Pendant la « guerre américaine », elle surveille le carrefour de Đồng Lộc, noeud stratégique vers la Piste Hồ Chí Minh, dans la province de Hà Tĩnh. Elle reçoit la distinction d' »héroïne des Forces armées populaires » en 1969 pour sa bravoure.


★ ★ ★

République du Viêt-Nam (Việt Nam Cộng hòa – Sud, 1955-1975)

Thích Quảng Đức (1897-1963)

Vénérable bouddhiste, né Lâm Văn Tức en 1897, originaire de la province de Khanh Hoa au centre. Pratiquant dès l’âge de 7 ans, il consacre sa vie à l’étude du bouddhisme. Moine à 20 ans, il s’isole lors d’une retraite de trois ans après son ordination. Il s’immole par le feu à Saigon le 11 juin 1963 pour s’opposer à la politique répressive du gouvernement de Ngô Đình Diệm contre les bouddhistes. L’image de cette immolation (Malcom Browne, prix Pulitzer et 1963),  fait le tour du monde et la crise bouddhiste précipite la chute du clan des Ngô et de l’appareil diemiste. Sur le remake italien de cette immolation, voir notre billet.

Immolation du vénérable Quang Duc à Saigon le 11 juin 1963 © AP Malcolm Browne

Jean-Baptiste Ngô Đình Diệm (1901-1963)

Mandarin nationaliste et catholique, originaire de Huê. Ministre de l’empereur Bảo Đại en 1932, démissionne en 1933. Il se rend aux États-Unis au début des années cinquante. De retour au Viêt-Nam, il prend la direction du dernier gouvernement de Bảo Đại en juin 1954. Un an plus tard à la suite d’un référendum populaire douteux, il devient Chef d’État de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) qu’il fonde le 26 octobre 1955. Il met en place une politique anticommuniste de contre-insurrection avec les Agrovilles en 1959 et les Hameaux stratégiques en 1961. Très contesté au sein même du camp nationaliste, il est assassiné en novembre 1963 avec son frère Nhu à la suite de la violente crise bouddhiste. Sa diparition plonge le Sud Viêt-Nam dans une période de chaos et de troubles politiques pendant trois ans. Pour une biographie plus complète voir Ngo Dinh Diem (par Kelsey Leonard – Cold War Museum). Son rôle est aujourd’hui mieux évalué par les historiens (Catton, 2002 ; Chapman, 2013 ; Jacobs, 2006 ; Miller, 2013).


Trần Văn Hương (1904-1981)

Professeur et homme politique. Premier ministre au Sud Viêt-Nam en 1964-1965 et en 1968-1969. Nommé par Nguyễn Văn Thiệu vice-président de la République en 1971. Chef d’Etat de la République du Viêt-Nam en avril 1975 quelques jours (21-28 avril) avant la chute de Saigon. Il cède sa place à Dương Văn Minh.


Nguyễn Hữu Thọ (1910-1996)

Avocat, principal dirigeant du FNL du Sud Viêt-Nam à partir de 1961 lors de sa libération de prison. Il incarne la branche intellectuel du Front de libération. Nommé vice-président de la RSVN en 1976. Après la mort de Tôn Đức Thắng, il devient Président par intérim de la RSVN pendant environ un an (avril 1980-juillet 1981).


Ngô Đình Nhu (1911-1963)

Frère du Président Ngô Đình Diệm dont il est le conseiller politique. Ancien archiviste à Dalat. Théoricien du régime et chef du parti d’élite Cn Lao (Parti Révolutionnaire Personnaliste du Travail). Assassiné en novembre 1963 avec son frère Diệm.


Dương Văn Minh (1916-2001)

Homme politique et militaire de carrière. Membre du Conseil militaire révolutionnaire qui renverse le régime de Ngô Đình Diệm en novembre 1963. Principal acteur de la « troisième force » pendant la guerre américaine. Dernier chef d’Etat de la République du Viêt-Nam à partir du 28 avril 1975. Remet le pouvoir aux cadres communistes du Nord le jour de la capitulation de Saigon le 30 avril 1975.


Trần Văn Đôn (André,  1917-1998)

Né à Bordeaux. Militaire de carrière. Général de l’ARVN. Il participe au coup d’État contre Ngô Đình Diệm et devient Commandant en chef de l’ARVN en 1963. Vice-Premier ministre et ministre de la Défense en avril 1975 (remplace Trần Thiện Khiêm). Il quitte le Viêt-Nam fin avril 1975 pour les États-Unis puis la France.


Nguyễn Thị Định (1920-1992)

Femme militaire, membre du FNL du Sud Viêt-Nam, elle est surnommée la « générale Định ». Elle dirige une unité de combattante, « l’armée des cheveux longs » qui fait la réputation et forge le mythe de la résistance dans la province de Bến Tre. Décédée en 1992, elle obtient le titre d’héroïne des Forces armées populaires en 1995. Ses mémoires éditées pendant la guerre (1969) ont été traduites en anglais et publiées chez Cornell University (1976).


Nguyễn Văn Thiệu (1923-2001)

Militaire de carrière, homme d’État. Général, vice-président du Conseil en 1965 avec Nguyễn Cao Kỳ. Président de la Seconde République du Viêt-Nam en 1967, réélu en 1971. Lâché par les Américains, il démissionne le 21 avril 1975 et s’exile à Taïwan. Il décède à Boston en septembre 2001 après 26 ans d’exil.


Y Bham Enuol (1923-1975)

Résistant montagnard d’origine E-Dhe (Radhé), il fonde et dirige plusieurs mouvements armés montagnards. Au mois de mai 1958, il créé le front Bajaraka mais il est arrêté en septembre par le régime de Ngô Đình Diệm et reste emprisonné jusqu’à sa chute. En mars 1964, il fonde le Front de Libération des Hauts Plateaux Montagnard, front qui intègre le FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964 dont il prend la direction. Pour divergence de stratégie, il est arrêté par Lès Kosem, un des leaders cambodgien du Front. Il est assigné à résidence à Phnom Penh jusqu’à sa mort en avril 1975 où il est exécuté par les Khmers rouges avec sa famille.


Nguyễn Ngọc Huy (1924-1990)

Intellectuel nationaliste, théoricien, professeur. Rénovateur de la « Doctrine de la Survivance du Peuple ». Membre du Đại Việt QDĐ depuis 1945, il est en charge de la propagande et de la formation des cadres.  Fondateur du Parti néo Đại Việt (Tân Đại Việt) en 1964 puis du Mouvement National du Progrès en 1969. Il est l’un des inspirateurs de la constitution de la seconde République du Viêt-Nam en 1967. Activiste anticommuniste en exil après 1975 au sein de l’Alliance pour la Démocratie au Viêt-Nam. Sur sa vie politique, voir notre chapitre « An Intellectual through Revolution, War, and Exile. The Political Commitment of Nguyen Ngoc Huy (1924-1990) », in Nathalie Huynh Chau Nguyen (ed.), New Perceptions of the Vietnam War. Essays on the War, the South Vietnamese Experience, the Diaspora and the Continuing Impact, Jefferson (NC), McFarland, 2015, pp. 41-71.


Trần Lệ Xuân, dite Mme Nhu (1924-2011)

Figure charismatique de la République du Viêt-Nam sous le régime de Ngô Đình Diệm. Epouse de Ngô Đình Nhu, frère du Président Diệm, elle dirige le mouvement de solidarité des femmes (Phong trào Liên đới Phụ nữ), fondé en 1958. Elle choque une partie de l’opinion publique lorsqu’elle fustige l’action des bonzes qui s’immole par le feu en parlant de « barbecue » en 1963. A la suite de l’assassinat de son mari et du Président Ngô Đình Diệm, elle s’exile à Rome jusqu’à la fin de ses jours. Une biographie intitulée Finding the Dragon Lady a été publiée en 2013 et des mémoires posthumes intitulée « Le caillou blanc » ont été éditée par sa famille la même année.


Trần Thiện Khiêm (1925-2004)

Général, homme politique de la République du Viêt-Nam (1955-1975). Il participe au coup d’État contre Ngô Đình Diệm en 1963. Cumule de nombreuses fonctions politiques et militaires à partir de 1964. Ministre de l’intérieur du gouvernement de Trần Văn Hương en 1968 puis vice-Premier ministre en 1969. Premier-ministre et ministre de la Défense de 1969 à 1975. Il démissionne en avril 1975 et s’exile aux États-Unis.


Nguyễn Khánh (1927-2013)

Militaire, acteur du renversement de Ngô Đình Diệm en 1963 puis de Dương Văn Minh en 1964. Il est lui-même renversé par les « jeunes Turcs » Nguyễn Văn Thiu et Nguyễn Cao Kỳ en février 1965. En exil pendant de longues décennies, il prend en 2005 la présidence du « Gouvernement provisoire du Viêt Nam libre ». Voir notre billet biographique sur ce carnet de recherche.


Nguyễn Thị Bình (Née en 1927)

Femme politique, diplomate. Résistante du FNL dont elle devient membre du Comité central en 1962. Spécialiste des relations extérieures du FNL, elle représente le mouvement de résistance à la Conférence de Paris. Après la réunification, elle devient ministre de l’Éducation de la RSVN de 1976 à 1987 puis vice-présidente de la RSVN de 1992 à 2002.


Nguyễn Cao Kỳ (1930-2011)

Militaire de carrière, homme d’État. Général d’aviation, premier ministre de la République du Viêt-Nam près le coup d’État de 1965. Nommé Vice-président de la République après les élections de 1967. Exilé aux États-Unis après 1975. Il retourne en voyage au Viêt-Nam en 2005 où il est reçu officiellement. Il décède en Malaisie.


Nhất Chi Mai (1934-1967)

Enseignante bouddhiste, elle participe au groupe « de la Jeunesse pour le service social » (Thanh niên phụng sự xã hội) pendant la guerre. Elle se suicide par le feu le 16 mai 1967 à Saigon pour protester contre la guerre et la division entre les différentes religions.


Nhã Ca (Trần Thị Thu Vân, née en 1939)

Écrivaine originaire de Huế. Elle publie des romans sur la guerre et la jeunesse à partir des années soixante. Elle devient célèbre avec son témoignage sur les massacres de Huế perpétrés par le FNL (Viêt-Công) en 1968. Après la réunification, elle est classée parmi les auteurs dangereux liés à la guerre psychologique. Elle est emprisonnée tout comme son mari avant de prendre le chemin de l’exil. Éditrice du Vit Báo en Californie, elle est une figure majeure du journalisme de la communauté vietnamienne aux États-Unis. Son ouvrage Giải khăn sô cho Huế (Portons le deuil de Huê) a été traduit pour la première fois en anglais en 2014 et présenté par Olga Dror.


Khánh Ly (Née en 1945)

Chanteuse, interprète renommée. Elle débute sa carrière au Sud Viêt-Nam pendant la guerre. Accompagnant le compositeur Trịnh Công Sơn, elle devient une des figures marquantes de la musique contestataire dite « jaune » (nhc vàng). Les chansons de ce couple de musiciens critiquent la violence de la guerre et prône l’idéal d’un pays réunifié en paix. Après la chute de Saigon, elle s’exile aux États-Unis et chante pour les Boat People. Encore très populaire, elle retourne au Viêt-Nam pour une série de concerts en 2014. Voir notre article sur notre carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.


Võ Thị Thắng (1945-2014)

Membre du FNL Sud Viêt-Nam à l’âge de 16 ans, elle infiltre le mouvement étudiant puis ouvrier et intègre les commandos de la lutte armée à Saigon. Arrêtée en 1968 lors de l’offensive du Têt, elle est condamnée à vingt ans de prison pour terrorisme. Après la guerre, elle dirige le Service général du tourisme tout en étant députée à l’Assemblée nationale.


Quách Thị Trang (1948-1963)

Collégienne et bouddhiste, elle milite contre le régime de Ngô Đình Diệm. Elle est tuée à l’âge de quinze ans lors d’une manifestation violemment réprimée le 28 août 1963 en pleine crise bouddhiste. Elle devient une figure icônique de la lutte des bouddhistes du Sud. En 1964, une statue commémorative est érigée sur la place qui porte son nom en face du marché central de Saigon. Cette statue a été depuis déplacée (voir sur Virtual Saigon).


Le Ly Hayslip (Phùng Thị Lệ Lý, née 1949)

Écrivaine, elle retrace son destin tragique pendant la guerre et en exil aux États-Unis dans deux recueils de mémoires. Ceux-ci servent de trame au film Entre ciel et terre d’Oliver Stone (1993). Prise dans les affres de la guerre civile, c’est la voix d’une paysanne pauvre du centre du Viêt-Nam qui voit son sort basculer dans le Sud entre terrorisme Viêt-Công et répression républicaine. Victimes de violences, elle se prostitue et trouve refuge auprès d’un GI américain qui se suicide après la guerre. De retour au Viêt-Nam dans sa famille, Lê Ly incarne la réconciliation « vu d’en bas » entre Vietnamiens dans les années 1990.


Phan Thị Kim Phúc (Née en 1963)

Figure iconique d’une enfant dans la guerre, Kim Phúc devient célèbre suite à la photographie de Nick Út (Huỳnh Công Út). Le 8 juin 1972, avec un groupe d’enfants, elle est prise dans un bombardement aérien qui déverse du napalm. Son corps est sévèremment brûlé. Témoignage de la violence de la guerre, ce cliché change à jamais son destin. Kim Phúc après avoir été utilisée par la propagande du régime communiste se réfugie au Canada où elle fonde une famille. Elle est ambassadrice de la paix pour l’Unesco depuis 1997.

8 juin 1972. Kim Phúc, centre gauche, court nue sur une route près de Trang Bang après une attaque au napalm de la Force aérienne sud-vietnamienne (Nick Ut / The Associated Press).

Lès Kosem (?-1976)

Officier militaire cambodgien d’origine Cham, connu sous le nom de guerre « Po Nagar », et figure marquante de la Deuxième Guerre d’Indochine. Parachutiste dans l’Armée royale cambodgienne, il fonde le Front de Libération du Champa dans les années 1950. Son organisation rejoint le front de résistance montagnarde FULRO (Front Unifié de Lutte des Races Opprimées) créé le 20 septembre 1964. Il se sépare du FULRO en 1968 après un désaccord avec Y Bham Enuol, le leader du Front. Lié aux services secrets cambodgiens, Lès Kosem est impliqué dans le trafic d’armes avec les Nord-Vietnamiens. Après le renversement de Sihanouk en 1970, il devient un fervent partisan de Lon Nol et reçoit le grade de général des Forces Armées Nationales Khmères (FANK). A la victoire des Khmers rouges en avril 1975, il se serait réfugié en Malaisie où il décède un an plus tard.


★ ★ ★

République Socialiste du Viêt-Nam (Cộng hòa Xã hội chủ nghĩa Việt Nam, Viêt-Nam réunifié depuis juillet 1976)

Nguyễn Văn Linh (Nguyễn Văn Cúc, alias Mười Cúc, 1913/15?-1998)

Révolutionnaire communiste et homme politique. Membre du PCI depuis 1936. A partir de 1945 et surtout pendant la guerre, il assume plusieurs fonctions clés au Sud notamment celle de secrétaire puis vice-secrétaire du « Cục R », le Comité central du Parti au Sud (Trung ương Cục miền Nam). Il est chargé de l’administration du Sud après la réunification puis prend le poste de secrétaire du PCV pour Hô Chi Minh-Ville. Il préside le VIe congrès du PCV instaurant la politique de Renouveau économique (Đổi Mới) en décembre 1986 dont il est au départ un ardent défenseur. Secrétaire général du PCV de 1986 à 1991. En 1987, il invite les écrivains et les intellectuels à « ne plus courber la plume ».


Võ Văn Kiệt (Phan Văn Hòa, alias Sáu Dân, 1922-2008)

Révolutionnaire communiste et homme politique de premier plan. Membre du PCI depuis 1939. Après les Accords de Genève en 1954, il devient membre du Comité de Pays au Sud (Xứ ủy Nam Bộ). Il est en charge à partir de 1959 de la zone T.4 (Saigon – Giadinh) puis membre du Comité central pour la Sud de 1973 à 1975. Après la réunification, il préside le Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville. Membre du Polit-buro, il occupe plusieurs hautes-responsabilités au sein de l’État-Parti : député de l’Assemblée nationale, responsable de la planification étatique, président du Conseil des ministres, Premier ministre de la RSVN (1988 par intérim puis 1991-1997). Sous sa mandature, il promeut le Renouveau endossant le rôle d’ingénieur général (« tổng công trình sư ») des multiples projets. En 2005, il fait un bilan contrasté de la guerre civile et met en avant dans plusieurs entretiens le patriotisme au dessus du parti et la question de la liberté de la presse. Il décède à l’hôpital à Singapour en 2008.


Lê Khả Phiêu (Né en 1931)

Dirigeant communiste, général d’armée. Commissaire politique dans l’armée pendant une longue période, il est responsable du Service politique général (Tổng cục Chính trị) de l’armée populaire en 1991. Secrétaire général du PCV de décembre 1997 à avril 2001. Il incarne le retour de l’orthodoxie après dix ans de Renouveau et s’attache à la lutte contre la corruption pendant son mandat.


Hoàng Cơ Minh (1935-1987)

Militaire de carrière. Vice-amiral de l’Armée de la République du Viêt-Nam (Sud) avant 1975. Exilé aux Etats-Unis après la chute de Saigon, il organise et prend la tête du Front National Unifié de Libération du Viêt-Nam (Mặt Trận Quốc Gia Thống Nhất Giải Phóng Việt Nam), un mouvement de résistance armée anticommuniste. Il est tué au Sud du Laos en 1987 lors d’une tentative d’infiltration au Viêt-Nam dénommée la « marche vers l’Est ».


Nông Đức Mạnh (Né en 1940)

Membre de l’ethnie minoritaire Tay. Président de l’Assemblée nationale de 1992 à 2001. Nommé Secrétaire général du PCV de 2001 à 2011. Membre permanent du Bureau politique du PCV depuis 1998. La rumeur le présente comme le fils d’Hồ Chí Minh ce qu’il a toujours nié en répondant par cette boutade « au Viêt-Nam, tout le monde est un enfant de l’Oncle Hồ« .


Trần Văn Bá (1940-1985)

Etudiant nationaliste. Ancien Président de l’Association Générale des Vietnamiens de Paris (AGEVP), il rentre au Viêt-Nam pour intégrer la résistance anticommuniste. Chargé des opérations militaires au sein du Front Unifié des Forces Patriotiques de Libération du Viêt Nam (Mặt trận Thống nhất các Lực lượng Yêu nước Giải phóng Việt Nam). Arrêté lors de l’opération de contre-espionnage CM12 en 1984, il est condamné à mort à l’issue d’un procès médiatique à Hô Chi Minh-Ville. Fusillé en janvier 1985, son corps n’a jamais été rendu à la famille. Un site tenu par son frère lui est dédié.


Dương Thu Hương (Née en 1947)

Femme de lettres et dissidente politique. Née dans la province de Thái Bình en RDVN, elle participe à la guerre du Viêt-Nam dans un groupe d’artistes qui a pour mission de « Chanter plus fort que les bombes » (Tiếng hát át tiếng bom). Figure importante de la littérature du Renouveau, elle publie des romans qui dérange l’orthodoxie du régime communiste. Elle est expulsée du PCV en 1991 puis emprisonnée avant d’être libérée sous la pression internationale. Elle s’exile à Paris en 2006 et poursuit depuis sa lutte contre la dictature.


Phạm Th Hoài (Née en 1960)

Femme de lettres, romancière, traductrice et figure intellectuelle renommée de la diaspora vietnamienne. Elle fait partie de nouvelles figures de la renaissance littérature sous le Renouveau. Surveillée par le régime communiste, elle quitte le Viêt-Nam pour poursuivre son métier. Depuis l’Allemagne où elle réside, elle fonde le forum Talawas (2001-2010) dédié aux débats intellectuels puis le site Pro/Contra (2010-2014).


[à suivre]

FG, 20/03/2017. MàJ 24/03/2017.

Premier volet de la série « Clés du Viêt-Nam contemporain » :

 

 

Martin Stuart-Fox : A History of Laos – CR de lecture par Nelly Didelot

Martin Stuart Fox est l’un des grands noms de l’historiographie laotienne. Aujourd’hui professeur émérite à l’Université de Queensland, les racines de son intérêt pour le Laos remontent à la guerre du Viêt-Nam qu’il a couvert en partie en tant que journaliste. À une époque où l’étude du Laos restait un champ dominé par la recherche française, cet Australien s’est spécialisé dans l’étude du symbolisme religieux du Laos et dans son histoire politique.

           La publication de A History of Laos apparait comme l’aboutissement et la synthèse d’années d’études. Publiée en 1997, à une époque où la tendance historiographique générale n’est plus à l’histoire nationale, où on reproche aux grandes synthèses leur structure narrative, leur rhétorique centralisatrice et le focus sur les élites politiques, le choix d’une étude générale du Laos peut surprendre. M. Stuart-Fox, conscient des nouvelles orientations de la recherche, met toutefois en avant la pauvreté de l’historiographie laotienne, qui justifie et rend nécessaire la publication d’une synthèse de l’histoire nationale. Il faut rassembler les historiographies de chaque période qui poursuivent chacune un but particulier, pour écrire une histoire ouverte, support de la construction d’une identité nationale inclusive. Les chroniques pré-coloniales cherchent essentiellement à assurer la légitimité dynastique, tandis que l’historiographie coloniale dépeint le Laos comme un peuple en danger, menacé par le Siam que la France se devrait se protéger et lit toute son histoire dans ce sens. Les travaux réalisés sous le royaume du Laos (1946-1975) font du royaume du Laos l’héritier direct du Lan Xang en mettant de côté les moments sombres de l’histoire du pays. Cette histoire se concentre sur les populations des plaines sans inscrire les minorités dans l’histoire. Avec l’arrivée au pouvoir du Pathet Lao, les travaux insistent cette fois sur la tradition de résistance à la domination. M. Stuart-Fox tire de ce rapide bilan historiographique la conclusion que le Laos est le pays d’Asie du Sud-Est dont l’historiographie nationale est la moins développée, la moins à même de servir à la consolidation d’un État-nation inclusif. Son objectif est d’écrire une histoire générale du pays, non pour les Laotiens – ce qui est la tâche des historiens laotiens selon lui – mais pour ceux qui voient le Laos de l’extérieur, notamment les enfants de la diaspora. Cet ouvrage est un manuel, la première histoire générale du Laos écrite en anglais, qui vient combler un manque historiographique puisque avant sa parution la dernière synthèse parue sur le Laos datait des années 1970. M. Stuart Fox mène ici un travail de synthèse plus que de recherche, il travaille peu sur des sources primaires. Toutefois l’ouvrage poursuit un but : mettre en avant la continuité de l’histoire laotienne qui forme un tout cohérent au delà des difficultés de construction étatique, de la diversité du pays et parfois de sa fragmentation. En démontrant à un public non laotien l’existence d’une base culturelle laotienne, Stuart Fox cherche à légitimer un État-nation parfois menacé.

Une identité lao inclusive

            Les trois éléments généralement pointés comme constitutifs, voire créateurs, de l’identité nationale, c’est-à-dire la religion, la langue et l’histoire, se retrouvent à intervalles réguliers au cours de la lecture de l’ouvrage. Cela permet à l’auteur de consolider la thèse d’une identité laotienne commune et continue sans être pour autant a-historique, imperméable aux changements. Le bouddhisme Theravada est peut-être l’élément culturel le plus fort de l’identité laotienne, il est en tout cas bien mis en avant par M. Stuart-Fox sûrement grâce à ses travaux sur le symbolisme religieux. Il modèle profondément la culture et les esprits, au moins depuis que la doctrine s’est structurée au XVIè siècle. Le régime communiste au pouvoir ne s’y est d’ailleurs pas trompé en l’utilisant pour se légitimer, notamment en utilisant les éléments de ressemblance entre doctrine bouddhiste et idéologie communiste, comme la compassion pour le pauvre et l’opprimé. Si cet usage du bouddhisme est assez particulier, la profonde influence de cette religion sur les structures de la société ne semble pas très différente des pays voisins, Thaïlande ou Cambodge par exemple, où on retrouve le même attachement à la religion, le même type d’apports animistes. La circulation des moines en formation entre Laos, Cambodge et Thaïlande montre d’ailleurs bien que cet élément d’identité est régional. La construction d’un bouddhisme laotien, minimisant les contacts avec Bangkok, a d’ailleurs été un des objectifs du pouvoir colonial et du prince Phetsarath, montrant bien l’importance de ce facteur pour construire une identité propre.

            Le facteur linguistique souligne également la proximité avec la Thaïlande mais aussi la multiplicité laotienne. Le Laos est en effet un pays de pluralité linguistique, avec trois grandes familles linguistiques (môn-khmère, tai-kadai et sino-tibétaine) présentes sur le territoire et se déclinant en dizaines de langues. La langue dominante, le laotien, appartient à la famille des langues tai. Son unification et la stabilisation de son écriture a fait l’objet d’un travail des Français pendant la période coloniale afin d’accentuer la différence avec le thaïlandais parlé par les Siamois.

            Quant à l’histoire, les Laotiens actuels n’ont pas toujours été réunis dans les mêmes États, ou plutôt dans les mêmes mandalas, en raison de la grande fragmentation qui est un trait caractéristique de l’histoire laotienne, sans pour autant que cela ait empêché leur proximité, leurs échanges. Il faut également souligner qu’à travers le récit de M. Stuart-Fox, en particulier de l’histoire pré-coloniale, il apparait que ces différents États et leur population ont généralement partagé la même situation de marginalité, de zone tampon. L’existence relativement longue du Lan Xang (1354-1707) crée également un horizon commun, la conscience d’un passé commun perpétué à travers les chroniques des différents muangs.

            Ces éléments ne font pas l’objet d’un traitement spécifique de l’auteur, mais leur présence régulière dans les différents chapitres chronologiques construit l’idée d’une continuité de l’identité laotienne, et de son caractère nécessairement inclusif en raison de la disparité des communautés qu’elles rassemblent.

Difficultés d’existence d’un État-tampon

            Il semble pourtant au fil de la lecture que le Laos est surtout caractérisé par sa difficulté à exister comme État, ou simplement comme ensemble unifié, la notion d’État paraissant peut-être anachronique, au moins pour les débuts de l’histoire laotienne. Reste toutefois la question, bien plus délicate à trancher, de savoir si la conscience d’une identité commune existait, question à laquelle M. Stuart Fox ne s’attaque pas directement mais qui est forcément implicite, et ouverte par un travail tel que celui-ci.

            Les difficultés de la construction d’un État-nation laotien sont d’abord les obstacles à son indépendance. Les décolonisations et les indépendances du XXè siècle, ainsi que leur traitement par les nouvelles historiographies, ont construit l’idée du rassemblement de la nation dans la lutte contre le colonisateur. Ce schéma peut être modifié et nuancé à bien des égards, et prend ainsi une forme particulière au Laos, où gagner l’indépendance politique est loin d’être l’unique enjeu pour exister en tant qu’État-nation viable. M. Stuart Fox montre que la présence française est relativement peu contestée avant la Seconde Guerre Mondiale, qui marque le véritable essor du nationalisme laotien. Les quelques révoltes antérieures n’avaient pas de caractère nationaliste mais souvent un caractère anti-fiscal, un rébellion contre l’encadrement créé par l’État colonial. Les oppositions se font plutôt contre les Vietnamiens, alors que les Français gardent assez longtemps l’image de protecteur auprès des Lao Lum. Si la présence française s’achève officiellement en 1953, le poids des Français demeure important jusqu’à la prise de pouvoir communiste en 1975, par leur influence auprès des élites laotiennes, notamment du premier ministre Souvana Phouma, et par leur influence économique.

            Toutefois le principal défi lancé à l’indépendance laotienne depuis le XIXè siècle est celui de son existence comme Etat viable dans une région dominée par la Chine, le Viêt-Nam et la Thaïlande. Le Laos est constamment pris entre les stratégies d’influence thaïes et vietnamiennes, et ce depuis l’effondrement du Lan Xang, où les pays lao servent d’États tampons puis font l’objet d’une tentative d’intégration au territoire national en construction du Siam, seulement stoppée par la colonisation. Celle-ci a tendance à faire du pays une arrière cour du Viêt-Nam, simple fournisseur de matières premières dominé par les élites vietnamiennes, qui sont à la tête de l’administration malgré les combats précoces du prince Phetsarath. La guerre froide qui succède à la colonisation, entraine le Laos dans une guerre qui n’est pas la sienne, coincé entre Viêt-Nam et Thaïlande, séparé en deux camps, pro-Viêt-Minh ou pro-occidental, largement dépendants de leurs soutiens. Si le Pathet Lao parvient ainsi à contrôler officiellement une partie du territoire laotien suite à la conférence de Genève c’est grâce aux forces Viêt-Minh, largement présentes sur l’espace qui lui est attribué. Le régime en place depuis 1975 nourrit une forte dépendance à l’égard du Viêt-Nam, à laquelle s’ajoute dès les années 1990, qui ferment l’ouvrage, l’influence grandissante de la Thaïlande sur le plan économique et culturel, et de la Chine, qu’évoque brièvement l’auteur, mais qui se révèle particulièrement d’actualité aujourd’hui autour notamment de la question de la gestion du Mékong et des barrages hydro-électriques. Par sa localisation indispensable au lien entre sud de la Chine et Asie du Sud-est continentale le Laos est toujours en position d’intermédiaire.

Les faiblesses de l’État

            L’enjeu lancé à l’État laotien que révèle l’histoire brossée par M. Stuart-Fox est aussi celui d’un gouvernement effectif. Le pouvoir étatique a souvent du mal à s’exercer, contraint par la faiblesse de la population, et le fractionnement géographique du pays. L’État colonial, certes forme bien particulière d’État, n’a ainsi jamais réussi à implanter plus que quelques fonctionnaires dans une vingtaine de « centres » au travers du pays1 et a toujours eu beaucoup de mal à faire rentrer les impôts, signal souvent révélateur du fonctionnement de l’État. Cela s’explique notamment par le maintien d’une forte autonomie villageoise, qui induit une gestion à une échelle plus locale, à travers des réseaux villageois qui travaillent ensemble. Cette logique plus horizontale que verticale ne facilite donc pas la centralisation recherchée par l’État.

            Enfin l’État laotien est confronté à l’enjeu de réunir une population éclatée spatialement, socialement, ethniquement voire idéologiquement. L’étagement de la population, correspondant à une stratification ethnique et sociale, n’est pas l’apanage du Laos, mais ce dernier rassemble une population bien plus diverse que son voisin thaï et doit inventer une autre intégration. On touche ici à ce que M. Stuart Fox présente comme l’un des principaux apports du Pathet Lao, obligé pendant la guerre froide de s’appuyer sur les populations des hauteurs, longtemps méprisées par les habitants des plaines, et les a ensuite revalorisées dans une rhétorique égalitaire. Reste que la division du pays en deux camps de l’après Seconde Guerre Mondiale à 1975 a laissé des traces, accentuées par les purges qui ont suivi l’arrivée des communistes au pouvoir, afin de réaliser l’unité du pays autour d’une doctrine imposée.

            Pour Martin Stuart Fox, au tournant du XXe et du XXIe siècle, le renforcement du sens de l’unité nationale, la lutte contre le régionalisme et contre la mise à l’écart des minorités doivent être les priorités de l’État laotien. Dans ce contexte l’intégration à l’ASEAN lui parait à la fois être un refuge (qui offre au Laos un siège comme nation indépendante) et un danger (la coopération régionale risquant d’augmenter le mouvement d’absorption dans la sphère thaïe). Près de 20 ans après ce constat, il semble qu’il soit toujours valable : le Laos est toujours très dépendant du régime de Hanoi, pays frère communiste passé comme lui à l’économie de marché, les échanges entre les deux rives du Mékong se multiplient, notamment le passage de touristes thaïs au Laos. Le rôle de la Chine, relativement absente de l’analyse de Stuart-Fox, parait toutefois toujours plus prééminent, surtout sur le plan économique.

* * *

            Cet ouvrage clair est une ressource précieuse pour entrer en contact avec l’histoire du Laos, en particulier avec la période postérieure à la Seconde Guerre Mondiale, puisque les époques précédentes sont balayées en une cinquantaine de pages. Ce choix non justifié s’explique surement en partie par l’état des connaissances, bien plus avancé pour ce qui concerne le deuxième XXè siècle, mais va quelque peu contre sa volonté de montrer une identité laotienne précaire mais continue.

            Martin Stuart Fox cherche à palier l’absence ou la faiblesse passée et présente de l’État laotien et à justifier son existence actuelle en mettant en avant une identité commune, par une culture partagée. L’étude des identités implique souvent l’étude des représentations, ce qui n’est pas le cas ici, où l’attention est plutôt portée aux organisations, aux institutions. C’est l’État plus que la nation qui fait l’objet de l’ouvrage, mais cet État est justifié implicitement par l’existence d’une nation. L’auteur postule une nation, qu’il définit comme ouverte et inclusive, mais n’étudie pas sa construction. Ce n’est pas son objectif, comme il l’explique en introduction, mais la question de savoir comment et pourquoi se construit une identité commune, comment elle se propage et à quel point elle est partagée, parait devoir être la suite logique de son travail de synthèse2. De la même manière, Martin Stuart Fox ne s’interroge pas sur le terme ‘Laos’ en lui même, et ne prête que peu d’attention à la construction territoriale de ce Laos. On peut le regretter, d’une part parce que la maitrise du territoire est un des éléments clés de la construction d’un État-nation, et d’autre part en raison de l’histoire de l’État laotien, passé du statut d’État-mandala, voire de périphérie de mandala, à celui d’État territorial, suite à l’irruption occidentale dans la péninsule indochinoise.

            Enfin, on peut se demander, mais la question revêt alors une forte dimension politique, si le modèle de l’État doit être à tout prix adopté et défendu au XXIè siècle, ou si un partage et une délégation des pouvoirs à la fois au sein d’une plus grande coopération régionale et sur le plan local ne pourraient pas représenter un modèle alternatif pour le Laos.

Nelly Didelot, ENS de Lyon

Nelly Didelot est étudiante en deuxième année de Master sciences sociales à l’ENS de Lyon, ses recherches actuelles portent sur la gestion de la frontière occidentale de l’Indochine par les pouvoirs coloniaux.

Références

  • Ivarsson Søren, 2008, Creating Laos: the making of a Lao space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen Abingdon, NIAS Marston distributor, x+238 p.
  • Bruneau Michel, 2002, « Évolution des étagements ethnopolitiques dans les montagnes sino-indochinoises », Hérodote, 2002, vol. 107, nᵒ 4, p. 89.

Image à la une : Pha That Luang, Vientiane, Laos by Aaron Smith, 2007.

Notes

  1. En 1910, on comptait ainsi seulement 200 Français pour administrer le pays. []
  2. Les travaux de Soren Ivarsson, notamment son ouvrage Creating Laos, permettent en partie de répondre à ces questions. []

Le passé des Khmers – CR de lecture par Elisabeth Beauvallet

L’ouvrage soumis à notre étude est un ouvrage récent, édité pour la première fois en septembre 2016. Sous la direction des historiens Nasir Abdoul-Carime et Grégory Mickaelian ainsi que du linguiste Joseph Thach, des spécialistes du Cambodge, de l’Inde et de la France issus de diverses branches universitaires (ethnologie, Histoire, linguistique) s’associent pour offrir des regards croisés sur ce qui fait la spécificité de la mémoire collective au Cambodge. Cet ouvrage se propose ainsi d’interroger le rapport des Khmers à leur passé pour distinguer les spécificités de la mémoire khmère de la mémoire occidentale et des grandes puissance asiatiques (Chine, Japon) post-Seconde Guerre mondiale.

Une méthode novatrice pour lancer un débat sur les études khmères

Dès son titre, l’ouvrage revendique une approche pluridisciplinaire dont le but est d’ouvrir sur une étude transgénérique. Ainsi, Nasir Abdoul-Carime et Grégory Mickaelian, historiens ayant déjà collaboré à l’écriture d’ouvrages sur l’Histoire khmère, s’associent à un linguiste pour renouveler les études khmères1. Il s’agit de circonscrire la spécificité de la mémoire khmère en croisant regards et disciplines. Cette approche comparative permet alors de faire un état des études khmères et de raviver l’intérêt pour ce domaine universitaire. En effet, Le passé de Khmers est fruit d’un projet de recherche tenu sur trois ans : le projet CAMNAM (transcription de « mémoire » en khmer). CAMNAM vise à donner une ampleur aux études khmères en réunissant des spécialistes de diverses matières et de diverses origines pour faire émerger de leurs travaux une circonscription de ce qu’est le rapport à la mémoire khmère, notamment en le distinguant des rapports indien et français à la mémoire. Ces distinctions permettent alors de révéler comment l’interinfluence de ces diverses cultures a abouti à la création de richesses culturelles spécifiques même si liées les unes aux autre. Ce projet CAMNAM a donné lieu à une conférence en décembre 2014 à l’université royale des Beaux-Arts de Phnom Penh.

Cette étude novatrice et internationale s’est saisie d’un sujet brûlant pour susciter l’intérêt pour les études khmères en France et pour s’insérer dans l’actualité du Cambodge. En effet, il s’agit pour les auteurs d’affirmer l’indépendance des études khmères en se différenciant des études européennes, réalisées récemment sur la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. D’un point de vue politique, le projet est lié à la récente réouverture des archives du gouvernement Khmer rouge au Cambodge qui manifeste un questionnement des Khmers sur leur mémoire récente. Ainsi, le sujet de la mémoire est au cœur de l’actualité universitaire française et de la politique cambodgienne. L’enjeu du livre est donc de rendre compte des trois ans d’étude sur le sujet de la mémoire pour lancer un débat sur les études khmères en revendiquant une approche originale, tant par la culture étudiée que par la méthode employée.

Une approche comparative de la spécificité de la mémoire khmère

Dans ce compte-rendu, nous avons choisi d’aborder les points convergents qui ressortent de la lecture du livre plutôt que de le résumer article par article, ce qui appauvrirait la dimension comparative au cœur de l’ouvrage. Les auteurs abordent la question du rapport à la mémoire en commençant par étudier la spécificité khmère du rapport au temps. Cette étude se fait via un détour par la culture indienne, culture dont les Khmers sont issus : le but est de dégager le glissement culturel qui a fondé la culture khmère. Le rapport au temps hérité de la culture indienne se distingue de la culture européenne dans la mesure où il est rapport de co-présence. Il se distingue ainsi du rapport au temps occidental qui se fonde sur une rationalisation du cadre spatio-temporel, en opérant des distinctions pour définir objectivement l’essence de chaque objet. S’opposant à ce processus de distinction, le rapport au temps propre à l’Asie du Sud-Est est rapport de communion : tout coexiste. Chaque élément est saisi dans les relations qu’il entretient avec le reste du cadre spatio-temporel et non en tant qu’il s’en distingue conceptuellement. L’on ne distingue alors ni sujet, ni objet mais une diversité de relations qui entremêlent les qualités de chacun pour former un tout, une communion. Anne Montaut l’exprime en ces termes : « L’être humain est en continuité avec les autres vivants et inanimés, il n’en est pas le centre organisateur ». L’être humain a donc une relation de communion avec les autres éléments en sa présence. Rien n’est prédéfini comme le voudrait la pensé occidentale, mais tout se définit selon les relations avec les objets qui forment le tout dans lequel l’homme est pris. Ainsi, le pronom personnel de la première personne n’existe pas en langue khmère, le sujet réfère à lui-même en tant qu’ « aîné » ou « cadet » suivant l’âge et le rang de la personne à qui il s’adresse. Chaque élément est défini selon ses rapports sociaux et non selon des concepts qui définissent des distinctions abstraites.

Ce rapport social au cadre spatio-temporel se retrouve dans le rapport à la mémoire. Celui-ci se fonde sur le sentiment de présence/absence d’un élément. La mémoire est cette faculté qui permet à un élément, pourtant absent, de persister dans le cadre social grâce au témoignage d’un tiers. La mémoire est donc acte social qui permet de transcender le couple présence/absence en ouvrant à la possibilité d’une présence médiate dans la sphère sociale. A partir de cette définition de la mémoire, une étude du rapport aux grandes époques de l’Histoire cambodgienne s’établit au fil des articles. Tout d’abord, à partir du IXème siècle, le royaume khmer (Kampuchéa) s’affirme en délimitant militairement un territoire propre. Il fonde sa culture sur la religion brahmanique héritée de la culture indienne. Le rapport à cette époque se fait sur le mode de la fierté nationale, mais ce rapport pourrait avoir été construit a posteriori par les Français, qui ont mythifié l’ère angkorienne au cours de la période coloniale.

En janvier 1594, la prise de la capitale Lanvaeh par les Thai marque le déclin de l’ère Angkorienne. Ce traumatisme national s’accompagne d’une conversion au bouddhisme theravada, influencée par la présence Thai. Cette période est considérée de manière paradoxale à la fois comme une mémoire douloureuse tue et comme un traumatisme national fondateur de la spécificité khmère. L’ouvrage effectue alors une ellipse temporelle, n’étudiant pas la période coloniale pour revenir à une étude du Cambodge post-colonial. Déterminée par une tension et une instabilité politiques, cette époque est étudiée par le biais de personnages incarnant un mouvement politique dont la considération varie selon la politique actuelle. Ces fluctuations mémorielles peuvent cependant tenir du caractère extrêmement récent et des conséquences toujours actuelles des événements du XXème siècle au Cambodge. Cependant, nous pouvons noter que la mémoire de ces événements est influencée par la conception occidentale puisque l’on détache des personnages phares de leur contexte. Enfin, il nous semble que se profile en creux le rapport à la mémoire propre au XXIème siècle avec la réouverture des archives cambodgiennes et une interrogation sur l’étude du XXème siècle, cette fois profondément tributaire du rapport européen à la mémoire.

* * *

Ainsi, l’ouvrage fait état de l’actualité des études khmères. Il ouvre un débat en se saisissant d’un sujet profondément d’actualité et en cherchant à appliquer une méthode comparative transgénérique. L’ouvrage circonscrit donc la mémoire khmère. Cependant, ce projet est un appel à débat et n’entend pas conclure sur ce sujet, mais plutôt à lancer une dynamique de recherche dans les études khmères. L’on note cependant à regret l’absence d’articles rédigés par des Khmers, la synthèse entre l’esprit historique occidental et le rapport au temps khmer reste à approfondir. La grande difficulté reste d’appréhender une culture sans l’essentialiser, comme le réclamait Edward Saïd2, ce qui expliquerait le fait que le livre circonscrive plus qu’il ne saisisse la mémoire khmère. De même, la méthode appliquée, si elle est comparative, est davantage pluridisciplinaire que transgénérique. L’ouvrage est une piste de recherche lancée, il appelle à une suite mais peut-être également à une succession chez les jeunes universitaires.

Elisabeth Beauvallet, ENS de Lyon

 

Elisabeth Beauvallet est étudiante en première année de Master de Littérature comparée à l’ENS de Lyon. Elle travaille actuellement sur l’Indochine littéraire, notamment dans l’œuvre de Marguerite Duras.

Image « à la une » : Bas-relief du Bayon, Fin de la Grande Bataille Navale entre les Khmers et les Chams sur le site Rêves d’ailleurs © DR

Notes

  1. Ces deux auteurs ont dirigé deux numéros de Péninsule : Abdoul-Carime, Nasir et Mickaelian Grégory (dir.), Études khmères ? (I) Outils pour une approche du Cambodge contemporain, Péninsule n° 64, 2012 (1), 242 p. ; Abdoul-Carime Nasir et Mikaelian, Grégory (dir.),  Études khmères ? (II) Outils pour une approche du Cambodge ancien, Péninsule n° 65, 2012 (2) [juin 2013], 312 p. []
  2. Said, Edward. W, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Éditions du Seuil, 1980 []

Colloque international : Temps et temporalité en Asie du Sud-Est [Appel]

[ndlr] Appel à colloque.

Colloque international

Temps et temporalité en Asie du Sud-Est

 

Institut National des Langues et Civilisations Orientales

du 29 novembre au 2 décembre 2017

En Asie du Sud-Est comme ailleurs, les modalités de la co-présence du passé, du présent et du futur donnent lieu à diverses formes d’organisations conceptuelles et pratiques. Un large éventail de dispositifs s’offre ainsi à l’observation, entre une représentation de l’immutabilité des choses – lorsque par-delà l’agitation continue des êtres tout se répète et rien ne change vraiment – et une affirmation de l’irréversibilité de l’altération graduelle et permanente de toutes choses – car si rien ne change rien ne dure non plus. Placés devant ce dilemme, les acteurs s’en accommodent, selon des stratégies elles-mêmes diverses allant de la résignation à la recherche plus ou moins confiante d’une maîtrise de la temporalité – entendue ici comme la perception, à chaque fois particulière, de la durée, cette universelle condition que l’homme ressent par nécessité, où qu’il vive.

De nombreuses approches sont disponibles pour frayer ce thème classique, fruits d’un intérêt qui s’est accru dans les sciences sociales ces trois dernières décennies. Il s’en faut cependant qu’elles aient été pleinement exploitées en terrain sud-est asiatique et l’un des objectifs de ce colloque sera bien sûr de s’y confronter. On pense, par exemple, aux multiples rythmes qui scandent la vie des individus, au caractère socialement marqué du temps vécu, aux mesures notamment calendaires, aux temps des grandes cosmogonies, aux relations qu’entretiennent temporalité, narration et langage ou encore au travail de la mémoire comme actualisation du passé. Pour aller plus loin, on peut s’aider des réflexions de la linguistique culiolienne questionnant la pertinence de catégories grammaticales indo-européennes pour rendre compte de l’expression du temps dans d’autres familles de langues, de l’anthropologie de la « structure de la conjoncture » de Marshall Sahlins, ou des travaux sur les « régimes d’historicité », les « traditions inventées », ou les « textures du temps »,1 ou bien d’autres formes d’analyse encore.

Mais l’on prendra garde au fait que la catégorie que nous appelons temps n’est peut-être pas représentée ailleurs comme un domaine unique, ou acceptant une forme de mesure unique ou encore relevant d’une orientation unique qui nous mène du passé au futur ou inversement. Au contraire, il existe peut-être dans les catégories que nous traduisons volontiers par temps des éléments qu’en Occident moderne (et contemporain) nous ne classons pas dans ce registre, comme la hiérarchie fondée sur la précédence, ou les richesses et le prestige qu’offre leur captation, leur don et parfois leur destruction. La démarche est donc nécessairement et même épistémologiquement comparative.

Pour mener à bien ces objectifs, plusieurs portes d’entrée se profilent. Une première, immédiatement comparative, consiste à considérer ce que nous appelons temps comme un moyen d’accéder aux structures sociales des diverses communautés sud-est asiatiques. La temporalité semble unifier alors tout ce que nous avons l’habitude de segmenter en politique, religieux, économique, etc. L’abdication d’un roi, par exemple, est-elle un phénomène temporel (le temps du renoncement au monde des spécialistes du bouddhisme), un phénomène hiérarchique de précédence (une abdication temporaire au profit d’un représentant des premiers occupants du sol) ou participe-t-elle d’une relation statutaire (un roi aîné désigné en premier abdique pour un roi cadet désigné en second, comme il en existe à Madagascar) ; de même, les funérailles d’un roi organisées par son fils ou son neveu sont-elles l’expression d’une mort-renaissance de l’institution royale ou signent-elles un échange de biens  (mérites, richesses et dépendants) au sein d’une même maison ; l’engagement pour dettes pallie-t-il la faiblesse des institutions de crédit ou est-ce une manière de faire durer la relation en en modifiant le statut ; faut-il voir l’émission monétaire comme un outil favorisant la circulation des biens ou, permettant l’instantanéité de l’échange, un moyen de s’affranchir de liens de dépendances ?

Une seconde porte d’entrée, directement cognitive, consiste à rechercher les marques de la temporalité telles qu’elles se présentent en Asie du Sud-Est. Les linguistes pourront ainsi étudier les marqueurs et/ou les constructions syntaxiques qui se rapportent aux notions d’ « habitude », de « tradition », d’« héritage », de « mémoire », de « mythe », de « conte », d’« histoire », de « temporalité », d’« aspect », qu’il sera loisible d’aborder aussi bien des points de vue de la syntaxe, de la sémantique, de l’étymologie ou de la morphologie que de l’analyse du discours ; les historiens s’intéresseront par exemple à l’origine du temps, la succession des ères cosmiques, les différents cycles composant les calendriers (cycles de la royauté, des institutions, des ancêtres, des cultures, etc.), à l’enchaînement des ruptures et des fondations politiques ou la rétraction du temps dont procède le millénarisme ; enfin, le temps pouvant être défini comme « la synchronisation irréversible d’événements ou d’actions appartenant à deux ou plusieurs domaines distincts »2, les anthropologues pourront étudier la manière dont s’opère la synchronisation dans une société donnée.

Dans les deux cas, on peut s’attendre à mettre au jour une relation entre plusieurs formes de synchronisations qui entrent en opposition ou se complètent3. C’est alors l’articulation de ces formes qui dit la spécificité de la société à travers une vision du monde élaborée par une hiérarchie de valeurs. On ouvrira volontiers l’enquête au « désenchantement du temps »4 qu’y constitue la confrontation entre l’accélération du temps des sociétés contemporaines, désormais mondialisées5, et des manières plus locales de vivre la temporalité. Le présent atelier brodera donc les représentations temporelles de l’Asie du Sud-est avec les nouvelles ou anciennes orientations théoriques en particulier en linguistique, en histoire et en anthropologie, de manière à enrichir réciproquement connaissance de terrain et théorie. Trois conférenciers spécialistes d’une de ces disciplines mais dans une autre aire culturelle que l’Asie du Sud-Est sont invités pour étayer la démarche comparative.

Conférenciers invités

Maurice BLOCH, Professeur émérite d’anthropologie, spécialiste de Madagascar – London School of Economics and Political Science.

Daniel LEBAUD, Professeur émérite de linguistique, spécialiste du français – Université de Franche-Comté/ELLIADD (Édition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours, EA 4661)

François MACÉ, Professeur émérite d’histoire, spécialiste du Japon – Institut National des Langues et Civilisations Orientales.

 

Modalités pratiques 

Les propositions (un résumé d’une page) accompagnées du titre, du nom et du prénom, de l’institution de rattachement, de l’adresse électronique, et d’un court curriculum vitæ de l’auteur devront être envoyées avant le 1er juin 2017 à l’adresse électronique suivante : camnam2017@free.fr. Sur avis du comité scientifique, le comité d’organisation se réserve le droit de retenir ou de rejeter les propositions, dans un intervalle d’un mois à compter de cette date butoir.

Les langues de communication sont le français et l’anglais ; le temps de parole par intervenant sera de 30 minutes (25 minutes d’intervention suivies de 5 minutes de questions). Les communications les plus intéressantes feront l’objet d’une publication.

 

Calendrier

1er juin 2017 : date limite de réception des propositions

30 juin 2017 : notification aux auteurs

15 octobre 2017 : date limite de réception des propositions sélectionnées

 

Comité d’organisation

– Nasir ABDOUL-CARIME (AEFEK)

– Sovath BONG (URBA)

– Éric BOURDONNEAU (EFEO/CASE)

– Grégory MIKAELIAN (CNRS/CASE)

– Joseph THACH (INALCO/SeDyL)

 

Comité scientifique

– Nasir ABDOUL-CARIME (historien, AEFEK)

– Michel ANTELME (linguiste, INALCO/ CERLOM)

– Alain ARRAULT (historien, EFEO/CECMC)

– Cécile BARRAUD (anthropologue, CNRS/CASE)

– Éric BOURDONNEAU (historien, EFEO/ CASE)

– Vanina BOUTÉ (anthropologue, Université de Picardie/CASE)

– Ang CHOULÉAN (anthropologue, URBA)

– Elsa CLAVÉ (historienne, Goethe Universität/ CASE)

– Huy Linh DAO (linguiste, INALCO/CRLAO)

– Olivier EVRARD (anthropologue, IRD/CASE)

– Christopher GOSCHA (historien, Université de Québec)

– André ITEANU (anthropologue, EPHE/CASE)

– Stéphanie KHOURY (anthropologue, CASE)

– Grégory MIKAELIAN (historien, CNRS/CASE)

– Dara NON (linguiste, URBA)

– Hélène de PENANROS (linguiste, INALCO/ SeDyL)

– Dana RAPPOPORT (anthropologue, CNRS/CASE)

– Joseph THACH (linguiste, INALCO/SeDyL)

– Ashley THOMPSON (historienne, SOAS)

– Sophie VASSILAKI (linguiste, INALCO/ SeDyL)

– Sylvain VOGEL (linguiste, URBA/SeDyL-CAMNAM)

Notes

  1. A. Culioli, « Les modalités d’expression de la temporalités sont-elles révélatrices de spécificités culturelles », [in] Pour une linguistique de l’énonciation, Paris, Ophrys, 1999, t. 2, pp. 158-178 ; M. Sahlins, Des îles dans l’histoire, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1989 et F. Zimmerman, « Sahlins, Obeyesekere et la mort du capitaine Cook », L’Homme, t. 38, n°146, 1998, pp. 191-205 ; R. Koselleck, « ‘Champ d’expérience’ et ‘horizon d’attente’ : deux catégories historiques », [in] Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éd. de l’EHESS, 1990, pp. 307-329 et F. Hartog, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Éd. du Seuil, 2003 ; E. Hobsbawn et T. Ranger (dir.), L’invention de la tradition. Nouvelle édition augmentée, Paris, Amsterdam, 2012 ; V. N. Rao, D. Shulman, S. Subrahmanyam, Textures du temps : écrire l’histoire en Inde, Paris, Éd. du Seuil, 2004 []
  2.  A. Iteanu, « Orokaiva : le temps des hommes », [in] P. Piettre (dir.), Le temps et ses représentations, Paris L’Harmattan, 2001, pp. 211-220 []
  3. A. Iteanu, loc. cit. ; J. Baschet, La civilisation de l’Occident féodal, Paris, Champ Flammarion, 2006, p. 444 []
  4. B. Pradel, « les caractéristiques traditionnelles du rythme social », Rhuthmos, 11 février 2012 []
  5. R. Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, coll. « Théorie critique », 2010 []

Nguyễn ngọc Châu : Le Caodaïsme

[ndlr] Annonce de la mise en ligne d’un article de M. sur la fondation du Caodaïsme en 1926. Nous remercions M. Hua Vang Tho pour nous avoir signalé ce document.

Le 7 octobre 1926, la création de la religion caodaïste fut officiellement annoncée et une Déclaration signée par 28 adeptes, fut envoyée au Gouverneur de Cochinchine, monsieur Le Foll ; elle était accompagnée de la liste de 247 noms de ceux qui étaient présents à la réunion de décision le 23 du 8è mois de l’année Bính Dần (1926) chez monsieur Võ Văn Tường (voir annexe 1 du document en ligne).

Pour l’avènement du Caodaïsme, des fêtes grandioses furent célébrées du 18 au 20 novembre 1926 à Tứ  Lâm Tự, pagode  bouddhiste dont la construction  avait été financée en grande  partie  par M. Nguyễn Ngọc Thơ et Mme Lâm Hương Thanh3 (qui devinrent peu après des dignitaires caodaïstes), et dont le supérieur était favorable au caodaïsme naissant. Un sacerdoce fut mis en place et un code religieux promulgué.

Le nom officiel de la religion caodaïste, Đại Đạo Tam Kỳ Phổ Độ, veut dire  » La Grande Voie de la Troisième Amnistie », sous entendu « de Dieu vis à vis de l’humanité », ou, dans une appellation plus moderne, « La Troisième Ère Universelle du Salut Divin de La Grande Voie ».

NguyenNgocChau_LeCaodaisme

Source : Paris Times

Image « à la une » : L’oeil de Cao Dai au Temple de Tay Ninh © Ethnotek Blog

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire sur le Cambodge.

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

 
Éric Bourdonneau, maître de conférences à l’EFEO
Grégory Mikaelian, chargé de recherches au CNRS
Joseph Thach, maître de conférences à l’INALCO
 
Vendredi de 10 h à 12 h (INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, salle 6.11), du 10 mars 2017 au 16 juin 2017
 
Ce séminaire se propose de mener conjointement l’examen de corpus de natures et d’époques différentes (inscriptions des grandes « maisons » aristocratiques angkoriennes, décrets royaux et inscriptions modernes ou encore recueils de contes) en relevant, dans chacun des cas, les éléments susceptibles d’alimenter une première réflexion sur la pratique de l’écrit (et son inscription plus ou moins profonde dans l’oralité), sur les formes de la mémoire et sur l’élaboration des principes du droit. Ce faisant, il s’agit de s’interroger sur la nature de nos sources (qui ne l’ont pas toujours été en ce sens) en prêtant attention, ici comme ailleurs, à leurs conditions de production, d’usage et de réception.


Le second semestre de l’année 2016-2017 sera consacré au corpus épigraphique en vieux khmer du temple de Banteay Srei. Construit dans le troisième quart du Xe siècle par le guru du souverain Jayavarman V (r. 968-1000/1001), le sanctuaire eut une période d’activité exceptionnellement longue, qui se prolonge sur plus de trois siècles, jusqu’au début du XIVe siècle. De cette longévité témoigne en particulier le petit groupe d’inscriptions du temple. Une telle continuité de la pratique épigraphique en un même lieu, par-delà les générations (les auteurs du XIVe siècle célébrant ceux du Xe siècle) et les grandes périodes définies par l’historiographie (l’âge « classique » du Cambodge ancien et les prémices de l’époque « moyenne » faisant suite), en fait un objet d’étude privilégiée dans le cadre de ce séminaire, entre examen de la langue et histoire culturelle du Cambodge sur le temps long.

Nota bene : cette année le séminaire se déroulera à l’INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, salle 6.11
Image « à la une » : Inscription à Angkor Borei (AD 611)

Aperçu illustré sur les organisations politiques, religieuses et culturelles vietnamiennes contemporaines

Premier volet d’une série intitulée « Clés du Viêt-Nam contemporain », dédiée aux étudiant.es qui suivent mes enseignements à Sciences Po Lyon ou à l’ENS de Lyon.

Pendant la première moitié du XXe siècle, le Viêt-Nam colonisé et démantelé par les Français offre l’image d’une résistance opiniâtre. Tenues en échec jusqu’au 9 mars 1945, les organisations révolutionnaires finissent par l’emporter dans un pays déchiré. Après une longue période de guerre, les vainqueurs réunifient le pays en 1976 sous le nom de République socialiste du Viêt-Nam. Le Parti communiste vietnamien (PCV), clé de voûte du nouvel État réunifié, met en place un régime politique sans partage. En 1988, avec la disparition de deux partis fantômes (Parti Démocrate et Parti Socialiste) qui l’accompagnait depuis les années quarante, le PCV reste la seule organisation politique officielle.

La longue lutte des partis politiques s’inscrit dans le contexte colonial où l’expression politique est fortement réprimée comme le démontrent la censure et le nombre de suspension de journaux jugés trop radicaux. L’impossibilité d’une expression politique modérée dans les années vingt force les partis à muscler leur discours anti-colonial, à choisir la voie révolutionnaire et clandestine d’où la profusion de nouveaux mouvements au milieu des années vingt1. L’émergence d’un grand parti en dialogue avec le pouvoir colonial à l’instar du Parti du Congrès en Inde s’avère impossible en Indochine2. La plupart des organisations indépendantistes (partis, ligues, fronts) se développent à l’extérieur de l’Indochine, principalement à travers les réseaux émigrés de la Chine du Sud, de Nankin à Shanghai3. Grâce aux appuis et réseaux révolutionnaires extérieurs, le renversement du pouvoir colonial est désormais possible. Mais la fragmentation des forces politiques et religieuses plonge le pays dans la guerre civile pendant trente ans.

Pour y voir plus clair dans le dédale d’organisations politiques qui jalonnent l’histoire contemporaine nous présentons succinctement les principaux mouvements et sigles politiques vietnamiens par grandes périodes. Destiné plus particulièrement aux étudiants qui suivent mon cours sur l’histoire du Viêt-Nam contemporain, cet aperçu se veut avant tout didactique et pratique4. Notre choix s’est porté sur près de cinquante organisations qui, par leur envergure ou leur rôle particulier, ont marqué l’histoire des différentes périodes. Chaque entrée comprend en caractères gras le nom de l’organisation ;  le lieu de sa fondation ; la période de son existence. Les formations politiques sont classées de façon chronologique par année de fondation.


Période des lettrés modernistes sous la domination française

(années 1900-1920)

A la suite des dix années de résistance armée des lettrés au sein du mouvement Cần Vương (Aide au Roi, 1885-1895), les premières organisations politiques modernes vietnamiennes sont initiées par le lettré révolutionnaire Phan Bội Châu.

Duy Tân Hội (維新會, Annam, 1904-1912) : Association ou Ligue pour la Rénovation, organisation monarchiste fondée dans la province de Quảng Nam en 1904 par Phan Bội Châu et d’autres lettrés modernistes. Sa principale activité est d’organiser le « Voyage vers l’Est » (Đông Du) de quelques 200 étudiants vers le Japon pour leur éducation politique et militaire. A l’intérieur du pays, la ligue fait la promotion de la lutte anti-coloniale à travers la création d’associations économiques, paysannes ou ouvrières, la fabrication artisanales d’armes et elle développe des contacts avec les autres groupes résistants comme celui du Đề Thám (Hoàng Hoa Thám)5.

« Duy Tân » : « Rénovation », terme polysémique qui désigne au moins trois réalités dans le Viêt-Nam colonisé du premier quart du XXe siècle. Il rappelle en premier lieu l’association politique de Phan Bội Châu (voir ci-dessus) mais il désigne aussi le mouvement de rénovation qui touche le Tonkin et l’Annam entre 1905 et 1908. En Cochinchine, on évoque le même processus sous le terme de « Minh Tân », nouvelle civilisation. Enfin, ce terme est le nom de règne (維新) du jeune empereur Nguyễn Phúc Vĩnh San qui prend par à l’insurrection de 1916 et qui fut déposé et exilé de force pendant des décennies sur l’île de la Réunion.

Việt Nam Quang Phục Hội (越南光復會, Canton, 1912-1924) : Ligue pour la Restauration du Viêt-Nam, organisation révolutionnaire républicaine fondée en 1912 par Phan Bội Châu sous l’influence de la révolution chinoise de 1911. Pendant une décennie, elle organise un réseau dans le Viêt-Nam colonisé, fomente des complots et tente des micro-insurrections contre l’État colonial. Son principal mode opérationnel est l’action directe (attentats à la bombe, assassinats). Elle disparaît définitivement suite à l’arrestation de Phan Bội Châu à Shanghai en 19256.

Papier-monnaie de l’Armée de la Restauration du Viêt Nam, utilisé de 1912 à 1925. Source : Wikipédia

Période de la jeunesse occidentalisée sous la domination française

(années 1920-1940)

Le premier parti politique créé de façon publique en Indochine est le Parti constitutionnaliste en 1923. Le lettré Phạm Quỳnh n’est pas autorisé à fonder le Parti du progrès en 1926. Plusieurs partis nationalistes révolutionnaires sont créés dans la clandestinité : le Tân Việt en Annam et le VNQDĐ au Tonkin. Les deux grandes insurrections de 1930-1931 sont organisées ou se déroulent avec la participation du VNQDĐ et du PCI. Après l’échec révolutionnaire, les nationalistes investissent les champs culturels ou sociaux. Le groupe littéraire autonome et le groupe Anh Sáng s’activent à Hanoi. Particularité de cette période, en Cochinchine, un communisme légal voit le jour avec le groupe La Lutte rassemblant trotskistes et staliniens. La fin des années trente voit l’émergence de partis ultranationalistes dit Đại Việt (Grand Viêt-Nam).

Đảng Lập Hiến Đông Dương (Saigon, 1923-1939?) : Parti Constitutionnaliste Indochinois, fondé en 1923 à Saigon par Bùi Quang Chiêu et Nguyễn Phan Long. L’organisation rassemble les représentants de la bourgeoisie cochinchinoise émergente. Elle préconise des changements pacifiques et un dialogue avec les autorités coloniales. Premier parti politique vietnamien autorisé, il édite plusieurs journaux La tribune indochinoise (dès 1917, devient en 1923 l’organe du parti), L’Echo Annamite et Đuốc Nhà Nam [Le flambeau du Sud]. Son influence décline à la fin des années trente7.

Thanh Niên Cao Vọng Đảng (Saigon 1923-1929?) : Parti des Aspirations de la Jeunesse, connu aussi sous le nom de Hội kín Nguyễn An Ninh (Société secrète Nguyễn An Ninh). Organisation de jeunesse anti-coloniale fondée par Nguyễn An Ninh à la suite de son discours sur l’Idéal de la jeunesse annamite prononcé à Saigon le 15 octobre 1923 à la Société d’Enseignement mutuel de la Cochinchine. Utilise le journal La Cloche Fêlée, « organe de propagande démocratique » pour défendre ses idées8.

Jeune Annam ou Đảng Thanh Niên Việt Nam (Saigon, 1925-1926), parti radical fondé dans le but de soutenir le révolutionnaire Nguyễn Anh Ninh. Ce parti participe aux funérailles du lettré moderniste Phan Châu Trinh en mars 1926 et organise les grèves écolières la même année9.

Tân Việt (Annam, 1925-1929) abrégé de Tân Việt Cách Mệnh Đảng : Parti révolutionnaire du Nouveau Viêt-Nam, organisation révolutionnaire fondée en Annam, fusion de plusieurs micro-partis rassemblant des jeunes étudiants et des descendants du Cần Vương. Elle est absorbée par l’association Thanh Niên en 192910.

Thanh Niên (Canton, 1925-1930) : appellation abrégée de Việt Nam Thanh Niên Cách Mạng Đồng Chí Hội (Association des Camarades de la Jeunesse révolutionnaire vietnamienne). Organisation national-bolchévique fondée par Nguyễn Ái Quốc, le futur Hồ Chí Minh, pour organiser la lutte anti-coloniale en Indochine. Elle diffuse ses idées dans le journal éponyme et Nguyễn Ái Quốc synthétise la doctrine marxiste-léniniste de l’organisation dans « La voie de la révolution » (Đường Kách Mệnh). Elle implose en 1929 et donne naissance au Parti Communiste Indochinois (PCI)11.

Việt Nam Quốc Dân Đảng (Hanoi, 1927-) en abrégé Việt Quốc, acronyme VNQDĐ : Parti Nationaliste du Viêt-Nam, fondé le 25 décembre 1927 à Hanoi. Le premier parti nationaliste révolutionnaire d’envergure. Responsable de l’assassinat de Bazin, recruteur de coolie, en 1929. Il organise une « insurrection générale » en février 1930 avant d’être décimé par la Sûreté coloniale. Treize membres du parti sont guillotinés le 17 juin 1930 à Yên Bái. L’organisation révolutionnaire survit et se réorganise en Chine du Sud pendant les années trente avec la création d’un Bureau d’Outre-Mer (Việt Nam Quốc Dân Đảng Hải Ngoại Biện Sự Xứ) puis reprend pieds à Hanoi en 1945-1946 comme principal concurrent du PCI. Est intégré au Front des Partis nationalistes en 1945-1946. Participation à l’Assemblée nationale et au Gouvernement d’Union et de résistance de mars 1946. Il se divise en plusieurs factions entre 1955 et 1975. Interdit en RSVN, il existe toujours aujourd’hui en exil et s’est réunifié en 201612.

L’étendard du VNQDD en 1930. Le jaune symbolise le peuple vietnamien, le rouge, la lutte révolutionnaire.
Insigne du VNQDD dans les années quarante.

Đảng Việt Nam Độc Lập (France, 1927-1929) ou Parti Annamite pour l’Indépendance (PAI). Organisation anticoloniale fondée en France par Nguyễn Thế Truyền. Elle édite plusieurs revues militantes en faveur de l’indépendance du Viêt-Nam : Việt Nam hồn, L’Ame Annamite et La Nation Annamite. Ses activités sont interdites en 192913.

Đông Dương Cộng Sản Đảng (Hong-Kong, 1930-1945) : Parti Communiste Indochinois (acronyme PCI) – devient le Parti des Travailleurs du Viêt Nam en 1951 puis le Parti Communiste Vietnamien en 1976. Organisation marxiste-léniniste fondée en octobre 1930 à la suite de la fusion de trois micros partis communistes vietnamiens. Le PCI fonde et organise en mai 1941 la ligue Viêt-Minh, outil de la conquête du pouvoir en 1945. Il compte au moment de la Révolution d’Août quelques 5000 membres en Indochine. Par voie de presse, il proclame sous auto-dissolution le 11 novembre 1945 mais subsiste sous la forme d’un groupe d’études marxistes au sein du Viêt-Minh. Il reste le pilier caché de la ligue Viêt-Minh jusqu’en 195114.

Drapeau du Parti Communiste Indochinois trouvé à Vinh le 15 janvier 1931. Mots d’ordre : 1° Augmentation des salaires, réduction de la journée de travail, réintégration des 21 ouvriers licenciés ; 2° Punition des notables et des mandarins qui nuisent aux masses. Source : couv. Hémery, 1975.

« Chấn Hưng Phật Giáo » : dans les années 1930, le mouvement de rénovation du bouddhisme s’organise autour de trois associations fondées en 1930 à Hanoi (Tonkin), en 1932 à Huế (Annam) et en 1934 à Saigon (Cochinchine). Elle participe à la diffusion de la pensée bouddhiste dans de nouvelles revues en quốc ngữ et développe l’enseignement dans les pagodes. La première revue de vulgarisation et d’étude du bouddhisme paraît le 31 août 1929 à Mytho (Cochinchine). L’unification du bouddhisme se fait en 1951 avec la fondation de l’Association générale du Bouddhisme (Tổng Hội Phật Giáo Việt Nam) à Huế.

La revue Tu Quang éditée par l’Association des Études bouddhiques au Sud, numéro de mars 1953. C’est la seule revue bouddhiste qui est publiée sans interruption de 1951 à 1975. Source : article de Thich Giac Toan

Tự Lực Văn Đoàn (Hanoi, 1932-1938) : Groupe littéraire autonome ou « Groupement littéraire qui compte sur ses propres forces », fondé en 1932-1933 à Hanoi par de jeunes lettrés acquis à la modernisation occidentale. Le groupe rejette le confucianisme, bouscule les valeurs familiales et promeut une littérature nouvelle dans laquelle l’individu est mis en avant. Il modernise le style littéraire et produit des romans à thèse qui deviennent vite populaires. Il affiche sa critique de la société et une forme de nationalisme culturel dans les deux périodiques qu’il dirige : Phong Hóa [Moeurs] et Ngày Nay [Temps Actuels]. Les deux revues furent tour à tour suspendues par le pouvoir colonial. Le groupe se politise en 1938 avec la création du Đại Việt Dân Chính, Parti populaire du Grand Viêt-Nam. Les principaux écrivains de ce groupe rejoignent le Parti Nationaliste VNQDĐ en 194515.

La revue Ngày Nay [Temps Actuels] présentant le programme des hameaux du groupe Lumière.

Hi Anh Sáng (Hanoi, 1934-1938) : Association Lumière, fondée en 1934 par des membres du Groupe littéraire autonome. Interdite et réactivée en 1937, cette association à caractère social se donne pour objectif de remédier à la situation sanitaire et à combattre l’insalubrité et la pauvreté dans les campagnes16.

La Lutte (Saigon, 1933-1937) : Groupe politique communiste rassemblant des kominterniens et des trotskistes, des « retours de France » et « retours de Moscou ». Il réussi à faire élire par deux fois des délégués au conseil municipal de Saigon en 1933 et 1935. Le groupe publie le journal La Lutte en français puis en vietnamien de 1933 à 1939. Didactique et militant, le journal se fait l’écho des luttes sociales et du combat anti-colonial. Par son contenu et sa longévité dans un milieu particulièrement hostile, il est une initiative inédite qui marque l’histoire de la presse militante en contexte colonial17.

Drapeau du Groupe La Lutte.
Le journal Tranh Dau (La Lutte) publié à l’occasion du 150e anniversaire de la Révolution française (1789-1939).

 

Đại Việt Quốc Dân Đảng (Hanoi, 1938-) en abrégé ĐVQDĐ : Parti National du Grand Viêt-Nam, fondé en décembre 1938 par Trương Tử Anh. Organisation nationaliste révolutionnaire qui développe la « doctrine de la survivance du peuple » (Chủ nghĩa dân tộc sinh tồn) et prône l’autoritarisme. Jour un rôle politique central pendant la période de l’État associé du Viêt-Nam (1948-1954). Pourchassé pendant la période diemiste (1955-1963), il réapparaît sur la scène politique en 1964 mais se divise en donnant naissance à deux nouveaux partis Đại Việt en 1964 et 1965 sous la République du Viêt-Nam (Sud). Interdit depuis 1975, bien que fragmenté, il existe toujours en exil18.


Occupation japonaise (1940-1945) et Empire du Viêt-Nam (1945)

Pendant la période de l’occupation japonaise, les mouvements nationalistes s’activent et cherchent à unifier leurs forces. Au Nord et au Centre cinq partis Đại Việt défendent une identité « Grand Viêt » teinté d’autoritarisme19. Au Sud, la ligue Phục Quốc du prince Cường Để rassemble les forces politiques et religieuses. Les deux nouvelles religions Caodaïsme et bouddhisme Hòa Hảo prospèrent dans les milieux paysans dans le delta du Mékong. A l’ombre des Japonais, les partis nationalistes tentent le coup de force en 1940 mais la répression coloniale s’exerce toujours. Les insurrections communistes de 1940 sont également violemment réprimée.

Đại Việt Quốc Gia Liên minh (Hanoi, 1944-1945) en abrégé ĐVQGLM : Alliance nationale Đại Việt, organisation unitaire rassemblant les partis Đại Việt et le Nouveau VNQDĐ (Tân VNQDĐ), soutien le gouvernement Trần Trọng Kim dans son action. Disparaît au mois d’août 1945 à cause de scissions internes liées à la prise du pouvoir20.

Hi Tân Việt Nam (Hanoi, 1945) : Association du Nouveau Viêt-Nam, rassemblement des intellectuels en soutien au gouvernement Trần Trọng Kim. Elle se donne trois objectifs : Consolidation de l’indépendance dans la sphère de la Grande Asie ; Unification de tous les corps de la société et de toutes les sensibilités politiques ; Préparation de la reconstruction nationale21.

Fronts et alliances révolutionnaires (1939-1945)

Phục Quốc (Shanghai, 1939-1945), abrégé de Việt Nam Phục Quốc Đồng Minh Hội, Ligue pour la Restauration du Viêt Nam. Organisation fondée par le prince Cường Để à Shanghai en 1939. Sa branche armée (Phục Quốc Quân) pénètre à Langson à la suite des forces japonaises en septembre 194022.

Drapeau de la Ligue monarchiste « Restauration nationale ». le caractère 王 (vuong, roi) est placé en haut à gauche.

Vit Minh (Tonkin, 1941-1951) abrégé de Việt Nam Độc Lập Đồng Minh : Ligue pour l’indépendance du Viêt-Nam, fondée par le PCI en mai 1941 à la frontière chinoise dans une stratégie d’union contre le fascisme. La Ligue s’impose comme la principale force d’action au mois d’août 1945. Elle s’appuie sur le mécontentement antijaponais dans les campagnes (suite à la famine de l’hiver 1944-1945) et organise la prise du pouvoir dans les trois parties du Viêt-Nam à la suite du vide politique laissé par le gouvernement Trần Trọng Kim démissionnaire. Elle bénéficie de la neutralité japonaise à Hanoi. Pendant la guerre d’Indochine, le Viêt-Minh (en réalité la RDVN) devient le principal opposant de la reconquête militaire française. Le front est dissous en 1951 au profit du Liên Việt. Son emblème, le drapeau rouge avec une étoile d’or centrale devient officiellement l’emblème national en 194623.

Le drapeau du Viêt-Minh (1941) devient le drapeau de la RDVN puis après une modification de l’étoile centrale, le drapeau de la RSVN d’aujourd’hui.

Đồng Minh Hi ou Việt Cách (Liuzhou, 1942-1946) abrégé de Việt Nam Cách Mệnh Đồng Minh Hội  (acronyme ĐMH) : Ligue révolutionnaire du Viêt-Nam fondée en 1942 sous le patronage du Guomindang pour rassembler et unifier les organisations nationalistes vietnamiennes présentent en Chine. Cette force dirigée par Nguyễn Hải Thần conteste dès septembre 1945 le pouvoir sans partage du Viêt-Minh. Elle disparaît en 1946 après une brève participation à l’Assemblée nationale et au Gouvernement d’Union et de résistance de mars 194624.

Drapeau de la Ligue Révolutionnaire du Viêt-Nam (DMH) fondée en Chine en octobre 1942. Elle rassemble en son sein des représentants du Viêt-Minh, du VNQDD, du Dai Viêt Dân Chinh et du Phuc Quôc.

Thanh Niên Tiền Phong (Saigon, 1945) : Jeunesses d’Avant-Garde, organisation de jeunesse fondée en juin 1945 par le Dr Phạm Ngọc Thạch et rassemblant quelques 200.000 membres. Se rallie au Viêt-Minh le 22 août 1945 et permet le basculement du Sud au profit de la ligue indépendantiste d’Hồ Chí Minh25.

Défilé des Jeunesses d’Avant-Garde le 21 août 1945 à Saigon.
Drapeau des Jeunesses d’Avant-Garde de 1945.

Mặt Trận Quốc Gia Thống Nhất (Saigon, 1945) : Front National Unifié, fondé le 14 août 1945 à Saigon pour unifier les forces nationalistes indépendantistes en Cochinchine. Bénéficie su soutien japonais. Rejoint le Front Viêt-Minh à la fin du mois d’août mais implose.

Mặt Trận Quốc Dân Đảng Việt Nam (Hanoi, 1945-1946) en abrégé QDĐ : Front des partis nationalistes réunissant le ĐVQDĐ, le VNQDĐ et le Đại Việt Dân Chính. Dirigée par un triumvirat secret (Trương Tử Anh, Vũ Hồng Khanh, Nguyễn Tường Tam), l’organisation clandestine échoue à prendre le pouvoir en 1945-1946. Elle implose après les Accords du 6 mars sur la question du retour des Français au Nord. Ses principaux leaders prennent le chemin de l’exil vers la Chine du Sud en 1946 pour fuir la répression des forces de sécurité du Viêt-Minh. Représente avec le ĐMH en 1946 la principale opposition légale au Viêt-Minh/PCI dans le Nord et au Centre26.

Drapeau du Front des Partis nationalistes (Dai Viet + VNQDD), apparaît à Hanoi en décembre 1945.

Guerre d’Indochine (1945-1954) et État associé du Viêt-Nam (1948-1955)

Lorsque la guerre éclate au Nord en décembre 1946 les partis nationalistes sont très affaiblis du fait de la vague de répression des services de sécurité du Viêt-Minh. Les grands partis VNQDĐ et Đại Việt sont exilés en Chine du Sud, les mouvements religieux du Sud sont entrés en résistance à la fois contre le retour des Français et le Viêt-Minh. Les Catholiques préservent également leur autonomie d’action. Mais lorsque la « solution Bảo Đại » se met en place, de façon laborieuse et ambigüe, de nouvelles alliances nationalistes sont créées. Un Front nationaliste à Nankin peine à s’imposer en Indochine. Il est supplanté par le mouvement Quốc Gia Liên Hiệp [Union nationale] qui soutien l’ex-empereur Bảo Đại. Les groupes religieux, catholiques au Nord et caodaïstes ou Hòa Hảo au Sud, qui disposent de formes armées, rallient peu à peu le camp de la résistance anti-Viêt Minh.

Bình Xuyên (Cochinchine, 1945-1955) : « confrérie » et groupe politico-militaire issu de la pègre. Apparu dans les années vingt, c’est surtout pendant la guerre d’Indochine que se distingue cette organisation mafieuse. Elle prend son essor en dirigeant les casinos (ex. Le Grand Monde à Saigon), en contrôlant la prostitution et le commerce de la drogue. Mais surtout elle dirige la police de Saigon jusqu’en 1955. Pour rétablir l’ordre républicain dans le Sud, Ngô Đình Diệm livre au mois d’avril 1955 une guerre contre les sectes et s’attaque aux Bình Xuyên. Son chef Lê Văn Viễn alias Bảy Viễn s’exile en France pour le reste de sa vie27.

Drapeau de l’Armée nationale Binh Xuyen.

Les « Cinq Grands » (Bình Xuyên, Caodaïstes, Catholiques, Đại Việt, Hòa Hảo) : Pendant la période de l’État associé, ces cinq formations politiques et religieuses occupent la scène politique. Elles forment l’assise politique et militaire du régime de l’ex-empereur Bảo Đại28.

Dân Xã (Cochinchine, 1946-1975?), abrégé de Việt Nam Dân Chủ Xã Hội Đảng, Parti Social-Démocrate (depuis 1946), affilié au bouddhisme Hòa Hảo. Le parti est fondé le 21 septembre 1946 contre les Français et contre le Viêt-Minh. Après l’assassinat de son leader en avril 1947, il se scinde en plusieurs factions mais continue ses activités pendant la République du Viêt-Nam entre 1955 et 1975. Il s’oppose au régime diemiste mais reste profondément divisé sous la Seconde République (1967-1975). Il rassemble une poignée de militants en exil depuis 197529.


1945-1975, les journées historiques de la RDVN : Révolution d’août 1945, Déclaration d’indépendance du 2 septembre 1945 et proclamation de la RDVN ; victoire militaire de Dien Bien Phu le 7 mai 1954 ; prise de Saigon le 30 avril 1975.

République démocratique du Viêt-Nam (1945-1975)

[Viêt-Nam unifié de 1945 puis Nord Viêt-Nam à partir de 1954]

Après la période révolutionnaire qui a vu la fondation du Parti démocratique et du Parti socialiste, la RDVN se distingue par la monopolisation de l’espace politique par le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam. A ses côtés est mise sur pieds une organisation unitaire dénommée Front Liên Việt (différent du Liên Việt de 1946).

Dân Công (Nord Viêt-Nam, 1950-1954?), « travailleurs civiques » : terme donné au personnel recruté pour la logistique de guerre. Pendant la première guerre d’Indochine, ils sont près de deux millions à transporter armes et nourriture à pieds pour fournir le front. Recrutés principalement parmi les ethnies minoritaires ou les femmes, ce sont les forçats de le guerre populaire30.

Đảng Dân Chủ Việt Nam (Hanoi, 1944-1988) : Parti Démocrate vietnamien. Organisation politique fondée par des étudiants de l’université indochinoise en 1944. Elle intègre le Front Viêt-Minh et participe à l’Assemblée nationale de 1946 et au gouvernement provisoire d’Hồ Chí Minh. Faire valoir du pluralisme politique en RDVN, ce parti a vu son activité décliner jusqu’au Renouveau31.

Đảng Lao Động Việt Nam (Thái Nguyên, 1951-1975) en abrégé Lao Dong : Parti des Travailleurs du Viêt Nam (1951-1976). Parti dirigeant la RDVN de 1951 à la réunification du pays. Il est dirigé par Lê Duẩn de 1960 jusqu’à 1975. L’organisation communiste adopte le nom de PCV en 197632.

Đảng Xã Hội Việt Nam (Hanoi, 1946-1988) : Parti socialiste vietnamien, fondé le 22 juillet 1946 à la suite de la répression contre le VNQDĐ. Son objectif est de rallier les intellectuels au sein du Front Viêt-Minh. Second faire valoir du pluralisme politique en RDVN, ce parti a peu d’activité. Il s’autodissout en congrès le 22 juillet 1988. le parti démocrate et le parti socialiste, selon la terminologie des années 1960, « représentent les tendances progressistes de la bourgeoisie nationale, de la petite bourgeoisie et de l’intelligentsia »33.

Liên Việt (Nord Viêt-Nam, 1951-1955), abrégé de Mặt trận Liên Việt : Front unifié vietnamien . Organisation unitaire qui rassemble des catégories de la société : jeunes, femmes, intellectuels. Elle est issue de la fusion de l’ancien Liên Việt de mai 1946 (Hội Liên Hiệp Quốc Dân Việt Nam) et du Viêt-Minh de 1941. Il est remplacé par le Front de la Patrie en 1955.

Congrès unificateur du Viêt-Minh et du Liên Viêt donnant naissance au Front Liên Viêt de mars 1951. Source : Thu vien lich su

Thanh Niên Xung Phong (Nord Viêt-Nam, 1950-1975…) en abrégé TNXP : Jeunesses de choc. Mouvement de jeunesse fondé par Hồ Chí Minh pour soutenir la campagne des frontières en 1950. Au même titre que les « travailleurs civiques », ils forment la logistique de la « guerre du peuple », théorisée par le général Võ Nguyên Giáp. Ils servent d’éclaireur, de démineurs, de transporteurs de vivres et de munitions… Pendant la guerre « américaine », les Jeunesses de choc sont réorganisées et le mouvement est amplifié en 1965 (centralisées puis de base). Ils sont envoyés sur la Piste Hồ Chí Minh à travers la jungle pour entretenir le réseau de voies de communications. Au Sud, ils combattent parfois sur le front. Spécificité : ce mouvement de jeunesse est formé de plus de 50% de jeunes filles (de 13 à 20 ans).34.

Carte de la zone vietnamienne démilitarisée. Source : Wikipédia / Captain Moyars S. Shore II, The Battle for Khe Sanh. Washington DC: US Marine Corps Historical Branch, 1969.

Le pays est séparé pendant vingt ans (1955-1975) au niveau du Bến Hải, le fleuve-frontière situé au 17ème Parallèle, ligne de démarcation des deux États, dite DMZ « Demilitarized Zone ».


Première République (1955-1963)

[Sud Viêt-Nam]

La scène politique se caractérise par la prépondérance des deux organisations pro-gouvernementales et par l’émergence de deux fronts de lutte armée anti-gouvernementaux : l’un politico-militaire organisé par le Nord, l’autre montagnard. Les leaders des anciens partis nationalistes Đại Việt ou VNQDĐ sont pour la plupart en exil  (Cambodge, Japon, France…) ou survivent sous étroite surveillance policière35.

Bajaraka (Hauts-plateaux, 1958-1964) : front montagnard unitaire rassemblant les communautés ethniques BAnar, JAraï, RAdhé et KAho36.

Cần Lao (Sud Viêt-Nam, 1954-1963), abrégé de Cần Lao Nhân Vị Cách Mạng Đảng : Parti Révolutionnaire Personnaliste du Travail. Fondé en 1954 par Nguyễn Ngọc Thơ, parti de l’élite dirigeante. Fonctionnement quasi-secret, il aurait rassemblé autour de 16.000 membres37.

Mặt Trận Dân Tộc Giải Phóng Miền Nam Việt Nam (Tây Ninh, 1960-1975), en abrégé FNL Sud-Viêt Nam : Front National de Libération du Sud Viêt-Nam, mouvement armé de libération nationale rassemblant des intellectuels sudistes et des militants communistes, calqué sur le modèle du Viêt-Minh. Affublé du terme Việt Cộng [Communistes vietnamiens] par le régime puis par les Américains, le Front est dirigé par l’avocat Nguyễn Hưu Thọ. Il est conçu à Hanoi lors du troisième congrès du Lao Động en 1960. Fondé en décembre 1960 à Tây Ninh, il est peu à peu placé sous la direction de cadres communistes du Bureau central pour le Sud Viêt-Nam, organe de direction de la résistance sudiste chapeauté par Hanoi, et des membres du Parti populaire révolutionnaire (Đảng Nhân Dân Cách Mạng Việt Nam) branche politique du Lao Động au Sud, fondée en 196238.

Phong Trào Cách Mạng Quốc Gia (Sud Viêt-Nam, 1955-1963) : Mouvement de la Révolution Nationale ou Mouvement national révolutionnaire, mouvement de masse de soutien au régime diemiste. Il chapeaute également l’organisation syndicale officielle des fonctionnaires de la République (Liên Đoàn Công Chức Cách Mạng Quốc Gia).

Manchette du quotidien « Révolution nationale » édité sous la Première République (1955-1963).

Thanh Niên Cộng Hòa (Sud Viêt-Nam, 1955-1963) : Jeunesses Républicaines. Mouvement de jeunesse organisé par le régime diemiste. Aurait compté plus 1,3 million de membres39 à la fin de 1962. Mme Nhu (née Trần Lệ Xuân et épouse de Ngô Đình Nhu, frère et conseiller politique de Ngô Đình Diệm), dirige le Mouvement de solidarité des femmes (Phong Trào Liên Đới Phụ Nữ Việt Nam) de sa création en 1958 à 1963.


Seconde République (1967-1975)

[Sud Viêt-Nam]

Après l’effondrement des organisations politiques (Can Lao, MNR) liées au régime de Ngô Đình Diệm, on assiste à une extrême fragmentation de l’espace politique. Le Sud connaît trois ans de chaos politique avant de se stabiliser avec l’avènement d’une nouvelle République en 196740 . Des dizaines de fronts ou alliances sont créées pour soutenir ou pour s’opposer au régime des militaires41. Les partis traditionnels VNQDĐ et Đại Việt se divisent en de multiples factions42. Les mouvements religieux n’échappent pas à la fragmentation de leurs forces43. Deux organisations clés apparaissent en 1969 : le FNL-SVN se dote d’un Gouvernement révolutionnaire provisoire dans le but de participer aux pourparlers de paix et le Mouvement national progressiste, organisation de soutien critique au régime de Nguyễn Văn Thiệu. Les différentes élections de 1966 (assemblée constitutionnelle), 1967 (sénatoriales et présidentielles) et de 1971 (présidentielles et chambre des députés)  donnent lieu à de multiples combinaisons entre les différentes organisations et offre l’image d’une vie politique foisonnante44.

Phật Giáo, Bouddhisme : massivement opposé à la dictature et la guerre la mouvement bouddhiste explose en deux courants. La Pagode Ấn Quang, pagode du mouvement bouddhiste contestataire, reste opposée à la guerre et au « régime de Saigon ». La Pagode Quốc Tự (Việt Nam Quốc Tự), pagode du mouvement bouddhiste officiel, maintient son soutien au régime. Cependant, le mouvement bouddhiste ne parvient pas à se structurer en véritable force politique autonome. Depuis 1951, le mouvement bouddhiste donne naissance au mouvement laïque de la « Famille bouddhique » (Gia Đình Phật Tử Việt Nam) qui rassemble des centaines de milliers de jeunes. L’association du bouddhisme unifié (Giáo Hội Phật Giáo Việt Nam Thống Nhất) voit le jour en janvier 1964 après la chute du régime diemiste. Elle est remplacée après la réunification du pays par une association « officielle » (Giáo Hội Phật Giáo Việt Nam) en novembre 1981.45

Chính Phủ Cách Mạng Lâm Thời Cộng Hoà Miền Nam Việt Nam (Sud Viêt-Nam, 1969-1976), en abrégé GRP : Gouvernement Révolutionnaire Provisoire, issu du FNL-Sud Viêt-Nam. Dirigé par Huỳnh Tấn Phát et composé de 3 vice-présidents et 9 ministres46.

Đại Việt (Partis, Sud Viêt-Nam, 1955-1975) : Après la chute de Ngô Đình Diệm, le parti ĐVQDĐ, parti de cadres, est de retour sur la scène politique, un des seuls capable de remplir le vide politique après l’éviction du Cần Lao. Cependant, ce retour provoque une scission importante et des désaccords sur la stratégie à mener pendant la période de la guerre : autoritarisme, démocratie, révolutionnarisme… Le parti ĐVQDĐ se scinde en trois mouvements : le ĐVQDĐ des origines se maintient, un parti Néo Đại Việt (Tân Đại Việt) est fondé par Nguyễn Ngọc Huy en 1964 et réinvente la « doctrine de la survivance du peuple » dans une perspective démocratique, un parti Đại Việt révolutionnaire est fondé par Hà Thúc Ký (Đại Việt Cách Mạng Đảng) en 1965. Ces clivages cachent des penchants régionalistes : le ĐVQDĐ ancien est dirigé par des leaders originaires du Nord, le Néo Đại Việt par des hommes du Sud et le Đại Việt révolutionnaire par des militants originaires de Huê ou du Centre du pays. Une tentative de réunification des trois factions a eu lieu en 1988 aux États-Unis.

De gauche à droite : Drapeau du Front QDD de 1945-1946 (également drapeau du VNQDD et du DVQDD) ; drapeau du Tân Dai Viêt de 1964 ; drapeau du Dai Viêt Cach Mang Dang (Dai Viêt Révolutionnaire) de 1965 (reprend le fond jaune et rouge du VNQDD de 1930).

Front Unifié pour la Libération des Races Opprimées (Hauts-plateaux, 1964-1992) en abrégé FULRO : Front de résistance montagnard agissant sur les Hauts plateaux du centre du Viêt-Nam47.

Liên Minh Các Lực Lượng Dân Tộc, Dân Chủ và Hòa Bình Việt Nam (Sud Viêt-Nam, 1968-1969) : Alliance des forces nationales de la démocratie et de la paix. Organisation d’opposition au régime de Saigon rassemblant des intellectuels et des fonctionnaires du Sud, fondée après le Têt 1968, pour faire le lien avec le FNL-SVN. Elle s’allie au Front national de libération en 1969 pour créer le Gouvernement Révolutionnaire Provisoire (GRP). En 1977, l’Alliance est de fait auto-dissoute en intégrant le Front de la Patrie.

Congrès fondateur du GRP le 6 juin 1969 à Tây Ninh.

Phong Trào Quốc Gia Cấp Tiến (Sud Viêt-Nam, 1969-1975) : Mouvement National Progressiste, organisation satellite du Tân Đại Việt. Fondé en 1969, ce mouvement unitaire est dirigé par l’intellectuel Nguyễn Văn Bông. Il entend promouvoir la démocratie et l’unité politique. Son leader est assassiné par des agents communistes (Comité de sécurité T4 opérant à Saigon) le 10 novembre 1971.

« Troisième Force » (Sud Viêt-Nam, 1960-1975), terme vague évoquant les forces politiques se situant à la fois contre le régime militaire saigonnais et les résistants communistes48.


République socialiste du Viêt-Nam (depuis 1976)

Après la chute de Saigon, le paysage politique fait l’objet d’une épuration de la part du Parti communiste. Les partis nationalistes sont interdits, même les partis pro-RDVN sont dissous.

Affiche de propagande annonçant le VIIIe Congrès du Front de la Patrie en 2014.

Đảng Cộng Sản Việt Nam (Hanoi, depuis 1976) acronyme PCV : Parti Communiste Vietnamien. Après avoir adopté plusieurs appellations pendant la longue période de guerre (PCV en 1930 puis PCI 1930-1945 puis Lao Động 1951-1975), le parti communiste revient à la première appellation de 1930 sous le nom de Parti Communiste Vietnamien (PCV). Il est, depuis 1988, l’unique parti politique autorisé en RSVN49.

Đoàn Thanh Niên Cộng Sản Hồ Chí Minh (1931 puis 1976-) : Groupement des Jeunesses Communistes Ho Chi Minh. Plongeant ses origines dans les premières années du PCI, ce mouvement de jeunesse a été fondé en 1931. Il a accompagné la lutte du Parti tout au long du XXe siècle sous les différentes appellations suivantes :  Đoàn Thanh niên Cộng sản Đông Dương (1931-1936), Đoàn Thanh niên Dân chủ Đông Dương (1937-1939), Đoàn Thanh niên Phản đế Đông Dương (1939-1941), Đoàn Thanh niên Cứu quốc Việt Nam (1941-1956), Đoàn Thanh niên Lao động Việt Nam (1956-1970), Đoàn Thanh niên Lao động Hồ Chí Minh (1970-1976). Dans les années soixante il contribue aux campagnes d’émulation patriotique et participe au mouvement de soutien à la guerre d’unification. Après la réunification, il rassemble plusieurs mouvements de jeunesse sous l’appellation de « Jeunesses Communistes Ho Chi Minh ». C’est actuellement le mouvement de jeunesse le plus important en RSVN rassemblant plusieurs millions de membres. Le PCV lui confie régulièrement des missions d’éducation et de propagande, de protection publique, de campagne de sensibilisation, d’encadrement et d’animation sociale.

Mặt Trận Tổ Quốc Việt Nam (Hanoi, RDVN 1955 ; RSVN 1977-) : Front de la Patrie, organisation para-communiste, dirigée par le PCV, pour rassembler toutes les composantes et catégories professionnelles de la société (femmes, jeunes, religieux, syndicats, vétérans, enseignants, médecins, juristes…). Depuis la réunification, le Front de la Patrie a organisé huit congrès (VIIIe Congrès en 2014)50.

Formations d’opposition au régime communiste, mouvements exilés :

Interdites de fonctionner à l’intérieur du pays, les organisations politiques prennent le chemin de l’exil et réorganise une série de fronts civils ou militaires pour s’opposer au régime communiste. La fragmentation des forces politiques, effective sous la Seconde république, se reproduit en exil dans les différentes communautés. Cependant, à partir de 2006, plusieurs mouvements pro-démocratiques apparaissent à l’intérieur du pays pour s’opposer au régime de parti unique.

Khối 8406 (Huê, 2006-) : Bloc 8406, mouvement pro-démocratique d’opposition au régime communiste. Fondé publiquement le 8 avril 2006 par une centaine de citoyens, il a été fortement réprimé depuis dix ans. Il préconise une lutte non-violente pour le rétablissement de la liberté d’expression, religieuse, d’association et de mouvement51.

Liên Minh Dân Chủ Việt Nam (États-Unis, 1981-) : Alliance pour la Démocratie au Viêt Nam (Alliance for Democracy in Vietnam), fondée en 1981 en Californie par le professeur Nguyễn Ngọc Huy rassemblant 5 partis politiques. Comme son nom l’indique cette alliance a pour objectif la lutte pour le pluralisme politique et l’instauration de la démocratie au Viêt-Nam. Elle édite le magazine politique Tự do dân bản [Liberté et humanisme] et son fondateur décède en 1990. Deux congrès internationaux sont organisés en 1990 (Hollande) et 1993 (Toronto) mais l’alliance se scinde en deux mouvements concurrents au début des années 2000.

Brochure du Front unifé des Forces patriotiques de Libération du Viêt-Nam, bibliothèque Pham Van Thanh.

Mặt Trận Thống Nhất Các Lực Lượng Yêu Nước Giải Phóng Việt Nam (France, 1976-1988) : Front unifié des forces patriotiques de libération du Viêt-Nam. Front de lutte armée anticommuniste fondée à Paris en 1976 et dirigé par Lê Quốc Túy. Le Front est démantelé à la suite d’une opération policière et militaire de contre-espionnage intitulée CM-12 (Cà Mau).  Les principaux membres du groupe sont arrêtés en 1984 et condamnés lors d’un procès médiatique qui se déroule en décembre 1984 à Ho Chi Minh-Ville en présence de la presse étrangère. Trần Văn Bá, ancien responsable étudiant en France, chef des opérations militaires est fusillé en janvier 1985.

Mặt Trận Quốc Gia Thống Nhất Giải Phóng Việt Nam (États-Unis, 1980-2004), en abrégé Mặt trận HCM, Nufronliv : Front national unifié de Libération du Viêt-Nam. Mouvement de lutte armée anticommuniste fondé en 1980 en Californie, présidé par le vice-amiral Hoàng Cơ Minh. A partir de 1981, le Front établit des bases en Thaïlande pour entrainer ses troupes et dans le but d’établir des connexions avec la résistance intérieure. Dans les années 1980, il organise une intense campagne de propagande au sein des communautés vietnamiennes en exil pour soutenir la résistance. Ses groupes armés tentent de pénétrer au Viêt-Nam via le Laos lors de trois opérations dites « Đông Tiến » (Marche vers l’Est) en 1986, 1987, 1990. Hoàng Cơ Minh, chef militaire du Front, trouve la mort à la fin du mois d’août 1987 au cours de la seconde campagne. Le bras politique de ce Front est le parti Việt Tân fondé en 198252.

« Phục Quốc » (Viêt-Nam, 1975-1980?), abrégé de Lực Lượng Phục Quốc Việt Nam : Terme générique apposé sur les mouvements de la résistance anticommuniste après 1975 pour la « restauration nationale », retour à une république et/ou pour l’avènement d’une Troisième république (non communiste).

Việt Tân (États-Unis/Thaïlande, 1982, lutte armée puis 2004, lutte pacifique), abrégé de Việt Nam Canh Tân Cách Mạng Đảng, Parti révolutionnaire pour la Réforme du Viêt-Nam, fondé dans la clandestinité en 1982, le parti se donne pour objectif de renverser le régime communiste à l’aide d’un soulèvement populaire. Il préconise la lutte armée jusqu’en 1990 et change de mode opérationnel pour la lutte pacifique à la suite de ses échec militaires et de la chute des régimes communistes en Europe de l’Est. En 2004, il sort de la clandestinité et publie son programme politique visant à une transformation du Viêt-Nam par des moyens pacifiques. Classée contre « organisation terroriste » par le RSVN, le Việt Tân poursuit la construction d’un réseau militant à l’intérieur du pays.

« Khmer Krom » (États-Unis, années 1980) : terme désignant les Khmers nés dans le delta du Mékong et revendiquant une identité khmère. En 1985, les Khmers Krom organise leur première convention internationale à New York. En 1996, ils fondent à Toronto l’organisation Khmers Kampuchea-Krom Federation (KKF) pour défendre pacifiquement leurs droits à l’autodétermination et leur identité.

Le drapeau de la Fédération des Khmers du Kampuchea-Krom encore visible dans les manifestations de ce mouvement au Cambodge.

 

Principaux mouvements religieux vietnamiens :

Le Viêt-Nam est riche de multiples mouvements religieux et croyances populaires. Par ordre d’apparition le bouddhisme, le confucianisme puis le catholicisme joue un rôle dans la construction de la nation vietnamienne. De nouveaux mouvements religieux (affublés de l’appellation « sectes politico-militaires » dans les rapports du 2e Bureau) sont fondées en Cochinchine sous la colonisation parmi lequels le Caodaïsme, religion syncrétique et universaliste et le boudhisme rénové Hòa Hảo.

Rappel des principaux mouvements religieux au cours du XXe sècle :

      • Cao Đài : Caodaïsme
      • Công Giáo : Religion catholique
      • Đạo Tin Lành : Religion protestante
      • Hồi Giáo : Religion musulmane
      • Khổng Giáo : Confucianisme / Lão Giáo : Taoïsme
      • Nho Giáo : Doctrine des lettrés
      • Phật Giáo : Bouddhisme
      • Phật Giáo Hòa Hảo : Bouddhisme rénové Hòa Hảo
      • Tam Giáo : Bouddhisme-Confucianisme-Taoïsme, doctrine syncrétique des trois religions (de l’ancien Viêt-Nam)
      • Vô Vi : Croyance d’inspiration taoïste, méthode spirituelle.
Une des nouvelles associations de la société civile : l’Association des Femmes pour les Droits de l’Homme, fondée en 2013.

De quelques symboles et couleurs politiques du Viêt-Nam contemporain

Emblème officiel de la RSVN

L’étoile à cinq branches apparaît être le symbole le plus présent sur les drapeaux des partis, ligues et fronts politiques. Elle incarne le plus souvent la révolution ou le changement. Trois étoiles de couleurs différentes se concurrencent pendant la période révolutionnaire et même au-delà.

L’étoile rouge incarne tout aussi bien le bolchévisme que le nationalisme. Elle est présente sur les emblèmes des Jeunesses d’Avant-Garde (1945), sur le drapeau de l’Alliance Nationale Đại Việt de 1945 (trois étoiles rouges alignées), sur le drapeau des Jeunesses de Protection de la Patrie pendant la période baodaïste53 patronnées par le Đại Việt et sur l’emblème du Mouvement de la Révolution nationale de Ngô Đình Diệm.

L’étoile blanche est plus particulièrement utilisée par les mouvements nationalistes révolutionnaires. On la retrouve sur le drapeau du Front QDĐ de 1945-1946 mais aussi sur les emblèmes des trois partis Đại Việt qui existent encore aujourd’hui. Elle trône également sur les drapeaux d’alliances nationalistes en Chine du Sud dans les années quarante.

Enfin, l’étoile la plus visible est l’étoile jaune ou étoile d’or placée au centre du drapeau du Viêt-Minh. Elle est devenue l’emblème national. Elle est présente sur tous les mouvements liés au communisme vietnamien : drapeau du FLN-SVN et de l’Alliance des forces nationales de la démocratie et de la paix, sur l’insigne des TNXP, celui de la Sécurité publique (Công An) comme sur d’autres emblèmes des institutions para-communistes.

Les stries ou bandes sont aussi présentes sur plusieurs étendards. Elles symbolisent les trois parties du Viêt-Nam et font référence sur les emblèmes nationaux de 1945 et de 1948 aux trigrammes du Feu et du Ciel (Yi King). Les stries peuvent signifier également des valeurs partagées par les membres du Front, ou l’alliance de plusieurs partis (chacun étant représenté par une bande) ou encore symboliser le caractère « vương » (), roi comme pour la ligue monarchiste Phục Quốc.

Pavillons nationaux de gauche à droite : Empire du Viêt-Nam (1945), République de Cochinchine (1946-1948), Etat associé du Viêt-Nam (1948-1954), République du Viêt-Nam (Sud) (1955-1975) et communauté exilée
Drapeau de la République socialiste du Viêt-Nam.

Sur le plan des couleurs, on observe une prédominance du jaune et du rouge notamment sur les emblèmes nationaux du Nord et du Sud lorsque le pays était divisé. Le jaune incarne le plus souvent la « race », le peuple ou la monarchie (couleur royale). Le rouge illustre habituellement la révolution et le sang des patriotes ou encore le bonheur. Le bleu partage parfois une combinaison avec le rouge à l’instar du drapeau du FNL. Il peut incarner l’idée républicaine (influence de la Chine) ou le ciel comme dans le cercle bleu du drapeau du Đại Việt.

S’il est difficile de retracer la genèse du choix des sigles et des couleurs (souvent plusieurs thèses s’affrontent quant à la création des drapeaux), l’influence de la Chine, républicaine puis communiste, ou du Japon impérial a sans doute été déterminante pour certains d’entre eux.

★ ★ ★

Ainsi, les formations politiques vietnamiennes au cours du XXe siècle ont été soumises à de fortes contraintes. D’une part, celles imposées par la colonisation qui engendre à ses propres dépens l’expression violente, d’autre part, celles découlant des alliances révolutionnaires extérieures qui reproduisent le schéma de la guerre civile larvée entre les différentes organisations exilées. Du fait de la guerre, on assiste à un rétrécissement du champ politique en RDVN et à une extrême fragmentation des forces sous le régime des militaires au Sud (République du Viêt-Nam). Après la victoire communiste, le champ des perspectives politiques se réduit sur le modèle du Nord pour aboutir, et ceci de façon paradoxale, à un État de parti unique après 1988 alors que la politique de Renouveau est amorcée. Depuis près de trente ans le champ politique est toujours aussi limité mais les organisations la société civile et de nouvelles formations politiques clandestines ou déclarées forment la toile, à chaque fois défaite (par la répression), d’une opposition virtuelle puisant dans les réalités sociales du pays. Cette opposition, incarnée par les associations d’anciens prisonniers de conscience ou par les blogueurs, donne de la voix sur les réseaux sociaux. Bien que malmenée, elle joue son rôle de contre-pouvoir dans un pays où l’autoritarisme est plus que jamais et quotidiennement négocié.

FG, 08/03/2017, MàJ 09/03/2017

Illustrations : Wikipédia ou collection FG. Image « à la une » : Nguyen Hong Phuong Blog (modifié)

Notes

  1. Sur ce tournant voir l’étude clé de Hue-Tam Ho Tai, 1992 []
  2. Cf. Agathe Larcher-Goscha, Kareem James Abu-Zeid, 2014 []
  3. Voir les recherches de Nguyen Khac Ngu sur les mouvements politiques vietnamiens, Montréal, 1989-1991 []
  4. La majorité des liens des références citées renvoient à la notice de l’ouvrage sur le catalogue SUDOC []
  5. Sur ce mouvement de rénovation, voir Vinh Sinh, ed., 1988 []
  6. Phan Bội Châu a relaté l’histoire des organisations qu’il dirigea ou qu’il inspira dans ses mémoires, voir la traduction de Vinh Sinh et Nicholas Wickenden, 1999 ou celle de Georges Boudarel, 1969 []
  7. Sur ce parti voir : Ralph B. Smith, 1969 repris dans 2008, ch. IX ; Megan Cooke, 1977 ; Philippe Peycam, 2012 []
  8. Huynh Kim Khanh, 1982, pp. 46-47 []
  9. Huynh Kim Khanh, 1982, pp. 46-47 []
  10. Cf. Huynh Kim Khanh, 1982, pp. 45-46 ; 122-123 ; Louis Marty, GGI, 1933, vol. I []
  11. Sur cette organisation, voir le rapport politique de Louis Marty du GGI, 1933, et l’ouvrage de Huynh Kim Khanh, 1982, pp. 63-89 ; 99-119 []
  12. Le document de référence sur ce parti reste la monographie de Hoang Van Dao, édition révisée de 1970, traduite et publiée en anglais en 2008. Voir aussi le rapport de Louis Marty, GGI, 1933 []
  13. Sur ce parti et les réseaux annamites en France voir l’article de Pierre Brocheux, 2005 []
  14. Voir les études de Huynh Kim Khanh, 1982, pp. 119-141 (genèse du PCI) et de David Marr, 1995, sur la prise du pouvoir ; Louis Marty, GGI, 1933, vol. IV []
  15. Sur ce groupe on lira les thèses de Nguyen Van Ky, 1995 et de Martina Nguyen, 2012 []
  16. Cf. l’article de Caroline Herbelin, 2009  []
  17. La référence incontournable sur cette période de la Cochinchine reste la thèse de Daniel Hémery, 1975 et son article en ligne sur le journal La Lutte []
  18. Sur ce parti, voir notre monographie Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam, publiée en 2012 []
  19. Il s’agit respectivement du Đại Việt Quốc Xã, Parti national-socialiste du Grand Viêt-Nam fondé par Nguyễn Xuân Tiếu en 1936 ; du Đại Việt Dân Chính, Parti populaire du Grand Viêt-Nam fondé en 1938 par l’écrivain Nhất Linh – Nguyễn Tường Tam ; du Đại Việt Quốc Dân Đảng, Parti Nationaliste du Grand Viêt-Nam fondé en 1938 par Trương Tử Anh ; du Đại Việt Phục Hưng Hội, Association pour la Restauration du Grand Viêt-Nam fondée en 1942 par Ngô Đình Diệm et du Đại Việt Duy Dân, Parti Humaniste du Grand Viêt-Nam fondé en 1943 par Lý Đông A []
  20. Guillemot, 2012, pp. 174-180 ; 190-213 []
  21. Guillemot, 2012, pp. 203-204 []
  22. Sur ce mouvement voir Tran My Van, 2005 et Shiraishi, 2004 (pdf) ainsi que les mémoires de Cuong De []
  23. Il existe de très nombreuses études en vietnamien. En langue occidentale, voir l’étude pionnière de Bernard Fall, 1960, et les nouvelles études de Christopher Goscha, 2011 et de David Marr, 2013 []
  24. Il n’existe pas encore d’étude spécifique sur cette ligue, on peut se reporter à l’ouvrage ancien de King C. Chen, 1969 ; Hoang Van Dao, 2008, pp. 197-204 []
  25. Voir ce qu’en dit Tran Van Giau dans ses mémoires, extraits repris dans un article de la BBC []
  26. Sur ce front, voir Hoang Van Dao, 2008, ch. 7, 8, 9 et Guillemot, 2012, pp. 298-305 ; 315-328 et ch. VII []
  27. Une thèse américaine est en préparation sur ce sujet. Les Bình Xuyên ont été étudiés en France dans trois mémoires de recherche mais aucun n’a donné suite à une thèse. Sur le climat et le contexte de ce groupe voir la biographie de Pierre Darcourt, 1977, sur Bảy Viễn et la notice de Christopher Goscha dans son dictionnaire en ligne : Binh Xuyen []
  28. Voir la thèse de Pierre Dabezies, 1955, qui décrypte les actions de chacun des groupes pendant la période baodaïste []
  29. Une étude sérieuse mériterait d’être entreprise sur cette organisation politique. Sur le bouddhisme Hòa Hảo, on se reportera à la thèse de Pascal Bourdeaux, 2003 . Sur le Caodaïsme en particulier voir l’étude de sociologie historique de Jérémy Jammes, 2013 []
  30. Sur ce sujet voir Christopher Goscha, 2011, pp. 450-463 []
  31. Sur la période 1945-1946, on se reportera à l’ouvrage de David Marr 2013, pp. 478-486 []
  32. Voir aussi la notice PCV ; Céline Marangé, 2012 []
  33. Le Vietnam d’aujourd’hui, 1965, p. 57. Aucun travail universitaire, à notre connaissance, n’a été mené sur l’existence de ce parti et de ses réseaux []
  34. Sur ce sujet voir notre étude publiée en 2014 et la thèse de Kim Van Chien, 2013 []
  35. Sur l’état des forces politiques à la sortie des Accords de Genève, voir Mme Nguyen Anh Tuan, 1967 []
  36. Voir Russell, 1969, sur Mémoires d’Indochine []
  37. Une thèse mériterait d’être entreprise sur ce parti à partir des archives vietnamiennes disponibles au Centre n°2 à Ho Chi Minh-Ville ; Brocheux, 2011, p. 177 []
  38. Sur ce Front, voir les travaux pionniers de Douglas Pike, 1966 et 1969 []
  39. Demery, 2013, p. 129 []
  40. Lam Vinh The, 2010 []
  41. L’inventaire détaillé de Nguyen Khac Ngu donne une idée de cette fragmentation continuelle au Sud pendant la guerre. Il répertorie quatre alliances religieuses, neuf alliances regroupant les grands partis, huit mouvements sociaux, dix-huit mouvements de jeunesse… La scène politique se divise entre mouvements classés par le gouvernement de Saigon soit « pro-Viêt Công »  soit « anticommunistes ». L’ensemble des autres Blocs, Fronts, Forces, Alliances, Mouvements ou Associations tourne autour d’une cinquantaine. Au total, plus de cent cinquante organisations diverses occupent la scène politique démontrant, outre la fragmentation, l’importance de l’offre politique dans la demi-démocratie sudiste, voir Nguyen Khac Ngu, 1989, ch. 6 []
  42. Nguyen Khac Ngu rapporte l’existence de dix factions pour le VNQDĐ, de cinq pour le ĐVQDĐ et de trois pour le Đại Việt Duy Dân []
  43. Toujours selon Nguyen Khac Ngu, sous la Seconde république, le mouvement bouddhiste est divisé en six tendances, le bouddhisme Hòa Hảo regroupe trois factions, le Caodaïsme, quatre et les Catholiques sont présents dans neuf partis ou fronts []
  44. Cf. Exemple d’une profession de foi aux élections des députés en 1971 : Ứng cử viên dân biểu Hạ Nghị Viện Trần Thế Kỷ et d’une affiche de deux Listes pour les élections présidentielles de 1967 : South Vietnam elections. Propaganda posters # 4 []
  45. Pour une vue générale de la lutte des bouddhistes au Sud entre 1964 et 1966, voir Topmiller 2002 []
  46. Voir sur le site Chinh Phu VN []
  47. Sur l’histoire de ce front montagnard jusqu’en 1975 : Po Dharma, 2006 ; CR de lecture de cet ouvrage sur Mémoires d’Indochine []
  48. Une nouvelle étude explore la complexité de ce courant politique à la fois anti-américain, anti-guerre et non communiste, voir Sophie Quinn Judge, 2017 []
  49. Sur l’histoire du PCV, on se reportera à la monographie importante de Céline Marangé, 2012 []
  50. Cf. le site officiel []
  51. Voir notre billet sur Mémoires d’Indochine []
  52. Des affaires criminelles liées à l’existence de ce front dans les années 1980 aux États-Unis ont fait l’objet du documentaire Terror in Little Saigon, ce dernier ayant entrainé une vive polémique au sein de la communauté vietnamienne []
  53. Au départ, trois étoiles rouges placées en haut à gauche sur fond jaune puis elles ont été remplacées par des étoiles bleues, voir Guillemot, 2012 []