Nhã Ca : Mourning Headband for Hue. An Account of the Battle for Hue, Vietnam 1968 – Review by Gary Kulik

[ndlr] Signalement d’un CR de lecture en ligne de Gary Kulik sur l’ouvrage de Nhã Ca, Mourning Headband for Hue: An Account of the Battle for Hue, Vietnam 1968. Témoignage poignant sur massacre perpétré par le Viêt-Công (FNL Sud Viêt-Nam) à Huê lors de l’offensive du Têt.

NhaCa_MourningHeadbandForHueMourning Headband for Hue, originally published in Saigon in 1969 as Giải khăn sô Huế, was the first book-length account of the Tet Offensive. Its author, a prominent Vietnamese writer, Trần Thị Thu Vân, wrote under the pen name Nhã Ca. In late January 1968, she had traveled to Hue, where she was born, to mourn the death of her father. The North Vietnamese Army and the Viet Cong attacked the next day. She remained trapped in Hue with her family for more than a month, until US and South Vietnamese forces finally prevailed in bloody urban fighting. Returning to Saigon, she wrote a forceful, fearful, poetic account of the devastating impact of war on civilians; its title invokes the white headband worn by Vietnamese grieving their dead. The book attests to the communist forces’ horrendous killings of thousands of Vietnamese in the Hue Massacre. Olga Dror’s translation now makes it accessible to an English-speaking audience.

Born in 1939, Nhã Ca became a prominent poet and writer in Saigon in the early 1960s. Her themes were « love, passion, and longing » (xvi). Raised a Buddhist, she adopted her pen name after reading the Old Testament « Song of Solomon, » also known (to Catholics) as « Canticles » (the approximate meaning of « Nhã Ca » is « canticle »). In 1966, she joined the Voice of Freedom, a radio station broadcasting into North Vietnam. Her first major work, At Night I Hear Cannons, was reprinted six times and sold over 100,000 copies. It tells the story of a family waiting, in the end futilely, for a son and son-in-law to return from the war to celebrate Tet, the Lunar New Year. While decrying the cost of war, its author yet takes no sides.

Olga Dror (Texas A&M), a scholar of Vietnamese history, worked closely with the author to capture her « unadulterated voice from the time of war » (xi). Her long « Translator’s Introduction » sketches Nhã Ca’s life and work and explains how the special « staccato tempo » of Mourning Headband « dramatically and palpably [reflects] life in raw and desperate eloquence in the middle of the battlefield that was Hue » (xviii). Especially valuable is Dror’s detailed and fair-minded analysis of contemporary reports of the massacre, the political uses of that reportage, and the rare and little known personal comments on the atrocity from the communist side. The current Vietnamese government has never acknowledged or openly discussed the massacre and there is no serious scholarly study of it.

Lire la suite : Michigan War Studies Review


4 réflexions sur « Nhã Ca : Mourning Headband for Hue. An Account of the Battle for Hue, Vietnam 1968 – Review by Gary Kulik »

  1. L’attribution des massacres aux Nord-Vietnamiens a été démontée par N. Chomsky et S. Hermann ainsi que Gareth Porter, cf. : The Myth of The Hue Massacre [pdf].
    L’article montre que le chef d’œuvre de contre-propagande fut le fait d’un service de propagande sud-vietnamien, mis en musique par D. Pike, membre de l’USIS (faisant partie du département d’État) et relayé par les médias.

    Comme le dit l’article “They Set About Revenging Themselves on the Population”, ce fut dans le but de diluer l’impact des exactions des soldats du Monde Libre, dont le fameux massacre de My Lai.

    Le gouvernement vietnamien n’a, bien sûr, jamais discuté du massacre, vu qu’il l’attribuait aux forces US et sud-vietnamiennes. A propos d’archives et documents fiables, l’article Massacre at Huế fait état de documents et d’admissions (d’aveux ?) de la part d’officiels nord-vietnamiens ou Viêt-công.

    1. L’article de Gareth Porter est intéressant en ce sens qu’il replace la question dans le contexte de la guerre psychologique (entre le Nord et le Sud) et la difficulté qu’il y a à interpréter les termes « diệt, tiêu diệt » (détruire, éliminer, supprimer, anéantir, exterminer) utilisés dans les rapports militaires et les histoires officielles. Néanmoins, il a été depuis très contesté. Par exemple par le chercheur indépendant Paul Schmehl et par Nguyen Ly Tuong, un cadre du parti Dai Viet Cach Mang à Huê, une des organisations ciblées par le FNL-Sud Viêt-Nam.
      Témoignage de Nguyen Ly Tuong : Massacre at Hue, in my Eyes (mis en ligne le 8 mars 2009).
      Article de Paul Schmehl sur le blog des Vietnam Veterans : D. Gareth Porter’s Deceptions on the Hue Massacre (1er février 2015).
      Comme vous l’avez justement remarqué d’autres documents provenant du Viêt-Công ou d’officiels de la RSVN ont été publiés depuis confirmant la réalité du massacre. La question qui se pose est plutôt celle de son ampleur.
      FG

  2. Le CR donne une version tronquée de l’article d’Olga Dror et présente comme fait établi que les victimes de la bataille de Huê ont été victimes de massacres froidement et délibérément perpétrés par les soldats nord-vietnamiens ; alors que Nhã Ca et O. Dror ont une position équilibrée, portant l’accent sur les souffrances des civils pris entre deux feux, mentionnant aussi les exactions nord-américaines.

    Avec le recul, il apparait que la grande majorité des victimes l’ont été du fait des bombardements US et d’escadrons de la mort sud-vietnamiens à leurs ordres et que la machine de propagande US a réalisé un coup de maître en accusant les Nord-Vietnamiens de leurs propres crimes et en en persuadant la majorité de l’opinion. Cf. Thảm sát Huế Tết Mậu Thân (Wikipedia)

    Une photo vaut mille mots.
    Il y avait pendant les débuts de la bataille de Huê une très jeune photo reporter française, Catherine Leroy ; elle s’est retrouvée du côté nord-vietnamien, elle a côtoyé les Bô-dôi et pris des photos d’eux. On la voit détendue assise sur un de leurs tanks à côté de deux d’entre eux, eux aussi très détendus ou debout à 2 m du tank. Cela ne concorde pas avec l’image de soudards assoiffés de sang.

    http://www.voicesofaolam.org/iDispChannel.aspx?newsid=binhluan_11874 [ndlr : lien vers des images de la guerre à Hue et des excavations de cadavres après la découverte des charniers]
    https://www.pinterest.com/pin/66850375695756262/ [ndlr : lien vers des images de Catherine Leroy]

    1. Pour compléter vos sources voir également la notice Wikipedia en anglais qui donne des précisions importantes sur le « but de guerre » nord-vietnamien : Massacre at Huế. Je recommanderai aussi l’article en ligne de l’historien James H. Willbanks, Tet – What Really Happened at Hue (History.net) et l’étude de Scott Laderman sur la mémoire américaine de ce massacre et sa fonction : “They Set About Revenging Themselves on the Population”: The “Hue Massacre,” Travel Guidebooks, and the Shaping of Historical Consciousness in Vietnam ».

      Je constaterais comme Gary Kulik que « Le gouvernement vietnamien actuel n’a jamais reconnu ou discuté ouvertement du massacre et il n’existe aucune étude scientifique sérieuse sur celui-ci », sans doute faute d’archives ou de documents fiables. Et la conclusion de Willbanks : « Nous ne saurons jamais ce qui est arrivé à Hue, mais il est clair que des exécutions de masse s’y sont produites ».

      Pour plus de références, voir Edwin E. Moïse : Vietnam War Bibliography: The Huê Massacre.
      FG

Les commentaires sont fermés.