Le Viêt Nam contemporain entre ruptures et constructions [RCF]

[ndlr] L’émission « La suite de l’histoire » à écouter cette semaine sur RCF.

François Guillemot, Ingénieur de recherche au CNRS et chercheur à l’IAO, intervient cette semaine (du lundi 5 au vendredi 9 février à 13h15) dans l’émission de Véronique Alzieu « La suite de histoire » sur RCF. Il revient sur l’histoire interne d’un pays marqué par les bouleversements politiques et les guerres au cours du XXe siècle.

L’histoire contemporaine du Viêt Nam est marquée par de profondes fractures. L’État nation réunifié d’aujourd’hui doit faire face à de nouveaux défis dans le contexte de mondialisation.

 


7 réflexions sur « Le Viêt Nam contemporain entre ruptures et constructions [RCF] »

  1. Bonjour Monsieur Guillemot,
    Merci pour votre réponse, et surtout pour vos éléments d’information et d’éclairage.
    Cordialement,
    VB.

  2. Merci beaucoup pour ces éclairages.
    Une dernière tournée pour la route…SVP.
    1) Références de l’ouvrage de Vu Trong Phung ?
    2) Partagez vous l’idée que l’écriture romanisée, ou les salles Garnier, ne sont pas moins propres à la culture vietnamienne que le sont les idéogrammes, la toiture recourbée, les tours de HCM, le rap viêt (très sympa, celui sur votre site), les concerts Rock (…lors du Têt!) ou le MacDo de Hanoi ?
    Merci encore. Cordialement. Vinh BINH

    1. De Vu Trong Phung, je vous recommande Le fabuleux destin de Xuan le Rouquin (L’Aube, 2007). Et sur la vision politique de cet auteur voir l’étude de Peter Zinoman : Vietnamese Colonial Republican. The Political Vision of Vu Trong Phung (UC Press, 2014). D’autres références sur les sujets qui vous intéressent se trouvent dans ma bibliographie en ligne, onglet 7 : https://indomemoires.hypotheses.org/22968#7. Et je n’évoque ici principalement que des références en langues occidentales, mais la production vietnamienne serait également à citer.
      Concernant votre seconde question, je ne saurai y répondre en deux mots car vous agglomérez des aspects anciens (les toitures des temples communaux) à d’autres aspects très contemporains qui sont plus liés à la culture globalisée de notre monde. Ceci étant dit, il existe effectivement un rap viêt qui possède ses particularités propres ne serait-ce que parce que la langue utilisée est le vietnamien.
      FG

  3. Bonjour à nouveau: vous suggérez à juste titre sur RCF, émission 1, de ne pas privilégier l’Histoire des vainqueurs (les communistes). Je trouve donc paradoxal de votre part de parler d’imposition de traits culturels (vocabulaire partisan), de la part des Français, comme si les Vietnamiens avaient été passifs (voire hostiles..) aux transformations culturelles en cours, par ex à l’architecture ou à l’écriture romanisée. L’écriture idéographique, et la toiture recourbée, sont-elles si naturelles que ça aux Vietnamiens, d’ailleurs ?

    1. Bonjour M. Binh, dans cet entretien, je me suis concentré sur les fractures et non sur les interactions. Non, bien sûr les Vietnamiens n’ont pas été passifs. Il est évident qu’il y a eu enrichissement mutuel sur le plan culturel, illustré par l’avènement de ce « Viêt-Nam français » avec tout de même une bonne dose de critiques si l’on relit attentivement Vu Trong Phung ou si l’on s’intéresse à la caricature dans la presse (voir par exemple les unes de Ngày Nay avec les personnages Ly Toet et Xa Xe). Sur le plan politique, ce fut une toute autre affaire. Dans cette émission, vous comprendrez bien qu’en douze minutes, il est difficile d’aller au fond des choses. Je vous invite donc à découvrir la suite.
      FG

  4. Bonjour Monsieur Guillemot,
    Une question SVP sur votre entretien n°1 à RCF : si les Vietnamiens ordinaires d’aujourd’hui ne savent pas lire (sauf formation spécifique, bien sûr) les idéogrammes (Nôm, Sino-Viêt, Chinois, etc) écrits dans les temples ou autres media, pouvez affirmer qu’ils étaient nombreux au 19ème siècle à pouvoir le faire (je parle des Vietnamiens ordinaires, et non des élites) ? Si oui: quel pourcentage de la population ?
    MERCI de votre éclairage. Cordialement, Vinh.

    1. Bonjour,
      Concernant la question de l’écriture, je vous renverrai à l’encadré de Philippe Papin intitulé « Trois écritures pour une langue » aux p. 28-29 du petit ouvrage Le Vietnam depuis 2000 ans (Paris, Éditions de la République / L’histoire, 2017). Quant à la situation au XIXe siècle, j’ai cité dans mon ouvrage (note 14, du chapitre 1, p. 328) un extrait de l’article très bien fait d’Emmanuel Poisson, « Les mandarins sont ils modernes ? » qui donnent quelques éléments de réponse : « Le seul Tonkin, au milieu des années 1890, est administré par 400 mandarins et 800 auxiliaires pour une population estimée à 6 millions d’habitants ». Si l’on considère que tous ces lettrés recrutés par concours maîtrisaient les caractères, cela fait peu au regard de la population totale. Un peu plus tard, en 1913, Christopher Goscha (The Penguin History of Modern Vietnam, 2016, p. 85), rapporte que les cinq pays constituant l’Indochine française rassemblent 16 millions d’habitants. Pour aller plus loin, je vous conseil l’ouvrage de Goscha précité et de Keith W. Taylor (History of the Vietnamese, Cambridge University Press, 2013). Pour offrir un tableau plus conforme à la réalité, il faudrait prendre en compte tous les lettrés non accrédités par le mandarinat de retour dans leurs villages et tous les amateurs de l’écriture en caractères (Nôm compris).
      FG

Les commentaires sont fermés.