Vietnam : les 30 jours de Saigon – un film de Jean-Pierre Moscardo [1975]

Affiche de propagande : "30/4/1975 Le Sud est complètement libéré" © Dogma Collection
Affiche de propagande : « 30/4/1975 Le Sud est complètement libéré » © Dogma Collection

Le 30 avril 1975 met fin de la guerre civile vietnamienne. Fin avril et durant le mois de mai 1975, le réalisateur Jean-Pierre Moscardo (1938–2010) filme la vie quotidienne à Saigon alors que la ville vient de tomber aux mains des divisions nord-vietnamiennes secondées par les forces de libération du Sud. Restitution d’un climat et d’une ambiance avec des images exceptionnelles sur la chute de la capitale de la République du Viêt-Nam, agrémentées de la participation et des commentaires de personnalités connues ou inconnues s’exprimant en français : Mme Nguyen Ngoc Dung, cadre révolutionnaire du FNL inspirée par Ho Chi Minh, Mme Ngo Ba Thanh, figure de la troisième force et le discours sceptique des anonymes ; un soldat nationaliste prêt à jouer le jeu de la réconciliation, une jeune fille de Saigon évoquant la censure à venir, un jeune officier anticommuniste attaché à la liberté du Sud et qui ne se fait aucune illusion sur le nouveau régime… De quoi faire réfléchir sur une réunification menée manu militari mais une réconciliation totalement manquée…

FG, 30/04/2013

Voir la suite sur YouTube

* * *

Discours croisés sur Saigon « libérée ou conquise »

  • Mme Nguyen Ngoc Dung, commandant du FNL, justifie le projet du nouveau Viêt-Nam révolutionnaire [extraits] :

Les Saigonnais et les Sud Vietnamiens en général, quelle est leur conception de ce mot « socialisme » ? Pour eux, c’est d’abord l’indépendance et la paix. Et pour cela, je sais que la grande majorité de la population sait que, avec les départ des Américains, avec l’effondrement du régime… euh satellite des Etats-Unis, nous aurons la paix, l’indépendance.

Question [Q] : Oui, mais excusez-moi, le socialisme ce n’est pas uniquement l’indépendance et la paix, c’est autre chose :

– C’est ça, pour eux, plusieurs ne connaissent pas ce qu’est le socialisme. Pour eux, ce qui compte, c’est une vie décente, avoir à manger, à se vétir, à s’instruire. Et pour nous le Gouvernement révolutionnaire provisoire, nous nous fixons ces objectifs. Ce sont nos objectifs les plus importants, de tâcher de faire en sorte que toute la population ait de quoi vivre, manger, se vétir et s’instruire. C’est le minimum, mais on fera tout pour que le niveau de vie soit amélioré et pour tout le monde, par pour une poignée d’hommes, de gens.

Q : J’ai remarqué, comme vous le dites, que beaucoup de gens au Sud Viêt-Nam sont prêts à adhérer à un effort de paix, de reconstruction, même s’ils doivent matériellement changer un peu de condition mais beaucoup ont peur, ce font une idée du socialisme telle qu’ils en ont peur, ils croient que c’est quelque chose de très austère, de très dur. Et ils ne sont pas prêts pour ça. Comment est-ce qu’on va leur expliquer ?

– Je crois que, je ne sais pas si je suis trop optimiste, mais je crois que ça va très très vite et cela grâce même aux gens de Thieu [Nguyen Van Thieu] qui avaient toujours trop dit de mensonges. Que maintenant quand on… comment dire, quand on voit qu’il y a des mensonges, par exemple ils disent que les communistes pour eux c’est des gens, des révolutionnaires, qui empêchent les gens d’organiser une partie de campagne pour se régaler avec des amis, ils… comment dire, … interdisent… Ils disent que les communistes interdisent les femmes à porter des pantalons blancs, à garder des ongles euh… rouges, etc. Alors quand les gens voient la réalité, alors ils sont…, ils se rendent bien compte que ce sont des mensonges et pour ceci alors ce sera aussi pour autre chose. Ils disent aussi que les enfants ne peuvent pas être avec les parents, ils seront regroupés et qu’il faut des permissions pour voir son enfant… Vous voyez, ils ne peuvent rien faire contre nous. Pour faire peur aux gens, ils inventent des choses et maintenant que la population tout d’un coup vit avec les révolutionnaires, ils voient que c’est le contraire.

Q : Qu’est-ce vous avez éprouvé lorsque vous êtes entrées dans Saigon avec les troupes de libération ?

– Naturellement, nous ne sommes pas surprises, nous avons que notre lutte doit s’achever par cette libération. Nous ne sommes pas tout à fait prises au dépourvu alors nous sommes très heureuses parce que notre lutte était si longue, si coûteuse en vies humaines et en biens que nous sommes débordées de joie parce que nous savons qu’enfin notre peuple peut terminer son chemin de souffrance.

Q : Vous avez ressenti que c’était la paix :

– Certainement, parce que nous savons que tant que les étrangers, les agresseurs étrangers sont encore sur notre sol, il n’y aurait pas de paix. Au temps de la première résistance contre les colonialistes français, c’était le président Ho Chi Minh qui nous a fait cette révélation, qui paraissait simple au début mais personne n’y pensait. Moi-même quand je faisais mes études, on disait que la mère-patrie était la France, alors nous nous disons est-ce que c’est le destin qui fait que nous soyons toujours des colonisés ? Et il y a beaucoup de gens, même presque tous les gens que je connaissais, pensaient vraiment que… on est des colonisés et c’est peut-être qu’on allait le rester jusqu’à la mort, éternellement quoi. Mais c’était le président Ho Chi Minh qui a dit que l’homme n’est pas fait pour être colonisé, tous les hommes doivent être libres. Et c’est la colonisation qui fait que nous avons été colonisés et qu’on peut être un peuple, des gens libres, indépendants comme les autres peuples. C’est une vérité qui paraît très simple mais on ne peut pas le savoir au début et il faut beaucoup de temps pour le savoir et y croire. Si je fais toujours référence au président Ho Chi Minh c’est parce que c’est lui qui nous a vraiment donné cette foi. Il a expliqué aux simples gens, aux femmes illettrées que pour nourrir un enfant il faut qu’il mange et bouchée par bouchée pour grandir. Il faut neuf mois et quelques… pour que le bébé soit tout fait, pour donner au monde un petit enfant. Et quand il est au monde, il a un an, et pourqu’il soit adulte, combien d’années il faut pour qu’un enfant soit adulte ? On ne peut pas avoir un pays indépendant d’un jour à l’autre. Et je crois que ce sont des vérités qui sont très simples et que tous les gens comprennent. Et on croit au jour de l’indépendance comme on croit que l’enfant qu’on nourrit va grandir et devenir une grande personne.

Tous nos combattants comprennent que les gens qui travaillent avec les Américains, les collaborateurs, les profiteurs de guerre, tout ça, pour la plupart, ils sont des victimes d’une politique d’assimilation ou bien [subissant] des contraintes par la force armée ou bien par le dollar pour faire ce travail. Nous nous sentons blessés profondément en nous-mêmes que nos propres compatriotes soient [?] ces victimes et le Front national de libération et le Gouvernement provisoire révolutionnaire dit toujours aux cadres et combattants que tout notre peuple, tous nos compatriotes sont d’un même peuple et s’il y a des collaborateurs c’est parce qu’il y a des agresseurs. Et temps que les agresseurs s’en vont, alors pour les collaborateurs qui ceux qui veulent toujours rester Vietnamiens honnêtes, ils sont accueillis par le peuple.

Q : Le nouveau pouvoir révolutionnaire ne va pas punir Saigon ?

– Parce que ce n’est pas la peine, c’est l’impérialisme qui nous divise et qui nous fait souffrir. Nous n’avons aucun intérêt à faire encore souffrir notre peuple en plus pour cela. Ce n’est pas une question de punition. Peut-être s’il y a punition ce sera pour ceux qui ont causé toute cette guerre, toute cette misère à notre peuple. Ceux là méritent d’être punis mais pas Saigon.

Q : Pour convaincre la population, est-ce que le nouveau pouvoir populaire va aller vite ou lentement ?

– Je crois que cela dépend du niveau de connaissance de la population. Par exemple, si vous avez une maladie, si je veux vous guérir de cette maladie, naturellement, je souhaite que ce soit le plus rapidement possible parce que tant que vous garder une maladie en vous, ça vous fait souffrir. Alors, je souhaite que ce soit rapidement. Mais il faut que vous preniez une dose nécessaire de médicaments pour vous guérir. Alors cette dose, pour un bon médecin, je ne parle pas d’un mauvais médecin qui vous fourre les choses (« pas de remède de cheval » réplique l’interviewer). Voilà, si on voit que ce n’est pas la peine de traîner le traitement, alors on donne une dose adéquate et, pour cela, on ne peut pas faire des prévisions sans se baser sur des données concrètes. Je crois que c’est tout à fait naturel, que nos compatriotes du Nord ne connaissent pas autant que nous la situation, le tempérament des gens, etc. c’est tout à fait naturel. Alors ce qui est important, c’est que nous sommes les… nous prenons en charge notre travail, nous écoutons nos amis du Nord comme d’autres amis qui peuvent nous donner des bons conseils mais c’est à nous de décider. Et pour éviter des… des actions qui sont trop, comme vous dites, en avance sur le tempérament des gens, nous travaillons collectivement pour discuter. Peut-être, je donne une formule qui est trop accélérée, alors il y en aura d’autres qui discutent, qui disent que maintenant il faudrait encore plus de temps je crois, c’est une travail collectif. Et ce qui est important c’est que ce sont nous qui décidons…

  • Mme Ngo Ba Thanh explique l’enjeu de la troisième force :

La victoire de la révolution dans ce sens [ne réside], non pas tellement, d’un choix, d’une option entre Nord ou Sud, entre deux options éventuelles, mais plutôt la synthèse de deux extrêmes dont nous troisième force devrions être en mesure, tout au moins c’est là notre rôle, de réaliser cette synthèse, en excluant ce qu’il y a de mauvais et en prenant ce qu’il y a de bon de part et d’autre pour faire cette synthèse dans l’intérêt supérieur de la nation. Et je conçois justement dans ce sens que le gouvernement futur, dans la mesure où il veut être… représentatif – non, dans la mesure où il veut euh… réussir doit représenter non… ne doit pas être un gouvernement d’une faction, d’un parti, d’une idéologie mais le gouvernement de toute la nation vietnamienne. Et c’est là le grand test. Est-ce que les leaders futurs seront en mesure de représenter non pas le parti communiste, le parti socialiste, les bouddhistes, les catholiques mais le peuple vietnamien dans son entier, dans quelle mesure le peuple se sentira représenté, défendu par les gouvernants là, pour moi, c’est là le problème.

  • Un officier de l’ARVN quelques jours avant la chute de Saigon :

La situation est très grave, sérieuse mais pas désespérée. Alors je pense que si les combattants de l’armée vietnamienne peuvent tenir debout pour un certain temps, suffisamment pour [mener] des entretiens avec les communistes, on pourrait atteindre [obtenir] des clauses peut-être acceptables.

Q : Vous vous sentez capables de vivre avec les communistes ?

– De vivre avec les communistes, franchement dit, je ne suis pas un capitaliste et au point de vue des destructions des biens ce ne serait pas un grand problème. La question de liberté, ce serait à voir… mais, par exemple, si ici on va subir une défaite immédiate, je pense que ce serait [?] mais si on a un certain temps, un delai de quelques années pour chercher, pour les communistes et les nationalistes, chercher à se comprendre et à s’adapter, je pense que ça va s’arranger. Si tout le monde cherche à s’en aller, à s’enfuir, à se montrer égoïste, lâche, ce serait fini.

  • Une jeune saigonnaise exprime sa méfiance vis-à-vis de Hanoi et sa vision pessimiste de l’avenir :

Q : Quelles libertés à votre avis vont être mises en question ? Quels genre de chose dans votre genre de vie ?

– La liberté de s’amuser ? S’amuser autant qu’on voulait comme avant. Sortir, danser, cinéma.

Q : Est-ce que vous pensez que vous pourrez lire les livres que vous voulez, lire les journaux que vous voulez ?

– Je ne crois pas. Et sincèrement je trouve que dans même dans les journaux, il y aura encore beaucoup plus de censure qu’avant.

Q : Et pourquoi ils vont faire ça, pourquoi ils ne laisseraient pas les gens libres ?

Parce qu’ils ne veulent pas que les gens soient intéressés par la liberté qui existe dans les autres pays. Ils ne veulent pas que les gens puissent connaître toutes les libertés qui existent dans les autres pays. Tout le monde va demander à quitter le pays et ne jamais plus revenir.

Q : Et ça, ce manque de liberté là il va être ressenti par des jeunes comme vous. Est-ce que pour les paysans, les ouvriers, ça va être pareil ?

– Non, je ne crois pas, parce que eux ils sont toujours comme ça. Les paysans, les ouvriers, toujours, toujours, ils ont leur champ et leur usine. Alors ça va être la même chose, au contraire, ils vont être plus heureux.

Q : Ils seront beaucoup plus heureux ?

– Je crois oui parce que tout le monde sera comme tout le monde et il n’y aura pas de riches, il n’y aura pas de pauvres. Et puis, je crois que Hanoi c’est le peuple des ouvriers, toujours. Il n’y aura que les ouvriers et les paysans c’est tout. Il n’y aura pas de bourgeois, il n’y aura personne.

Q : Saigon va devenir comme Hanoi ?

– S’il sera là oui, ça dépend, ça dépend si Hanoi sera là ou si on a toujours le GRP.

Q : Avec le GRP, ça rique d’être plus humain, plus doux ?

– Je crois, mais pas tout à fait comme avant.

Q : Mais est-ce qu’il faut que ça soit tout à fait comme avant ? Est-ce que c’était si bien que ça avant ?

A part la corruption et…

Q : Et si le gouvernement est dur, qu’est-ce que vous allez faire ?

– Bien, on va essayer d’accepter au début. Si vraiment on peut pas accepter, soit peut-être… peut-être qu’il y aura une révolte ou si tout le monde est courageux ou alors si tout le monde accepte d’accepter de supporter la vie dure là, il y aura une petite somme [de gens] qui va essayer de se suicider pour raccourcir la vie et puis c’est tout. Et puis les autres ils restent, ils mènent leur vie dure comme ils veulent.

  • Un jeune officier nationaliste exprime son refus catégorique de se soumettre à la dictature :

Tant que la liberté existait encore au Viêt-Nam, je désirais vivre au Sud Vietnam c’est mon pays. Je prenais la défense de mon pays en tant que soldat. Ce qui veut dire que je ne porte pas les habits militaires pour défendre le régime de Thieu. C’est un régime pourri mais tout le monde y retrouve son compte. A vrai dire, c’était un mode de vie et l’on a appris à vivre avec. Il y avait beaucoup de liberté dans cette pourriture. Je porte les habits militaires pour défendre mon pays contre le communisme. Je prends la défense de ma liberté et de la liberté de ma famille et cette liberté hélas ça n’existe plus. Avec le Front de libération national, avec les communistes, il n’existe plus de liberté. On a pas été libérés, on est fait prisonniers et on en subira toutes les conséquences. Il n’existera plus de liberté. Et les Européens, ceux qui pensent que c’est une libération se trompent. Il n’y a pas de libération, il y a une conquête. On a perdu la guerre, on a été trahis, on a combattu pour rien. Et maintenant, on se demande quel sort sera réservé à nous tous, nous les Vietnamiens libres, nous qui avons combattu contre le communisme, nous qui avons reçu une instruction comme il faut. Nous sommes trop intellectuels pour être communistes.

Source : Dialogues retranscrits et légèrement corrigés de Vietnam : les 30 jours de Saigon.