Colloque IHS : Quel héritage de la Révolution française aujourd’hui ?

[ndlr] Signalement d’un intéressant colloque sur Paris.

Les Journées Souvarine / Colloque de l’Institut d’Histoire Sociale (IHS) sous la présidence d’ Emmanuel Le Roy Ladurie.

En partenariat avec le Département des Hauts-de-Seine.

Bonnet_Phrygien

QUEL HÉRITAGE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE AUJOURD’HUI ?

Mercredi 17 juin 2015
9h00 à 18h00

Maison de l’Europe
35, rue des Francs-Bourgeois 75004 Paris

La Révolution française est l’événement fondateur de la République française. C’est à elle que se réfèrent la plupart des discours politiques, chacun donnant un sens différent à cette référence commune.

Pour une partie de l’extrême gauche, elle est un appel à faire la révolution, un hommage à 1793 et à la Terreur. Pour le candidat de la gauche aux dernières élections présidentielles, « c’est pour l’égalité que la France a fait sa révolution. » Pour le porte-parole actuel de la droite, « la France est une république, pas seulement une démocratie. »

Pour d’autres, dont nous sommes, le mérite de la Révolution française est d’avoir fondé la démocratie moderne sur l’idée de liberté et sur les droits de l’homme de 1789.

Parce que, selon la formule de François Furet, « la Révolution française est terminée », il n’est plus nécessaire ni possible d’affirmer comme Clemenceau que « la Révolution est un bloc ». Elle est un héritage si complexe, si ambivalent, et souvent même si contradictoire que nous ne pouvons éviter de nous interroger sur le sens que nous voulons donner aujourd’hui à cet héritage et donc à notre identité commune.

Intervenants

Bernard Bruneteau, professeur à l’université Rennes I, historien des idées, auteur de Le Totalitarisme. Origines d’un concept, genèse d’un débat (Cerf, 2010).

  • « La Révolution française aux origines du totalitarisme ? Retour sur un débat récurrent »

Stéphane Courtois, spécialiste de l’histoire du communisme, coordinateur et coauteur du Livre noir du communisme (Robert Laffont, 2000).

  • « Républicains, bolcheviks et communistes français : du bon usage de la Révolution comme un bloc »

Gérard Grunberg, directeur de recherches émérite au CEE de Sciences-Po, auteur de La Loi et les Prophètes, Les socialistes français et les institutions politiques (CNRS, 2013).

  • « La Figure du Peuple dans le discours de gauche »

Patrice Gueniffey, directeur d’études à l’EHESS, auteur de La Politique de la Terreur. Essai sur la violence révolutionnaire (Gallimard, 2003) et de Bonaparte : 1769-1802 (Gallimard, 2013).

  • « Les justifications de la Terreur »

Lucien Jaume, agrégé de philosophie et directeur de recherches au CNRS (CEVIPOF), auteur de Le Religieux et le politique dans la Révolution française (PUF, 2015).

  • « La religion dans la Révolution française, une tradition embrouillée »

Michel Laval, avocat, essayiste, auteur de L’homme sans concessions : Arthur Koestler et son siècle (Calmann-Lévy, 2005) et de Tué à l’ennemi : la dernière guerre de Charles Péguy (Calmann-Lévy, 2013).

  • « Vous avez dit « Girondins » ? »

Philippe Raynaud, professeur à l’Université de Paris-Panthéon-Assas, spécialiste de l’histoire de la pensée politique, auteur de Trois révolutions de la liberté : Angleterre, Amérique, France (PUF, 2009).

  • « Pourquoi les libéraux n’ont jamais renié la Révolution française »

André Senik, agrégé de philosophie, auteur de Marx, les Juifs et les droits de l’homme (Denoël, 2011).

  • « Marx : l’héritage de 1793 contre celui de 1789 »

Entrée libre – – Réservation indispensable
Par téléphone : 01 46 14 09 30 ou 01 46 14 09 33
(sauf samedi et dimanche)Par courriel : activites@souvarine.fr

Institut d’Histoire sociale – 4, av. Benoît-Frachon – 92023 Nanterre Cedex

Source : Institut d’Histoire Sociale

Image « à la une » : Tableau de la Révolution française (E.R.L./SIPA)