Chloé-Mélie Mazzani : Phan Châu Trinh, la république imaginée

[ndlr] Soutenance de mémoire de M2 en histoire contemporaine.

Logo_ENS

* * *

Phan Châu Trinh,
la République imaginée

PhanChauTrinh

Mémoire soutenu le 24 Juin 2014
Par Chloé-Mélie Mazzani

Mémoire de Master 2 d’Histoire contemporaine
2013/2014

Directeur de mémoire : M. François Guillemot, de l’Institut d’Asie Orientale.

Introduction (extraits). Le nom de Phan Châu Trinh est encore aujourd’hui gravé dans les mémoires vietnamiennes comme étant celui d’un des pères du nationalisme, tenant une place d’honneur au sein du panthéon national. On se souvient de lui pour avoir été un penseur réformiste qui, toute sa vie durant, a prêché la non violence et la modernité. Ce que les livres d’histoire retiennent peut être moins, c’est que Phan Châu Trinh, à la différence de son contemporain Phan Bội Châu, était avant tout favorable à la collaboration franco-annamite et que pour lui, l’indépendance du Viêt-Nam n’était envisageable que sur le long terme, une fois que le peuple vietnamien aurait suffisamment évolué.

Né en 1872 dans la province de Quảng Nam, connue pour être une pépinière de penseurs progressistes, Phan Châu Trinh adhère rapidement aux idées modernes véhiculées par les écrits de penseurs chinois comme Liang Qichao (1873-1929) et Kang Youwei (1858-1927). La présence coloniale française en Indochine mais aussi les incroyables bouleversements que connaît le Japon de l’ère Meiji convainquent le jeune homme de la nécessité d’engager le peuple vietnamien sur la voie de la modernité en rénovant la vieille tradition confucéenne et en s’inspirant des nouveautés techniques et intellectuelles venues d’Occident.

Tout au long de sa vie, Phan Châu Trinh n’a de cesse de dénoncer les injustices commises en Indochine par le système colonial et les mandarins de la Cour de Hué, ce qui lui vaut de se créer de nombreux ennemis et de n’éviter le bagne à perpétuité qu’au prix d’un exil de près de quinze ans en France. Durant son long séjour en Métropole, Phan s’intéresse de très près à la culture politique française : séduit par les principes de la République, il déclare que le Viêt-Nam libre sera une démocratie ou ne sera pas. Malgré cette fascination pour le modèle républicain, il continue à confronter les dirigeants de la Troisième République à l’attitude indigne de ses représentants en Indochine. Persuadé que la civilisation vietnamienne est en plein déclin et que seuls l’éducation du peuple et l’éveil patriotique pourront améliorer la situation du pays, Phan Châu Trinh incite les jeunes Vietnamiens à venir en France s’inspirer des pratiques métropolitaines.

À Paris, Phan se trouve au coeur d’un réseau mettant en lien des activistes politiques annamites de renom, tels Nguyễn Ái Quốc ou Nguyễn An Ninh, des étudiants vietnamiens et plusieurs membres de la haute administration française. Pendant des années Phan Châu Trinh s’efforce de faire connaître la cause annamite aux Métropolitains, convaincu de la nécessité que les Français civilisés de la métropole rappellent aux Français dévoyés de la colonie l’exigence de justice et d’humanité de la République. En d’autres termes, Phan Châu Trinh croit en la mission civilisatrice de la France. Il considère d’ailleurs cette dernière comme un moyen de transfert des qualités techniques et intellectuelles modernes vers le Viêt-Nam, qui pourra, en se modernisant et en atteignant un degré de civilisation proche de celui des Français, obtenir l’indépendance sans risquer de sombrer aussitôt sous la coupe d’une autre puissance étrangère. C’est ainsi qu’il imagine l’avènement de la République vietnamienne.

En étudiant les conditions dans lesquelles s’est formée sa pensée, nous pouvons envisager le transfert des exigences modernistes à la population vietnamienne, qui à son tour va se prendre à imaginer un avenir meilleur. Nous pourrions dès lors considérer que, plus que les difficultés du quotidien, c’est l’espoir d’un futur meilleur qui a motivé l’engagement politique puis révolutionnaire des Annamites. L’action pour le changement a lieu à partir du moment où la situation n’est plus seulement vécue mais est aussi pensée : c’est le décalage entre ce qu’on pense être et ce qui pourrait être qui déclenche la mobilisation. Phan Châu Trinh participe à la diffusion dans la société vietnamienne des années 1920 des notions de justice, de démocratie et de fierté patriotique, et de là, à la constitution d’une première forme de nationalisme indochinois. Si sa mort causée par la tuberculose en 1926 l’empêche de mener à bien son projet de réforme et de collaboration, le rassemblement auquel Phan Châu Trinh contribue s’avère une étape décisive sur le chemin de la mobilisation nationaliste, même si celle-ci s’éloignera des idéaux tracés par le penseur moderniste pour prendre finalement la forme de la révolution communiste et antifrançaise.


4 réflexions sur « Chloé-Mélie Mazzani : Phan Châu Trinh, la république imaginée »

  1. Bonjour,
    Savez vous si l’auteur de ce mémoire accepte de le diffuser ? L’histoire du Viet Nam m’intéresse particulièrement.
    Plus généralement, je souhaitais vous féliciter par la qualité de votre site et vous remercier pour l’ensemble des informations apportées.

    1. Le travail de recherche de Chloé-Mélie Mazzani va probablement être édité (ce que je souhaite vivement) mais nous en saurons plus en fin d’année. Un grand merci pour vos encouragements. FG

  2. Je ne suis pas sûr que Phan Châu Trinh soit « convaincu de la nécessité que les Français civilisés de la métropole rappellent aux Français dévoyés de la colonie l’exigence de justice et d’humanité de la République ». Car il savait très bien que le Code de l’indigénat a été inventé par « les Français civilisés de la métropole » pour l’imposer aux colonies au nom de la République. Il savait également qu’il est impossible pour un peuple de se développer en étant régi par ce code de l’indigénat.

    En d’autres termes, Phan Châu Trinh ne croit pas du tout en « la mission civilisatrice de la France ». Il pense seulement qu’il est possible de chasser ces Français en corrigeant d’abord les défauts intrinsèques de la société vietnamienne. Il refuse l’option de la violence tant que le peuple Viet n’a pas encore atteint un niveau de modernité.

    Phan Châu Trinh n’a jamais incité les jeunes Vietnamiens précisément « à venir en France s’inspirer des pratiques métropolitaines ». Il suit le modèle japonais qui consiste à provoquer le changement dans son propre pays par le biais de l’éducation du peuple et du développement économique en s’inspirant des pratiques occidentales et japonaises en général.

    Les faits montrent qu’il a tort car il est impossible pour les Vietnamiens d’atteindre la modernité tant qu’ils sont encore gouvernés par les Français et par leur code de l’indigénat venant tout droit de la métropole.

    Si la mobilisation nationaliste a finalement pris « la forme de la révolution communiste et antifrançaise », c’est parce qu’il est le seul chemin possible pour le peuple vietnamien d’atteindre la modernité. L’échec de Phan Châu Trinh a prouvé qu’il est impossible de se développer dans la collaboration avec une France métropolitaine qui impose le Code de l’indigénat à ses colonies.

    1. Votre commentaire est bien présomptueux. Comment pouvez-vous affirmez tout de go, en vous substituant à Phan Chau Trinh, qu’il « ne croit pas du tout en », « il pense seulement que », « n’a jamais incité à », etc. ? Et ceci sans citer une seule source.

      Ce travail universitaire très intéressant sur un sujet inédit s’appuie sur des archives et des publications solides. Il propose une analyse fine de la pensée politique de cet important intellectuel vietnamien réformiste et de la réception de cette pensée.

      Permettez-moi de vous mettre en garde sur l’interprétation excessive que vous faites du Code de l’indigénat et de son application en Indochine. Sur ce sujet, vous pouvez lire l’article en ligne de Martine Fabre : « L’indigénat : des petites polices discriminatoires et dérogatoires » : http://www.histoiredroitcolonies.fr/IMG/pdf/ArtT5MFabre.pdf

      On le comprend bien en fin de commentaire, il s’agit pour vous de réitérer votre « credo antifrançais » habituel (voir nos nombreux échanges sur ce carnet de recherche).
      FG

Les commentaires sont fermés.