Le procès des Khmers rouges : Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien – CR par Stéphanie Martel

10 novembre 2012
Par

Deron, Francis, 2009 : Le Procès des Khmers rouges : Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien, Paris : Gallimard, 465 p.

Francis Deron s’est attaché une bonne partie de sa vie à déconstruire la vision romantique que certains milieux intellectuels occidentaux ont longtemps entretenu avec le communisme asiatique, le maoïsme tout particulièrement. Il a mené cette bataille alors qu’il travaillait comme correspondant pour l’AFP, puis pour le journal Le Monde, à Pékin et à Bangkok de 1977 à 2009.[1] Lorsqu’il publie Le Procès des Khmers rouges – Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien, Kaing Guek Eav alias « Duch », le chef du centre de détention, de torture et d’exécution S-21 où ont péri au moins 12 380 individus, a comparu pour la première fois aux Chambres extraordinaires des tribunaux cambodgiens (CETC) qui visent à traduire en justice les principaux responsables du régime communiste khmer rouge encore en vie. « Duch » sera bientôt condamné pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité à 30 ans de prison. Le sort de quatre des plus hauts dirigeants de l’Angkar[2] pouvant encore être jugés de leur vivant est encore en suspens : Khieu Samphan, Ieng Sary, Ieng Tirith et Nuon Chea sont octogénaires (ou en voie de l’être), leur santé décline, et il est envisageable que le Tribunal spécial de Phnom Penh ne réussisse pas à les juger tous avant leur décès.

L’ouvrage vise à établir la responsabilité individuelle de ces dirigeants dans l’éventualité où le Tribunal échouerait à le faire. En outre, il cherche à dépasser les limites nécessaires fixées par le Tribunal : 1. pas de jugements posthumes, 2. une période limitée à 1975-1979, lorsque les Khmers rouges étaient au pouvoir et ont provoqué la mort d’un quart de la population cambodgienne (environ deux millions d’individus) 3. la mise en accusation de personnes (une justice pénale), et non d’États ou d’une organisation dans son ensemble, et 4. la mise en accusation des « plus hauts dirigeants » et des auteurs des « crimes les plus graves », et non de l’ensemble des individus ayant commis des crimes sous les Khmers rouges, ce qui aurait pour effet de rouvrir des plaies mal cicatrisées. Finalement, Deron réfute violemment les arguments culturalistes qui ont parfois servi à expliquer les massacres sous le régime khmer rouge, en déconstruisant le concept d’ « auto-génocide » mis en avant par certains : « il n’y eut pas de suicide collectif au Cambodge. Il y eut (…) une entreprise de destruction radicale et largement préméditée d’une société. » (14).

L’auteur retrace tour à tour le parcours des dirigeants encore en vie comme celui des morts (Pol Pot, Son Sen et Ta Mok); examine une période beaucoup plus étendue, qui va de la colonisation française à la reddition des derniers leaders de leurs bastions aux frontières de la Thaïlande; met en lumière le rôle des puissances étrangères comme la Chine ou les États-Unis dans le maintien à flots du mouvement khmer rouge jusque dans les années 1990; et dresse un tableau élargi des crimes de l’Angkar qui inclut bien sûr la violence d’État, mais aborde aussi les crimes commis pendant les périodes de guérilla (autant que faire se peut étant donné le manque de sources sur le sujet).

C’est en recoupant une grande diversité de types de sources scientifiques, journalistiques et juridiques que Francis Deron réussit à replacer le procès des Khmers rouges dans son contexte. L’ouvrage est divisé en quatre parties selon une organisation composite, pas toujours chronologique, mais qui a le mérite de rester claire pour un lecteur qui n’est pas nécessairement très familier des événements ayant eu cours au Cambodge au XXe siècle. L’auteur met en lumière de façon inédite des informations, d’ailleurs souvent tirées d’observations personnelles, qui sont également intéressantes pour un lecteur aguerri sur le sujet.

« Tuer utile »

La première partie retrace le parcours de « Duch », le fonctionnement de S-21 en attachant une grande importance à la question de la torture, et plus généralement la politique d’extermination de masse menée par les Khmers rouges à l’époque où ils étaient au pouvoir. Est expliquée en détails ici la nécessité de « tuer utile » pour le pouvoir khmer rouge, c’est-à-dire de soutirer un maximum d’informations de la part des prisonniers sur l’identité d’autres « traîtres » avant de les exécuter. Il s’agit d’établir une « chaîne de la trahison » venant renforcer une théorie du complot à grande échelle largement entretenue par la sphère dirigeante. On retiendra ici la nature organisée, hiérarchisée, systématique d’une violence d’État, les massacres ne pouvant être attribués à l’excès de zèle de sous-fifres sur lesquels les dirigeants de l’Angkar auraient perdu le contrôle, comme le plaidaient les justiciables qui devaient comparaître à l’issue de la publication de l’ouvrage. L’importance du personnage de « Duch » est ici centrale, non seulement parce que sa responsabilité individuelle est engagée concernant les dizaines de milliers de victimes torturées puis exécutées à S-21, mais aussi parce qu’il représentait le chaînon manquant pour établir le lien hiérarchique qui unissait les massacres de masse aux plus hauts dirigeants du régime.

Évolution d’un mouvement dans un pays en guerre

La deuxième partie dresse un panorama chronologique du mouvement khmer rouge, des origines aux différentes guerres qui ont frappé le Cambodge dans la deuxième moitié du XXe siècle. L’auteur détaille entre autres le climat de répression politique sous le règne de Norodom Sihanouk avant sa déposition par le général Lon Nol, qui permet la montée en grade de Saloth Sâr (futur Pol Pot). On aurait souhaité en savoir plus sur la façon dont les Khmers rouges ont graduellement établi leur contrôle sur les zones rurales entre 1970 et 1975, mais la documentation sur cette période fait – fera? – malheureusement toujours défaut. Cette partie de l’ouvrage permet principalement de replacer les drames du Cambodge dans un contexte international au sein duquel le pays sert de théâtre local aux rivalités de la Guerre froide. Viennent s’y greffer quelques sections extraites des notes de reportage de Francis Deron lors d’expéditions à la frontière khméro-thaïlandaise, d’abord en janvier 1981 où il s’entretient avec Khieu Samphan et Ieng Tirith, puis en juillet 1985 où il participe (avant de s’en retirer à la dernière minute) à une opération commando organisée par le gouvernement thaïlandais auprès d’une unité nationaliste du Front national de libération du peuple khmer (FNLPK).

« Têtes d’affiche khmers rouges »

La troisième partie se concentre sur les « têtes d’affiche » du mouvement khmer rouge, les vivants comme les morts. On en apprend un peu plus sur la personnalité de Pol Pot, décrit comme un personnage avenant, gracieux et souriant, et sur les propos qu’il a tenus publiquement pendant la période où les Khmers rouges était au pouvoir, si éloignés de la réalité du peuple cambodgien qu’ils ont amenés certains auteurs à croire qu’il était fou. Le « Frère no. 1» ayant tenu une place centrale dans d’autres ouvrages, tel celui de David Chandler, Deron ne lui attache pas plus d’importance qu’aux autres. L’auteur éclaire aussi les parcours de deux dirigeants décédés, chefs de guerre très liés aux purges sur le terrain, Son Sen et Ta Mok, qui témoignent des multiples retournements d’allégeance des dernières années du mouvement et d’un paroxysme d’absurdité dans le recours à l’étiquette de « traître » dont Pol Pot lui-même finira par être affublé peu avant sa mort.[3] Sont aussi retracés les itinéraires de Khieu Samphan, du couple Ieng Sary et de Nuon Chea afin de mettre en lumière leur responsabilité individuelle dans la violence d’État et réfuter l’argumentaire fondé sur leur ignorance des crimes commis à l’époque, qu’ils mettent en avant depuis leur reddition.

Juger le génocide

La quatrième et dernière partie permet d’expliquer le fonctionnement du Tribunal et les négociations qui ont abouties à sa création. L’auteur établit la filiation des CETC à la justice internationale, aborde la proportion de juges internationaux et cambodgiens au sein des différentes chambres. Il explique plus en détails les limites de la juridiction du Tribunal qui ont été évoquées ci-haut et les critiques qui y sont liées, en évoquant la nécessité d’éviter de tomber dans le piège du procès parfait, si parfait qu’il n’y aurait plus personne à juger. Deron s’intéresse dans ce cadre aux responsabilités de pays étrangers, tout particulièrement au rôle de la Chine communiste, sur laquelle il a déjà beaucoup écrit. La responsabilité américaine est aussi mise de l’avant, notamment par des extraits révélateurs d’un entretien de Henri Kissinger avec Chatichai Choonhavan, ministre thaïlandais des Affaires étrangères : un condensé intéressant de ce qui caractérise la realpolitik américaine à l’époque. Une importance particulière est aussi accordée dans cette partie à la définition juridique du « génocide » et à sa difficile application au Cambodge parce qu’elle ne prend pas en compte l’extermination de masse d’opposants politiques présumés. L’emploi du terme « génocide » peut certes servir à désigner la population vietnamienne, la minorité cham ou les moines bouddhistes. Toutefois, il aurait pour effet selon certains de sous qualifier les crimes commis contre la population cambodgienne et ne permet pas d’englober l’ensemble des victimes des Khmers rouges entre 1975 et 1979. Lorsque Francis Deron meurt des suites d’un cancer le 31 juillet 2009, quelques mois après la publication de son livre, le sort de Khieu Samphan, Ieng Sary, Ieng Tirith et Nuon Chea reste entouré d’un flou à ce sujet : quelques mois plus tard, ils sont finalement mis en accusation pour « génocide », regroupés par le « cas no. 2 ».

« Un parti pris anime ce livre : il est revendiqué » (13). L’auteur, journaliste de son état, choisit de renoncer à l’objectivité du métier pour mener lui-même son procès des Khmers rouges. Si certains traits de la rédaction restent typiques du journalisme (la mise en valeurs de faits « dignes d’intérêt » pour le lecteur, par exemple), Francis Deron laisse également de côté la concision stylistique imposée par sa profession, et se permet l’usage de nombreuses formules bien à lui qui surprennent, mais donnent un certain rythme au texte. Toutefois, le pendant de ce type de rédaction est d’employer un ton systématiquement dénonciateur et des formules pamphlétaires qui ne sont pas jugées nécessaires étant donné l’impressionnante quantité de sources qui parlent d’elles-mêmes. Il n’est pas utile de s’épandre davantage sur la monstruosité des dirigeants en leur attribuant des traits psychologiques ou des intentions précises lors de certains événements dont on a du mal à s’assurer qu’ils proviennent d’une base archivistique, d’un recoupement de témoignages, ou encore d’interprétations en partie construites par l’imagination de l’auteur.

Par ailleurs, Francis Deron, probablement parce qu’il a longtemps écrit sur le communisme chinois, lie systématiquement le mouvement khmer rouge à une folie meurtrière parfois maoïste, parfois communiste en général d’une façon qu’il n’est pas facile de saisir étant donné la nature paradoxale de l’« idéologie » khmère rouge qu’il nous décrit. D’une part, il est difficile de déterminer, notamment à la lecture des extraits cités du « Petit livre rouge » de Pol Pot de Henri Locard, à quel point la violence d’État sous les Khmers rouges consistait en l’application une « doctrine » autre que l’extermination systématique, empreinte de xénophobie anti-vietnamienne, de tout individu s’opposant de façon réelle ou imaginaire au régime. D’autre part, la relation du régime khmer rouge avec le Parti communiste chinois, l’auteur le constate lui-même, ne relève pas d’une inspiration de la Révolution culturelle chez Pol Pot, mais repose sur des fondements pragmatiques, liés à l’intérêt national chinois, qui prendront une importance particulière à l’époque où Deng Xiaoping prend le pouvoir. Elle est animée par une logique bien similaire à la realpolitik américaine vis-à-vis du régime khmer rouge : contenir l’expansion du bloc soviétique par l’entremise du Viêt-Nam.

En dehors de ces légers accrocs qui peuvent rendre le lecteur plus réticent, Francis Deron réussit tout de même l’exploit de rendre accessible à celui-ci une quantité importante d’informations par ailleurs cruciales à une meilleure compréhension de l’ampleur des enjeux du procès du « cas no. 2 ». Reste à espérer que l’issue de la « course contre la mort » des derniers dirigeants à être jugés nous permettent de les mobiliser.

Compte-rendu de lecture par Stéphanie Martel

ASIOC – 2010-2011 – Décolonisations de la péninsule indochinoise

CR revu et corrigé le 09/11/2012


[1] Mise à part une interruption entre 1997 et 2005 où il était rédacteur en chef adjoint du service international du Monde. Il a également participé à la création du site Mediapart où il a tenu un blogue dont la dernière entrée remonte au 22 mai 2009. En ligne. http://www.mediapart.fr/club/blog/al-sinni.

[2] L’« Organisation », un terme servant à désigner le Parti communiste du Kampuchéa dont l’existence restera secrète jusqu’à la visite de Pol Pot à Pékin en 1977.

[3] Pol Pot a commandé l’assassinat de Son Sen et de sa famille, seul crime pour lequel il sera mis en accusation par Ta Mok dans le cadre d’un procès factice où il sera qualifié de « traître » et emprisonné. Ta Mok sera capturé quelques temps plus tard par les autorités cambodgiennes avant de mourir en détention en 2007.

* * *

Bibliographie

  • Critiques de l’ouvrage

HASKI Pierre, 2009 : « La mort de Francis Deron, un journaliste contre l’omerta asiatique » in Rue 89 (8 octobre 2009). En ligne. http://www.rue89.com/chinatown/2009/08/10/la-mort-de-francis-deron-un-journaliste-contre-lomerta-asiatique. Page consultée le 21 décembre 2010.

LEYS Simon, 2009 : ‘The Cambodian Genocide – Francis Deron’s Trial of the Khmer Rouge’ in The Monthly, no. 49 (septembre).

RIGOULOT Pierre, 2009 : « Le Procès des Khmers rouges », in Politique internationale, no. 125, 455.

VAULERIN Arnaud, « Le Procès des Khmers rouges, Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien, Gallimard : 2009 », in Libération (10 août 2009).

  • Pour en savoir plus…

BERTELMAN Hanna, 2010 : ‘International Standards and National Ownership? Judicial Independence in Hybrid Courts: The Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia’, in Nordic Journal of International Law, vol. 79, 341:382.

CHANDLER David, 2009 : ‘Cambodia 2009, Plus C’est la Même Chose’ in Asian Survey, vol. 50, no. 1, 228:234.

DE WALQUE Damien, 2006 : ‘The Socio-Demographic Legacy of the Khmer Rouge Period in Cambodia’ in Population studies, vol. 60, no. 2, 223:231.

MENZEL Jörg, 2007 : ‘Justice delayed or too late for justice? The Khmer Rouge Tribunal and the Cambodian « genocide » 1975-79′, in Journal of Genocide Research, vol. 9, no. 2, 215:233.

  • Principaux ouvrages de référence cités par l’auteur

BECKER Elizabeth, 1988 : When the War Was Over – Cambodia and the Khmer Rouge Revolution, New York : Public Affairs.

CHANDLER David, 2000 : Brother Number One – A Political Biography of Pol Pot, Chiang Mai : Silkworm Books.

DUNLOP Nic, 2005 : The Lost Executioner, New York : Walker & Company.

LOCARD Henri, 1996 : Le « Petit Livre rouge » de Pol Pot – Les paroles de l’Angkar entendues dans le Cambodge des Khmers rouges du 17 avril 1975 au 7 janvier 1979, Paris : L’Harmattan.

SHORT Philip, 2004 : Pol Pot – The History of a Nightmare, Londres : John Murray.

* * *

Stéphanie Martel est actuellement doctorante en science politique – relations internationales (majeure) à l’Université de Montréal. Sa thèse sous la direction de Dominique Caouette (Centre d’Études de l’Asie de l’Est) porte sur : « La coopération anti-drogue en Asie du Sud-est : vers l’établissement d’une communauté de sécurité ? ». En 2011, elle a effectué un séjour de recherche en tant qu’analyste à l’Observatoire des trafics illicites – Ministère français des Affaires étrangères (Bangkok, Thaïlande). Elle a soutenu son Master 2 en science politique, spécialisation Asie orientale contemporaine (Institut d’Études politiques de Lyon/École normale supérieure de Lyon) en septembre 2011. Titre de son mémoire : « Le trafic de méthamphétamine et la sécurité régionale : La perception d’une menace commune comme catalyseur de la coopération », sous la direction de François Guillemot (CNRS) avec la collaboration d’Éric Frécon (RSIS, Singapour).

  • Sur le même sujet, lire : Stéphanie Martel, “La justice internationale confronte les Khmers rouge : Bourreaux confrontés à la barre”, Quartier Libre, Vol. 16, n°11, 11/02/2009, Monde.

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : Lectures / Readings, CR de lecture ASIOC, Lectures / Readings, Lectures / Readings, Recensions d'ouvrages

Les commentaires sont fermés.

Colloque : Maghreb / Indochine 1830-1962

Colloque : Maghreb / Indochine 1830-1962

3 et 4 octobre 2014
Université du Québec à Montréal

S’abonner à Mémoires d’Indochine

S'abonner à Mémoires d'Indochine

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition.
Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet
dans la liste.

Dossier Paracels et crise sino-vietnamienne

CarteAFP_MerDeChine

1945-1956 Un outil multidisciplinaire

UQAM_GuerreIndochine

Publication : Cambodge

Chandler_HistoireCambodge

David Chandler
Une histoire du Cambodge.

Publication : Laos

BoutePholsena_LaosSocietesPouvoirs

Vanina Bouté, Vatthana Pholsena (dir.)
Laos Sociétés et pouvoirs.

Publication : Viêt Nam

NguyenTheAnh_ParcoursHistorienVietnam

Parcours d’un historien du Viêt Nam.
Recueil des articles écrits par Nguyễn Thế Anh.

Liens

  • Cambodge l'atelier de la mémoire L’art au service de la reconstruction d’une mémoire plus respectueuse des victimes oubliées du génocide cambodgien des Khmers Rouges
  • Carnets du Viêt Nam Le site du trimestriel d’informations et d’échanges sur le Vietnam
  • D'une guerre à l'autre Une histoire sociale et culturelle de l’armée française pendant la colonisation
  • Devenir historien-ne Méthodologie de la recherche et historiographie en master Histoire
  • Etudes coloniales Revue en ligne consacrée aux recherches portant sur l’histoire coloniale et post-coloniale, sur l’histoire des constructions mémorielles et sur les immigrations d’origine coloniales
  • Femmes et guerres Site dédié à la connais­sance des phé­no­mè­nes des guer­res et de leur rela­tion au genre. Il aborde plus précisément la question des femmes dans les guerres du Viêt Nam
  • Good Morning (AEJJR) Mensuel culturel de Amicale des anciens élèves du lycée Chasseloup-Laubat / Jean-Jacques Rousseau de Saigon
  • Institut d'Asie orientale L’IAO est un centre de recherche en sciences humaines et sociales du CNRS dont les travaux portent principalement sur l’Asie de l’Est et du Sud-Est
  • L'après génocide au Cambodge Un travail de mémoire, d’éducation et de justice pour le Cambodge
  • Lettres du Mékong Le site de la littérature indochinoise francophone
  • Rapatriés-Vietnam Le site des Rapatriés français d’Indochine
  • Travailleurs indochinois Ce site s’attache à retracer l’odyssée des 20.000 “Travailleurs Indochinois” venus en France en 1939/1940 pour suppléer, dans les usines de guerre, la main d’œuvre mobilisée
  • Viêt-Nam Laos Cambodge, sources et aides à la recherche VLC-Sources a été conçu pour offrir aux étudiants et aux chercheurs un outil permettant d’accéder aux principales données électroniques en sciences sociales sur le Viêt-Nam, le Laos et le Cambodge

Carnets de recherche