Danielle Tan : Économies illicites, réseaux chinois et formation de l’État en Asie du Sud-Est

[ndlr] Séminaire général du CASE : intervention de Danielle Tan (Institut d’Asie Orientale – ENS Lyon) le 19 mars 2015 de 10h à 12h à la Maison de l’Asie. A ne pas manquer.

* * *

DanielleTan_Case

Économies illicites, réseaux chinois et formation de l’État en Asie du Sud-Est

Une histoire alternative du Triangle d’Or

(Thaïlande, Laos et Birmanie)

Danielle Tan

Cette recherche s’intéresse au rôle de la Chine et des réseaux chinois dans la reconfiguration d’un espace transnational particulier, à l’intersection de l’État shan en Birmanie et des provinces du nord de la Thaïlande et du Laos, que l’on nomme habituellement le « Triangle d’Or » et qui est célèbre pour avoir été le foyer historique de production de l’opium et de l’héroïne dans le monde. Ces dix dernière années, sous l’action des capitaux et des migrants chinois, ces marges frontalières, transformées en zones économiques spéciales abritant de gigantesques casinos, sont devenues de véritables enclaves chinoises bénéficiant d’un régime d’extraterritorialité rappelant ironiquement les concessions imposées à la Chine au milieu du XIXe siècle par les puissances coloniales. Alors que les analystes se sont empressés d’y voir l’émergence d’un néo-colonialisme chinois, ce projet de recherche tente au contraire, à travers une approche orientée vers la sociologie historique du politique, de mettre en avant la complexité des processus politiques à l’œuvre dans les marges montagneuses du Triangle d’Or, où les frontières entre le licite et l’illicite sont devenus floues, mais où l’imbrication des pratiques participe au processus de formation de l’État. Cette région-frontière nous invite à repenser, dans la longue durée, les relations centre-périphérie, plaines-montagnes, ainsi que le rôle des réseaux transnationaux chinois dans la formation de l’État en Asie du Sud-Est. Je montrerai comment les réseaux chinois ont constitué dans le passé – et continue d’être – des partenaires clés du projet de « last enclosure » (Scott 2009) engagé par les États lao, thaï et birman pour conquérir, rentabiliser et domestiquer leurs marges rebelles.

  • Photo_DTanDanielle Tan est docteure en science politique (Sciences Po Paris 2011). Ses principaux axes de recherche portent sur l’économie politique de la péninsule indochinoise, en particulier les dynamiques transnationales, ainsi que les transformations politiques, socio-économiques et territoriales qui résultent de la globalisation et de l’influence croissante de la Chine dans la région. Elle a commencé ses recherches au Cambodge en retraçant l’histoire de sa diaspora chinoise et a ensuite exploré le rôle joué par les réseaux transnationaux chinois dans la transformation de l’État au Laos. Après deux post-doctorats à ANU (Australian National University, Canberra) et à IIAS (International Institute for Asian Studies, Leiden), elle enseigne actuellement la science politique et les études asiatiques à Sciences Po Lyon en tant qu’ATER, et continue ses recherches en étant rattachée à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – ENS Lyon). Elle est également chercheure associée à l’IRASEC.

Cliquez sur l’affichette pour l’agrandir.